Tome II page 456
 

2. BOIS, bou, b Vd 1‑3, 40‑42 (40 b ALF), 5‑9, Br., Mo., Dum., V 1‑5, Ba., F, N (61 b ALF), B 2 Convers, 28, bóou V 60 (b Tabl., bó Zi.), B 20 Zi. (bòou Tabl.), boou V 71; bó, bṓ Vd 53, V 73, 74, N 33, B 21, 23, 25, 30, 31, 33, 35, 4‑6 ALF, Rossat Chants pat., Ra.», de même les suivants), Qui., Gué., Bié., bō, bṑ V 84 (b Tabl.), B 22 (bó Tabl.), 32, 4‑6 corr., Tabl.; b 11‑13; bə V 80 (bən ALF), bé Vd 43, 45, 47, V 75, 76 (ou bè), 87, G 18, bè Vd 42 var., 48, V 10, 70, 8, G, ba V 89. Cf n. de l. Anc. formes bo Vd, F XVIe s., bos Vd XVe s., F XIIIe‑XIVe s., boz V, F XVe s., Vd, N, B XVIe s., booz F XVIe s., V XVIIIe s., boch B XIIIe s., bou F XVe‑XVIIIe s., V XIVe‑XVIIIe s., N 1351, bous N 1367, bouz B 1315, boes Vd 1401, boeis F 1427, bues 1423, buis 1620, buits Vd 1726, boi G XVIIe s. Fr. bous N Pier.Tabl. 204, 268, 458 B 51; Zi. I, viii, xiv; II, vi, xii; III, vii, xv; ALF 144 (du bois), 145 (les bois), 185 (bûcheron), 594 (forêt).

