Tome III page 555
 

CHEZ, tsi, tsī Vd 11‑14, 15a, 3, 43, 45, 47, 6, 70, 74, 80, 81, 82, 86, 9, Br., Dum., Cont., F 51, 53, 55, 63, N 11, 12, 13, 22, 2 Verr., tsu Vd 24 ALF, tsè 61 var., ṣi G 1‑2, tchī, tchi Vd 16, 17, Br., N 10a, 20, 21, 2 Hæf., 3‑4, 50, B 23, 30, 33, 3 Tav., 47 var., 60 var., tchīə N 20 var., 2 Fleur., 30 (et ‑īè), 5, 6 (et ‑īé 61), B 10, 34, 35 (‑īé), 4‑6, tchéə 54 var., tchyè V 43 (et tchè), 75, 80, 86, tché Vd 5, V 42 (et tchə), 44 ALF, F 1 Gé., N 31 var., 33 var., B 22, 62 ALF, 6 Va.; chi N 31 var.; formes attestées seult dans les comp. (ci‑dessous II et III): tsi, tsī Vd 10, 1 Forclaz, 22, 23, 36, 64, 67, 84, V 12, 18, tsu Vd 21, tchi N 30 var., tchə Vd 69 var., F 1 Bor., Gruy. ill., 33, 5 Journ. Estav.; contractions avec l’art. déf.: tchò (chez + le), tchè (chez + la) B 6 Miécourt. Anc. chiez Vd 1 1377, chies B 6 1312‑1493, chief 1321, 1350, chie F 1434, 1563, B 6 1376, 1378, chiz Vd 3 1377, chieu(x) Vd 1545, 1550, N 1 Rochefort 1586, B 6 Porr. 1563, chue B 1609, 1611; patois chee Vd 33 vers 1520, tzi XVIIIe s. Craizu, ci G XVIIIe s. Bibl. 736, tchie N XVIIIe s. Debély.Pier. 123; Hæf. Neuch. 14‑15; Urtel, Neuch. 11; ALF 276, 983.

