Tome I page 569
 

ARBRE, bro, a‑, ‑ò Vd 10, 11, 14, 18, 1 Châtel, 21‑24 (24 ‑ò ALF 51, ‑ó 52), 32‑35, 40, 42, 61, 63, 64, 71, 73, 82, 85, 92, V 18 (ou ar‑), 20, 23, 30, 34, 36, 43, 44 (‑ó ALF 51, ‑ou 52), 5, 60, 6 Agettes, 7 (75 Jj., Zi., Tabl., arbró ALF), 80 (‑ó ALF)‑82, 84, 85, 8 Granges, St‑Léonard, Venthône, F 10 (ou ‑), 13, 15, 1 Bor., Co., 33, 51, 63, N 12, 13, ‑ou Vd 33, 36, 47, 51 (ou ‑), 53, 54, 68, 69, 9, Mo., F 4 (43 ābr ALF 52), 56, 6, N 30, ‑ö V 31, 33, 35, 3 Rappes, 40, 41, 45, 4 Verbier, Sarrayer, ‑ə Vd 12 (brò Tabl.), 13, 15‑17, 42 Jj. (br Tp.), 67, V 10 (‑ Tabl.), 11, 13, 22, 23, 32, 3 Riddes, 42, G 2 Peney, Dur., abr Vd 50 ALF, 62 ib., F 32 ib., N 11, 33, 40, 41 (ou arbr), 42, G 2 Épeisses, Chancy, B 20, 32; bro, ‑ò Vd 30, 31, G 10 (ou aòbrò, ṑ‑ Tabl. Jj.), 11, 20 (ou ā‑), 21 (‑ö Tabl. Jj.), F 11, 12, 14 (ābr ALF), 16, 17, 1 Co., Zi., 40, ‑ou Vd 70 («aûbrou» Vallotton), F 1 Vaulruz, 21, 3, 4 Lentigny, Rossens, 5 (55 ābr ALF), ‑ə Vd 48, G 17 Jj. (br corr., ṑbr ALF), 1 Bardonnex, Gy, 22, 2 Russin, br Vd 80 (ou ṑbr), aòbrö G 13 Tabl. Jj. (br Tp.), aṑbr 18, ṑbrou F 20, 22, 30, 34, 53, ‑ə G 15, ṑbr 19 (ou brə), oubər 1 Confignon Keller 48; brə B 63, ḕbr 22, 23, 25, 4, 50 ALF (‑ə corr.), 52‑54, 60‑62, 64, Gué., Bié.; arbro, ‑ò Vd 71, V 12, 5 Brignon, 83 (ou ab‑), N 1 Bevaix, 20, 2 Travers, ‑ou Vd 41, Broye, ‑ə G 2 Grand Saconnex, N 2 Rochefort, arbr Vd 74 ALF, N 10, 11, 31‑33, 51, 52, 5 Coffrane, 60, B 11‑13 (13 rbər Tabl. Jj.), 33; rbrə G 2 Meyrin; rbr N 61 (ābr ALF), 62, B 10; rbrou N 22, ḕrbro 21, 2 Bayards, ‑ou 2 Verrières; — arbro, ‑ò Vd 14, V 14‑18, 1 Muraz, 36, 71, 72, 75, 7 Botire, 80, 83, 85‑89 (87 r‑ ALF 51, ăr‑ 52), 8 Chippis, Chandolin, Ayer, ‑ó 60, ‑ 70 Tp.arberos» Ba.), ‑ə Vd 16, 18, 1 Bex Mo., V 2 Évionnaz, ‑bèr Vd 13, ‑érò V 12, 14, 21, 50, ‑ə Vd 17 corr. (‑èro Gch.), V 13, ‑ërò 51, ‑əro 74, èrbèro F 1 Python (aussi arbro), Bor.; abérò V 1 Revereulaz Besse. Souvent arbro, etc. est en concurrence, dans les mêmes localités, avec les formes ordinaires de arbre. Anc. formes arbero, ‑oz Vd XVIe s., F XIVe‑XVe s.; auberro F 1461. Fr. abre Vd 1559, 1571, F 1774; Vd Ca., G Hum., F Gr.; SR Wi. 38. Cf. n. de l. — Rel. phon. 1899; Zi. II, ii; III, iii; Tabl. 458; ALF 51 (sous un arbre), 52 (les arbres).

