Tome VII page 226

FÉE, fya, ‑ə, ‑e, ‑ì, f‑, qqf. fa‑ Vd 1, 45, 51, 61, 67, 70, 7 Sergey, 90, Dum., V 1‑3 passim, 45‑47, 50, 50 a, 7‑8 passim (pl. fyè 86 Jj.), G 10, 18, 1 Conf., F 14, fāva V 51‑53, 60, fāa 53 var., fḕ J 48; fḗ(ə), fé‑ Vd 24, 36, 71, 82, 92, G 20 (‑éè), F 12, 13, N 1 Bér. Pat. neuch., 31, B 32, J 42, 45, 50, 54, 60, 61, 66, 6 Bié.fêe»), Va.; fèya, ‑(ə), fé‑ Vd 31 (‑è), 54, F 63, J 6 Va., féə·a V 62, fiyè pl. Vd 41. Anc. patois fâiès pl. F 1 XVIIIe s. Python (Bucol. éd. Moratel, 142). Fr. faye, fâ‑ G XIXe s. (sens 2o). Cf. n. de l.

‖ S. f. 1o Fée, personnage féminin imaginaire, doté de pouvoirs magiques, et censé influer en bien ou en mal sur le monde des vivants (Vd distr. Aigle, 2‑9 spor., V passim, G‑B spor., J passim; F Gruy. XVIIIe s.). Synon. dame 3o 4, damette 2o, fantôme 1o 2, fènta 4o. Lè fyè sè tənyvon dè lè kavrnè dè rtsè, les f. habitaient dans les cavernes des rochers (Vd Chenit). D’tro yzo y avéi dè fyè pè lè mountnyè, autrefois il y avait des f. dans les montagnes (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LX, 413). È·n ouna vta [voûte] dou ché dou Kriṣā, y èṣāv ouna kryè fyé, dans une excavation du rocher du Kr. vivait une méchante f. (V Grim. Jj.). Chin l é pacha kan é fvé ron ina i bougn·né da Gran Dz, cette histoire s’est passée au temps où les f. habitaient les grottes de la Grande Forêt (V Sav. Z. f. rom. Phil. XLVI, 647). Ron [ronds] dé féə, cercles d’environ dix mètres de diamètre, où l’herbe est plus verte que dans le reste de la prairie et où, selon la tradition, les f. viennent danser la nuit (Vd Const.); cf. folkl. II, 1. Ces cercles sont attribués aux sorciers dans F Gruy. (cf. aussi Monnier et Vingtrinier, Croyances et trad. pop. 1874, 385 ss.). Li fāyə pòrtvon dè gró blòkə din lœ fudā, les f. portaient de gros blocs de pierre dans leurs tabliers (V Saill.). Li fāyə l avvon on·na grsa fòrs, les f. avaient une grande force (ib.). Li fayə l von dè pya sin talon, les f. avaient des pieds sans talons (V Leytr.). Fāa ta·on·è [talonnée], f. dont le pied est tourné en arrière (V Conth. sup. Bull. Gl. VII, 22); synon. sous dètalən 3o, étalən 2o. Y ò dé bou·n è dé móvéz fayə, il y a de bonnes et de mauvaises f. (G Aire‑la‑V.). Li fāyə byinfazntè pòrtvon d’ardzin è dè trəzò, li fāyə mófazntè l ron slé kyə l aflizyvon lə pœplə, les f. bienfaisantes apportaient de l’argent et des trésors, les malfaisantes étaient celles qui accablaient les gens (V Saill.). Li fāyə l ron dë fèmlè sòrsyrè, les f. étaient des sorcières (ib.). Les gens de Clarens ou des Avants disaient: «N’allin pas per Thomé [l.‑d.], car no rencontréron les faïes et no corront après», ne passons pas par Thomex, car nous rencontrerons les f. et elles nous poursuivront (Vd Ceresole, Lég. 73‑74). Fāyə ptèr [pâtres], fées gardiennes des troupeaux (Vd Leys.). Le fayə d’Artsənó [l.