Tome III page 479
 

1. CHEMIN, tsəmn, ‑eïn, ‑én, parfois tsè‑, tsé‑ Vd 1, 24 Ja., 3‑9 (‑n 80 var.), V 10, 12, 2, 3, 40‑41 Gill., 43‑47, 5 (et ‑ən 51), 60, 71, F, N 11‑13, ‑un Vd 2, ‑aïn 15a, V 13‑18, ‑ïn, ‑ìn, ‑iṅ 72‑75 (‑éïn 73 De., tsì‑ 75 var.), 8 (généralt tsì‑), tsm N 22, tsəmi V 41 (‑ìn var.; De. tsùmi), 42, tsoméïn 46 var., (ə)min Vd 47, G 11, 15, 17 ALF (‑n corr., ṣmé sens 7o), 18, 2, ‑èïn 10, tch(ə)min N 3‑4, B 12 var., 13, 20, 23, 25, 32, 33, ‑aïn 21, 22, ‑ïn N 30, B 34, 35, 4‑6, ‑è, ‑ḕ, ‑ N 20, 21, 51, 52, 62, B 10‑12, 33 Zi. var., tchmāè N 61. Anc. chimin, ‑en, ‑ein F XVe s.; patois chemin Vd 33 vers 1520, chemay N 6 Neuch. XVIIIe s., tchemin B 4 XVIIIe s. Paniers. — Tabl. 52, 54, Suppl. 22; Zi. I, VI, IX, XIII; II, V, VIII, XI, XII; III, VI, X, XIV; Gill. Atl. val. 10; Pier. 119, 679; ALF 258, 262, 1407.

‖ S. m. 1o Chemin, voie tracée (SR). Órṑ [ouvrir] lè tsəmin, déblayer la neige sur les ch. (F Joux, var. SR passim). Férə lè tsəmin, id. (Vd Sassel). È fā alḕ ḗ tchmïn pou épālḕ lè nè, il faut aller sur les ch. pour déblayer la neige (B Bois). Travayi in kəmna chu lè tsəmin, faire les travaux d’entretien auxquels sont astreints tous les habitants de la commune, litt. travailler en commune sur les ch. (F Villarg.). «Livré en despends pour tous les communiers ayant estez aux chemins» (Vd Oron 1665. Pasche, Oron, 489 n. 1). Tra din [des] tsəmin, terre, immondices enlevés des fossés ou des bords du ch. (F Prez‑v.‑S.). Batr ò tsəméïn, marquer un chemin sur le sol à force de passer par le même endroit (V Lourt., var. Vd Orm.). ‖ Loc. Alā pa tchmin, courir les ch., vagabonder (N Planch.). Roubatā par lé tsəmun, id. (Vd Étiv.). Èl ā èdé chu lé kètr tchəmïn, il est toujours à rôder (B Vermes). I fṑ ran tyè dè onjṑ lè tsəmin, il ne fait qu’user les ch., rôder (F Villarg.). Ètr su lə tsəmaïn, être pauvre (V Champ.). Bətṑ kókon chu lou tsəmin, mettre qqn hors de son logement (F Villarg.). Va t’un aou tsəmin! va dehors! dit‑on à un importun (Vd Penth.). Lo tchmïn n’ā p prou lḕrdj po lu, èl ā sou, le ch. n’est pas assez large pour lui, il est soûl (B Aj. Va.). Dévzé dè gran tsəmin, commérages (F Siviriez). Comparaison. Asə vẓo tyè lou tsəmin, aussi vieux que les ch. (Vd Leys.). ‖ Avec déterminations. Tsùmi pavëló, ch. pavé (V Ors.). Tsəmin dé tra, ch. sans empierrement (Vd Oron). Tsəmin inkròtā, ch. creux (Vd Sottens). Tsəmin infonṣṑ, id. (F Villarg.). Tsəmin króz, id. (F Gr.