‖ S. m. 1o Arbre. «En la plasci [place] un ne doyt edifier chose ne antiffier [planter, voir antəfy] arberos» (F 1376. Lois, I, 224. Arch. F). «Pour ung auberro achitey pour Cuono Frio en Vullye» (F 1461. Comptes Hôp. Arch. F; sens incertain). «Pour coppé l’abre [près de l’église] de Sain Fransoy» (Vd Laus. 1559. Comptes, D 301. Arch. Laus.). «La moitié des fruits de tous les abres du pré devant» (F La Roche 1774. Reg. not. no 3153, 73. Arch. F). «Arzan de mous Abro», achetez mes arbres (G XVIIIe s. Cris de Gen., v. 83). «Lès oûvrès deis fudrès por lès erbèros sont», les grands vents sont des foudres pour les arbres (F Python, Buc. 91). Prin tè grda, nə va pa t’asòtā dèzo on·n ābr kan tn·nè, prends garde, ne va pas t’abriter sous un a. quand il tonne (Vd Orm.). El é mont u chanẓon də l’bro, il est monté au sommet de l’a. (G Choul.). Pyantā, trré, ètā on·n brou, planter, arracher, greffer un a. (Vd Month.). Léz arbr kmsa a défoulyi, les a. commencent à perdre leurs feuilles (N Brév.). Lèj brou chon tsèrdzi, les a. sont chargés [de fruits ou de neige] (F Villarg.). Lḗz ḕbr son djiəvrḕ, les a. sont givrés (B Courroux. Arch. trad. pop. III, 260). Dan o tin, partadzon chamn·ntè èj brò, autrefois, on partageait [dans les familles] jusqu’aux a. (V Sav.). Pətit bro (Vd Penth.), piti bokon d’bro (F Montb.), pətèt arbr (N Brév.), pətyou brö (V Voll.), etc., arbuste, arbrisseau. On kryou bro, un a. rabougri (F Domp.). On·n brou lnyou, un a. à tronc droit et élancé (F Joux). ṑbrou a bourlṑ, a. à brûler, bois de chauffage (ib.). bro bso (Vd Vaul.), a. bchò (V Nend.), a. fourchu. Fré  bro bcho (V Sav.), l’bro a forts (V Grône), l’bro fortsu (Vd Vaul., Bière), faire l’a. fourchu, se mettre sur les mains, la tête en bas et les jambes en l’air. Dju diz bro, jeu des quatre coins, pratiqué en utilisant des a. (F Montb.). ‖ Fig., terme de dénigrement. Pout bro kə t’i! vilain personnage que tu es! (F Grandv.).

2o Dictons et proverbes. 1. Pronostics. A Tsalndè lèj bro in flóou, ou mék dè may pa dè kolók, à Noël les a. en fleur, au mois de mai pas de couleur (V Grône). Kan lóz br son bé ẓèvr, y ar bé də fri, quand les arbres sont bien givrés, il y aura beaucoup de fruits (G Bern.). Lèj brou tsndzon trū vtou, nòj arin l’əvḕ vtou, les a. changent [de couleur] trop vite, nous aurons un hiver précoce (F Joux). Léz ḕbr din man·nḕ lé bok di tan d l’èvan, les a. doivent «mener les boucs» [être secoués par le vent] pendant l’Avent. Cela présage une année de fruits (B Charm.). Kan lóz br flyòrson l’dari, y è snyə də mór, quand les a. fleurissent en automne, c’est un présage de mort (G Bern.). 2. Divers. Kan léz bro sé déflyon, lé maldo s’in van, quand les a. perdent leurs feuilles, les m. s’en vont (F Vill.‑s.‑M.). Ché ké plnté lèj bro ch’inrtsè, celui qui plante les a. s’enrichit (V Grône). Mi l’brö l è ó, mi l è batu di vin, plus l’a. est élevé, plus il est battu par les vents (V Leytr.). Nə fó pā mtrè son dāi itrè l’rbrou è l’èkrsa, il ne faut pas mettre son doigt entre l’a. et l’écorce (Vd Bière). ò rknyṑ l’èbr ò son fru (B Plagne; id. Vd Vall., F Grandv.), a la frtə on kónyè l’brou (F Gr.