‑d.] ... y a·an lo po·é də fìrə a zala cholon [geler selon] k’y a·an malsé aə lə mun·ndo, les fées d’Arzinol avaient le pouvoir de provoquer le gel quand elles étaient fâchées avec les gens (V Hérém. Lav. 375). ‖ Kont də fḗə, conte de f. (J Dev.). Knta di [des] fāyə, id. (V Châble). Istèrə [histoire] dè fyè (V Saill.). Mre gran! kontā yè [voire] a knta di fye! mère‑grand! racontez donc le conte de f.! (V Châble). Li vyyè dzin l nmon kontā slèz istèrə dè fyè, les vieilles gens aiment à raconter les histoires de f. (V Saill.). Èily a ttë srtë dè k·ntë su è fyë, il y a toutes sortes de contes concernant les f. (V Isér.). Tin də lè fyè, époque légendaire des f. (Vd Orm.). ‖ Òfan də féə, enfant de f. (B Mall.); cf. fayn 2. Loc. et prov. Dae [cf. doigt 2o 3] dè fāyə, se dit de qqn qui est très habile de ses mains (V Ardon. Delaloye, 56). Fi pè man dè fāyə, fait par main de f., impeccable (V Saill.). Mé foudréi pròou on·na bna fyè pò m’éidyi a fini ssè, il me faudrait bien une bonne f. pour m’aider à finir ceci (Vd Blon.). Quand qqn se vante, on dit de lui: «Il a été voir les fées» (fr. rég. Vd Vall. AFS, mat. ms.). Y a tòdzòr ktyè fya kə vāi, il y a toujours qqn qui vous observe, litt. quelque f. qui voit (Vd Orm.). Tchètyün è sè fḗ, bin·n ou mḗtchin·n, è fā i pḗsḕ, chacun a son destin, bon ou mauvais, il faut le subir (J Bois). Noms de lieux (choix; aire: Vd distr. Aigle, distr. Orbe, V, N C.‑aux‑F., J Chev.). Pèrti a lə fyè Vd Leys. Neveu, excavation dans la Tour d’Aï; la Grotte aux Fées Vd Ollon: la tn·na i fāyə, abri sous roc; Trou des Fées Vd Bex, «J. C. ... est comparu pour avoir esté ... dans le Trou des Fées» 1676 (Mi.): pèrti a lè fyè, grotte; Cave aux Fées Vd Romainmôtier, Cavaz es Faz 1498 (Mi.): a la kāv [grotte] ae f·è, prés, champs, bois; la Grotte aux Fées V Champ.: la tn·na a lè fyè, cf. folkl. I, 3; Grotte aux Fées V St‑Maur. (CN 1304): la grta di fāyə; la Pierre de la Fée V Voll.; ə brma [cf. baume 3, 6o] di fyè V Lourt., abri sous un rocher; ou bouga·n [grotte] di fvè V Sav.; Pro di Faves V Arb.: u pró du fāvə; Six des Fées V Hérém.: lè ché [rochers] d’artsənó, où se situent lè brè [crevasses, cf. birə II, 2] di fyè, cf. ci‑dessus; Bisse des Fées V Lens, nom d’un ancien bisse, selon une croyance construit et détruit par les fées, cf. èrdzo 1o n. de l. et Folkl. suisse, LXXIV, 70; in la birə di fyè V Pins., grotte dans un rocher; Combe és Fées J Chev.: an lè kounb é fḕ. Autres n. de l. sous baume 3, 6o, cave 4o. 2o Sorcière, femme pratiquant la sorcellerie (J Bois): È y n è k’alévïn é fḗ, il y en a qui allaient consulter les sorcières. ‖ Au fig. Femme singulière, ridicule par son accoutrement choquant (G Herm.; fr. rég. G XIXe s.). Na vily fyè, une vieille sorcière, une femme excentrique (G Herm.). «Pense‑t‑elle, cette vieille fâye, qu’on la remarque?» (fr. rég. G Hum.). «Avouez, Rosine, que votre jeune maîtresse s’habille quelquefois comme une fâye» (ib.). «Il n’y a qu’une fâye qui puisse mettre autant de fleurs voyantes à son chapeau» (ib.). ‖ T. d’insulte à l’égard d’une femme (V Cham.): Ā! fya! ah! sorcière, diablesse! 3o Composé. Bin·n fḗə, sage‑femme (J Épauv., Aj. Surdez, Va.); synon. bonne‑femme et sous mère‑ comp. Loc. T vè tyəri [quérir] lè bin·n fḗə? tu vas chercher la sage‑femme? dit‑on à qqn qui marche rapidement (J Aj. Surdez). 4o Femme très petite, vive et intelligente (V Châble): Kmin! on grṓ lanpon kmë li, ë va maryā sa dóynta fya? comment! un gros gaillard comme lui, il va épouser cette petite f.? (V Châble). 5o Jolie fille brune (Vd Ceresole, Lég. 72); cf. folkl. I, 3, fayn 2.

