Tome IV page 532
 

1. CRÊTE, krta, ‑(ə), ‑è‑, parfois ‑ḗ‑, ‑ḕ‑ Vd 1, 23 et 23a (sens 1o), 3‑7, 80, 81 Odin, 9, Br., Dum., Cont., V 1‑5, 60, 72‑74, 7 Vex, 82‑84, Ba., G (‑ 17, ‑ò 18), F‑N, B 1‑2 (krèit 23 Gill. var.), krə‑ Vd 13 Ja., 14, 82, V 14 et 31 Besse, 42 var., 45, 54 var., krī‑ F 32 ALF (exact?), kratè N 30, krāt B 3 de Roche (p. 11), krót 33 (sens 3o), kréṣa, krè‑, etc. Vd 2, Br. (4o 1), V 71, 74a‑76, 81 Gill., 86‑89, 8 Ayer, F 14 var., 53 (sens 3o), 54 (sens 3o), kreiṣa Vd 31 A. Odin, krèha V 61, 70, 80, 81, 85; chātr B 42, 43, 50 var., 6 Gué. var., syātr 5, 66, syṑtr 4 Glovelier et 6 St‑Ursanne Gill., (y)ātr 45, 46, 48 (‑‑ Tp.), 50 et 53 ALF (exact?), 6. Anc. cresta(z) Vd XVIe‑XVIIe s., V 1 1670, cret(t)a, ‑az F 1 XVIIIe s., craute B 3 1647, croiste B 1589; lat. cresta Vd 45 1266; patois cresta Vd XVIIe s. (Bibl. 374). — Tabl. Suppl. 37; A. Odin, Phonologie, 46; Eichenberger, Bisses, 70; Hæf. Neuch. 22, 23, 25; ALF 351, 1908.

‖ S. f. 1o Crête des gallinacés (Vd‑B). «Ceste poulle en picqua [un onguent diabolique]: dedans jours elle fust morte, mettant la cresta toutte noire» (V Monthey 1670. Proc. sorc. Cah. folkl. XXI, 9‑10). Tou p l on dja bin dè la krta, tes coqs ont déjà bien de la cr. (V Véross.). Krta dè pu (Vd Const., var. spor.), krtè d poulò (N Cern.‑Péq., var. spor.), cr. de coq. Comparaison. Rdzou kəman ouna krta dè pu, rouge comme une cr. de coq (F Rom., var. SR passim). Loc. fig. Lvè la krḗt, lever la cr., montrer de l’orgueil (B Plagne, var. SR). Ryœvè [relever] lè syātr et botè d lè syātr, id. (B St‑Br. Jolidon). Drasiə lè ḥātr, id. (B Charm.). «I n’airaie djmaie pavou | Po sotni l’Aidjolat de redrassie mai chyâtre», je ne craindrai jamais, pour soutenir l’Ajoulot, de redresser ma tête (B Bonf. Surdez, Péquignat, 3). Sə bèyiə d lè ḥātr, s’attribuer de la valeur, du mérite (B Charm.). Rabtre la krta, rabattre le caquet (V Maréc. Müller, 115; var. Nend. Sch.). «L a perdu sa cresta», il a perdu son orgueil (Vd XVIIe s. Bibl. 374, v. 71). Avḕ la krtò rəẓ, avoir la cr. rouge, de qqn qui a trop bu (G Aire‑la‑V.). Férə atrap la krta ròdzə, faire rougir (F Crés.). Autres loc. sous 2o 6; prov. sous cent 1o. Croyance. Stè djənly van tantou fḗr déz , l krtè vnya rdjè, ces poules vont bientôt pondre, leurs cr. deviennent rouges (N Brév.; var. Jura, V Nend., G Aire‑la‑V.). ‖ Par ext. Huppe, aigrette (Vd‑B spor.); cf. geai, miz, mésange. Composés. Bot. 1. Krta dè pao [coq] (Vd Villen.; var. Vd Alpes, Coss., Br., Dum., F Gruy. et Vev. Savoy), krét a pao (Vd Villen.), krta de polé (V Vouv.), «crête de coq» (fr. rég. spor.), cocriste, Rhinanthus L. 2. Krta dè pu, amarante (F Gruy. P. Bovet). Krət a pòlè, «crête de coq», Amaranthus caudatus L. (V Vionn. Besse). 3. Krta dè pu, Anthyllis vulneraria L. (F Gruy. et Broye Savoy, Prez‑v.‑S.); synon. krèṣalrə. 4. Ḥātr də pou [coq], pédiculaire (B Va.). 5. Krta dè pu (Vd Sassel; var. F Gruy., Vev. et distr. Sarine Savoy), «crête de coq» (fr. rég. Vd Moudon De.), clavaire, sorte de champignon; synon. chevrette 7o 4.