‑de‑V.). Tsəmin rtso, ch. raboteux (V Liddes). Tsəmin grobounā, id. (F Gru. Co.). Tchmïn an picha d pōə [en urine de porc], an kə d vètch [en queue de vache], ch. en zigzag (B Vermes). Ṣmn pardu, ch. en cul‑de‑sac (G Bern.). Tsəméïn dè tsyrè [de chèvres], ch. escarpé ou dangereux (V Lourt.; var. Vd Corb., Sent.). Tsəmin dè moulè, id. (Vd Sent.). Tsìmïn di tsmo [chamois], passage difficile (V Lens). Gran tsəmaïn, grand ch., route principale (V Champ., var. Vd‑B). Gró tchmin, id. (B Mall., var. Vermes). Tsəmin dè travḕ, de traverse (F Montb.). Tchmin də drétur, raccourci (N Brév., var. Vd Sent.). Véy [vieux] tchmïn, ch. abandonné (B Mett.). Tsəmin a tsè, ch. carrossable (F Gr.‑de‑V.). Tsəmin d’atèladzə, id. (Vd Orm.). Tsəmin a ẓudzè [à luge], ch. de montagne, trop raide ou trop étroit pour les chars (Vd Leys.). Tsəmin a trna, ch. sur lequel on traîne des fardeaux (Vd Month.). Ṣəmin də trn·na, id. (G Dard.). Tsìmïn a trḗt, id. (V Lens). Tchmïn d vyatou, ch. de schlitteur, sur lequel on a disposé transversalement des rondins de bois à 20‑30 cm. de distance, pour permettre de descendre le bois avec un traîneau à bras (B Courf., var. Aj. Va.). Ṣəmin a talon, petit sentier (G Vern.). «Chemin royal», ch. de grande communication (Vd XVIe‑XVIIIe s.). «Les grands chemyns ferralz [ferrés?] et realz dempuys de Villenove jusque au pont de Sainct Mauris» (Vd Aigle 1543. Mi.). «Faire les deviances dans tous les chemins royaux et communs lesquels dépendent du dit Conseigneuriage» (Vd Mézières 1717. Mi.). Tsəmin kòmunó, ch. vicinal, entretenu par la commune (Vd Bière). Tsəmin dè koumon, id. (Vd Corsier). Ṣəmin də kəmno, id. (G Aire‑la‑V.; var. G Dard., F spor.). Chu lé tsəmin dé kəmna rramin klé dé la chyā, sur les ch. communaux, la sueur coule rarement (F Grandv.); cf. cantonnier. Tsəmin lbro, komon, ch. public (V Trient). Tsəmin a bin pérə, ch. à bien plaire, ch. privé dont on peut interdire l’accès (Vd Orm.). Tsəmin la bétə a la man, ch. où les animaux ne peuvent passer que s’ils sont tenus à la main (ib.). Tsəmin dè rèmādzə, ch. par lequel on fait passer le bétail lorsqu’on change d’alpage (ib.). Tsəmin dè fin, ch. de desserte, qui conduit à un champ, à un bois, pour en permettre l’exploitation (F Gr.‑de‑V.; var. B Sépr., Charm.). Autres ex. sous aisance 1o, bec 1, 5o 13, déflorage, défruitage, enflorage, finage. ‖ Spécialt. 1. Sentier (Vd Aubers., V passim, F Sugiez). 2. Chemin muletier (V Bourg‑St‑P.). 3. Chemin carrossable (Vd Orient). 4. Rue de village (Vd Leys., V Grim.). 5. Allée de jardin (spor. Vd, V, F, B Courf., Mett.). Tsəmin daou kourti, id. (Vd Oron; var. Vd Sassel, F Gr.‑de‑V.). Vanyi vò dè saldè lə lon di tsəmin? semez‑vous de la salade le long des allées? (V Trient). Noms de lieux (choix). Rapaz Chemin Vd Châtelard: in rpa tsəmaïn, prés, vignes, bois, chemin raide de Planchamp à Tavel; Chemin en Commun Vd Berolle: lou tsəmin ḕ koumon, ch. fait par corvée, à travers la forêt, pour aller au Pré de Ballens; Chemin d’en Bas, hameau de V Mart.