Tome V page 395
 

dèri, ‑ae, rart dé‑, d‑ Vd 1 passim, 2, 30 (‑i), 31, 35, 36, 3 Montreux Br., 3 Favrat, 41, 6 passim, 73, 84, 92, 9 Mat., Vd Br., Dum., Cont., Lien vaud., V 11‑14, 1 Bouveret, V Ba., F 56 Gch., N 12, 13, ‑ā Vd 14 Ja., 15a, 32, 35 var., 40, 6 passim, 90, 92 var., V 15‑18, F 21, 22, 3, 44, 45, 4 Farvagny, 55, 56 corr., 61, ‑, ‑ṑ Vd 91, F 50‑54, ‑èi, ‑ei, ‑i Vd 45, Br., V 10, 41 Tabl., 50 var., 55, ‑ḕ, ‑è, ‑ Vd 17 var., 19, 31 Ke., 32 var., 62 et 66a var., 74, 7 Baulmes, 82, 85, 86, 90 var., V 22a Dietrich, 23 Gch., 30 De., 53 Jj., F 1, 20, 30, 40, 4 Frib., Treyvaux, 3 ou 4 Bov., 63, N 21, ‑é Vd 50 ALF var., 70, 71, 74 var., N 22, ‑in, ‑eïn Vd 5, ‑i (et dë‑, də‑ V) Vd 1 Ormont‑Dessous var., 43, 47, 80, V 36, 51, 6‑8 (‑ì 75 var., 87, dì‑ 81 var.; pl. ‑ich 76 sens VI), G 10, 11a, N 11, 1 Vign. Urtel, 50, ‑īə, parfois ‑ī 52, 6 (et ‑īè 61), B 1, 50, 52, 52a, 63 Rossat, 63a, darai, ‑ae Vd 13 Ja., V 22 corr., 31, 32, 34, 35, 4, 50 Luchsinger, 50a, ‑ā Vd 15 var., 18, V 3 Saxon, ‑èi, ‑ei, ‑i 22 corr. var., 30 (‑éi Dietrich), 31 var., 33, 35 var., 4 passim var., 50, 53 Tabl., 55 var. (‑éi), N 20, ‑ḕ, ‑è, ‑ V 2, 30 var., 43 var. (‑e), 44 et 46 ALF, 53 Tp., F 13 var., 1 Épendes, 43, ‑é Vd 33 ALF, V 22a Dietrich var., 30 et 31 id., N 42 var., ‑in Vd 53 var., ‑i 47 var., 48, V 51 var. (élidé dar), G, N 31‑34, 4, ‑īə 30 (et ‑īè, ‑ī), B 33 Tp., d(ə)(ə), parfois ‑ié (ALF) 21‑22 var. (surtout sens VI), 30, 34‑36, 3 Corban, Mervelier, 4, 50 var., 53, 54, 6, drèi 20, drè 23 var., 32, d(ə)rḗ 21‑23, 25, drìṅ 33 Tabl.; — formes proclitiques: dèrèi F 53, ‑éi Vd 31, ‑è F 51, ‑é 32, 55, ‑in 31, 33, 45 (et ‑eïn, ‑aïn), ‑i 1, 4 Praroman, Treyvaux, dari 1 Haef.; — attesté seult au sens VI: dèri, dé‑ Vd 21‑24, 33 ALF, 90, F 16 (aussi tonique), 21, 3, 42, 43, 4 Frib., 55, 56, ‑ryè V 80, 81, 86, 88, 89, ‑ryèr 82a, 83, dari Vd 20, 24 var., ‑ryé V 87, d(ə)rīə B 32, drī 20, 33 Gill.; — fém. (sens VI) dèrirə, ‑(e), ‑rae‑, rart dé‑, d‑ Vd 12‑14, 16, 31, 35, 36, 41, 61, 64, 66, Br. (‑a), Dum. (et ‑a), Cont., V 12 Planchamp (‑a), V Ba., N 13, ‑rā‑ Vd 32, 35 var., 69, V 18, ‑r‑ F 51, ‑réi‑ Vd 31 (proclitique), ‑rḕ‑, ‑r‑ 15a, 1 Ormont‑Dessous Hasselrot, 82, 86, F 1 Gruy. ill. IV‑V (postposé), N 21, 2 Fleur., ‑ré‑ Vd 70, N 22, ‑rin‑ Vd 51, 54, ‑rī‑ (et ‑ì, ‑i, dë‑, də‑ V) 21‑23, 43, V 36, 51, 60, 74, 74a, 75, G 10, 11a, F 1, 30, 31, 42, 4 Treyvaux, ‑rīər N 52, B 10, 50, ‑ryèrì V 80, 82a, 86, 89, darair(ə), ‑e, ‑rae‑ Vd 13 Ja., V 35, 42, 46, 47, 50a, ‑rā‑ Vd 15, ‑rèi‑, ‑rei‑ V 43, 50, N 20, ‑rḕ‑ V 22a, N 20 var., ‑ré‑ V 30, ‑rī‑ Vd 20, V 32, G 17, 18 (et ‑o), 20, N 31, drīər B 21, 22, 4, 50 var., 53, 54, 6, drìr 35 ALF. Anc. derreir F 1413, 1433, ‑ey Vd 3 1573, F 1476, 1699, der(r)er vers 1230, 1406, B 1478, derrers 1326, deré F 1478, 1487/88, derrar 1423‑1465, ‑az, ‑as, der(r)a 1386‑1555, N 1348, der(r)ier(s) Vd 6 1648, 1651, V vers 1350, G XVIe s., F 1363‑1540, N vers 1280‑1703, B 1332‑1707, denrier F 1500, derrie(z), ‑es Vd 3 1523, N 1350, B 1293, 1456, 1463, dar(r)ier N 1377, 1406, B 1388, darrie 1463; fém. derery F 1412, derrere(z) Vd 7 1406, F 1412, derrire Vd 7 1462, ‑iere G 1527, F 1420, N 1338, 1523, B 3 1637; patois derre Vd 33 vers 1520, derrai Vd XVIIIe s. Craizu, derin 1791, derie B 4 XVIIIe s. Paniers, derez 31 1740. Fr. derra Vd 3 Laus. (t. de jeu sous VI, 1o), dari N 3‑4 Pier. (sens V, 2o). Cf. n. de l. sous I, III, V, VI. — Tabl. 426 rem.; Urtel, Neuch. 14; Dietrich, mat. ms.; Pier. 169; ALF 39, 75, 372, 391, 392, 419 (qques formes divergentes); ALFC 20, 206 lég. (id.).

Sommaire:

I.

Prép. Derrière, au‑delà de.

II.

Adv. Derrière, au dos, du côté opposé à l’avant.

III.

Détermine un subst. Qui se trouve en arrière, postérieur.

IV.

Loc. adj. De dèri, qui se trouve en arrière, postérieur.

V.

S. m. 1o Arrière, partie postérieure, fond.

2o

Partie postérieure du corps.

3o

Fin d’une saison.

VI.

Adj. Dernier: 1o Qui vient après tous les autres dans le temps.

2o

Spécialt. Dernier‑né, cadet.

3o

En parlant de la mort, des fins dernières de l’homme.

4o

Qui est situé à l’extrémité dans l’espace.

5o

Qui vient après tous les autres dans une série, un classement.

6o

Le plus bas, le pire.

7o

Le plus récent, le plus proche du moment présent.

VII.

Composés: prép. + dèri.

1.

a dèri.

2.

au derrier.

3.

di [dès] dèri.

4.

dvè [devers] dèri.

5.

in dèri.

6.

pèr dèri.

VIII.

Composés: dèri + subst. ou vb.

1.

dèr gou, arrière‑goût.

2.

dèri tin, automne.

3.

dèr trèïn, arrière‑train.

4.

dari va, dernière qualité.

5.

dër èi vtsə, dernier berger.

I. Prép. Derrière, au dos de, au‑delà de (Vd‑B; anc.). «Tochant lo pra de l’espetaul qu’est derras le prumier estans [étang] din l’ancyanna ville» (F 1392. Rec. dipl. V, 85). «Estant ledit curtil hors des murailles dudit Neufchastel derrier la Tor Megesein» (N 1506. Guillaume et Borel, Hist. soc. tir, 9). «Stu compagnon, qu’étai catzi derrai dai brenté | S’avança to d’on cou», ce gaillard, qui était caché d. des brantes, s’avança tout à coup (Vd XVIIIe s. Craizu. Vox Rom. VIII, 127‑128). Cho·è chə kats dar è nyóə, le soleil se cache d. les nuages (V Nend. Schüle, 2). Ly è r k’on fchè on martchi chin kə chi fournḕ dḕri ouna kartta, il est rare de conclure un marché sans que celui‑ci se termine par un verre de vin (F Crés. Tobi, Mèhlyon, 61). Drḗ mountaïn, au‑delà des montagnes (B Vauff.). I tchan dérè vla, aux champs d. le village (N Couvet). Chë dëri‑y‑ëlīzə, ceux qui habitent d. l’église (V Isér.). Drin la boutka (Vd Chenit, var. B Mett.), driə l mègèzïn (B Pleigne), dans l’arrière‑boutique; cf. V, 1o 3. S’a driə tchiə no, c’est d. chez nous (B Charm.). Tənyae ouna pitta boutka dréïn tché lou rəsèvyao, il tenait une petite boutique d. la maison du receveur d’impôts (Vd Chenit. Bull. Gl. VI, 22). Darèi mèizon, d. la maison (V Liddes). Dèriə l’ótā, id. (B Noirmont, var. Aj. Bié.). Substantivé: lə driə l’ótā, l’arrière‑cour (B Épauv., Charm.). Darè la brna [cheminée], réduit où l’on met des objets usés (V Maréc.). Substantivé: lo dèrai lé [les] brné, les combles (Vd Étiv.). Darī l fonè [fourneau], entre le poêle et la paroi (N Mont.; var. Vd spor., V et B passim; s. m. à B Charm.). Loc. I mè si tənœ tò lə dzòr dèrai lə fòrné, j’ai gardé la chambre toute la journée (Vd Leys.). È tdìyon [tout du long] darai ò fòrné, il ne sort pas de chez lui, soit par paresse soit par suite de maladie ou de vieillesse (V Châble). ‖ Précédé d’une autre prép.: «Le char H. C. cherroa deux jours des pierres de derrier le chestel pour ledit masonnement» (B Porr. 1492. Rev. jur. 1951, 83). Du [dès] dèri l’adzə, i vèyè la tsandla dou plyo, de d. la haie, il voyait la lumière de la chambre de ménage (F Treyvaux. Novi botyè, 43). L è chyḕ du [dès] dri la grandzə, il est sorti de d. la grange (F Roche). Autre ex. sous dèpèy 3o. ‖ Précédé d’un adv.: Pachin əj oun ina [en haut] dəri Prābèi, ə əj oun amou [cf. amont I, 1o] la, passons les uns par d. Prabé, et les autres par ici (V Sav. A. tr. p. XXV, 33). Kan chon ita outrə dəri a tsapa, quand ils arrivèrent au‑delà de la chapelle (ib.). O t’i y ika chi m·ndo ba dəri a barka, j’ai vu cet homme se glisser d. la maison (V Nend. Sch.). ro drī [droit] dri tè, j’étais juste d. toi (F Roche). ‖ A la suite de (spor.). Alā dèrae lə vā [cercueil], suivre l’enterrement (V Vouv.). Y ālō drè driə lu, j’allais immédiatement d. lui (B Mett.). La mijèrə kə lo tsəknyé | Lo rin kapò dèrai ché bnyé, la misère qui le tracasse le rend triste d. son bétail (Vd Étiv.). È tchintoul driə sè tchèruə, il chantonne d. sa charrue (B Épauv.). Autre ex. sous cheville 3o 1. ‖ «Estre derrar les ovrei», surveiller les ouvriers (F 1423. Comptes Trés. 41. AC). Loc. et prov. Va véi vērə dèréi la méizon sə léi su! va donc voir d. la maison si j’y suis! dit‑on pour se moquer de qqn ou pour amuser un enfant (Vd Blon.). Li fayi onkòr on vro po tini konpanyi a ti hou kə l avi dza invyī avó dḕri cha gravta chi dza, il lui fallait encore un verre pour tenir compagnie à tous ceux qu’il avait déjà «envoyés derrière sa cravate» ce jour‑là (F Roche. Alm. cathol. SR, 1955, 51). È·n bòtay [bouteille] də drḗ lé faché·n [fagots] (B Plagne). Du vin di [dès] dèrai lə fasnè (Vd Leys.). Avai diz idéyə dèrai la tta, dèrai lə bounè, avoir des idées d. la tête (Vd Roche). Avai kkè tsja darai la pé [peau] dœu fron, id. (V Maréc.). Dèz idéyə d darei la tita, des idées de d. la tête (N Noir.). Lèz idyè dè dèrai lo kòtson [nuque], id. (Vd Penth.). L a kyè [qch.] drin la tita, il a une idée d. la tête (Vd Sent., var. F Roche).  īrə pā èijya dè dëvënā sè·n kyë  avèi dëri è krnë, il n’était pas facile de deviner ce qu’il avait d. la tête (V Isér.). Dè ləz idyè di [dès] dèrai la tta (Vd Leys.). Sin l è a pena èsi darae lèz orèyə é sin fi lo maleïn! c’est à peine sec d. les oreilles et ça fait le malin! (V Ardon). Dèvəsḕ trè mó din sa tsəmizə è avḕ la pudzə dèrḕ l’òròlyə, il devait être mal à son aise et se sentir visé, litt. avoir la puce d. l’oreille (Vd Rovr.). Métr a kókon lə pudzo dèréi l’òrlyè, mettre à qqn le pouce d. l’oreille, lui imposer son autorité (Vd Blon.). Fó sòvin métrə la vèrgònyə dèréi la prta, il faut souvent mettre la vergogne d. la porte, surmonter sa timidité (ib.). Lə mòrḥly ly e deri l’itsə, l’hameçon est d. l’amorce, il y a anguille sous roche (F. Gru.). D mə s mary dari l’égliz, je me suis marié d. l’église, je vis en concubinage (G Bern.); autre ex. sous église 1o loc. Avai dè chan darai li onlyə, avoir du sang d. les ongles, être robuste, énergique (V Maréc.); autre ex. sous coude 1o. Y in·n a bin mé [bien plus] dè dzò darai li bèkə, il y a encore des jours d. les montagnes, on a assez de temps (V Maréc.). Ly a bin mé dè dza dḕri lə Molèjon, même sens (F Roche). In sbrè onkò dè dzò darai Mon Bron (ou darai ò Katonyə)! il y en a encore des jours d. Mont Brun, d. le Catogne! même sens (V Châble); suivant la saison, le soleil se couche derrière l’une ou l’autre de ces montagnes. Autres ex. sous août 1, buisson 1o, carte 3o, chapelle 1o, dent 1, 4o (Gl. V, 330 b et 331 a), école 1o 1. Noms de lieux (choix). Derrière la Pierre Vd Ormont‑Dessous: dèrai la pyra də mèlé, nom collectif des propriétés situées au nord, à l’est et à l’ouest de la Pierre du Moëllé (cf. CN 1265); Derrière Bourg, quartier de Vd Laus., Retroburgum 1375, «un jardin dernier Bourg» 1743: dèrḕ bò; Derrière la Côte Vd Chenit (CN 1221): dèrin la kta (ou kouta), bâtiments, prés, pâturages; Derrey le Motty Vd Vulliens: dèrḕ l mòti Mr., dèrā lou mòti corr., champs derrière l’église; Dernier le Lac Vd Yverdon: dèrḕ ló lé, anc. grèves, auj. Place d’Armes et gare; Derrey Bon Masson Vd Sassel (à rectifier sous bois 10o), es Bois Masson, en Bouz Masson 1696: dèrāe bon mason, champs; dəri ā [cf. son «sommet»] knba V Isér., forêt; Derrière le Revers V Ors.‑Praz‑de‑F. (cf. CN 1345): darḕ lò rəvè, hameau, champs, jardins; Daraivais ou Derrière le Village V Bagnes‑Sarreyer: utr darḕ vḕ [cf. ville] ou darḕ ò vè·dzo, prés et jardins à l’ouest du village; Derrière le Villard V Hte‑Nend. 1859, 1868, Retro Villaricum, — loz Villard 1592, Dernier le Villard 1800, — l’Auvillard 1822; Deriere la Crettaz V Miège, Derri la Créttaz 1863, 1878: dèri la krta (ou krta), champs au sud de Crettaz (cf. Tagmann, Miège, 12, 62); Derrey Villaz F Domp.: dèrḕ vla, champs au nord du village; Derrière les Haies N Brév. (CN 1163): dari léz djé, bâtiments, jardin, prés, pâturages; Derrière Pertuis N Chézard‑St‑Martin (CN 1144), Dernier Pertuy 1595, bâtiments, jardin, prés; Derrière le Château N Cress. (CN 1145): dèri l tchati, vignes; Derrière Ville N Land.: dèrīə vl, quartier extérieur, jardins, prés, vignes; Derrière chez Lombard ib., Derrier — 1780: dèrīə tchīə lonbār, vignes, prés; Derrière l’Envers N Lign. et Enges (CN 1145), Retro l’Envers vers 1330, Derrier — 1624, Dernier — 1769: dèriə l’èvḕr (pat. de Lign.), — l’invḗr (pat. d’Enges); Derrière le Vernet N Corn., Dernier — 1672, Derrier — 1721, champs; Derrière le Buisson B Belprahon: dri l bótcha, champs; Derrier chez Bourquin B Moutier 1662; Derie le Motie B Vicques, Fin derrier le Motier 1767: drīə l mótīə, champs. Cf. curial 2o 5.

