Tome V page 251
 

DELÀ, dəl, parfois dè‑, dé‑ Vd, V 21, 22, 43, 44, 46, 7, 80, 88 (et ‑éi), Ba., G 18, 20, 21, Dur., F 1, 3‑5, 63, N 31, 34, Jaq., dəli, dè‑ V 18, 30, 31, 34, 42, 45, 50, 52, 53, 5 Vétroz, V Ba., d(ə) Vd 61‑62 var., 74, V 13, G 11, 17, 18 var., B 50, 60, ‑l Vd 51, N 30, ‑la B 21, 22, 60 var., 6 Gué., dééi V 60, dè·éi, ‑èi, dë‑ 51 (et dèi Jj. var., de· Schüle), dḗ 46 var., 47 (et ), déa 60 var. Anc. delay, ‑ait Vd 6 XIVe s., F 1420, 1472, N vers 1280, dilay, ‑ai(t) Vd 7 1432, F 1350‑1411, dilecq 1538, delas 3 1560, 10 1577, ‑at B 3 1658; patois delay G XVIIIe s. Rocati, dillé Vd 33 vers 1520. Cf. n. de l. (sous I, 2o‑4o). — Pier. 180, 690; ALF 784, 977.

I. Delà seul. 1o Adv. Là‑bas, de l’autre côté (Vd‑F passim, N‑B rare). Prta sin dəlé! porte ça de l’autre côté! (Vd Blon.). Tə pāséré pā dəlé, tu ne passeras pas de l’autre côté (V Véross.). Mé, mə tnyo s; té, t’dri lé, é li dəlé, moi, je me tiens ici; toi, tu iras là, et lui là‑bas (F Estav.; var. Vd Échall., Vuiteb.: ALF 1295, 704, 28, 741, 784). Dè si bi y a nyon, tè fó alā dèli, de ce côté il n’y a personne, il te faut aller de l’autre côté (V Trient). L a alṓ délḗ, il est allé de l’autre côté du Grd‑St‑Bernard (V Bourg‑St‑P. Scheuermeier). Vtro fyu èt él isə? — è, él ékri dəlé, votre fils est‑il là? — Oui, il écrit dans la chambre voisine (G Dur.). Sè vəri dəlé, se retourner, tourner le dos (F Vill.‑s.‑M.). ‖ Loc. Un sè vərun dəlè, en un tournemain, litt. en se retournant (Vd Penth.): S’è trovā vya un sè vərun dəlè, il s’est éclipsé...; cf. vire‑ comp. Pach dəlé, mourir (F Gru., Roche; var. V Saill., F Prez‑v.‑S.). Il rè rtso, mi il a kan mmo pasó dèli, il était riche, mais il est quand même mort (V Saill.). ‖ Son vènu infi [cf. en çà] di [dès] dèli, ils sont venus ici depuis là‑bas (V Praz‑de‑F.). È sòrtai inḥlé di dḗ, il est arrivé par l’autre côté, litt. il est sorti en çà dès delà (V Châble). Cf. ci‑dessous IV, comp. 3. Lə plyo dé dəsé et lə plyo dé dəlé, chambres chauffables situées de part et d’autre de la cuisine (Vd Blon.). La vəny dé dəlé, «la vigne de delà», située plus loin que celle où nous sommes? en face de nous, de l’autre côté du chemin, etc.? (ib.). M’in vé òou kòlid ... épu m’infto din la rintryə kə la mouralyə f òou tənyémin dé dəlé, je sors dans le corridor et je m’enfile dans l’encoignure formée par le mur de l’appartement d’en face (ib. Bull. Gl. III, 62). Su dè dḗ, les gens d’au‑delà des montagnes, c.‑à‑d. les Italiens (V Lourt.). Du fyan [flanc] də dəlé də l’ótó, derrière la maison (N Brév.). 2o Détermine un subst. (spor. Vd, V, F, B). Lo piẓo dèlé (Vd Ross.; var. Sav., Penth.), la chambre voisine (Ross., Sav.), spécialt petite chambre qui se trouve derrière la chambre principale (Penth.); cf. chambre 2o. Yó vzo tre an tsnbra dḗ, je vais dans la chambre du fond (V Châble). Lə tché dəlè, le réduit derrière la cuisine (B Bois, seul emploi attesté); cf. ches 6o. Kan li vats l on byin mindja, von tsouma  pró dəlé, quand les vaches ont bien mangé, elles vont se reposer dans le pré d’à côté (V Maréc. Müller, 47). Lé sat sònaïn kan lə mər désida | K’al ḗtāə tò d’alè vāər u kèr [cf. carre 6o] dla | Tan u mṓtiə, tché Djan Lou·i k’ò [en] la kur, sept heures sonnaient quand le maire décida qu’il était temps d’aller voir ailleurs (litt. au coin d.): tant à l’église, chez Jean‑Louis qu’à la cure (B Plagne). Ou bè [cf. bec 3o] dəlé, lə djybyo atindi la pyə, à l’autre bout du pont, le diable, qui venait de le construire, attendait son salaire (F Roche. Alm. cathol. SR, 1949, 78). Dou byéi [cf. biais 4o] dééi, de l’autre côté (V Sav.). Dó kouté dəlé, id. (Vd Vulliens). Də la pr dəlé, id. (F Gru., Roche; var. Prez‑v.