Tome III page 105
 

1. carre SR Pier. 96, 97, 676; kro, ‑ou Vd 1‑3 passim, 40, 41, 6‑9, Br., Dum., Cont., V 1‑2, 30, 35, 36, 42, 43, 45‑47, 4 Verbier, 5, 60, 71, 73, 75, 76, 8, Ba., G 10, F 10, 1 Gé., 4 Grolley, 63, N 12, 1 Bér., 20, kārè Vd 12 var., 92 var., kār(ə) Vd 15‑18, 19 var., 42, 74, V 11, 31, 32, 35 var., 42 var., Ba., N 10a, 11, 20 var., 3‑5, 62, B 1, 20, 32, 33, 35, 36, 3 Mervelier, 4‑6, kr(ə) Vd 15a (kāro Croisier), 80 (ou kṑr), kro, ‑ou Vd 31, 70, F 1‑5 (et kṑ‑ passim), krou, kḕ‑ Vd 52, 54, 5 Aub., N 22, kḕro 21, 2 Fleur., kyḕrou Vd 51, 52 var., kyḕrtyḕr 50, tchyrou 53, kr B 24, 31, 34, kèr 22 (ou kyèr), 23, kḕr 21, kṓrou N 30 (pl. ‑a), kārə Vd 1 Sépey Mi. Anc. car(r)o, ‑oz, ‑os Vd 1578‑1660, V 4 1742, G 1558, F 1428‑1780, quarroz Vd 1407, 1591, F 1431, 1435, ‑uz Vd 3 1423, car(r)e 1430‑1630, G 1520‑1557, F 1431‑1744, N 1430‑1658, ‑é Vd 1564, G 1568, quarre Vd 1478‑1766, F 1435, N 1568, 1719, B 6 1558, 1563, ‑é 4 1576, ‑es N 1280, cuarru, qwarro F vers 1230; lat. cadrus Vd 1428‑1498, G 1473‑1525, quadrus G 1460; patois carot Vd 33 vers 1520, caro G XVIIIe s. Cris, care B 4 XVIIIe s. Paniers, carre N XVIIIe s. Debély, caire N 21 1763. Cf. n. de l. et de fam. — ALF 308 (coin); 460 (endroit) N 33.

