Tome IV page 171
 

COMBE, knba, ‑(ə), etc., qqf. konm‑ Vd‑G passim, F 1‑2, N‑B passim, kónba G 10, ‑è N 30 (et knbè), kounb B 41, kòmba, kóm‑ V 36, 74a, 80 var., 83, 89 var., km‑ 81. Anc. patois comba Vd 65 1719. Cf. n. de l. et de fam. — Scheuermeier, mat. ms.; ALF 1351.

‖ S. f. 1o Combe, vallon étroit et court, souvent raide, dépression entourée de collines ou de rochers (SR); ce mot, surtout en plaine, peut s’appliquer à de simples plis de terrain. «Par le bas de la combe» (N Locle 1590. Not. G. Sagne, 42. AC). No fó pòrta lo fin di lo fon dè la knba, il nous faut porter le foin depuis le fond de cette c. (V Trient). L’édyə krəpa dyḕ slo knbo, l’eau croupit dans cette c. (G Aire‑la‑V.). Hlóou kə lò chyóvan krvoun ... pè lè kmbè, ceux qui le suivaient couraient quand ils étaient cachés par les inégalités du terrain (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LX, 425). Tra in knba, terrain inégal, vallonné (Vd Const.). ‖ Ravin (Vd Leys., N Sav., B Mett.). Konb fond, pè konto, ravin profond, tortueux (B Mett.). ‖ Vallée (Vd‑V passim, F‑B spor. surtout ALF). «Va, va, cotien! te l’ai veindra on viadzo à la comba dé Josafa», va, va, coquin! tu y viendras une fois à la vallée de Josaphat (Vd Chav.‑M. 1719. Rec. Corbaz, 138). 2o Spécialt. 1. Enfoncement de terrain, cuvette généralt peu profonde et peu étendue (Vd Aubers., V Grim. Gill., F Charm., N Brév.). 2. Plateau entouré de rochers (V Lourt.). 3. Pente rapide et herbeuse d’une montagne (F Bulle Co.). 3o Terrain faisant le dos entre deux terrains plus bas (V Cham.), colline (Vd Gryon, B Aj. Gué.). 4o Creux du bassin dans lequel roule la pierre qui foule le chanvre (V Nend. Sch., Lens); synon. kntsə. 5o Lì knmba déi rinṅch, le creux des reins (V Évol.). Lì tva knmba déi rinṅch l è mi inṅkròjyì kè lì myì, tu as le creux des reins plus marqué que moi.