2o Par anal. Partie supérieure de qch. 1. Faîte d’un bâtiment (Vd Orm. Ja.). 2. Krta du mū, cr. du mur, dalles qui le couronnent (N Couvet). 3. Sommet de l’arbre (F Grandv.). 4. Sommet de la croupe, dans: «Prendre d’ung chacun chval malade trois poils sur la croiste du troc [train] derrier et trois poils sur le front» (B 1589. Proc. sorc. I, 28. AAEB). 5. Par plais. Panache (B Charm.): Èl èvè in·n ḥātr pè ch [par sus] sè kāl, elle avait un panache sur son bonnet. 6. Loc. Chout a la krta, sauter sur qqn pour lui tirer les cheveux, attaquer qqn (F Gru.; var. V Bagnes, F Gruy., Lentigny, N Cern.‑Péq.). Sœta su la krta, id. (V Leytr.). Anpunyi pè la krta, saisir par les cheveux (F Charm.). Sé prandrə a la krta, s’empoigner par les cheveux (F Torny‑Grd). Ché travunyi pè la krta, id. (F Grandv.).

3o Arête de montagne, sommet; monticule, renflement, avancée; aussi pente escarpée (Vd‑V, G‑N spor., B Court; anc. Vd, B); cf. crêt. «Per verticem seu crestam collis» (Vd Oujon‑Arz. 1266. MDR, XII a, 175). «Pour aller querrir du bois sur la craute» (B Moutier 1647. Reg. not. 1092, 99. AAEB). I sèi mòsə bā dèri a krta, le soleil disparaît derrière la cr. (V Isér.). Pé ḥə krétə intyə, on p a pna sé təni drè, par ces prés en pente, on peut à peine se tenir debout (V Véross.). Loc. krètə é pḕ ḥlö [creux], par monts et par vaux (V Nend. Schüle, 37). Noms de lieux (choix parmi plus d’une centaine; aire: Vd passim, V, G‑B spor.; cf. aussi chauve 5o). Crête Vd Leys. (CN 1285), en Crettaz 1770: ḕ krta Fankh., krta corr., hameau sis sur une terrasse légèrt en pente (ethnique krèt, f. krètzè); Crêta Moret Vd Yvorne (CN 1284): i krətamòrè, champs, prés (actuellt terrain plat, autrefois bosselé?); en Socrétaz Vd Yvorne: in sòkrta, terrain situé sous une crête; les Crêtes Vd Montreux‑Châtelard (CN 1264): i krṣə, maisons, prés, bois, vignes; la Crête Vd Chav.‑le‑Ch. (CN 1204), en la Crestaz 1514: a la krta, colline allongée; Crête du Dardeu V V. d’Ill./Véross. (CN 1304), arête; les Crêtes V Coll. (CN 1284), ès Crettes 1775: é krétə, champs, prés, probablt bosselés; Crête V Vionn. (CN 1284), en Crestaz 1723: ḕ krta, alpage; a Crettaz Ballaz V Saxon: in krta bla, prés, champs, habitations en montagne; Crête Sèche V Ors. (CN 282), sommet; la Crêta V Nend. (CN 1306), Cresta vers 1559: ā [à la] krta, quartier de Hte‑Nend. sis sur une côte saillante; ën krta V Sav., «apud Heschandulins, in loco qui dicitur en la Cresta» fin XIIe s. (MDR, XVIII, 390), quartier le plus élevé de Chandolin; Crêtaz V Chal.: a la krha, prés, vergers, quartier du village de Vercorin; Cretta V Ayer: in la krṣa, prés, champs; Crête Longue V Granges (CN 273): a la krta lndzè, mamelon avec vignes, prés, jardins, auj. pénitencier; krèḣtaplna houbəl V Salquenen, litt. «colline de kr.»; Planigrechten V Varone (CN 273): i plyn·nè krtè (pat. de Venthône), all. s. planikrḣta, chalet et partie d’alpage; Grechten V Loèche‑les‑Bains: ts grḣtə ou krḣtə (Mr.); Lagrechten V Loèche: ts lakrḕḣta ou ‑ou; Crête G Vandœuvres (CN 1301): a krta; les Crêtes G Aire‑la‑V., a l’Êcrête 1760: é krét; la Crétaz F Alb.: a la krha ou krṣa, prés aux Sciernes; les Cressets F Grandv. (CN 1245), Cretzés 1502: i krṣè (→ krhè), bois, pâturage; les Crêtes F Ch.‑St‑D. (CN 1244): é krṣè, chalet, bois, estivage; la Crêta F Mézières (CN 1224): a la krṣa, bâtiments, prés, champs, bois; la Crétaz F Châtillon: a la krṣa, bois; la Crétaz F Villeneuve: in krṣa, bois; «les Crêtes» F Estav. (fr. rég. des pêcheurs), mont sous‑lacustre du lac de Neuchâtel, dont le point le plus élevé est appelé la Motte (Folkl. suisse, XXXVIII, 63*/64*); la Crête N Brenets (CN 1143): a la krta, champs, prés, bois; à la Crate B Belprahon: an la krāt, champs; la Crate B Mervelier 1555 (A. Rais); Sur la Creste B Montsevelier: chu la krècht, fr. rég. krèst, champs; la Crâte B Soubey: an l krāt, pâturage, forêts; Prés de la Crâte B Bressaucourt: é prḕ t krāt, prés; la Crâte B Réclère: an lè krāt, champ. Voir Tagmann, Miège, 12, 41, 49. Noms de fam. Creytaz G 1339, Crettaz V Isér., Riddes, Cham., distr. Hérens, Viss., Ayer: krṣa (pat. de V St‑Martin, Pains.), krta (Vernam.); Delacrétaz Vd Corb., Yvorne.