‖ S. m. 1o Forêt, bois (Vd‑B). «Lo bou situm sub dicta domo» (V Ann. 1302. Reg. L 162, 99. AC). «Y ex gran porsin | Comment not saudrin de si bo», j’ai grand souci [de savoir] comment nous sortirons de ce bois (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. VII, 310). Spécialt. Forêt composée d’arbres à feuilles caduques, par opposition aux forêts de conifères (Vd Orm.). ‖ Bou byan, bois taillis, par opposition à la haute futaie (F Gr.‑de‑V.). Byin bṑ, forêt d’arbres à feuilles caduques (B Vicques). ‖ Bois noir, f. de sapins (Vd Vall., Vaug., N, B). ‖ Petit bois, sous‑bois. Piti bou (F Grandv.). ‖ Grand bois, b. de haute futaie (Vd ouest, N). Gros bois, id. (Vd Oron, F Domp., B). ‖ Bois mûr, id. (F Grandv., B Plagne). ‖ Mó b, f. difficile à exploiter (Vd Côte Br.). Cf. 9o, II 2. ‖ Bois de commune, f. communale. Bou dè kəmna (Vd Cors., Month., N Gorg. et ailleurs). ‖ Bou dévin, f. dans laquelle il était interdit d’introduire les bestiaux ou de couper du b., ce dernier étant réservé à la construction (Vd Blon.). ‖ Bois à ban, f. en défens. Bou a ban (Vd Sent.). B də ban, id. (N Brév.). «Bouz bannal» (anc. B), id. «Li diz Borquins ala tranchier bouz [couper du bois] en lour bouz bannal» (B Trouillat, III, 219). Loc. et dictons. Al  bou, aller à la f. pour y ramasser du bois (Vd Sav. et ailleurs SR). Alā apré lou bou, aller à la f. pour en sortir de grandes pièces de b. (Vd Orm.). trè din lo bou, être bien abrité (V Maréc.). [On dit d’un individu à mine peu rassurante:] Nə voudrè pā lə rankontrā ao kro d’on bou, je ne voudrais pas le rencontrer au coin d’un b. (Vd Cors.). Kan on prdzè du lu, è chó di lə bou, quand on parle du loup, il sort du b. (Vd Leys.). Lo fṓ plyndrè koumun lo lāou kə kòr pè lè b, il faut le plaindre comme le loup qui court dans les b., se dit de qqn qui ne mérite aucune pitié (Vd Penth.). Férə a chalyi lou l d bou, faire sortir le loup du b., obliger qqn à se démasquer (F Marly). La fan f salyi lou ló du bou, la faim fait sortir le loup du b. (Vd Vall.). N fó pa churə l l tank’u bou, il ne faut pas suivre le loup jusqu’à la forêt (V Champ.). Lə bō é déz arèy è lə tchmïn é déz y, le b. a des oreilles et le chemin a des yeux (B Épauv.); var. Lə bṑ a déz òrāy a lé tchan déz éy, ... et les champs des yeux (B Plagne). Fṓ pa alā  bou, s’on·n a pairə dai brntsé, il ne faut pas aller au b., si on a peur des branches; si on a peur du risque, il ne faut pas s’y exposer (Vd Sav.). Cf. var. de B Dev., A. tr. p. XIII, 36. A F Gru., se dit d’une jeune fille, qui ne doit jamais trop s’exposer. Ché k va u bou va in dyra, celui qui va au b. va en guerre (V Lourt.; F Gru.). L è dun lè b kə sè trouvon lè brəgan, c’est dans les b. que se trouvent les brigands (Vd Penth.). «Grand bou, granté z’égué [eaux], grand tsemin, son por la propriétâ trai [trois] mauvé vesin» (N Papiers Chabloz). Pronostics. Lé bou vnyon nè, n vu pa férə grantin bi tin, les b. deviennent noirs, il ne fera pas longtemps beau temps (F Grandv.). Kan yə tn·nè chu lè b nyu, yə névəṣrè chu lè b fòlyu, quand il tonne sur les b. nus, il neigera sur les b. feuillus (F Vill.‑s.‑M.). U mè d’ou la plyòdzə é dèrai lə bou, au mois d’août, la pluie est derrière le b. (Vd Gryon); autres ex. sous août, Gl. I, 484. Devinette. K’ā s k’ā din ïn bō k rèl kòm ïn fō? — In·n siə, qu’est‑ce qui est dans un b. qui crie comme un fou? Une scie (B Charm.).

2o Arbre, surtout sapin (Vd, V et F passim, N, B). È y a dè bé bou d ṣa dzu, il y a de grands [«beaux»] a. dans cette forêt (Vd Leys.). Oun byó b, un bel a. (V Nend.). ‖ Bō douby, arbres jumeaux (B Bois). Bō mèryè [«mariés»], id. (B Épauv.). Hā bō, a. de haute futaie. (B Mett.). ‖ B a fru, a. fruitier (N Mont.). A V Nend. et dans B, bois ne s’emploie pas pour les arbres fruitiers. Bou dè fòə, «arbres de feuilles», hêtres, frênes, érables, etc., par opposition aux conifères (Vd Orm., etc.). Cf. 3o. Bè dè flyé, a. fruitiers et buissons, par opposition aux bè dè zóour, a. de la forêt (V Miège). Dictons. Tā bo, tā frut, tel a., tel fruit (B Bois). Ïn bō sin rèsin·n s’ā in·n kap sin tḗt, un a. sans racines, c’est un bonnet sans tête (ib.).