‖ S. m. 1o Coin, angle (Vd‑B, sauf V distr. Entr.). Lo kār dé pandu, le coin des pendus, coin du cimetière où l’on enterrait les pendus et autres suicidés (B Charm.). «Prez du quarre de la maison Guyllame Bonnot» (B Porr. 1563. S. jur. Ém. 1951, 118). «Du retirement du carre de sa maison, pour l’eslargissement des rues» (Vd Laus. 1572. Comptes, D 229. Ac). Kro dè mèizon, angle de maison (V Aven). Lou tè vu vèlyi on krou dè la méjon, je veux le guetter au coin de la maison (F Villarg.). «On boute loue fue a quetrou cora de lé tau», on met le feu aux quatre coins de la maison (N Cern.‑Péq. Pat. neuch. 239). Lə brko i eṣ ala chə kouchye inper oun kro dou bok, l’âne est allé se coucher dans un coin de l’étable (V Hérém. Lav. 372). «Je veulx que mon dict heritier doige laisser a la dicte Colletta ung carroz de ma grange pour mettre ung peu de pasture et ung carroz pour garder une vache» (Vd Avenches 1581. Mi.). È m a·ā chə mètrə də pla ën·n oun kro d’ā grandz, il est aussi allé s’étendre dans un coin de la grange (V Nend. Lautbibl. 62, 6). «Quatre grans chivillies de fert mises au quatre carres dudict pont» (Vd Nyon 1549. Comptes. Ac). Lo kro dé la tsnbra, le coin de la chambre (Vd Math.). Lè kèr du pḕy, les coins de la chambre (B Péry). A tə bin tsartcha pé ti lou kro du plo? as‑tu bien cherché dans tous les coins de la chambre? (V Véross.). Lou krou dè gótsə, èïn·n èïntr d la tsnbra, rè òkupā p lou fòrnè də katla, le coin de gauche, en entrant dans la chambre, était occupé par le poêle de faïence (Vd Chenit). «Tendant droit dès le caros ou coin du mur de dite grange» (F Montb. 1742. Mi.). Lou krou dāo mourè, l’angle du mur (Vd Sassel). Lə kro d’on·n ègr, le coin d’une marche d’escalier (F Treyvaux). «Jusques ou carro de la roche tallie» (F 1465. Stadtsachen A, 552, fo 32. AC). Kro, extrémité des poutres du «raccard», qui se croisent à la rencontre de deux faces (V Finh.). Lou kārə də lè ktsè, extrémités des poutres en saillie aux quatre coins du fenil de montagne (Vd Orm.); voir Bull. Gl. I, 30‑31 avec fig. Gənyī pèr lou kārə də lè ktsè, guigner par les coins des «coches» (ib.). «... que sont... âo cârro dâi fenétrè po guegni», qui sont au coin des fenêtres pour guigner (Vd Cont. 1886, 9). I mə koutch, trā bèl indj è mḗ pīə, an mè tḗt; sint Djan·n dkòt ma, ḗ katr kār d mon yḗ lḗ katr ḗvanjḗlis, je me couche, trois beaux anges à mes pieds, à ma tête; sainte Jeanne à côté de moi; aux quatre coins de mon lit les quatre évangélistes (B Pleigne. A. tr. p. III, 286). Il è ou kro, il est dans le lit du côté de la paroi (V Chal.). N’i mètu oun vo u kro d’a trbva, j’ai posé un verre au coin de la table (V Daillon). Lə kro d’ou·n boufèt, l’angle intérieur d’une armoire (V Haud.). I m sœ fotu lè tḗt tchu l kār də not fona, j’ai donné de la tête sur le coin de notre poêle (B Pleigne). Duran tò l djòr i sḗ òyu rankonyi u kèr du fòrna, pendant toute la journée j’ai été rencogné au coin du poêle (B Plagne). Lò vyo adi, chətā su ouna dzévla, aou kro də la tsəmənā, je le vois encore, assis sur un fagot, au coin de la cheminée (Vd Dum.). òou kro dòou fu, au coin du feu (Vd Blon.). Ā kār di fūə, lḗ véya fəman yṓ pip è pœ lḗ véyat dyan di mā də tó l mond, au coin du feu, les vieux fument leurs pipes et les vieilles disent du mal de tout le monde (B Bourr.). Kro, etc., chacun des quatre coins du filet servant à transporter le foin (Vd Chav.‑M., V Aven, Sav., F Ch.‑St‑D., N Gorg.). Aussi kro dou ënsë (V Sav.). Balë è kro, présenter les coins pour aider à attacher (ib.). Lḗ kār, les quatre coins du char de foin que l’on charge (B Courrend.). Iərtch è trè kār, herse triangulaire; ərtch è kètr kār, herse rectangulaire (B Vermes). Mòtchāo a trāi kro, mouchoir à trois coins (Vd Sav.; var. Vd Penth., B Plagne). mòtchīə èvō ïn mòtchou è sïnty kār, se moucher des doigts (B Charm.). On tsan in krou dé mòtchaou, un champ triangulaire (Vd Oron). Pò biré ó·n avèi rin kyé ón viro; dèvan ky’énréyé, lyi dè ché y ò a timin panā av’on kro d’a tsémiz, pour boire on n’avait qu’un verre; avant de commencer, sa femme l’a un peu essuyé avec un coin de sa chemise (V Isér.). Lè krou, pièces de toile en forme de triangle qui se placent de chaque côté de la chemise de femme, le sommet en haut, pour donner de l’ampleur dans la partie inférieure du vêtement (Vd Sassel). Lè krou dè tsonḥon, les coins d’un bas (F Montbrelloz, var. V Isér.). Tchapé a trè kār, tricorne (N Val.; var. Vd Orm., P. d’E., V Sav., B). Ḥlu jandrmə f lou krou [corbeau] dū stū matin u krou du bou, ce gendarme guette depuis ce matin au coin du bois (Vd Vall.). D tin yó dḕ brəgan atindan a ti lè kro dè b, au temps où des brigands attendaient à tous les coins des bois (Vd Rovr.). I kār du tchan, au coin du champ (N Brév.). Lè fin kro d’on tsan, les coins d’un champ (Vd Penth.). «Jusques au carre du pré» (F Montb. 1560. Mi.). Dè on kār du tyozé, dans un coin du verger (N Boudry). «Jusques à la boene au carroz du clod de Claude Thorin» (F Broc 1606. Reg. not. 2798. AC). «La boene de touf [tuf] estant ou carro dudict jordil» (F 1465. Stadtsachen A, 552, fo 128. AC). «Ou caro de l’age [haie] devant sa grange» (F 1488. Comptes Hôp. AC). On kro dou tsəmin, un angle du chemin (F Gruy. Sterroz). «Ou carre de la charrery» (F 1433. Comptes Hôp. AC). I krou di ruè, aux coins des rues (N Fleur.). Èl a tnu tu lè kro du vlédj, il a parcouru tout le village (N Noir.). É katrə kārə də la kəmna, aux quatre coins de la commune (Vd Orm.). «On arâi frèmâ que lo fû étâi au quatro càrros dau païs», on aurait parié que le feu était aux quatre coins du pays (Vd Cont. 1868, 1). «Mieulx vauldroit mettre le feu aux 4 cares de la cité» (G 1528. Balard, Journal, 170); autre ex. ib. 271. Surnom de F Montagny‑la‑Ville: In [aux] ktrou krou la famna, et de Montagny‑les‑Monts: In ktrou krou lou démon (F Rom.). ‖ Lə kār d lè tḗt, les tempes (B Bois). On di kə lèz Aləman l on la tṣa karyə paskə lè dzənyè nə lèy on p pək lè krou kəman a nò, on dit que les Allemands ont la tête carrée parce que les poules ne leur ont pas piqué les coins comme à nous (F Gr.‑de‑V.). Lə ko du vtrè, le pli de l’aine (Vd Leys.). Èl ə gātó u ko du vtro, il a une hernie inguinale (ib.). Lə kārə, partie d’un bovidé, au milieu du quartier postérieur, au point d’intersection entre la culotte, la semelle et le gîte à la noix (Vd Orm.). Lə kro dòou jè, le coin de l’œil (Vd Blon.; var. Vd spor., F Grandv., Gr.‑de‑V., N Brév., B spor.). Lé kār déz y, les coins des yeux (B Charm.). Avəzā aé lə kārə dè l’è (Vd Leys.), gənyī du kār də l’é (Vd Gryon), viti dou kro dè l’yè (F Grandv.), ravétiə di kār də l’y (B Mett.), btā du kār də l’ly (N Brév.), regarder du coin de l’œil. Lé krou də la bòtsə (F Rueyres‑les‑Prés), la kra d lè gòrdj (N Cern.‑Péq.), lou kro d la gla (V Champ.), è kro du pò (V Aven), les coins de la bouche. Lə kārə də la gòrdzə, le coin de la bouche (Vd Orm.). Lè krou dè [des] btsè, les coins de la bouche (F Gr.‑de‑V.). «Totè sortè de bel afaire, que fesan, mado! veni l’aigue è do care d’la gordge», toutes sortes de bonnes choses, qui faisaient, ma foi! venir l’eau aux coins de la bouche (N Val. Pat. neuch. 177). ‖ Lè kro son bin drāi è ègó, les angles sont droits et égaux (Vd Penth.). a pyra fā lə kārə, cette pierre forme l’angle (Vd Orm.). La pīr də kār, la pierre d’angle (B Mall.; var. Vd Flendr., B spor.). La pra dou krou, id. (F Grandv., var. N Fleur.). Lè piər dé [des] kār, id. (B Sépr.). D’où: Kro, pierre d’angle (Vd Sassel, F Gr.‑de‑V.). Fó dè bon móchi pò lè krou, il faut de bons blocs pour les pierres d’angle (F Gr.