Tome II page 483
 

1. BON, masc. bon, bn, bón (→ booun, baon, bon·n, ‑ṅ) Vd‑N, B 1‑6 passim, boun Vd 53, V 80, 81 (bouṅ), N 30, B 4‑6, bò·n V 75, 84, bòṅ 83, 88; t. enf. mon V 50; dev. voy. bon·n Vd 43, bou·n passim, F, N 3, 4, bə·n Vd 80, 81, bè·n N 1, 2, 5, 6, ‑é·n Vd 13, 70, 71, 82, ‑ə·n 17, 19; fém. bna, ‑ó‑ Vd 43, 44, 46, V, bò·n B 21, 22, 25, 30, 40, bon·na, ‑ṅna V 53, 70, 75, 8, bouna Vd, V 1‑4 spor., 50, G, F, N 2‑4, ‑è 30, bou·n B 28, 32, bèna Vd 73, 82, N 1, 2, ‑è·n 5, 60, 61, ‑éna Vd 13, 71, ‑ëna V 10, N 13, ‑ë·n B 42, 51, 62, 63 (→ bin·n 4, 6), ‑əna Vd 16, 17, 42, V 13, 17, 31, 35, ‑ə·n N 62, B 13, ‑ona Vd 70, ‑ò·n B 33, ‑na V 15, 33, ‑a·n B 5 Saignelégier, baouna Vd 66, ban·n B 41, bəna Vd 81, bna 80; les formes fém. ont souvent ‑a; t. enf. mon·na Vd 50. Anc. forme f. bona Vd 33 vers 1520. — Rel. phon. 1899; Tabl. 5, 8; Zi. I, vii, xiii; II, vi, xi; III, viii, xiv; ALF, cartes énumérées dans la Table.

I. Adj. 1o Bon, comme en fr. Comparaisons. «Bon, bouna coumeint lo pan», b. comme le pain, très bon (Vd Cont. 1890, 22); se dit aussi d’une personne crédule ou confiante (ib. 1891, 39). Ach bon tyé on trintchā, aussi b. qu’un tranchoir [plateau sur lequel on découpe la viande] (F Gru.). San l è bon, snbyè k’on mdzè dinz ndzè, c’est b., il semble qu’on mange des anges (F Prez‑v.‑S.). ‖ Loc. «A boun heura», de b. heure (G Dur. vx). «Stu [ce] bon matin», ce matin, de b. heure (Vd Rec. Corbaz, 26). ‖ Bon  kré [mauvais]? formule employée au jeu de pile ou face (V Nend.). ‖ Substantivt. Fér dè son bon, faire son b. plaisir (F Prez‑v.‑S.) Elliptiqt. «Se n’oncllio qu’avâi distilla et qu’ein avâi dè la tota bouna», son oncle, qui avait distillé et qui en avait de la toute bonne [de l’eau‑de‑vie] (Vd Cont. 1890, 16). Cf. fr. du bon, du tout bon [sous‑ent. «vin»]. ‖ Ironiqt. L é tò bon, il est tout b., il prétend être meilleur que les autres (F Grandv.). ‖ Al a la bouna fḕ, y aller de b. foi, sans malice (F Gru.). Vəri dòou bon ló, tourner du b. côté; fig., tourner en bien (Vd Blon.). Sé balyi [donner] dòou bon tin [temps], se rendre la vie facile (ib.). Cf. bon temps. «Preignont la vià pè lo bon bet», ils prennent la vie par le bon côté [«bout»] (Vd Cont. 1890, 48). «Férè lo boun’ apôtro», jouer à l’innocent (ib. 1). «Lo pe [plus] bon», le meilleur (ib. 1893, 29 et ailleurs SR). Tòtsi la bna man, donner la main droite (Vd Leys.). N’é pa son bon frarə, ce n’est pas son frère germain (Vd Blon.). Èl é mṑr dé sa bna mṑr, il est mort de sa mort naturelle (Vd Aubers.).

