Tome III page 289
 

CHAMP, tsan, parfois tsa(n)ṅ, tsa(nn (surtout V 7‑8) Vd, V, F, N 11‑13, 1 Hæf., 22, 2 Bayards, Verr., tsanch pl. V 75, 76, tsn F 22 var., 2 Crêt, tsaon 6 Praz Zi., tsaoun 6 Misery Zi., tsn Vd 30 (et tsin), 4 St‑Oyens, 50 et 53 ALF, F 43 Gch., 4 Autigny, Grolley, Lentigny var., 60, 62, tsin Vd 41 var., ts 12 var., F 44, san 13 var., ṣan Vd 48, 4 Chéserex var., G, tchan Vd 46 var., 6 Vuarrens, Br., N 10, 10a, 1 Fretereules, Rochefort, 20, 21, 2 Fleur., Rosières, 3‑6, B 10, 11, 13, 2, 32, 33, 3 Tav., tchn N 61 var., B 12 (et tchin), tchin N 62, B 2 Tramelan, 30, 34‑36, 3 Châtillon, Genevez, Lajoux, Perrefitte, 4‑6, tch N 51 var., tchḕ B 3 Champoz; chan G 2 Grd‑Saconnex; dans loc. (sous 3o): chan Vd 16, 61, V 45, 62, 73, G 17, F 15, 17, 22, 34, 51. Anc. chain B 1596; patois tzan Vd XVIIIe s. (Bibl. 1153). Cf. n. de l. — Rel. phon. 1899; Tabl. 56; Zi. II, II; III, III; Hæf. Neuch. 69; Pier. 106, 677; Alge, 86; Ke. et Jolidon, mat. ms.; ALF 225, 226, 1653.

