Tome IV page 542
 

2. CREUX, kro, kraou Vd 10, 11, 2, 34‑36, 3 Favrat, 40, 41, 6, 9, Br., Dum., Cont., F 10, 1 Bor., Gé., Hæf., 56, kròou 4 Frib., krāu Vd 31, krā 24 ALF, 32, 33 et 62 ALF, F 1‑5, kr Vd 86, krṑ 34 var., 63 Egloff, 66a, 69 var., 74, 90 var., F 63, 6 Court., krœu V 30‑35, 4, 54 Jj., 55, kr, kr Vd 12, 19, 5 (→ kru 51), 70, 71, 80, 82, V 12, 20, 31 var., 35 corr., 44, 46 ALF, 50, 53, 54 corr., 55 var., Ba., G 10, N 12, 2‑5, 62, B 22, 23, 3‑5, 60, 62, 6 Va., kré N 61, krou V 62, 71‑73, 75, 76, 83 (et kr), 84, 86, 89, B 20, kr V 51, kru 36, 61 (et kruk), 70, B 13, kri 11, 12, kra, krè Vd 80 var. — Formes proclitiques: kròou Vd 31, krou F 1, 4 Lentigny, kró 21, 22, 30, kr 51. Anc. crou(x), crouz Vd 1406‑1609, G 1536, 1564, F 1433‑1477, crow 1409, crau(x) 1623‑1782, craulx B 1642, cruz 6 1330; lat. crosus Vd 1115, V 41 1700, G 1488; patois XVIIIe s. crau Vd (Bibl. 382), creux B 4 Paniers. Cf. n. de l. et de fam. — Rel. phon. 1899; Hæf. Frib. 169; Pier. 159; ALF 352, 980, 1768.

‖ S. m. 1o Anfractuosité, dépression de terrain (Vd, Bas‑V, G Herm., F‑B passim). «Lambertus de Eiz [Ch.‑d’Œx] (donavit) lo prael et crosum ad se pertinentes» (Vd 1115. MDR, XXII, 10). «Simon de Ripa repleat crosos de terra virenti» (G 1488. Reg. Cons. IV, 113). L’və s’amsè din li kru, l’eau s’amasse dans les cr. (V Leytr.). I fā lò krao, le sol forme une dépression, litt. ça fait le cr. (Vd Ross.). On tarin in kru, une dépression de terrain, litt. un terrain en cr. (V Lourt.). Terrain tò pè kr è pè bfè, accidenté, litt. tout par cr. et par bosses (G Herm., seul emploi attesté). Tsəmin tò dè krā, chemin irrégulier, mal entretenu, litt. tout de cr. (F Villarg.). Ïn kr d’āv, une flaque d’eau (B Mett.). ‖ Spécialt. Vallon encaissé (Vd Oron). Enfoncement profond dans les rochers, à parois verticales (Vd Penth., Vaug., B Mett.). Trou dans le lit d’une rivière, qui provoque des remous (Vd Penth.): L è adé ai kraou kə l’édyə s’artè dè krè è kə lə va in vərun, c’est toujours à l’emplacement des cr. que l’eau s’arrête de courir et qu’elle fait des remous. Kr d rotch [roche], caverne (B Mett.). Col de montagne (V Lourt.). Noms de lieux (choix parmi plusieurs centaines; aire: Vd‑V, G Conf., Veyr., F‑B). Au Crau des Champs, Vd Ollon: i krœ di tsan, prés, bois; la Pointe du Grand Crau Vd Ch.