Tome IV page 130
 

CLOSEAU, ḥlyòz Vd Br., Dum., ‑éi 31, ‑ji F 14, ṣojī 20, ṣouze V 18, klyójé 74, kyòzḗ N 51, ‑i 10a (ou ty‑), 61, tyòzḗ, ‑é 11, 21 (‑è), 41, 42 (et tcho‑), 50, 52, B 12 (‑ó‑), 13. Anc. closel, ‑z‑ Vd 1549‑1632, N dès 1340, clousel 5 1540, clusel Vd 44 1659; lat. clusellum Vd 4 1383. Fr. closel N début XIXe s. Pier. 133. Cf. n. de l.

‖ S. m. 1o Enclos ou petit enclos (Vd‑V et F‑N spor.; anc. Vd, N); à époque anc., désigne des terrains affranchis de la vaine pâture. «Unam petiam ochie seu cluselli prati» (Vd Rolle 1383. Mi.). «Avoit clos une piece desd. pasquiers ... et d’icelle en avoyt faict un clozel et chenviere» (ib. 1554). «Un morcel de closel» (N Neuch. vers 1660. Bouherie, H, no 1. AC). Loc. Les acheteurs peuvent «clorre et mettre en closel et domaine ce qu’ils pourront et vouldront clorre» (Vd Lieu 1557. MDR, I c, 401). «Permis ... de tenir cloud [clos] et en closel ung morcel de planche» (N 1590. Pier.). 2o Lə klyójé dei fye, le parc des moutons (V Mase). 3o Verger (Vd Blon., V Mase, N, B Mont. de Diesse). Y è ln·no a varda le vtse ó klyójé, il est facile de garder les vaches dans le v., qui est entouré d’une clôture (V Mase). Léz bro vn·nyon plyə béi òou ḥlyòzéi, pa l’amò kə lə tèrin l é plyə gr, les arbres se développent mieux au v. (près de la maison, auj. sans clôture), parce que le terrain est plus gras (Vd Blon.). «Y veye deu [dès] mon corti | L’tiozé de noûtra Bordgêzi», de mon jardin, je vois le v. de notre Bourgeoisie (N Val. Quinche, Bourg. éd. Greuter, v. 1‑2). Lé tyòzé son kərbya də frut, les vergers sont remplis de fruits (B Lamb.). 4o Noms de lieux (choix; aire: Vd sauf V. de Joux, V‑G spor., F, N 1 et 5, B sud spor., Aj.). Au Closel Vd Essertines‑R. (cf. Sgf. 433): u ḥzé, prés, bâtiments; au Closy F Estévenens (Sgf. 357): ṓ ḥlyòji, pré; les Closy Vd Chesalles‑M.: ḕ ḥòjī, pré, champs; au Closel Vd Corb.: u ṣṑezi, prés; id. Vd Gryon, es Clausels 1722: in ṣəzé (Mr.), i ṣœzé (Isabel), prés, champs, bois, bâtiments; le Closé V Salvan: œ klzé; au Closet G Collex: u klyzé; au Clausé B Grandfontaine: ā ḥəjé, prés; les Closets B Évilard: è tyóouzi, prés; id. B Bonf.: an l’èḥoujé, champs; les Eclosets Vd Vall. (Sgf. 291), es Closels 1550 (Chessex, N. de l. Vall. 71), les Eclosels 1818: lèz èḥlyouzé, prés, champs; Champ du Clozy F Léchelles: ò tsan dòou ḥyòzi, champs; Closé dessus, dessous B Souboz: e [aux] syójé tchu, ddó, prés, vergers, champs; aux Grands Closels Vd Bretonn.: ḕ gran kyòzé, prés, champs, autrefois pâturage clôturé pour chevaux; y Fleugé V St‑Jean: i ḣlóoujé, i ṣlójé, prés entourés de forêt (cf. Bull. Gl. XI, 83); les Clouselz, eys Cl. V Ann. 1300, 1311 (Reg. L 162, 61 et 342. AC). Autres n. de l. dans Pier. 133.

Dérivé: ḥouzaln Vd 10, petit clos; n. de l. le Closalon Vd Nov. dès 1769: u ḥouzalon (corr.), u ḥòzalon (Isabel), pré, champ.

Dérivé en ‑ĕllu de clos; FEW, II, 755 b. Sur la voy. protonique, voir cloison hist. La termin. de V Champ. ṣouz et N Couvet tyòz pourrait égalt correspondre à ‑ĭttu. Cf. les suiv., Closuit. Sch.

Pour citer cet article : CLOSEAU (réd. Sch.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome IV, p. 130.

Marge de droite