Tome II page 125
 

AVAL, av Vd 11‑14, 16, 23, 24, 3‑9, Br., Dum., V 13, 22, 23, 30, 35, 42, 43, 50, Ba., G 13, 20, F 1, 3‑6, N 11, 12, 22, 31, 41, 50, 52, 61, Jaq., B 13, 22, 32, 33, avou G 10 (ou ‑, ‑ó), 1 Conf., 21, avou Vd 17, 18, Agace, V 17, 18, 21, Ba., ‑ò Vd 10, 54, G 18, 19, ‑ 17, ava Vd 80, V Ann. Meyer 158, N 20, 21, aó, òó, ou V 47, ao Vd 22, 24 var., F 16 Co. var., āò Vd 21 (ou āā), F 14 var., a·ou V 36, 46, 55, èvṓ N 30, èvā B 4‑6, Gué., Bié.; aval V 80 (rare; «avail» Ba.); avon Vd Br. 96 et mss. Formes tirées de n. de l.: avou G 1 Meinier, avou Vd 1 Bex, V 2 Mex, F 3 Villeneuve, N 3 Brenets, avā V Ann. Gill., N 2 Boveresse, B 35, 54 var., aó V 3 Mart.‑ Combe, 41, 4 Bagnes, F 21, āó V 53, a·ou Vd Ollon (ou āvou), V 17, 18, ă 51 Jj. (a Mr.), èva B 2 Courtelary, éva 2 Cormoret. — Anc. formes avauz, awauz, auz, aulz V Ann. XIIIe s., avaul F XVe s., ‑aut Vd 1471, ‑ault B 1615, ‑oulx N 1590; davo F 1646, ‑os XVIIe‑XVIIIe s., ‑eau 1688, ‑aux 1721. — Tabl. 46, 48, Suppl. 7, 44; ALF 784 (et lui là‑bas).

I. Aval seul. 1o Adv. En bas. On portvé lé frouma aou tsalé d’avò, on portait les fromages au chalet d’en bas (Vd Chenit). L on zu dè l’və dan lə Payi d’avó, on a eu des inondations [«de l’eau»] dans le Pays d’aval [la vallée de la Broye] (F Gr.‑de‑V.). [Croyant avoir abattu une «vouivre» (serpent) juchée dans un noyer, les gens criaient:] «La vaiqu’avau! la vaiqu’avau!» la voilà en bas! (Vd Favrat, Mél. 203). Précédé d’une indication de lieu. On·n ò vu pasò on niyò pè lə Rou·n avò, on a vu un noyé descendre le Rhône (G Aire‑la‑V.). ‖ S. m. L’avó, le côté du bas (Vd Penth. et ailleurs).