‑de‑V.). Lḗ gréy di [du] kār, les quilles placées aux angles du jeu (B Mett.). Abatr lé gréy dé kèr (B Plagne), èbètr sé dé kār (B Sépr.), fòtrə b ṣou di kro (F Grandv.), abattre les quilles des coins. D’où: Kro, quille de coin (Vd Fren., Arn., V Champ., Véross., B Pomm., Ocourt). Sé kə sā bin tótché l kro l ə sóvè kə fé bin du gyə, celui qui sait bien toucher la quille de coin fait souvent beaucoup de quilles (V Véross.). Lə kār ā bé, la quille de l’angle est renversée (B Ocourt). Dzòyi a tyèïn [quel] kārə, jouer à un jeu de quilles où les joueurs peuvent se placer n’importe où et à n’importe quelle distance des quilles; généralt on se met en face d’un des quatre coins (Vd Fren.). ‖ Dju di ktro kro, jeu des quatre coins (F Grandv.). Quatre joueurs se placent à quatre endroits formant un carré; un cinquième joueur placé au centre du carré surveille les déplacements des autres, qui changent constamment de position, et tâche de prendre une des places; celui qui perd sa place va au centre (Vd Nov., Leys., Orm., Blon., Month., Penth., Pailly, Oron, F Broye). Djuvi ai ktrou krou, jouer aux quatre coins (Vd Oron, var. passim). Ce jeu s’appelle aussi lè krou (F Prez‑v.‑S., var. Vd Leys.). Dzòyi é ko ou é katrə ko (Vd Leys.). Dja d kro, jeu qui se joue en plein village, où il y a bcp de coins de bâtiments; les joueurs se tiennent sur une ligne et s’élancent vers les différents coins après avoir crié: Yó chi pò ouṅ kro, je suis pour un coin; ceux qui n’ont pas réussi à arriver près d’un coin deviennent gardes (rda); les autres joueurs essaient alors de changer de coin avec leurs partenaires sans les laisser occuper par les gardes (V Nend. Sch.). ‖ Djūər é katr kèr, jouer à un jeu de balle où les joueurs placés en carré se jettent la balle l’un à l’autre à gauche, à droite ou en diagonale (B Plagne; var. Vd Sent., B Vermes). S’appelle aussi lé kār (B Pomm.). ‖ Alā aou krou, aller en pénitence dans un coin de la salle, d’un écolier puni (Vd Month.; var. Vd, V Champ., Nend., F, N‑B). Alḕ an·n ïn kār, id. (B Sépr.). Va u kār! va au coin! (N Noir.). Pran ton lvrou è pu va  krou rékórd! prends ton livre et va au coin étudier! (F Gr.‑de‑V.). Chè kyè itə pā kyéi, va u kro! celui qui ne reste pas tranquille, qu’il aille au coin! litt. va au coin! (V Nend.). Alā i kār du maró [maraud], id. (N Brév., var. Vd Vall.). Al boud ou kro, aller bouder au coin (F Vill.‑s.‑M.). Bòtḕ ā kār (B Mett., var. Vd Leys.), bòtḕ an·n ïn kār (B Charm.), fətsī āo krou (Vd Sassel), mettre un écolier en pénitence au coin de la salle. Fó lə fòrā ao kro, il faut le mettre au coin (Vd Const.). ḗtr u kèr, être au coin (B Plagne). ‖ Alā aou kro, aller au cabinet (Vd Pailly). Al ou piti kro, id. (F Grandv.). Pach ou kro di grimchè, id. (F Gru.). Lè ptè kār, le cabinet (N Brév.). ‖ kro dè la plyòdzə, la région d’où viennent généralt la pluie ou les averses (F Gru.). Lə fin kro, l’extrême bout (Vd Corsier). È tyiə lé kār, il recherche les coins, il se cache (B Charm.). É bdé pa lou kārə, il boude dans les coins (V Évouettes). Də vyèlyə fèralyə d’armə kə roulyvon pè ḥloou [ces] kro, de vieilles armes qui se rouillaient dans les coins (V Hérém.). I lchè tò trin pḕ lè kro, il laisse tout traîner dans les coins, il n’a pas d’ordre (F Crés.). «V’ay pa vèrgogni dè trèn’na lo lènpo pè lè carro!» vous n’avez pas honte de traîner la flemme dans les coins! (V Rand. Crettol, Bavouattè, sc. 2). Bandèrā d’on kro a‑n‑on·n tro, flâner d’un coin à l’autre (Vd Rovr.). Alā sé garā a‑n‑on kro, aller se garer dans un coin (F Sugiez). Sə bətā din on kro, se mettre dans un coin (Vd Fren.). S’akoulyi a‑n‑on kro, se jeter dans un coin (Vd Blon.). S’akarsè a‑n‑on kro, il se tapit dans un coin (Vd Nov.). Èl ā èdé rgrèbsnḕ din ïn kār, elle est toujours pelotonnée dans un coin (B Épauv.). «I s’étai adjotchî laïnq pa l’car», il s’était juché là par le coin (N Sagne. Pat. neuch. 147). Tsanpā ao kro, jeter dans un coin (Vd Corsier). Bòtḕ an·n ïn kār, mettre dans un coin (B Pleigne). Fò lò dan si kār! jette‑le dans ce coin! (B Mett.). D’un homme rusé: La kònyai dun lè kro, il la connaît dans les coins, on ne peut lui apprendre aucune ruse (Vd Penth.). La kònyson din lou kārə è rèkārə, ils la connaissent dans les coins et recoins (Vd Orm.). Locutions. «Ci et laique, a tu lè care», ici et là, à tous les coins (N Val. Pat. neuch. 168). Din tò lḗ kār, dans tous les coins (B Mett.; var. N Boudry, Val.). Kriḕ din tò lḗ kār, crier dans tous les coins (B Mett.). «Farfoueilli dè tu lé care», fouiller dans tous les coins (N Boudry. Pat. neuch. 196). Va founā par ti lè kro, il va fureter par tous les coins (Vd Étiv.). Tsèrtsi ókə pè tī lé kro, chercher une chose partout (Vd Blon.). Tsèrtsi pè ti lè məliyon [millions] dè kro, id. (Vd Penth.). N’ind avè pèr ti lè krou, il y en avait dans tous les sens (F Gr.‑de‑V.). «Mé reveit’cé, ... avou daou rematisse per ti lé cârou», me revoici, avec du rhumatisme par tous les coins (F Journ. Estav. 1901, 7). «E l’avai dè tchaté de fian et d’autre, par tu lè care», elle avait des châteaux de côté et d’autre, par tous les coins (N Val. Pat. neuch. 69). «I vo reveio per tu lé cairo de citoqué, sus lé bans de l’ècoula et du sermon», je vous revois par tous les coins d’ici, sur les bancs de l’école et de l’église (N Couvet 1763. Musée neuch. 1873, 169). «Cè on bandoûllieu, é ne fâ que de se bandoûlâ par tû lé carre», c’est un désœuvré, il ne fait que flâner partout (N XVIIIe s. Debély). «On y venié deu tu let quarre, deu la Sagne, époui deu Tchézard», on y venait de tous les coins, de la Sagne et de Chézard (N Val. Quinche, Bourgeoisie, éd. Greuter, 100). Dé ti lé kro, de tous côtés (Vd Vill.‑M.). Iy é kyéyi də tu lè kār, j’ai cherché dans tous les coins (N Planch.). Də per ti le kro, de tous côtés (V Hérém., var. Vd Vill.‑M.). ‖ Loc. signifiant «coins et recoins»: krou é rəkrou (Vd Month.; var. Vd passim, F Crés., N Brév.). «Dei ti lei carou et recarou dau païs [pays]» (Vd Moudon. Cont. 1911, 15). Nòz in tsèrtsi pèr ti lè krou è lè rèkrou, mā nò n’in ran tròvā, nous avons cherché par tous les coins et recoins, mais nous n’avons rien trouvé (Vd Sassel). Mṣra lā ti lè kro è lè rèkro d la méjon! montre‑leur tous les coins et recoins de la maison! (F Crés. Tobi, Fourdèrâ, 154). Il n’y a kə dè kār è rəkār (N Brév.). I knyë ti é kën è kro d’a Frnsë, il connaît tous les coins et recoins de la France (V Sav.). Dyan tò lou kin è lou kro, dans tous les coins; Y é tnyu kin è kār, yə ny’é p tròv, j’ai tenu tous les coins, je n’ai pas trouvé (G Herm., seuls emplois attestés). Kār è kòrna (B Courroux; var. Pleigne, Aj.). È Bnfō è y an·n é dḗ gas, dḗ kār è kin·na, à Bonfol il y en a des ruelles, des coins et recoins (B Bonf.). Din tò lé kār è lé kòna, partout (B Charm.). Də tò lé kār è lé kòna, id. (B Pleigne). Èl a kònyu din tò lé kār è kéna, il est connu partout (B Aj. Va.). «Te bairdolo de not tot pait care et cornat», tu bavardais de nous en tous lieux (B XVIIIe s. Paniers, éd. Rossat, ms. B, v. 422). Lḗ kār è () kāra (B Vermes, Mett., Charm.). Èl é rmuḕ tò lḗ kār è kāra, il a visité tous les coins et recoins (B Vermes). I l’ḕ tyiə pè tò lé kār è lé kāra, je l’ai cherché dans tous les coins et recoins (B Charm.). ‖ Sens spéciaux. 1. Alcôve (F Montb., Vill.‑s.‑M., Joux). Lyi dé kro (F Vill.‑s.‑M.), lyi dó krou (F Joux, var. Vill.‑s.‑M.), lit d’alcôve. 2. Place qu’une bête occupe à l’étable, à l’écurie (F Sugiez, B Prêles). Fér alā na bīt a son kro (F Sugiez). Métr la bḗt a son kār (B Prêles). Va a son kro dé par lyi, elle va à sa place toute seule (F Sugiez). ‖ «Lo carro ai fâye», le coin où sont les moutons à l’étable (Vd Favrat, Mél. 182). Lə kro ou tsin, le chenil (F Montb.). D’un renard: «Ein sé modaint pry dé son cârro», en se mettant en route pour sa tanière (Vd Mess. boiteux, 1864). 3. Place où on met le foin à la grange, sur le «solier» (B Prêles). ‖ Chacun des deux compartiments latéraux du «raccard», qui servent de gerbier (V Sierre‑Borzuat. Hunz. I, 201 et fig. p. 45).