‑d’Œx (cf. CN 1265): a la frṣa dou gran krao, pointe rocheuse séparée de la Gummfluh par un vaste entonnoir (autre nom sous brəkāk); au Praz des Craux Vd Romanel‑Laus.: ao prā dèi krā, champs, bois; Creux à Cuet Vd Marchissy: lə krātyü·è, grotte; es Craux Vd Dommartin, supra les Crous 1317: èi krā, champs, bois; la Mouille des Creux Vd Ste‑Cr.: la mòly dé krā, prés; le Chable du Creu V Vouv.: le tsbẓo d kr, chemin; es Creuns V Finh.: é kr, prés, champs, maisons; au Creux V Saill., «appellatur dictum virgultum lo Crouz» 1345 (MDR, XXXII, 402): li [les] kr, vignes; Creudely, Creux‑de‑Lis V Cham.: in krœ dèli [delà], prés, mayens, chalets; (au) Cru(x) V Nend., ol Cruoes vers 1250 (MDR, XXIX, 447), ou(z) Croux et in Croso 1592, 1727, ou Cruz 1798:  kr, quartier de Basse‑Nend.; Croux V Grimis.: ou krou, champs; «viridarium dou Crous de Chermignon» V Cherm. 1289 (Zi. III, 44); le Crou V Évol. (CN 283), «usque ad torrentem deouz Creou» 1638: oou kr, hameau, prés, champs; y Hroux V Moll., ou Croux 1428, eys, les Croux, ‑z 1459‑1669: i ḣrou, mayen à Cordona (cf. Tagmann, Miège, 15); y Hrou V St‑Jean: i [aux] ḣrou, prés, écuries, granges (cf. Bull. Gl. XI, 80); ou Croux V Ann. vers 1300 (Meyer, Einfisch, 31), ou Crous 1309 (MDR, XXXI, 173); au Creux G Conf.: u kru, pré; le Creux F Gru. (CN 1225), en Croux 1619, «ceux du Craux» 1682: lə krā, hameau; le Crau au Loup F Blessens: ò krā òou lā, bois; es Vignes du Creux F Friques: ei vnyè dao krā; Champ de Craux F Wallenried: ṑ tsan dāou krā, pré, champ; Ruisseau de Malévaux N Cormondrèche, Crous de Maulevaut 1281 (Matile, 179), Creu de Malevault 1346 (ib. 587); Creux des Meules N Montmollin, le Crouz de Moules 1359 (Matile, 826), Crous deis Moles 1372 (ib. 940); Creux du Van N Noir. (CN 1163): lò kr du van, cirque rocheux; au Creux N Villiers: u kr; aux Creux B Nods: ī [au] krī, champs; Pré du Creu B Vauff.: u prḕ du kr, prés, dépression de terrain; le Creux, la Roche du Creux B Vermes (CN 1107): ā kr (all. s. im Loch), an la ròtch di kr, bâtiments, prés, forêts, rochers; Métairie du Creux B Asuel (cf. CN 1085): a kr, an la fèrm di kr. — Cf. Weigold, Sprachgrenze, 83. Noms de fam. Ducraux Vd St‑Légier: daokrā (pat. de Vd Corsier); P. dou Cruos Vd Crissier 1227 (MDR, 3e sér. III, 231); «Jeremie Doy dit du Creux» Vd Ballaigues 1760; dol Cros, Dolcros V Nax et Granges vers 1250 (MDR, XXIX, 440, 445); dou Croux, dou Crus, dou Crux V Ann. vers 1300; Decroux G Chêne‑Bourg, Gen., de Croso, de Crou(z), de Croz G 1315‑1532; Vuillimen du Crou F 1473/74 (Blav. 79); Glaudius de Croso F Bulle 1481 (Sources droit, 34); Jehan de Cruz B St‑Ursanne 1388.

