Tome IV page 368
 

1. COUCOU, kòk, kó‑ Vd 12, 32* (*seult au sens 6o), 40, 45‑47, 60*, 71, Br., Cont., V 12‑14, 34, Ba., G, kou‑ Vd 54, V 20, 50, N 22, 30*, kotyu Vd 1 passim, 53 (→ ‑ky‑), Cont.*, V 21 (et ‑ky‑), 22, 22a (‑ky‑), 23, 30, 42, 45 (et ‑ky‑), 47, koutyu Vd 51 (‑ky‑), 52, 70, V 16, 22‑22a var., 32, 33, 43, 46, 53 (et ‑ky‑), 5 Conth. Besse, kuku Vd 1 Agace, 20, 60 var.*, 61*, 64 var., 67, 69, 90 var., Br.*, Dum.*, V 18, F 12 vx, 14, 15, 17, 1 Chenaux, 20, 31, tyutyu Vd 14, 15a (et kə‑ Isabel), 35 var. (cf. hist.), 36*, 61 var.*, 82*, kk V 51 Jj., 76, koukou Vd 14*, 21, 23, 24, 31, 33, 35, 36, 41, 45 var., 60 var.*, 61, 64*, 69 var., 80, 82, 86, 90, Br.*, Dum.*, Cont., V 31*, 44, 51 var., 70 Ba., 71, 73‑75, 80, 84, 87‑89, F 1, 20 var., 21, 31*, 33, 4 Farvagny, 51, 53, 63, N 1 Bér. (Bibl. 872), 20, 21, 30, 31, 3‑4 (Bibl. 849), 5, 62, B 12, 20, 22, 3‑6, kk V 36 (et kókó), 60, koukouk 81, 83; seult au sens 8o: koku Vd 11, 41, 61, 70, F 51, kotyu Vd 14, 61 var., B 32, 60. Anc. cocu Vd 7 vers 1570, V XVIIIe s. Clément*, coccu Vd 33 1676; patois cucu Vd 7 1764*. Fr. coukyu Vd 51, cocu G (sens 1o et 6o). Cf. n. de l. — Pier. 150, 685; ALF 1092, 1520.