‑de‑V.), on connaît l’a. à son fruit. Tḗl èbr, té fru, tel a., tel fruit (B Plagne). Də māl ḕbr, mā fru, de mauvais a., mauvais fruit (B Charm.). Tskyè bro y a choun frik, chaque a. a son fruit (V Vernam.). A tstyèj bro cha folyə, à chaque a. sa feuille (F Gruyères). Lè panm n tchè p lin d l’ḕbr ou di tro, la pomme ne tombe pas loin de l’a., du tronc (B Vermes). Var. Lo fru n tchè p lin d l’èbr (B Charm.). In vḗy ḕbr nə s trè p di prəmiə kō, un vieil a. ne s’arrache pas du premier coup, il faut s’y prendre à plusieurs reprises pour aboutir (B Épauv.; id. Vd Vall.). L’bro tchi du lò k pintsə, l’a. tombe du côté où il penche (V Champ.; id. Vd Étiv.). L’aṑbr pḕṣ du kouté k’é vū tonbṑ, l’a. penche du côté où il tombera (G Aire‑la‑V.). Kan ləz ābrə kəmnson a pintsi, lə chindzə mdon, quand les a. commencent à pencher, les singes s’en vont, on abandonne ceux dont les affaires prennent une mauvaise tournure (Vd Burt.). Kəman l’brou tsī, yə rstè, comme l’a. tombe, il reste, on passe dans l’autre monde dans l’état où on se trouve en mourant (F Lully). L’ḕbr nə tchè k’èprè lè fèy, l’a. ne tombe qu’après la feuille (B Épauv.). L’brö sè nè rəveïn pa, l’a. sec ne reverdit [«revient»] pas (V Leytr.). Fò drəchyè bro pindin k’i è tin, il faut redresser l’a. pendant qu’il est temps (V Nend.). Var. ... du tin k l é dzvno, pendant qu’il est jeune (V Champ.); on drsè on·n brö kan l è dzvnö, mi pa kan l è vy, ... mais non quand il est vieux (V Leytr.). On pou pā rèdrèḥi on vīly bro, on ne corrige plus un vieux pécheur (F Crés.). Èbr trò rpyintè rārman ā tyœyè, a. trop replanté rarement «est cueilli» [produit peu], l’instabilité nuit au rapport (B Épauv.). Stu k’inm l’ḕbr inm lè brintch, celui qui aime l’a. aime la branche (ib.).

3o Spécialt. Abrò vèr (V Penth., V Vernam.), a. (F Montb., V Voll.), abrə var (B Mall.), èbr va ou va‑l‑èbr (B Mett.), etc., a. vert, à feuilles persistantes. ‖ Abro a fodə (Vd Étiv.), a. dé fódə (Vd Flendr.), arbr foulyu (N Brév.), a. à feuilles caduques. ‖ brò a fri (G Herm.), arbr a frta (N Brév.), ābrou frətī (Vd Sassel), etc. (voir fruit et fruitier), a. fruitier. Ley a pró d’brou a frət chu chi bin, il y a bcp d’a. fruitiers sur ce domaine (F Joux). Très souvent le patois donne à arbre la valeur restreinte d’«arbre fruitier» et emploie d’autres termes, comme bois, plante, pour les arbres de forêt. Le Valais se sert habituellt dans ce sens de l’ancienne forme arbro. Din la plyn·na, y an mé dè chans tyè no; lay an o min dèz abrə, dans la plaine [du Rhône], ils ont plus de chance que nous, ils y ont au moins des a. [fruitiers] (Vd Orm.). Vòj é dè frmou bij brou, vous avez de bien beaux a., un beau verger (F Joux). Dəjò ləj arbro, yé vin pa tan də bla prija, sous les a. [fruitiers], il ne croît guère de belle récolte (V Mase). Bou d’brou, bois d’a. fruitier (F Gruyères). Déiz brò dé kurti, des a. de jardin, petits a. fruitiers (Vd Blon.). ‖ Abrò, pommier (V Revereulaz Besse). ‖ Abrou a pké [piquants], houx (F Domp.). ‖ Abró dé bélòchə, prunellier (V Lens. ALF 1098). ‖ Abrə pér [pers, bleu], lilas (Vd Montet. Däniker). ‖ Arbro prend fréquemment le sens diminutif de «petit arbre, arbuste» dans les régions où il est conservé (Vd Corb., Gryon, V Vouv., Isér., Évol., Chal., F Bor.). ‖ Compaignie de l’Arbero (F 1473, 1476), nom que portait, dans l’organisation militaire de Fribourg à la fin du XVe s., une compagnie formée en dehors des corporations de métiers. Elle devait sans doute son nom à l’emblème qu’elle avait choisi (Ann. frib. IV, 245‑6; Arch. Soc. d’hist. Frib. V, 312). ‖ Abro də Tsalandə (Vd Sav.), a. dè Tsandè (V Sav.), arbr də Tchèldè (N Sav.), brou d Né (N Cern.