‖ S. m. 1o Champ, étendue de terre (SR). 1. Se dit en général d’un champ labourable, par oppos. à pré, vigne, etc. «Ce fust an prez, an boch [bois] ou an chans» (B Aj. 1266. Trouillat, II, 169). On tsan dè trṣè, dè grna, un champ de pommes de terre, de blé (Vd Ross.). On tchan d’òrdj, d’avn·na, d’orge, d’avoine (N Brév.). Tchin in·n yərb, champ semé d’herbe (B Courchap.). On·na kanpanyə dé tsan, un champ très étendu (F Domp.); autre ex. cf. campagne 3o. Ly yè dè tsanṅ, dè kourti è dè vnyè, il avait des champs, des jardins et des vignes (V Grim.). Prskyè tòt i béïn s a kmna  ə ónkòr in·n tsan, on laboure encore presque toutes les terres situées sur le territoire communal (V Isér. Lautbibl. 58, 6). Li tsan rāprton pyè pou [plus peu] kè li pró, les champs rapportent moins que les prés (V Leytr.). On tsan inḥlyòr, déḥlyòr, un champ ensemencé, moissonné (Vd Blon.). On tsan vèrnudzo, humide et froid (ib.). On tsan a l’adrāi, òou révē, exposé au sud, au nord (ib.). Tchan mòtu, gərnu, champ à terre lourde (B Orvin). Chi [ce] tsan grtè, se dit d’un champ où les rochers affleurent (V Évol.). L è on pyizi dè labór si tsan, l è pyan kəman on bats, c’est un plaisir de labourer ce champ, il est plat comme un «batz» (F Gr.‑de‑V.). Lè tsan plyan trounpòoun, les champs plats «trompent», ils sont plus grands qu’on ne le croit (V Lens). On sè lnyè pò kròza li trflè in sé tsan, l è tra plan, on se fatigue de ramasser les pommes de terre dans ce champ, il est trop plat (V Trient). Stu tchan v fzna [foisonner], ce champ va fournir une bonne récolte (N Brév.). Chi tsan·n ìy a tòt vógrènā, dans ce champ, les grains sont tombés des épis (V Évol.). Ïn tchin bṓlḕ, un champ couché par le vent (B Courf.). Tzī on tsan, mesurer un champ (Vd Sassel). Tiza də tsan, toise, mesure de surface (V Bourg‑St‑P.). Virī in tchan, labourer un champ (B Orvin). Òrḕ·è [enrayer] lou tchan, faire le premier sillon (N Cern.‑Péq.). Aouvri, reveri, klyre lo tsan, labourer pour la première, deuxième, troisième fois (Vd Vaul.). Inveti lo tsan, semer (ib.). Rəpalé on tsan, porter la terre du bas en haut d’un champ en pente (V Bourg‑St‑P.). Bəta a tsan, défricher (V Vouv.). Inpròdi on tsan, laisser un champ se transformer en pré (V Liddes). Lachè intèpi lò tsan, id. (V Bourg‑St‑P.). Sti an n’in lacha on tsan vko, cette année nous avons laissé un champ en jachère (ib.). Fó lèsi si tsan sé bon·nā, il faut laisser ce champ s’améliorer, en le mettant en jachère (Vd Month.). Ṣan in kutra, champ laissé en jachère après un premier labour (G Dard.). Tsan sémòra (F Domp.), tchin an smòr (B Charm.), id. Du vilyə tchan, du champ labouré pour la 2e ou 3e année consécutive (N Brév.). Ṣan  tt, champ inculte (G Bern., var. Aire‑la‑V.). Di fin d tchin, foin fait avec de l’herbe qu’on a semée (B Bourr.). Pli dou tsan, harnachement de labour (V Sav. Cah. folkl. VII, 93). On dzòr dé tsan, une journée de labourage (Vd Gryon). Y a pò dó zòr dë tsan, il lui faut deux jours pour ensemencer ses champs, il en a beaucoup (V Lens). Dictons et prov. Tchan mótu, byā trótchu, le blé talle bien dans une terre lourde (B Orvin). È n fóou djəmā pasā dè in tchan də byā kan è y a d la ròouzēy ou bin kan èl a pyu, è vnyò djòou·n [ils viennent jaunes], il ne faut jamais passer dans un champ de blé quand il y a de la rosée ou quand il a plu, le blé se rouille (ib.). Pòr avai tòdzòr dé bon tsan, nə lao bətā tyè dou yādzə mém gran in saiz an, pour avoir toujours de bons champs, n’y mettez que deux fois le même grain en six ans (Vd Orm.). ānyə t·n tsa·n dəva·n la Chin·nt Urban; dī la Chin·nt Urba·n pā mī nə palyə nə gran, ensemence ton champ avant la St‑Urbain (25 mai); après la St‑Urbain, plus de paille ni de grain (V Évol.). Lò tsa·n dè la fròmè·ntèrla, tāsə də lò mètrə fra; lò tsan·n dóou tsardon, rda lò pòr ta méijon, le champ où il pousse de l’orpin blanc, tâche de t’en débarrasser; le champ où il pousse du chardon, garde‑le pour ta maison (V Évol.; var. Lens, Cherm.). ə tsardon i vnyon èi bon tsan, les chardons poussent dans les bons champs (V Isér. Cah. folkl. XV, 8). Tsan di rynjë ë vnyë di rójèi, nè è vin pa, champs à ronces et vignes à roseaux, ne les vends pas (V Sav. Luyet, Dictons, no 115). Sə ton tsan l a dou pī a pou, atsta lò sə tə pou; sə l a dei takounè, lésə lò a ki l è, un champ où il pousse des renoncules âcres (litt. pied à coq), achète‑le si tu peux; s’il y pousse des tussilages, laisse‑le à qui il est (Vd Pailly; var. Vd Ollon, Month., V Nend. Sch.). Ché kyë knté ttë vnyé pa é tsan, celui qui compte tout n’ensemence pas les champs (V Sav. Z. f. rom. Phil. XLVI, 12). Lè prəmər rouə n’ā p lə tchin, le premier sillon n’est pas le champ (B Bonf. S. jur. Ém. 1927, 114). È n fā p étr anbruə kman ïn buə din ïn tchin də trèy, il ne faut pas être emballé comme un bœuf dans un champ de trèfle (B Bonf. S. jur. Ém. 1929, 234). Èl é tchin pò fèr djərb, il a des champs pour faire des gerbes, il est riche (B Aj. Va.). b a dīz òrlyè, lə tsan a dī jè, le bois a des oreilles, le champ a des yeux (Vd Nov.). 2. Se dit parfois d’un pré (cf. 2o): Sti tsan y è tra plan, ce pré est trop plat (V Vernam.). Plyan tsan, pré plat (F Grandv.). Tsan a rəpé, pâturage d’automne, pré qu’on a fauché et qu’on laisse brouter (F Domp.). ‖ Spécialt. Pré qui produit du bon foin, par oppos. à prā «pré quelconque» (Vd Sent.). Ti lè prā son dè tsan; tòparin lè prā nə son pā daou tsan, tous les prés sont des champs; cependant les prés ne sont pas «du champ». 3. Employé surtout au pl., désigne les champs en général, par oppos. à la maison ou au village; cf. campagne 3o. Alé è tchan, aller travailler aux champs (N Noir.). Èl nə va pé è tchan, elle ne s’occupe que du ménage (ib.). In pyin tsan, plus rare que in pyn·na kanpanyə, en pleine campagne (F Villarg.). Kòrə lè tsan, courir à travers champs (ib.). «Aller sur les champs», se mettre en campagne (Vd Orbe vers 1570. Pierrefleur, Mém. éd. Junod, 168). Prov. An·n ā pu ròbucht din lé tchin kə din lé tchinbr, on est plus robuste dans les champs que dans les chambres (B Bonc.). I vṓ mi iṣrə òji de tsan tye de dzéb, il vaut mieux être oiseau des champs que de cage (F Gru.); autre ex. cf. cage 1o. 4. Tchin d soudè, camp militaire (B Aj. Gué.). Tchan d batay (B Plagne). Tsan din [des] manvrə, champ de manœuvres (F Villarg.). Tsan dè fairə, champ de foire (Vd Orm.). Tchan du rəpou, cimetière (N Brév., var. Vd Sent.). Tchin ā riga [à l’équarrisseur], champ où l’on enterre les bêtes crevées (B Bois).