2o Sens spéciaux. 1. Suivant le contexte, le sens général «bien pourvu des qualités voulues» prend des valeurs diverses. È v étr bon pò Pèty, il sera gras pour Pâques (bœuf de boucherie) (B Charm.). ‖ Bonne laitière (vache) (V Lens, etc.). Bna a laṣi [lait], bonne nourrice (Vd Ross.). ‖ Qui produit une herbe épaisse (pâturage) (V Lourt.). ‖ Très productif (champ) (N Sagne). ‖ Sé pèr nə son bə·n k’an mé l’uviə, ces poires ne sont bien mûres qu’au milieu de l’hiver (B Charm.). ‖ On bon paizin, un paysan aisé (B Prêles). ‖ Avāi bna tta, être exempt du vertige (Vd Leys.). ‖ Èl ā dj bon, il est déjà pubère (B Charm.). ‖ È ā ankò bin·n, elle est encore féconde (B Charm.). ‖ T. de jeu. È ā bin·n, elle a touché le but (boule) (ib.); etc. 2. Accompagné de à ou de pour, apte à, capable de. Bon por frè dou [mal], capable de tout (Vd Étiv.). Bon a tò frè, id. (V Pains.). Bon pò rin [rien], impuissant (V Praz‑de‑F.). «Lè fennès ont adé étâ dâi totés bounés po batollhi», les femmes ont toujours été des toutes bonnes bavardes (Vd Cont. 1896, 42). Loc. Étr bon pòr portā la mṑr é rtso, être capable de porter la mort aux riches, n’être propre à rien (Vd Leys.). «Por et rèpondre i cheu bon», je me fais fort d’en répondre (N Quinche, Bourg. v. 498). È n’a p èvu bon po étr soudḕ [soldat], il n’a pas été reconnu apte au service militaire (B Charm.). Stì vatsə y è bna pò kòrnéyè, cette vache donne facilement des coups de corne (V Lens). Sans pour: Stìk chapinṅ y è boun f·ndrə, ce sapin est facile à fendre (V Lens). 3. S’emploie comme exclamation interjective avec des sens variés, comme en fr. Bon! bon! à merveille (B Charm.). T’arvé, ā bon! tu arrives, à la bonne heure! (V Véross.). «Vouaiquie que bon! la Julie arrevè tot épouâirià», voilà que bon! la J. arrive tout épouvantée (Vd Cont. 1879, 7). Y è bon! cela suffit, en voilà assez! (G Bern.).

3o Dictons et proverbes. Tan k’a trāi fu bon, «jusqu’à trois fut bon», c’était supportable, mais il ne faut pas aller plus loin (Vd Month.; id. Blon.). Mi n è bon, mndro y èt, plus on est b., moindre il est (V Vernam.). L ə bon d’tré bon, mi fó pā tré bétyə, c’est bon d’être b., mais il ne faut pas être bête (V Véross.). Boun pou tò [pour tout], boun pou ran [rien] (B Bois). «Quand on est tru [trop] bon, lé cayons [porcs] vous rndzon [rongent]» (Vd Cont. 1909, 46). D’tré trao bon, on·n a dāiz afron, d’être trop bon, on a des affronts (Vd Month.). Jamé rdzo nə fu bon, jamais un homme à cheveux roux ne fut bon (Vd Blon.). È fā kāzi étr tro bon po l’étr prou, il faut presque être trop b. pour l’être assez (B Charm.). L é dé tò prāu tyé dé bounəz mè, il y a de tout assez sauf de bonnes âmes (Vd Blon.). I boun Djyo l é bon, ky ḗ bné dzin chon rré! le b. Dieu est b., que les b. gens sont rares! (V Sav. Favre, Dictons, no 108). Pòr on bon, dyi dè kryo, pour un b., dix de mauvais (Vd Leys.). «Lè bon dyerthon fan lè bon mêtre è lè bon mêtre fan lè bon dyerthon», les b. domestiques font les b. patrons et ... (F Tobi, 46). Su k tïn l sè ā ch bon k su k bòt dədïn, celui qui tient le sac est aussi responsable que celui qui le remplit (B Sépr.). Li bò·n knto fa·n lè bonj amik, les b. comptes font ... (V Viss. Gill. Prov. 10). Métchin·n viə è pə bin·n mouə nə fœ·n djəmè d’èkouə, mauvaise vie et b. mort ne furent jamais d’accord (B Bois). Dé bon plyan plynta ta vənyə, dé bouna mḗrə mrya la fəlyə, dé bouna vatsə nuri lou vī, de b. plant plante ta vigne, de b. mère épouse la fille, de b. vache nourris les veaux (Vd Month.; id. Blon.). Di bnè əatsə chrtè dè krouè è di króouə chrtè dè bnè, des bonnes vaches sortent des mauvaises ... (V Sav. Luyet, Dictons, no 225). Lə vin l é on bou·n óvrāi, m l é on kryo mtrè, le vin est un b. ouvrier, mais c’est un mauvais maître (Vd Blon.). Tin k’ïn·n an·n p trèyiə in·n btch d’étrin, èl ā bon, tant qu’un homme peut enjamber un brin de paille, il est apte à procréer (B Charm.). Cf. la var.: Tin k léz an·n poyan mindjiə di pri lèsé, è son bon, tant que les hommes peuvent manger du lait caillé, ils sont b. (ib.). «Quand l’est [c’est] bon l’est prau [assez]», lat. «est modus in rebus» (Vd Br., etc.). Cf. la var. sous bien.

