Tome IV page 349

CÔTE, kta Vd 1, 32‑36, 4‑7 (51 → kóou‑, köou‑), 80 Tabl., 82, 86, 9, Br., Cont., V 1‑5, 62 Jj., 74, Ba., G 10 var., 13 var., 2, F 55 Gch., 5 Hæf., 62‑63, N 1‑3 (30 ‑è), 40, 42, kt 41, 5‑6, B 27‑28 var., kta, k‑ Vd 85, V 15, 72, 84 (ou kò‑), ‑o G 19 var., kóouta, kòou‑ V 51 var. (Schüle, 117), 60 (ou kou‑), 62 corr., 82 a, 83, kóout B 20 var., 23, 36 Voi., kṓta, kó‑ Vd 81 Tp. var., V 51 Zi., 60 var., 73, 74 (sens 8o comp.), 82, N 10 a‑11 var., 34 var., 42 var., kṓt, kót 40 corr., 51 Zi., 61 ALF, B 2‑6 (ou kōt), kòt 34, kṑt 5 spor., 60 Zi., 66 var., kt 1, kūta Vd 80‑83 Tp., G 1 (ou ‑o, ‑ə), kṣa Vd 2, 31, V 71, 74 a, 80‑81 var. vx, F 1 (10 et 13 → ‑ha), 2‑5, 61 var., kóṣa V 86 (et k‑), 86 a, 88, 89, kóouṣa 88‑89 var., kòṣa 80 Gill., kha Vd 30, 31 Tp., V 61, 80, 81, 86 De., k(ou)ha, kó(ou)ha 70, 85, koha 87 De., kousa F 41 Gch., 43, 55 Ke., 5 St‑Aubin, 60‑61, ksa V 20 ALF (exact? sens 4o 5). Anc. costa F 1465, ‑az Vd 3 1422, cot(t)a F 1487, coute 1595, coutaz Vd 6 1718, F 17 1750; patois côte B 4 XVIIIe s. Ra.Rel. phon. 1899; Tabl. 417; Zi. I, VIII; II, VII; III, IX; Hæf. Frib. 26, 35, 56, 61; Neuch. 27‑30; Ke., Dietrich, Jolidon et Scheuermeier, mat. ms.; ALF 594, 1831.

‖ S. f. 1o Côte, os plat et courbé du thorax (SR). É s’èt fons də kūt, il s’est enfoncé deux c. (G Bern.). Kan ·n a è kóoutə brəkyèi, l è on a vari, quand on a les c. cassées, c’est long à guérir (V Sav.). L a li kte rre, l è la mrka di bna vats, elle a les c. écartées, c’est le signe auquel on reconnaît une bonne vache laitière (V Maréc. Müller, 171). Lé grntè kṣè, les vraies c. (Vd Blon., var. V Sav.). Lé mrè ktè, id. (Vd Bière). Lé kourtə kṣè (Vd Blon., var. Fren.), ə pətté kouté (V Sav.), les fausses c. ‖ Par ext., au pl. Région des côtes, côté (Vd Fen., V Nend.). Avā mó é koutə, avoir mal aux côtés (Vd Fen.). Y’é ona pìkyë i ktë, j’ai une douleur poignante aux côtés (V Lourt.). Au sing.: L a la kta plyta, se dit d’une vache qui n’a pas de ventre, litt. elle a la c. plate (G Herm.). Fó la krəva a la ffa [fausse] kta, il faut faire une ponction à la vache au milieu du creux du flanc gauche (V Maréc. Müller, 177). Loc. Oun vi é kouté a la ātsə, on voit les c. à cette vache, elle est très maigre (V Sav.). ‖ I t vœ ribḕ [frotter] lé kōt, lé ptét è lé grōs, je vais te secouer les c., les petites et les grandes (B Sépr.). Mejər le kṣe ai on bṣon, battre, litt. mesurer les c. avec un bâton (F Grandv. Co.). Tròs lé kṣ a kókon, rompre les c. à qqn, fig. couper l’herbe sous les pieds à qqn, se dit particulièrt d’une fille qui se marie avant son aînée (Vd Blon.). «Allâ à l’écoûla! cein no trossîvé lé coûté», aller à l’école par un si beau temps, cela nous ennuyait fort (Vd Cont. 1897, 45). Rési lé kṣ a kókon (Vd Blon.; var. spor. Vd, Bas‑V, F), «scier les côtes à qqn» (fr. rég. SR), ennuyer qqn, particulièrt fatiguer qqn à force de rabâcher, d’insister. Mè rsè lè kṣè pò lou léchi mòd, il me demande avec une insistance fastidieuse de le laisser partir (F Prez‑v.