‖ S. m. 1o Coucou, Cuculus canorus L. (Vd‑B); aussi, par confusion: torcol, Yunx torquilla L. (Vd 1789. Razoumowsky, Hist. nat. Jorat, I, 59). Lə kóku fi ékòvā si kòkon u kva ròdzə, le c. fait couver ses œufs au rouge‑queue (V Saill.). Lə kòku nə fṑ pin də ni, é prḕ səl déz ṑtrə pè i mètr sóz ə, le c. ne fait point de nid, il prend ceux des autres oiseaux pour y mettre ses œufs (G Aire‑la‑V.). Comparaisons. T’é kman l koukou, tə di èdé l minm, tu es comme le c., tu dis toujours la même chose (B Ocourt. A. tr. p. XLVI, 12). Drasiə lè tét kman ïn koukou, dresser la tête comme un c. (B Épauv.). «Ai n’aivaie pu ranque dou tra poi atoué [autour] d’lai téte, était sa qu’men ïn coucou», il n’avait plus que qques poils sur la tête, était sec comme un c. (B Aj. Jura Dim. 1899, 220). Fre koumè lou koukou, faire élever ses enfants par d’autres (Vd Month.). Yə fon koumin lo kotyu, l in bton rin kè on, ils font comme le c., ils ne font qu’un enfant, litt. ils n’en bâtissent qu’un (V Maréc.). trè komin lo kotyu, n’avoir qu’un enfant (V Trient). Avè léz œly rudj kma on koukou, avoir les yeux rouges comme un c. (N Brév.). Rdzo kəmin on koku, rouge comme un c. (Vd Nov.; var. Vd passim, V Troist., Nend., F et B spor.). Rdzo kəmin on kuku frè ft [fouetté] (F Roche). È vnyé roudj kóm ïn koukou, il est devenu tout rouge, de qqn qui a rougi subitement (B Underv.). Croyances (cf. aussi folkl.). Lé koukou tsnté kan y a byouk dè kokon, le c. chante quand il a bu des œufs (V Grône). I kk èi è rtso, a pa ounkò atrapèi dè kokon a kouka, le c. est enroué aujourd’hui, il n’a pas encore trouvé d’œufs à avaler (V Nend.). In·n tsantin kmè yi dou trè kou, i kk fò ò kan, si l’on contrefait plusieurs fois le cri du c., il s’en va, croyance des enfants qui vont chercher des œufs dans les nids, et pour lesquels le c. est un rival (ib.). Lə koukou pkyè lèj troj ooujé, le c. mange les autres oiseaux (V Vernam.). «Il voulut ressembler au cocu, qui mange la mère qui l’a nourri» (Vd Orbe vers 1570. Pierrefleur, Mém. éd. Junod, 31; même croyance V Maréc.). I kk l ə i pl pərəjou dij ijèi, fè pa è kókon mimo ə kə hou dij tro, le c. est le plus paresseux des oiseaux, il ne fait pas ses œufs lui‑même et couve ceux des autres (V Sav. Luyet, Dictons, no 239). Lḗ koukou ōvan pè l bak, les c. pondent par le bec (B Bois). Dictons. Le c. comme symbole du printemps et présage de prospérité: Intrə m é avri, tsnta koukou sə t’éi vi, entre mars et avril, chante c. si tu es en vie (Vd Blon.; var. Vd spor., F‑N passim). tr mr è avri, kòku t d ai, entre mars et avril, tu dois entendre le c. (G Bern.). An·n èvri tchint lo koukou s’èl ā vi, en avril, le c. chante s’il est vivant (B Charm.). Kòtyu u k t’i mò u k t’i vi, u k to tsant u mai d’avri u k to fi a dyra u payi, c. ou tu es mort ou tu es vivant, ou tu chantes au mois d’avril ou tu fais la guerre au pays (V Lourt.). Lə kotyu dei tsanta u meïn d’avri, le c. doit chanter au mois d’avril (V Trient). «Le coucou ât moue o l’aîye l’é pris | S’è n’é pon tchaintè le premie d’aivri», le c. est mort ou l’aigle l’a pris, s’il n’a pas chanté le premier avril (B Fches‑M. Le Jura, 9 déc. 1958). Vḗ l sïntyə d’èvri | l koukou tchint mə ou vi, vers le cinq avril, le c. chante mort ou vif (B Ocourt. A. tr. p. XLVI, 12). Ch’ī kk l a pa tsanta o nou d’avri, l è mò də fri, si le c. n’a pas chanté le neuf avril, il est mort de froid (V Sav. Luyet, Dictons, no 18; var. ib. no 17). In mi avri, tsnta koukou sə t’ī vi, à la mi‑avril, chante c. si tu es vivant (Vd Sassel). A mi avri, on dāi savāi sə lə koku l é mò ou vi, à la mi‑avril, on doit savoir si le c. est mort ou vivant (V Torg. Gill. Vionnaz, 119; var. V Champ.). A myè avri,  kè i kk tsntè, ò bin ky’è mò, ò bin ky’è va d pa·i, à la mi‑avril, ou bien le c. chante, ou bien il est mort, ou bien il a quitté le pays (V Nend.). Autres ex. sous avril 2o 4. ‖ In tan k’i tsntè lə kk, fó krṅdrè lo rètòr dè l’əvè, jusqu’à ce que le c. chante, il faut craindre le retour de l’hiver (V Haud.). L koukou é tchintḕ, èduə lè djalḕ! le c. a chanté, adieu la gelée! (B Épiq. S. jur. Ém. 1929, 222; var. V Praz‑de‑F., Nend., Sav.). Kan i kk tsantə, l è sno dœu bon tèïn, quand le c. chante, c’est signe de beau temps (V Isér. Cah. folkl. XV, 4). Sè senn·nè apri kə lə koukou ly a tsantā, on paou poyi, six semaines après que le c. a chanté, on peut «alper» le bétail (F Montb.). Chə lo koukou d è unraomā, lè montanyar poyèron tar, si le c. est enrhumé, les montagnards monteront tard à l’alpage avec leur bétail (Vd Flendr.). ‖ I kk di kan ai in·ntsapla è barnèi, èi inljon è din, tsantə pā méi, dès que le c. entend battre les faux, cela lui agace les dents, il ne chante plus (V Nend.). Tyin k l’avin·n a ḗpyḕ | l koukou a ḗgajlḕ, quand l’avoine est épiée, le c. est égosillé (B Ocourt. A. tr. p. XLVI, 12). Ó·n avét pa myé tsantā ò kk kan ón kòmïné dè myré ò fròmin, on n’entend plus chanter le c. quand on commence à couper le froment (V Isér.). Kan lo koukou a to tsantā, on·n a rintrā lə byā, quand le c. a fini de chanter, on a rentré les blés (N Bér. Pat. neuch. 228). Kan l kuku va dé katson, é fo l kan, quand le c. voit des veillottes, il s’en va (V Champ.). Lə koukou də din sè mājon | tyin k’èkmans lè fin·nḗjon, le c. dort dans sa maison quand commence la fenaison (B Ocourt. A. tr. p. XLVI, 12). Stu k n’ō p lə koukou d l’an·nḕ nə sré p œvnḕ [hiverner], celui qui n’entend pas le c. durant l’année n’aura pas de quoi subsister (B Épauv.). Loc. Kə lə koku t’avl! que le diable t’emporte! (G Aire‑la‑V.). Din tei lou nə, lay a on kuku, dans tous les nids, il y a un c., dans toutes les familles, il y a un enfant qui est moins bien que les autres (V Champ.). L a dza bin ò·i dè ydzou lou koukyu, il a déjà entendu bien des fois le c., il est déjà vieux (Vd Sent.). Quand arrive la foire d’Aigle du mois d’avril, on dit que lèz Ourmounan l on amənā lə kotyu, les habitants des Ormonts ont amené le c. (Vd Nov.). Avərè pa tsanta  kk, il n’entendra pas chanter le c., il mourra avant le printemps (V Sav. Luyet, Dictons, no 563; var. V Nend., F Roche, B Vermes). L a fərnāi d’āvrè tsantā lə kóku, il a fini d’entendre le c., il est mort (V Saill.). 2o Nāi òou koukou, neige de printemps, qui tombe après le premier chant du c. (Vd Blon.; var. Vd Leys., F Gruy., Gr.‑de‑V., B Épauv.). Nè di [du] koukou, id. (N Cern.‑Péq.; var. V Isér., F Farvagny‑Grd, N Brév., B Sépr., Épauv.). Rəbza ao koukou, giboulée de printemps (Vd Corsier; var. Vd passim, F Attal., Gr.‑de‑V., Font; fr. rég. Vd); cf. Cont. 1900, 19 et ex. dans Pier. 496. Rəbuzə daou koukou, id. (Vd Month.; var. F Roche, Prez‑v.‑S.; fr. rég. Vd). «Après la rebuse de l’épine noire, nous avons eu celle du coucou» (fr. rég. Vd. Gaz. Laus. 17 mai 1955). T du kòku, temps du c., chaud et humide (G Bern.).