II. Adverbialt. 1o Avec un verbe. Séi chin bon, cela sent bon ici (Vd Blon.). Sè m’a kté bon, cela m’a coûté cher (N Noir.). Loc. Tini bon pòr la parrda [parade], faire bonne contenance (F Rom.). Tin bon, Bèrnar, k’atramin lo fornè l avlyè Kolā, tiens ferme, B., sinon le poêle dégringole avec Nicolas; si tu lâches, tout est perdu (V Maréc.). Impers. Y a tənou bon dè balyè tò lò zò, il n’a pas cessé de pleuvoir de toute la journée (V Évol.). I f bon av a fr aé lyi, il fait bon avoir à faire à lui (G Bern.). Fi bon āi, le temps est agréable auj. (V Conth.). Prov. «Decouthe lé fou, devant le jarmé a fu, derrey le mulet, ley fa pas bon», à côté des fous, devant les armes à feu, derrière le mulet, il n’y fait pas bon (F Chenaux, Prov. ms.). Impers. Savoir bon, être agréable (Vd). Mé s bon dé travalyi, j’ai du plaisir à travailler (Blon.).

2o Précédant certains adj., avec lesquels il s’accorde, bon y ajoute l’idée de «bien, de façon agréable». «Bon chaud, bonne fraîche, bonnes tendres, etc.» Ex. fr. dans Pier. Lə pèl [poêle] è bon tchṓ (N Ch.‑du‑M.). Dè l’iə [eau] bna tsda (Vd Blon.). L é bou·n adrāi, c’est bien comme il faut (ib.). Renforcé par bien: «Bin bon sou», complètement ivre (Vd Cont. 1915, 37). Cf. beau II 1o, fin, gros.

3o Loc. adv. formées de bon avec à, de, pour. De bon, à bon, sérieusement, par opposition à «par jeu, pour rire». (Jouer) a bon, dè bon, a dè bon, d’a də bon (passim), d’a bon (V Praz‑de‑F.), a d’a bon (V Véross.), pour un enjeu, pas par simple passe‑temps. Di to sin də bon? dis‑tu cela sérieusement? (Vd Dum.). Aussi: L ət ə d’a bənə [bonne] kə tə di sè? est‑ce sér. que ...? (V Véross.). «Irə de bon josto», c’était vraiment juste (V Bagnes. Val. rom. 32). D boun vou d mḗtchin [méchant], bon gré, mal gré (B Bois). Tè ftsè tə a dè bon? te fâches‑tu sérieusement? (Vd Vaug.). vəni a dè bon, en venir aux mains (Vd Leys.). Djāzè ā [au] d bon, ne pas parler pour rire (B Charm.). L è vèré, d’a bon! c’est vrai, sérieusement! (V Praz‑de‑F.). On emploie de même: Pour de bon, pour à de bon, pour tout de bon; parfois pòr tòt a dè bon (Vd Ross.), pòr boun (V Lens). Pò dè bon vəré, véritablt vrai (V Évol.). Cf. Pier. et les gloss. du fr. rég.; Mist. bon adv.

4o Loc. adv. formées du fém. bonne avec les prép. à, de, en. 1. Avec à. Léy alā a la bna, y aller en toute bonne foi (V Véross.). Tòt a la bna, à la bonne franquette (G Herm.). Adjectivt. Être à la bonne, être naïf, sans malice; cf. 3. Ḥlya bba [fille] l è tòt a la bna (V Trient). ‖ Prè·ndrə a la bn·na, flatter dans un but intéressé (V Mont.); cf. 2, 3. 2. Avec de. Être de bonne, ê. de bonne humeur. «Lai a on tin d’ître de bouna et on tin d’ître grindzo», il y a un temps pour être de bonne humeur et un temps pour être mal tourné (Lien vd. 1903, 21). Prndrè dè bna, prendre du bon côté (Vd Ross.). Prandr kṓkon dè bnè, prendre qqn par la douceur (F Villarg.). Li al dè bnè o dè mlè, y aller de bon ou de mauvais gré (F Gru.). 3. Avec en (B). Pār an lè bin·n, prendre par la douceur (Charm.). ‖ Adjectivt. Étr an lè bin·n, être un peu simple d’esprit (Épauv.).

III. Substantivt. 1o Celui qui est bon. Fér lou bon, faire le b. apôtre (F Prez‑v.‑Siv.). Prov. «La graila tzi sur lé bon assebin ke sur lé crouïo», la grêle tombe sur les b. comme sur les méchants (Lien vd. 1904, 8). Lé bon s’è van, lé kryo rstan, les b. s’en vont, les méchants restent (Vd Month.). «Bon tridze, bon devint», qui suit les b. devient b. (Lien vd. 1905, 16). Di bon, an n’èpran k di bïn, du b., on n’apprend que du bien (B Épauv.). Spécialt. 1. Valet d’atout (Vd Chenit). 2. Lë bonch, les croyants (V Évol.).