‑S.). Də‑j‑oratö kyè vò rnchon è kout, des orateurs qui vous fatiguent (V Nend.). S myīə lé kté d rir (N Lign.), che tdr le kṣe de rir (F Gru.; var. SR spor.), s tədr lé kōt (B Charm.; var. Vd Vall., Cont.), «se tordre les côtes (de rire)» (fr. rég. SR), rire aux éclats, mourir de rire. ‖ Kòtā lè ktə, nourrir, être nourrissant, litt. appuyer les c. (Vd Sav., var. F Crés.). Tèni insnblyo lè koutè, id. (V Rand.). Apuyi lè ktè, manger (Vd Vall.). Sé kòt lé kṣè, bien manger (Vd Blon.). Sè garnī lè ktə, id. (Vd Sav.). «Avai lé coûté cotæyé», avoir bien mangé (Vd Jaccottet, Sc. vaud. 173). «L’oncllo Antoine no baille a tsacon trei verro de son penatset po no refairé lé coûté», l’oncle A. nous donne à chacun trois verres de son pinard pour nous remettre de notre émotion, litt. pour nous refaire les c. (Vd Cont. 1870, 13). ‖ «Avoir les côtes en long», être bizarre, original, capricieux (fr. rég. G Hum.). Èva la kta ò lon, avoir les c. en long, trouver la terre trop basse, être paresseux (N Cern.‑Péq.; var. spor. Vd‑N; fr. rég. SR). Avai lè ktè vèryè dè gran [tournées en long] (Vd Orm.; var. spor. Vd), avāi lə ktè vəryè drāi bā [droit en bas] (Vd Leys.), même sens. Avai lè kṣè kò lè ltè, même sens, litt. avoir les c. comme les hottes, cf. ci‑dessous sens 3o 4 (Vd Ross.). Autre loc. sous trente‑. 2o T. de boucherie. Partie supérieure de la côte des bovins, avec les muscles qui la recouvrent (passim). Lè ktè chon drè a krè, les c. sont dures à cuire (V Grône). Lə mòrsé də la kto fṑ də bon bəlyon, le morceau de la c. permet de faire du bon bouillon (G Aire‑la‑V.). ‖ Côtelette de veau, de porc, etc. (spor. Vd‑V et F). Tə mè fari on ragou avé ṣó kṣè, tu me feras un ragoût avec ces côtelettes (F Ch.‑St‑D.). Pətyda [petite] kta, id. (Vd Orm.; var. Vd Penth., B Prêles). ‖ Kt rond [ronde], entrecôte (B Prêles). Pitté [petites] kṣé, kṣé krovyé [couvertes], id. (F Grandv.). ‖ Ktè krœvrtè, c. couvertes, morceau de bœuf situé le long du dos, derrière l’épaule, entre l’aloyau et le paleron (Vd Vaug.; var. Vd passim, F Gru., Gr.‑de‑V.). Kṣè grṣè [grasses], id. (F Domp.). Lé kté krḕzé, «les côtes croisées», id.? (Vd Aubers.; var. N Noir., Brév.). ‖ ktè ptè (Vd Orm.; var. Vd passim, V Saillon, F spor., N Sagne), lé pyèt kōt (B Vermes, Mett.), «les côtes plates» (fr. rég. Vd passim), le plat de côtes, les plates côtes, partie moyenne des côtes. La kto plyto (G Aire‑la‑V.; var. Vd passim, G Bern., F Montb., N Noir., B Prêles, Bois), la pyat kṓt (B Mall., var. V Voll.), «la côte plate» (fr. rég. SR spor.), id. Li ktè pltè di btsə son pa asə bnè kyè ḥlè di kayon, les plates c. du bœuf ne sont pas aussi bonnes que celles du porc (V Saill.). D’é aṣt d la kt plyt, y ét on morsé a profi, j’ai acheté du plat de c., c’est un morceau «à profit», avantageux (G Bern.). ‖ Lè ptét [petite] kṓt, «la plate‑côte» (B Bonc.). ‖ Lè bchè [basses] kṣè (F Ch.‑St‑D.; var. Vd Sent., Pailly), lè prin·mə [minces] ktè (Vd Leys.), «les basses côtes» (fr. rég. Vd Leys., Sent., Pailly, F Ch.‑St‑D.), les plates côtes? les côtes d’aloyau? ‖ Lè hāt kōt, «la haute‑côte», morceau non précisé par nos corr. (B Bois, Charm., Bonc.). ‖ La kta a kròtchè [à crochet], la côte d’aloyau (N Couvet). La fsò [fausse] kūtə, la c. d’aloyau? le faux‑filet? (G Aire‑la‑V.). ‖ Lè ktè tsəvəlyè, «les c. chevillées» (Vd Sent.).