2o Joint à des verbes de mouvement, comme en afr. (God., To.). «Pour apporteir les seras avaul» ... descendre les «séracs» de la montagne (F 1445. Comptes Hôp. AC). Yə vé avó, je descends (Vd Cors.). V ḕvā, contracté de vè èvā, descends (B Charm.). Lo soray v ḕva, le soleil se couche (ib.). Déchan avó, descends (G Herm.). Dicton. L’édyə va adé avó, l’eau descend toujours (Vd Penth. et ailleurs). Vəni avó, tomber; cf. venir en bas (Pier.). La tétsə é vənya avó, le tas s’est écroulé (Vd Month.). Le pou tin! sinblyvé kə to vənyai avó, le vilain temps! il semblait que tout «venait en bas» (Vd Nov.). Dicton sur Vd Cheseaux‑Noréaz: apyè Tsèzó, Nòria vin avó, appuie Cheseaux [486 m.], Noréaz dégringole [535 m.]. Fig. È vïn èvā, il décline [santé, fortune] (B Bois). Loc. En venir aval, rompre sous le poids, en parlant d’arbres dont les branches sont chargées surabondamment de fruits. È y an·n èvè, déz anbr! léz anbriə an vnyïn èvā, il y en avait, des framboises! les framboisiers rompaient sous le poids (B Bois). «La terre chisoit avaut» ... s’éboulait (Vd Orbe 1471. Comptes. Ac). Plaisanterie. Voz tè tch avṓ, Bovè? — Nè su pā tch amon! vous êtes tombé en bas, Bovet? — Je ne suis pas t. en haut (Vd Vaug.). Roubatin ṣ bəlyon avó, roulons ces billes en bas (F Gr.‑de‑V.). I fó la tirī avó, il faut la [la cheminée] démolir (N Ch.‑de‑F. Bull. Gl. VI, 59); cf. tirer (en) bas, id. Pier. L’ordzou trè avó, l’orage se dirige vers le bas, s’éloigne (Vd Const.). Nòz in fótu avó lou gouvèrnèman, nous avons renversé le g. (Vd Sassel). Sè ftrè avó, tomber (Vd Penth.). [On dit à qqn qui est en haut:] Akè lə avó, lance‑le ici en bas (G Herm.); cf. akouly III 3o c. «D’in cô de pie â qu·u le toulle, paf! aivâ», d’un coup de pied au cul [le grand diable] le lance ... en bas [un apprenti maladroit] (B Raspieler, Paniers, v. 637). Avec verbe de mouvement sous‑entendu. [Un terrible buveur avalait tout,] «lâi avâi rein que l’idye que pouâve pas avau», il n’y avait que l’eau qui ne pouvait pas descendre (Vd Sav. Cont. 1920, 26). ‖ S promnè èmon èvā, se pr. en montant et en descendant (B Bois, Charm.); cf. afr. ala amont et aval (To. I, 696).

3o Joint au verbe être. Èl ə avó, il est tombé (Vd Orm.). L é avó, il est descendu [à Lausanne] (Vd Month., dans le Jorat). Étrə bin avó, être bien malade (Vd Vall.). Sti kou, l è avó, cette fois, il va faire faillite (F Gr.‑de‑V. et ailleurs). Spécialt. Lə rlèdj a èvā, è l fā rmountè, le poids de la pendule est en bas, il faut le remonter (B Bois). Lə moulin ly è avó, le m. n’a plus de grain à moudre (F Vill.‑s.‑M.; id. B Charm., Bois). Mè pip ā èvā, ma p. est fumée jusqu’au fond (B Charm.). ‖ Y è pli av, c’est plus bas (G Bern.).

4o En fonction de prép. suivie d’un régime; id. en afr. (God., To.); cf. Mr. Festschrift Gch. 93. «Dou pont avau la Sarina» (F 1422. Comptes Trés. 39. AC). «Reservez en la vendition ... certain sentier commung pour aller aval les prez, comme y a esté accostumé» (Vd Donatyre 1547. Ac). Alè avó lə vlèdj, descendre le village (B Plagne). Lə bou, lé pyré, to vin avó la kta, le bois, les p., tout dégringole la côte (Vd Nov.). Fron·n avó léz égr, dégringoler au bas de l’escalier (Vd Blon.). Lou ramounœ a riskā dè tsəzi avó la tsəmənā, ... tomber à bas la cheminée (Vd Sassel). Il è tché avó lé rtché, il est tombé en bas les rochers (N Brév.). Déchan èvā st èbr, descends de cet arbre (B Pleigne). Attrape: T v vni èvō mè? — Lèvou? — Trïn·nè ïn sè d méiədj èvā l krā, tu veux venir avec moi? — Où? — Traîner un sac de m.... «en bas» la pente (B Charm.). Loc. L è avó lè lan [planches], il est ruiné (F Gr.‑de‑V.). Cf. la loc. synon. l è avó la dzā din blè ltè, il est à bas la forêt où on prend les belles lattes (F Rom.). È m trïn·n dé tchè èva l dō, il me traîne des chats le long du dos, il m’agace (B Charm.). Èvè dé dan to èvā l kō, avoir des dents tout «en bas» le gosier, se dit de qui mange plus vite que d’autres (ib.). ‖ Rəmonta d’avó l fon d la pyn·na, remonter du fond de la plaine (N Brév.). ‖ Loc. adv. A vau‑l’eau. «Du blanc poulsat, lequel ... elle a champé avault leau», de la poudre blanche qu’elle a jetée à l’eau (B 1615. Proc. sorc. III, 165. AC). son bin l é zòou avó l’ó, tout son bien s’en est allé ... (Vd Blon., id. Pailly). Formes patoisées: avó l’ḗg (Vd Orient); avó l’ga (G Dur.); èvā l’av (B nord). Soli n vā ran, fiə lo èvā l’av, cela ne vaut rien, jette‑le à l’eau (B Charm.). Fig. S’é é·n afèr avó l’óv, c’est une affaire perdue (B Plagne). ‖ Par rapport au temps. Avó l’anayə, dans le courant de l’année (F Sugiez); cf. afr. l’an aval (To. I, 697).