2o Carne, angle vif d’un ouvrage de menuiserie, d’un objet en pierre ou en métal (Vd‑V passim, F, N Gorg., Brév., B). Lə kār du poutr, le bord aigu de la poutre (N Brév.). Sta pyés y èṣ a tré kro, cette poutre est triangulaire (V Hérém.). Abatrə lè krou (F Joux), rabatr lé kār (B Mall.), rèbtrè lou [les] kārə (Vd Orm.), abo·ā lè kro (Vd Flendr.), abattre les angles d’une pièce de bois, etc. Lèv lè kro, id. (F Grandv.). Bayè i ko, id., litt. donner aux coins (V Nend.). Rabatrə lé kro d’əna pyra, chanfreiner une pierre (Vd Blon.). Sè blyèsi aou kāro dè la trblya, se blesser au coin de la table (Vd Penth.). Sé buró l a on kro èbartcha, ce bureau a un coin ébréché (V Véross.). Sé boufè a lè krou rabatu, cette armoire a les angles rabattus (Vd Chenit). Kār rèbètu, angle non arrondi; kār èrondi ou kār ron, angle arrondi (B Bois). Tə m rondré lḗ kār, tu m’arrondiras les angles, à ce meuble, etc. (ib.). «Et lequel aulge sera de huict espondes [planches, côtés] et huit quarres» (B Porr. 1563. S. jur. Ém. 1951, 118); autre ex. Musée neuch. 1953, 38. Ko vi [vif], bord aigu d’une poutre, d’une planche, etc. (Vd Leys.; var. Vd Orm., Oron, Vaug., F Prez‑v.‑S., Gr.‑de‑V., B Plagne). Vi kār, id. (B Bois, Épauv.). Ko vi, angle droit, en charpente (V Leys.). Lə kèr vi d’aïn lavon, l’angle vif d’une planche (B Plagne). Tò lə bou də ṣa ramīrə l è a krou vi, tout le bois de cette charpente est à bord aigu (F Gr.‑de‑V.). Sl pīər a lé kèr vi, cette pierre a les carnes vives (B Plagne). ‖ Boutsə a trè kro, prisme de bois triangulaire sur lequel on faisait agenouiller un écolier pour le punir (Vd Flendr.; var. Vd Orm., Vall., N Brév.); voir G. Panchaud, Écoles vaud. 141‑42. S’appelle aussi Étla a trei kro (Vd Pailly; var. Vd Corsier, Penth., Vaug.), bāton a tréi kro (V Nend.), tsavanton a trè kro (F Montb.; var. F Gru., Ch.‑St‑D.), téjon a trḕ kār (B Mall.), étchin·n è trə kār (B Sépr.; var. B Del., Bois); cf. synon. ayn 2o, chevalet, èchyré, potence, quartier. È yi fā bòtḕ lḗz arèyər ou l bòtḕ è djrn·yn su l’ḗtchin·n è trə kār, il faut lui mettre le bonnet d’âne ou le mettre à genoux sur la bûche à trois coins (B Bois). ‖ Lṅma a trè kro, lime triangulaire (V Évol.; var. Vd, V Champ., F Gr.‑de‑V., B). «Une lisme à trois cares» (F Charm. 1673. Reg. not. 3090, 165. AC). Pò mól lè rsè on pran on·na lnma a trè krou, pour aiguiser les scies on prend une lime à trois c. (F Gr.‑de‑V.). ‖ l’rdzo a ktro kro, de l’orge carré (Vd Blon.). rdzo a trè kro, escourgeon, Hordeum hexastichum L. (F Gruy. Savoy). «Rendra item un quarteron d’orge à six quarroz» (Vd Vevey 1591. Mi.).