3o Saillies longitudinales sur certains objets, ou objets de forme allongée. 1. Axe d’une plume (V Champ., Leytr., Nend., Lens). Li plnmè diz lè di dzənlyè l on dè grsè ktè, les plumes des ailes de poules ont de grosses c. (V Leytr.). 2. Au pl. Côtes d’un bas (SR passim); cf. chausses 3o, chaussette 1o, chausson 1o. Frè a ktè, tricoter à côtes (V Leytr.). Pè fṑr lé kūtə, i fó na malyə də dra è yónə də travé u bé də, pour faire les c., il faut une maille à l’endroit, et une ou deux à l’envers (G Aire‑la‑V.). ‖ Spécialt. Côtes au haut de la jambe du bas (F Gr.‑de‑V.). Kəman, tə n’ onkra ran fè tyè lè kṣè? comment, tu n’as encore tricoté que les c.? ‖ Côtes de chaussons, par oppos. à kouṣté, c. de bas (Vd Étiv. Usteri, 49). ‖ Kṣa, ligne qui se forme le long d’un bas lorsqu’on tricote la dernière maille de chaque rangée d’une façon très visible (Vd Roug. Usteri, 49.). 3. Pl. Dans la toile pour nappes, côtes qu’on obtient en remplaçant certains fils de la trame par des fils plus gros (B Mett.). 4. Chacune des baguettes qui forment la carcasse d’une hotte, d’un panier, d’une corbeille, etc., et autour desquelles sont entrelacés les brins plus flexibles (Vd‑V passim, G Aire‑la‑V., Dard., F Gru., Rom., Gr.‑de‑V.). Lə ktə dé sé panḕ son fò ta ékārtāyə, les c. de ce panier sont presque trop écartées (V Véross.). On·na kavanyə a də lè ktè dritè in sapin, è də lè krbè in bou du, une hotte a des c. droites en sapin, et des c. courbes en bois dur (Vd Orm.). Kté mré, «côtes mères», fortes «côtes» qui ont toute la hauteur de la hotte et qui retiennent le fond (V V. d’Ill. Rapport Gl. 1946, 11; fig. ib. 13); cf. koutyn. 5. Brin d’osier fendu et aplani (B Sépr., Charm.), bande mince détachée des couches extérieures de la partie ligneuse du coudrier ou d’autres bois, et que le vannier entrelace autour de la carcasse du panier (B Mett., Bois, Épauv.); cf. arçon 6o, râcle‑, siv‑.Fās [fausses] kōt, c. plus fortes et autour desquelles les autres sont tressées (B Bois): pour faire une tchèrpn·ny [panier en rubans de coudrier], n fḕ ïn grō chèch, n pran dé fās kōt, n an kndan·n in·n də trèvyè di chèch, d’in·n fnjou pu ou mn·ə, è p èpré t tras ïn pō èvō dé ptét kōt, tə rbot dé fās kōt, tə rtras, ərtras, on fait un grand cercle, on prend des «fausses côtes», on en fixe une au travers du cercle en lui donnant une courbure plus ou moins profonde, ensuite tu tresses un peu avec des petites c., tu remets des «fausses c.», tu retresses, retresses. ‖ Comparaison. En parlant du bois qu’on fend: Si bō fél, è s’i lév kman dḗ kōt, ce bois «file», il s’en détache comme des lamelles ou des fibres (B Bois); cf. ci‑dessous 4o 7. 6. Pl. Côtes d’un verre (spor. Vd‑F, B Épauv.). Lou vrou a ktè, le verre à c. (Vd Oron, var. spor.). Pò brə la goutə, on manyè dè pəti vrou a kṣè, pour boire la goutte, on emploie de petits verres à c. (F Gr.‑de‑V.). Mèz an ran tyè kntyè è kṣè, ne remplis mon verre que jusqu’aux c. (ib.). 7. Pl. Côtes, cannelures longitudinales marquées avec la main dans la tuile en pâte (F Vill.‑s.‑M.). 8. Pl. Koutè dou ratèi, l’extrémité du manche du râteau fendu en trois parties et s’engageant dans la traverse, ou les pièces de fil de fer ayant la même fonction (V Sav.); voir fig. 1. 9. Pl. Les deux côtés d’un manche de couteau, qui sont en bois, en os, en corne ou en ivoire (Vd Chenit). 10. Pl. Les montants de l’échelle (V Lourt.). 11. Partie renforcée de la lame de la faux, bord opposé au tranchant (Vd Fren., V passim, G Lac.). T’ā na fó kə l ə pa pr uza! L a d’abö pa mi kyé la kta! tu as une faux qui n’est pas assez usée! Elle n’a bientôt plus que la c.! (V Véross.). 12. Arc de l’arbalète (F Sugiez). 13. Appareil qu’on met aux vaches pour les empêcher de briser les haies (Vd Leys., Forclaz); voir fig. 2. 14. Grand rabot ou varlope, pouvant avoir jusqu’à 3 m. de longueur et servant à dresser les douves; il est employé par les boisseliers et les tonneliers (Vd Leys., Orm., V V. d’Ill.; fr. rég. Vd Orm.; anc. Vd Champvent); à Vd Orm. la «côte» est un long rabot fixe sur lequel on passe les douves. «Une coste à dresser les douves» (Vd Champvent 1771. Inv. Bla 1/2, 14. AC).