‑S., Villarg.), dans l’autre monde (F Roche). Də la par dəlé, en face (Vd Sav.). Dœu la [cf. «côté»] dèlé dœu torin, de l’autre côté du torrent (V Maréc.). Noms de lieux. Le Pays Delà, nom donné autref. à la région de B Vauff. par les habitants de B Tav. (Revue jur. 1903, 120); la rva dèlé Vd Orm., rive gauche de la Grande Eau, exposée au nord: ao kə son dobədjā dè rèsta sur la rva dèlé laiy [là] an bin min dè solè tyè də l’adrai, ceux qui sont obligés d’habiter sur la «rive delà» ont bien moins de soleil que sur la rive droite; les Bioux Delà Vd Abbaye, anc. nom de Vers‑Chez‑Grosjean (cf. CN 1221): lè blyou dəlé (patois de Vd Chenit); rtyì dḗ V Bagnes, partie de Lourtier située au sud du torrent (Bjerrome); les Prétaires V Bagnes‑Verbier (CN 1325), es Preteyres Delez 1800: i prètèirə dé, cf. ib. i prètèirə dəsé [deçà]; Trogne‑Delà V St‑Martin, quartier du village de Trogne: trònyə dèlé (Z. f. fr. Spr. LIX, 185); en Praz Delé Vd Marchissy: ao prā dəlé, prés; au Record Delex Vd Lussery: ao rəkò dəlé, bâtiments, prés; u tsalè dəli V Ill.; Proz Dèlez V Salvan:  pró dèlé, prés; Champ Deley F Chapelle‑s.‑Gill. (CN 1224): òou tsan dəlḗ, bois et champs à la limite d’Oron‑la‑V.; Clos Delez F Rueyres‑St‑L.: ṓ ḥou dəlḗ, pré, champ. 3o Loc. prép. Delà de, au delà de, de l’autre côté de (Vd passim, V Maréc., Bagnes, G‑F spor., B Vauff.; anc. Vd, F, B). «Puys le porterent au lac le droit [en face] des roches dela de la malladière» (Vd Glérolles 1566. Proc. crim. 10/2, fo 76 ro. AC). «Leur maison ... gisante au village dudit Moustier delat du pon» (B Moutier 1658. Reg. not. 1093/1, 17. AAEB). Dḗ da pontī, de l’autre côté du pont (V Lourt. Bjerrome, 169). Dèlé dœ torin, sur l’autre rive du torrent (V Maréc.). Dəlé don bou, derrière le bois (F Rom.). Dəlé dao ḥlyan [flanc], de l’autre côté de la montagne (Vd Pailly). Al ér dla du ru, il était de l’autre côté du ruisseau (B Vauff.). I vun dè dəlé dè la grandzə, il vient d’au delà de la grange (Vd Ross.). ‖ Al abton dəlé du R·n, ils habitent de l’autre côté du Rhône (G Aire‑la‑V.). «Le Granvelâ, Lecho, ti dou delé dè l’îvouè [eau]», Grandvillard, Lessoc, tous deux sur la rive droite de la Sarine (F Gruy. Bornet, Gruy. ill. III, 40); cf. loc. de F Roche sous eau 1o 9. Dəlé d lé, de l’autre côté du lac, dans le canton de Neuchâtel (F Gr.‑de‑V.). «Les pasquiers..., les jours [forêts], les costes dilait dou layt [lac] sont communauz à tout ces d’Estavaye et de la terre» (F Estav. 1350. MDR, XXVII, 121). «On Borgognon de dlai du lai», un Bourguignon d’au delà du lac des Brenets (N Jaq.). Nom de lieu. Delà du Nant Vd Ste‑Cr. (Sgf. 283): dəlé d nan, prés, champs, bois. 4o Prép. Au‑delà de, de l’autre côté de (Vd‑V passim; anc. Vd, G; fr. rég. Vd). «Pour estre demeuré dela le lac le jour du dimanche» (Vd Vevey 1677. Consist. Bda 132/1, 67. AC). «Lot vede vot dille lou lex | Que s’aperellie por vini?», le voyez‑vous de l’autre côté du lac, qui s’apprête à venir? (Vd Vevey vers 1520. Arch. Rom. XV, 519). «Delay la mer s’on di pi: veissey Sarlé | Lou Zindien foerron queman dé larré», au delà de la mer, si on dit seulement: voici Charles, les Indiens fuiront comme des larrons (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, 19). Dèlé lè limtè, au delà des limites (Vd Vaug.). Dèli la montanyə, de l’autre côté de la montagne (V Praz‑de‑F.). Dəli lə bou, de l’autre côté du bois (V Champ.). «Delà le pont» (fr. rég. Vd Étiv.). Delé Rnə, de l’autre côté du Rhône, en Valais (Vd Ollon). Dəlè la gòlyə [mare], de l’autre côté du lac Léman, en Savoie (Vd Penth.). Oun dé dééi Rn·no, un habitant de la rive gauche du Rhône, spécialt des communes situées en face de Savièse (V Sav.). Cf. ex. de V Nend. sous eau 1o 9. Loc. fig. Pasā dəlé la srla, exagérer, amplifier, litt. passer de l’autre côté de la selle (Vd Leys.). Noms de lieux. Delà le Mont, nom donné par les habitants de Vd Ch.‑d’Œx à la vallée de l’Hongrin, située au‑delà du col de Sonlomont (cf. CN 1245): a délḗ lo mon; Délifrête [faîte] V Ill. (CN 1304); Delay(s) loz Bey [cf. bief] V Bagnes 1615; dèli l’vè [eau] V Cham., lieu‑dit situé sur la rive droite de la Losentse. 5o Substantivé. Lə dəlé dòou kourti, le «d’en‑là», l’autre côté du jardin (Vd Blon.).