‑Bourg (CN 282): in plan tsəmin, in tsəmin dézò; Chemin, hameau de V Voll. (CN 282): in tsəmin (dèsu), ethnique tsəmənyā, ‑rda; le Petit Chemin G Bardonnex: pè l pti ṣmin, chemin de Charrot à Compesières; Entre deux Chemins F Riaz: nt(ə)r le dou tsəmin, prés, champs; le Haut des Chemins neufs N Montal. (Sgf. 281): a l’ó dó [du] tsəmin n, bâtiment en ruine, prés, bois; les Vieux Chemins B Saic.: é vèy tchəmin. 2o Chemin, voie à suivre, distance à parcourir (SR). Sè bətā  tsəmin, se mettre en route (Vd Leys.). Frāpḕ ïn tchmïn, prendre un ch. (B Dev.). Péiədr [perdre] soun tchmïn, s’égarer (B Vicques). Trəyè son tsəméïn, passer son ch. sans s’arrêter (V Lourt.). Tsəmin daiz ékouli, ch. des écoliers, le plus long (F Domp.). Ṣmn də l’ékl, ch. de l’école, id. (G Bern.). On gran tsəméïn, une longue course (V Lourt.). Du Vəladzərou a Rəmon lin·y a dvèj rè dè tsəmin, de Villargiroud à Romont il y a deux heures de marche (F Villarg.). Argent donné «az ung religieux d’Allemagne, pour son chemyn» (F 1525. Comptes Hauterive. AC). ‖ Loc. È nōz ā ā [est au] tchmïn, il nous gêne (B Bois). Rma tè dè mon tsəmin! ôte‑toi de mon ch.! (Vd Penth.). Fi [fais] ton tsəméïn et nə t’intyta pa diz tro, passe ton ch. et ne t’inquiète pas des autres (V Lourt.). Fl ton ṣmn, ls mə trankil! passe ton ch., laisse‑moi tranquille! (G Bern.). Prndrè lò tsəmun i tsa, prendre le ch. des chats, arriver on ne sait par quel chemin (Vd Ross.). Mədji chon tsəmin, manger ses provisions de route (F Ch.‑St‑D.). 3o Loc. fig. Fḕr son tchmè, faire son chemin, réussir dans la vie, dans les affaires, s’enrichir (N Noir., var. SR). Fre dou [du] tsəmun, aller loin, se faire une position (Vd Étiv.). Èr u frè on pətyou tsəmin, il n’ira pas loin, il ne prospérera guère (Vd Orm.). Tta cha ya, l e jou brvamin chon tsəmin, toute sa vie, il est allé honnêtement son ch. (F Broc). L è zaou arèta in tsəmin, il a été arrêté en ch., il a dû abandonner son entreprise (Vd Const.). L è dza aou bè dè son tsəmin, il est déjà au bout de son ch., il abandonne ce qu’il avait entrepris (ib.). Rebət ou bon tsəmin, remettre sur le bon chemin, corriger qqn (F Gru.). Tróvṑ din pyrè, dinj èpnè chu chon tsəmin, trouver des difficultés sur son ch. (F Villarg.). Fér chon deri [dernier] tsəmin, mourir (F Gru.). Fèr lè mètiə di tchmïn, faire la moitié du ch., faire des avances (B Mett.). Al pè dou [deux] tsəmin, n’être pas franc (F Prez‑v.