2o Fosse, excavation (Vd‑V, F‑B; anc.). «Ces quil firont le crouz des barreres» (Vd Orbe 1406. Comptes. Ac). «Luy ayant prins 18 écus, l’ont trainné dans un craux» (F 1623. Livre noir, XI. AC). Kru pò paché yón dèi kóné da ré, cr. pour placer un des pieux qui soutiennent la crêche (V Isér.). Devinette. Plyə on·n tè, plyə yə vin gró? — On kraou, plus on ôte, plus il grossit? — Un cr. (Vd Const.). Cf. prov. sous choir 1o fin. ‖ Spécialt. 1. Fosse à purin (Vd‑V spor.; fr. rég. N). Vtron Julə n’avḕ pā fòtu ntron Bè·a, avé sèz ālyon dè la dəmindzə, din vtron kr! votre Jules n’a‑t‑il pas poussé notre Béat, avec ses habits du dimanche, dans votre cr.! (Vd Rovr.). Appelée plus spécialt: krao a lizé (Vd Villen.; var. Vd passim, F spor.; fr. rég. Vd, N), kró dè lujé (F Ch.‑St‑D.; var. Vd spor., F passim; fr. rég. N Land. Voi.), krœ du lizī (N Planch.; var. Vd spor., F Gru.; fr. rég. G Cartigny), kr a vərin (Vd Vall., var. Vd spor.), kr du vrḕ (N Couvet; var. Vd Sent., Vaul., N Cern.‑Péq.), kru dë la kyva (V Liddes; var. Sembr., Praz‑de‑F.), kr də meré (N Gorg.) ou dao meré (ib., var. N Mont.), kr də myl (B Sépr., var. B nord), kr də yūə (B Courchap.; var. Plagne, distr. Moutier, Vicques), kr d lè yūə (B Vermes, var. Mett.), kraou dou lai (Vd Étiv.), «crau d’urine» (F Broc 1782. Reg. not. 2764, 293. AC). Lə krā dè luzé è tnmè, fó luzat, la fosse à purin déborde, il faut transporter le purin aux champs (F Gr.‑de‑V.). 2. Krao dè la boja [bouse], fosse à fumier et à purin près du chalet d’alpage (Vd Ross.; var. F Gruy., Ch.‑St‑D., Joux). I drœu s’arèmachèvə ë·n oun gró kru di da·ou [dès d’aval] dèi stë, le purin s’accumulait dans un grand cr. au bas des étables (V Isér.); cf. chta 3o. 3. Krā a fèmé, emplacement du tas de fumier, fosse à fumier (Vd Corsier, var. Vd spor.). Kr du fmḗ, id. (B Plagne; var. Vd Bière, B Mett.). Kr də la kərtna, id. (N Gorg.; var. sous courtine 5o). «Visitentur crosi facti pro fimo ponendo» (G 1488. Reg. Cons. IV, 122). 4. Fosse d’aisances (Vd Dum., F Gruy. Bor.; fr. rég. N Pier.). Krao a kakira, id. (Vd Villen.). Krœ dé yūə [lieux], id. (B Aj. Va.). 5. Fosse qui reçoit les eaux usées (Vd Vullier.). Krao də lavirə [lavure], id. (Vd Dum.). Krœu də taron [terreau], id. (V Liddes); on utilisait le terreau formé par les dépôts. 6. Krā dou raḥlyon, fosse où l’on jette les mauvaises herbes et les débris (F Vill.‑s.‑M.). 7. «Creux des dépôts», voirie, lieu où l’on jette les ordures (fr. rég. N Pier.): «Va porter tous ces cassons au creux des dépôts». 8. Fosse où l’on enfouit les légumes pour l’hiver (Vd passim, F spor., B Mett.; anc. F). «(Il at volé) des raves et rey [carottes] dans un crau» (F 1711. Livre noir, VIII. AC). Fḕr ïn kr ā tyœrti, faire une fosse dans le jardin pour y conserver des légumes (B Mett.). Mtré dai tchou è [en] kraou, mettre des choux en terre pour les conserver (Vd Month.). Appelée plus spécialt: Kraou dè [de] rvè (F Montb.; var. Vd spor., V Lourt., F Gruy.; anc. F Gruy.), krœu di r·è (V Lourt.; var. V Voll., F Roche), kraou a rvè (Vd Const.), kraou i [aux] rve (Vd Étiv.); krœu di tsou [choux] (V Voll.). «Un crou de raves existens et construit sur ledit jordil [verger]» (F Grandv. 