‑Péq.), abrə də Nó (B Mall.), etc., arbre, sapin de Noël. An lè Tchā d Fon, on fè déz èbr də Nā din to lé mḗnèdj, à la Chaux‑de‑Fonds, on fait des a. de Noël dans tous les ménages (B Bois). La coutume de l’a. de Noël étant d’importation récente, le mot Noël (parfois aussi arbre) a souvent conservé sa forme française: brou dé Noèl (Vd Month., F Domp.), aṑbr də Noḕl (G Aire‑la‑V.), brò dè Noèl (V Vernam.), ābr dè Novlə (V Leytr.), etc. L’abrə dè Noèl a rinplyacha la trontsə dè Tsalndè, l’a. de N. a remplacé la bûche de N. (Vd Orm.). L’ékla du vəldzo l a fi l’bro dè Noèl, l’école du village a fait [sa fête de] l’a. de N. (V Saill.). ‖ En argot militaire, arbre de Noël, sac, équipement d’officier (Roux). ‖ Abro d’a kri, a. de la croix [où Jésus‑Christ fut crucifié] (V Sav.). ‖ Abrò dè libèrtā (Vd Penth.), rbrou dè libèrta (Vd Bière), bro d liberté (V Champ.), etc., a. de la liberté érigé par des révolutionnaires; voir hist. A N Fresens, on chantait, en 1831, en dansant autour de l’a. de la liberté: «L’étâè per on byau desîndo, | On le zâ vu arevâ: | De zâbro on a pyantâ, | E pui on vi to lo môndo | Autor de l’âbro tsantâ: | Viva noûtra libertâ!» c’était par un beau samedi, on les a vus arriver: des arbres on a planté, et puis on vit tout le monde chanter autour de l’arbre: Vive notre liberté! (Chabloz, Béroche, 385). ‖ Abro dè familyə, arbre généalogique (Vd Penth., F Grandv.). ‖ Voir d’autres combinaisons avec arbre sous Macchabée, glu.

4o Emplois techniques. 1. Pièce de bois dressée servant de support. Spécialt. Grande pièce verticale de la machine à élever les fardeaux (anc. Vd, F). «A Jacob Favre, pour l’arbre de la dagnie» (F 1470. Blavignac, Comptes, 14). «Ung grand chesne pour ung arbre pour la besche» (Vd Laus. 1584. Comptes, D 231, 128. Arch. Laus.). ‖ ābr di trè (Vd Leys.), colonne pivotante sur laquelle s’enroule la corde attachée à la palanche, qui agit sur la vis du pressoir. Voir fig. p. 572. «Ai rebâti le pressoir de la cure et y ai mis ... la vis et l’arbre tout neuf» (N 1661. Mus. neuch. 1865, 228. ‖ Poutre verticale de la potence tournante à laquelle on suspend la chaudière, dans les chalets où on fait le fromage (Vd Corb., Ross., Flendr.). ‖ Colonne de bois avec pivots de fer aux extrémités, qui va du sol au plafond de la cave et à laquelle sont adaptés des rayons à provisions (Vd Orm.). Kan y a on·n arbèrə, lè rtè nə lai plon pa, quand il y a un «arbre», les souris ne peuvent pas y grimper [«n’y peuvent pas»]. 2. Axe central d’un mécanisme ayant un mouvement de rotation. Spécialt. Abro du tœr (G Dard.), du tò (V Lourt.), èbr di té (B Bonc.), etc., arbre d’un tour. An virin trò vit, l’èbr də si té ā sātè, en tournant trop vite, l’arbre de ce tour a sauté (B Bonf.). ‖ Tige d’acier sur laquelle on fixe une pièce d’hor‑ logerie à tourner (Vd Sent.). ‖ Arbre auquel la meule courante du moulin est fixée au moyen de l’anille (V Moll., F Ch.