II. Adv. Derrière, au dos, du côté opposé à l’avant (Vd‑B; anc.). «Les apertenances dou chesaul devant et derier» (N vers 1280. Matile, 178). «Sa maison et la tour derrier assize en la riviere devers l’alle» (G 1527. Balard, Journal, 103). Oun véi ḕ dəri, on voit l’air d., dit‑on en parlant d’une personne ou d’un objet qui se découpe en silhouette sur le fond du ciel (V Nend. Schüle, 1). Résta dèriə, rester en arrière (B Nods). Lèz abi a pan blyon mèlyaou fason [donnent meilleure façon] kè ḥlyaoukə kə nə son pa fundu dèrai, les habits à pans sont plus élégants que ceux qui ne sont pas fendus d. (Vd Penth.). Pró dè dra óou grəni | Chò·n dètrachya dərì, ils ont plein d’habits au grenier, mais ils ont des trous d. (V Évol. Lautbibl. 68, 10). Les capucins «vont à pî dè tsau dein dâi charguès que n’ont pemin dè cartâi derrâi», vont nu‑pieds dans des savates qui n’ont plus de quartier d., c.‑à‑d. des sandales (Vd Cont. 1878, 40). Èi fó ónkòr étatché ón sa déri pòr dré kyḕ kòkon róbatsan pa, il faut leur attacher (aux poules) un sac au d. pour que les œufs ne dégringolent pas (V Isér.). Enfant tòt ék [cf. ékré 3o] dari, dont le d. est enflammé (N Brév.). Nòj in lòyī lə dèvan, nò nò tinyin dèrḕ, nous avons loué le devant de notre maison, nous habitons d. (F Vill.‑s.‑M.). Yə pè derā, il fauche en levant la pointe de la faux, litt. il taille d. (Vd Sottens). Nò pachin chouk è pè ba dèri, nous montons plus haut et puis nous descendons d. le sommet (V Grône. Lautbibl. 71, 5). Autre ex. sous charrue 1o (Gl. III, 401 b fin). Précédé d’un autre adv.: Dri dèrḕ, immédiatement d. (F Vill.‑s.‑M.). ‖ En arrière, dans le sens opposé à l’avant (spor.). «Si par avanture y alloit de noz bœufz... luy ne ses serviteurs ne les doibvent pas battre... mesme aussy ne les envoyer derrier» (B Nods 1628. S. jur. Ém. 1926, 243). Avéktchyè dèri, regarder en arrière (V Haud.). Kan l a·on ënradzə avéi kākoun, l a·on pa pirə dé défasóna oun mndo: vəry·on a tita outrə dəri, quand les fées étaient fâchées contre qqn, elles n’hésitaient pas à défigurer une personne: elles lui tournaient la tête en arrière (V Sav. Z. f. rom. Phil. XLVI, 650). ‖ A la suite: Bòtòyon è cha fna alvan dḕrḕ kəmin ch’chan chèvu on·n intḕrèmin, B. et sa femme allaient d. comme s’ils suivaient un enterrement (F Roche. Alm. cathol. SR, 1944, 44). ‖ Au sud‑ouest, par oppos. à devant «au nord‑est» (Vd Bière). Loc. et prov. Métr drḗ (B Plagne), botḕ driə (B Charm.), mettre en gage: al a māə sa mṓtr drḗ, il a mis sa montre en gage (B Plagne). Fudri avḕ lej ye deri, il faudrait avoir les yeux d., faire attention à tout (F Gru., var. V Isér.). Baly darai, presser, en parlant du travail (V Châble). Avé lò jblo dèri, avoir le trac, litt. avoir le diable d. (V Haud.). Tè mëndzèrè·n a mrda dëri, së dëvënə [cf. dèvən]! ils te mangeront peut‑être la merde au d.! dit‑on à un enfant qui a peur de sortir la nuit (V Isér.). Lə pro garson sa pā sin kə i pindulè darei, le pauvre garçon ne sait pas ce qui lui pend au nez (V Trient). Tsè··ndè pórtə īvyért èi bëzatsə: sè y o ā pā dèvan, y o ā dëri, Noël apporte l’hiver dans ses besaces: s’il ne l’a pas devant, il l’a d. (V Isér.). Pasā darai, mourir (V Lourt.): è dan lò ka dè pasā darai, il est en danger de mort. Pasā darai, disparaître, passer avec le temps (V Châble, var. Leytr.). Lə mó du dèvan [mal du devant] yai pasèrè pr darai, l’envie des femmes lui passera bien une fois (V Leytr.).

III. Détermine un subst. Qui se trouve en arrière, postérieur (Vd‑B; anc.); cf. IV. «La partie derrey d’ung escussel de heyraud» (F 1476. Arch. Soc. hist. Frib. V, 299). Lo kartai è la maiti [moitié] dèrai daou sola, le quartier est la partie postérieure du soulier (Vd Penth.). Metya darai, partie postérieure du pis (V Lourt.). Kartai darai, id. (V Châble). Pīə drèi, pieds de d. (B Orvin; var. spor. Vd, V, F, B). Loc. L an d’ardzin tan ky’i pya dəri, ils ont de l’argent à foison, litt. jusqu’aux pieds de d. (V Sav.). Tchinb dəriə, membres postérieurs (B Vermes, var. F Roche). Pytè dḕrḕ, id. (F Roche, var. Vd Cont.). Krpyè dèr, id. (F Gr.‑de‑V.). Trò dèrā, arrière‑train d’un animal (Vd Oron; var. F Roche, B Charm.); cf. trò. Trin dari, id. (N Brév., var. F Roche). Bré dèrī, partie supérieure du bras (V Miège); cf. V, 1o 11. Karti dèri, quartier postérieur d’un animal de boucherie (V Miège; var. Vd Étiv., Vulliens, V Grône, F passim). Lè dou karti dèr pzon mé tyè lè dou dèvan, les deux quartiers postérieurs pèsent plus que les deux quartiers antérieurs (F Gr.‑de‑V.). Tsanbta dèr, jambon de d. (F Gr.‑de‑V., var. Roche). Marti [marteau] derā, molaire (Vd Sottens). Pèrti dèri, anus (V Évol.). Bógan dëri, id. (V Isér.). ‖ Trin dèrai, arrière‑train d’un char (Vd Pailly; var. V passim, F‑B spor.); cf. ci‑dessous IV et train. Brda dèrḕ, id. (F Montb.; var. Vd spor., F passim); cf. bride 4o. Montur dèrī, id. (B Bure ALFC 206 lég.). «Item lui a encor ledit laisant presté un chair derrier pendant lesdites annees» (B Moutier 1637. Reg. not. 1092, 59. AAEB); cf. char 4o. «Ledit F. a déclaré qu’il trouva au bout derrier du chariot un fossoir qui avoit la marque dudit F.» (Vd Dompierre 1651. Consist. Bda 47/1, 44. AC); cf. bout 5o 1 et synon. sous èkmòsr. Brəchlè drḕ, pièces de bois recourbées qui relient l’arrière‑train du char à la flèche (F Roche); cf. brəsla 1o 1. Ban dəvan, ban dəri, noms des deux traverses de bois placées sur le corps des essieux et qui supportent les ridelles (V Lens Egloff, var. F Roche); synon. bants 1o 4. Bré [bras] dəvan, bré dəri, noms des deux pièces servant à maintenir l’écartement des ridelles, à l’avant et à l’arrière du char (V Lens); cf. bras 8o 4, char fig. 1 f. ‖ Py dəriə, chambre située à l’arrière de la maison (B Vicques; var. spor. Vd, V, F); cf. chambre 2o (Gl. IV, 281 a). «Le setor [cave, cf. fèrt] derrey du puerchoz [corridor, cf. porche]» (F Vuippens 1699. Reg. not. 2998, 34. AC). Prta dèrḕ, porte de d. (Vd Rovr.; var. Vd Chav.‑M., V et F spor.; anc. patois B Saic. 1740). Rin de prta darè, pas de porte de d., dit‑on d’une personne sincère, qui ne cache rien (F Grandv.). Aou nèvó dèrin, on·n abritvè lè tsḕ è lè ldzè, sous l’auvent à l’arrière de la maison, on abritait les chars et les traîneaux (Vd Chenit). Boutka dèrai, arrière‑boutique (Vd Pailly). «Le tielaire a couvert deux jours sus le toy de l’escole, sus le pan derrier» (B 1494. Rev. jur. 1951, 90). Pan dèrā, pan du toit exposé au couchant (F Joux). ‖ Pan dəi, pan postérieur d’une chemise (V Hérém., var. St‑Luc). Pantè dèré, id. (Vd Vaul.; var. V Trient, Lourt., F Grandv., B Corban). Kartyī dèrḕ, id. (F Joux). Katsta [poche] dèr, pan de l’ancien habit à pans (Vd Vaug.). Mre dèri, planche de hausse d’un fusil (V Évol.). Manta dèré, celle des deux poignées de la faux qu’on tient de la main gauche (Vd Vaul.). Palaṅts dəri, ensouple (V Évol. Schmolke‑Mellwig, 117). Pan darè, point arrière, t. de couture (N Cern.‑Péq.); cf. VII, comp. 5, 2o. Vatsər darai, deuxième berger, à l’alpage (V Cham. Luchsinger, Aelplerfamilie, 285); synon. sous VI, 5o; VIII, comp. 5. Payi dèrai (Vd Blon.) et var., arrière‑pays, par oppos. au lac Léman (Vd Blon.), au lac de Neuch. (Vd Rovr.), à la vallée de la Broye (Vd Sottens, Oron, Sassel). Payi dèrḕ, Jura (F Vill.‑s.‑M.). Autres ex. sous bòr encycl., cou 1, 3o, cuisse 1o, cul 1, 2o 9. ‖ Détermine un pron.: La prta dèvan è ha drḕ, la porte de devant et celle de d. (F Roche). lòdjmò dvan è pu bḗ kə su drḗ, le logement de devant est plus beau que celui de d. (B Plagne). ‖ Avec accord au fém.: Sé douə dèrər, ces deux choses qui se trouvent d. moi (B Bois). Noms de lieux (choix). Le Clos Dernier Vd Orm.: ou dèrai, logement, grange, étable; Quartiers Derniers Vd Roug.: i kartyi dèrae, bâtiments, prés, bois; au Bas Derray Vd Montreux‑Châtelard: ou b dèr, alpage; Combe Derrière Vd Arz. (CN 1241): la knba dèri, bois, prés; Pré Derrière Vd Chenit (CN 1221): lou prā drin, — dèrén, pâturage; le Pré Dernier Vd Isle‑La Coudre, es Praz Derrey 1779: ao prā dèrāè; Chalet Dernier Vd Praz (CN 1202), le Chalet Derrey 1757: ao tsalè dèrā, alpage, pré, bois; le Bourg Dernier V Vouv., — Derrey XVIIIe s., «au Bourg Dernier, derrière chez Veudai» 1807:  bór dèraè, quartier nord du village; Forêt Derrière V Champ.: in la dz dèrā; Prodaray V Mart.‑Combe: in pró darèi, — daré, pâturage; Le Ban Darray V Ors. (CN 1365): œ ban darāi; Plans Darreys V Bourg‑St‑P. (CN 1345): i plan darḕ; «medietatem unius petiae caenandae [cf. sénnda] sitae in Prati Derryr» V Évol. 1644; in la zó [forêt] dəri V Viss.; les Prés Derrière G Presinges: é prò dāri; Fenils Derreys F Lessoc: lé féni dèrḕ, — dar, bois, alpage; la Fin Derrey F Courn.: a la fin dèrā, champ, pré; Champs Derreys F Bas‑Vully: lé tsan dèrè; les Prés Dernier N C.‑aux‑F.: lè prḗ dèrḗ; la Combe des Ris N Boveresse, Combe Uldry Sgf. 280, Combe Jeannin CN 1163: avā [aval] konb dəri, bois; Martel Dernier N Ponts: a maté dari, bâtiments, prés; Champs Derrière N Enges (Sgf. 136), fr. rég. Champs Dernier: u ou é tchin dèriə, champs, bois; Champs Derrier B Lamb.: tchan dḕriə; Pâturage Derrière B Corcelles (CN 1107): ā tchinpa drī; Prés Derrière B Bois (CN 1124), — Derrier début XIXe s.: lé prḕ dèriə, bâtiments, prés, forêt.