2o Ce qui est bon. Prov. Lo kòlyao lchè pachā lo bon è rdè lo kryo, la passoire laisse passer le bon et garde le mauvais (F Montb. Co.). Spécialt. 1. Profit, bénéfice. Avāi bon, faire du boni (Vd Leys.). L a fé on fran dè bon, il a fait un franc de bénéfice (Vd Penth.). Avec agglutination de de bon: Y ḕ ḗkò kat sou də d bon, j’ai encore quatre sous de profit (B Vermes). 2. Bon côté, avantage. Lo bon è lo kré, les bons et les mauvais côtés (V Évol.). État meilleur. Aā də ò bon, aller «devers le b.», vers le mieux (malade) (V Nend.). 3. Bonnes qualités. Èl a bè du bon, il a bien du b. (N Noir.). 4. Bons sentiments. «I avé dza de bon», j’avais déjà de la sympathie [pour cette personne] (Vd Corboz, Bounan, 48). 5. Partie la meilleure. Bon du bou, partie dure du bois (Vd Leys.). Lou bon d’ouna ttra, le dessus d’une tarte (Vd Sent.). Amande d’un noyau, d’une noisette, d’une noix. Ona nyaizta a dou bon, une noisette à deux amandes (V Lourt.); cf. le prov. sous Barthélemy et bònt. Bon d’étya [petit‑lait], masse caséeuse du sérac, obtenue en faisant bouillir le petit‑lait (ib.). ‖ Période de plus grande intensité ou la plus favorable. O [le] bon du dzo, en plein jour (V Daillon). Oou bon dè la né, au milieu de la nuit (V Vernam.). «U bon de l’hivê», au fort de l’hiver (V Bagnes. Val. rom. 1). O bon du tin, on pu aa sin mandzə, pendant la belle saison, on peut aller sans gilet à m. (V Daillon); cf. blanchet 2o 4 et bon temps. U bon dè la lna, pendant que la lune est pleine (Vd Leys.). A karant an, t’i  bon dè ton tin, à 40 ans, tu es dans la force de l’âge (F Gr.‑de‑V.). È ra é bon kə fzon i rāvə, c’est maintenant le bon moment pour les raves (V Châble). 6. Pl. Friandises. Mədzi də bon a katson, manger des f. en cachette (Vd Orm.). 7. Pl. Férə lé bon, faire la première coupe d’herbe dans un pré (Vd Blon.). 8. Paralysie (anc. Vd, B). «Confesse de s’estre ... servie de charmes et conjurations pour guerir la malladie qu’on appelle les bons» (Vd 1579. Proc. Ouchy. AC). Fri di bon, atteint de paralysie (B Ra.); bon, «nervorum solutio, Schlag [apoplexie]» (B Qui.). Ce terme doit être un euphémisme; voir bla. 9. Bon, pièce qui donne droit à recevoir de l’argent, des denrées, etc.

3o Employé comme s. f. à valeur abstraite. la bon kə léi s, éi mədzə dé trdzè, de «la bon» que cela lui paraît, il mange en glouton (Vd Blon.). L é d’əna bon! c’est d’«une bon»! (ib.). Cf. la chaud, la froid «la chaleur, la froidure» (G, etc.).

IV. Noms de famille. Bon B Bois; Bonhôte N; Bonvallat B Miécourt; Bonvin V: bouṅvìṅ Mont. ‖ Bon vəzin [voisins], sobriquet des habitants de N Geneveys‑s.‑Coffrane (Chabloz, 34). Noms de lieux: (choix parmi plusieurs dizaines). Adj. Le Bon Ban F Grandv.: ou bon ban, bon endroit pour les chasseurs; au Bon Pré F Gletterens (Sgf. 311): ṓ bon pr; aux Bons Champs Vd Chavannes (Morges) (Sgf. 438); Le Bon Vuargnoz [sapin blanc] F Lessoc (Sgf. 460): i bon vrnyo; Bonfol B (Sgf. 5):  boun fó, Bunfol 1136 (Trouillat, I, 264); Bounavaux F Grandv. (Sgf. 460): in bounavṓ; Bonnefontaine F (Sgf. 345): a bouna fontn·na.

Dérivé: bən, ‑ta Vd 14, V 35, bò‑ 47, 88, bonasse (Vd Leys., V Leytr.); se dit aussi d’une vache ou d’une chèvre qui ne fournit qu’une quantité médiocre de lait, mais dont on n’est pas tout à fait mécontent (V Lourt., Pains.).

Dérivé du lat. bonus «bon»; REW 1208; FEW, I, 433. Cf. abòn, aboun, bòn, bon·n, etc., sn·na‑, etc.; le mot est très fréquent dans la phraséologie de nos patois. Aeb. Jj.

Pour citer cet article : BON 1 (réd. Aeb. Jj.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome II, p. 483.

Marge de droite