‖ Prép. I. Chez seul. 1o Chez, dans la maison, la famille de (Vd‑B). L è tsi ntron sindikə, c’est la maison de notre syndic (Vd Rovr.). Pò savḕ sə v muri kṓkon tsi sè din l’anāyə, le moyen de savoir s’il va mourir qqn de la famille dans l’année, titre d’une recette magique (ib.). «L’ètâi tot solet tsi leu [chez eux] avoué son pére et sa mére», il habitait la maison familiale seul avec son père et sa mère (Vd Sav. Cont. 1912, 51). N’y a run k’on sai mi kè tsi sè, on n’est nulle part mieux que chez soi, litt. il n’y a rien qu’on soit mieux ... (Vd Penth.). Tchiə lḗ bèyou, è n tchè ā mond kə dḗ nryan, dans un ménage de buveurs, il ne naît que des idiots (B Ocourt). Də n’aòm pò tan alò ṣi lə mond, də mə plyéyə myò ṣi mə, je n’aime pas beaucoup aller chez les gens, je me plais mieux chez moi (G Aire‑la‑V.). Tchī l’ót, chez l’hôte, se dit d’une auberge où on loge (B Court). Précédé d’autres prép. La bolondzérī l è dékté tsi nò, la boulangerie est à côté de chez nous (Vd Nov.). Dréïn tché lou rəsèvyao, derrière la maison du receveur (Vd Chenit). Y è Dṑvi kə m’a dè d’alòou aḗ lyi dəvan ṣi lu, c’est David qui m’a dit d’aller avec lui devant la maison de ses parents (G Cert.). pḗsré pè tchīə mon frḕr, tu passeras par chez mon frère (B Pomm.). Vèli mon bəb kə rpḕ dəkontr tchiə l tèta, voilà mon garçon qui repart chez le couvreur (B Bois). ‖ Dans le village, le pays de; attesté surtout avec nous. Na bè·n istār də tsī nò, une bonne histoire de chez nous (N Gorg.). Lyin dé tsī nò, loin de chez nous (Vd Blon.). Avi tta sla gèr a l’intòr də tsi nò, avec toute cette guerre autour de notre pays (N Montal.). Invouyi tsi léz Aləman, envoyer en Suisse allemande (Vd Roche). S tə v ōyi dḗ pouəri, vè tchiə lḗ Pə, si tu veux entendre des obscénités, va chez les Porcs, à B Saic. (B Ocourt). ‖ Tsī léz anḥan, chez nos ancêtres (Vd Blon.). Loc. L é dé tsi li, il ne sort pas souvent, litt. il est de chez lui (Vd Oron). Il é grṓ t tchī lu, le contact des gens ne l’a pas poli, litt. il est gros de chez lui (N Couvet). Chrè pā tchyè łiky, il était gêné, mal à son aise, litt. il n’était pas chez lui (V St‑Luc). Alā tsi nò, aller à l’auberge (Vd Chav.‑M.). Étr də tchī l bayu, être généreux, litt. être de chez le donneur (N Ch.‑de‑F.). Réplique aigre: Tsi mè è tsi mè, tsi tè è kə dèvan, chez moi c’est chez moi, chez toi c’est là dehors (Vd Penth.). 2o Joint à un nom propre ou à une désignation de personne, chez désigne la famille, la parenté de qqn (Vd V. de Joux, Vaug., Rovr., G, N, B). Tch’ Anri, la famille d’Henri (Vd Sent.). Tché lou Dzndre [Gendre], sobriquet d’une famille (ib.). «Chez le Duc», id. (N Val.). Ṣi Dlara san mòd, les Delarue sont partis (G Herm.). Tsi lo dragon n’an rin tyè l’òrg, la famille du dragon a l’orgueil pour tout bien (Vd Rovr.). «Ceux chez Droz, ça vaut rien» (N Vuille). Tchī nò n son pa rtch, notre famille n’est pas riche (N Planch.). «J’envoyay Esayelet demander un fromage à chés mon oncle» (N Ch.‑de‑F. 1700. Pier.). «Je m’en vais promener avec chez eux» (N Pier.). ‖ Précédé ou non de de ou à, chez sert à former des compléments déterminatifs qui marquent l’appartenance ou la filiation (Vd, N, B). «Au près du curtil de chieu Ryvet» (Vd Nyon 1545. Comptes. Ac). «Une chambeliere de chue ledit Jordain» (B 1609. Proc. sorc. B 168, 15. AC). «Avoir faict a mourir des bestes a chue Henry Laurent» (ib.). La kakīr d tché l’ontch Pīr, le lieu d’aisances d’oncle Pierre (N Ponts). T’é kman l pə də tchiə Djin Pər, t’é d’ïn pœ‑l‑imr, tu es comme le porc de Jean‑Pierre, tu es de mauvaise humeur (B St‑Ursanne. S. jur. Ém. 1929, 203). S n’ā p no bét k son pés, s’ā sé tchīə l’X, ce ne sont pas nos bêtes qui sont passées, ce sont celles d’X (B St‑Br.). «Le kikajon [pavillon, cabane] chez Msieu X» (N Vuille). «Aymonetus de chiez les Thomas» (Vd Aigle 1377. Mi.). «Pierre chez l’oncle», mon cousin Pierre (N Ch.‑de‑F. 1743. Pier.). Jòrjə tché Dragon, Georges, fils d’un nommé Dragon (Vd Chenit). Lou·i a tsī Pyro Abran, Louis fils de Pierre‑Abram (Vd Vaug.). «Let metchan guignon du boueb t’chi Esaïe», les mésaventures du fils d’Isaïe (N Mont. Bibl. 865). Èl é dinsiə dèvō lè Kāki tchiə Bati, il a dansé avec Catherine fille de Baptiste (B Ocourt). Julyaïn tché Abran tché Djòzaf, Julien fils d’Abram et petit‑fils de Joseph (B Plagne). Slè tchiə Djuda, la tribu de Juda (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. II, 1). «J’ai vu passer Georges chez Henri» (N Sagne. Vuille).

