Tome III page 396
 

charrière SR; tsèrirə, ‑eirə, ‑ḕrə, ‑ārə, ‑(e), etc. Vd 1‑3, 41, 6, 82, 86, 9, Br., Dum., Cont., V 12, 13, 17, 18, 5 Conth. Ba., F 1, 21, 3, 4 Treyvaux, 5, 63, ‑érə Vd 70, 71, ‑ḗr N 22, ‑ir(e) Vd 43, 80, F 12 var., ‑inr Vd 51 corr. (tsareïnrə Tabl.), tsarair(e), etc. 90 var., Br. (‑a), V 2, 35, 4, 50, Ba., F 10, 11 Co., 42, 4 Épendes, ‑érə V 30, ‑ir(e) 36, 51 (‑iri), 73‑75, tchareirə B 20, ‑ḗr 22, 25, 32, 33, ‑īr N 30, 31, 42, «tscherriere» 3‑4 Jaq., tchèrīər 51, B 10, 12, 13 (‑īr Tabl.), 54 (et ‑iər), 6 Bié., Va., tcharḕr N 20, tchèrḕr, tch‑ 21, B 34, 42, 6 Villars‑s.‑F., ‑ḗr 35, 40, 42 Tabl., 43, 48, 50, 51, 60, 6 Bié., Va. Anc. charreyre, ‑ei‑, ‑i F 1338‑1425, char(r)ere, ‑i Vd 4 1210, 1211, G 1224, F 1382, N 1372, B 6 1615, charryre Vd 7 1484, charriere Vd 1545‑1698, F 1471‑1608, N 1356‑1796, cherriere G 1536, F 1679, 1696, B 2 1613‑1630; lat. carraria Vd 7 vers 1200, B 6 1210, carreria, qua‑ Vd 1249‑1449, V 1297‑1681, G 1365‑1535, F 1401, char(r)eria Vd 1243‑1297, 1535; patois cherrire Vd 17 XVIIe s., tçerraire F 1 XVIIIe s. Python. Cf. n. de l. et de fam. — Tabl. Suppl. 5; Pier. 113, 679; ALF 258 (chaussée), Suppl. 43.