3o Côté, dans les loc.: «Il y avoit un pillier à terre, escarré qui avoit des quattre quarres les marques de Messgrs de Berne» (Vd Aigle 1593. Mi.). «Pour la fasson de mura de IIII caro l’estrablu», ... de murer l’étable des quatre côtés (F 1486. Comptes Hôp. AC). ‖ De tout carre, de chacun des quatre côtés (Vd 1407‑1608, F 1480). «Unam plateam 5 pedum longitudinis et latitudinis seu dez tot quarroz» (Vd Laus. 1407. Mi.). «Une grange ou Holcz, la quelle doit estre de LII pie de tout caro» (F 1480. Comptes Hôp. AC). «Ung morcel de place commune... de la contenance de trente et deux piedz raisonnables tant en longeur que en largeur et de tout carre» (Vd Bercher 1608. Mi.).

4o Coin de terre, parcelle plus ou moins étendue (Vd Orient, Penth., Vall., Vaug., Cont., V Sav., distr. Sierre, F Gr.‑de‑V., N Cern.‑Péq., Brév., Sav., B passim; Vd Grandson 1630, anc. F, N 1280, B 1572‑1656). «Soz lu cuarru es Claves» (F Marsens vers 1230. Titres Humilimont, 2, 15. AC). «Unum qwarro extimatum ad unam posam» (F Grenilles vers 1230. Ib.). «Li quarres de la Mandelier joste la terre ou priour de Corceles» (N vers 1280. Matile, I, 179). «Banniyr ung carre», mettre à ban une parcelle (B Pomm. 1572. Règl. comm. Ac). «Lequel ala à un quard proche la maison» (B Erguel 1656. Prot. just. AC). D pèti kro, de petites parcelles (Vd Vaug.). Gró kro ou gran kro, grande étendue de terres (V Grim.). É balya m bòṅ kro, fr. «j’ai donné [aux vaches] un bon kro», un grand bout de pâturage à brouter (V Lens). Sti krou ki rèpòtch bïn, cette parcelle rapporte bien (N Cern.‑Péq.). Ïn kār də tīər, un coin de terre (B Pleigne, var. Vd Vall.). «Deux caros de terre pour y planter ou semer du jardinage» (F Roche 1756. Reg. not. 882, 10. AC). Ouṅ kro de tèrìṅ, une étendue de terrain (V Lens, var. B Plagne). On ptè kār də tarin, un lopin de terre (N Brév.). «Un carros de terrain démarqué au pré» (F Roche 1780. Reg. not. 883. AC). Pë pa pa·é é dto, i an pri ché byó kro dé pra, il ne pouvait pas payer ses dettes, on lui a pris cette belle étendue de pré (V Sav.). On kro dè vnyə, un «parchet» de vigne (Vd Penth., var. V Miège). On kār dè [dans] la kt, un coin de forêt (N Sav.). «Ilz leurs ont vendu ung grand carre et lisse [bande] de boys» (Vd Grandson 1630. Mi.). «Trai carroz dè tsenèvo et atant dé lin», trois parcelles de chanvre et autant de lin (Vd Rovr. Cont. 1909, 36). On kro plyantā un faviylè, un endroit planté en haricots (Vd Penth.). «On grand prâ, iô iavâi on câro dé truffés», un grand pré, où il y avait une parcelle de pommes de terre (Vd Cont. 1868, 41). «Tavan... avâi on grand câro dè tchoux dein son pliantadzo», T. avait un bon coin de choux dans son «plantage» (Vd Cont. 1891, 42). Aïn kèr də kalb, un coin de carottes (B Plagne). ‖ On krou dè kurti, un bout de jardin (Vd Sassel; var. Vd Blon., F Broc, N Couvet). On·n a on bon kro dè kurti chti an, nous avons un bon coin de jardin cette année (F Broc). ‖ Carré de jardin (Vd Long., Const., Br., B Lamb., Noirmont).

