Tome II page 447
 

btsn, b‑, bœu‑ Vd 17, 18, 1 Lavey, Taveyannaz Hunz. (impr. bdzon), Bex Mo., Ollon, V 2‑4, Ba., bou‑ Vd 19, bòou‑, bóou‑ V 51 ALF (ou bò‑; böou‑ Jj., b‑ corr.), 73, 75, 87‑89, ‑tsòṅ 83, bòtson Vd Br., V 17, 18, bó‑ 74, 81, bók‑ 84, bou‑, b‑ 60, 71 Hunz., 86, Ba. var., ‑tsoun 80, bətson 13, bu‑ 5, 61, 70, Ba. var. Anc. formes buchon V Riddes 1579, bou‑ Liddes 1645, bau‑ Monthey 1752. — Hunz., I, 202; IV, 131; ALF 451 (écurie, étable, toit à porcs), 1680 (poulailler) V 51.

‖ S. m. 1o Petite étable, servant ordin. pour le menu bétail (veaux, moutons, chèvres), un mulet et surtout pour les porcs. Elle est isolée, à la montagne, ou adossée à la grande étable, ou formée d’un simple enclos dans celle‑ci (Vd, V). «Quartam partem medietatis ... unius grangiae ... cum suis pertinenciis, cum sua rata parte du bouchon adjacente» (V Liddes 1645. Not. Bastian. AC). I boutson dou katson, l’ét. du porc (V Sav.). « torno portâ dein lo beutzon avoué li z’attro», je les reporte [les petits cochons morts] dans l’ét. vers les autres (V Mart. Val. rom. 29). ‖ Poulailler (V). Boutson də dzənlyé [poules] (V Nend. ALF). 2o Fig. Taudis, bouge (Vd, V). Dè Maryon, dè Katèlon è dè Fèṅmon, oun·n è·n trvé è·n tò lè bòoutson, des Marie, des Catherine et des Euphémie, on en trouve dans tous les bouges (Gill. Prov. Viss. no 125). 3o Fig. Prison (V). Lo t’on mətu u butson, ils «te» l’ont mis en p. (Cham.). 4o Par anal. de construction. Bûcher (V Voll.).

Dérivés: dimin. bótsònt V 74, Ba., boutsóné 60, btsònèt 80, butsònè 50, très petite étable; boutsón 60, s. f., contenu d’un boutson.

Dérivé de b, etc. «étable» par le suff. dimin. ‑tson, comme baots est tiré de bao + ‑tsè, Gl. II, 235. Voir Jud, Rom. LII, 344, qui cite entre autres krétsi (lire krétsn) «monticule» comme dérivé de kré «crêt» Vd Blon.; Hasselrot, Ollon, § 63 n. Le point de départ est formé par les équivalents de cruchon, fauchon, manchon, etc. Quelques‑unes des formes citées parmi les var. phon. dérivent p.‑ê. de btsə, etc. «étable, hutte». Cf. ce mot et butsta, batn, bitsn. Gch.

Pour citer cet article : btsn (réd. Gch.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome II, p. 447.

Marge de droite