‖ S. f. 1o Route, chemin carrossable (Vd, V spor., F‑B passim; anc. Vd, V, F‑B). «A via magna seu chareria que est inter idem nemus et Combam de Sisilly usque ad aliam magnam viam seu chareriam per quam exitur de Rivoeri» (Vd 1266. MDR, XII a, 175). «Inter Sedunam et carreriam tendentem en Saviesi» (V Sion 1318. MDR, XXXI, 290). «Per la charreyri ou li chers vant» (F 1371. Lois, I, 15. AC). «Dis la charriere per la quele lon vait des Montmollin à Bulo [Bôle]» (N 1357. Matile, 750). «Descendant par ung jour la charere ou la vie par que lon vat a Boncourt» (B Aj. 1615. Proc. sorc. AC). «Pouâive preindre la granta tserrâre âo bin on galé petit seindâ», il pouvait prendre la grande route ou un joli petit sentier (Vd Sav. Cont. 1904, 8). Nòz an é·n bò·n tcharḗr pòr alè də Pyaïn a Pri, nous avons une bonne route pour aller de Plagne à Péry (B Plagne). Rabyounā la tsèrārə, enlever la boue du chemin (F Domp.). Quand on rentre après avoir bu, la méjon chè trvè trè k pyə yin tchyè dè kòṣma, è lè tsèrrè vò chton i ptè, la maison se trouve trois fois plus loin que d’habitude, et les chemins vous sautent à la figure (F Roche. Alm. cathol. SR, 1955, 52). Yə fazai on tin k’on n’arai pa tsanpa on tsin a la tsèrairə, il faisait un tel temps qu’on n’aurait pas mis un chien dehors (Vd Pailly). Lò pró l è koumin ouna tsarirè, le pré est piétiné (V Maréc.). Tsèreirə (ou tsèrirə) brna, chemin creux ou bordé de haies, de buissons (F Vill.‑s.‑M.; var. Grandv., Lully); cf. borgne 7o. Adjectivt. «Rue charrière», chemin carrossable (fr. rég. G). «Usque ad viam carrariam de Monte rotundo» (B St‑Ursanne 1210. Trouillat, I, 452). «Supra dictam viam carreriam comunem» (Vd 1249. MDR, XII a, 97). Au fig. I tsarirë di tsyrë [chèvres], la voie lactée (V Lourt. Bjerrome, 243). ‖ Rue dans une ville ou un village (Vd‑V passim; anc. Vd‑N). «Et ante plateam seu carreriam publicam tendentem versus curiam vicedominalem» (V Sion 1347. MDR, XXXII, 468). «Conclusum est quod omnes lubrice mulieres ... separentur ab omnibus carreriis honestis» (G 1490. Reg. Cons. IV, 317). «Le tout faict et passé audict Lausanne, en la charrière publicque devant la dicte porte de la Cité» (Vd Laus. 1564. MDR, 2e sér. I, 209). «Il maintiendrat la cherriere devant la maison» (F Gru. 1679. Reg. not. 2721, 67. AC). «Pè lè tserrairès dè pè Lozena», dans les rues de Lausanne (Vd Cont. 1894, 42).  mḕtin dè la tsèrḕrə, au milieu de la rue du village (Vd Rovr.). L a pasṑ ba pè la tsèerə du tsātḗ, il a descendu la rue du château (V Ill. Fankh. 179). ‖ Spécialt. 1. Chemin vicinal; mauvais chemin, creux, pierreux ou rapide (Vd Blon., Sent., V Trient, Leytr., Isér., distr. Entr., F‑B spor.; anc. N; fr. rég. F, N). «Ce chemin n’est point chemin seigneurial, il n’étoit primitivement qu’une simple charriere pour dévestir de leurs rosées les terres voisines» (N Boudevilliers 1666. Pier.). «Les chemins n’étoient, du coté de Neuchâtel, que de mauvaises et dangereuses charrières» (N 1801. Pier.). «Dés peutés tcharrîres totés r’gottusés», de mauvais chemins tout raboteux (N Planch. Hirschy, Lampadut, 9). Din lə tin yó lé tsəmin l’ran a p pri tī kryo, on nə kònyəséi [connaissait] tyé lé tsèrirè, autrefois, quand les chemins étaient à peu près tous mauvais, on n’avait que des ch. (Vd Blon.). 2. Chemin de forêt ou de montagne (V Nend., N Sav., B Nods, Mett., Bois; fr. rég. B). Tchèrḗr, tchmïn anké prou lḕrdj kə mnt, chemin assez large qui monte (B Bois). «On ne doit pas non plus négliger l’examen des anciens chemins tracés à travers les montagnes et qu’on a coutume de regarder seulement comme des charrières pour l’exploitation des forêts» (B Quiquerez, Monuments, 76). 3. Chemin bordé de murs qui conduit de la ferme au pâturage (N Couvet, Cern.‑Péq.). 4. Chemin non carrossable, où l’on peut passer avec un traîneau à bras (V Finh.). 5. Chemin pavé et raide (V Ors., Liddes). 6. Glissoir pour dévaler le bois (V Levron; fr. rég. Vd Jura). «Cette charrière, un dévaloir long d’une trentaine de mètres à peine ...» (Vd Braissant, La Sapinière, 197). 7. Chaussée, partie centrale d’un chemin (anc. Vd Bex): «Nous comandons ... au scindique du dict Bex qu’il ait à faire promptement du bon pavement tant pour le fond du chemin que rives ou bord ... A quoi touts les particulliers debvront contribuer ... sauf pour la charrière ou fond du chemin» (1698. Mi.). ‖ Loc. et prov. Kòr lè tsèrrè, courir les routes (F Prez‑v.‑S.; var. Gru., Villarg.). Ródœ dè tsèrārə, vagabond (Vd Sassel). Tənī tta la tsèrārə, aller de travers (Vd Sav.). On·n andzə dè tsèrairə, è on dyabə in maizon, se dit d’un caractère changeant (Vd Orm.). Fér di kankan de tserre, faire des ragots, inventer (F Gru.). tré su la tsarèrə, être sur le pavé, sans ressources (V Véross., Lourt., Cham., F Gru.). Iṣrə chu la tsèrrə, être au chômage (F Gr.‑de‑V.). Chè bət chu la tsèrārə, perdre la propriété de sa maison (F Villarg.). Chaoutā di lo kourti a la tsèrairə, sauter du jardin sur le chemin, lâcher la proie pour l’ombre (Vd Étiv.). Pasā du pró [pré] an tsarairə, id. (V Lourt.); loc. analogues Vd Dum., F Gru., Gr.‑de‑V., Lully. Le tchvre e le tsevrire | chton d pr a la tsèreirə, les chèvres et les chevrières sautent ... (F Gruy. Rom. VI, 85). Autre prov. sous changer 6o 1. Noms de lieux (choix; aire: Vd‑V, F‑B). Pré des Charrières Vd Arz.: lò prā dé tsarrè; Grand’Rue Vd St‑Livres: la grnta tsèrāir; Sous les Charrières Vd Ste‑Cr.: a la tsèrīrə, champs; en Cherreyres V Coll.‑Muraz: é tserrə, forêt; Sous la Charrière V Fully: dézò la tsarirè, champs; à la Charrière de Sery V Bagnes‑Champsec: an tsarairə dè sèri, sentier abandonné dans la forêt; Zarrire V Mollens: in·n tsarrì, champs; en Zarrire V Grim.: è·n tsarrì; Charrière des Morts F Gru.: la tsèrḕrə di m, chemin rapide qui descend de la ville au Laviau; les Charrières F Crêt: lé tsarrè, tsè‑, champs; Sur la Route de Font F Estav.: la tsèrṑrə dè fon, prés, champs; Charrière des Anes N Boveresse, anc. nom du Chemin des Moines: la tchèrèr diz no, di m·n; la Charrière N Dombr.: a la tchèrīr, chemin dans les champs; Charrière du Landeron N Land.: la tchèrīər dou lan·ndəron; la Vieille Charrière B Lamb.: a la vəy tchèrər, chemin; Sur le Haut de la Charrière B Romont: òson tcharér, é prḗ chu tcharér, maisons, prés, forêts; la Charrière B Dev.: an l tcharér; Dos Charrère B St‑Brais: [sous] tcharér, champs; Sur la Charrière B Buix: chu la tcharir, bâtiments, champs, chemin. Voir aussi Tagmann, Miège, 15; de Roche, 39. Noms de fam. Charrière Vd Bussy‑s.‑Morges, Rolle, F Gruy.; de Charrière Vd Laus., Coss.