5o Champ (Vd Vaug., B Court, Courrend., nord). Vasi not kār! voici notre champ! (B Épauv.). Not kār è po véjïn d bij lə Djozè tchéə [chez] l’Anri, è d van lə Tóni, notre champ a pour voisin de bise le (champ de) Joseph fils d’Henri, et pour voisin de vent le (champ de) Toni (B Courrend.). Nō vlan défritchi si bō pò fèr ïn kār, nous voulons défricher ce bois pour faire un champ (B Mett.). Lè rīv d’ïn kār, la limite d’un champ (B Dev.). Virīə ïn kār, labourer un champ (B Épauv.). Kār èrḕ, champ labouré (B Ocourt). Kār də voun·ny, id. (B Bois). Kār də byḕ, champ de blé (B Épauv.). Kār də sèl, champ de seigle (B Ocourt). Kār də rḕv, champ de raves (B Bois). Kār də pòmat, champ de pommes de terre (B Ocourt). Kār də komün·n, champ ou pré communal loué aux enchères (B Épauv.). Prov. S n’ā p èdé lḗ pu grṓ buə k’èran lḗ pu grṓ kār, ce ne sont pas toujours les plus gros bœufs qui labourent les plus gros champs (B Épiq.).

6o Endroit, région, parages (Vd et F spor., N, B distr. Neuveville, Pays Dim. 1900, 140). On kār bin kmd pòr tchèrdjiə, un endroit bien commode pour charger (B Lamb.). On bon krou pò la tsaṣə, un coin favorable pour la chasse (F Villarg.). Va tsèrtsi la dma pò dam si krou! va chercher la dame pour enfoncer les pavés dans ce coin (F Gr.‑de‑V.). «L’âi a ... dein clliâo montagne dâi carro qu’on lâi dit dâi gordze», il y a dans ces montagnes des endroits qu’on appelle gorges (Vd Sav. Cont. 1909, 31). «[En Espagne] dein lè bons cârros, lai a prau dè bon terrain», dans les bons endroits, il y a assez de bonne terre (Vd Cont. 1869, 1). «On câr que li desan l’Iowa», un coin de pays qu’on appelle l’Iowa (N Sagne. Pat. neuch. 317). On vè prā dè tyin krou tə só, on voit bien d’où tu sors (F Gr.‑de‑V.). Dé kār də nḗdj, dé kār də tḕrḕ [terrain], des endroits couverts de neige, des endroits où elle a fondu (B Prêles). Ïn krou d’npa, un endroit plein de framboises (N Cern.‑Péq.). Yə sé on kro dè vyòltè, je sais un endroit où il y a des violettes (Vd Penth.). «Lo querro de l’ombro», la région de l’ombre (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. IV, 16). Sè kro ré sòran, cet endroit était effrayant (Vd Ollon Croisier). On kār sadj, un coin sauvage (B Lamb.). On kryou krou, un mauvais endroit, un lieu malfamé, dangereux (Vd Sassel). On mètchan kro, un vilain endroit (N Couvet). «Etè‑vo pâ cté [ces] care?» vous êtes par ici? (N St‑Martin. Pat. neuch. 109). Dé stu kār, dans cet endroit (N Auv.). A stu kār, à cet endroit (N Ponts). ‖ Quartier d’une localité (B Épauv., Pays Dim.). I l stché pè l brakḕdj dḗ vḗy mèk də nót kār, je le sus par le bavardage des vieilles bavardes de notre quartier (B Épauv.). «Ai paraît qu’elle se leudjeai en ci quart‑li», il paraît qu’elle habitait dans ce quartier‑là (B Pays Dim. 1898, 11).

7o Lieu écarté, endroit retiré, caché (Vd Orm., Ross., Penth., Dum., V Champ., Cham., Nend., B Épauv.). Din on kro, dans un endroit caché (V Champ.). S’i t tənyṓ din ïn kār! si je te tenais dans un coin! (B Épauv.). āo kə son pré də lè pntè vnyon buvœr è tsarpa, āo k’īton pè lou kār è lou damə nə sè lson pā dèroutā dinsə, ceux qui sont proches des pintes deviennent ivrognes et paresseux, ceux qui habitent les coins écartés et élevés ne se laissent pas dérouter ainsi (Vd Orm.). ‖ Prés situés dans des endroits éloignés et difficiles à faucher; pâturages inférieurs (V Vernam.). N’in pəkā lè kro, nous avons fait paître sur les pâturages inférieurs. ‖ Pré ou champ inculte, négligé (V Finh.).