‑St‑D., N Brév.). bro dè la vèrnta [meule tournante] (V Grône). ‖ Axe d’une meule à aiguiser (V Leytr.). ‖ Axe de la baratte à manivelle, qui porte les palettes (Vd Leys., Ross., V Leytr.). Fó tsandzi l’bro, l è zo, il faut changer l’arbre [de cette baratte], il est usé (V Trient). ‖ Tige verticale du dévidoir (V Leytr.). Pivot de bois sur lequel tournent les branches mobiles du dévidoir (Vd Orm.); voir fig. ‖ Partie centrale de la roue du rouet (Vd Penth., V Lourt.). A l’bro dè la ra daou brgo son plyanta dāi dzoulyi ré, po djndrè l’bro avé lə bòr, dans l’«arbre» de la roue du rouet sont plantés de jolis rayons, pour relier l’arbre à la circonférence (Vd Penth.). ‖ Essieu de brouette (Vd St‑Oyens); voir fig. 3. Axe d’une roue servant à transmettre le mouvement à un mécanisme. L’èbrə vīr èvō lè rə, l’arbre tourne avec la roue (B Bois). L’arbro dé ḥa ra l ar fò fta d’tré tsandja, l’arbre de cette roue aurait bien besoin d’être changé (V Véross.). L’ḕbr də stə ruə ā to toə, ... est tout tordu (B Sépr.). Spécialt. Abro də la riva dao mèlin (N Gorg.), brò d’a ruva du moleïn (V Lourt.), bro dè la gran rva (V Vernam.), èbr d lè grōs ruə (B Mett.), èbr d lè ruə d l’āv [eau] (ib.), bro dou moulun (Vd Étiv.), etc., arbre de couche d’un moulin. «Un arbero tout nouf [dans un moulin]» (F 1478. Comptes Hôp. Arch. F). «Por pourté l’arbero du molin» (Vd Orbe 1534. Comptes. Arch. Orbe). «En l’arberoz dudict moullin» (Vd Laus. 1590. Not. Milliquet, II, 63. Arch. Vd). L’arbèrə è on bokon dè bou karā, l’arbre de couche est une pièce de bois carrée (Vd Orm.). L’brou dè la grcha rva d moulin l è in tsnou, l’a. de la grande roue du m. est en chêne (F Gr.‑de‑V.); aussi en mélèze (V Vernam.). L’aōbr du·məlin s’è kasṑ pè lo mḕtḕ, l’a. du m. s’est brisé par le milieu (G Aire‑la‑V.). ‖ Èbr montin, a. montant, dans un moulin, désigne un a. vertical qui s’élève du sol au plafond et porte deux roues: lə kontrəra et lè koran·n (B Mett.). ‖ Abro də la réchə (Vd Flendr.), a. dè la rcha (V Grône), arbre de transmission d’une scierie mécanique. Yə s’é lési prandrə a l’brou, il s’est laissé happer par l’arbre [de la scierie] (F Domp.). ‖ Abro du tsèrè (Vd Leys.), èbr di ra di tchèra (B Mett.), arbre portant une roue dentée qui fait avancer le chariot de la scierie, en s’engrenant dans les dents fixées sous ce dernier. ‖ brou dè la mékanīk, axe de la roue d’engrenage d’une machine à battre le blé (F Rom.). 4. Pièce importante, de forme allongée, faisant partie d’un agencement complexe. Spécialt. Age de charrue (V Leytr., Sembr., Cham., Sav.). ‖ Pièce de bois au milieu du métier à tisser (V Lens). ‖ Fût d’arbalète (Vd Orm.). ‖ Brin autour duquel on tresse la paille (Vd Fen.). ‖ Fléau d’ancienne balance à plateaux, muni d’une boucle ou d’un crochet pour la suspendre (B Pomm.). ‖ Sonde graduée qu’on plonge dans le récipient servant à mesurer le lait fourni par chaque vache à l’alpage (V Lens). S’emploie aussi comme synon. de tāchra, règle sur laquelle on inscrit la quantité de lait mesurée (ib.).