II. Delà associé à deçà: voir deçà II.

III. Delà joint à un autre adverbe (cf. dəlév sous lévèr). 1o hors. Frò dəlé, excessivement, outre mesure (F Roche): Hin? kə f Fortunḗ frò dəlé inpontyə, hein? fait F. affreusement épouvantée (Alm. cathol. SR, 1954, 56). Ha pra tokta rè tan frò dəlé bənéjə, cette pauvre nigaude était tellement heureuse (ib. 1959, 87). ‖ Absolt. Iṣrə frò dəlé, être effaré, hors de soi (F Roche). 2o inkə. Dḗ eïntyə, là‑bas, de l’autre côté (V Lourt.). 3o là. Lé dəlé, là‑bas, de l’autre côté (Vd Leys., F Rom.; var. G Bern.); dḗ lé, id. (V Lourt.). V‑t‑on lé dəlè? va‑t‑on là‑bas? (G Bern.). Alā vrè s kə fan lé dəlé! allez voir ce qu’ils font de l’autre côté! (Vd Leys.). 4o lévèr. Lévə dəlé, là‑bas (Vd Blon.): lé tròvéréi lévə dəlé, tu les trouveras «tout au delà». ‖ Lévə dəlé la Byè, au‑delà du torrent de la Baie (ib.). 5o outre. Utrə dḗ, là‑bas, de l’autre côté (V Bagnes, var. Sav.). N’ën rəchyou ’écho tré dééi sti an, le tirage au sort nous a attribué, cette année, des alpages situés de l’autre côté du Sanetsch, sur territoire bernois (V Sav.). Fig. Kan nó charin tré dééi, nó prin nó répója, quand nous serons morts, nous pourrons nous reposer (ib.). ‖ Utrə dèlé, au‑delà de, de l’autre côté de (Vd Orm.; var. V Maréc., Praz‑de‑F., Châble, Nend., Arb.). T’īré utrə dèlé lə bai avəzā sə t’apèrsai kātyon, tu iras de l’autre côté du ruisseau, pour voir si tu aperçois qqn (Vd Orm.). utrè dèli lə pon, de l’autre côté du pont (V Praz‑de‑F.). Itə ötrə dèi èlji, il habite au‑delà de l’église (V Nend.). A pacha ötrə dèi mə, il a passé derrière moi (ib.).

