Tome VIII page 247

GENÉVRIER, dzənévri, ‑nè‑, dzè‑ Vd 21, 24, 31, 9 Mat., V 42, ‑èi 5 Conth. Besse, 53, ‑è 55, F 12, ‑a Vd 35, V 47 rare, ‑i Vd 23, 24 et 31 var., Br. (d’où Blanchet, Durheim), Mo., F 3 L’Homme, ‑aivri Vd 40, djə·nvrè N 21, djnouvrīè 30, djənəvrī 31 Gch. (‑névri corr.), djənavrīə, ‑iə B 30, djn‑ J 47, 50 ALF (‑i), 60, 6 Gué., Bié., Va, djnè‑ 41, 42, 48, djə·nv(ə)riə, djnəvriə J 50 (et djin·n‑), 52, 6 Buix Fridelance, 6 Va., jnèvrī 36 ALFC, ẓè·nvri G 15, zènèvrès pl. V 84. Anc. patois dzenevrî Vd 7 Orbe 1764 Decoppet. Cf. n. de l. — ALF 636 (forme erronée à V 75); ALFC 548 compl. (J 36).

‖ S. m. I. Bot. 1o Genévrier, Juniperus communis L. (partout). «Nous disons grassi; ceux qui francisent en patois disent dzenevrî» (Vd Orbe 1764. Decoppet). Ai dè rnmè dè dzènèvrai on pu frè dè baronmtrè, avec des branches de g. on peut faire des baromètres (V Conth. sup.). Lè gran dè dzənèvri bton invəron douj an pò mór, les baies de g. mettent environ deux ans pour mûrir (F Hte‑Glâne. L’Homme, 419). In·n ivē lé dzənévrai l an déi gran kə tron su lə nē, en hiver les g. ont des baies qui tirent sur le noir (Vd Blon.). Question attribuée à un habitant de Salvan qui avait arraché les ceps d’une vigne qu’on lui avait confiée pour la travailler: A tyè kə sarvson sā masə dè krè dzənèvra? à quoi sert cette masse de petits g.? (V Lourt.; seul emploi attesté du mot). Autre ex. sous buisson 2o 8. 2o Noms de lieux (choix; aire: Vd‑F, J). Au Genevry Vd Blon.: òou dzənévri, bois où abondent les genévriers; au Genevray Vd Corsier (cf. Sgf. 456): ao dzənèvri (et ‑nə‑), maison, prés, champs, bois; au Genevrier Vd St‑Légier (cf. CN 1244): o dzənəvri, prés, champs, vignes, maisons; aux Genevriers Vd Clarmont: èi dzənvrò [cf. genièvre 7o], champs, bois; aux Champs des Genevriers Vd Abbaye dès 1814: lé tsan dè dzənvrou (→ ‑nae‑) [id.], champs, pâturage; aux Genevriers Vd Montricher dès 1706, les Genièvres (CN 1222): éi dzènivró [id.], bâtiments, autrefois pâturages; Sous les Genevriers Vd Mur, au Genevrex [cf. Genevrex] 1644, champs; Champs du Genévrier Vd Payerne dès 1697/98: ao tsan dao dzənvrou [cf. genièvre 7o], champs; Sous les Genévriers Vd Vallamand dès 1809, Sur les Genevres 1799: dzò lè dzənivrou [id.], champs, terroir contigu à celui de Vd Mur; Genévrier G Perly‑Certoux: é ẓè·nvré (‑vri Ke.), prés, champs, cimetière; aux Genevriers G Bellevue 1806, es Genevrieres XVIIIe s.; es Genevrys F Châtelard (cf. Sgf. 357): è dzənèvrī, bâtiment, pré, bois; Geniévriers J Enfers: ā djə·nvərīə, champs; Geneveries J Goumois (Sgf. 101): é djə·nvər·è, pâturage.

II. Zool. «Grive qui mange les baies de genièvre», sans doute la grive litorne, Turdus pilaris (Vd Flendr.); cf. le t. all. Wacholderdrossel, litt. «grive du genièvre», désignant cette même espèce.

Emprunt, généralement adapté, ou dérivé de genièvre; FEW, V, 75 a. La termin. postpalatale ‑ du suff. dans Vd et F résulte de l’alignement sur le fr. ‑ier; cf. droitier hist. Notre mot a parfois été introduit dans les formes modernes des n. de l. (sens I, 2o) à la place de genièvre 7o: dès 1697/98 à Vd Payerne, dès 1706 à Vd Montricher, etc. — Cf. les précéd. et les suiv. Mül.

Pour citer cet article : GENÉVRIER (réd. Mül.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VIII, p. 247.

Marge de droite