8o Extrémité, bout (V Finh., Liddes, Évol.), fin d’un corridor (V Finh.), limite (ib.). Lì kro dòou vəjənanṅ, le bout du village (V Évol.). T’in·n ā tra prèi, tə rəgdè u kro du kou, tu en as trop mangé, cela te regorge jusqu’au haut du cou (V Liddes). òou kro dè l’a·n, à la fin de l’année (V Évol.). Loc. Nò sin in kro, nous sommes au bout (V Finh.). ṣrè a kro, être à l’extrême, sur son lit de mort (V Pains.). Ouvrìk a kro, ouvrir largement une porte (V St‑Luc). «A carre et au songeon [extrémité] de l’Isle des Orlons r. Aigle a esté trouvé un pillon droict marqué et recognu pour boyne [borne]», texte all. «am Ecken und zu oberst der Ouwen» (Vd Aigle 1602. Accord entre Berne et le Valais pour le Rhône. Mi.); il faut p.‑ê. comprendre «au coin».

9o Morceau, partie (Vd Clées, V Cham., N Auv.; Vd 1428‑1571, F 1486). On gró kro, un gros morceau (V Cham.). «Y avé dza tré on caro de l’adze», j’avais déjà arraché un bout de la haie (Vd Clées. Rec. Corbaz, 12). «Pro uno cadro muri facto in citurno» (Vd Laus. 1428. Comptes, D 216. Ac). «Pour meliora ung carro de mur a la grange» (F 1486. Comptes Hôp. AC). ‖ Oun kro, une quantité considérable, une grande partie (V Sav., Lens, Rand., Chal.). Parté oun kro dou bën po pa·é chin, une grande partie de son bien partait pour payer cela (V Sav.). Ou·n ouri próou a firè, ṅ kro dou tè·n, rèṅ kè a lóour takònā lè brounyè, on aurait assez à faire, une bonne partie de son temps, à leur ravauder les habits (V Rand. Crettol, Bavouattè, sc. 5). Chè·n l a dourā ṅ kro dè la nét, ça a duré une bonne partie de la nuit (V Chal.). Y an fét lò fyan ṅ kro dè l’ivèr, on a laissé les troupeaux de moutons en pâture une bonne partie de l’hiver (V Lens). L iran·n ṅ kro tit zalā, ils étaient presque tous gelés (V Chal.). Ouṅ kro ti frounìt kì y an·n! ils les ont presque tous finis! (V Rand. Crettol, Oun rat, sc. 1). L iran·n ṅ kro blèchya, ṅ kro mòr, ils étaient une partie blessés, une partie morts (V Chal.).

10o Carrefour, place (Vd Br., N Fleur.; G XVe s.). «Quod regula panis seu copie illius affigerentur per cadros civitatis assuetos facere cridas» (G 1473. Reg. Cons. Gen. II, 222). «In cadro Burgi Foris», à la place du Bourg‑de‑Four (G 1484. Ib. III, 376). «Allez guélieh det let querro et mandez i grintaillets tu s’lets que vo troveret», allez donc aux carrefours et faites venir à la noce tous ceux que vous trouverez (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. XXII, 9).

11o Poutre, spécialt poutre faisant partie d’une paroi (V Trient, Mart., Leytr., Bagnes); solive du plafond ou du plancher d’une étable (V Voll.). «Item sept carroz, trois bois de larse [mélèze], quattre de sapin» (V Levron 1742. Ac Bagnes). Y a rin k’on sïnplo pon: trāi kro alənya, il n’y a qu’un simple pont: trois poutres alignées (V Châble). Ona parai a kro, une paroi en poutres équarries placées horizontalement (V Lourt.). Pèilə a kārə, chambre boisée (V Mart.). ‖ Madrier, planche de 5 à 10 cm. d’épaisseur (V Praz‑de‑F., Voll.). Frè riché on tsalò in kro, faire scier un billon en madriers (V Praz‑de‑F.). Madrier qui supporte la turbine du moulin (V Verbier. Stäheli, Bauernmühle, 22 et fig. 14 f).

12o Loc. adv. Də kro, de travers, de biais, obliquement (N Bér.; var. Vd Aubers., N, B Prêles, nord; fr. rég. N Pier.). I van tò d kār, ils vont tout de travers (N Planch.). Èvālḕ d kār, avaler de travers (B Bois). Él fṑ tò dé kṑr, il fait tout de travers (Vd Aubers.). É va [va] tò t kro, id. (N Couvet). Él é t kro, il fait toujours autrement que les autres (ib.). Él a bèté sa kla t kro, il a mis son bonnet de travers, il est de mauvaise humeur (ib.). Btā d kār (N St‑Martin), gənyi d kār (N Noir.), rḗvizḕ d kār (B Bois), rèvétiə d kār (B Sépr., var. B nord), regarder de coin, furtivement ou d’un mauvais œil. È m’è fòtu ïn kō d’y də kār, il m’a regardé furtivement, ou en dessous (B Bois). Œl viz də krou, se dit d’une vache qui regarde de travers, avec une intention hostile (N C.‑aux‑F.). Panr lè tchmin d kār, user de moyens détournés (N Ch.‑de‑F.). S’on vœ lyi prédji, èl vò répon to d kār, si on veut lui parler, elle vous répond tout de travers (N Locle). On mò t kro, une remarque mordante (N Couvet). «Dire des mots de carre», des paroles désobligeantes (N Pier.). ‖ Də kar a byé, obliquement, de travers (N Brév.; var. N Sav., B Lamb.); fr. rég. de carabiais (N 4‑5 et B Pier.), de carabias (B Pier.). Montā də kār a by, monter en zigzag (B Lamb.). È va tò d karaby, il va tout en zigzag, d’un homme ivre (N Sav.). «Tu as pourtant mis ton chapeau tout de carabiais!» (N Pier.). ‖ To d kār an·n ékinbéy, tout de travers, de guingois (B Charm., var. Bié.). Alḕ d kār an·n ékinbéy, aller de travers, tituber, zigzaguer (B Charm.).

