Tome IV page 455
 

courtil Vd 1572, 1756, V 1805, F 1646, N 1553, 1603, 1711, 1719, B 1266 (‑is), 1354, 1512, 1567, curtil, ‑i(z), ‑y(s) Vd 1401, 1525‑1771, V 8 1702, G 1499‑1550, F 1368‑1734, N 1280‑1690, B 1266‑1770 (qqf. ‑ir, ‑if), cultil, ‑iz, ‑i(s), ‑y Vd 1344, XVIe s., F 1549‑1572, N 1344‑1455, B 1333‑1424, cortil, ‑iz, ‑i(s), ‑y Vd 7 1526, 1539, 8 1658, F 14 1617, N 1537, 1667‑1771, B 6 1326, 2 1609, 1629, coirty 4 1356; lat. curtile Vd 1491, 1523, V 1376‑XVIIIe s., G 1413‑1535 (et ‑ille), F 1278, 1511, 1516, cultile Vd 8 1343, 1379; patois courtil Vd 17 XVIIe s., corti, ‑y Vd 1758, N XVIIe s. (Barrillier), XVIIIe s. (Bibl. 822); kourt Vd 10‑12, 2‑5, 60, 61, 69, 70, 74, 8 Vugelles, Br., Mo., Dum., Cont., V 10 et 12 var., 14, 16, 18 (‑ei, ‑i, ‑é), 2‑6 (ou k‑, kó‑), 70, Ba., G 1‑2 (ou kò‑ k‑), kourtì, ‑é (qqf. ‑i var.), k‑, kó‑ V 71‑74, 74a‑76 (pl. ‑ìs, ‑is), 80 (pl. ‑ìs), 80a‑85, 89, kourtìl 87 (ou k‑), 88 Jj. (‑ił corr.), ‑ìł 89 var., ‑it, ‑ìt 86, 86a, 8 Chippis, krti F 32 ALF (exact?), kórtéi, kòrtèi V 36 (et ‑ét Ke.), kòrti, ko‑ Vd Br., V 15, 1 Port‑V., 30 var., N 10, 10a, 41‑42, 5, 6 Cornaux Urtel, B 26, 27, 28 (ou kou‑), 2 Cormoret, Courtelary, krti V 15 (ou kou‑kə‑), 16, 17 (‑òi), G 22 var., korti Vd 15, 8 Champvent Mr., kərti, kœ‑, kè‑ Vd 13‑14, 15a, 16 (et → kour‑), 17, 18, 42‑43 var., 44‑46, 48 var., 71 (et kètīr), 73 (et kö‑), 82, 83, Br., V 10‑13, 21 var., G 10 et 11a var., 19 (et k‑), 20 var., N 11‑13, 20, 21, 2 Travers, 2 Hæf., 5 Hæf., 6, B 1, kœrti, kə‑ 20‑23, 25, 35, 36, 41 et 42 var., Va., tyœrti, tyə‑ 30, 32‑34, 36 var., 40‑45, 48, Va., tsrti 41 var., kóti 27 var., tyti 2 Tramelan, tyti 6 Damvant, kòt(y)i, kotchi N 31‑34, 40, 41 var., 3‑4 Hæf. (‑ti), koutchi 22, 2 Verr., ktchi 30 (ou kö‑), tytchi, ty‑ B 43 var., 46, 47, 52‑54, 6, tchœ‑, tchə‑ 50 (ou tchœti, kœtchi), 51, 52 var., 54 Tp., 66 Tp.; kurti Vd 31 Ke., 3 Lav. Gch., 62 (kù‑), 64 (ou tyu‑, tyœ‑), 65, 66 (ou tyu‑), 66a, 68, 80 (kù‑, kyu‑), 81, 86, 8 Bullet, 90 (ou tyu‑), 91, 92, 93 (tyu‑), 9 Mat., Vd Br., Mo., Dum., Cont. (tyu‑), F 1‑6 (parfois kù‑, ‑ì; 63 tyu‑), kùlti Vd 85; kusti 63 (ou tyu‑), kyusti 6 Bottens Saussure, tyusti 36, 6 Assens Hunz. ms., tyù‑ 6 Froideville Tp.; kaoutsi, kaouṣi Vd 4 Trélex. Fr. courti Vd 2 (sens 2o), G (qqf. écrit ‑il), cor‑ Hum. var. Cf. n. de l. — Rel. phon. 1899; Tabl. 292; Pier. 148, 685; Hæf. Frib. 53, Neuch. 39, 61; Urtel, Neuch. 22, 36; Ke., Dietrich et Jolidon, mat. ms.; ALF 712 (qques formes divergentes), 771 (B 50), 1590 (V 46).

