Tome I page 330
 

Ama(t)tennes (les) B Bévilard, Belprahon (Sgf. 107), Eschert, Grandval, Aimait‑ Corcelles, Aimett‑ Crém., Emett‑ Roches; la Mattenne Châtelat (Mattine Sgf. 103), Matten Sorn.; Amatines Champoz, Moutier, Vieille Amatine Mall., les Champs d’Ametine Cœuve 1750 (auj. d’Amtines), Vendlincourt; Aymatynes 1683 (Ch. de Roche, Noms de lieu Moutier‑Grandval, 35): amatn Souboz (a l’), Bévilard (léz), 32 (é vèy): a l’amètə·n 30, éz amatè·n Champoz, 34, Grandval, éz amat·n Corcelles, éz mtè·n Belprahon, Eschert, Roches; mtə·n Ch. de Roche; les amati·n (en français) Reconvilier; é tchin d’mti·n Vendlincourt, d’èmti·n 62.

‖ Noms de lieux.

La fréquence de ces noms, l’usage de l’article, l’existence du dérivé Ammatteneux décèlent un appellatif perdu. La désinence ‑enne ou ‑ine correspond au suffixe ‑ina. Le radical, selon Ch. de Roche (loc. cit.) et Mertenat, Noms de localités de la Vallée de Delémont, serait l’all. suisse amad (Schw. Id. I, 213), amet, āmāt «regain». Mais le ‑t‑ romand invite plutôt à un rapprochement avec les noms de lieux Ammeten, Emmet, Eimatt(en), etc., que O. Gröger nous signale dans les cantons de Bâle, Argovie, Soleure, Berne et Fribourg et qui sont des composés de matte «prairie». Mr.

Pour citer cet article : Ama(t)tennes (les) (réd. Mr.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome I, p. 330.

Marge de droite