6o Zool. Chocard des Alpes, Pyrrhocorax Alpinus Vieillot (Vd Leys.). Fāyə d’A·ī [l.‑d. Aï], id.; cf. folkl. I, 3. 7o Composé bot. Iərb [herbe] é fḗ, millepertuis perforé, Hypericum perforatum L. (J Charm.).

Dérivé: fayta (‑ĭtta) V 74, petite fée.

En général emprunt, plutôt que descendant direct du lat. fata; FEW, III, 432 b. Les formes fata, fadha, etc. que l’on rencontre notamment dans Ceresole et J. Olivier semblent copiées de Br. qui les a lui‑même trouvées dans des textes lat. et prov. — Cf. le suiv., la série fay‑, èfāy.

Folkl. En SR, trois régions sont essentiellement concernées par les légendes où apparaissent les f.: le Valais en général, les Alpes et préalpes vaudoises ainsi que le Jura. Absentes de G et de F, les f. n’apparaissent que rarement dans le Jura vaudois (Vall.) et dans la Broye; dans N Bér., le récit de la f. blanche (cf. Pat. neuch. 65‑68) est imité de Bernardin de Saint‑Pierre.

Les tentatives pour expliquer l’origine de ces êtres puissants, capricieux et ambigus aux yeux des hommes, objets de vénération et de terreur, sont aussi nombreuses que fantaisistes. Les f. seraient ainsi les descendantes des survivants de toutes sortes de hordes: tantôt de brigands autochtones (cf. Jegerlehner, Sagen Unterwallis, 125), tantôt de Sarrasins (cf. Isabel, dans A. tr. p. XI, 122 et fayn 2, 2o), tantôt de Huns, de tziganes ou de Maures (cf. état de la question dans Max Liniger, De l’éradication du crétinisme, etc., Laus. 1989, p. 40‑41 et 147‑179). L’attribution aux f. de ces origines exotiques explique égalt la couleur foncée de leurs enfants dans Vd distr. Aigle (cf. fayn 2, 2o). Cf. aussi Z. f. rom. Phil. XLVI, 647.