3o Bois, matière ligneuse (Vd‑B). «A ceux qui ont remué [ôté] les traz [poutres] au pont de boz» (Vd Orbe 1528. Comptes. Ac.). [Le ramier chante:] Nè séri nò pā bin f | Dè tsandzī dz  kntrè dao b? ne serions‑nous pas bien fous d’échanger des œufs contre du b.? (Vd Vaug.). ‖ Loc. adv. A bois, de consistance ligneuse, dur comme du b. (N Pier.). «Moi qui suis dure et à bois, je n’sens rien la bise» (ib.). ‖ Vəni an bō, se lignifier, en parlant de certains légumes (B Charm.). ‖ Spécialt. 1. Suivi d’un adj. Bois blanc, b. d’arbres à feuilles caduques, frênes, trembles, peupliers, parfois aussi hêtres (SR vieilli Pier.), opposé à bois noir, b. de conifères et de chênes. Désigne aussi les arbres qui le fournissent. B blyan (Vd Vaug.), byin bō (B Sépr.). ‖ Bois dur, b. de hêtre, d’érable, etc. Bou du (Vd Orm., et ailleurs). Fig. Konchinḥə in b du, conscience en b., homme peu scrupuleux et peu sensible (Vd Orm.). Spécialt. Hêtre (N Bon., Pier.). «Bottines en bois dur», sabots (ib.). ‖ Bois gras, pin (V Lourt., N, B Pier.). Copeaux de pin servant à l’éclairage (Pier.). ‖ Bois noir (Vd Const., Br.), troncs ou morceaux de b. très dur, surtout de chêne, susceptibles d’être travaillés et d’acquérir un beau poli, que l’on tire du fond des lacs de Morat et de Neuchâtel. ‖ Vi bou, «bois vif», partie dure du b. (F Grandv.). ‖ Plaisamment. Bois tordu, vigne (V). Y é byou dè chin dòou bó tè, j’ai bu du produit [«de cela»] du b. tordu (Vernam.). 2. Suivi d’un complément déterminatif. Bou d’brou, b. d’arbres fruitiers, par opposition au b. des essences forestières (F Gr.‑de‑V.; id. N Pier. 669). ‖ B dè fòə, même sens (Vd Orm.). Bois de feuilles se dit aussi du b. de tout arbre à feuilles caduques (Vd Alpes, V, B Vermes). ‖ B dè fnta [«fente»], b. dont le fil est droit, facile à fendre et qui est apprécié en boissellerie (Vd Ross.; ailleurs Alpes et SR). On dit aussi b lənyou, même sens (Vd Sass.). ‖ Bou dè fnda, quartier de b. du fût de l’arbre (Vd Cont. 1890, 4). ‖ Bou dé pna [«peine»], b. difficile à fendre (F Grandv.). Dicton. Bou dé pna, bou dé mṓ, | Tə mé mé tòt in ryṓ, b. dur, b. de mal, tu me mets tout en sueur [«ruisseau»] (ib.). ‖ Bois de lune (SR Pier.), bou dé lna, etc. (passim), bois volé, coupé en délit [au clair de lune], expression empruntée du fr. pop. ‖ Loc. Du bou k’on nə pu pā vrè dəd, du b. dont on ne peut pas voir l’intérieur, se dit d’un b. difficile à fendre (Vd Leys.). Bou k’alnè, b. phosphorescent (Vd Dum.). 3. Expr. composées indiquant l’utilisation du bois (choix). Bois d’affouage (Vd, N), bou d’afòydzo, b. à brûler (Vd Leys., etc.). On dit aussi dans ce sens: bou dè fa [feu] (Vd Leys., Orm., etc.), ou bou a bərlā [brûler] (Vd, V et F). ‖ Bou d’asè (Vd Orm.), bou dé tavədon (Vd Étiv.), b. propre à faire des bardeaux. ‖ Bou a bāti [bâtir] (V Lourt. etc.), bou də bātis (V Leytr.), bou d konstrukchon (V Champ., etc.), b. utilisé dans les constructions. ‖ B dé chèrpta [charpente] (Vd Month., etc.), bou dè ldzè (Vd Leys.), bou dé marəndzo (Vd Pailly; F Gruy.), b d marè [merrain] (N Noir.), b. d’œuvre pour toitures et charpentes. ‖ Bou də dvè, b. utilisé pour les douves de tonneaux (Vd Vall.). ‖ Bou d’zè, b. utilisé dans la boissellerie (Vd Leys.). ‖ Bè marchan, bois, fagots destinés à la vente (G Herm.). ‖ B də mrka, b. provenant des forêts communales qu’on vend aux bourgeois qui ont l’intention de bâtir (Vd Vaug.). ‖ Bou dè ponton, gros b. noueux, ou de mauvaise qualité, qui ne peut être scié en long et qui, débité en tronçons, sert à faire des planchers d’écurie (Vd Leys.). ‖ Bou dè rāsdzo (ib. et ailleurs), bou dè rāsə (Vd Orm.), bou a bèlyon, a rḗsī (Vd Vaug.), bois à scier. Bou də sèrvsou, b. mis en œuvre, par opposition au b. à brûler (Vd Vall., etc.). ‖ Bou dè travṓ, (Vd Leys.; V Leytr.), bou dè travlyo (V Maréc.), etc., b. dur pour le charronnage et la tonnellerie. 4. Expr. composées indiquant la forme et les dimensions suivant lesquelles le bois est coupé. B a bədon [billon], b. taillé en billes d’une longueur de 3 à 4 m. (Vd Étiv.). Bois de (à la) corde, grande bûche, rondin (N Brév., B Épauv.). B dé mlo, b. à brûler débité en morceaux d’un mètre de long (Vd Étiv.). Bou dè kartāi, billes fendues en quatre ou en cinq, et entassées en stères (Vd Orm.). Bou rèfdu [«refendu»], éclisses (Vd Leys.).