4o Bot. 1. Surtout au pl. Nervures des feuilles (Vd Blon., V Nend., B Sépr.). [les] ktè dei folyə (V Vernam.). Léiy a déi folyə k’on lòou véi tòtə lé kṣè, il y a des feuilles dont on distingue toutes les nervures (Vd Blon.). Y è ròtè lé kōt an sé fœy, j’ai enlevé les nervures à ces feuilles (B Sépr.). Autre ex. dans Schüle, Nend. 61. 2. Nervure principale ou pétiole de certaines feuilles, surtout en parlant de plantes potagères comme l’épinard des jardins (V Grône Besse), le céleri (Vd Roug., Étiv., G Herm., Aire‑la‑V.), la rhubarbe, la betterave, etc. (V Nend.). Kṣé dé cheləri, céleri en branches (Vd Roug. Usteri, 37). Sèləri a kta, id. (G Herm., var. Aire‑la‑V.); voir céleri 1o. Rubrb a kṣè, Rheum palmatum L. (F Broye Savoy). 3. Spécialt. Carde de la poirée, Beta vulgaris L. (Vd‑V spor.). Blyta a ktè, blette à côtes, poirée (Vd Penth.). Blyèt a kutə (G Bern., Aire‑la‑V.), blèt a grsè ktè (N Noir.), id., par oppos. à blèt a tndər [tondre], sorte de bette à petites c. (N Noir., var. G); cf. blette 1o. Kṣè dé blètə (Vd Roug., var. Vd Sent., Dum.), «côtes de blettes, de bettes» (fr. rég. SR), kouṣə dé répar (Vd Blon.), kta də mənəg (N Cern.‑Péq.; var. B Dev., Aj. Gué.), khè dè zta (V Arb., var. Maréc.), cardes de poirée ou poirées. Grósə koutə, poirées, litt. grosses côtes (Vd Corsier; var. F Gruy. et Vev. passim, Prez‑v.‑S., Torny‑Grd, Lully). Me fó brir hou fye de grche kṣe po le kayon, je dois verser de l’eau chaude sur ces feuilles de bettes pour les cochons (F Broc). ‖ Côtes, bettes, poirées (Vd Chenit, Vill.‑M., Dum., G Herm., Aire‑la‑V., Vern., F 1‑3 Savoy; fr. rég. Vd, G, F Gr.). Y a dè ktè kə pyon resta aou kourti to l’iv, il y a des bettes qui peuvent rester au jardin tout l’hiver (Vd Chenit). «Un plat de côtes» (G Gaudy). Ktè òrdinrè, bettes communes (G Herm.). Ktè almndè, sorte de bettes non précisée (ib.). ‖ Kōt fər (B Bois), fər kōt (B Charm.), cardes de poirée préparées avec de la sauce au vinaigre. 4. Kta grcha [grasse], joubarbe, Sempervivum (V Salins Besse). Kout də krəpon [rochers], id. (V Riddes Besse, var. Isér. ib.). 5. Gousse d’ail (Vd Leys., V St‑Maur., Bagnes, Nend., Lens, Mont., F Sugiez, B Pomm.). Kṣa d’ó, id. (Vd Étiv.; var. Vd passim, V Nend., Arb., Lens, F Grandv., Gr.‑de‑V., Lully, B Épauv., Ocourt, Aj. Va.). Tchèpy in·n kōt d’ā din lè salèdj, hache une gousse d’ail dans la salade (B Épauv.). Nə pòré p mədzi on·na kṣa d’ó sé p pò vrou, je ne pourrais manger une gousse d’ail à aucun prix, litt. je ne sais pas pour combien (F Gr.‑de‑V.). ‖ Kṣa d’ounyon, caïeu d’oignon (Vd Étiv.). 6. Saillie longitudinale à la surface du melon (B Épauv.). ‖ Rin·nèt è kōt, pomme à côte ressemblant à la reinette du Canada (B Épauv.; var. V Vouv., Sav., G Bern., Aire‑la‑V.). 7. Au pl. Fibres du bois (V Mart. Dietrich).