I. Désignation des fées. 1. Par leurs noms propres: Arie (J Aj.), cf. ci‑dessous II, 3 c; Brâva, Gertrude, Olympe (V Champ.), cf. Folkl suisse, XXXVIII, 66*; Fayasə [cf. faysə 2o] (Vd Orm.); Frizamnte (V Hér.), cf. Lav. 375; Frizta, Turlra (Vd Bex), cf. ci‑dessous II, 3 d; Grifòli, mauvaise f. (V Maréc. Müller, 74); Lilā, qui passe pour être sage (Vd Nov.); Follaton, Martzcrotta et Tzapéronia (V Salvan), cf. ci‑dessous II, 3 d; Mḕtchmyat [mâche‑miette], bonne f., amie des enfants (J Aj.) ou femme croquemitaine, moins méchante toutefois que la suivante (J Charm.); Mḕtchkrōt [mâche‑croûte], mauvaise f., croquemitaine (J Del., Aj.); Nérine (distr. Aigle), cf. ci‑dessous II, 3 b. 2. Par des lieux‑dits: la f. du Plan‑Névé (Vd distr. Aigle), cf. Ceresole, Lég. 111 ss.; les f. des Combasses (V Salvan), cf. ci‑dessous II, 3 d; la f. du Lin (V Levron), cf. Folkl. suisse XIV, 37; la f. de Clèbes (V Nend.), cf. A. tr. p. III, 142; les f. de Grand’Combe (V Évol.), cf. Bull. Gl. II, 26‑33; les f. d’Arzinol (V Hér.), cf. Lav. 375; lì fyé dou Kriṣā (V Ann.); les f. de la Pierre Percée (J Courgenay), de la Roche de Faira (J Beurnevésin), de la Baume Béquillote (J Charm.), cf. ci‑dessous II, 3 c.

II. Les fées dans l’imagination populaire. 1. Habitat. Avant tout fées de la montagne, leur milieu et leur habitat sont les grottes, les excavations ou fissures de rochers, les crevasses des glaciers, les forêts et les pâturages, voire des tours qu’elles fabriquent avec des matériaux d’éboulis (V Évol.), des galeries souterraines (V Praz‑de‑F.), une bâtisse de pierre (V Hérém.); cf. baume 3 hist. Dans la Broye vaudoise on rencontre des «ronds de fées», cf. ci‑dessus 1o et aussi Monnier et Vingtrinier, Croyances et trad. pop. 1874, 385 ss. 2. Apparence physique. Les caractéristiques physiques peuvent se résumer ainsi: peau brune (plutôt Vd), longue chevelure, pied sans talon (cf. ci‑dessus 1o); certaines ont un œil unique placé au milieu du front (cf. Jegerlehner, op. cit. 125 et ci‑dessous 3 e). 3. Rapports avec les humains. Dans leurs rapports avec les hommes, les f. se montrent en général bonnes et généreuses, parfois rancunières, voire méchantes (surtout dans V). Si les relations entre f. et êtres humains ne finissent souvent pas très bien, c’est que ces derniers ne respectent pas les conditions — pourtant faciles à remplir — posées par les f., qu’ils les maltraitent ou s’en méfient, qu’ils veulent s’en débarrasser parce qu’ils les jugent encombrantes, ou c’est qu’enfin les f. elles‑mêmes se montrent mauvaises et persécutent les humains. a) Récompense pour un service rendu. Un thème très fréquent est celui de l’être humain qui rend service à une f. Cette dernière récompense généreusement son bienfaiteur en lui demandant toutefois de ne pas chercher à savoir quelle est sa récompense avant d’être arrivé chez lui. Souvent la curiosité l’emporte et le bienfaiteur se retrouve avec des matériaux de peu de valeur (feuilles de hêtre, branchages, charbon); cf. charbon folkl. fin. Malicieuse, la f. s’arrange pour qu’une feuille ou un charbon reste accroché aux vêtements du curieux; ce matériau se transformera en un écu d’or au moment où il arrivera à la maison et fera comprendre au malheureux tout ce qu’il a perdu (cf. Vd Ceresole, Lég. 74, 84, 89; V passim). L’aventure se termine pourtant bien dans une légende de V Torg., où la filleule humaine d’une f. reçoit un plein tablier d’écus d’or (cf. Gill. Vionnaz, 