5o Noms de lieux. 1. L’adv. substantivé est précédé dans qques n. de l. de l’article sg. ou pl. Pluriel: es Avaux Vd Givrins (Sgf. 442); léz avā N Boveresse, «bois qui descendent»; les Evas B Cormoret: pron. fr. éva; aux Evas Courtelary: pron. fr. èva. Sing.: Lavoud Vd Bex: in la·ou Tp.; Clos de l’Avau Vucherens 1824, au clos de la Vaux 1677; en l’Avoz (var. Lavoz) des Chênes Moudon 1814; Au Praz de l’Avaux F Cheiry 1788; Lavaz V Nend.: ən ă Jj., dèjò è vnyə dè a Mr. Le sing. est moins bien assuré que le pl.; car dans les noms du type l’Avaux on pourrait aussi bien reconnaître l’appellatif vallis, fém. en latin, en it. et dans qques n. de l. gallo‑romans, la Valpelline, la vódəlyi (V Val d’Illiez) et les fréquents Laval et Lavaux. 2. L’adv. se joint comme déterminatif de situation à un appellatif ou un n. de l. auquel il est postposé et ordinairement relié au moyen de la prép. de. Sans de: le Maravaud Vd St‑Légier: ó mar [marais] avó; peut‑être aussi en Pierravaux Jouxtens‑Mézery (Sgf. 438; cf. 304 Pierramont). Avec de: ao koudrè [la coudraie] d’avó ou dézò Bavois; ao kārò d’avó (fr. au Quartier d’en bas) Belmont (Laus.); le Pas du Richard d’Embas Bex: lə pa d’avou (ou davou?) du rətsar; au Bugnon d’Avaux Châtelard; au Bois d’Avau Épalinges: ao bou d’avṓ (ṓou); la Première d’Embas Orm.‑Dessus: la prəmīr [s.‑e. «montagne» Isabel] d’avó, estivage situé au dessous de la Première d’Amont; è prā d’avó (fr. Prés d’en bas) Poliez‑Pittet; Sur la vid d’Avaz Ste‑Cr. 1814; i sa·n d’āvā V Ann. (Gill., «champs»); in prārèyè d’aou Bagnes, quartier inférieur du vill. de Prareyer; u ou i māin d’āó (Mayen d’en haut 1897) Conth. (Daill.); lə tsalè d’aó Mart.‑Combe (Prélayes); Iles d’Aval ou Daval Sierre: a l’iła d’aval (patois de Chippis), all. dāval è·i·ò; i djyètrò [«gîtes»] d’aó Véross. (Saintaneire); Carre d’Aval G Meinier: u kar d’avóou; Bois et Praz Davas G Bern. 1730; En praz davaz Troin.; au Rio d’Avaux F Autafond: oou ryō d’avṓ; les Crosets d’avaux Enney (Sgf. 458): ou kroje d’avṓ; Murs Blancs d’avaux Estavannens (Sgf. 459): le mu blyan d’avṓ; Jorat d’avaux Lessoc (Sgf. 460): lə dzóra d’avṓ; Mont d’avaux Treyvaux (Sgf. 347): ou mon d’avṓ. Anciennes mentions (Mi.): en Chans aval et Champ davaul Vd Blon. 1404; in prato Daval La Rippe 1418; en Chamavau Ch.