5o Croûte du fromage (V Maréc. Müller, 224). 6o Sorte de bourre de soie, de qualité inférieure au fleuret, p.‑ê. identique à la filoselle ou à la galette; étoffe fabriquée avec cette soie (anc. Vd, G). «Laurent Le Sourd, faiseur de cordon de coste de soye» (G 1557. Geisendorf, Habitants, I, 96). «Les franges et passements veloutez devront estre de fine soye et fleuret, sans y entremesler cappiton, coste ny estouppes de soyes» (G 1580. Sources droit, III, 381; cf. ib. 395 et 508). «Un tapis de table ... item un dit de coste de peu de valeur» (G 1727. Inv. campagnes, 2, no 111. AC). «Tours de lict et rideaux de coste» (Vd Laus. 1748. Inv. D 535, 112. AC). «Un tapis de coste» (Vd Champvent 1771. Inv. Bla 2, 11. AC). Autre ex. sous coton 1o. 7o Panier (anc. Vd); cf. ci‑dessus 3o 4‑5. «A confessé avoir print et derobé ... une cote de raysins» (Vd Glérolles 1548. Proc. crim. Bh 10/2, 20. AC). ‖ Spécialt. Panier servant au transport du sel; unité de mesure correspondant à la contenance de ce panier et équivalant à 12 salagnons (anc. Vd, G‑F); synon. bənta 1o. «Inculpato posuisse in granateria Villenove quandam blettam [cf. blyta] terre loco unius coste salis» (Vd Chillon 1401/02. Mi.). «Su la Saint Michiel, una cota de saux» (F 1487. Comptes St‑Nicolas, VI, 95. AC). «Pro viginti quatuor costas de sallignion» (Vd 1526. Comptes péage, Ag 13. AC). «Pour vingt couttes de sel» (F 1595. Comptes Hauterive. AC). Autres ex. dans MDR, III, 806, 836; Ahokas, Gloss. gen. 154.

8o Terrain en pente, flanc d’une colline, d’une montagne, d’une vallée (Vd, V passim, G Herm., Dard., F surtout Gruy., N 1‑4 passim, B spor.); se dit parfois de pentes très rapides. «La costa tanques ou praz du portier du Bisemberg» (F 1465. Aff. Ville, A 552, fo 40. AC); autre ex. sous communal 1o. La kta é rapda kòmè lò tè, la pente est rapide comme le toit (N Couvet). Grèpilyè èmoun ènè ktè, grimper le long d’une pente (N Cern.‑Péq.). La vtsə l a péri avó ha kṣa, la vache s’est tuée en tombant en bas de cette c. (F Broc). Déchdré la kta, descendre la c. (Vd Aubers.). Alé eïn·nā pè la kta, gravir la c. (V Praz‑de‑F.). Chou pèr la kṣa, en haut de la c. (V Évol. De.). L è lanyœu dè pòrta lo fəmi pè li ktè, c’est fatigant de porter le fumier «par» les c. (V Trient). Lə ktə də la montanyə, les flancs de la montagne (Vd Corb.). L’tra kta, l’autre versant (N C.‑aux‑F.). La kōt di drè, l’adret, litt. la c. du droit (B Mall.). ‖ Kṣa də prās, də tsanch, succession de prés, de champs, en pente uniforme (V Évol.). Kt (de vigne), vigne en pente (B Neuveville). Loc. On tsan, on prā in kta, un champ, un pré en pente (Vd Sassel; var. Vd Blon., Month., Oron, F Montb., Vill.‑s.‑M., Grandv.). Vnyə in ktè [pl.], vigne en pente (Vd Corsier). On tsan è [en] kta (Vd Month.), on pr galy in kṣa (F Vill.‑s.