3o Fig. Mangeur d’œufs (F Grandv.). ‖ Nom satirique du fils unique, à cause des soins exagérés qu’il reçoit (V Lourt.). ‖ Homme qui a des enfants illégitimes, surtout de différentes femmes mariées (V Nend. Sch.). ‖ Jeune fille un peu légère (V Finh.). ‖ Personne ou animal d’apparence chétive (Vd Sent., Penth., Cont.); personne mal attifée, mal coiffée (Vd Penth.); souvent précédé de vieux. Kin koukyu! quel c.! (Vd Sent.). L a maryā on vylou koukyu, il a épousé un épouvantail (ib.). «T’einlévâi quin coucou!» le diable t’emporte, quel c.! à propos d’une femme laide (Vd Cont. 1882, 15). A tou vu kin koukou! on porai lo mtrè po èpairi lè manó, as‑tu vu quel c.! on pourrait l’utiliser pour épouvanter les moineaux (Vd Penth.). ‖ Si [ce] vlyou koukou! se dit d’un homme déjà âgé et qui pense encore à l’amour (F Gr.‑de‑V.). ‖ Sobriquet des habitants de Vd Syens, Niédens, Oulens (ou Oulens‑sur‑Lucens) et, d’après Va., d’Ettingen (Bâle‑Campagne).

4o Horloge de bois, dont les heures sont marquées par l’apparition et le chant d’un coucou (SR spor.). Tirə la tsna du kotyu! tire la chaîne du c.! (V Trient). An n v pu dyèr d koukou din not kontrḕ, on ne voit plus guère de c. dans notre contrée (B Bonf.).