6o Noms de lieux (choix sur environ 600; aire: Vd‑B). En Comborsin Vd Roug., Comba Ursini 1340: un konbòrchun, alpage; en Combarossaz Vd Veytaux, Comba a laz Rossaz 1492: in knba rsa, bâtiments, prés, bois; au Trui de Combe Vd Bursins, «in villa Brucins in loco vocabulo Cumbis» XIe s. (MDG, XIV, 2), vignes; Combenoire Vd Lieu (Sgf. 297): in knba nḕrə, hameau; in Comba Forana Vd Bullet 1430: la knba fèrn·na, anc. nom des Cernets‑Dessus, chalet, alpage; En la Combaz V Coll. dès 1696: in la knba, tsbẓo d la knba, forêt, taillis, dévaloir utilisé autrefois pour l’exploitation des châtaigneraies; Pota‑Comba V Trient: in la pta knba, endroit escarpé, rocailleux; Martigny‑Combe (CN 282), commune de V: in la knba (ethnique konbèrin, ‑ərin, f. ‑intsə en patois de V Mart., Trient, Bagnes, Cham., Ba., konbérœ, f. ‑œzə patois de V Cham. var.); Combe des Morts V Bourg‑St‑P. (CN 585), la Grande Combe 1762: a ou pè la knba, u fon də la knba, fond de vallée, endroit où la route est exposée aux avalanches, non loin de l’hospice du Grd‑St‑Bernard; Combetivaz V Cham.: in ou a konbətva, forêts, ravine; la Comba V Arbaz (CN 273): a la knba, in la montanyə də la knba, pâturages sur la rive droite de la Sionne; i Humbes V Hérém.: i hòmbè, champs, taillis, ravins près d’Euseigne; in·n gran knba V Évol., pentes au sommet de la c. où coule le torrent de Martemo; «ad forcletam de Comba Bertol» V Évol. fin XIIIe s. (MDR, XXXIII, 452); Moulin des Combes V Icogne: i hòmbə, i mouliṅ di hòmbə, anc. moulins sur la Lienne, pont; en Combalok V Grône: in la kmba dou louk [loup], a kmba lók, pâturages, forêts, mazot; Hombe V Ayer: ī hnbè, prés, granges; les Combes G Soral, en la Compe XVIIIe s.: ḗ konb, champs; les Combes, Champ Combe G Vernier, es Combes 1725: é konb, champs; «ou chan de la Cunba» F Marsens vers 1230 (Titres Humilimont, Z 15. AC); en Combes F Marsens, «in territorio de Marsens, in loco dicto Combes» 1330: in knmbé, carrière, champs; en la Combaz F Rue: a la kounba, pré; Combes F Villarepos (Sgf. 328): in kounbè, champ; La Combe aux Mulets N C.‑aux‑F.: la knba u mulè, pâturages où l’on arrive par une pente très rapide; à la Peute‑Combe N Cern.‑Péq.: è lè ptè knbè, bois, ravin; la Combaz N Cornaux, su(z) la Comba 1338, à la Combe 1630, «au Combat de la Grande Thielle» 1716, champs; Combes N Land.: a knbè (ethn. konbərou), hameau; la Combe B Orvin dès 1726, les Combes: ò ou chu la konb, tchu d la konb, prés, champs; Cras des Combes B Rossemaison, Clos des Combes dès 1775: ā krā dé kounb, verger, champ; Combe Jurée B Bourr. (Sgf. 92), Combe Girard ou Gérard XVIIIe s.: an l kounb djirḕ, pâturage; Vie d’Acombe B Roche d’Or (Sgf. 87): an lè vīə dā [dès] konb, prés, sentier de la Vacherie Dessus. ‖ La Knba (Vd Chenit, Dum., Cont. 1888, 40), Combe du Lieu (Vd Mo. vx), nom donné à la Vallée de Joux; Combe V Bagnes: knba də banyə (patois de V Châble Co.), an [à la] knba, nom donné à la haute vallée de Bagnes, de Lourtier à Mauvoisin, tre pè a knba, plus loin, vers le fond de la vallée (V Châble, var. Lourt.). — Voir Tagmann, Miège, 14, 52; Weigold, Sprachgrenze, 81, 90; Pier. sous pouet; de Roche, Moutier‑Grandval, 23, 28, 33. Cf. arn 1, II 1o n. de l.

7o Noms de fam. De la Comba V St‑Maurice 1293, F Estav. 1554, Frib. 1555; De Combis V Conthey 1304‑1425; De Comba V Nax 1282, Sion 1338‑1382, G 1417‑1565 (var. De Cumba 1417, De Combis 1490‑1534, Comba 1412‑1536, ‑az 1547); De Combe(s) G 1618‑1791; Descombaz, Dé‑ Vd Lutry dès 1660, Aubonne 1712, Les Cullayes: dèknba (patois de Vd Sav.); Descombes Vd Laus. 1553‑XIXe s., N Lign.; Comba(z) Vd Nyon 1583‑fin XIXe s., V Évol., F Gruy. dès 1525; Combe Vd Orbe dès 1380, Laus. dès 1768; Lacombe Vd Begnins dès 1701, Chavannes‑des‑Bois 1768, Orbe dès 1777.

Du gaulois cŭmba; FEW, II, 1524; cf. aussi Ann. Rousseau, III, 40. Pour les n. de l. en h‑ de V 7‑8, voir Bull. Gl. XI, 77‑78. — Les dérivés comme combée, combet, kóounm bi, font supposer que le sens 4o a eu anciennt une plus grande extension. — Cf. les dérivés en comb‑ et konb‑. Voi.

Pour citer cet article : COMBE (réd. Voi.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome IV, p. 171.

Marge de droite