‑d’Oex 1666. Le déterminé peut être aussi un nom de personne: Chez les Currat d’Avau F Le Crêt (Sgf. 359): auj. djan d’avó. Les noms ainsi formés sont si nombreux qu’on se borne à un choix d’exemples caractéristiques. 3. L’adv. est suivi, à la façon d’une prép., d’un appellatif ou d’un n. de l. qui spécifie l’espace parcouru en descendant. Dans plusieurs des composés énumérés ci‑après il s’échange avec amont, suivant que l’on considère le trajet à la descente ou à la montée. Dans l’usage local il se traduit en fr. par en bas. Vd: avó (ou in) ryta [ruelle] (fr. «En bas ryèt») Bonvillars; avó lò ryóEn bas le ruisseau») ib. et ailleurs, notamment le ruisseau avoz lo Rioz à Villars s. Champvent; avó lé rtsè («En bas les Roches») Bofflens; avó lé pyèr kə ḥlyèr [qui luisent] Cuarny, chemin dit «avau les pierres qui klér»; avó ló kro («En bas le Coin») Essertines (Échall.); avó (ou amon) la gran vi Math.; la Vy des Barres Mollens: avó lé brè; les Bornos ib.: avó lé bòrné, conduite d’eau et sentier; rue du Moulin Orbe: avó lò moulinè; avó gā Pailly, chemin (cf. ib. au bas de Gor: o bā dé gā); avó lò mòtī («En bas le mòtyé») Rances, route au‑dessous de l’église; rue de Clarissée ib.: avó («En bas») la rəsḗ; Avoz Genollan Vuarrens: avó dzənòlan [probablt nom de personne]; avó lé baEn bas les Bas»] Vullier., le bas du village, et Avau les Bas Ropraz: avó lé bā [sans doute «Là‑bas»]; Avau la Cavaz Yvonand (Sgf. 287): lieu‑dit au Coude. F: avṓ lè fou [hêtres] Châbles, chemin; avó lou kudrā [coudriers] Fiaugères; es Noutes Villarsel s. Marly: avó lé nte. N: Vauladrey Brenets: avou l’adrè, côte tournée au midi; En bas le Port Cressier: avṓ l pōr ou avṓ la fabrik; la ru d’avó (ou davó?) l vlādj Lign. (rue du Centre 1875). B: Avas les Aves [les eaux] Courrend.: āva léz āv; Avas les Côtes Courgenay: èva lé kót; avā lè ru·at Épauv., chemin; Aivat le Seut Glovelier: èvā l s; èvā l mé St‑Ursanne, rue descendant de l’église au pont du Doubs; Ruz de Vauleruz ou de Foruz St‑Imier. Nous pourrions citer encore quelques autres noms vaudois du même type. En Vallapraz Aclens, Vaulapraz 1757: è valaprā (et amon la prā) offre un exemple de la contamination de aval par la prép. «en». Il est remarquable que la majorité de ces noms à nous connus sont localisés dans les districts nord‑ouest de Vaud, qu’il n’y en a point dans les districts orientaux ni en Valais, tandis que le type 2 fait défaut dans N et B.