5o Au jeu de cache‑cache, cri lancé pour annoncer qu’on est caché (Vd Orm., N Sav., B Sépr., Bois, Bonc.); le jeu lui‑même (N Sav., B Prêles); cf. capon 1, 2o, cou 2 et synon. Tsèrtchi on·na katsə è kriyā koukou, chercher une cachette et crier c. (Vd Orm.). Frè koukou et var., jouer à cache‑cache (Vd Penth.; fr. rég. Vd V. de Joux), se cacher (B Épauv.; t. enfantin, fr. rég. SR Pier. 150 a). Jeu de mots: S’an prāt āty an·n ün d sḗ koukou, è v èdé fḕr koukou, si l’on prête qch. à un habitant d’Ettingen (cf. 3o), il se cachera toujours (B Épauv.).

6o Bot. 1. Lychnis fleur de coucou (F Rom., Sugiez). Ḥlyr dé koku, id. (Vd Roche; var. Flendr., Penth., Pailly). Òẓè [œillet] dè kətyu, id. (Vd Ollon Isabel). 2. Mélandrie dioïque (B Charm.). 3. Anémone pulsatille (V Sav.). Flòu dou kk, id. (ib.); selon Besse, anémone hépatique (V Sav., var. Ann.). ‖ Kuku baṣ [bâtard], anémone Sylvie, Anemone nemorosa L. (F Gruy.). ‖ Anémone, sans précisions (F Sugiez). 4. Trèfle incarnat (B Bois, var. Pomm.). 5. Pain‑de‑coucou, Oxalis acetosella L. (Vd V. de Joux, Penth., Dum., V Évol., F Gr.‑de‑V., N Brév., B nord; fr. rég. N Pier.). On mdzè daou kouku po sè desaityé, on mange du pain‑de‑c. pour se désaltérer (Vd Chenit). Appelé aussi èrb aou koukou (Vd Dum.; var. Vd Coss., Br., F Gruy. Chenaux, Attal.), rba dè koukou (F Rom.), fl dou kk (V Sav. Besse, var. N Brév.), pan koukou (Vd Leys.; var. Vd Ross., Ch.‑d’Œx, V passim dès XVIIIe s., F Charm.; fr. rég. Vd Dup.), pan a kotyu (V Ill. Besse, var. Conth. id.), pan aou koukou (Vd Month.; var. Vd passim, V Vouv., F Gruy. et Vev. Savoy, N C.‑aux‑F., B Plagne), pan de kotyu (Vd Nov.; var. Vd passim, V, F‑N spor., B nord; fr. rég. Vd, F), pan du kk (V Isér.; var. V Nend., B Bonc.), pan di [des] kk (V Nend.), frəmdzo ou kuku (F Gruy. Chenaux), mta [fromage] dou koukou (V Nend. Schüle, 102). Mta òou koukou, fleur du pain‑de‑coucou (Vd Blon.; var. V Nend. Besse, Conth. sup.). Emplois, voir Savoy, Flore, 38. ‖ Kuku dzno, oxalide raide, Oxalis stricta L. (F Sarine Savoy). «Dâi bossons [buissons] dè lilas et dâi ballès rousès, tant qu’à dâi cotius dzauno et dâi pisseinlhi» (Vd Cont. 1882, 35). Kuku dè by [des blés], id. (F Attal.). Pan ao koukou, id. (Vd Pailly). 6. Primevère officinale, Primula veris L. (Vd dès 1764, Bas‑V, V Évol., G; fr. rég. Vd, G, N). Aè ló kòku, on f d la bna təzn·n, avec les primevères, on fait de la bonne tisane (G Bern.); ce remède est efficace contre la toux (Vd Month.). Cf. brètch, koka. ‖ Primevère acaule, Primula vulgaris Hudson (V Maréc., Salvan). ‖ Primevère auricule (Vd Leys.). ‖ Chou [fleur] d koukou, primevère, sans précisions (B Bois). 7. Liseron, Convulvulus L. (F Sugiez). 8. Petite gentiane, Gentiana verna L. ou Gentiana brachyphylla Vill. (V Hér.). Floouk də koukou, Gentiana verna L. (V Grône Besse). ‖ Gran koukou ou koukou dèi mountanyə, gentiane acaule, Gentiana Clusii Pers. et Song. (V Vernam.). 9. Kuku dè tsavó [de cheval], grande prêle, Equisetum maximum Lam. (F Gruy. Chenaux). 10. Pan kóku, salsifis des prés, Tragopodon pratensis L. (V Vionn. Besse).