‖ S. m. 1o Jardin, t. gén.; en fait surtout: jardin potager (Vd‑B; anc. SR; fr. rég. Vd P. d’E., G), petit jardin (fr. rég. G Hum.). «Lor masson [maison] et le chessaul sor qualle siet, et la longe ouch [chevenière?], et lu curtys ...; cyl courtis ...» (B 1266. Trouillat, II, 165). «Inter Duas Aquas retro castrum I curtile ad IV den. redditus» (F Rom. 1278. Chiaudano, Finanza Sabauda, III, 92). «Elle se estent en prez, en champs, en curtiz, en boys» (N 1326. Matile, 373). «Hostaul, granges, curtiz, chesauz, gerdiz [vergers], praz ou autre possession» (F 1392. Rec. dipl. V, 85). «Qui entre ou culty ou vergier de aucons ...» (Vd Moudon XIVe s. MDR, XXVII, 34); orig. lat. de 1285: «Qui intrat hortum sive virgultum alicuius ...» (ib. 25). «Gerdil [verger], chosal et curtil» (G 1536. Reg. Cons. XIII, 561). «Une maison assize en la ville de Corbieres, au renc devers le vent, avecq le culty et jordy derrey ladicte maison» (F Corbières 1549. MDR, XXIII, 605). «Choses estans par les curtilz, gerdins et aultres possessions» (G 1550. Sources droit, II, 533). «Quondam petiollam curtilis continentem 5 toulas juxta hortum et domum dicti P.» (V Muraz 1689. Not. Guerrati. Reym.). «Un gerdil, curtil et osche, a present en vergier» (Vd Ouchy 1699. Mi.). Autres ex. anc. sous chésal 1o, chou 1, 4o 2, couleuvrinier; Pier.; Ahokas, Gloss. gen. 164. Ly yè dè tsanṅ, dè kourti è dè vnyè, il possédait des champs, des j. et des vignes (V Grim.). Amóyī on kərti, prendre ou donner un j. en location (Vd Gryon Ja.). Btchi di kourti, courtilière, litt. bête des j. (V Nend. Schüle, 165). Bot. Bòkyë dzno di kourti, séneçon, Senecio vulgaris L., mauvaise herbe qu’on doit arracher dans les j.; litt. fleur jaune des j. (ib. 107). ‖ Par oppos. à bâtard 4o, sauvage, ... des prés, ... des montagnes, etc., le déterminatif de courtil ou des courtils caractérise des variétés cultivées de plantes. Bokè də kourti, fleurs de j. (G Troin.). Fryé di [des] kourti, fraises de culture; fryé di bou, fraises des bois (Vd Roug. Usteri, 38). Pḕ dè kurti, pois cultivés au j. (F Gruy. Savoy). Pinsó dèi kòrti (V Port‑Valais Besse, var. F Gruy. Savoy), vyta [violette] dèi kortéi (V Isér.; var. Maréc., Lens), pensée, variété cultivée de Viola tricolor L. Voir composés bot. sous brinlta 1, 7o 2, café 1, 6o, camomille 1o et 3o 3, champignon 1o 2, chante‑ comp. 8, 2o 1, chicorée 1o, claquer 4o, cresson, dnyə, marguerite, motta, pavot, poison, quenouillette, raisin, sauge, selo et dans Schüle, Nend. 98, 108‑110. ‖ Situation, sortes de jardins: Lou kurti est à proximité de la maison, lou pyantdzou [cf. plantage] est un j. maraîcher situé en pleine campagne (F Domp.; même situation ailleurs dans Vd, Bas‑V, F‑N); à F Grandv., le kurti et le plyantdzə se trouvent à qque distance de la maison. Cf. choulière 1o. È kórtéi son pā tan grṓ ky’è tsan: son dè do··ntë pòrchon dè·ntòrt mèizon, bïnṅ du byë du Pèrèi, les j. ne sont pas aussi grands que les champs: ce sont de petites parcelles situées autour des maisons ou, en dehors du village, du côté de P. (V Isér.). Kourti de tsou [choux], terrain servant à la culture des choux, situé en dehors du village (Vd V. de Joux; var. V, B Mall., Bois; détails sous chou 1, 1o). Gran kourti, id. pour la culture des «gros légumes», c.