IV. Composés (cf. dès‑, vire‑).

1. — au delà: ao dəl, etc. (voir le et delà) Vd spor., V 45, 88, F 51, N 30, B 60, œu dèla V 22, óou dëla 75 Jj. (— dèlāt Jqn.), ou déa 60. 1o Adv. Au‑delà, plus loin (spor.). Fig. Dans l’autre monde: «Lous menistrè sont dis onète dzens por tot sen qe tin à la vie dè sti mondo; por i delé, i ne sé pa onqora qô a raizon», les pasteurs sont d’honnêtes gens pour tout ce qui tient à la vie de ce monde; pour ce qui est de l’au‑delà, je ne sais pas encore qui a raison (Vd Pan. Agace, 16, 1). ‖ En plus, davantage: Nə run tsèrtsi aou dəlé, ne rien chercher au delà, renoncer à poursuivre ses démarches, ses recherches (Vd Penth.). È y an·n é ā dla, il y en a davantage, plus qu’il n’en faut (B Charm., var. Vd Oron). ‖ Beaucoup, énormément: Avéit i byin dè pmè in sé tsan? — Óou dëla! y avait‑il bcp de pommes de terre dans ce champ? — Énormément! (V Évol.). 2o Loc. prép. Au delà de, de l’autre côté de (Vd spor., V Pains., F Gr.‑de‑V.). Œ dlé de montnyé, au d. des montagnes (Vd Aubers.). Ou dèlé dou tèrmno, au d. de la limite (V Pains.).  dəlé dè san dəsé [cela deçà], au d. de ce qui est de ce côté (F Gr.‑de‑V.). ‖ En plus de, plus que (Vd Penth., Oron, V Maréc.). Laiy a aou dəlé dé sin kə fó, il y en a plus qu’il n’en faut (Vd Oron.). ‖ Ou déa da [de la] rijon, déraisonnable (V Sav.).

2. — de delà: də dlé N 20, 22, — dle 21; fr. de delà Vd Dev., N. 1o Adv. A côté, dans la chambre voisine (fr. rég. Vd Dev., N). «Il est de delà» (Vd Dev.). «Il me semble que je les entends parler de de‑là» (N Gui.). 2o Loc. prép. Də dlé də, au delà de, de l’autre côté de (N V.‑de‑Tr.). Də dlé d l’və, de l’autre côté de l’eau (N Noir.). É dèmr də dle du vldjo, il habite au delà du village (N Couvet).

3. — dès delà: dā dlè B 50, di dè·é V 36 Jj. (— dé·é Favre,dḗ corr.), — dḗ 46, 47; fr. dès delà, dédela Vd, G, B Pé. 1o Adv. Au delà, de l’autre côté (V Isér.): Kontrə së, vó vèidə a Dzœu Nèirə; di dé·é, ò Moun d’dë, au premier plan, vous voyez la Forêt‑Noire; au delà, le Mont d’Audes. ita di sé [dès çà], y’éri di dḗ, reste de ce côté‑ci, j’irai de l’autre côté. ‖ En face (V Lourt. Bjerrome): fran di dḗ, juste en face. ‖ A côté, dans la chambre voisine (fr. rég. Vd, G, B). «Est‑il dans cette chambre? — Non, il est dédela» (Vd Ca.). «Où étiez‑vous? — J’étais dé‑delà» (B Pé.). «Ce fauteuil embarrasse dans cette chambre; portez‑le dédela» (G Hum.). 2o Détermine un subst. (V Isér.): Pantīrə di dè·é, barrière fermant l’un des quatre côtés du parc où les vaches passent la nuit à l’alpage; la barrière fermant le côté opposé s’appelle pantīrə di sḗ [çà]; cf. dès‑ comp. et pantirə. 3o Loc. prép.: Di dḗ du tòrin, de l’autre côté du torrent (V Bagnes). S’ā dā dlè di mlïn, c’est au delà du moulin (B Bois).