‑S.). I n’i vè pn pè kètr tchəmïn, je n’y vais pas par quatre ch. (B Bois). Al pe di tsəmin de travcha, y aller par des ch. détournés (F Gru.). Ou·n afér in bon tsəmin, une affaire en bonne voie (F Villarg.). I v yi fèr è vè di tchmïn, je vais lui faire voir du ch., lui causer des ennuis (B Mett., var. F Gru.). L a grantin kə ha nòvla ka lè tsəmin, il y a longtemps que cette nouvelle court les ch. (F Villarg.). Prin lə tsəmin dé Machin, il perd la raison, litt. il prend le ch. de Marsens, où il y a un asile d’aliénés (F Grandv.). ‖ Avī oun·n infan pe tsəmin, être enceinte (F Gru. Co.). L a vtyè in tsəmin, elle a qch. en route, elle est enceinte (F Villarg.). «Auconnes maison sont in chimin de derochie», en train de s’écrouler (F 1419. Lois, I, 86. AC). Férə tsəmin é manirè, faire son possible, litt. faire chemin et manière (Vd Blon.; var. Vd Agace, Cont., F spor.; fr. rég. Pier.). Férə tsəmin manrè pòr ré·usi, pour réussir (F Sugiez). Proverbes. Si kə va drai son tsəmin | nə sé détrné dé rè, celui qui va droit son ch. ne se laisse détourner par rien (Vd Month.). Chi kə rinvye ou lindəman | trve mlā in tsəmin, celui qui renvoie au lendemain trouve malheur en ch. (F Botterens). Pò frè ou·n lon tsèmiṅ | fó pa tra ala vgto lò matiṅ, pour faire un long ch., il ne faut pas aller trop vite le matin (V Évol.). Tyu pran tò lḗ tchəmïn | èriv è krṓyə fïn, qui prend tous les ch. arrive à mauvaise fin (B Courrend. A. tr. p. XII, 267). L’èrbè di mètïn | bot lə vèyèdjou an tchmïn, l’arc‑en‑ciel du matin fait partir le voyageur (B Ocourt. A. tr. p. XLVI, 19). Tyin an·n on vèchè, an vè lé bé tchmïn, quand on a versé son char, on voit les beaux ch. (B Épauv.). Lé bé tchmïn n min·nan p bïn lin, les beaux chemins ne mènent pas bien loin (ib.). È n fā djmè dir: pè si tchmïn li i n pésrḕ p, il ne faut jamais dire: par ce ch.‑là je ne passerai pas (ib.). gréch téiər, krouəy tchmïn, de terre grasse, mauvais ch. (ib.). Dan baon payi, mòvè tchmaïn, dans bon pays, mauvais ch. (B Plagne). È n krā p d’ərb chu lé tchmïn bètu, il ne croît pas d’herbe sur les ch. battus (B Ocourt. S. jur. Ém. 1927, 93). Ti le tsəmin mnon a Poja, tous les ch. mènent à Posat (F Gru.).

4o Par anal. 1. Allée derrière le bétail à l’étable (F Sugiez). 2. Tsìmïnṅ di lèzə, traces d’un traîneau dans la neige (V Lens). 3. Tchmïn di sètou, traces des pas du faucheur sur l’herbe (B Bois). 4. Sillage d’une barque (ib.). In·n bark lés sn tchmïn sutò è l’āv pyin·n, une barque laisse un sillage surtout dans l’eau calme. 5. Traînée visqueuse laissée par un escargot (V Champ.). Tsəméïn d’émasə, id. (V Lourt.). 6. Trace de doigts sales sur un cahier d’écolier (Vd Flendr.). T’ā fai di tsəmun chur la pādzə dé ton kayé, tu as fait des ch. sur la page de ton cahier. 7. «Chemin de paille», traînée de paille qu’on répand, la nuit, entre les logis de deux amoureux (V Folkl. suisse, XI, 59); cf. Surdez dans Le Jura, 22 févr. 1947. 8. Par plais. Tchmin djo·, ch. joyeux, vagin (N Brév.).