5o Noms de lieux: «super prato de Arboribus» V Salins [vers 1250] (MDR, XXIX, 459); les Arbres (Sgf. 116) N Ch.‑de‑F.; le Champ des Arbres Vd Maracon: lou tsan déz brou; au Record des Arbres Orny 1776; Clos des Arbres B Courtelary, Pontenet; Planche d’Arbre Bonc.: é pyintch d’ḕbr; Prés de laibre Bonf.: ā prḕ d l’ḕbr; — Clos des Erberoz Vd Curtilles 1674‑5; les Herberoux Thierrens; Clos des Arbéroz F Bouloz: lou ḥou déj arbèró; Herberoz V Liddes, es Arberox 1700 (Mi.): iz èrbérò; Arberos Ayer: ij arbro; ou plyan də l’rbèrò Lens (Mondralesse), Montana (Corbire); aux Arbères (Sgf. 450) G Meyrin: ḗz rbḕrə (Keller).

Hist. Du lat. arborem, même sens; REW 606; FEW, 124. Le mot, fém. en latin, est devenu masc., comme en fr., et a pris par analogie la terminaison ‑o, caractéristique habituelle, en fr.‑prov., des masc. à finale conservée. La disparition par dissimilation de l’r de la syllabe initiale a dû être générale, comme en France, où la pron. courante abre n’a cédé la place à arbre qu’à partir du XVIIe s., sous l’influence de la langue écrite et de la tradition savante. Voy. Thurot, II, 278. Dans leur grande majorité, les dial. fr. du nord ont conservé l’ancienne prononciation, comme on le voit par la carte 52 de l’ALF. La forme arbro représente un dével. proprt fr.‑prov. du proparoxyton primitif *rbere, ‑o, qui a passé à arbro par rejet de l’accent sur la pénultième, comme dans tsənvo < cánnapum «chanvre», anc. F andzlo < ángelum «ange», etc. Ce type est restreint auj. au Valais et aux Alpes vd., où il est en concurrence avec bro et tend à disparaître ou à se spécialiser; voy. sens 3o. Il a laissé des traces dans le Chablais savoyard (ALF 52, p. 957, 958; Fenouillet arbero) et a dû appartenir autrefois à tout le sud de la SR, comme le montrent les exemples qu’on rencontre jusqu’au XVIe s. dans les anc. documents fribourgeois et vaudois, ainsi que dans les n. de l., en particulier Arbères en territoire genevois. Erbèro apparaît encore en Gruyère à la fin du XVIIIe s. dans le poème patois de Python, et au XIXe s. dans le glossaire de Bornet. L’ex. isolé «auberro» (F 1461) représente un croisement de bro avec arbro plutôt que le type dissimilé en alb‑ de l’it. albero, prov. albre, aubre. De même les aò‑, ṑ‑, òou‑ genevois à l’initiale ne sont que des évolutions récentes de l’ā‑, ‑ provenant de a latin tonique.