4o Locutions. Étr dè bou, être de b., être insensible (ib.). mo dè b, homme de b., lambin (F Gr.‑de‑V.); an·n də bō, id., personne insignifiante (B Vermes). trè dè bon bou, être robuste (Vd Leys.). ‖ Être du bois de ..., se dit de qqn qui a les qualités ou les défauts adéquats pour faire telle chose. Yə l è dè ché bou, il est de cette catégorie (V Maréc.). Tə n’éi p dòou bou k’on f lé mənstro, tu n’es pas du b. dont on fait les pasteurs (Vd Blon.). Étrə du bou k’on f lè fltè [flûtes], avoir un caractère agréable et souple (Vd Orm., Vall.); se dit en particulier d’un mari qui fait les volontés de sa femme (V Vouv.). Plaisamment. Iṣrə dè bou dè viyolon, être en b. de violon, être de bonne humeur, bien tourné (F Prez‑v.‑S., etc.). Iṣrə dè mmo bou tyè k fan lè chin, être du même b. dont on fait les saints, être hypocrite (F Gru.). Ly è dè bou dè pta, il est de b. de merisier, c.‑à‑d. il est laid, avec équivoque entre pta «merisier» et adj. f. «laide» (ib.). Ly è dè bou dè pta, ... de tilleul, il est mou, avec équivoque entre pta «tilleul» et «chiffon» (ib.). ‖ Sè pā étsudā du min·mo bou, ne pas se chauffer du même b., ne pas partager les mêmes idées (V Lourt.). Pā savai dè kin bou s’étsdè, ne pas savoir de quel b. il se chauffe, ne rien connaître de la vie de qqn (V Leytr.). ‖ «Ly‑an dou bou dèvan la méjon», ils ont du b. devant la maison, ils sont riches (F Tobi, 199). In·n fan·n k’é di bō dvin l’ōtā, une femme qui a du b. devant la maison, qui a une poitrine opulente (B Bois, etc.; N Sav.); loc. imitée de l’all. suisse, cf. Schw. Id. II, 1247. ‖ Avi l n dè bou fèr dè ḥlyou, avoir le nez de b. ferré de clous, trouver porte close (F Gru.). Dyèrèyi avi on chbro dè bou, batailler avec un sabre de b., ne pas être suffisammt préparé, pourvu (ib.). ‖ Férə fu də tou bou, faire feu de tout b. (Vd Vall.). Sé sarvi də ti bou, id. (V Véross.). ‖ [On dit d’une région où le b. est très abondant:] Lo bou li tsḕ chu lo tè, le b. y tombe sur le toit (V Maréc.). ‖ D’une personne maigre, on dira: Èl ā sa kòm ïn bō, il est sec comme un b. (B Vermes). ‖ On dit aux enfants, pour leur faire comprendre qu’il existe des verges pour les fesser: Lé tyèvr n’an pao tò mẓya l bè, les chèvres n’ont pas mangé tout le b. (G Herm.).