131‑132). b) Amours entre fées et hommes. Les unions entre f. et hommes sont éphémères ou se terminent mal après quelques années. La cause de l’échec est là aussi une promesse non tenue. Le mari de la f. ne doit jamais dire certaines formules comme: «Faye! raye! retalaye!» [sens?] (Vd Morcles. Ceresole, Lég. 88); «Fâïa | vâia | que jamay plus te vâyo!», f.! va‑t’en! que jamais plus je ne te voie! (V Châble. Courthion, dans Rev. trad. pop. VI, 351); «Fée! fée! retourne là où je t’ai prise!» (V Bagnes, Sav.); «Fée talonnée» (V Erde); «Fée plus longtemps tu vis, plus tu deviens bête!» (V Nend.); Fva ënfavāə, chó·adzə! f. «enféée», sauvage! (V Sav.); «Fée, mauvaise fée!» (V Hérém.); «Mauvaise fée!» (V spor.); Fḗə! ou Dṓb [folle]! (J Bonf. A. tr. p. XV, 153). La suite se répète souvent. Un jour ou l’autre l’homme se met en colère et prononce les mots fatidiques parce que la f. rentre les récoltes avant maturité. Elle avait pourtant bien agi puisque, possédant le don de divination, elle prévoyait les intempéries. Alors, déçue par tant d’ingratitude, elle s’en va. Dans ces cas il existe dans V une épreuve de pardon: la f. se transforme en serpent hideux que le mari fautif doit embrasser. Celui‑ci n’en a jamais le courage et la f. disparaît pour toujours. Le mariage peut également mal se terminer à cause de l’infidélité de l’homme (Vd Aigle. Ceresole, op. cit. 82). À Vd Vall., une f. épouse un forgeron à condition que celui‑ci ne la regarde que lorsqu’elle‑même jugera convenable de se montrer. L’homme cède à la curiosité et s’aperçoit que la f., endormie avec les jambes découvertes, a des pieds d’oie (autre version du pied sans talon). Furieuse, la f. se venge en chassant son mari (cf. Monnier et Vingtrinier, Croyances et trad. pop. 1874, 274 ss.). Une légende de même type, faisant état de promesses non tenues dans les rapports conjugaux entre f. et hommes se retrouve à J Bonf. (cf. A. tr. p. XV, 151‑155) et Ocourt (cf. Jurassien, 1990, 29‑32). D’après une légende des Alpes vaudoises, la f. Nérine offre au berger Michel la richesse et le bonheur s’il consent à la suivre au pays des f. Michel refuse par amour pour ses pâturages et sa patrie (cf. Ceresole, op. cit. 91 ss.). c) Travail des fées. Souvent les f. rendent d’éminents services aux hommes. Gardiennes des troupeaux, elles choisissent les meilleurs pâturages pour le bétail, le préservent des épizooties. En récompense elles reçoivent du «maître armailli» un baquet journalier de crème. Génies paisibles de la montagne, elles veillent à l’éclosion de la nature, à la protection des chamois, à la pureté des cimes (cf. Ceresole, op. cit. 68, 91, 107). Les f. protègent aussi les gens laborieux. Ainsi à Vd Chesières, une f. aide une jeune fille à filer sa quenouille (cf. ib. 85). À V Torg., une f. récompense un brave homme en lui conseillant de rentrer son blé prématurément, prévoyant, grâce à son don de divination, une tempête qui bientôt ravagera tout le pays (cf. Gill. Vionnaz, 132). À V Lourt., on dit que ce sont les f. qui ont appris aux hommes à fabriquer le fromage (cf. Jegerlehner, op. cit. 123). À V Verbier, les f. ont endigué à leur manière une grosse rivière, ce qui préserve les gens des inondations (cf. ib. 96). Parfois le travail des f. est plus intéressé et se solde généralement par un échec. C’est le cas à V St‑Luc, où les f. construisent un bisse en échange d’un enfant d’humain. Au dernier moment le père de l’enfant, ne