II. Chez en composition avec d’autres prépositions. 1o Par chez (Vd, V Praz‑de‑F., G, F Sugiez, N, B). Dans la maison de. Pè tchīə mè tant, chez ma tante (N Cern.‑Péq.). Pè tchi sé fèrmiə, chez ces fermiers (B Charm.). Al è pè ṣi lyi, il est chez lui (G Bern.). Tò dèdylyè pèr tsi nò, tout s’effondre dans notre maison (Vd Vaug.). Kəmin kə va pèr tsi vò? comment ça va chez vous? (Vd Corsier). Lèz èfan son adé foré par tchi l, les enfants sont toujours fourrés, vont trop souvent chez eux (N Noir.). On sā pā sin kə sè psè pè tché liz ātrə, on ne sait pas ce qui se passe chez les autres (V Praz‑de‑F.). ‖ Dans le village, le pays de; surtout avec nous. Y ò tò ẓalò pè ṣi nò, tout a gelé chez nous (G Aire‑la‑V.). P tché nò on fn·ne trè sənn·ne apré la plyn·na, chez nous on fait les foins trois semaines plus tard qu’en plaine (Vd Chenit). Lè konsèlyé dè pèr tsi nò, les députés de notre région au Grand Conseil (Vd Rovr.). Èl è d par tchi nò, il est de mon pays (N Noir.). Mé fó alā kəri diz òvrai pèr tsi lè Savòyar, il me faut aller chercher des ouvriers en Savoie (Vd Nov.). 2o Vers chez (Vd, V Vouv., Champ., Praz‑de‑F., G‑B). Près de la maison de. Lé gamin vnyon adé pòr s’amuzā vèr tsī nò, les gamins viennent toujours s’amuser vers chez nous (Vd Nov.). Ātin mè ya tchə vò, attends‑moi près de ta maison (V Praz‑de‑F.). Vè var tchi nò, viens près de chez nous (N Noir.). Ò‑l‑aon pyantè é·n èbr var tché Dèvi, on a planté un arbre vers chez David (B Plagne). ‖ Dans la maison, la famille de; ce sens est difficile à distinguer du précédent. Vḕ tché nò on·n rè ouna trintn·na d’infan pò ktrou mènydzou, dans notre famille, nous étions trente enfants dans quatre ménages (Vd Chenit). Nə vin pa vèr tsi nò, il ne vient pas chez nous (Vd Vulliens). Vò védri bə jusk vè ṣi nò, vous viendrez bien jusque chez nous (G Aire‑la‑V.). «Kan le devê‑le‑né, rèvunu di montagnè | Ly‑îran dèbarachî dè lou pititè bagnè | Dèchindan vê tche li», quand, le soir, descendus des alpages, ils s’étaient débarrassés de leurs vaches, ils descendaient chez elle (F Gruy. Gruy. ill. III, 48). Loc. Étr dè vr tsi sè, être très casanier; être réservé, taciturne (Vd Leys., var. Pailly). L è dé vè tsi li, yə nə só jamé, il est casanier, il ne sort jamais (Vd Pailly). 3o Par vers chez (Vd, V Vouv., Praz‑de‑F., G‑B); attesté surtout avec nous. Près de la maison de. Y é san tròva pè v tsi nò, j’ai trouvé ça près de chez nous (Vd Sassel). È s trè·n par var tchi nò, il flâne autour de notre maison (N Noir.). Vté djré·n saon adḗ par var tché nò, vos poules sont toujours près de chez nous (B Plagne). ‖ Dans la maison de. Kan vəni vò pé vèr tsī nò? quand viendrez‑vous chez nous? (Vd Oron). Koumè sè va‑t‑ə pa vè tsi nò? comment cela va‑t‑il chez nous? (Vd Vulliens). ‖ Dans le village, le pays de. Pè vè tsi nò nə lay a pa grailā, chez nous il n’a pas grêlé (Vd Corsier). I vò dé vnyə par vè ṣi vò? avez‑vous des vignes chez vous? (G Bern.). Pè vè tsi nò nə son p sə mól inlév tyè san, chez nous les gens ne sont pas si mal élevés que cela (F Gr.‑de‑V.). 4o Par devers chez (N Ch.‑de‑F.): «Asse qu’on dit pa dvouai dchi no», à ce qu’on dit chez nous (Bull. Gl. II, 48).

III. Composés substantivés. 1o On tchi sè, un chez soi (Vd Orm.; var. Vd Villen., Ross., Blon., V Praz‑de‑F.). «Mon tche mé», mon chez moi (F Broye. Journ. Estav. 1899, 3). A tou on tsu tè? as‑tu un chez toi? (Vd Ross.). F bon avéi son tsī sé kan bin nə səréi p béi, il fait bon avoir son chez soi, même s’il n’est pas beau (Vd Blon.). On pətyou tchə sè vó myu k’on gró eïntchə liz ātrə, un petit chez soi vaut mieux qu’un grand «chez les autres» (V Praz‑de‑F.). 2o On bòkon dé tsi no è va, un peu de «chez nous», de notre ancien mode de vie a disparu (Vd Forclaz. Nicolier, Lettre, I, 15). 3o Les Tsī nò ou Vè tsī nò, sobriquet des habitants de V Vouv. (V Champ.).