5o Dictons et proverbes. Prou in bou, prou in tò, pauvre en b., p. en tout (F Domp.). Bō, fuə é èrdjan vənyan bïn an tò tan, b., feu et argent sont les bienvenus en tout temps (B Épauv.). D’une personne dont les sentiments valent mieux que l’aspect extérieur, on dira: È vā m l bō k l’ékəch, le b. vaut mieux que l’écorce (ib.). Òtr l’ékòrs a lə bṑ, a n fó pè métr lə dāə, entre l’éc. et le b., il ne faut pas mettre le doigt (B Plagne). Stu k ménèdj l’étchat n’inm pə l bō, celui qui ménage la hache n’aime pas le b., qui aime bien châtie bien (B Charm.). Tò bou fournè pè bourl, tout b. finit par brûler, la patience vient à bout de tout; ou bien tout a une fin (F Gru.). Tò b fé f, tout b. fait feu (N Couvet). «Ti lé bou fant prau foumaire, | Mâ lé chindre ne sant pâ paraire», tous les b. font bien de la fumée, mais les cendres ne sont pas pareilles (Vd Dum.). Bou tordu fā lə fu drai, b. tordu fait le feu droit (Vd Villen.). Lou bou ròbā brlé mi, le b. volé brûle mieux (F Domp.). Fó pā sè tchardjé dè bou vè, kan y eïn·n a pru dè sè, il ne faut pas se charger de b. vert, quand il y en a assez de sec, il ne faut pas se faire des soucis pour rien (V Praz‑de‑F., etc.). De là la loc.: Sè tsrdzè pā dè bou vè, il ne se charge pas de b. vert, il supporte aisément l’adversité (V Lourt.). Lo bou drè, la fèmla dè pla, on n’in kònyè pā lyè frchè, le b. droit, la femme couchée, on ne connaît pas leur force (V Maréc.). A dzin dè vəldzo, tronpta dè b, à gens de village, trompette de b., il faut toujours approprier les choses aux circonstances (Vd Villen.). Fó p tsaply lə bou éi Péson, ristè tò m é nə pòou p bourl, il ne faut pas couper le b. sous la constellation des Poissons, il reste tout mouillé et ne peut pas brûler (Vd Blon.). Prumyè dəmkro dou nou, boun po lo bè, premier mercredi après la nouvelle lune, bon pour [couper] le b. (V Lens).

6o Sarment de vigne (Vd, V, N passim; Pier.). Tu lé b an dvè rpè, tous les sarments ont deux grappes (Vd Vaug.). Vyou bóou, vieux sarment, par opposition au bois formé la dernière année (V Sav.).