1736. Reg. not. 2634, 142. AC). ‖ Pḕ [par les] tsan dè mètrë rlin dè mèizon, oun fazèi oun krū prèvon an tra; oun èi vódjèvə kkyë dzèrlónyë dè mètrë pò a sèmè·n d’an apri è pò kkyë syə, dans les champs de pommes de terre éloignés du village, on faisait un cr. profond en terre; on y versait quelques hottées de pommes de terre pour la semence de l’année suivante et pour quelques repas (V Isér.). ‖ Din la kva, y a on krœu po mtrè li trḥe, dans la cave, il y a un cr. pour mettre les pommes de terre (V Trient). I krou dou vərë [cf. vər et branle 1, 3o 4], cr. autour du garde‑manger tournant, à la cave, où l’on met les pommes de terre (V Nend.). Voir fig. 9. Kraou pòr l’igə dè plyòdzə, citerne, réservoir pour l’eau de pluie (Vd Const.). Krœ dè l’dyè, réservoir d’eau à la forge, pour tremper le métal (Vd Vaug.). «Ung crou pour resevre l’aigue» (F 1457. Comptes Hôp. AC). «Un crau pour abbrever mon bestail» (F Roche 1644. Reg. not. 234, 157. AC). «Pierre et luy le trainnarent au craux ou estang vers dicte tuillerie» (F 1647. Livre noir, XIV. AC). Cf. Folkl. suisse, XLI, 46*. 10. Emplacement du hâloir à chanvre (Vd Pailly, B Prêles); cf. Gerig, Hanf, 38. 11. Krā a tsèrbon, fosse à charbon, emplacement de la charbonnière (F Grandv., var. Vd Flendr.). Krœu də la tsarbonairə, id. (V Voll.). 12. Krœ də tchó, fosse à chaux (N Val.; var. V Praz‑de‑F., N spor., B Épauv.). Krœu da [de la] tsó, id. (V Lourt.). Kru du mòrtyè, fosse où l’on prépare le mortier (ib.). «Pro faciendo le crouz et morterium» (Vd Laus. 1415. Comptes, AVL, D 216. AC). «Donné charge à A. C. ... qu’il debje icelle chaulx toute recepvoir ... Et celle que ne se porra tantost employer, qu’il la face couvrir de arenne en ung crouz» (G 1536. Reg. Cons. XIII, 557). «A porter de l’eau au croux de la chaulx de Sainct Françoys» (Vd Laus. 1572. Comptes, AVL, D 229. AC). 13. Krœ ā [au] lou, fosse servant de piège à loups (B Courf.). 14. Fosse de provignage (V Nend.; anc. Vd distr. Aigle). «A esté arresté que ledict Mabilliat abbergatayre doibge annuellement provagner et fayre trois vings crouz en ladicte vignie» (Vd Aigle 1590. Mi.). Pò féirə oun baton [cf. batn 2, 2o], fó féirə oun dzin krou pa vi, i tə fó a katchyë, é pou təryë di dou bi è dou charmin, pour provigner «à la vaudoise», il faut faire un joli cr. par cep, il faut l’y enfouir, puis tirer les deux sarments des deux côtés (V Nend. Sch.). ‖ Fosse de provignage qui s’étend sur toute une rangée de ceps; rangée de ceps fraîchement provignés (V distr. Conth., Est); cf. synon. vèrsna et fig. dans Sprachleben der Schweiz, 213 et hors‑texte. Fir ṅ kru, provigner une rangée de ceps (V Arb., var. Vernam.). Vènéïndjyé ounṅ kr, vendanger dans un cr. (V Daillon). É lè krou? Ko·ntèrè bin lou [leur] mtrè lo fèmé, et les cr.? Il faudra bien y mettre du fumier (V St‑Luc. Cah. folkl. XXIX, 8). Loc. A tīmin byu kə brèts è krou cha ta [sur la haute], il a tellement bu qu’il cherche les cr. sur la partie la plus haute, c.‑à‑d. non provignée de la vigne (V Nend.). 15. Petit sillon, au jardin, où l’on sème les graines (Vd Penth.). 16. Kraou də dzənlyə, cr. que fait la poule en grattant (Vd Dum.). 17. «Creux de boussenie», galerie de taupe (B Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. X, 68). 18. Krœu dè la sbla, sablière (V Trient): Va prndrè dè sbla u krœu, va prendre du sable à la sablière. Kr dou dzī, carrière de gypse (F Gru.). Kr d lè tər [terre], carrière de glaise, glaisière (B Charm.). «Mission à la perreyre, pour tirer pierres dehors dou crou de la perrey de Ferreyre» (F 1475/77. Blav. 115). 19. Kr d mïn·n, puits de mine (B Sépr., var. Charm.). «Les mineurs sont obligés de voiturer à leurs frais la mine [le minerai] depuis le creux sur le lavoir» (B Underv. 1778. AAEB, cote 134/21).