2o Par ext. 1. Ornières (fr. rég. V Sav.): «Sors ton char de la charrière.» 2. Traces que laisse un véhicule sur un pré (Vd Orm., V Nend.); trace laissée par le passage de qqn dans le blé ou dans l’herbe (V Nend.). M’a bat a tsari ch’ò prā, il m’a fait des traces de roues sur le pré (V Nend.). An fé na kri tsarri dérin a prija, on a fait une vilaine trace dans le blé (ib.). 3. Trace des pas du faucheur (B Plagne, Court). 4. Sillon (Vd Rec. Corbaz, p. xlix).

3o Par anal. 1. Allée d’une église (V Isér., Nend.), entre deux rangées de bancs à l’école (V Nend.). Am pè a gran tsarri, en montant l’allée principale (V Nend.). 2. Au jeu de barres, espace où l’on ne peut pas être pris (V Voll.). 3. Loc. Firə tsarairə, lancer la boule entre les quilles (ib.). Férə la tsèarə dāo prā, abattre trois quilles en ligne droite (Vd Sav.). 4. Trace de la scie dans le bois (V Lourt.). Bayé dè tsarair, donner du chemin à la scie (V Praz‑de‑F.; var. Lourt., Levron; cf. bailler 2o). 5. Rangée de maisons: «In dicto burgo novo de Bothonens [consistant en une seule rue à double rangée de maisons] in quarreria superiori et in quarreria inferiori» (Vd Vevey 1348. MDR, VII, 139; cf. MDR, XVIII b, 52 ss.). 6. Colonne de marche: «Fede balla voutra cherrire | Bota vos in toula de courtil», formez bien votre colonne, mettez‑vous en planche de jardin; dans un règlement militaire (Vd Gryon XVIIe s. Festschr. Gauchat, 188). 7. Par plais. La tsèrairə daou birè [du boire], l’œsophage (Vd Penth., var. Sav.). L a mè gòdzī la tsèrairə daou birè, il s’est soûlé, litt. il a mis tremper ... (Vd Penth.). Dieu a fait «âi z’hommo la tserrâire dau bâire à la décheinta», ... à la descente (Vd Sav. Cont. 1908, 39).

Dérivé: charreriola Vd 3 Laus. 1295, lat. carreriola G 1461 (Reg. Cons. II, 33), ruelle.

Du bas‑lat. *carraria; FEW, II, 412. Dans N V.‑de‑Tr., le suff. représente l’anc. forme de ‑aria précédé de cons. non palatale, alors que celui de chaudière, foumirə, etc. (Tabl. 117, 350) s’est aligné en partie sur le résultat de ‑aria après palatale (Tabl. 150). Il pourrait en être de même dans B nord, où tchèrḕr, ‑ḗr s’oppose à la forme ‑iə, ‑iər qui s’est étendue à la plupart des mots en ‑ariu et ‑aria; cf. ālu hist. — F Vill.‑s.‑M. tsèrirə, attesté uniquement dans le syntagme tsèrirə brna (sous 1o), représente le traitement atone de ‑eirə, qui devient ‑ḕrə sous l’accent; cf. Gch. dans Festschr. Morf, 197‑198.

Charrière désigne anciennement tout chemin carrossable, en dehors comme à l’intérieur des localités; cf. les ex. anc. sous 1o. Il a pris des sens spéciaux d’abord à cause de la concurrence sémantique d’autres mots comme chemin ou voie: V Torg. tsèrairə «rue de village», mais tsəmaïn «chemin»; V Évol. tsarīrə «rue de ville», mais vye «rue de village, chemin»; B Mett. tchèrér «chemin qui descend de la montagne», mais tchmïn «chemin, en général». Puis, avec la construction des chemins et routes modernes, charrière et voie ont été souvent confinés dans le sens de «chemin vicinal» ou «mauvais chemin», en opposition au mot d’emprunt route: V Finh. tsarirè «chemin non carrossable, où l’on peut passer avec un traîneau à bras», vi «chemin vicinal», rta «route»; F Lully tsèrṑrə «chemin de traverse», mais rout «route»; N Sav. tchèrīər «chemin de forêt», mais rout «voie publique en plaine». Dans certaines régions, charrière n’est plus attesté que dans des loc. figées (V Cham.), des n. de l. (V distr. Sierre, N distr. Neuch.) ou dans les documents anc. (G). Cf. charray, charrerette. Ma.

Pour citer cet article : charrière (réd. Ma.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome III, p. 396.

Marge de droite