IV. Loc. adj. De dèrai et var., qui se trouve en arrière, postérieur (Vd‑B); cf. III. Pya d dḕri, pieds de d. d’un animal (G Herm., var. SR passim). Tchnbe də dari, jambes de d., membres postérieurs (N Brév., var. Vd Penth.). Trun dè dèrai, arrière‑train d’un animal (Vd Penth., var. Leys.); synon. sous ḕ. Katī də darī, quartier postérieur d’un animal de boucherie (N Planch.; var. Vd Orm., V passim, G Bern.). Bòkon [morceau] dè dèrai, id. (Vd Orm.). N’in adzətó on kartei dè darei dè la vatsə a Félisyin, nous avons acheté un quartier de d. de la vache de F. (V Trient). Lə karti də dari s v tòẓò dplyə kə sé də dvan, le quartier de d. se vend toujours plus cher que celui de devant (G Bern.). Lou bòkon dè dèrai an la mèao tsḕr, la meilleure viande est celle des quartiers postérieurs (Vd Orm.). Kartā dè dèrā, chacune des deux parties postérieures du pis de la vache (Vd Corsier, var. Leys.). Lou kartai dè dèrai son chòv pṣə fòr kyè ṣòœ dè dèvan, la moitié postérieure du pis donne souvent plus de lait que la moitié antérieure (Vd Leys.). Din de dèrai, molaire (Vd Villen.); cf. dent 1, 1o (Gl. V, 326 b). ‖ Tr də dari, arrière‑train d’un char (G Bern.; var. Vd et Bas‑V passim, V Mase, G spor., N Noir., B nord spor.); cf. ex. sous cuvet 2, 1o, train. Brda dè dèra, id. (Vd Corsier, Vulliens, Sassel, Const.); cf. bride 4o. Montur də driə, id. (B Sépr., Aj. Va.). Cf. synon. sous char 4o. Fortchat də driə, pièce de bois fourchue qui relie l’arrière‑train du char à la flèche (B Aj. Va.); fig. dans Va. 218 et ALFC 207. Brè də drī, chacun des embranchements de la «fourchette» (B St‑Ursanne ALFC, var. Aj. Va.). Ruə də drīə, roue arrière d’un véhicule (B Courchap.). Bté dé dèrā, animaux de queue, dans un attelage (Vd Oron, var. B Plagne). ‖ Plou dé dèrā, chambre située à l’arrière de la maison (Vd Oron). Tchinbr də driə, id. (B Mett.). Prta dè darei, porte de d. (V Sembr., var. Vd‑V spor.). Fig. Prta dé dèrai, anus (Vd Blon.). Pan də driə, pan postérieur d’un toit (B Sépr.), d’une chemise (B Dev.). È fā kə l pan də drīə fœch pu lon kə stu də dvin, il faut que le pan de d. soit plus long que celui de devant (B Dev.). Ranv d dèriə, nom des quilles qui se trouvent au milieu des côtés du carré les plus éloignés du joueur (B Bois Tp.); cf. renvoi. Lḗ gréy di mètan [milieu] dḗ san [cf. sens «côté»] də driə, id. (B Fches‑M. Surdez. A. tr. p. XLV, 210); on les appelle aussi lə mètan gātch [gauche] də driə et lə mètan drè də driə; cf. VI, 4o. Pon d dəriə, moitié de droite du «pont» du jeu de quilles (ib.); synon. sous V, 1o 9. Autres ex. sous charret 1, 4o 4, colonnette 3o 2.

V. S. m. 1o Arrière, partie postérieure, fond (SR spor.). ə va radā a tsyra sò [sur le] darai du trin, il va regarder la chèvre attachée à l’arrière du train (V Lourt.). Y ḕ tro tchèrdjiə tchu [dessus] l dəriə, j’ai trop chargé l’arrière du char (B Pleigne). Prov. Fó tsardzy i tsarè su ò dyan, i laidzə su ò darai ë i fèmāè u maitin, il faut charger les chars sur le devant, les luges sur l’arrière et les femmes au milieu (V Châble Cas.). Jeu de mots avec le sens V, 2o 2: A la viẓ damuzla de katryém, bət ktye karon su lə dara kə fəmve, chez la vieille demoiselle du quatrième étage, remis qques briques au fond du poêle qui fumait, dans la facture d’un ramoneur (Vd Pan. Hasselrot, Ollon, 177). ‖ Spécialt. 1. Partie de la maison opposée à la façade principale (Vd‑F spor.; anc. G); côté nord de la maison (F Ch.‑St‑D.). «Une aultre chambre sus le derrier» (G 1535. Pièces hist. 1116, fo 29 ro. AC). Chè tnyon chu lə drḕ də la méjon, ils habitent à l’arrière de la maison (F Roche). Drəməséi su lə dèrāi, il dormait «sur le derrière» de la maison (Vd Blon.). 2. L dèriə d l’étāl, le fond de l’étable, partie opposée à la porte (B Bois, var. F Vill.‑s.‑M.). Loc. Avè aprè la pòlitèsə ou dèrè d’on·n éṣrblyo, avoir appris la politesse au fond d’une étable, être impoli (F Grandv.). 3. Arrière‑boutique (Vd Chenit, Const., B Prêles, Mett.); cf. I. Lou drin də la boutka rè on rədi yó on tənyai l’lou, lou vin, lou vəngrou, l’arrière‑boutique était un réduit où l’on tenait l’huile, le vin, le vinaigre (Vd Chenit). Chu l driə, dans l’arrière‑boutique (B Mett.). Él a d la martchindy tsi [dessus] l dèriə də sa btik, il a de la marchandise dans son arrière‑boutique (B Prêles). 4. Arrière‑train du char (spor. Vd, V, F, B). I dəri dou tsaré (V Sav.). Y ḕ prèdju əl dəriə d mon tché, j’ai perdu l’arrière‑train de mon char (B Pleigne). 5. Lou dèrin daou bató, l’arrière du bateau, la poupe (Vd Chenit; var. Vd Vaug., V Bouveret, G Herm., B Plagne). 6. Dos de livre (F Gr.‑de‑V., Domp.). Lə dèr dè mon lvrou l è in kè, le dos de mon livre est en cuir (F Gr.‑de‑V.). 7. Dossier de chaise (Vd Leys., V‑F passim). Lə dèrḕ dè l’èchkabi [cf. escabeau] (F Montb.). Comparaison. Mgro kman n dèri d sla, maigre comme un dossier de chaise (G Herm.). 8. Fond d’un meuble (B Bois). 9. Moitié de droite du pont du jeu de quilles (B Fches‑M. Surdez. A. tr. p. XLV, 210); synon. sous IV fin. 10. Se dit des grains qui se trouvent non sous les épis mais sous les tiges lorsqu’on bat le blé (V Maréc.). 11. Lə dèrī du tr [cf. treuil], moût provenant de la dernière pressée et qui contient le plus de tanin; litt. le d. du pressoir (N Boudry). 12. Driə di brè, partie supérieure du bras (B Épauv.). 13. Darī d la tta, d. de la tête, occiput (N Planch.; var. spor. Vd, V, F, B). Lo dèrai dè la tta grdè sè chəv aprè lo dèsu, les cheveux restent plus longtemps sur l’occiput que sur le sommet de la tête (Vd Penth.). Tə mè tondri b chu lə dèr dè la tṣa, ma p asə dévan, tu me couperas les cheveux court sur l’occiput, mais pas autant devant (F Gr.‑de‑V.). 14. Driə di kō [cou], nuque (B Mett.). 15. Dri dou k, fond de la gorge (F Roche; var. N Planch., B Bois); cf. cou 1, 3o. 16. Lə dèr dou pr, le fond, la partie la plus reculée du pré (F Roche). Lo derai de l’Eṣ·a, la partie supérieure de la vallée de l’Étivaz (Vd Étiv.). Noms de lieux. Derrayes Vd Reverolle (Sgf. 435), vignes, prés; les Derreys, les Derrays V Salvan‑Granges: é darḕ, forêts, rochers; i [aux] darḕ V Conth.‑Place, quartier du village touchant à la Morge; les Derrey F Rossens: òou dèr, bâtiments, jardins, champs.