II. Aval en composition avec d’autres particules. Joint à:

1o De. 1. Adv. En bas, synon. de aval. «Une table de bois dur [fixée à la muraille], qui se tire damon et davoz» (F Roche 1672. Reg. not. 238, 178. AC; autre ex. ib. 1646). Vin davou, viens ici en bas (G Herm.). Mè tè davó, mets‑toi en bas (V Liddes). Yə nevai ai davou, il neigeait auj. dans la Plaine du Rhône (Vd Alpes d’Ollon). È ṣā da·ou, [le temps] est clair en bas, vers Martigny (V Daill.). ḥla k’on vrdè davó, celle [la vache] qu’on garde en bas, dans le village [pendant l’estivage des autres vaches à la montagne] (V Leytr.). O tin kə lyé vənyai bā di damon, lyi partè amon di davó, tandis qu’elle descendait d’en haut, lui montait d’en bas (V Châble). Su dè daó, ceux du bas, des villages inférieurs du V. de Bagnes (V Lourt.). Gar daó! gare en bas! avertissement d’un danger venant d’en haut (Vd Étiv.); davó! id. (V Maréc.). Anc. loc. L a itò d’avou, il a été au service militaire à l’étranger (V Ill., Troist. Fankh. 83, n. 6). Dictons. Bragā lou ó, ma tənī vò adé davó, vantez les hauteurs, mais tenez‑vous touj. dans le bas (Vd Orm.). La vats kə l è davó pè, la vache qui reste dans le bas perd, prospère moins (V Praz‑de‑F.). 2. Loc. prép. suivie ou non de de. En dessous de. «Faire la sotta [abri] d’avaul de la maison» (F 1470‑1. Blav. 23). Davó lə mu [mur] indique un endroit plus éloigné que dèzo lə mu, au pied du mur (Vd Orm.). «Le carré de la murallie davoz de la maison» (F Roche 1653. Reg. not. 236, 289. AC). L è davó dè la mézon, tə lə v pr tróv, ... tu le trouveras bien (F Gr.‑de‑V.). Rsté davó dé mé, il demeure en dessous de chez moi (Vd Oron). Cf. sans de: davó mè (V Cham.). On·na viə fna sè vardvè lè dzənè davó na tó, une vieille femme gardait ses poules en dessous d’une maison (Vd Orm.). Tchyrè davó la brna, tomber à bas la cheminée (V Maréc.). ‖ Daó è damon a mézon, en dessous et en dessus de notre maison (V Lourt.). 3. T. d’orientation. Davṓ, au nord (F Montb.). Kóslè l è davó dè Payrnou, Corcelles est au nord de Payerne (F Gr.‑de‑V.). La bizə vin du davó, ... vient du côté nord (ib.). Cf. lè montnyè d’avó, le Jura [situé au nord‑ouest de F] (ib.), et «la moitié ... des pommes dites de l’avaud», probablt des p. provenant de la partie nord du canton (F Roche 1804. Reg. not. 2610, 208. AC). L’ra dé davó l é on·n ra dé plydzè, le vent du sud‑ouest est un vent qui amène la pluie (Vd Blon.). Lə tin l é gr davó, le temps est gris‑noir du côté du sud‑ouest (ib. Odin, 568). Dictons. Sə lé nyòlə van davó, | prin lə raṣéi é la fó, si les nuages vont du côté du sud‑ouest, prends le râteau et la faux (ib. no 390). ‖ Lé davó, les Davaud, surnom (ib.); cf. Davau, n. de fam. du Languedoc (Mist. avau). 4. S. m. Lə davó 1. le bas, la partie inférieure (Vd, V, F). Lo davó dè sé pra è kouvè dè boson, le bas de ce pré est couvert de buissons (Vd Penth.). «L’avâi tot lo davau einsagnolâ», il avait toute la partie inférieure du corps ensanglantée (Vd Sav. Cont. 1923, 37). Lou davou, les «bas», la plaine (V Champ.). S ò daó, «sur le d’aval», dans la partie inférieure (V Lourt.). 2. Celui qui est en bas (V). Lə davó rèsai li sòtzè du damon, le bas [ceux d’en bas] reçoit les saletés de ceux d’en haut (V Praz‑de‑F.). 5. Noms de lieux: D’avau des Hottoz Vd Ropraz: davó dḕz òtó; «A la Fin soit d’avaux du Chemin» Vd Chessel 1846; a lè lavantsè də davou V Troist. (Vallerette); d’Avaux de la Trême F Gru. (Sgf. 362); Davaud du Motty Vuisternens dev. Rom. (Sgf. 357): davṓ dou mòḥī; L’Arsillion davos Vill.‑s.‑M.: a l’èjilyon davó dou pon.