2o Loc. En champ (SR), à champ (fr. rég. N Mont. vx. Pier.), au pâturage, dans les expressions ci‑dessous. Mener, conduire, mettre, bouter en champ, mener au pâturage, faire paître (SR passim). Tchəsiə [chasser] an tchin, id. (B Charm.). Dzət [jeter] in tsan, id. (F Ch.‑St‑D.). Fëtchyè ën tsan è ëtsè, mener les vaches au pâturage (V Sav.). Aller, être en champ, aller, être au pâturage (SR); cf. aller 4o. Alā in tsan, ne se dit que du petit bétail (V St‑Luc). Parti in tsan, sortir le bétail (V Leytr.). «Item nullus debet Lausane custodire porcum quin mittatur en chans» (Vd Laus. 1368. MDR, VII, 218). «Je suis aler cherchez du charbon avec les bœufs avant que de les mettre à chams» (N Mont. 1734. Pier.). L é lou momè dé mtré è tsan: l’rba a bin rəkru, c’est le moment de sortir le bétail: l’herbe a bien repoussé (Vd Month.). Tsakon è lbro d’alā è tsan sur lyi, chacun est libre de faire paître le bétail sur son propre domaine (Vd Bière). On mïn·nè in tsan liz ingri din li sèni, on fait paître les moutons à l’engrais dans les champs de blé vert (V Liddes). On mḕnərò lé bétyə a ṣan pè lé tto, on mènera paître le bétail dans les terrains incultes (G Aire‑la‑V.). Lə vtsè sə kẓon  tsan du kou kə ẓə son āriyè, les vaches vont au pâturage dès qu’elles sont traites (Vd Leys.). Le bte rston in tsan tta la né, les vaches restent au pâturage toute la nuit (Vd Chenit). Din la ta montanyə, kan on sā kə nə lè rskon rin, lè vtsè van sòltè in tsan, à la haute montagne, quand on sait qu’elles ne risquent rien, les vaches vont brouter toutes seules (Vd Orm.). Rimaille. Tyin k lé tchəvr ādrin an tchin | T v étr lə prəmiə bétcha dvin, quand les chèvres iront au pâturage, tu seras le premier bouc devant, dit‑on à un enfant qui demande: quand? (B Épauv.). Prov. «Se févrai févrouïe, mâ minne in tzan lè‑z‑ouïe», s’il fait mauvais temps en février, mars permet de sortir les oies (Vd Lien vaud. 1903, 15). ‖ Alā in tsan (Vd Sav., var. Leys.), bətā, étr  tsan (Vd Leys.), gardā in tsan (Vd Oron), se dit spécialt de la pâture d’automne, sur les prés où l’on a fauché les regains; cf. Bull. Gl. X, 17. On va è tsan è·n aoton, on fait paître le bétail en automne (Vd Bière). A l’adèrin, on btè lè vtsè in tsan knkè è dzalyè, en automne, on fait paître les vaches jusqu’aux gelées (Vd Chenit). Li fayə von in tsan pè li pró dè fòrtin tnkè a sin Djòdzə, d’œuton tnkè a Tsalndrè, les moutons vont paître dans les prés au printemps jusqu’à la St‑Georges, en automne jusqu’à Noël (V Leytr.). Tò lə mondə va in tsan l’aoton su ti lou prā, tout le monde fait paître le bétail en automne sur tous les prés (Vd Orm.). Di la fin d’òktòbrə, on nə sā pa mé alā in tsan, dès la fin d’octobre, on ne peut plus ... (ib.). «C’est depuis l’douze septembre qu’on met en champ, et pis au 1er novembre, i n’doit plus y avoir de bêtes en champ» (N Pier. 106). Də mètr mé vaṣ  ṣan d’abó kə ló rəkou saron kòp, je ferai paître mes vaches dès que les regains seront fauchés (G Bern.). Le fó reptò in tsan, l a adi ktye brche a mədjyi, il faut les faire paître de nouveau (les vaches), il y a encore quelques restes d’herbe à manger (F Broc). ‖ Constructions particulières. Vəni d’in tsan (V Cham.), tòrné d’in tsan (V Praz‑de‑F.), «(re)venir d’en champ» (fr. rég. V Praz‑de‑F., N Pier.), revenir du pâturage. «Une vaiche revenant d’anchain» (B 1596. Proc. sorc. AC). Alè an tchin lé vètch, lé tchəvr, mener paître les vaches, les chèvres (B Charm., var. Vd Orm.). kómón pòr a in·n tsan a [la] bètchou·èréi, des pâturages communaux où l’on fait paître le petit bétail (V Isér. Lautbibl. 58, 6). L ar itó [était été] in tsan son tròpayon də bītch, il avait fait paître son troupeau de bêtes (V Cham. Ib. 57, 9). Sé bin n’è tyè na rpa, bna pòr alā in tsan də lè btè, cette propriété n’est qu’un mauvais pré, bon à être brouté par le bétail (Vd Orm.). Ala in tsan i [aux] vatsə, faire paître les vaches (V Sembr.; même construction Torg., Ill., Nend., Aven, Sav., Arb., Grimis., Hérém.). Vā to in tsan i [les? aux?] vtsè u i tsyrè? vas‑tu paître les vaches ou les chèvres? (V Lourt.). Fr. «Aller en champ les vaches» (V Sembr., Lourt.). Vaj·on ti ti dótāa ën tsan ou [au] móé ina pḗ pra damou o védzo, le soir, chacun faisait paître son mulet sur les prés au‑dessus du village (V Sav. Z. f. rom. Phil. XLVI, 652). I fna l a dë kyë l achè batou a brrè, è pè aprèi ën tsan ā [à la] tsè, sa femme lui dit de battre le beurre, puis de faire paître la vache (ib. A. tr. p. XXV, 37). Oun kjën é na kjna a mé ron ën tsan i tchyvré, un cousin et une cousine à moi gardaient les chèvres (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 435). S’é bətó œu sèrvisə də yon diz abité dœu payi, kə l a évòyā su sé tèrə é tsan i kayon, l’enfant prodigue se mit au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder des porcs (V Torg. Gill. 133). Berceuse. Nono dòyin popon kə fi tan a koman | Nono alin in tsan i vatsə də pirəgran, dors, petit enfant qui es si sage; dors, allons garder les vaches de grand‑papa (V Lourt.; var. Cham. sous bercer encycl.). ‖ Fr. «Faire grand champ», laisser pâturer les troupeaux sur plusieurs champs ou prés, sans tenir compte des limites (N V.‑de‑Ruz Pier.). «On fait grand champ seulement tout à la fin du parcours [saison de pâture]» (ib.).