2o Partie postérieure du corps: 1. Par oppos. à devant: dos de l’homme; arrière‑train des animaux (SR spor.). S’é ·n rid ékərfḕ, é n’a nə dvin nə dèriə, c’est une personne très maigre, elle n’a ni devant ni d. (B Prêles); cf. ékərf. Si bā l a lə dèr bin méyā tyè lə dévan, ce bœuf a l’arrière‑train bien mieux fait que l’avant‑train (F Gr.‑de‑V.). ‖ Loc. et prov. Vəri lə dèrḕ, tourner le dos à qqn (F Charm.; var. Vd Penth., V Trient); synon. sous cul 1, 3o 1. D dèva·n dè la drla, d dèrī d mlèt, t’aprsyé pā, du devant de la femme, du d. du mulet, ne t’approche pas (V Grim.; var. V Isér., F Roche, Gr.‑de‑V.). Kan i polèt tsantə o né, i pódə èi tsantə œu dëri, quand le coq chante la nuit, la pluie lui chante au d., est imminente (V Isér.). Kan i dza·āyə  è bantsə, i pódə èi tsantə œu dëri, quand la gelée est blanche, la pluie lui chante au d. (ib.). S’i pódə vën·n an Sin Bèrtoulami, so èi œu dëri, si la pluie vient à la St‑Barthélemy, souffle‑lui au d. (ib.); cf. Barthélemy 1o. ‖ Dos d’un vêtement (Vd Ross., Étiv.), spécialt d’une chemise (V Liddes). Lo darai l è tra étrai, le dos de la chemise est trop étroit (V Liddes). 2. Derrière, cul (Vd‑B; anc.); t. considéré comme moins grossier que cul ou employé en parlant aux enfants. «Quant elles estoyent en la secte [sabbat], ils [sic] besoyent le diable par le derrier en signe d’omaige» (F 1540. Livre noir, V. AC). «Ayant... répondu au serviteur de Messieurs sur un commandement à lui fait d’aller à la corvée, il le devait baiser au derrier s(auf) h(onneur)» (B Delémont 1647. A. Rais). «Quand M. le Lieutenant B. lui demanda son âge, il répondit... qu’il était si vieux que s(auf) v(énération) son derrier» (ib. 1707). «Yére tchairgie de nouçat, de robe et de pennier | Quïantrain dedain les bain i motret son derie», elle était si chargée de nœuds, de robes et de paniers qu’en entrant dans les bancs de l’église elle montrait son d. (B Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. VIII, 46). L a on dèrai kə paou a pn·na dun son fon dè tssè, son d. est si gros qu’il peut à peine entrer dans son pantalon (Vd Penth.). Son dèrā di san kə l é, son d. dit ce qu’il est, c’est un tailleur (F Domp.); autre ex. sous cordonnier 1o. Pta [joue] d dəri, fesse (V Nend. Sch.). Ché tchejyì dechou lo dëri, më ché fétə də mā, je suis tombée sur mon d., je me suis fait mal (V Cherm.). A baya bā [baillé bas] d dëri, il est tombé sur le d. (V Nend.). Məna o dəri, balancer les hanches en marchant (ib.). Bayé on·na bna fató u darai, donner une bonne «fouettée» au d. (V Praz‑de‑F.). El è adei su son darei, il est toujours assis, il ne fait rien (N Noir., var. B. Sépr.). Dans une chanson à danser: S’ā lə té də lè Mèriə Djan·n | Kə touə son pté driə an dinsin, c’est le tour de Marie‑Jeanne, qui tord son petit d. en dansant (B St‑Urs. Folkl. suisse, XLII, 9*). L rè tólaman mó vətu kə montrvè son dèrā, il était tellement mal vêtu qu’il montrait son d. (Vd Sassel). L è viḥya tntchyè ou drḕ, elle est habillée très court, litt. jusqu’au d. (F Roche). È n s’ā p piə p pan·nḕ lə driə, èl é anké dḗ gïngrənād, il ne s’est même pas torché le d., il a encore des restes d’excréments pendants (B Ocourt). «Gare ton dari, polisson!» (fr. rég. N Pier.). Comparaisons. On darī gr kom on frəmaẓ, un d. gros comme un fromage (G Aire‑la‑V.). T’a on dèrai kmin on·na prta də grandzə, tu as un d. comme une porte de grange (V Vionn., var. F Roche). L tan ā kman moun driə, è n’ā p tro chur, le temps est comme mon d., il n’est pas trop sûr (B Épauv.). Loc. Sə t’avé zu lə dèr dè vrou, sarè pr zu brəzi, si tu avais eu le d. en verre, il aurait sûrement été cassé (F Gr.‑de‑V.). Rnma tè,  bin t’inmndzou [emmanche] ma bta dan lə dèr! ôte‑toi de là, ou je te flanque mon soulier dans le d.! (ib.). Pèr mjur də son piə chu lə driə d kékün, prendre la mesure de son pied sur le d. de qqn (B Épauv.). La ra du dari vò sarva də ṣənṑ, la raie du d. vous sert de gouttière, dit‑on quand on est bien mouillé et que l’eau coule sur le corps (G Aire‑la‑V.). L a lou dèrā tò frindzi, il a le d. tout «frangé», dit‑on de qqn qui a la diarrhée (F Domp.); cf. franger. I m sœ yəvḕ l dəriə l prəmiə, je me suis levé du pied gauche, litt. le d. le premier (B Pleigne). Avae lo fa i darae, avoir le feu au d., ne pas tenir en place (V Ardon. Delaloye, 59; var. F Roche). I vae ḥlā, l a pa lèz ae i darae, il voit clair, il n’a pas les yeux au d. (V Ardon). L’dréi kaka mi ātə kə l a lò dəri, elle voudrait chier plus haut que son d., vivre au‑dessus de son rang (V St‑Martin, var. F Roche). Fèr è pésḕ pè son driə, injurier, litt. faire passer par son d. (B Charm.). Va tè grat lə drḕ! va au diable! (F Roche). Mon dèra! exclamation exprimant le mépris (V Champ.). Imprécation. Lò dybo t’abtchè la pḗ du dèr tsu èna pòtch! que le diable te retourne [sic? cf. abòts I, 2o] la peau du d. sur une louche! (N Couvet). Autres loc. et prov. sous choir 1o, clef 1o, couper 1, 1o. ‖ Par ext. Ouna fna kə prte tò chu chon dèrai, une femme qui porte tout sur son dos, qui dépense tout son argent pour ses vêtements (Vd Étiv.); cf. cul 1, 1o 7. ‖ Derrière d’un animal (SR spor.). Sint Antino œuvrët ò dëri dèi dzènèə, saint Antoine (17 janvier) ouvre le d. des poules, c’est alors qu’elles commencent à pondre (V Isér.). Lḗ pusïn di mè d’ó | n’in djmè lə dəriə syó [clos], les poussins du mois d’août n’ont jamais le d. fermé (B Ocourt. A. tr. p. XLVI, 11). ‖ Organes génitaux, dans les prov.: I dëri mīnə a tyta, le d. mène la tête (V Isér.). I dëri  a pā d’rma, le d. n’a pas d’âme (ib.). Cf. cul 1, 3o 2. ‖ Fond de pantalon (Vd Étiv., Penth., V Mart., N Planch., Land., B Épauv.); synon. sous cul 1, 6o 1. Loc. Riba lə dèriə d sé tchsé tsou lé ban d’ékoul, user le fond de son pantalon sur les bancs de l’école (N Land.). Montra koumun lo dèrai dè sè tssè ètai kozu, s’enfuir, litt. montrer comment le fond de son pantalon était cousu (Vd Penth.). Composé. Yḕrb ā dèriə, scrofulaire (B Bois); on lui attribue des propriétés résolutives.

3o Fin d’une saison (V Isér., Lourt.); cf. VII, comp. 1, 5o; 5, 4o 5; VIII, comp. 2. Avò sé frèi dœu dëri dœu tsótin, oun sakynë [cf. chakn 1o] módzə  an dzètā ò vé [jeté le veau], avec ce froid de la fin de l’été, bon nombre de génisses ont avorté (V Isér.). S’ò [sur le] darai d’uton, vers la fin de l’automne (V Lourt.).

VI. Adj. et subst. Dernier: 1o Qui vient après tous les autres dans le temps; après lequel il n’y a pas d’autre (Vd‑B; anc.). «Le darrier jour du moix de decembre» (N 1388. Trouillat, IV, 514). «Messions [dépenses] pour faire les vignyes: ... por la derery fosseresson et folliesson [labourage et épamprage]» (F 1412. Aeb. Chrest. frprov. 123). La dèrirə dəmindzə dè nòvanbrə, le d. dimanche de novembre (F Treyvaux. Novi botyè, 30). Dou proumyèr ou dèryèr zòr dè l’an, du premier au d. jour de l’année (V Rand.). Y ava onkṑ rə d’asə gé kə lə dari ẓr, kant on mètīv lə bòkè [cf. bouquet 3o 4], il n’y avait rien d’aussi gai que le d. jour de la moisson, quand on mettait le «bouquet» (G Aire‑la‑V. Bull. Gl. IV, 61). Lè drī tin kə vikəchḕ, à la fin de sa vie, litt. les d. temps qu’il vivait (F Roche). Ò dëri dèiz an kyè y’vo ékva, la d. année que j’allais à l’école (V Isér.). S’ā l drīə kō k’i t lə di, c’est la d. fois que je te le dis (B St‑Br.). Vèika kómun ló dèri laou d é jou tyā a l’Éṣ·a, voilà comment le d. loup a été tué à l’Étivaz (Vd Étiv. Dial. suisses, I, 13). Dèryèr chtrous, scène finale, dans une pièce de théâtre (V Rand.). Dèrai kartī, d. quartier de la lune (N Gorg.; var. Vd‑F et B passim). U dari karti, lə [elle] dékra, au d. quartier, la lune décroît (G Aire‑la‑V.). ‖ Avec ellipse du subst. «Le derrier d’aoust» (G 1530. Balard, Journal, 283). Dè l prəmi tank u dari dū mā, depuis le premier jusqu’au d. du mois (G Bern. ALF; var. SR passim ib.). L è lè trḕ prəmī dzò è lè trḕ dèrḕ kə lò mḕ d’avri sè byè, c’est les trois premiers jours d’avril et les trois d. qu’on fait des poissons d’avril (Vd Rovr.). Lə drīə (avec ellipse de «coup»), la d. sonnerie de cloches avant un office (B St‑Br.; var. F Roche, Prez‑v.‑S., N Val., B Bois); cf. coup 5o 3. Boudjn nò,  sn·nn l driə, dépêchons‑nous, on sonne la d. fois (B Bois Tp.). «Atteindiont qu’on traisè lo pan dè la derrâire», ils attendaient qu’on sorte la d. fournée de pain (Vd Cont. 1879, 37). Mədji lè [les] dèrrè, faire brouter la d. herbe (F Vill.‑s.‑M.). ‖ Substantivé. Vòz tè pòrè adé lə dèri, vous êtes toujours le d. (N Val.). L è arouv lə fin dḕri, il est arrivé le tout d. (F Roche. Alm. cathol. SR, 1949, 78). Chu zon lou dèri pò kòl [cf. couler I, 1o], je suis arrivé le d. à la laiterie pour livrer mon lait (F Prez‑v.‑S.). C’était mon mèly ami è yon dḕ derḕ, pè chtrè, a ki vənyḕ mī a man [à qui il venait plus à main] dè dèvəzā in patḕ k’tramin [autrement], mon meilleur ami et l’un des derniers de la région qui parlaient plus volontiers le patois que le français (Vd Rovr.). «T’i tordjor lo fin premi por faire la metzance, et lo derrai quan cé [c’est] que fo faire oquié de bon», tu es toujours le tout premier pour mal faire, et le d. quand il faut faire qch. de bon (Vd Bridel, dans Conserv. suisse, VII, 1815, 417). Autre ex. sous déplumer 3o. ‖ T. de jeu. Lə dèrai su la plyèsə, le d. sur la place, variété du jeu de poursuite (Vd Sav.): «Lo derrâi que l’ètài dè coûte lo rio ie dèvessâi accrotsi lè z’autro ein lau foteint trâi coup de poeing su la rîta; lâi desâi ein mîmo teimps: pourri!.. On l’appelâve: lo derrâi su la pllièce», le d. arrivé au bord du ruisseau devait attraper les autres en leur donnant trois coups de poing sur le dos; il leur disait en même temps: pourri! On appelait ce jeu: le d. sur la place (Cont. 1906, 5). Fḗjon ou dri! jouons à la poursuite! litt. faisons au d.! (F Charm.). Tḗ lo dëri po tozò! tiens le d. pour toujours! se disent l’un à l’autre deux enfants en se touchant avant de se séparer. Le jeu cesse lorsque l’un des deux a réussi à se sauver sans se faire toucher (V Vernam.). «Derra!», crie le joueur de billes qui veut se réserver l’avantage de jouer le dernier (fr. rég. Vd Laus. F.‑X. Brodard). Dëri! van dëri! trëzymo dëri! crient successivement les joueurs de billes pour déterminer l’ordre dans lequel ils vont commencer le jeu (V Vernam.); cf. avant 2, comp. 3. Loc. et prov. I fèmè von tòdəyon ai ò darai mò, les femmes veulent toujours avoir le d. mot (V Lourt.). É v pyèdèyi djank a sa dérḕr tchmīz, il plaidera jusqu’à perdre sa d. chemise (N Couvet). I m fo d soli kman d mn driə pinta [cf. pant] ou d mè driər tchulat, je m’en fous comme de ma d. chemise, de ma d. culotte (B Bois). S’a lo driə dé bou, c’est la d. extrémité (B Charm.); cf. rétr. Prəmī a la trbya, dḕrī ou travó, premiers à table, d. au travail (F Roche. Jèvié, Sagesse pays. 52); autre ex. sous dedans II, 1o. Lə prèmyé prin, lə darai prtè in mòyònin, le premier prend, le d. part en grognant (V Praz‑de‑F.; var. Hérém. Lav. 383). «Premî vâ, premî veind | derrâi vâ adî ronneint», qui va le premier, vend le premier; le dernier va toujours grognant (Vd Sav. Cont. 1905, 20). Lé mouniə vin s konfésḕ lé driə, les meuniers vont se confesser les d. (B Va. 122). Autre ex. sous dimanche. «Le plïe [impr. pïle] bé de tuis lous nové qe vegno vos aprendre, i l’é vouardô por lo derrai», la plus jolie de toutes les nouvelles que je viens vous apprendre, je l’ai gardée pour la fin (Vd Pan. Agace, 20, 1). Cf. devinette sous chausses 2o fin. ‖ A la dèrairə, à la d. extrémité, quand on ne peut plus faire autrement (Vd Orm., Penth., Cont.; var. V Châble, F Roche). Bin dai dzun nə lai von k’a la dèrairə, bien des gens n’y vont (chez le médecin) qu’à la d. extrémité (Vd Penth.). Chbrè ou yī tantchyè a la drīrə, il reste au lit jusqu’au d. moment (F Roche). L’a in·nèv tantchyè a la drīrə, il l’a nié jusqu’au bout (ib.). La dèréirə sunè, litt. la d. sonne, la d. sonnerie se fait entendre, le moment de se décider est arrivé (Vd Blon., var. Dum.). Nom de lieu. Dernier Dîner V Vouv.:  dèrae dina, pâturage. 2o Spécialt. Dernier‑né, cadet (SR spor.). Lə dari vnu, id. (G Bern.). «Générat, vo m’âi prâi mon derrâi valet», général, vous m’avez pris mon plus jeune fils (Vd Sav. Cordey, Por la Veillâ, 16). Cha fna rè djyuchtamin lḕvi, a la bénichon vḕ lou dḕrirə fiyə, sa femme était justement absente, elle était à la «bénichon» chez leur fille cadette (F Roche. Alm. cathol. SR, 1959, 88). Lə dëri dëi maton ch’ë trova dó kré pakèt [du mauvais paquet], le cadet des garçons est devenu un mauvais sujet (V Mase). ‖ Surtout substantivt (Vd‑B passim). I Zabé  irə i dërirə dā famëə, Élisabeth était la d. de la famille (V Isér.). Tə konpran, rè la dèrrə, l’on vèṣyə, tu comprends, c’était la cadette, on l’a gâtée (F Gr.‑de‑V.). I fó vi kòm son dari sə vin bə! il faut voir comme son cadet «se vient», grandit bien! (G Aire‑la‑V.). ‖ Lə dèri frò [dehors], le dernier éclos d’une nichée d’oiseaux (F Montb.). 3o En parlant de la mort, des fins dernières de l’homme (Vd‑B; anc.). «Je fais et ordenois mon testement et ma derriere volontez» (N 1338. Matile, 455). ṣrè chur chè dèri mòmin, être près de mourir (Vd Ross.). Férə lə deri chflyo [souffle], rendre le d. soupir (F Gru.). Trīə [tirer] lə dèriə sofy, id. (N Land.). Ròdr lou dariə soupi, id. (N Cern.‑Péq., var. SR passim). Bèyīə [bailler] lo driə sōpi, id. (B Bois, Aj. Va.); voir ex. dans Folkl. suisse, XLI, 28*. Lḗ driə sakrəman, les d. sacrements (B Vermes). Férə le dèri devè, rendre les d. devoirs (F Grandv.). Lə jujm dari, le jugement d. (G Bern.; var. SR spor.). Lou darīə djudjmò, id. (N Cern.‑Péq.; var. V passim, F spor., B passim). L ind arè dë mndo ó dëri zouzëmin! il y en aura du monde au jugement d.! (V Mase). Prov. Mūri l è adī lə dḕri aférə k’on f, mourir est toujours la d. chose qu’on fait (F Roche. Jèvié, Sagesse pays. 39). Autre ex. sous coup 1o 1 (Gl. IV, 394 b); chemin 1, 3o. ‖ Substantivt dans les loc.: trè a la dèrairə, être à la d. extrémité, près de mourir (Vd Bière, var. Vd‑F spor.). Étr a sa darīr, id. (G Bern., Aire‑la‑V.). ṣrə i [aux] dèrre, id. (F Grandv., var. V Isér.). Tirīə lé [les] drīə, id. (B Vauff.; var. V Vouv., Châble, B nord spor.); à V Châble, ne se dit que d’un animal ou par plais. d’un homme. rè maldo a la drīrə, il a été malade à en mourir (F Roche). I tëryèvə è [les] dërīrə kan siṅ aróvā, il était près de mourir quand nous sommes arrivés (V Isér.). È tir lḗ driə, è vir lḗ driə, è fè sḗ driə, il a les d. convulsions, en parlant d’un animal (B Épauv.). «Helai! mon Dieu helai! I tire les derie | Yèt gèt le raincoiyat, i pait pot l’atre vie», hélas! mon Dieu, hélas! elle est à l’agonie. Elle a déjà le râle, elle part pour l’autre vie (B Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. IX, 232). Tntchyè a la drīrə, jusqu’à son d. instant (F Roche). Al ò zu sa kònyəsans jusk a la darīrə, il a gardé connaissance jusqu’à son d. instant (G Aire‑la‑V.). «Sa fenna, que tot cein avâi met à la derraire, dut modâ assebin po lo cemetiro», sa femme, que tout cela avait mis à bout de forces, dut partir aussi pour le cimetière (Vd Cont. 1901, 43).