3o Tombe (Vd, V, F, N Couvet). Métrə kókon òou krāu, mettre qqn au cr., l’enterrer, expression vulgaire (Vd Blon.). Vèr nó son è parè·n kyë fan ò krū œu sëmëtchro pòr è·ntèrā è mòrt, chez nous ce sont les parents du mort qui creusent la tombe (V Isér.). Sónā a feïn [la fin] du krœu, sonner pour indiquer que la tombe est prête (V Châble). Tinta la ḥòtsə tnkè lo mṑ l è din lo krœu, tinter la cloche jusqu’à ce que le mort soit dans la tombe (V Trient). Lachyè ala ba la kḗch inpè lo krou, faire descendre le cercueil dans la tombe (V Haud.). Mma e bā u krœu, maman est morte, dit‑on aux enfants (V Châble, var. F Sugiez). Loc. É v bètḗ u kr sè pèrè, il fera mourir ses parents de chagrin, litt. il mettra ses parents au cr. (N Couvet). V bourlā lo fdzo a son pḗrə è lo mənā  kr dè chagrin, il «brûlera le foie» à son père et le fera mourir de chagrin (Vd Rovr.). S’è mè  krā dè travayi è dè sè néglədzi, il est mort à force de travailler et de se négliger, c.‑à‑d. de ne pas se nourrir suffisamment (F Gr.‑de‑V.). Al yó lə rtso é lə pro lchon tsiji léj ā ou krā, aller où le riche et le pauvre laissent tomber les œufs dans le cr., mourir (F Grandv.). È gòrman sè fan ò kru avḕ dè·n, les gourmands se creusent leur tombe avec les dents (V Isér.). ‖ Fosse où l’on enterre les bêtes crevées (spor. Vd‑V, F‑B; fr. rég. F). Kr é [aux] bét, id. (B Pleigne). Bət ou krā, enfouir une bête (F Vill.‑s.‑M.). L on fi on gró krœu din on yapai ... è la l on inkrötó, ils ont fait un grand cr. dans un pierrier et l’ont enterrée [la vache] (V Fully. Lautbibl. 57, 5). Ta bītə n’è bna tyé pò lò kraou, ta vache n’est bonne qu’à être enterrée (Vd Pailly). «Presque chaque année, nous avons dû mettre au creux quelque pièce de bétail» (fr. rég. F Pier.).