13o Loc. adv. A kro, à l’écart, à part, dans un coin (Vd Orm., Ross., V Évol.). Ouṅ la a kro, un lieu à l’écart, solitaire (V Évol.). Surtout avec des verbes. Mètrə a kro, rencogner, mettre dans un coin (Vd Sav.), mettre de côté, en réserve, cacher (Vd Dum.). Bətā a ko, mettre au rebut (Vd Leys.). Fig. Èl a itó bətó a ko, il a été méprisé, rebuté (ib.). Din sé dèrāi bal, na tla fə a itā a kārə aé on valè, dans ce dernier bal, telle jeune fille a été à l’écart avec un garçon (Vd Orm.). Sè təni a kro, se tenir à l’écart (Vd Sav.). Chè mètrə a kro, se mettre de côté pour éviter qch., se garer (V Haud.; var. Vd Penth., Dum.). Nòj an pṑ pu təri a krou, nous n’avons pas pu éviter la rencontre (F Ch.‑St‑D.). «Teri vo à caro | Pregni garde û boi!» tirez‑vous de côté! Prenez garde au bois! (G XVIIIe s. Cris. Bull. Gl. XI, 103). ‖ A kro, à côté (V Cham., Évol.).

14o Loc. adv. Dans «Plier [un drap] en quarre», en quatre (F 1431, 1435). «Est ordonney que les drap carraz [carrés] qui seroent fait de dues trammes, ne se seillant pas dou seil [sceau] de la villa, mas toutesfoy lon le porra bien pleyer en carre, ensi com est acostumey» (F 1431. Rec. dipl. VIII, 4). «Item hont ordonne que tuyt les draps qui se pleeront en quarroz, quel que ly drap soit, soent premierement degressier», texte all. «alle die Tuch die sich werden valden in vier» (F 1435. Rec. dipl. VIII, 76‑77). Autres ex. ib. 2, 64.

15o Noms de lieux (choix). Le Carroz, au C. Vd Ch.‑d’Œx, in quadro 1436: ou kro, bâtiment et pâturage près de l’Étivaz; Caroz Vd Trélex (Sgf. 442), ou Quarruz 1418: ó kār, vigne, prés, champs; le Carre Vd Chenit (Sgf. 298), le Cairoz, le Carré 1812: lou tyrou, ao tyrou, ao krou, pâturage et forêt occupant l’angle formé par l’Orbe et la commune de Bois d’Amont; es Champs d’au Carroz Vd Dommartin, campus dou Quarro 1317; Praz d’au Carroz ib.: āo prā dāo kro; au Carre Vd Baulmes: lè prā dè kro, prés à l’ouest du village; Rue des Carres ib.: la tsèrèr dè kro; au Carre à Burdet ib.: ṑ kr(o) a Bòrdè; au Carroz d’Orzens Vd Ursins, «es Planches soit es Caroz d’Orzens» 1683:  kro d’òzin; es Carroz V Coll. (Sgf. 476), es Carros 1392: é kro, champs; les Carroz V Bovernier, es Carrouz 1675: pè li kro, prés, lə bai [bief] di kro; Carroz V Bagnes‑Sarreyer: u kro, prés, champs à l’ouest du village; u kro du si [rocher] V Conth., rochers à un tournant, près de Derborence; an [à la] tèp a trè kro ib., gazon triangulaire; Carroz V Sav.‑Roumaz: ou kró (de Rnma), quartier nord‑est du village; y Harroz V Arb.: ü hró, prés; Cuarroz V Veysonnaz: bā ou kro, prés; ys Harroz V Cherm.: i hro, champs et prés tout près du village supérieur; óou kro va V Grim., au bout du village; Carro V Ayer: ko; Carrovilla ib.: kro va, jardins en dehors du village; au Carre G Meinier 1714, 1788, aux Carres 1755‑59, prés; (village du) Carre d’Amont ib., Petit Carro 1755: u kar d’amon, partie du village; (village du) Carre d’Aval ib., Grand Carro 1755: u kar d’avóou; «boenne... posée au Caroz, soit au coing de la scyerne de Mollattrey» F Gru. 1637 (Sources droit, 177); au Clos Carroz F Hauteville: ou ḥlyou kro, bâtiment, pré; au Caroz au Clerc F Middes: ooun kar ooun ḥyè, pré, champ; les Quarres N Travers: lé kro, quartier du village; le Bout du Bois N Planch.: kār du b, pâturages et maison située au coin d’un bois; Bas du Village B Diesse: i kar dəzó [dessous]; le Coin dessous B St‑Imier, le Carre dessous 1766; es peu Caires et Peu cart B Crém. 1851: é p kr, prés, forêts.

16o Noms de fam. Carroz V Arb.: kār; Quaroz V Hérém.: kró; Quarroz V St‑Martin: ko.

Dérivé de quadrare «rendre carré, donner des angles»; FEW, II, 13921395. Le sens 11o «poutre; madrier» se rattache sans doute directement à V carrer 1o «équarrir», ékar «id.». Les n. de l. et de fam. conservent parfois une forme kro, qui est probablt une adaptation de la forme écrite Cuarroz imposée par l’autorité de documents officiels. Sur l’initiale des n. de l. val. Harroz, etc., voir Muret, Bull. Gl. XI, 76, 80. Au sens «coin, angle», les principaux concurrents de carre sont angle, coin, coche (Vd, V, F), kòrn (B) et leurs dérivés. Coin a éliminé carre dans une partie de Vd ouest, où il survit dans des n. de l., dans G où il n’est plus représenté que par quelques n. de l. et, à Herm., par une loc. citée sous 1o. Dans V distr. Entr., carre signifie exclusivement «poutre; madrier» (sens 11o); pour «coin» on a en concurrence coche et coin. Mais quelques n. de l. et des dérivés montrent que carre y a possédé autrefois les sens «coin; parcelle de terre». Voir les dér. en carr‑, kar‑ et akar 1, akaras, akarat, akaròn, ankār, bèhro, dèkar, inkro, rekro, les comp. de six, trois.

De.

Pour citer cet article : carre 1 (réd. De.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome III, p. 105.

Marge de droite