4o Qui est situé à l’extrémité dans l’espace (SR spor.). «Pour mectre une grand fillyrez [cf. fəlirə] a la derrire travaison [poutraison]» (Vd Orbe 1462. Comptes. Ac). «L’avâi dza passâ lè derrâire carraïe dâo velâdzo», il avait déjà dépassé les d. maisons du village (Vd Sav. Cordey, Veillâ à l’ottô, 23). L’inkra y é ita chou ou dèri ban dé l’tri byéi, le curé est allé au d. banc de l’autre côté de l’église (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 409). I kaptsën l è tòrdzò i dəri dā prsəsyon, pó pa achyë pacha ó djyblo dèe·an rli, le capucin vient toujours à la fin de la procession des trépassés, pour empêcher le diable de passer devant lui (V Sav. A. tr. p. XXIV, 169). Lèz tro chḕvan pèr d, lè pyə pəti lè dèrḕ, les autres enfants suivaient deux par deux, les plus petits à la fin (Vd Rovr.). Lè chənalyrè | Van lè prəmrè | Lè ttè nrè | Van lè dèrrè, les vaches qui ont de grosses sonnailles vont les premières, les toutes noires vont les d. (F Gruy. Ranz des vaches. Gruy. ill. IV‑V, 28). Lə dri bè [cf. bec 3o], le bout de l’écheveau (F Charm.). Təri du vin d’on bòsè tank’a la dèrairə gta, tirer du vin d’un tonneau jusqu’à la d. goutte (Vd Roche). ‖ Lè drər gréy, la d. quille, celle qui est la plus éloignée du joueur (B Mett.). La dèrārə, id. (Vd Sav.; var. Vd Month., B Sépr., Fches‑M. Surdez, Charm.). La dèrairə dai duvə [des deux], nom de chacune des quilles qui se trouvent aux angles de gauche et de droite du carré, par oppos. à la prəmirə dai duvə, nom des quilles latérales qui se trouvent devant elles (Vd Sav.). Lḗ [les] drər dḗ san [cf. sens «côté»], id. (B Fches‑M. Surdez. A. tr. p. XLV, 210); on les appelle aussi lè drər d lè san gātch [gauche] et lè drər d lè san drèt. Cf. IV. Autre ex. sous char 1o loc. fig. fin. 5o Qui vient après tous les autres dans une série, un classement (SR passim; anc.). «Il faudroit que sur le premiers tiers (de l’héritage) donné le plus se prist, car le derrier doit estre franc ez prosmes [proches] sens nulle charge» (V vers 1350. MDR, XXXII, 580). «Quicunques poindra l’ung contre l’autre, pour lesd. fleurs, assavoir pour la meilleure trois cop, l’autre aprés deux, et la derriére ung, et il faille de ferir à la schibe, la fleur sera franche et démeurera aux Compaignons» (N 1523. Guillaume et Borel, Hist. soc. tir, 43). Lo darei də l’ékla, le d. de l’école (N Noir.; var. Vd‑V spor., B Sépr.). «M’a fé pliési dè vairè que y’ein a on part d’eintrè vo que sont dein lè premî dè l’écoula ... Ma y’ein a trâo dein lè dèrrâi», cela m’a fait plaisir de voir qu’une partie d’entre vous sont parmi les premiers de l’école. Mais il y en a trop parmi les d. (Vd Cont. 1888, 42). rè din lè dri a l’èkla: lə van dri, mè chnbyè, il était parmi les d. à l’école: l’avant‑dernier, me semble‑t‑il (F Roche). Lé pərmīə sèran lé dèrīə, é lé dèrīə sèran lé pərmīə, les premiers seront les d... (B Nods. Rollier, Év. Matth. XIX, 30). «E tet, Bethlem, ... te n’ai pè la derreire étre lé premîret v’lets de Djuda», et toi, Bethléem, tu n’es pas la d. parmi les premières villes de Juda (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. II, 6, dans Festschr. Tappolet, 145). Autre ex. sous candidat.Darai bardzë, second berger, à l’alpage (V Sembr.). Substantivt. Darai, berger qui occupe le troisième rang, après le maître et le maitani, et avant le jeune berger de 12‑14 ans appelé soportyu (V Bagnes). Synon. sous III; VIII, comp. 5; Luchsinger, Aelplerfamilie, 286. ron tyé lé [ils étaient tous là], mtrë, maitanai, darai ë meïnmamin soportyu (V Châble). Darè, jeune berger (V Maréc.); synon. pətyou [petit] bardjiə, bbou (cf. bbo 2o). 6o Le plus bas, le pire (SR spor.). En Prusse, «lè z’officiers lâi dussont obéï atant què lè sordâ, sein quiet [sans quoi] on lè fourrè dedein tot coumeint lo derrâi pioupiou», les officiers y doivent obéir autant que les soldats, sinon on les met aux arrêts comme le d. des troufions (Vd Cont. 1884, 51). Yna, pèrmi tan d’trè, k’avḕ maryā on bon payizan è k’a zu na vya pī tyè la dèrḕrə dḕ sèrvntè, une femme, parmi tant d’autres, qui avait épousé un gros paysan et qui a eu une vie pire que celle de la d. des servantes (Vd Rovr.). Ā‑y‑a trató kmë a darirë di fëmlë, il l’a traitée comme la d. des femmes (V Châble). S’è lə dari òm du mond, c’est le pire homme du monde (N Brév.). S’é l driə déz òm, c’est le d. des hommes, même sens (B Plagne, var. nord spor.). Lə tsaḥœ l é lə dérai mətyé apré lə lārə, le chasseur c’est le d. métier après le voleur (V Torg. Gill. Vionn. 127). Eitrə dè [dans] la darèr dè mizrè (N Noir.). Ch’ran mary dè gran matin, kəmin ch’rè la dḕrīrə di vèrgnyè, ils s’étaient mariés de grand matin, comme si c’était la dernière des vergognes (F Roche. Alm. cathol. SR, 1956, 58). ‖ Substantivt dans les loc.: Tank an darairə, au dernier point, litt. jusqu’à la d. (V Châble). Laiy un·n a fé knkè a la dèrairə, il lui en a fait pis que pendre (Vd Penth.). Éiḣrə kryo tank a la dèrirè, être méchant au d. point (Vd Blon.). Ḥlyœu dzəvno son dza kayon a la darérə, ces jeunes gens courent déjà bien les filles, litt. sont déjà cochons à la d. (V Trient). T’a fi a [la] darirè! tu as fait la pire des bêtises! (V Cham., var. Châble). ‖ trè a la dèrrè, être aux abois, dans une situation inextricable (Vd Vaug.; var. Vd Roche, Dum., F Roche). Iṣrə rédi a la dèrrə, id. (F Gr.‑de‑V.).

7o Le plus récent, le plus proche du moment présent (Vd passim, V‑B spor.; anc.). «Encloux et desdict en cest present compte ce que nous deviens a ycelli Perronet par l’arrest de son darrier compte» (N 1377. Matile, 1039). «Les deux derriers méres [maires] que son regnez sur le derrie temps» (B 1463. Trouillat, V, 469). «Le pappe Leon derrier de son nom» (G 1527. Balard, Journ. 114). L’an dèri, l’an dernier (F Estav. ALF 39). La drìr an·né, id. (B Courrend. ib.). Èl a fḗ pə t tta la darāir sənn·na, il a fait mauvais temps toute la semaine d. (Vd Corb. Ja.). L’ra də la dèrairə né, le vent de la nuit passée (Vd Dum.). Də kònyas na frm yó on·n a ty lə pr stu dari ẓr, je connais une ferme où l’on a tué le porc ces d. jours (G Bern. Bull. Gl. III, 33). Tankə stóou dərij an, jusqu’à ces d. années (V Hérém. Cah. folkl. XI, 6). Chtou dri tin, ces derniers temps (F Roche). Cf. cestour I, 3o. On nə savḕ pā yó radrè lo vin kə, sti [ce] dèrḕ tin, on ne savait pas où mettre le raisiné, ces derniers temps (Vd Rovr.). «L’darî viédge k’il è vniu tchî no», la d. fois qu’il est venu chez nous (N Planch. Michelin, Dim. Planch. éd. Jj. 5). Èi dërīrəz èlèchòṅ, kkyë konsèlyèrt son zœu dèbòkā, aux d. élections, qques conseillers communaux n’ont pas été réélus (V Isér.). On kryə tsapòtè a la dḕrīrə mda, un méchant petit chapeau à la d. mode (F Roche. Alm. cathol. SR, 1956, 59). A byin frödjya d dəri kou k’i y, il a repris bonne mine depuis la d. fois que je l’ai vu (V Nend. Sch.). Loc. [en] dèrai rèsòr, dernièrement, en d. lieu (Vd Leys.): Èl itvè  dèrai rèsòr u Sèpai, il habitait en d. lieu au Sépey. ‖ Le dernier mentionné: Sòva i py i Varrè, mḗmama è Bayḕ, è tché nò il i nèdj. Aé stu dari andrè, Lè Bayè, i saby k’i n’y a pā bin d la difrans, mā tò pari il y a·n a, souvent il pleut aux Verrières, et même aux Bayards, et chez nous il neige. Avec ce d. endroit, Les Bayards, il semble qu’il n’y a pas bcp de différence (de climat), mais tout de même il y en a (N Brév.; cf. Pat. neuch. 362). «L’ai a di bon mot et di crouïo; on pœu sé repeintret di derrai, mé on est forcha d’ein suportâ les conséquences», il y a de bons mots et de mauvais; on peut se repentir de ces derniers, mais on est obligé d’en supporter les conséquences (Vd Pan. Agace, 10, 3).