4o Fossette, dans différents jeux d’enfants. 1. Au jeu de billes, fossette qui sert de but (spor. Vd, V, F; fr. rég. SR). Dju·i u kr, jouer au cr. (Vd Vall.). Tséṣə lou yin dó krā! chasse‑le du cr.! (F Ch.‑St‑D.). «Jouer au creux», jeu qui consiste à rapprocher les billes le plus possible de la fossette, sans les y laisser tomber (fr. rég. Vd Sent.). ‖ Djər ḗ kr, jeu qui consiste à faire quatre fossettes aux angles d’un carré et une cinquième au milieu, puis à lancer les billes successivement dans chaque fossette. Le gagnant est celui qui arrive le premier à la dernière fossette (B Mett.). Lə trə kr, litt. le trois‑cr., jeu analogue où les fossettes extérieures, au nombre de trois, sont disposées en triangle (B Bois). «Jouer à trois creux», sans doute même jeu (fr. rég. Vd Ca.). Lə pté kr, lə grṓ kr, la petite, la grande fossette, sans doute noms respectifs des fossettes extérieures et de celle du centre (B Pomm.). 2. Chacune des fossettes du «jeu de la truie» (Vd‑V et F spor., N Ch.‑du‑M., B Pomm.). On fait dans la terre autant de fossettes qu’il y a de joueurs: une au centre et les autres sur le pourtour du jeu. Chaque joueur est armé d’un bâton qu’il place dans l’une des fossettes périphériques; celui qui n’a pas réussi à en occuper une doit chasser, avec son bâton, une boule ou un caillou rond appelé truie ou gna dans la fossette centrale, et les autres s’efforcent de l’en empêcher. Sur une variante de ce jeu, cf. Cah. folkl. II, 3. Kru da trouyə, kru pò mètrə i bāton, cr. de la «truie», cr. pour mettre les bâtons (V Lourt.). Məné la trouyə u kru, chasser la «truie» dans le cr. (V Praz‑de‑F.). Pouch ou férə a chout la gna ou krā, id. (F Grandv.). Bta ton pó din ton krā! mets ton bâton dans ton cr.! (F Ch.‑St‑D.). Dji i kr ou dji a la gna, jouer à la «truie» (N Ch.‑du‑M.). 3. Djū dao krao, litt. jeu du cr., sorte de jeu de paume (Vd Sassel). On fait des creux en terre, disposés en ligne droite, et on en attribue un à chaque joueur. Un joueur supplémentaire, placé à quelques pas, lance la paume dans l’un des creux. Celui qui garde le creux doit saisir la paume et frapper un autre joueur; s’il manque son but, il reçoit une pierre dans son creux. Celui qui a dix pierres est hors du jeu. Djū di [des] kraou, probablt même jeu (Vd Nov.). «Le neuf‑creux», jeu analogue (fr. rég. G: Blav. Emprô, 386); cf. synon. pied‑potent (sous pied‑ comp.).

5o Krao dou fi [du feu], foyer ouvert, à la forge ou au chalet d’alpage sous la chaudière à fromage (Vd Ross.; var. Vd passim, F Gruy., Ch.‑St‑D., Farvagny‑Grd; fr. rég. Vd P. d’E.); cf. Folkl. suisse, XXIII, 59. Króvdè mè mon gout chu lə krou dou fu, couvrez‑moi mon dîner sur le cr. du feu, c.‑à‑d. gardez‑le moi au chaud (F Crés.). Krou di ḥndrè, cr. des cendres (F Vill.‑s.‑M.; var. Vd Vill.‑M., F passim); cf. ex. sous cendre 1o.

6o Enfoncement, cavité, trou, dans un objet quelconque: Stœuz an pasā  avan dè kru an tba pò sópā a spa, autrefois on avait des cr. dans la table pour manger la soupe (V Isér.). tsarèyè ò bā, oun mètèi sakyënœu dzòvèon tsèvècha sœu oun ënët; oun dovè·n kru po ā tyta, è vya! pour porter le blé, on mettait un bon nombre de javelles sur un drap, en les croisant du côté des épis; on faisait un petit cr. pour la tête, et en route! (ib.). ‖ Trou naturel dans un arbre (B Mett.). Krè dé nyèr, id. à la place d’un nœud tombé (Vd Aubers.). ‖ Kru d ruy, chambre à eau, cage formée de quatre murs entre lesquels fonctionne la roue du moulin (B Lamb.). ‖ Krā dè la kva, ouverture par laquelle on descend à la cave (F Gr.‑de‑V.). ‖ Loc. adj. È·n kru bā, concave, litt. en cr. bas (V Isér.).