2o En. 1. Loc. adv. En bas, en dessous. «Dix lo masel en avaul», de la boucherie ... (F 1382. Comptes Trés. I, 28. AC). L è jəlṑ in·n avó, il s’est dirigé vers le bas (F Villarg.). È son an·n èvā, ils sont plus bas [dans le sentier] (B Épauv.). Mēt tè myé è·n aou, mets‑toi plus en bas (V Isér.). [Un enfant qui mangeait une tarte à la crême,] «aivaie virie lai crainme en aivâ», avait tourné la crême en dessous (B Jura Dim. 1898, 207). Dictons. L’dyè va adi in·n avó, l’eau va toujours du côté d’en bas (Vd Vaug. et ailleurs). To roubte adi in·n avó, tout roule ..., les choses vont toujours leur train (F Gru.). ‖ Combiné avec de, même sens. El èrə onkò pə è davou kə falyè alā, c’était encore plus bas qu’il fallait aller (V Véross.). ‖ T. d’orientation. An·n avó, région dans la direction du lac (G Herm.); cf. Gl. I, 359 a. 2. Loc. prép. avec de. En dessous de (Vd, V). Lou pon è in·n avò də la rèsə, le pont est en dessous de la scierie (Vd Chenit). Su dé trai plysé in·n avò də mon frré, [à l’école] je suis trois places plus bas que mon fr. (ib.). ‖ Combiné avec de. Sè truvè in daó di mézon, il se trouve en dessous des maisons (V Lourt.). ‖ S. m. La routə pchè chu l’indavó don vəldzou, la route traverse [«passe sur»] le bas du village (F Villarg.). 3. Noms de lieux: en Avaux Vd Châtelard: un·n avó, en Navau 1628 (Mi.); Prés Navaz B Mall.: è prā navā; Milieu et haut des Navaux Tramelan‑Dessus.

3o Par. Cette prép. ajoute une idée d’étendue imprécise. 1. Loc. adv. En bas. Lou valé é koum bovairon pèr avò, le garçon est comme berger dans la plaine [par opp. à la V. de Joux] (V Chenit). ‖ Plus fréquemment combiné avec de (Vd‑F). Yó vò t? — Pè davò, où vas‑tu? — Dans le bas (G Aire‑la‑V.). Yə veïn dè pè davó, il vient du côté d’en bas (V Praz‑de‑F.). Pèr davó son a la méson, dans le bas on est occupé à la moisson (F Gr.‑de‑V.). «Le s’ein retorne [impr. retorna] per d’avô, au tiu dau tsin», il [le vent] s’en r. dans le bas, au diable (Vd G.‑de‑Vd. Rec. Corbaz, 126). 2. Combinaisons div. Per lé davó, par là‑bas (F Sugiez). Vè pè la èvā, va par là‑bas (B Mett.). sé davó, par ici en bas (F Rom.). Prkav ou parkədav, id. (G Herm.). 3. Loc. prép. En dessous de (Vd). Pār dāò dè la grandzə, en dessous de la grange (Ross.). Fransa dédzorvé per avò lou gro Kré, Fr. sortait le bois de la forêt là bas, en dessous du gros Crêt (Vd Chenit).