VII. Composés: prép. + dèri.

1. — a dèri, etc. (voir dèri) Vd 14, 31, 51 et 54 var., Dum., Cont., V 22, 22a, 71, 75, 89, F 1, N 20, 21, 50, 52, B 12, è driə 60, 67; attesté seult dans le comp.: a dèri Vd Dum. var., Rec. Corbaz, N 10a, 31, a darḕ F 11; avec art. agglutiné (sens 4o): ādəri [< * a l’adəri] V 60; formes déglutinées (sens 5o): dèrin, ‑éïn Vd 5 (da‑ 53 ALF), dèri, d‑ 43, 45, 46, 47, da‑ G 17, 20. — ALF 75. 1o Loc. adv. 1. En arrière (N Auv., Noir., Couvet). Rèsté a darei, rester en a. (N Noir.). «S’è s’av’zè d’me dire na, è ne revédrè djamé a déré», s’il s’avisait de me dire non, il ne changerait jamais d’avis (N Couvet. Pat. neuch. 305). ‖ Èl è bin a darei, il est bien arriéré, simple d’esprit (N Noir.). 2. A la fin (Vd Blon., V Hérém., Grim.). La proumyrì mītya dou tsātèïn, ì sèdve pa dè tsa·ntā è d’ḣrè gé, ma a dəri vèngvè trsto è fajyvè kè płòrā, la première moitié de l’été, il ne cessait pas de chanter et d’être gai, mais à la fin il devenait triste et ne faisait que pleurer (V Grim.). Kan y eṣ enou a dèri kə l’a·an ..., quand arrivèrent les derniers jours où ils l’avaient ... (V Hérém. Lav. 358). Prov. Févrāi, dəmi óvrāi | sə n’é a prəmi, l é a dèrāi, février est à moitié ouvrable; si ce n’est pas au début, c’est à la fin (Vd Blon.). 3. La dernière fois, en dernier lieu (N Noir.): No sè vni a darei tchi vo, c’est nous qui sommes venus la dernière fois chez vous. 2o Loc. prép. A dèri dè, à la fin de (V Évol.): A dèri dè tsāteïnṅ, à la fin de l’été. 3o D’a dèri et var., loc. adv.: 1. En arrière, en retard (V Salvan): Sə mouzvè dè tròvā dè Salanfyā, sòbró [restés] d’a darḕ, pò sə rinfī lə kòrnyòlon, il pensait trouver des bergers de Salanfe, qui s’étaient attardés après l’époque ordinaire de la descente de l’alpage, pour se rincer le gosier (Lautbibl. 54, 9). 2. Les derniers temps, à la fin (Vd Leys., Dum., Cont., V Maréc., F Gruy., N Brév., Val., Dombr., B Prêles, Charm.). «I kemacema, c’étè grô a s’n afi...; to pari, da dérie, ça n’alâve pieu tan grô bin», au début, ça lui convenait parfaitement; cependant, à la fin, ça n’allait plus très bien (N Brév. Pat. neuch. 360). Kan e vinu d’a dèrḕ, quand on fut à la fin (F Vuadens Co.). D’a dèriə, él nə mdjəv pyə rin, à la fin de sa vie, elle ne mangeait plus rien (B Prêles). D’è driə, è n sèvḕ pu ran fèr, les derniers temps, il ne pouvait plus rien faire (B Charm.). Prov. D’a prəmī | tò m’è [beau] | d’a dèrai | tò m’è parai, au début, tout me plaît; à la fin, tout m’est égal (Vd Dum.). ‖ Loc. conj. D’a dèrai kə et var. (Vd Leys., Cont., F Roche). «D’a derrâi qu’on ein a z’u, diabe la mi [diable la mie] que pliorâvant», dans les derniers temps où elles existaient (les pleureuses), elles ne pleuraient pas du tout (Vd Cont. 1879, 13). Èl rè grndzo d’a dèrai kə vivai, il était grincheux les derniers jours de sa vie (Vd Leys.). 3. Dernièrement, récemment (Vd Leys., V Maréc., F Roche). È n’ə tyè tò d’a dèrai ty’é ódzu prèdzi dè s, ce n’est que tout récemment que j’ai entendu parler de cela (Vd Leys.). L a fi bī tin na bna trəya [cf. tirée], ma d’a drḕ nòj an jou na trna [cf. traîne] dè pou tin, il a fait beau assez longtemps, mais dernièrement nous avons eu une période de mauvais temps (F Roche). 4o Substantivé dans les loc. adv. D l’èdriə (B Charm., St‑Urs.), ādəri [< *a l’adəri] (V Sav.), à la fin, les derniers temps. D l’èdriə è n sfrè pu tin, les derniers temps de sa vie, il ne souffrait plus tellement (B Charm.). T’é kman lè sèrvint ā prét də Yér: d l’èprəmiə, s’ā vō djrin·n; èpré, s’ā nō djrin·n; d l’èdriə, s’ā mé djrin·n, tu es comme la servante du curé de Glères: au début, c’est «vos poules»; ensuite, c’est «nos poules»; à la fin, c’est «mes poules» (B St‑Urs. S. jur. Ém. 1929, 236). Kan vën ādəri, quand on arrive à la fin, par ex. d’un travail, d’une saison, de la vie (V Sav.). L è ādəri, il est à toute extrémité, à fin de vie (ib.). ‖ Loc. prép. Ādəri dé, à la fin de (ib.): ré ādəri dé outon, c’était à la fin de l’automne. 5o Substantivé. Automne (Vd Sent., Chenit, Rec. Corbaz). «On dzor d’aderri | Que la na vola veni», un jour d’automne, où la neige allait tomber (Vd Rec. Corbaz, 200). A l’adréïn, en automne (Vd Sent.). D la salyita kank a l’adréïn, du printemps jusqu’à l’automne (ib. Bull. Gl. VI, 23). Prov. A l’adréïn | lè vats aou léïn [lien], en automne, les vaches à l’étable (Vd Sent.). ‖ La dèri et var., s. f., l’automne (Vd Côte, V. de Joux, G Dard.); darin (Vd Brassus ALF), dari (G Bern. ib.), s. m. (exact?), id. Na vṣè dè la dari, une vache qui doit vêler en automne (G Dard.). «On byau pèsset tot neu, que m’avai ... bin coutâ cinquanta centimes à la fâire de la dèrin», un beau foret tout neuf, qui m’avait bien coûté 50 centimes à la foire d’automne (Vd V. de Joux. Cont. 1918, 32). Na pta [laide] dèri, un automne pluvieux (Vd St‑Cergue). 6o S. m. Pâturage d’automne (Vd Sent.): On bou·n adèréïn. — Cf. V, 3o; VII, comp. 5, 4o 5; VIII, comp. 2; aprəm. — Remplace l’art. adèri (Gl. I, 116 b).

2. — au derrier G 1531, F 14 1495; patois â derie B 4 XVIIIe s. Paniers, Ra.; ou dèr F 12, ā dèriə B 50, 66, ā drīə 44, 4 Qui., Pays. Dim., 53, 54. 1o Loc. adv. 1. En arrière, au fond (F Vill.‑s.‑M., B Épauv.). Èl ā la dvin [devant], tòt ā driə, il est là‑bas, tout au fond (B Épauv.). 2. En dernier lieu, à la fin (B Del. Qui.; anc. G, B). «Ung herault de Berne ... apporta lectres a ceulx de Geneve contenant en substance que incontynent avoyr veu la presente leur doibge envoyer 100 hommes colovreniers, et au derrier avoit que si ly avoyt dangier des ennemys pour la cité que ne se bougent» (G 1531. Balard, Journal, 327). «A premie ait ne poyai pemantai le toubat, mais a derie ait yi fayai douës pipes», au commencement il ne pouvait sentir le tabac, mais à la fin il lui fallait deux pipes (B Del. XVIIIe s. Ra.). ‖ Finalement: «Au derrier leur az pleust de condescendre a noz prieres» (F Gru. 1495. MDR, XXIII, 144). 2o Loc. prép. Ā dèriə də, à la fin de (B Bois, Ocourt; var. Underv., St‑Br.). Ā driə di lōvr, à la fin de la veillée (B St‑Br.). Ā dèriə d l’èrbā, lḗz afin vin rgrèbsnḕ din lḗ syō [cf. clos 2o 3], à l’arrière‑automne, les enfants vont ramasser dans les vergers les fruits qui n’ont pas été cueillis (B Ocourt). — Autres ex. sous adèri, où figurent à tort les formes anc. et mod. de B Del. reprises ici; cf. aussi ci‑dessous comp. 3.

3. — di dèri Vd 14, — dëri V 36, — darai 46‑47, dā dèriə B 50, — driə 4 Pays Dim., 60. 1o Loc. adv. Par derrière (Vd Leys., V Isér., Bagnes, B). È m’a sèrti di dèrai, il m’a attaqué par d. (Vd Leys.). Vəni dā driə, venir par d. (B Charm.). «Su que allay bin péssè outre; main l’âtre ... allè droit dâ drie entre les dous bues», celui qui savait bien aller à bicyclette passa à côté; mais l’autre s’enfila par d. exactement entre les deux bœufs (B Del. Pays Dim. 1901, 185). 2o Loc. prép. Di darai dè, derrière (V Lourt.): Mè sai tró di darai dè li, je me suis trouvé d. lui. — B Del. dā driə a été, par erreur, classé sous adèri et localisé B distr. Neuveville. — Litt. dès derrière.

4. — dvè drə B 40 (Vermes). ‖ Loc. adv. Derrière. — Litt. devers derrière.