voulant pas perdre son fils, détruit le travail des f. (cf. ib. 180). Échec encore pour les f. valaisannes qui avaient proposé aux conquérants du Valais de donner au Rhône un cours souterrain pour éviter les inondations, cela en échange de quelques recoins du pays pour s’y réfugier. La proposition des f., toute alléchante qu’elle fut, n’a pas été acceptée (cf. ib. 124). — Les contes de f. jurassiens ont pour personnage central la Tante Arie, véritable patronne de l’Ajoie, protectrice des femmes laborieuses et du foyer: cf. Arie folkl.; J. Beuret, Lég. du Jura, Laus. 105 ss. Patronne des jeunes filles travailleuses, la f. de Chanteraine [cf. chante‑ comp. 9] du Noirmont organise, tout comme Arie, des concours de filage et récompense les plus méritantes (cf. J. Beuret, op. cit. 9‑11). Une autre légende raconte qu’à Courgenay, sous une roche proche de la Pierre‑Percée ainsi que sous la Roche de la Faira, près de Beurnevésin, existent des boulangeries de f. dont les pains et gâteaux servis sur une belle nappe blanche font le régal des paysans (cf. A. tr. p. VII, 172, 174; baume 3 hist.; Sébillot, Folkl. France, I, 451). — Formule pour guérir de la cataracte, cf. A. tr. p. XLIV, 76 et fènta 4o. d) Fées méchantes et nuisibles. À Vd Nov. et plus précisément sur les îles du Rhône, existent des petites f. sauvages appelées «fenettes» (cf. fènta). Celui qui les voit meurt dans l’année et c’est ce qui arriva à un malheureux qui était allé cueillir des nénuphars sur ces îles (cf. Ceresole, op. cit. 78‑80). À Vd Bex, on raconte l’histoire de la méchante f. Turlure, qui avait l’intention de noyer deux enfants; la bonne f. Frisette les a néanmoins sauvés d’une mort certaine (cf. ib. 83‑84). À Vd Pan., une f. échange un «fayon» (voir fayn 2) contre un enfant humain. Mais grâce à un stratagème de la mère, la f. rend l’enfant et reprend le «fayon» (cf. ib. 81‑82). À V Salvan, les f. des Combasses sont connues pour leur méchanceté: Martzcrotta épouvante les enfants qui sortent la nuit, Tzapéronia fait trembler les gens de V Finh., Follaton met tout sens dessus dessous dans les ménages. Les f. Larres ravagent les récoltes et se rendent coupables de razzias sur le bétail de la contrée (cf. Jegerlehner, op. cit. 6‑7). À V Ayer, une f. vole les moutons et effraye les vaches (Jj. mat. ms.). À V Sav. une f. suce le doigt d’une femme et la victime s’amaigrit de jour en jour. La femme cherche à se venger. Elle dit à la f. qu’elle s’appelle «Moi‑Même» (cf. ci‑dessous e) et lui donne un fer rougi à sucer. Les autres f. finissent par apprendre la vérité et incendient le chalet de la Saviésane (cf. Z. f. rom. Phil. XLIX, 504). e) Fées maltraitées, vengeresses. Leur disparition. Aux Ormonts on raconte qu’une f. fut brutalisée par son mari humain. Dans cette même commune les bergers souillèrent une fois l’eau cristalline dans laquelle se baignaient les f. et une autre fois le baquet dans lequel elles buvaient leur crème. Depuis ces événements les f. ont quitté la région qu’elles avaient pourtant longtemps protégée (cf. Ceresole, op. cit. 87‑89). — La vengeance des f. peut être terrible lorsqu’on cherche à pénétrer leurs secrets ou que les hommes se montrent sans cœur. Elles sont alors capables de transformer le plus beau pâturage en un champ d’éboulis ou en un glacier (cf. ib. 103‑111). À V St‑Luc, parce que la population veut se débarrasser d’elles, les f. envisagent de précipiter un bloc erratique