‑à‑d. des choux et des choux‑raves; par oppos. à kourti, j. potager situé près de la maison et réservé aux «légumes verts» (Vd Sent.). Sur l’emplacement des krti de V Nend., voir Schüle, 88. «Reservato quodam passagio capace ad eundum et redeundum ad curtilia versus Dranciam cum equo bichachiis [besaces] suis onerato» (V Ors. 1700. Not. Lovey. AC). Kourtì dou tsənvo, chenevière (V Lens). «Les communiers de la Tour de Trema ont accommodé quelque pauvres mesnages de quelque places de cortils dans leurs communs [communaux]» (F Gru. 1617. Sources droit, 145‑46); autre ex. Sources droit Bulle, 121. Lə kərti də la kmə·n, le j. communal, que la commune met à la disposition des bourgeois ou des habitants (N Land.; var. sous communauté 2o 3 et commune 1o 3). Krtì dè mījon [maison] (V Miège), kurti a mindzo [ménage] (F Grandv.), krti pòtajé (V Leytr.; var. Bas‑V spor., F Grandv.), kərti a dzèrdənadzə [légumes] (Vd Burt.), krti də jardəndzo (V Lourt.), jardin potager. Tö lə t [tour] d kourti, on vnye də flə, sur les bords du j. potager, on sème des fleurs (V Maréc. Müller, 195). Krti di [des] flòk (V Grône; var. V Pains., N Brév.), tyœrti dé boka (B Courchap., var. N Brév.; cf. bouquet 7o), kèrti dè monsyœ (Vd Vaug., var. F Grandv.), j. où on cultive des fleurs. S’ā ïn tyœrti (ou djèrdïn) d boka (B Mett.), l è on korti dè flœu (V Trient), c’est un j. d’agrément. ‖ Aspect et aménagement: On kœrti də tyanz pèrtch, un j. de 15 «perches» (B Nods). «Toula de courtil» (Vd Gryon 2e moitié XVIIe s. Festschr. Gauchat, 188; cf. tla), lsə də kourti (Vd Sav.), planche de j., carré de j.; autres ex. sous carré 2, 1o 8; carreau 5o; carron 6o. «Ung curtir murie», clos par un mur (B Porr. 1421. Arch. Bourg. cote III, SM 22). «Murum curtillis» (G 1474. Reg. Cons. II, 287). Bra du koutchi, palissade du j. (N Verr. Vouga); autre ex. sous couenne 5o. Kloure ó krti avéi na chi, entourer le j. d’une haie (V Sav.). Prta du krti, porte du j. (V Lourt. rare, la plupart des jardins n’ayant pas de clôture). ‖ Travaux et cultures: Trèvèyiə ā tyrti, travailler au j., jardiner (B Sépr.). Fèr ā tyœtchi, «faire au jardin», jardiner (B St‑Br.; var. Vd Ross., B Bois, Épauv., Ocourt); spécialt: préparer le jardin au printemps, y retourner la terre, bêcher (B Épauv.; var. Mervelier, Fches‑M., Ocourt, Jura Dim.); synon. courtiller 1o. Farə lo kèrti, «faire le jardin», mettre le jardin en état de culture, faire les travaux de printemps au j. (N Gorg.; var. Vd Orm., F Montb., Grandv., Gr.‑de‑V., N Brév., B Lamb., Plagne, Courchap.). Vəri lo kèrti, bêcher, tourner le jardin (N Noir.; var. V et B spor.). Viriə ā [au] tyœtchi, id. (B Charm.). Chapā lò kourti, retourner la terre du j. à la houe (V Chal.). Fochərā lə kurti, piocher le j. (F Montb.). On labur ló krti a la pl karyə [pelle carrée], on laboure les j. avec la bêche (G Bern.). «Un pitzon [houe?] de curti ... Un fossoret [petit croc] de curti» (V Sierre 1702. Minut. L 190. AC). «Pour sa poena de abilliés [habiller, préparer] le curti» (Vd Laus. 1538. Comptes, D 227. Ac). Prichè rin d’invèti hyi bòkon dè kourtì, il