5. — in dèri, etc. (voir dèri et en 1) 2 Vd 1, 32, 36, 5‑9 passim, Cont., Lien vaud., V passim, G, F 1, 21, 3, 5, 63, N 13, 31, 34, B 12, 13, 20, 22, 32, 36, 4‑6; formes attestées seult dans le comp.: in dèrā Vd Cont. (1879, 21), F 3 ou 4 Bov., — dèr 5 Bov., — dərè Vd 16 Hasselrot,derḕ 64 var., 66, — dèr V 55 var., — dèrin 53 Tp.,dèri Vd 46, V 87, an — G 14 var., è dèrīə N 51, ò drè B 33. Anc. en derrier Vd 3 1573, B 1 1676. — ALF 1283 (B 50), 1911 (V 87). 1o Loc. adv. 1. Derrière, du côté opposé à l’avant: «Luy auroit attaché les main en derrier» (B Mont. de Diesse 1676. Criminalia, B 284/22, 244. AAEB). Su on tsèrè, fó bətā lə yādzə in dèvan, nā pā in dèrai, sur un char, il faut placer le chargement devant et non pas d. (Vd Orm.). ‖ Fig. En cachette: I n’inm pə sḗ k mindjan an driə, je n’aime pas ceux qui mangent en c. (B Épauv.). 2. En arrière, dans le sens opposé à l’avant (Vd‑B; anc.). «Aupres de la grange du dict L. le long d’icelle dempuys le moytend [milieu] en derrier» (Vd Montreux 1573. Not. A. Aubort. AC). Fotr dé pər an driə, rejeter des pierres en a. (B Pleigne). Falé lanchyé la chatsóna ën dèri tan lin kyé poué, il fallait lancer le sachet derrière soi aussi loin qu’on pouvait (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 440). Tó mè trë è·n dëri, tu me tires en a. (V Isér.). Tòrn in derā, retourner en a., rebrousser chemin (Vd Ollon; var. Vd Orm., V passim). Rèvinyi in drḕ, id. (F Roche, var. Vd Chenit). On s’rè tronpā dè tsəmin, faly rəvini in drin, nous nous étions trompés de chemin, il fallut revenir en a. (Vd Chenit). A yi ounm pou fér a ənṅkéirə k’i Rno tòrnə ə·n dəri, à lui, on peut lui faire accroire que le Rhône coule vers l’amont (V Nend. Sch.). Par ext. Trnā e·n dèri, défaire le tissu sur le métier (V St‑Jean. Bodmer, Spinnen u. Weben, 78). Tsrè in tòrnin in darè, tomber par un coup en retour, en parlant de quilles (V Trient). L i fi tsè dvè dydè in darai, j’ai fait tomber deux quilles par un coup en retour (V Praz‑de‑F.). S’ā [c’est] an driə ou t l’ḗ fḕ [tu l’as fait] an driə, dit‑on à un joueur qui a renversé des quilles par un coup en retour, ce qui ne compte pas (B Mett.). Kan èt i fās kyə vən, va pa; oum bètsə ə·n dəri, quand, à la naissance, le bébé présente la face, cela ne va pas; on le repousse vers l’intérieur (V Nend. Sch.). Viti in dèr, regarder en a. (F Roche; var. Vd Penth., Vulliens, V spor.). Chə pnyon ə·n dəri, elles se peignent les cheveux en a. (V Nend. Sch.). ‖ Al in dèré, reculer (Vd Vall., var. SR spor.). Rekulā in derḕ, id. (Vd Vill.‑M.). Li tsa tòrné ën dèri, le cheval reculait (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 404). Inutlo a Botoyon dè voli ramən chon tsavó in dèrḕ, B. essayait en vain de faire reculer son cheval (F Roche. Alm. cathol. SR, 1958, 73). Chè tìrè·n è·n dèri, vyin tranbitchyè kntrè lo réichyóou, en reculant, il vient se heurter au scieur (V Rand.). Tīrə tè in drḕ! recule! (F Roche). Li zèr ly a fé zita [jeter] in·n dèri, le dégoût l’a fait reculer (V Grim.). In dèrin! en arrière! cri à l’adresse des animaux d’attelage (Vd Sent., var. SR spor.). An drīə, à reculons (B Sépr., Aj. Va.; var. Vd Chenit, Penth., V Rand., F spor.). Al in dèrā kəman lè tsanbro, marcher en a. comme les écrevisses (F Rom.). Tchyèr in·n dèri, tomber à la renverse (V Viss. ALF 1911; var. B Courchap.). Li vé vyè·n in dèri, le veau vient en sens inverse, le derrière en avant, au vêlage (V Pains.). Yr an driə, lire à rebours (B Vermes). Fig. «S’on vâo savâi du quand lè z’Espagnolets fotemassont per lé, faut retornâ... on bocon ein derrâi», si l’on veut savoir depuis quand les Espagnols occupent ce pays (litt. foutimassent par là), il faut remonter un peu dans le temps (Vd Cont. 1896, 5). «Ci co mai lattre a aiquemencie, è n’y é pu è r’veni en driə», cette fois‑ci ma lettre est commencée, il n’y a plus à revenir en a. (B Jura Dim. 1898, 210). Tərī in drḕ, agir par la parole pour faire échouer un projet (F Roche). «Lé Bernei l’an queminhi à déveja on bocon chet à chti duc dé Chavouei que terîvé dechtra in dérei», les Bernois ont commencé à parler un peu sec à ce duc de Savoie qui mettait les bâtons dans les roues (F Gruy. Schweizerbund, 73). Nə vai pa tèri in dèrai pòr amənā l’è, je ne veux pas refuser de participer aux travaux pour amener l’eau plus à proximité (Vd Orm.). Trìyè eïn dəri, «se retirer» (V Évol. Jqn.). Trəy in darai, se faire tirer l’oreille, n’être pas empressé à faire qch. (V Châble Cas.). Sè triyé in darai, «se tirer en arrière», id. (V Praz‑de‑F.). Dḕ valè kə nə sè tran pā in dèrḕ pòr aryā, des jeunes gens qui ne refusent pas de traire les vaches (Vd Rovr.). «La tanta Lizette... que ne sé tiré pas in derraî quand paô feré ouna farça», qui ne manque jamais une occasion de faire une farce (Vd Lien vaud. 1904, 7). ə sè trè pā in darai pò birë on vro, il ne fait pas de difficultés pour boire un verre (V Châble). Kan vo pi erjye ato l’é dij tro, vo vo tiri pa in dèri, quand vous pouviez irriguer votre terrain avec l’eau des autres, vous ne vous en faisiez pas scrupule (V Hérém. Lav. 354). Tòrné in darai, revenir en arrière, spécialt rompre ses fiançailles (V Praz‑de‑F.). Tòrnā in darai, rompre un marché (V Châble). ‖ Tòrnā in darè, avoir une rechute, dans une maladie (V Maréc.; var. Véross., Trient). Ma fei, si kou [ma foi, ce coup] l è tòrnó in darei, sarè prœu pardu, il a eu une rechute, il est sans doute perdu (V Trient). Alā in dèrā (V Champ.) et var., décliner, dépérir, ne pas prospérer, d’une personne ou d’un animal (V Champ., Isér., Bagnes, Nend., Aven, Grimis.), des récoltes (V Isér., Bagnes, Sav., Arb., Miège). Férə in drḕ, maigrir, dépérir, d’un animal (F Roche). Y’é bé tënéi ò [le tenir] manvo, i va rè·n ky’ën dëri, j’ai beau le soigner, il ne fait que décliner (V Isér.). Si byétə va ën dëri, cet animal dépérit (ib.). Du kə l è jou pòya, ha fya l a fi in drḕ, nòj a fayu la tchy, depuis que cette brebis a été à l’alpage, elle a dépéri, nous avons dû la tuer (F Roche). Dictons. Së pū ò dzòr dè sintə Pëtrónīrə, i bā va ën dëri tanky an fœufë [faucille], s’il pleut à la Ste‑Pétronille (31 mai), le blé ne prospère pas jusqu’à la moisson (V Isér.). Kan plzè a fha d’ou, è vènìnzə va in dèri, quand il pleut à l’Assomption, la vendange se gâte (V Arb., var. Sav.). Chi plyt a ch·nte Kri, tó l’a·n va e·n dèri, s’il pleut le jour de l’Invention de la s. Croix (3 mai), toute l’année sera mauvaise (V Miège. Vox Rom. VI, 152). ‖ Alḕ an driə, faire de mauvaises affaires, s’appauvrir (B Del. passim, Bonc., var. Vd Oron). Férə in dèrḕ, id. (F Gruy. Bor.). Tòrnā in dèra də sa martchandei [cf. martchand], perdre sur son commerce (V Champ.). ‖ Avā lè tét viriə [tournée] an driə, avoir des idées derrière la tête (B Bonc.). Autres ex. sous aller 5o k, danser 1o (Gl. V, 25 a). 3. En arrière, à une certaine distance derrière (Vd‑B). Rèstā an dari, rester en a. (G Dard., var. SR passim). Chòbr [cf. sòbr] in derḕ, id. (F Gru.; var. Vd Orm., V passim, F Roche). Dmourḕ an driə, id. (B Vicques, var. nord spor.). Se mètrə in derā, id. (Vd Oron). Təri lə ku [tirer le cul] in dèrā, rester intentionnellement en a. (V Champ.). Chon ḕtó in darè, ils sont restés en a. (V Maréc. Müller, 47). Chu rèst in dèrā, alvan tru rdou, je suis resté en a., ils marchaient trop vite (F Prez‑v.‑S.). L è rèstó in darè di kə y a falu poyi, il est resté en a. dès qu’il a fallu monter (V Trient). Èl ā sōl [soûl], è dmòr an driə, il est fatigué, il reste en a. (B Sépr.). L é adé è deri, il est toujours en a. (Vd Aubers., var. B Épauv.). Léchī in drḕ, oublier qch. à la maison en la quittant (F Roche). ‖ Fig. En retard (Vd‑B passim). L e adi in dèrā po séz ouvrdzou, il est toujours en r. dans son travail (Vd Oron). Aé chin kè nj è arəvó, nə charin in darè koumin la ka a l’ānə [queue de l’âne], avec ce qui nous est arrivé, nous serons très en retard (V Maréc. Müller, 43). Lì prì rè tòt in rètar pò rouma [cf. remuer] chou; byòr l’a mètou ounkò méi in dèri, papa était très en r. pour préparer le déménagement du vignoble au village; la poussière dans l’œil l’a retardé encore davantage (V Rand.). Nō son an driə d’in syèkl, nous sommes en r. d’un siècle (B Sépr.). La tchal at évu an dré st an·né, la chaleur a été tardive cette année (B Bois ALF). Èl āt ékri ā tyu d lè Mèriə | stu k’é l’èvins n’ā p in dèriə, il est écrit au cul de la Marie: celui qui a de l’avance n’est pas en r., répond celui qui gagne au commencement d’un jeu à ses partenaires qui lui disent: Èl āt ékri dō lè kouə d nōt kouni | stu k dyin·ny an·n èkmansin piə po fini, il est écrit sous la queue de notre lapin: celui qui gagne en commençant perd pour finir (B Aj. Surdez). ‖ Loc. Təri in dèrā, traîner en longueur (F Prez‑v.‑S.). Rèstā a darī, rester en arrière, ne pas pouvoir suivre, à l’école (N Brév., var. Vd‑V et F passim). È n’èvins pn, è dmor an dèriə, cet écolier ne fait pas de progrès, il reste en a. (B Bois); cf. demeurer I, 3o 2. Èl ā an driə, il est retardé dans ses études, dans son développement intellectuel (B Vermes; var. spor. Vd, V, B). Rèchta in dèrai, rester en arrière, se laisser devancer par d’autres pour faire qch. (N Montal., var. Vd Orm.). No n’in pā rèstā in dèrai pòr fétā lə santənèrə dè ntron kanton, nous ne sommes pas restés en a. pour fêter le centenaire de notre canton (Vd Orm.). «Quand on lâo pâo terî onna carotta, faut pas sè teni ein derrâ», quand on peut leur extorquer qch., il ne faut pas s’en abstenir (Vd Cont. 1879, 21). «Dzâtie l’est pas zu ein darray po li repondre», Jacques n’a pas été embarrassé pour lui répondre (Bas‑V Val. rom. 27). Lasi in dèrai, négliger (Vd Orm., var. V Évol.). Ché kyè pou ëngouja ché pa ën dəri, celui qui peut duper ne s’en fait pas faute (V Sav.). Si boursyé l a lési gay d’aférə in dèr, ce caissier communal a laissé bcp de dettes non payées (F Gr.‑de‑V.). Léchī in drḕ, dispenser qqn de payer une dette (F Roche). San in dèrḕ din l knto, ils sont en retard dans leurs paiements (Vd Rovr.). È sn èdé an dèriə, ils sont toujours dans les dettes (B Bois). Vəni an driə, s’endetter (B Charm.). ‖ Ẓ’an·n é ét an dḕri, j’en suis resté ébahi, fâché (G Herm.). 2o Détermine un subst. Krnè in dèri, cornes repliées en arrière (V St‑Luc; var. V Trient, Bagnes, Vernam., F Montb., Ch.‑St‑D.). Sti mozon y a dè brtè krnè in deri, cette génisse a de vilaines cornes repliées en a. (V Vernam.). ‖ A l’envers, t. de tricotage (V Leytr.): Yna in dèvan, l’tra in darai, une maille à l’endroit, une autre à l’envers (V Leytr.). Pan in dèrā, point arrière, t. de couture (F Villarg.); cf. ci‑dessus III. Pò kādrə chòldou, i fó lè pan in dèrā, pour coudre solidement, il faut coudre à points arrière (ib.). ‖ Kó an driə, coup en retour, au jeu de quilles (B Vermes, var. Mall.). In·n gréy an drīə, une quille abattue par un coup en retour (B Mett.); cf. ci‑dessus 1o 2. 3o Loc. prép. Sḗz an·n dəmran an drīə ā [au] mótīə, ces hommes habitent derrière l’église (B Courchap.). Lè voltij mèrtchvon in dèrin daou batalyon, les voltigeurs marchaient en queue du bataillon (Vd Chenit). Y a fi dè mó a Pòl slu tynzè dzò kə l è étó maladə, l è rèstó in darai diz ātrə di adon, cela a désavantagé Paul d’avoir été malade pendant quinze jours, il est resté en arrière de ses camarades depuis, à l’école (V Praz‑de‑F.). 4o S. m. 1. Retour de froid (V Trient): L è tra partinsi, gra iz indarè! le printemps est trop précoce, gare aux retours de froid! 2. Mauvaises affaires, déficit (Vd Orm., V Cham., Conth. sup., F spor.). I fṑ dè l’indèrā, il fait du déficit, ses affaires ne prospèrent pas (F Villarg.). A fi d’indèrin, il a fait des dettes (V Conth. sup.). 3. Arriéré, dette échue et non payée (Vd Leys., Month., Bas‑V spor., F Roche, B Charm.). Èvè d l’andriə, avoir des dettes qui devraient être payées (B Charm.). Payi l’èdèrai, payer l’arriéré (Vd Month.). Payé liz indarai, id. (V Praz‑de‑F., var. Vd Leys.). Èl a lacha on mé d’dèrai, il a laissé un tas de dettes non payées (Vd Leys.). 4. On pro [pauvre] indarai, dit‑on soit de qqn qui est ruiné, soit d’un arriéré mental (V Lourt.). 5. Automne (G); cf. V, 3o; ci‑dessus comp. 1, 5o; VIII, comp. 2. On brav aèdari, un bel a. (G Aire‑la‑V.). Tin d’indari, temps d’a. (G Dur.). Y è solm l’dari k’on f ẓət [jeter] lé vaṣ pè ptur, kan ló pki son bon, c’est seult en a. qu’on fait sortir les vaches au pâturage, quand l’herbe est assez abondante (G Bern.). On fara to santyə a l’andari, kan lou grou ovrẓə saron fé, on fera tout cela en a., quand les gros travaux seront terminés (G Troin.). Autre ex. sous déplumer 2o. 5o En composition avec d’autres éléments: 1. Ò·n [en] òdrèi, en arrière (B Orvin, var. Plagne). «Lè z’hommes sooutirin o n’odrèye», les hommes bondirent en a. (B Orvin. S. jur. Ém. 1952, 230). Vòz avansiə kò dé chnak, vòz ḗt adḗ ò·n òdrḗ, vous avancez comme des escargots, vous êtes toujours en a. (B Plagne). A sè baïn s tiriə ò·n òdrḗ, il sait bien «se tirer en arrière», éviter le travail, la peine (ib.). ‖ Loc. prép. A rècht ò·n òdrḗ də tu sé kamrèd, il reste en arrière de tous ses camarades, à l’école (ib.). 2. D’andèrṑ, dernièrement; au dernier moment (F Lully). 3. Dèis [dès ici] an dari, en arrière (G Vern.): Də sèi rətòrnou dèis an dari, je suis retourné en a. 4. D’anondrè a darī, dorénavant (N Locle); cf. anondr 1o, de I, 2o 1, dodar.