‑M.), un champ, un pré fortement incliné. Ẓ è a kṣa, c’est en pente (Vd Ross.). Tèrin dé kté [de côtes], terrain escarpé (Vd Pailly). Composé. A myè kouṣa, à mi‑côte (V Pains.; var. Vd Blon., V Est spor., B Romont, Aj. Va.). Prov. P de kṣa chin plyan, p de plyan chin kṣa, pas de pente sans plateau ... (F Gru.). È n’y è pn d kōt sin knb, il n’y a pas de versants sans combes (B Bois). È fā bragè lḗ kōt è pə dmérè ā pyin, il faut vanter les lieux escarpés et demeurer au plat (ib.). ‖ Jeu de mots: Ttè ṣā kṣè son myè, toutes ces c. sont à moi, dit en se passant les mains le long des côtes qqn qui est au‑dessus d’une grande étendue de terrains en pente et qui veut passer pour riche (F Gr.‑de‑V.). ‖ Spécialt. 1. Champ ou pré en pente (Vd Villen., Ross., F Vill.‑s.‑M.; anc. Vd, N); anciennement semble s’appliquer plus particulièrt à un terrain inculte, à un mauvais pré ou à un taillis. «Pro medietate unius coste sive raspe nemoris vocate Coste sive Raspe Fichet» (Vd Mont‑s.‑Laus. 1537. Mi.). «De quadam costa seu aya [taillis?] sita subtus prioratum de Cossonay salva quadam pecia prati dicte coste» (Vd Coss. 1471/72. Mi.). «En Fahy, un morcel de coste et de raspes, contenant s’il se cultivoit environ deux fossorées de vigne» (N Neuch. 1666. Pier. 701 b). «Une coutaz en la Fin d’amon ... pour faire un bon char de foin» (Vd Lucens 1718. Not. Ballif. AC). «Un pré soit coste siz à la droitte de Pimpinet depuis la porte jusques au Flon [rivière]» (Vd Laus. 1746. Inv. D 535, 77 vo. AC). ‖ Pente en maigre gazon et de peu de rapport (Vd Penth.). ‖ Pente de dimensions réduites, de déclivité faible, mais difficile à faucher (V Nend. Schüle, 35). 2. Pente d’un précipice: «Clia sapalla sè trovavè aô fin bord d’ona coûta», ce sapin se trouvait au fin bord d’un précipice (Vd Rovr. Mess. boiteux, 1901, 57). ‖ «Bord d’un précipice» (Vd Cuves). 3. Rive inclinée d’un cours d’eau (Vd Corb., B Épauv., Ocourt). Lə ktə du torin son rāidə, les rives du torrent sont escarpées (Vd Corb.). Yō ytchè rétin·nin din lḗ rètch dḗ də [deux] kōt di Dou, leurs ululements se répercutaient dans les rochers du Doubs (B Ocourt). È soun èdé è grèbsnḕ din lḗ kōt, ils sont toujours à fureter «dans» les c. du Doubs (B Épauv.); cf. aussi sens 9o. 4. Littoral d’un lac (Vd Sav., Penth., Broye Mat.). 5. Pente bien exposée au soleil (V Lourt., Évol.), adret d’une vallée (V Mase, Grim.). ‖ Coteau, surtout côte plantée de vignes (spor., surtout Vd‑V). Ttè ṣ kṣè son pyantyè in vnyè, tous ces coteaux sont plantés de vignes (F Gr.‑de‑V.). 6. Colline (Vd Chenit, Const., Br., V Voll., F Vill.‑s.‑M., Gru., B Vicques, Mett., Aj. Bié., Va.), petite colline, mamelon (Vd Villen., F Charm.). Pətèt [petite] kōt, colline (B Mall.). ‖ In·n kōt kə fḕ ïn pin d sokr, une pointe de montagne conique (B Bois). ‖ Fa la kṣa, litt. il fait la c., se dit d’un pâturage qui forme une bosse arrondie (Vd Roug.). 7. Fig. Rangée de blé qu’on fait de chaque côté de l’aire en tournant les épis vers le milieu (V Bourg‑St‑P.). Kan on·n èkò, i fó frè din l’rè dè ktè, quand on bat, il faut faire deux c. dans l’aire.