n’est pas urgent de bêcher, planter ou semer ce bout de j. (V Rand.). Lë kourté dëm·ndon bramin dë gra dëi béchatsə [gras des bissacs], les j. exigent beaucoup de fumier (V Mase). «Des sement de culty» (F 1565. Comptes Part‑Dieu. AC). Dè grn·nè dè kourti, des graines à semer au j. (Vd Chenit). Dè pómte è dè fve déi [des] nṣre tsan, dè tsou è dè rébne déi nṣre krtìs, des pommes de terre et des fèves de nos champs, des choux et des carottes de nos j. (V St‑Martin). I grcha a nó mètèə də tèrə ou kourti é ā tsənə·īrə; ra y a pa mé d’ātrə tèrə ky’è virgulə ou kourti, notre grand’mère (née en 1812) plantait des pommes de terre au j. et à la chenevière; auj. il n’y a plus que des pommes de terre virgule au j. (V Nend. Sch.). L a pe ti e kourti dè cha·ra, il y a de la sarriette dans tous les j. (V Sav.). Alé tsrtchyì u kourti de la brla [ciboulette] po metrə a la salda (V Bourg‑St‑P. De.). Mon butna [cf. butin dér.] di tyœtchi, mes légumes (B Charm.). Trḗrə lə kourti, rentrer les légumes du j. (V Maréc. Müller, 208). ‖ Tḗr də tchtchi, limon (B Bois. ALF 771, exact?). 2o Comparaisons. Si móchi s’è ridəman bin arindzi, l a [il a] dè la tra kəman on kurti, ce morceau de terrain s’est beaucoup amélioré, la terre y est comme dans un j. (F Gr.‑de‑V.). Y’é vlu rindrə sin [cela] prpro kmè ò krti a nò, j’ai voulu nettoyer ce terrain comme si c’était notre j. (V Lourt.). Sun è tənu koumun on kourti, cela est arrangé, soigné comme un j. (Vd Penth.). Lèy a mé dè bótyè chu bin dè tsapi tyè dan dè gró kurti, il y a plus de fleurs sur bien des chapeaux que dans de grands j., où on n’en cultive pas bcp (F Gr.‑de‑V.). Loc. fig. Avai ona pyra d son kərti, avoir des ennuis, des empêchements, litt. une pierre dans son j. (Vd Leys.). I tchamp dé pyré da mon kotchi, il jette des pierres dans mon j., il me lance des paroles blessantes, piquantes (N Brév., var. spor.). Y è na pra dyan mon kourti, c’est une allusion blessante à mon adresse (G Herm.; var. Vd Vall., F Roche). Ètr ó kourté dó prirə [prêtre], reposer au cimetière, être mort (V Mase). Èl é ïn pté tyœtchi tchu l vantr, il est mort, litt. il a un petit j. sur le ventre (B St‑Br. Jolidon). Autres loc. sous chardon 1o, charrière 1o, chou 1, 2o et 8o. Prov. Chu ïn kroəy tèrin, kroəy tytchi, dans un mauvais terrain, mauvais j. (B Épauv.). Kurti mṓnè, chèrvnta mṓnta, j. mal tenu, servante malpropre (F Gru., var. Grandv.). Po kə lè kurti chan bi, i fṓ kə lè fèmlè lè pyran, pour que les j. soient beaux, il faut que les femmes les pleurent, y travaillent à en pleurer (F Ch.‑St‑D.). E krti di rójèi vrda è! les j. à roseaux, c.‑à‑d. humides, garde‑les! (V Sav. Luyet, Dictons, no 114). S tə v k’ïn boka santch bn, lèch lə ā tytchi, si tu veux qu’une fleur sente bon, laisse‑la au j. (B Épauv.). Formulettes. Dans un «secret» contre les tranchées de ventre des accouchées: «... Mâre [matrice], retourne en ton courti, là où Dieu t’avait mis ...» (fr. rég. Vd Ch.‑d’Œx et Roug. A. tr. p. XII, 104). Rimaille à l’adresse d’un enfant qui pleure: Tsnta, plyoura, ri | Su la prta daou kourti, chante, pleure, ris, sur la porte du j. (Vd Sent.); var. de Vd Blon. sous chanter 1o. Voir devinette sous clore 9o 1.