6. — pèr dèri, etc. (voir dèri et par) Vd 1‑3 passim, 54, 61, 69, 70, 90, Br., Cont., V 18, 21, 22, 36, 4‑7 passim, 88, G, F 12, 33, 4 Treyvaux, 63, N 13, 20, 31, B 10, 22, 4‑6 passim; formes attestées seult dans le comp.: pè dèr V 1 Bouveret, pè darai 33, pa dari (proclitique) F 1 Co. Cf. n. de l. 1o Loc. adv. 1. Par derrière, en passant ou en venant du côté opposé à l’avant (Vd‑B). Pasṑ [passer] pè darī (G Aire‑la‑V.). Də s sourti pè dari, je suis sorti par d. (G Bern.). Atakā pa dari (N Brév., var. SR passim). Ataké pè darai in tseïn [en chien] (V Praz‑de‑F.). Léy é tsè désu [tombé dessus] pèr dèrè, il l’a attaqué par d. (F Sugiez). A m’a òpònyi par drḗ, il m’a empoigné par d. (B Plagne). «Enne fenne... s’appertcha par dèrrîe», une femme s’approcha par d. (B Nods). ‖ Fig. L a falou intra pé dəri ā chba [à la cible], il a dû entrer dans la société de tir par la petite porte, parce que ses ancêtres n’en faisaient pas partie (V Sav.). 2. Derrière, du côté opposé à l’avant (spor.). Zə dèsind a la montyə é zə brər pè dèr, je descends du train à la montée et je pousserai d. (V Bouveret. Lautbibl. 50, 6). «Tiène lo tsampâve pè derrâi, tandi que Fritz lo terîve pè dèvant», Étienne le poussait d. (le porc), tandis que F. le tirait devant (Vd Sav. Cont. 1907, 6). «Gich tranbëtchîè pè dèri chin troua lo bogan po mëjora a fivra», G. piétinait d. (le porc) sans trouver le trou pour mesurer la fièvre (V Grimis. Alm. du Valais, 1955, 119). I bòky achònə a tchybra pə dəri də·an kyə chötā ənā, le bouc flaire la chèvre d. avant de la couvrir (V Nend. Sch.). Y a dè kabartyé kə ḥlyzon p dèvan è k’ouvron p drin, il y a des cafetiers qui ferment leur porte de devant et qui ouvrent celle de d. (Vd Chenit). «On décidà dè mettrè lo fornet pè derrâi, découtè la tétse dè bou», ils ont décidé de mettre le poêle d. la maison, à côté du tas de bois (Vd Cont. 1894, 50). Dans une chanson: Èl è è·n bòs pè drīə | Pè dvin | Vāli sḗz agrḗman, il a une bosse d., devant, voilà ses agréments (B Underv. A. tr. p. VII, 94). Al è tòẓò pè dari, il est toujours d., à la traîne (G Bern.). On nə vḕ pṑ bə sə k’i ò pè dari, on ne voit pas bien ce qui est d., à l’arrière‑plan (G Aire‑la‑V.). ‖ Loc. L è tò dou lon tsanp [poussé] p drḕ, il est toujours mis à l’écart, méprisé dans sa famille (F Roche). Repleye lè tsat pèr dèri, cacher tout ce qu’on a, litt. replier les chats par d. (V Vernam.). 3. Fig. Par derrière, de façon sournoise, derrière le dos de quelqu’un (Vd Oron, V spor., F Vill.‑s.‑M., Roche, B Aj. Va.). È vo tré la lnga pèr dèrā, il vous tire la langue d. votre dos (Vd Oron). Vó myu dè drè in fas kè dè drè pè darai, il vaut mieux dire en face que par d. (V Praz‑de‑F.). Vò dyon rin pè dyan, meïn ə dzpon [jappent] pè darai, on ne vous dit rien ouvertement, mais on vous critique par d. (V Lourt.). Stu k voz èmyāl pè dvin vo trétay pè driə, celui qui vous flatte par devant vous trahit par d. (B Aj. Va.)  an tòt fé për dëri, è m’è·n dòtvo de rè·n, ils ont tout fait en cachette, et je ne me doutais de rien (V Isér.). 4. Complètement, sans rien laisser (V Isér., Liddes, Sav., Haud.). Yèl a tò prèi pè darèi, il a tout emporté jusqu’au dernier objet (V Liddes). Prndè tòt pèr dəri, acheter tout le stock de marchandises (V Haud.). L an tərya fra fouj arbro pər dəri, ils ont arraché ces petits arbres avec la racine (V Sav.). Autre ex. sous dèriz 1o. 2o Loc. prép. Par derrière, derrière (spor. Vd, V, F, B St‑Br.). L’a prḕ djo lè bré è in kòrchin l’a tragal frò [dehors] pèr dèrḕ la méjon, il l’a pris sous les bras et il l’a traîné en courant d. la maison (F Treyvaux. Novi botyé, 22). Pè derā la Ẓva, d. la Glaive [lieu‑dit] (Vd Ollon). Ye bke di [dès] pè darè li fənḗtrə, elle espionne d. les fenêtres (V Maréc. Müller, 38). Dè kntè kè n fazvon pasā dè frumìyəmin pè darai liz èplè, des histoires qui nous faisaient passer des frissons entre les épaules (V Fully. Lautbibl. 57, 5). «Lè valets, tot ein alleint font signe | Ai grachâosès qu’on vâi per derrâi on rideau», les jeunes gens tout en marchant font signe aux jeunes filles qu’on voit d. un rideau (Vd Cont. 1886, 9). Tchou! alḕ voz an ïn po tchinpyiə pè drīə lè majon! ouste! allez «champoyer» un peu d. la maison! dit‑on pour chasser les poules (B St‑Br.). Laivronin! nin! nin! van kəlyi li vatsulè ba pè darai lo Lin! Levronins! ils vont ramasser des cônes de sapin d. le Col du Lin! rimaille que les enfants des autres villages crient à l’adresse de ceux du Levron (V Levron. A. tr. p. XXVI, 226). 3o Noms de lieux. Parderrière Vd Nov., nom du quartier du village situé à l’est de la Grande Rue: pèr dèrai; pè darḕ V Bourg‑St‑P., autre nom de la rue Merdeuse.

VIII. Composés: dèri + subst. ou vb. (cf. arrière 2).

1. — dèr gou F 56 (Domp.). ‖ S. m. Arrière‑goût. Lou dèri gou mé pyé pa, l’a. ne me plaît pas.

2. — dèri tin, etc. (voir dèri et temps) Vd 74, 80, 82, 84, 90, F 51, N 11‑13, 2, 31, 33, 34, 4‑6, B 12, 20, 22, 23, 50, 66; formes attestées seult dans le comp.: dèrai tin F 5 Autavaux, dèrei, ‑éi — Vd 92, F 52, 5 Cugy, dèré — 63, dèriəN Jaq. (et — ), — tan B 54, 6 Va., dari tin 27, daryè tan N 30, dré tò B 24, 3 Tav. ‖ S. m. Automne (partout). On dèrè tin puri, un automne pluvieux (F Gr.‑de‑V.). Ṣ dèrè tin kru nə vyon ran pò lè maldou, ces automnes brumeux sont pernicieux pour les malades (ib.). On devèlòné de chtu der tin pasā, un soir de l’automne dernier (Vd Vaug.). Tot lé fy s botin·n è tchèr kman s’an·n ḗtè èvu ā dèriə tan, toutes les feuilles se mirent à tomber comme si on était en automne (B Épauv.). St ra lə dari tin, il y a dja ana bouséy k’il è né, à cette heure en automne, il fait déjà nuit depuis un bon moment (N Brév.). Lè pərə byantsè son mā t lə dèrè tin, les poires «blanchettes» mûrissent tard en automne (F Gr.‑de‑V.). On sn·nè lou blyā  dèr tin, on sème le blé en automne (Vd Sassel). Lə byā di drī tò rò py k l’outər [l’autre], le blé d’automne rend plus que le blé de printemps (B Orvin). — Cf. V, 3o; VII, comp. 1, 5o; comp. 5, 4o 5.

3. — dèr trèïn V 76 (Haud.). ‖ S. m. Arrière‑train d’un char. — Cf. III et IV, train.

4. — dari va V 46 (Châble) Cas. ‖ S. m. Dernière qualité, dernier choix, se dit de marchandises, d’animaux, aussi de personnes. Sbrè pa meïn k’é [le] darai va, il ne reste plus que de la camelote. — Litt. dernier va.

5. — dër èi vtsə,vats V 36, dari vats 36 Ke.,ats 51, dèri ats(ə) 51 var. — Luchsinger, Aelplerfamilie, 286. ‖ S. m. Membre du personnel d’alpage qui occupe le dernier rang parmi les gardiens du troupeau; il suit les vaches lorsqu’elles vont au pâturage alors que le premier berger les précède, et il les garde du côté opposé à celui du premier berger; synon. sous III; VI, 5o. Kan y a də ats kyə mnkon, ët i dèri ats kyë dèi a·ā brètchyë, quand il y a des vaches qui manquent, c’est le dernier berger qui doit aller les chercher (V Nend.). — Litt. dernier aux vaches.

Du bas‑lat. de rĕtro; FEW, III, 47 b. Nous avons groupé ici toutes les formes qui correspondent à l’afr. derrier (cf. To.), avec apocope de la voy. d’appui due à l’emploi proclitique du mot. Ainsi que le suggèrent Tp. sous arrière 1 et déjà Horning dans Litbl. f. germ. u. rom. Phil. 1893, 296, la termin. de dèri a été généralt interprétée comme ‑ariu, ce qui aura facilité l’emploi du mot comme adj. au sens VI. En effet, dans la plus grande partie de la SR, la termin. de dèri coïncide avec les résultats de ‑ariu après cons. non palatale (cf. Tabl. 38, 67, etc.), tout en restant conforme à ceux de ‑ĕ‑ tonique libre (ib. 216, 449, etc.). Dans les formes proclitiques de Vd Blon. et F, elle représente la var. atone de l’anc. diphtongue ei, qui peut remonter elle aussi à ‑ĕ‑ libre comme à ‑ariu. D’autre part, lorsque la termin. de dèri diffère des résultats de ‑ĕ‑ tonique libre, elle concorde avec ceux de ‑ariu ou de l’une de ses variantes: ainsi N Land. dèrə comme grənə «grenier», foutchə < falcariu, mais mè «miel»; B Plagne drə comme fòtchə, mə, mais dré comme gərné; cf. Tabl. 216, 114, 67. De même, les formes attestées seult au sens VI dans Vd, V Est et F sont parallèles aux mots en ‑ariu après cons. palatale, mais aussi à premier. Le fém., qui n’appartient égalt qu’au sens VI, correspond partout à ‑aria, précédé ou non de cons. palatale.

L’extension sémantique de dèri est bcp plus grande que celle du fr. derrière. Il correspond partiellt au fr. arrière, notamment au sens V, 1o et dans le comp. in dèri (VII, comp. 5), mais surtout à dernier (sens VI), celui‑ci n’étant pratiquement pas attesté dans nos patois. Pour le fr. rég. dernier correspondant au pat. dèri «derrière» dans les n. de l. sous I et III, cf. dernier hist. Pour les comp. signifiant «automne» (VII, comp. 1, 5o; comp. 5, 4o 5; VIII, comp. 2), cf. Merlo, Stagioni, 73; Tp. dans Bull. Gl. III, 54. — V dèryn, assimilé au type dererain dans FEW, III, 48 b, repose en réalité sur une notation approximative de l’ALF 391 pour V Lens dèry. — Cf. arrière 1 et 2, avant 2, comp. 3, dèrairəmn, dernier, derrière, dódar, dodarie, rière, les comp. de kə‑, là‑, sens‑, train‑. Ma.

Pour citer cet article : dèri (réd. Ma.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome V, p. 395.

Marge de droite