9o Pente boisée, forêt de montagne (Vd Vall., Vaug., F Lully, N Boudry, Bér., Noir., 4‑6, B), forêt en général (N 4‑6, B 2‑5; anc. N, B). «Tout ce qu’est en la dite coste de sappel et de tahier [taillis?] est en ban» (B Corgémont 1547. Reg. Cons. AC Porr.). «Aller couper bois es costes pour les bordes [cf. brdè 1o]» (N 1557. Pier. 66 a). «Couper bois en certain endroit de leur coste où boucheage en est litigieux» (N St‑Aubin 1629. Pier. 61 b). Ex. de N XVIIIe s. sous châblage. «Nos officiers observeront à ce qu’une côte ou forêt ne soit jamais entamée du côté du couchant» (B Del. 1756. Ordonn. forestale, p. 8). La kta bru, v pyouv, le vent fait du bruit dans les arbres de la c., il va pleuvoir (Vd Vall.). «Dé frayè, dé z’anpouë ... qu’elle alâve queri dè lé z‑essertâyè de la coûtâ», des fraises, des framboises qu’elle allait cueillir dans les clairières de la «côte» (N Boudry. Pat. neuch. 200). Dèvalā du bou d’è·n kt, «dévaler» du bois en bas d’une forêt (N Dombr.). Ïn kār də kōt, une certaine étendue de forêt (B Bois). In·n kṓt an pyin·n, une forêt en plaine (B Mett.). Kòpè [couper] in·n kōt ou l bō [bois] d lè kōt, déboiser (ib.). In·n kōt də grō bō, une haute futaie (B Bois). É·n kṓt də sapaïn (B Plagne), in·n kōt də na [noir] (B Sépr.), une forêt de sapin. In·n kṓt də nœjyə, un endroit couvert de noisetiers (B Mett.). In·n kṓt də mouriə [mûriers], də fādjər [fougères], də mòs [mousse] (ib.). In·n ptét [petite] kṓt, un bosquet (ib.). Djə·n [jeune] kṓt, taillis (ib.). Kṓt vərdj, forêt vierge (ib.). Kout d la kmə·n, forêt communale (N Land., var. B passim). Lé prè anson lè kṓt ou chu lè kṓt, les prés au‑dessus de la forêt (B Mett.). Lé prè dō [sous] lè kṓt, au bas de la forêt (ib.). Lə ā d lè kṓt, le sommet de la forêt (ib.). Lè riv d lè kṓt, la lisière (B Courchap., var. B spor.). ‖ Ïn tchinpa an [en] kōt, un pâturage boisé (B Mett.). ‖ (ou ḕbr) də kṓt, arbre forestier (B Bois); cf. cerisier 1o, chanvre 3o 5, pic. Dḗli d kōt, délit forestier (B Bois). Prov. et dictons. Stu k’é pèvu dé fy nə dè pn alè din lè kōt, celui qui a peur des feuilles ne doit pas aller dans la forêt (B Bois). È n fā p syōtrè din lé kōt vou bïn lə lou s’èmin·n, il ne faut pas siffler dans les bois, sinon le loup «s’amène» (B Épauv., var. Ocourt). Autre prov. sous cachette 4o. ‖ An l Pan·nkṓt, lé frə an lè kōt, à la Pentecôte, les fraises à la forêt (B Courrend., var. B nord passim). Tyin è py an lè Pantkōt, on lés lè matə dḗ rətch an lè kōt, quand il pleut à la P., on laisse à la forêt la moitié des liens de bois qui serviront à lier les gerbes (B Pomm.; var. Saic., nord). S’è pyy ò la Sin Mḗidār, on pu lchi la mitī t sè dyinṅ ò la kout, s’il pleut à la St‑Médard, on peut laisser la moitié de ses liens à la forêt (B Orvin). 10o Noms de lieux (choix parmi plusieurs centaines). La Côte Vd Bex, la Coste 1716: la kta, vignes; les Côtes Vd Laus.: lé kté, bois; Côte‑de‑Bière Vd Bière (Sgf. 431): a la kta, grande forêt sur les premières pentes du Jura (cf. ib. loc. alā a la Kta, aller ramasser du bois dans la grande forêt; koutérn «bûcheron»); Côtes du Sentier Vd Chenit (Sgf. 299): è ktè (dao sindin), fr. rég. les Côtes, pâturages s’étendant vers les hauteurs en prolongement des petits domaines du bas; la Côte de la Montagne Vd Vall. (Sgf. 291): la kta d la montanyə, bois; la Côte Vd Vugelles, Fontaines, Vaug. et Concise (Sgf. 284‑286), en la Costa Vd Fontaines 1297 (Mi.): a la kta, forêts sur les premières pentes du Jura; en Coutaz Perrettaz Vd Cuarny dès 1747: in kta pèrta, fr. rég. Côte Perrette, champ; es Côtes Vd Const., en la Costa(z), es Costes XVIe s.: ḕ ktè, vignes, prés, bois; la Côte V Monthey, en Costes 1696: a la kta, vignes; Coutaz V Mart.