4o Contre, accentue l’idée de direction. 1. Loc. adv. En bas (Vd, F, N). Al kontravó, descendre (F Gru.). Lə frəmdzo s’è mè a rəbatā kontravó, le fromage s’est mis à rouler en bas (Vd Sav.); aussi a roula a kontravó (G Dard.). El è tchè kontravā, il est tombé par terre (N Noir.). ‖ Précédé de en. L é dza tò tèrin in kontravó, il n’y a déjà plus de neige en contre‑bas (Vd Blon.). Dicton. La lèvntsə va adi in kontravó, l’avalanche descend toujours, un homme ruiné a de la peine à se relever (F Gru.). 2. Loc. prép. (Vd). Sé loudjé kontravó lé kté, se luger à bas les côtes (Vd Chenit). ‖ Combiné avec en et suivi de de. Yə rsté in kontravó dao vəldzou, il demeure en dessous du village (Vd Oron). 3. S. m., plus usité que l’adv., mais fonctionnant comme lui (Vd, F). «Dix [depuis] la roche jusque le contraval» (F 1465. Stadtsachen, A 552, 146. AC). Lè tsè von ti ch lə kontravó, les chars vont tous facilement à la descente (F Gr.‑de‑V.). «Lo gendarme ... est reparti furieux lo contravau» (Vd Cont. 1885, 2). «La sapalla peintsivè dza lo contr’avau», le sapin penchait déjà (ib. 1893, 33). Vaiti lo kontravó, regarder du côté du bas (Vd Penth.). «Lo vouaiquie a botson, la téta lo contr’avau», le [un homme ivre] voilà tombé en avant, la tête en bas (Vd Cont. 1878, 49). ‖ Précédé de au. Alā u kontravó, descendre (Vd Leys; moins usité que kntrè bā). Tòtə lə tsèròpə van u kontravó, tous les paresseux descendent la pente [qui conduit à la misère] (ib.). 4. Noms de lieux: Contravaux (en, es) Vd, F, Contre Avaud F Tour‑de‑Trême; au Contravoz Vd Leys. (Veyges), «in campo de Contraval» 1332 (Grosse Aiguebelle, 65 vo, Mi.); aux Champs Contravau Provence; Champs de C. Oleyres; es Champs de C. Treycovagnes 1719; — Contre Vaux N, Contrevaux Vd Ollon (en), Provence (au): kontravó Ollon (in), Oleyres, ‑ṓ Arn., F Morlon (ṓ), ‑ṓou Vd Leys.; — kontrəvó Provence (au C.), (é vé, je vais) d k. ib. (Champs C.). Les graphies Contre Vaux et Contrevaux sont francisées; mais la forme patoise kontrevó à Provence, enregistrée ici pour mémoire, est formée du subst. val, non de l’adv. aval.

5o Là, li. Cet adv. de lieu, ainsi que ceux cités sous 6o, ajoute une nuance de localisation par rapport à celui qui parle. 1. Loc. adv. Là‑bas. avó, etc. Vd, F, N, l avó B Plagne, l èvā Dev., Charm., Gué., la èvā; li èvā Épauv., Charm. (ou lā vā), la (li) an·n èva Épauv. Nə lou v tou pā? L è lé avó, ne le vois‑tu pas? Il est là‑bas (Vd Sassel). La pyra s’è arəṣyə lé avó, la pierre s’est arrêtée là‑bas (F Gr.‑de‑V.). Lo tchmïn déchan l èvā, le chemin descend là en bas (B Charm.). ‖ Loc. prép. Lé Molḕ son lè avò ḥlya kta, les Molards sont là en descendant cette côte (Vd Chenit). 2. Lé davó (Vd, G, F). Su zu lé davó, je suis allé là‑bas (Vd Vuiller.). Lə vəlādzə é lé davó, le village est là‑bas (Vd Corb.). aè mə tank lè davó, viens avec moi jusque là en bas (G Bern.). On nə lé di rè, a səl də lé davò, on ne leur dit rien, à ceux d’en bas (G Aire‑la‑V.). Lé davó, lèïn f bi, là‑bas, au loin, il y fait beau (F Châtonnaye). ‖ Aval préposé. Avó lé, là en bas (Vd Cors.). 3. Noms de lieux: «Casale Alberti di laiaval» Vd Essertines (Échall.) XIIIe s. (MDR, VI, 135); «eis Carros Leyavaul» F Sorens 1403 (Mi.); in grandzə lā·ou Ollon (Panex); Jardins Lévaux N Marin; En Lévaux G Onex (av. 1730), auj. les Evaux ib. et Confignon, à l’Evaux (Sgf. 450): ḗz et v lḗz ivóou (Ke.). Liavaux (fréquent) Vd, F, Liavau F, Liaveau B Bonf., Liavo Vd Oppens, Liavoz Chêne‑Pâquier, F Charm., Sems., Liavas B Bassecourt; seul ou joint à l’un des appellatifs Champs, Clos, Esserts, Fin, Oches, Prés: ou lyvṓ F Neirivue; inz sḕ lĭăvṓ Vounaise; a la fin·i lyăvṓ Chavannes‑les‑Forts; in pr lyvṓ Sâles; ou pr ly(v) Charm.;  prā lyāvó (lyy) Vd Chêne‑Pâquier; in yòvó F Ch.‑St‑D. (Sgf. 455), ò ḥou yvó Sems.,  ḥyou yvṓ Nuvilly; ă pr yvṓ Villarimboud (Sgf. 341); é prḕ liavā B Bassecourt, — yavā Bonf. Ladévour V Evionnaz: in lé davou; Les Davaud F Écharlens: (i ve) lé davṓ; Chenevières lé davaud Mannens‑Grandsivaz: lieu‑dit a la tsənvrə; Clos Lédavaud Joux: ṓ ḥyou lḗ dăṓ; Praz de Lé D’avaux Vd Roche: i prā d lé dāvó.