3o Terrain autre que jardin: «[Sera puni] hoste, taverneir ou autre persone qui comportereit ou suffrereit de juyer [jouer aux dés, aux cartes] en sa maison, curtil [cour?] ou place» (F 1427. Rec. dipl. VII, 214). «Du vin dou culty» (N Neuch. 1450. Not. de Grad, I, fo 14. AC). «Une oche [chenevière?] ou curtil séant à Porrentruy» (B Porr. 1471. Arch. Bourg. cote III, E 6). «Le curtil emporte [confère droit de propriété sur] la closture comme à luy propre en premier et contre toutes aultres especes de terroir, la vigne apres contre toutes aultres especes de curtil [terrains clos?], le vergier soit pré recors suyamment ...» (Vd 1562. Quisard, Cout. Vd, fo 301).

4o Nom d’une marque domestique, de forme rectangulaire (V Champ.); cf. synon. pral «petit pré» et verger à V Sav. (Cah. folkl. XVI, 2).

5o Noms de lieux (choix; aire: SR). Le Curtil F Pont‑Vev.: ó kurti, champ; le Courtil V Bagnes: u krti, nom de plusieurs espaces gazonnés presque inaccessibles, aux flancs des rochers (cf. courtillet 2o‑3o); le Courty V Conth.: u kourti, énorme bloc de rocher recouvert de végétation, pâturage; Vers le Curtil Neuf Vd Lieu (cf. Sgf. 297): su lou kourti n, champs; Courti des Choux V Finh.:  kourti dé tsou, kərti di ts, jardins; au Champ du Curtil Vd Aclens: ao tsan dao kurti, champs; Champ du Ceurti B Grandfontaine: ā tchin di tchtchi, champs. ‖ Pl. Aux Curtils Vd Chaux‑s.‑Coss. (Sgf. 301): ae kusti, pré, champs, bois, à 1,5 km du village; es Courtis V Ors.‑Chamoille 1700; aux Jardins dessous Vd Abergement: ḕ kòrti dézò; Jardins dessus B Saic.: lé tyrti tchu, jardins, vergers; les Grands Jardins N Buttes: lè gran kèrti, jardins, quartier du village; i gran kourtè V Hérém., jardins, prés autour de Villa; Gros Curtils B Perrefitte: é gró kourtil, jardins; Courtivieux V Mart.‑Bâtiaz: i kourti vyu, prés, autref. champs; Courtineuf ib.: i kourti nu, champs et taillis; les Courtipras B Crém., Courtils Perrat 1683: é tyrtiprā (Mr.), tyœrti pīəra (de Roche, 21), bâtiments, jardins, prés, vergers; Jardins de Vaux B Neuveville, sur les Curtils XIVe s. (cop. 1770), sur les Courtils 1673 (Weigold, Sprachgrenze, 69, 87, 120): é kərti də vṓ, jardins, prés; Derrière les Curtils B Muriaux (CN 1104): dèrè lé tchurtchi, champs; le Champ des Courtis G Avully, es Courty 1762, au Champ des Courtils 1785: u ṣan du [du] kərti Mr. (kourti Ke.).

Du lat. *cōrtīle, forme contractée de *cohortile «cour, terrain clos»; FEW, II, 853 b; Zipfel, Die Bezeichnungen des Gartens im Gallorom. 1943. La forme krtn que l’ALF indique pour V Lens est une notation inexacte pour kourt, krt; dans Br., «kieintzi» semble être une mauvaise graphie pour B tyœtch. — Sous l’influence du ‑ī‑ tonique, le ‑ō‑ de la syll. initiale a abouti dans nos parlers frprov. à ‑ou‑, puis ‑ə‑, etc.; sur cette métaphonie, voir notamment Hasselrot, Ollon, 105; Hafner, Altfrprov. Lautlehre, 151. Le type kurt, qui apparaît dans Vd, F et dans le dép. du Jura limitrophe (cf. Lobeck, Fr.‑frprov. Dialektgrenze, 226), est sans doute issu de kourt; sur cette palatalisation, cf. couvrir hist. L’altération du groupe ‑rt‑ dans Vd kust, ty‑ se retrouve sous ortie, voir ce mot et altérer hist. — Par rapport à courtil, le mot jardin est souvent senti dans nos pat. comme un terme d’emprunt récent et peu vivant. Ce n’est qu’à V Nend. et B Charm. que nos mat. attestent une différenciation sémantique, courtil «jardin, t. gén. et spécialt jardin potager» s’opposant à jardin «jardin d’agrément». — Cf. les suiv., courtinet, dzord, kortu·, la série tyœtch‑. Sch.

Pour citer cet article : courtil (réd. Sch.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome IV, p. 455.

Marge de droite