Folklore. Le culte des arbres a dû exister chez les Helvètes comme ailleurs en Gaule, mais la substitution des cultures aux grandes forêts et la christianisation du pays n’en ont, comme en France, laissé subsister que bien peu de traces (cf. Sébillot, Folkl. III, 422 ss.). Les statuettes et images de la Vierge ou d’un saint, dont beaucoup d’arbres, surtout des chênes, sont ornés en pays catholique, peuvent être envisagés comme les vestiges d’une dendrolâtrie primitive, canalisée au profit du christianisme. Pour le Jura bernois, cf. Daucourt, Arch. trad. pop. VII, 185. Dans le canton de Neuchâtel, on a signalé encore au XIXe s. d’antiques tilleuls où on distinguait la niche qui avait abrité des images pieuses avant la Réformation. Voir l’article sur le Tilleul des catholiques, près de Boveresse, au Val‑de‑Travers (Matile, Mus. hist. II, 68), et une note au sujet d’arbres semblables dans la forêt de Fontaine‑André (Mus. neuch. 1869, 78, n. 4). Les coutumes relatives au mai et le cortège du feuillu sont également des pratiques dont les origines remontent à une haute antiquité; des notices spéciales leur sont consacrées sous ces mots. Un sentiment d’attachement et de vénération semble avoir persisté à l’égard de certaines espèces d’arbres et être à la base d’usages traditionnels séculaires (voir chêne, hêtre, orme, tilleul). Nos ancêtres aimaient à entourer les églises de tilleuls ou de chênes et à enterrer les morts à leur ombre. «A Cornol, il y a quelques années, on voyait quatre magnifiques chênes représentant les quatre évangélistes. A Bure, à Damphreux, à Beurnevesin, à Chevenez et en une foule d’autres lieux, de magnifiques tilleuls ombragent les sanctuaires. A Lugnez, devant la chapelle de saint Imier, quatre tilleuls énormes forment un ombrage pour les pélerins» (Daucourt, loc. cit. 184). Les grands arbres jouaient un rôle non seulement dans la vie religieuse, mais dans toutes les cérémonies solennelles et l’appareil de la justice. «Quels qu’aient été l’encombrement des villes, l’étroitesse des rues et des places publiques, chaque localité possédait néanmoins une petite plantation d’arbres, ou au moins un arbre, d’habitude un tilleul ou un chêne, situé, si possible, sur le sommet d’une colline. Beaucoup de ces tilleuls existaient déjà avant la fondation des villes et ils remontaient pour la plupart à l’époque payenne. L’introduction du christianisme n’altéra en rien la vénération dont ils étaient l’objet, et ils continuèrent à être les arbres favoris du peuple. C’est à l’ombre de leur feuillage qu’avaient lieu les assemblées de mai des hommes libres et des vassaux; c’était sous leur abri que les seigneurs rendaient la justice» (Dr Guillaume, Notice hist. sur les promenades publiques et les plantations d’arbres d’agrément, Mus. neuch. 1869, 78). Parlant de la terrasse du Château et de la Collégiale de Neuchâtel, avec ses tilleuls séculaires, le même auteur fait observer que c’était un lieu de réunion populaire cher aux bourgeois, «qui jusqu’à un certain point jouait le rôle du forum dans les villes de l’antiquité romaine. C’est là qu’avaient lieu les assemblées générales des bourgeois; c’était sous l’un des tilleuls que le banneret jurait d’observer les devoirs de sa charge; c’est là aussi qu’étaient solennisés les serments réciproques du prince et de la bourgeoisie, que se faisait le renouvellement des traités de combourgeoisie et que les compagnies franches qui s’enrôlaient pour la France ou la Hollande juraient fidélité au drapeau avant leur départ» (Ib. p. 92. L’arbre du banneret, mentionné dans ces lignes, est mort de vétusté et a disparu en 1925. Voir à son sujet les notices de Ph. Godet, Mus. neuch. 1893, 51, et L. Thévenaz, ib. 1925, 107, avec illustrations). Des constatations semblables pourraient être faites dans les autres cantons romands, notamment dans ceux de Vaud et de Genève, où il subsiste, dans les villes comme dans les campagnes, de nombreux témoins des antiques sympathies populaires manifestées pour certains arbres. «Nos pères étaient grands planteurs de tilleuls et ils paraissent avoir eu pour cet arbre une prédilection particulière, écrit M. H. Correvon. Calvin planta d’ormes et de tilleuls la cour du Collège qu’il fonda à Genève, en 1559..... Au canton de Vaud, chaque ville ou chaque village a son tilleul ou son orme traditionnel, que plusieurs générations ont vu pousser, grandir et vieillir. Ces arbres tiennent une grande place dans la vie et le cœur des habitants, qui ont tous passé des heures de repos ou de plaisir à leur ombre..... Le plus bel échantillon en terre vaudoise est celui de Prilly près Lausanne..... Il est connu et vénéré dans le pays comme l’un des plus anciens vétérans du sol vaudois. La justice se rendait autrefois à son ombre: c’était au bon vieux temps de Messieurs de Savoie..... Dans la campagne genevoise, on en voit dans beaucoup de villages. Citons ceux d’Hermance, ... dont il paraît qu’on avait décrété la mort, ce contre quoi protesta la majorité de la population..... Les ormes ont été et sont encore très populaires..... Chacun connaît, à Genève, le gigantesque tronc qui reste seul, à l’entrée du Pré l’Evêque, des ormes plantés là, dit la légende, par le ministre Sully..... Il y a à Morges, près du Parc de l’Indépendance, un orme géant, dont le tronc mesure, à hauteur d’homme, plus de 8 mètres de tour..... A Planoz, près de Forel (Lavaux), on voit à la croisée du chemin de Taborennaz ... un chêne historique qui est le plus ancien arbre du pays» (H. Correvon, Nos arbres. Genève [1906], p. 14 ss. Tout le premier chapitre de cet ouvrage est consacré aux Arbres historiques de la Suisse et accompagné d’illustrations reproduisant les plus remarquables).