7o Partie concave du corps. 1. Kr də l’echtma, cr. de l’estomac (N Gorg.; var. Vd, Bas‑V, F‑B). Kraou don vntrou, id. (F Domp.). Krou dou pyès [poitrine], id. (V Miège). Su mó, lo mədzi mè rstè aou kraou dè l’estma, je me sens mal, la nourriture me reste au cr. de l’estomac (Vd Pailly). 2. Krœ di brè [du bras], aisselle (N Cern.‑Péq.; var. Vd et F spor.). Krā dèjò lou bré, id. (F Joux; var. V Lourt., F Grandv., N Gorg.). Krœu də l’épla, id. (V Mart.). Odœ daou kraou dè dèzò l’èpoula, odeur de transpiration (Vd Penth.). 3. Kr d lè min, cr. de la main (B Bois; var. Vd spor., V Lourt., B Diesse). Paizyè d’və avó kru da man, puiser de l’eau avec le cr. de la main (V Lourt.). 4. Kr du dzonai [genou], jarret (V Aven, var. Vd Ross.). 5. Krao ai djte, fossettes aux joues (Vd Sav.). Kraou daou minton, fossette au menton (Vd Dum.). 6. Krœu du nā, racine du nez (V Voll.). 7. Kraou də l’òròlyə, intérieur de l’oreille (Vd Dum.). 8. Krā dij yḕ, cavité de l’œil (F Roche). 9. Kraou sur lé jè, salière, cr. au‑dessus de l’œil du cheval (Vd Dum.). 10. Marque de petite vérole (Vd Ross., Sassel, N Boveresse). «On véyè qu’è l’avan z‑u la peteta vereûla, tan è l’avan dé grô creu en vezédgio», on voyait qu’ils avaient eu la petite vérole, tant ils avaient de gros cr. au visage (N Boveresse. Pat. neuch. 365). 11. Loc. Laiy a a pn·na po sè mtrè dun lo kraou dè la dun, il y en a à peine pour se mettre dans le cr. de la dent, très peu (Vd Penth.). N’ind a p pòr inply on krou de marti, il n’y en a pas pour remplir un cr. de molaire, id. (F Gru., var. Gr.‑de‑V.).

D’un *crŏsu d’origine préromane; FEW, II, 1362 b. Qques formes du type krœ semblent empruntées au fr. Vd Aubers. kra, krè (confirmé par le n. de l. de Vd Ste‑Cr.), présente le traitement du ‑o‑ libre suivi de palatale, cf. kār «cuir», pe(i), pè «puits», etc. — Au contraire de l’adj. (cf. creux 1), le subst. est très vivant dans nos patois. Dans Vd‑G, il est toutefois concurrencé par deux mots d’origine égalt préromane, krò et klyòt. Krò est le mot normal dans Vd distr. Aigle (sauf Villen., Nov., Roche), Côte (sauf Vullier., Bière), à V Champ., dans V distr. St‑Maur. (sauf St‑Maur.) et dans G, où creux n’est attesté que dans qques n. de l. et dans des loc. empruntées au fr.: Vd Fren. kr de l’estma (sens 7o), G Herm. tò pè kr è pè bfè (1o). Klyòt est le mot le plus courant dans V Est, où il est cependant concurrencé, dans nos sens 2o‑3o, soit par creux (passim), soit pas krò (Sav., Lens). A V Nend., creux n’a que les sens 2o‑3o, alors qu’aux sens 1o et 7o on emploie le type klyòt; enfin, à V Isér., à côté de kru (type creux), on trouve kro da pédz «trou fait dans un arbre pour extraire de la résine». Le sens «purin» donné par Pier. est douteux. — Cf. les dér. en creus‑, cros‑, krœj‑, kroj‑, kroz‑ et kraiz, krœchl, krūz. Ma.

Pour citer cet article : CREUX 2 (réd. Ma.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome IV, p. 542.

Marge de droite