3o Loc. fig. Alā in tsan, se perdre, s’égarer (V Lourt.). Pluzy mublo mè son partai in tsan, plusieurs objets se sont égarés (ib.). I èrṓ bïntṓ fḕ d fòtr ton mèryḕdj an tchin, j’aurais tôt fait d’empêcher ton mariage (B Épauv.). Alā in tsan, tromper son conjoint (V Champ.). Batrə ou chan apri tyè, chercher activt qch. (F Roche). Léiy a falyu batr òou [au] tsan pò tròv déiz óvrai, il lui a fallu se démener pour trouver des ouvriers (Vd Blon.); cf. battre 1o 8. L è mi in tsan, il est «parti», il commence à être ivre, il est en colère (V Cham.). É kòr [il court] lou ṣan, il déraisonne (G Choul., var. Vd Sent.). L a prāi la ḥlyā dāi tsan, il a pris la clef des champs, il s’est enfui (Vd Penth.). Avéi [avoir] lə tsan lbro (Vd Blon.). Baẓi [donner] tsan lbro (Vd Ross.). A tò bou t tchan, à tout bout de champ, à tout instant (N Sav.; var. G‑B spor.). A tò bè [voir bec 4o] dè tsan, id. (Vd Nov., Rovr.). Chu l tchin, sur‑le‑champ (B Vermes, Mett.; var. spor. Vd, V, N). Mədji chu lou chan, manger «sur le pouce» (F Sems.).