4o Sens techniques. 1. Languette d’une planche qui entre dans la rainure d’une autre planche (spor. Vd, Bas‑V, F; anc. F Gruy.; fr. rég. Vd, Bas‑V, F); cf. Crétette 3o, crêtoir 1 et voir fig. dans Maissen, Holz, 191. «Vingt sept lans [planches] de cretta dont il en at cinq d’estroz [pour l’aire de la grange]» (F 1703 Vuippens. Reg. not. 2999, 24. AC). «Une planche de grosse crêta» (ib. 1721. Reg. not. 2917, 443. AC). «Vingt six loans de petite cretaz» (F Tour‑de‑Trême 1749. Reg. not. 2790, 375. AC). La krta sè f avi on krétyā kə l a dou fè kə l on d bu intrèmi, la cr. se fait avec un rabot qui a deux fers ayant un espace vide entre eux (F Gr.‑de‑V.). ‖ Tenon d’une poutre (Vd Blon.). ‖ Sens incertain dans: «Douze ais de demy crête fait au tour» (F Grandv. 1739. Reg. not. 2636, 12. AC). 2. Petit tranchant dont est munie une pioche ou une houe, du côté opposé au fer principal, sens probable (anc. Vd); cf. gal. «Unum pichar ad crestaz» (Vd Lav. 1521. Not. R. Chalon, II, 39. AC). «Ung pichard a crestaz» (ib. 1589. Not. Gerbex, III, 28. AC).

5o Chātr də pou [coq], syphilis (B Bois).

Du lat. crĭsta; FEW, II, 1351 (la forme de Vd Blon., au sens 4o 1, est classée à tort sous crĕpĭtare; FEW, II, 1322 b). Dans F 1‑5 et dans une région limitrophe de Vd (dont P. d’E., Blon.), l’évolution du groupe ‑st‑ permet de distinguer une couche d’emprunt krta, etc. d’une prononciation autochtone krṣa, etc. qui s’est maintenue, entre autres, dans bon nombre de n. de l.; cf. aussi Aeb. dans Festschrift Tappolet, 1 ss. — B nord chātr, etc. qui se prolonge au nord‑est de la Fche‑Cté, s’explique par l’intervention d’un ‑r‑ adventice (cf. des cas analogues sous arête hist.) suivie de dissimilation: *crĭstra > *clĭstra; Grammont, Damprichard, 85. — Eichenberger, Bisses, 70, donne pour V St‑Martin un pl. krṣi qui doit être une mauvaise notation pour krṣè. — Au sens 4o 1, tous les ex. anc. de F Gruy. attestent crête comme déterminant de lan ou de planche: s’agit‑il de planches pourvues de languettes ou destinées à être «crêtées»? A noter que ce sens, qui en gallo‑roman est confiné au frprov. de SR, se retrouve dans le rhéto‑roman de la Surselva; DRG, IV, 185 b. — Un certain nombre de n. de l., orthographiés Crête, Crêta(z) sont énumérés sous Crêtée. — Cf. les suiv. et crêt hist., krèhòlyp, krèṣalrə, krétal, krètayn, krətol. Kn.

Pour citer cet article : CRÊTE 1 (réd. Kn.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome IV, p. 532.

Marge de droite