7o Noms de lieux (se rattachant au sens 1o, parfois peut‑être à 6o; choix pour Vd 6). Sur la Tête du Coucou Vd Leys.: su la tita du tyutyu; es Cucues Vd Lonay, vigne, pré; à la Moille au Cucuz Vd Corcelles‑Jorat dès 1769: a la mòy ao kuku, prés, champs; Praz Cucu Vd Vulliens, Cucu 1697: ao prā kuku, pré, bois; la Chaux Cocu V Vouv.: a la tsó kòku; Fontaine du Coucou V Vionn.: a la fontn·na d kótyu; in l’èchèr [essart] dou koukou V Chand., partie autrefois défrichée de la forêt; le Champ Cocu G Chêne‑Bougeries, le Champ Coucu 1788; Praz Cucu F Sems. (Sgf. 455): ó prò kuku, chalet, pré, pâturage et terrain en friche; la Planche‑au‑Cucu F Villarsiviriaux (Sgf. 343): a la pyantsə òou kuku, bâtiment, pré; le Coucou B Épiq. (CN 1105): ā koukou, pré, pâturage; Pertuis du Coucou B Goumois: l ptchu di koukou, caverne. Cf. chante‑ comp. 2.

Adj. 8o Cocu, trompé par sa femme (Vd‑V passim, G Dard., F Roche, Gr.‑de‑V., N Mont., B Mall., Charm.). «Ayant chanté au dessoubs de leurs fenestres par un dimanche au soir une chanson en ses termes: vous estes coccu papa, ma bonne mama l’a dit» (Vd Vevey 1676. Consist. Bda 132/1, 53. AC). Tyn·na dyzə kə la bourtya dè Silviə, n’a‑t‑ə pa fé sə·n mo kotyu! quelle gueuse que cette vaurienne de Sylvie, n’a‑t‑elle pas fait son homme cocu! (Vd Nov.). Sa fna lə l’a rindu kótyu, è tò lə mondə lə sā kè yi, sa femme l’a rendu cocu et tout le monde le sait sauf lui (V Praz‑de‑F.). N’è ran d’ṣrə kóku kan on nə lə s p, ce n’est rien d’être cocu quand on ne le sait pas (F Gr.‑de‑V.). Refrain d’une ronde: «Ne san pa ti su lè s’abro lè cocu | Ien a bein dein sta vella dei vetu», ils ne sont pas tous sur les arbres, les coucous (ou les cocus), il y en a bien dans cette ville de vêtus (Vd Br.). Cf. aussi Rossat, Chansons pop. I, 123 ss. ‖ Homme qui élève un enfant dont il n’est pas le père (V Conth.). 9o Insuffisamment châtré (G Dard.): Ṣəvó [cheval] koku.

Les formes koku, kotyu, etc. sont les continuateurs du lat. cŭcūlu «coucou» dont l’évolution a été contrariée en raison du caractère onomatopéique du mot; FEW, II, 1454; voir aussi VII, 548 b. Comme en mfr., ces formes cumulent en partie les sens 1o et 8o. La var. koukou, imitation du cri de l’oiseau, représente en fait un mot nouveau et semble généralt empruntée au fr., sans qu’une création locale soit tout à fait exclue. Il y a égalt emprunt au fr. pour la forme koku lorsqu’elle n’a que le sens 8o. — Le ‑k final de V Mont. et Miège ne s’explique pas dans le cadre normal des consonnes parasites de V Est, puisqu’à Mont. on s’attendrait à ‑p, et qu’à Miège le phénomène ne se produit jamais. Ce n’est pas non plus un emprunt aux dialectes alé‑ maniques voisins, où le nom du coucou est Gugger. D’autres parlers romans, en revanche, offrent des formes caractérisées par une occlusive finale spontanée: cf. ALF 1520; AIS 505; FEW, l. c. et le catalan cucut. — Dans l’expression rouge comme un coucou (sous 1o), le sens de coucou reste souvent obscur aux yeux de nos corr.; d’ailleurs la forme est parfois différente du nom de l’oiseau: Vd Sassel koukou «coucou», mais rdzou kouman on kuku; Vd Sav. koukou «coucou», tyutyu «primevère», rdzo k’on tyutyu. Mais l’interprétation dans un sens botanique reste trop divergente selon les localités (Vd Leys. «primevère», Ollon, Bière «coquelicot», Vullier. «crocus») et s’accorde trop mal avec les couleurs des fleurs que l’on appelle traditionnellement coucou, pour ne pas apparaître comme une réadaptation sémantique ultérieure. La comparaison s’explique sans doute par la rougeur des yeux du coucou, à partir de la loc. entière, attestée à N Brév. et dans l’Anjou, avoir les yeux rouges comme un coucou; cf. W. Widmer, Volkstümliche Vergleiche, 39. — La plupart des sens dérivés (2o‑9o) se retrouvent en dehors de la SR et même du domaine gallo‑roman. — Cf. brətch, cou 2, koukoul, koukourouk et les comp. de pet‑, pois‑.