sur le village. Celui‑ci est sauvé parce que les f. ont déposé la pierre en attendant la nuit et qu’elles n’ont pas le pouvoir de soulever deux fois le même fardeau. Écœurées, elles quittent la région. Les trous cratériformes dans le bloc erratique (pierre à écuelles, appelée Pierre des Sauvages) situé à environ 200 m. au‑dessus du village sont attribués par la légende aux violents coups de pied donnés par les f. pour essayer de faire rouler la pierre (Jegerlehner, op. cit. 181); cf. égalt description d’autres pierres à écuelles — dont l’une, dans V Hér., s’appelle Pierre‑aux‑Fées — dans A. tr. p. XXI, 85, XXVIII, 150; Cah. val. folkl. XIII, 3‑35; cf. n. de l. ci‑dessus 1o. À V Charr., une f. victime de vols répétés décide de se venger en détruisant les deux parties du village au moyen de deux rochers. Le premier est dévié parce qu’au moment où il allait atteindre le but un prêtre était en train d’officier. Le second, la f. ne le jette pas pour ne pas tuer un homme qui se trouve là et qui l’a hébergée et nourrie (cf. Cl. Bérard, Au cœur d’un vieux pays, 1926, 86). — Une autre légende, imitée de celle de Polyphème, apparaît dans V Est et particulièrement dans Hér.; cf. Folkl. suisse XLII, 37*; Z. f. fr. Spr. LX, 414; Bull. Gl. II, 26‑31. Des f. désœuvrées vivent d’expédients en se nourrissant des produits de l’alpage; les bergers veulent s’en débarrasser; l’un d’eux, connu d’une de ces f. sous le nom de «(Moi‑) Même», verse du lait bouillant dans le «couloir» [passoire, cf. couloir 1o] dont la f. se sert pour boire, ou y jette un morceau de fer rougi; la f. hurle et ameute ses compagnes, à la question «Qui t’a brûlée?» desquelles elle répond «(Moi‑) Même»; la f. meurt. Une variante existe à V Chand. selon laquelle une f. exige chaque jour un mouton pour son repas. «Même» intervient et la tue en lui enfonçant un fer rougi dans la gorge. La f. se venge avant de mourir (cf. Jegerlehner, op. cit. 182). Après ces mésaventures, les f. disparaissent de ces régions. C’est sans doute à partir de ces légendes qu’on attribue à certaines f. la caractéristique d’avoir, tel le cyclope, un seul œil placé au milieu du front (cf. ib. 125). — À V Salvan et Sav., la population, pour se débarrasser des f., jugées malfaisantes, leur propose d’aller faire des fagots avec le sable de la mer et les f. acceptent (cf. L. Coquoz, Lég. de Salvan, Laus. 1901, 32; Z. f. rom. Phil. XLVI, 650); cf. aussi ci‑dessus d ainsi que Jegerlehner, op. cit. 65.

À consulter: Arie hist.; Ceresole, Lég. 65‑115; Jegerlehner, Sagen Unterwallis, passim; Cah. val. folkl. IV, 8‑9, VI, 10‑12, VII, 35‑36; Favre, Contes de Savièse, dans Z. f. rom. Phil. XLVI, 646‑650; id. Nouveaux contes de Savièse, ib. XLIX, 503‑505; Beytrison, Contes de Saint‑Martin, dans Z. f. fr. Spr. LX, 413‑415; Jj. dans Bull. Gl. II, 26‑33; ib. VII, 22; M. Métrailler et M.‑M. Brumagne, La poudre de sourire, Laus. 1986, 89 ss.; J. Follonier, Valais d’autrefois, Neuch. 1968, 112 ss.; S. Singer, Schweizer Märchen, 1. Fortsetzung, Bern 1906, 45‑46; Terres de femmes, Musée d’ethnographie, Gen. 1989, 144 ss.; Monnier et Vingtrinier, Croyances et trad. pop., Lyon 1874, passim; Van Gennep, Folkl. Dauphiné, 536‑545; Sébillot, Folkl. France, I passim à partir de p. 201; A. tr. p., Folkl. suisse et Handwörterbuch des dt. Aberglaubens, index. Ga.

Pour citer cet article : FÉE (réd. Ga.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VII, p. 226.

Marge de droite