7o Emplois techniques. 1. Bille, tronc d’arbre destiné à être scié (Vd Orm.). Y è dondzèrao dè tsaba dé grṓ b, il est dangereux de dévaler de grosses billes. 2. Règle de bois divisée en deux parties, le crochet et la molette, sur laquelle s’inscrivaient à la craie rouge, en chiffres romains, les apports journaliers de lait à la fromagerie. Le fournisseur et le fromager gardaient chacun une partie de la règle, qui est restée en usage jusqu’au milieu du XIXe s. (Vd Sent.); cf. tāchra. 3. Grosse pièce de bois qui supporte une cloche (B Gué.). 4. Crosse et fût de l’arbalète ou du fusil (Vd). 5. Poutre servant aux carriers à transporter des blocs de pierre (Vd Sassel). 6. Éclisse. Mètrə lè bou, éclisser (ib.). 7. Patins de la luge (V Sensine). 8. Bâton du cuvier à lessive servant à en obturer le trou de vidange (B Charm.). 9. Désigne fréquemment la partie en bois d’un agencement fixe ou d’un objet. Bou d’achi [essieu], pièce de bois supportant l’essieu d’un char (Vd Ross., etc.). Bou du boré [collier], attelle (V Praz‑de‑F.); bè dó kòlyé, id. (V Haud.). Bṑ d biə, bois arqués du filet à fourrage; voir ber, fig. (B Charm.). Bo d lè nès, osier formant le cercle d’une nasse (B Mett.). B daou drapó, hampe (Vd Penth.). Bō d’òblou, fût de rabot (B Charm.). Bō d rétla, barreau de râtelier (ib.). Bō d charp, manche de serpe (ib.). Bō di satchou [séchoir], bâton servant à suspendre la graine qu’on veut sécher (B Courrend.). Bou dè lyi (Vd Cors.), bō d’yé (B Vicques), bou dè kytsè (V Véross.), etc., bois de lit.

8o Pl. 1. Bois du cerf. La maizon dè vla də Tsatèlè a on ḥḕr è sou bou kəmin ansényə, la maison de ville du Châtelet a un cerf et ses bois comme enseigne (Vd Orm.). 2. Parties dures, pierreuses, qui se forment dans certaines espèces de poires (V).

9o Composés. I. Subst. bois (sens 2o et 3o) suivi d’un déterminatif. 1. Bois blanc (Vd Côte), b blyan, etc. (Vd, V, N), byan bō (B Charm.), byin (B Del.), a) aubier (Vd, B; ALF 1446); b) chèvrefeuille des buissons (Lonicera Xylosteum L.) (Vd Leys., V passim); cf. Rolland, Flore, VI, 225; c) merisier (Prunus avium L.) (V Véross.). 2. Bō d byè, son, péricarpe du blé (B Épauv.). 3. «Boû‑de‑Canelle», sobriquet des habitants de Vd Rolle (Chabloz, 45). 4. Bois carré (SR Pier.), b karā, etc. (Vd, V, F, B), a) fusain d’Europe (Evonymus europaeus L.) (Vd, B, ALF Suppl. 