IV. Noms de lieux (choix). 1o Chez joint à des n. de fam. attestés dans la même région. Derrière‑chez‑Borlat Vd Orm.: dèrḕ tchi bòrla, prés, jardins, deux vieux chalets; Vers‑chez‑les‑Blanc, hameau de Vd Laus. (Sgf. 439): vèr tsi lé byan, fr. par plais. chez les vers blancs; Chemin chez les Piguet Vd Chenit: tsəmin tché () pədyè; Chez Tribillet ib.: tché troubəlyè ou trə‑, bâtiments, prés; rimaille: Vḕ tché Troubəlyè | Lè rəbta gyintsè, ... les rouleurs de vases à lait; Derrey chez Bertholet Vd La Praz: dèrè tsi bèrtólè, pré, jardin; Vers‑chez‑Coquet, hameau de V Massongex (Sgf. 483): in vèr tchyé kokyé; Chez Petit V Liddes: i [aux] tchè pəti ou intchè pəti, maisons, champs; Entre les Chez‑Petit, Sous les Chez‑Petit ib.: n·ntrè, dézò li tchè pəti; Trez chez Laurent G Jussy dès 1742, Derrière chez L. 1855: a trè ṣi lóran, dḕri ṣi l., champ, vigne; Chez Charrot G Bardonnex dès 1755, Charrot Sgf. 453, Tres ches Cherrot 1729: a, ṣu ṣarò, hameau; fr. rég. «On ira à Chez‑Charrot» G Hum.; Vers‑chez‑les‑Descloux F Romanens: vèr tchə dḗḥly, bâtiments, prés; Chez Carrard F Font: vèr tsī kar, id.; Chez‑le‑Bart N Gorg. (Sgf. 310): vèr tsī lò ba, bâtiments, jardins, vignes; Chez la Leuba N Buttes (Sgf. 282): vèr tchī la lba, bâtiments, prés, champs; Chez Sémon B Genevez (Sgf. 104), Derrière chez S., Clos chez S.: (drīè) tchīè sḗmoun, ā ḥó tchīè s. 2o Autres cas. Chies lo mugner Vd Genolier 1403; Chez‑le‑Maître, les Côtes sur Chez‑le‑Maître Vd Chenit (Sgf. 299): (vèr) tché lou mtrè, su lé ktè dè tché lou mtrè, bâtiments, prés, bois; Chez l’Ecoffi Vd Ste‑Cr. (Sgf. 283): vè tsi l’èkòfi [cordonnier], prés, champs, autref. maison; Vers‑chez‑le‑Roi, nom vulgaire de Vd Villars‑Burquin: vèr tsi lò rḕ; Vers‑chez‑le‑Voisin, celui de Vd Fontanezier; rimaille: Vèr tsī lo R | Son tu r [ils sont tous rois ou raides] | Vèr tsi lo Vèzin | Son tu tsin [chiens] (patois de Vd Vaug.); Vers chez Borret, hameau de V Véross. (Sgf. 483): è [en] vèr tchyé bòré; Chez Maurice‑Dessus (Sgf. 277) et — Dessous N Buttes: vèr tchī mórīs dèsu, dèzò, bâtiments, jardins, pâturages; Chez Guenet N Brév. (Sgf. 278): tchīə gənè (patois de N Cern.‑Péq.), bâtiment, prés; Sous chez Jojo B Moutier: dō tchīə yṓyṓ.

D’une forme proclitique du lat. pop. casa «maison», ou d’un masc. *casus «id.»; FEW, II, 450 b. Ce mot n’est pas représenté comme subst. en SR; anc. V cheys, chex, cité par E. Richter dans Z. f. rom. Phil. XXXI, 571, d’après Ränke, Spr. Wallis, 14, appartient à ches (voir ce mot).

Chez est peu attesté dans Vd P. d’E., V et F, où il est remplacé par son composé ints ou par vers, qui le concurrencent aussi dans le reste de Vd. Dans les loc. composées réunies ci‑dessus sous II, les prép. par et vers ajoutent à chez une nuance d’imprécision. Celle‑ci peut modifier le sens de chez, par chez nous signifiant «dans notre région» et vers chez nous «aux alentours de notre maison» par oppos. à chez nous «dans notre maison». Mais souvent elle est de nature purement affective. — Dans un même n. de l., chez seul alterne souvent avec vers chez, parfois aussi avec derrière chez, sans modification de sens. D’autres prépositions locales, telles que à, sur, en, peuvent précéder les n. de l. en chez‑, ce qui montre leur caractère indécomposable. — Cf. ints. Ma.

Pour citer cet article : CHEZ (réd. Ma.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome III, p. 555.

Marge de droite