‑Combe: in la kta, prés en pente raide; les Côtes, les Coutes V Ors., es Côtes 1745: i ktè, prés, champs en pente, terrains incultes; (ā) kouta V Sav., pâturages; Couta V Hérém. (CN 283), «in magalibus de la Cuttaz» 1490, Costaz d’Orsera 1683: in la kṣa, i ma·in [aux mayens] də la kṣa; la Coûta F Roche, la Costa(z) 1309, 1453 (Festschr. Gauchat, 39): a la kṣa, chalet, bois, alpage improductif; la Pouta Couta F Gumefens: la pta kṣa, pente très raide, subdivision de la forêt du Gibloux; sous Costa pella ib. 1403 (Mi.); la Coûtaz F Praroman (Sgf. 345), la Costa 1479: a la kṣa, champ; es Côtes devers le Lac F Châbles (Sgf. 326): è kṣè dèvè lə lḗ, bois et pâturages entre la route et le lac; Côte de Montalchez N Montal., la Coste 1722: la kta də montaltsi, bois; les Côtes N Verr. (Sgf. 277): lè ktè, pâturages; la Basse Côte N Sagne (Sgf. 132), «la Basse Coste de l’envert de la Saigne» 1372 (Matile, 940), longue pente boisée; la Côte de Thielle N Cornaux, in la Costa XIVe s., «bochoier au dit crest apellé la Coste» 1513 (Pier. 61 b), «au bois de la Côte de Thielle» 1740; sur les Côtes B Neuveville (Sgf. 134): tsu la kt, forêt; la Côte B Lamb. (CN 1125): a la kt, pâturage; un lie Coste B Loveresse 1263 (Trouillat, II, 133); Côte du Droit B Underv. dès 1775 (CN 1105): an la kót di dra, forêt; la Malcôte B Asuel (CN 1085): an l māl kót, pâturage; Sur les Côtes B Porr. (Sgf. 88), les Côtes 1491‑1754: chu lé kót, bois. Cf. de Roche, Moutier‑Grandval, 22, 28; Weigold, Sprachgrenze, 97. ‖ La Côte‑aux‑Fées, commune de N, en la Costa des Faies 1337 (Matile, 454; cf. Lœw, Verrières, 21, 27), aux Costes aux Fayes 1580: la kt è fyè [brebis] (pat. de N C.‑aux‑F.), kt ē fyé (Vd Aubers.), la kut é féy (Vd Ste‑Cr.), la kta  fyè (Vd Vaug.), la kt é fay (N Montal.), ... i fyè (N Buttes). ‖ Côtes du Doubs N Brenets (Sgf. 83), Planch., Ch.‑de‑F. (CN 232): lè ktè du du (pat. de N Planch.), bois, pâturages au‑dessus des rives du Doubs. ‖ Côtes du Rhône G Lancy, aux Costes du Rhosne 1756: lé kté (G Dur.), berges du Rhône. ‖ «Devers la Couste de Gransson» Vd et N 1350 (Matile, 654); «en la Couste de Neufchastel, ou territoire de Avernier» N vers 1280 (Matile, 176), «le vin de la Costa de Neufchastel» (F Estav. 1558. Sources droit, 204); Mairie de la Côte (comprenant les villages de N Auv., Peseux, Corcelles et Cormondrèche) N XIVe s.‑1848 (Dict. hist. II, 591 b), «la mayorie de Budry et de la Coste» 1367 (Pier. 712 a), «Jehan le Guy, maiour de la Cousta» 1397 (Pier. 193 b), «mayor de la Coste et de Budevillier» 1420 (ib. 341 b; cf. Mus. neuch. 1919, 99), pat. «la Couta» 1625 (Mél. Niedermann, 133). ‖ La Côte, région de Vd, sur la rive nord‑ouest du Léman: la kta, la kṣa, etc. (Vd et G; ethnique koutérn, voir ce mot). Cf. chemin 5o. 11o Lə plyan də la Kta, cépage blanc originaire de Vd Côte, cf. 10o fin (G Troin.). Lə vin də la Kṣa, le vin de Vd Côte (Vd Blon.). «Lo La Coûta», id. (Vd Cont. 1892, 1). La kta è on bon vin byan, le «La Côte» est un bon vin blanc (Vd Bière). Cf. Steiner, Lehnw. 372. ‖ La kto rəẓ, litt. la c. rouge, cépage d’origine non précisée, dont les sarments sont rouges, et dont le fruit est sujet à la coulure (G Aire‑la‑V.).

Du lat. cŏsta; FEW, II, 1245. Pour les sens 2o, 8o et 9o, les définitions de nos corr. sont généralt vagues ou ambiguës. Au sens 9o «forêt», la limite entre l’appellatif et le toponyme est parfois difficile à reconnaître; pour Vd Vall. et Vaug., notamment, on ne peut séparer les renseignements donnés sous 9o des n. de l. attestés dans ces communes. Cf. synon. bois, dzo, forêt; Bull. Gl. I, 69; Dict. géogr. I, 540. — Cf. la série cot‑, coquin 1, 4o et hist., dekte, écôter, koṣ, kótèr, kōt·n, kōtnyn, kotn, kōtn, kta, kout, koutyo, koutyre, koutyn, râcle‑, siv‑, trente‑. Voi.

Pour citer cet article : CÔTE (réd. Voi.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome IV, p. 349.

Marge de droite