4. — devers delà: dvar dəl B 22, dvé dla 54. 1o Adv. De l’autre côté (B Plagne): Dvar dəsa d su mər, s’é dé tchan; dvar dəla, l tchanpay, de ce côté du mur, ce sont des champs; de l’autre côté, le pâturage. 2o Prép. Au delà de (Épauv.): Dvé dla lè kōt, au delà de la forêt.

5. — en delà: in dəl, de‑, an —, un —, etc. (voir en) Vd, V 21, 43, G 18, 20, F passim, N 31, an dlé G 10, in — B 12 (et — dlè), in dèli V 18, 45, — dəl Vd 51 var., an d(ə)la B 4, 60, ò — 22, in dḗ V 47, è·n — 36. 1o Adv. Au delà, de l’autre côté, là‑bas (spor. Vd‑V, F, B). Vəz irè pā è dəlé, vous n’irez pas au delà (V Véross.). I n sa pè sò k’a y a ò dla, je ne sais pas ce qu’il y a là‑bas (B Plagne). Tir t’an dla! va plus loin! (B Charm.). Té fó p lə tsèrtsi in dəsé kan l é in dəlé, il ne te faut pas le chercher ici quand il est là‑bas (Vd Blon.). Vè an dla! va de ce côté‑là! (B Mett.). Chè vəri in dəlé, se tourner de l’autre côté, se retourner (F Vill.‑s.‑M., Roche, Villarg.; var. B Charm.). 2o Loc. prép. En delà de, au delà de, de l’autre côté de (Vd, V‑B spor.; anc. F; fr. rég. Vd, V Véross., Lourt., F Rom.). «Diverses granges de deça et en dela du Clairruz» (F 1652. Livre noir, XV. AC). In dəli də la bn·na [borne], au delà de la limite (V Champ.). An dlé d l’Armans, au delà de l’Hermance [rivière] (G Herm.). Va kəri ton palè un dəlé dè yó [où] t’a mira! va chercher ton palet «en delà» de l’endroit que tu as visé! (Vd Penth.). In dəlé dè la par, de l’autre côté de la paroi (F Gr.‑de‑V.). Ò dla d la val, ò tròv lə lè, au delà de la ville de Bienne, on trouve le lac (B Plagne). A dəlé du b, par delà le bois (N Brév.). L é yu lə tsa in dəlé də la tsənévirè, j’ai vu le chat par delà la chènevière (Vd Blon.). Travlyon in dəlé dé nò, ils travaillent plus loin que nous (ib.).

6. — indi delà: ind dèl V 42, è·ndi dḗ 36. 1o Au delà, de ce côté‑là, litt. depuis delà (V Isér., Praz‑de‑F.). Indi dèli y è mi d’rba, de ce côté‑là il y a plus d’herbe (Praz‑de‑F.). Yə rston indi dèli, ils habitent de ce côté‑là (ib.). 2o Loc. prép. Indi dèli du tèrmno, au delà de la limite (Praz‑de‑F.).

7. — par delà: par dəl, etc. (voir par) G 10, F 12, 17, N 31, p dla B 6 Gué.; anc. per dilay Vd 9 1356. ‖ Adv. 1o Par delà, de l’autre côté. «Per disey [deçà] de lay [lac] et per dilay» (Vd Payerne 1356. Matile, 736). «La Mariane bredoula ..., toté sé comitsion pa cé, pa de lé», M. roula par terre, toutes ses emplettes de‑ci de‑là (N Brév. Pat. neuch. 361); cf. deçà II. 2o Loc. prép. Pr dəlé dè, de l’autre côté de (F Roche): L a mary na dè pr dəlé dè l’vè, il a épousé une jeune fille qui vient de l’autre côté de la Sarine.

Composé de de et ; FEW, IV, 546 b. Pour Vd Sent. dəl et B d(ə)la, cf. deçà hist. — V dèl, etc., attesté presque exclusivt dans au delà (IV, comp. 1), est un emprunt récent et peu adapté. — Cf. adəl, dəl, dès‑ comp., dlè, dlètnk, frò‑ comp. Ma.

Pour citer cet article : DELÀ (réd. Ma.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome V, p. 251.

Marge de droite