91); cf. Rolland, IX, 99; b) bourdaine (Frangula alnus Mill.) (Vd Pier. 669). 5. Bo lè tchiəvr, etc. (B), a) chèvrefeuille (Lonicera Caprifolium L.) (Fches‑M., Aj.; ALF 274); b) cornouiller sanguin (Cornus sanguinea L.) (Charm.); c) troène commun (Ligustrum vulgare L.) (ib.). 6. Bois clairant, vieilles souches phosphorescentes (N Pier.). Bō syéra, ver luisant (B Épauv.). 7. Bois doux, b dā, etc. (SR passim), a) morelle douce‑amère (Solanum Dulcamara L.) (F, V Vernam.); b) réglisse (Vd, F, B; ALF 1141); cf. all. Süssholz. 8. Bou dé fèr, if (Taxus baccata L.) (Vd Blon., Étiv. ALF Suppl. 109). 9. Bois à fumer (Vd Dum., V Champ., N Bon., Pier.), clématite des haies, dont les enfants fument les tiges. 10. Bois aux geais, fragon piquant (Ruscus aculeatus L.) (Vd Br., Mo., etc., F Vev. Savoy). 11. Bou dzinti, etc. (Vd‑B), bour‑ (F Gru., etc.), bois gentil, daphné (Daphne Mezereum L.). 12. Bō djōli, id. (B). 13. Bou () ləvè, etc., gui (Viscum album L.) (F); cf. ləv. 14. Bó də lyéj (V Vernam.), bè d’ìlyèj (V Évol. Jj.), liège. 15. B dè lvra [lièvre], etc. (Vd, G, F), a) genêt à balais (Sarothamnus scoparius Koch) (Vd, F); b) bois gentil (Daphne Mezereum L.) (G). 16. Bō sint Lusiə, merisier (B Épauv.). 17. Bō sin Mètchïn [Martin], épine‑vinette (Berberis vulgaris L.) (B). 18. Bō păchă [vrille], chèvrefeuille des buissons, dont les enfants font des tuyaux de pipe (B Charm.). 19. Bou dè pta, sureau (Sambucus nigra L.), dont les enfants font de petites sarbacanes (pta) (F Vev. Savoy). 20. Bou də ppa, merisier (Bas‑V). 21. Bou dè rta [souris], chèvrefeuille des buissons (Vd ouest, G). 22. Bou də rigalis [réglisse], épine‑vinette (V V. d’Ill. Besse). 23. Bou ryon [rond], bois en grume, tronc non équarri (Vd Leys., Orm., V Lourt.). (Paroi) a bou ryon, p. formée de ces troncs posés horizontalt les uns sur les autres (V Lourt.). 24. Bou rdzou (Vd), roudj bō (B Mett., Charm.), a) cornouiller sanguin (Vd); b) partie dure du bois, p. ex. du chêne (B). 25. Bou də chintyā [senteur], myricaire germanique (Myricaria germanica Desv.) (F Vev. Savoy). 26. Bou a chubyè [sifflet], sureau (ib.). 27. Bō trïn·na (ou ‑é Épauv.), troène commun (Ligustrum vulgare L.) (B Épauv., Charm.). 28. Bou dè vtsè, nom enfantin de l’érable, parce que les enfants font avec ses branches des jouets primitifs représentant des vaches (Vd Leys.).