5o Noms de la voie lactée. Tsmin dè sin Dztyè, ch. de s. Jacques (F Cress.; var. Vd Vall., Vaug., Const., V spor., F, N Gorg., Land., B St‑Br., Cœuve). Tchmïn d sïn Byèj, s. Blaise (B Courf.). Tchmïn sïn Djin (B Courchap.), tchmin də sin Djan (N Sagne, var. V Cham.), tsəmin də la Sin Djan (Vd Vaul.). Tsəmaïn a sin Dzozé, s. Joseph (V Champ.). Tsəmin dé la Sè Mətsi, de la Saint‑Michel (Vd Month.). Tchm t sin Pyr (N Couvet; var. Ponts, Planch.). Tsəmin dè la Vyrjè (Vd Leys.). Tsimi·n dè Rma (V Miège; var. Vd Étiv., Vevey). Tsəmin d’Éjptè, d’Isrā·èl (Vd Blon.). Tsəmin dāi Ji, dāiz Isra·élitə (Vd Month.). Tchmè dé Sarazè, des Sarrasins (N Land.). Tsəmin dè la Kta, de la Côte, région au pied du Jura (Vd Penth.). 6o Tchmïn d krou ou d lè krou, chemin de croix, quatorze stations rappelant les scènes de la Passion; méditation qu’on fait en suivant ces stations (B Vermes; var. Vd Orm., Flendr., Bas‑V, G Aire‑la‑V., F, N Cern.‑Péq., Land., B Courrend., Del.). Fṑr son ṣəmin də kra, faire cette méditation (G Aire‑la‑V.). L è on·na bla sérémonya tyè ṣa d tsəmin dè la kr, c’est une belle cérémonie que celle du ch. de croix fait collectivement par les fidèles sous la conduite du prêtre, pendant le carême (F Gr.‑de‑V.). ‖ Au fig. È fḕ son tchmïn d lè krou, il fait son ch. de croix, il est malheureux (B Vermes). 7o Chemin de fer, comme en fr. (SR passim). Tsìmiṅ dou fḕr, id. (V Rand.). ‖ Signifie spor. aussi train de ch. de fer: Prndrè lo tsèmin dè fè, prendre le train (Vd Vaug., var. F Villarg.). Y’é yu pasā o tsoméïn də fè, j’ai vu passer le train (V Châble). Devinette. Ona dzənlə nāirə in·n a ona mas d’trè étatsyè u tyu, fi rin kè sòrḥlā, ə prton ttè? — ə tsəméïn dè fè, une poule noire en a une quantité d’autres attachées au derrière, ne fait que souffler, et elles partent toutes? — Le train (V Lourt.). È vè kòm lə tchmïn d fè, il va vite (B Mett.). ‖ T. enfantin. Wagon (V Châble). ‖ «Voici enne rotte de tchmïn d’fie que venian», voici une bande de cheminots qui viennent (B Alm. du Jura, 1900, 76). 8o Écartement des dents de la scie (SR passim). Slo raṑs n’ṑ pṑ pr də ṣəmin, lə chṑrə, les dents de cette scie ne sont pas assez écartées, elle n’ouvre pas une entaille assez large, litt. elle serre (G Aire‑la‑V.). Bayiə di tchm a la rs, donner du ch. à la scie, en écarter les dents (B Prêles). Fér lə tsəmin a la réch, id. (F Broc). Boutā dou tsəmun, id. (Vd Ross.). 9o Chacune des couches successives de fil sur une bobine (B Bois). 10o Loc. Bèyiə ïn [un] tchmïn, aller, en battant, d’une extrémité de la grange à l’autre (B Bois). 11o Composé. «Son compagnion print l’avant chemin [les devants?], et luy montoit lez jument pour le conduire» (F 1660. Livre noir, XVI. AC).

Dérivé: tsəmənn Vd Br., sentier, petit chemin.

Du celtique *cammīnu; FEW, II, 144 b; Hochuli, Strasse, Weg u. Kreuzweg, 66. Les attestations de chemin sont rares ou nulles à V Isér., Nend., Conth., dans distr. Sion, à Ayent et Hérém., où le mot normal pour désigner un chemin est voie, parfois aussi charrière. Ailleurs encore, surtout dans V et B, chemin est en concurrence avec ces mots plus anciens et fait figure de nouveau venu qui s’impose peu à peu avec l’aide du français. — Sur le sens 5o, cf. Rotzler, Milchstrasse; Streng, Himmel u. Wetter, I, 45; Volpati dans Rev. ling. rom. IX, 1. Cf. les dér. en chemin‑, mātchmn. Ma.

Pour citer cet article : CHEMIN 1 (réd. Ma.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome III, p. 479.

Marge de droite