6o Combinaisons diverses. 1. Bas. Bā davó, plus bas (Vd Orm.). ‖ T. d’orientation. Alā bā davou, aller à Val d’Illiez, situé plus bas que Champéry (V Champ.). ‖ Loc. prép. Bā dou mèizon, en bas de la maison (V Isér.). ‖ Bā pè davó (V Leytr.); — davou (V Champ.), là‑bas. ‖ Ntró tsan l è ba intyə davó, notre champ est ici en bas (V Trient). 2. Droit. Draè avó, dr. en bas (N Land.). ‖ È déchan drè an·n èvā, il descend [la pente] en ligne droite (B Épauv.); ou drè li an·n èvā (B Bois); aussi drè d bon an·n èvā, en parlant d’une pente très rapide (B Épauv.). 3. Ici, ci, çà. 1. Vəndé isə davó, venez ici en bas (Vd Oron). 2. Si avó, en bas (N Brév.). Sœdr lè riv to si èvā, suivre la rive dans la direction de l’eau (B Bois). (To) si an·n èvā, (tout) le long de cette descente‑ci, plus bas que l’endroit de la pente où on se trouve (B Épauv.). 3. Çà aval, id. en afr. (God.). «Quant l’on la sonnera [la cloche] dix czai avaul», ... d’en bas (F 1414. Jj. Doc. Frib. 11, 269). F min fr sé avó tyè lé amon, il fait moins froid ici en bas que là‑haut (F Gr.‑de‑V.). ‖ Chai dao, ici en bas (Vd Ch.‑d’Oex). ‖ Avó préposé. Vəni avó sé, venez ici en bas (Vd Cors.). 4. Ikə, inkə. Léz npè krson lé amon, ikə avò n’y a ké dé fryé, les framboises croissent là‑haut, ici en bas il n’y a que des fraises (Vd Chenit). Dḗchan ik avó, descends ici en bas (G Herm.). Ink ava, là‑bas (Vd Aubers. Tabl. 46). ‖ Inkə davó, id. (Vd Oron). Nom de lieu. Praz d’Iquédévaux Vd Signy‑Avenex.

Composé ancien de à et val, afr., mfr., fr. mod., fr. dial. aval, prov. anc. et mod. aval, avau; cf. ALF 741. Aval est très vivant dans toute la SR, sauf en Valais, où bas domine, surtout dans l’est. Dans le fr. régional de la SR la loc. adv. en bas traduit le patois avó dans toutes ses fonctions; cf. bas et Pier. bas. Dans Vd 1, V 1, 2 la forme avou, au lieu de ‑ó, peut avoir subi l’influence de amou(ə), voir amont. Même influence dans avon cité par Br. — Les nombreuses combinaisons de avó avec d’autres adv. et les nuances variées et subtiles qui en dérivent sont parallèles à celles de amont. Les remarques générales faites à ce sujet dans l’hist. de ce mot sont aussi valables pour avó, ce qui nous dispense d’y revenir ici. Cf. davəni. Tp. Mr.

Pour citer cet article : AVAL (réd. Tp. Mr.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome II, p. 125.

Marge de droite