Folkl. (cf. en outre croyances et dictons sous 1o). En pondant ses œufs dans les nids d’autres oiseaux, la femelle du coucou enlève souvent un œuf des hôtes parasités et l’avale ensuite. Cette substitution a fait naître la croyance que le c. vole les œufs des autres oiseaux pour sa propre nourriture (V Saill., Nend., F Alb., Grandv.; cf. lrə «coucou, litt. voleur») et que le c. chante lorsqu’il a avalé un œuf (ci‑dessus 1o). On croit qu’en vieillissant le c. se change en épervier (Vd Flendr., F Gru., B spor.) ou en crécerelle (Vd Vaul., F Alb., Gru., B Sépr.). — C’est un oiseau de bon augure (V Voll.): il annonce le printemps (SR passim, voir détails sous 1o dictons). Mais il ne faut pas qu’il chante avant le 20 avril, sinon les vignes gèlent (F Sugiez). S’il continue à chanter après la St‑Jean, il annonce une mauvaise année (Vd Ross., B Fches‑M.). On prévoit même que pour chaque jour que le c. chante après la St‑Jean, le blé (N Noir., B Orvin), la farine (Vd Ross.) ou le pain (Vd Blon.) renchérit d’un bats (Vd Ross.: un krutsə). Cf. aussi cher‑temps 1o. Quand le c. chante près des maisons, c’est signe de pluie (Vd Blon., Vulliens). — Lorsqu’on l’entend chanter pour la première fois au printemps, il faut avoir de l’argent en poche pour ne pas en manquer pendant l’année (SR passim, cf. ex. sous corselet 2o 1; mais la prédiction ne se réalise pas toujours, cf. menteur), il faut secouer son portemonnaie dans le même but (F Gruy.), faire une cabriole pour ne pas avoir mal aux reins (V Est spor.), se jeter par terre et se rouler trois fois sur soi‑même, les hommes pouvant se toucher les testicules avec même effet (V Nend. Sch.), faire le signe de la croix afin d’éviter les accidents (V Voll.). Mais il ne faut pas contrefaire le cri du c., parce qu’au cas où il répondrait, on mourrait (V Nend. Sch.). Si on l’entend à jeûn, on risque de mourir d’inanition avant la fin de l’année (Vd Penth.). La jeune fille qui entend chanter le c. se mariera pendant l’année (B Épauv.). On demande au c. combien d’années on a encore à vivre (Vd Penth., B Ocourt). — A Nouvel‑An, c’est le c. qui est censé apporter les jouets dans la «bûche» (B Plagne). — A consulter: Handwörterbuch des dt. Aberglaubens, V, 689 ss.; Rolland, Faune, II, 82 ss. et IX, 124 ss. Légendes et contes sur le c., voir collon 2o; Folkl. suisse, XVII, 60 et XXXVI, 25*; Biétrix, Lettre Bonfol, éd. Amweg, 68; Sébillot, Folkl. France, III, 165. Pour le «jeu du coucou» à V Bagnes, cf. A. tr. p. XXI, 137. Kn.

Pour citer cet article : COUCOU 1 (réd. Kn.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome IV, p. 368.

Marge de droite