Les ordonnances forestières de l’ancien Evêché de Bâle obligeaient, en 1755, chaque nouveau marié à planter trois chênes la première année de son mariage et à les entretenir. D’après l’abbé Daucourt (loc. cit. 184), il n’y aurait là qu’une extension d’un usage fort ancien, consistant à planter deux arbres l’année du mariage, l’un pour le mari, l’autre pour la femme. Celui des deux arbres qui périssait le premier présageait la mort de l’époux qu’il représentait. On plantait aussi un arbre à la naissance de chaque enfant et son plus ou moins de vigueur annonçait le sort du nouveau‑né. Un curieux rite a été signalé comme existant vers 1860 dans la région de Chaumont (N). Quand un homme venait de mourir, on découpait dans le drap où il était mort un morceau de toile dont on faisait un manchon, à hauteur d’homme, à un arbre fruitier de son jardin ou de son champ. Quand ce manchon était pourri et tombé de l’arbre, on disait que le temps de purgatoire du défunt était fini (Folkl. suisse, V, 6). Plusieurs croyances populaires relatives aux arbres sont contenues dans les dictons patois cités (sous 2o) dans le corps de cet article. Ajoutons encore celle d’après laquelle il faut attacher les arbres fruitiers avec de la paille le jour du Vendredi‑Saint, pour qu’ils donnent une bonne récolte (V Vernam.). En Ajoie, on les fait fructifier en les entourant d’un lien d’osier ou de paille la nuit de Noël, pendant la messe de minuit (B Charm., Courtedoux).

Les arbres de la liberté n’ont été introduits en Suisse que par imitation de ce qui se faisait en France, où les républicains commencèrent à en ériger en 1790. Ils se multiplièrent en 1792 et font leur apparition à la fin de cette année dans les Montagnes neuchâteloises et à Porrentruy. Ils se propagèrent surtout en 1798 dans le Pays de Vaud et le Bas‑Valais. Les troubles politiques de 1830‑31 provoquèrent un renouveau des arbres de liberté dans quelques régions. Il y en eut dans le canton de Vaud en 1830 et surtout en 1831 dans la Principauté de Neuchâtel, où les républicains de la Béroche et du Val‑de‑Travers en élevèrent, déjà plusieurs mois avant la tentative révolutionnaire de septembre. Il en reparut encore dans le canton de Vaud en 1845. Voir Dict. hist. I, 376, avec bibliographie, à laquelle on peut ajouter, pour Genève, Deonna, Bull. Inst. nat. gen. XLII, 281 et, pour Vd, Dict. hist. Vd, I, 73; Mogeon, Rev. hist. vd. 1915. Pour la Béroche, Chabloz, 384‑6, donne des détails curieux.

L’arbre de Noël n’a été importé dans la SR que dans la seconde moitié du XIXe s. et a refoulé les anciens usages, surtout dans les villes. Dans les campagnes, il est encore inconnu de bien des régions, et là où il existe, c’est surtout comme élément des fêtes de Noël célébrées en commun par une collectivité (écoles, sociétés, etc.). Voir les art. Noël et Tsalndè. — Cf. ābrəl, ‑lyn, ābrot, an·nḕbr, arbèr et le suivant. Aeb. Jj.

Pour citer cet article : ARBRE (réd. Aeb. Jj.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome I, p. 569.

Marge de droite