4o Noms de lieux (choix parmi plusieurs milliers). Aux Champs V Hte‑Nend.: i tsan; Derrière les Champs N Land.: dèrīə lé tchan; Sous les Champs B Vicques: dó lé tchin; en l’Haut des Champs Vd Chanéaz: a l’ó dḕ tsan; Fond des Champs B Bois: ā foun dé tchin; la Morenche des Champs V Hte‑Nend.: ötr ā [outre à la] mòrin·ntsə dī tsan; Produzan V Ayent: u pró du tsan, prés, forêts; Vignes des Champs Vd Montcherand: ae vnyə dḕ tsan, prés, champs. ‖ Avec détermination. Champ devant F Cutterwil: ao tsan dévan; aux Champs d’Iquederri G Jussy: u ṣan ikyə dḕri [là derrière]; Peu Champs B Bourr.: ā p [laid] tchin; en Planchamp Vd Corb.: in, éi pṣantsan, prés; Champlan, village de V Grimis. (CN 273): tsanplan, ethnique tsanplanou; Champsec, village de V Bagnes (CN 282): tsansè, ethnique tsansèrin, f. ‑na; Charrion V Bagnes‑Médières, en Champ(t) Rion(d) XVIIIe s.: in tsāryon; Tsanfleuron V Sav. (CN 273): tsanflèron, glaciers, alpage, chalets; Tsanfleuronne ib.: i [la] tsanflèrna, bras oriental de la Morge; au Champ Bernois Vd Ross. (Sgf. 460): i [aux] tsan bèrnèi, prairie coupée de rochers et de bouquets d’arbres près de Cuves, où auraient campé les troupes bernoises en 1798; Champ‑du‑Moulin, village de N Brot‑Dessous (Sgf. 279): u tchan du mèlḕ; Champs des Chemins ib.: tchan dè tchmḕ; Champ de l’Air Vd Laus.: tsan dé l’è, autrefois emplacement de l’asile d’aliénés, d’où l é ao Tsan dé l’È, il est fou (Vd Month.); Champ des Pierres F Lessoc: ou tsan di pré; Champ du Plain B Bourr.: ā tchin di pyin, pré, pâturage; ès Champs du Clos Vd Pailly: ḕ tsan daou ḥl; ès Champs sans Dîme ib.: ḕ tsan sin dmo; Champ à la Bise F Vaulruz (Sgf. 357): in tsan a la bijə; Champmartin, commune de Vd (Sgf. 311): tsanmartin; Champ Thomas F Ch.‑St‑D.: in tsan tòm; les Champs Berthoud N Bayards (Sgf. 277): lé tchan bèrt.San V Ayer: ī [aux] san; le San V Moll. (CN 273): le [les] san, groupe de maisons entourées de prés au‑dessous de Cordona (cf. Tagmann, Miège, 57); dèjò lè (t)san V Hérém.‑Euseigne; pra dou san V Chal., alpage (Meyer, Einfisch, 90); é tsan dei san V Évol.‑Forcla; Sandaillar V Ayer: ī san dāła [Daillard, n. de fam.]; i sa·n d’avā [aval] ib.

Dérivés: tsantn V 47, petit champ; n. de l. i [aux] tsanmpsè (‑aceas?) V Hérém.‑Euseigne.

Du lat. campu; FEW, II, 156. Dans certains n. de l. valaisans, c‑ a abouti à s‑ sous l’action du ‑s final de l’art. pl.; même évolution dans mŭsca > msì, Tabl. 441; voir Bull. Gl. XI, 71. La signification de san n’est parfois plus comprise, d’où V Évol. tsan dei san; dans V Chal. pra dou san, il y a eu substitution de l’art. sg. à l’art. pl. — Cf. les suivants, Chanet, ètsanp, intsn, intsanp, knpo, tsan‑. Ma.

Pour citer cet article : CHAMP (réd. Ma.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome III, p. 289.

Marge de droite