II. Bois précédé d’un adj. 1. Fā bō, «faux bois», aubier (B Sépr.). Se dit aussi du b. scié perpendiculairt aux fibres et qui se casse facilement. 2. [mauvais] bou, bois de mauvaise qualité (Vd Villen.). 3. Petits bois (Vd Pl., G Hum., N Bon., Pier.), pti bou, etc. (N, B), menu bois servant à allumer le feu. ‖ Sing. Chèvrefeuille (Lonicera alpigena L.) (Empeyta, Arbres, 198). ‖ Croisillon de fenêtre (B Charm.). ‖ Mesure pour vérifier l’épaisseur des planches à la scierie (B Sépr.). Prin bou, etc., menu bois (Vd‑B).

Beaucoup de composés de bois ne sont pas cités ci‑dessus et figurent dans d’autres articles du Glossaire. On a réuni ici spécialt les noms de plantes et ceux où la notion de bois paraît prépondérante.

10o Noms de famille. Dubois Vd‑B, DuBois, du Bois N: daobou Vd, dubè V, G, dubou N; anc. formes Duboz N, du Bo, du Booz F 1555; Duboux Vd Épesses, Grandvaux, Lutry; dérivé la Daubouda ou ‑la Épesses: a la daoubla, n. de l.; à la Dauboulaz Lutry, id. Noms de lieux (choix parmi plusieurs centaines). Les Bois, commune B (Sgf. 115): lé bṑ; Au Bois F Villaz‑St‑Pierre: in bou; Aux Bois Vd Écoteaux: ḕ bou; Buez 1229, anc. nom de V Louèche‑les‑Bains; Bois d’amont Vd Moudon: ao bou d’amon (Oulens); Bois dessous Bercher (Sgf. 296): ḕ bou dézò; Bois devant Moudon: lou bou dévan; Au Bois Léderey Oron‑le‑Châtel: ao bou lédèrā; Très le bois G Jussy: trè l bè; Trébou F Torny‑le‑Grand: é trḗb; Devant le bois B Bure: dəvin lé bṓ; Au Bas du Bois Vd Grandevent: ṑ bā dṑ bou; Entre Deux Bois Thierrens: ntrè dou b; Le Bluclore G Gy, au bois clair 1788: u bè klr; Jeune Bois N Coffrane: djn b; Au Bois Noir V St‑Maur.: u bou nyḕ; Vers Plambois Vd Champmartin: ao pyanb; Petit Bois B Lamboing: i pti b; Les Primboux F Fiaugères (Sgf. 358): ao prin b; Mauboux, forêt communale de Vd Villars‑Ste‑Croix; Au Bois Devens Blon.: òou bou dévin; Es Bois Frayés Mathod, c.‑à‑d. frayés par les chiens de chasse; Aux Champs du Bois G Perly‑Certoux: é ṣan du bè; Cretta boux V Lens: chou in krèhābou; Ile au Bois Monthey, a Lillibois 1819, en lisle du bois 1696: a liləba; Pradubois Ayer: ou prā dou ba; Les Prés des Mibois N C.‑aux‑F.: lè prḗ dè mī b; Praz Boux F Maules: in ou i pr bou; Tête de Bois V Bourg‑St‑P.: su tta dè bou; Bois des Chênes Vd Bérolle: aou bou déi tsnou; Au Bois des Entoz Poliez‑le‑Grand; Au Bois de la Dispute Bofflens: ao b d la dispta; Au Bois à la Dame Mézery: ao b a la dma; Bois du Seigneur Bérolle 1808: ao bou ao sèny; Au Bois de Lieffrens F Lieffrens (Sgf. 356): ṓ b dè yīfrin; Derrey Bou Masson Vd Sassel: in bou mason; En Boux Gremoux Villars‑Lussery (Sgf. 301): ḕ b grəmou; En Changebois Provence, en Changebouz 1709: in tsandzəbou; Taillebout Longirod 1912: ḕ tayəbou; En Vriboux Ogens, en Virebouz 1676: ḕ vrəb. Cf. Jaccard, Topon. vo Boët.

Dérivés: boisaille B XVIIIe s., objets en bois; boul N 21, petite forêt; bts Vd 24, petit sapin.

Après avoir renoncé à une origine celtique, encore faiblement défendue par Kaufmann, Wald, 50, on dérive maintenant le mot du francique *bosk «buisson», all. mod. Busch, FEW, I, 447, admis sous la forme *busk «forêt» par le REW3 1419 b. D’après Braune, cette base paraît ancienne dans les langues germaniques (Zeitschr. f. rom. Phil. XXXVI, 713). Tous les patois romands, sauf ceux qui ont emprunté bois au fr. (Vd ouest, G, partie de V) postulent *bŏsk. Le dével. phon. s’accorde avec celui de tostu (Tabl. 159), nostru (254), costa (417), tandis que ossu (437) n’est pas traité de même et que grossu (184) paraît avoir subi une forte influence française. Silva ne s’est conservé que comme n. de l. Au sens de «forêt», bois est assez rare en V, où le type gaulois *jŭr l’a fortement refoulé (voir dzo). Mais les n. de l. prouvent qu’il y a partout existé. Au sens 3o, secondaire, le V seul a gardé des traces de lignum. Outre la SR, où il paraît ancien, *bŏsk occupe toute la France, la Catalogne, l’Engadine, et s’est étendu, dès le moyen âge, à presque toute l’Italie (AIS 530; Aeb. Les origines de l’it. bosco, dans Zeitschr. f. rom. Phil. LIX, 417). L’Espagne et le Portugal l’ont aussi emprunté à la France. Cf. bōbé, bosat et plusieurs dérivés sous botch‑, bots‑. Aeb. Gch.

Pour citer cet article : BOIS 2 (réd. Aeb. Gch.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome II, p. 456.

Marge de droite