Tome V page 495
 

DESSUS, dès, dé‑, de‑ Vd 1 passim, 24 corr., 3‑8 (d‑ 31, d‑ 66), 92, Br., V 13 var., 22a (→ ‑chu), 30, 35, 4, 50, 50a, F 33, 42 (→ ‑chu), 63, də‑ Vd 14, 17, 1 Aigle, 35 var., 41, 74, V 1, 21, 33 (→ ‑chu), dəsudsu, tsu G 1, 20, F 63 var., N 1‑5, B 13 Tabl. (corr. dzu), 50‑52, 5 Montfaucon, dèchu, dé‑ Vd 2, 66a, 67 et 69 var., 86 var., 90, 9 Mat., Vd Br., V 22 corr., F 1 (et d‑), 21, 30, 31, 34, 4 Treyvaux, 5 (d‑ 52), dəchu V 22 Müller, 31, 51 (‑), dəchudchu, tchu B 2‑4, 53, 54, 6, d(ə)sou, tsou N 61, dèchou, de‑, də‑ V 62, 71‑76, 80a, 82a, 83, ‑chouk 71‑76 var., 84‑89, ‑chp 80, 81, dèchó 7 Vex, dəchyou 71 var., d(ə)si, tsi B 10, 12; dich V 62 var., duchu F 10 corr., 11, 17 var. (d‑), 1 Sorens var., 45. Anc. desu F 1487, ‑us N 1280, B 6 1296, 1307, ‑uz N 1280, B 1315, 1355, ‑uis 1296, ‑ubz 1380, dessubs N 1367; patois dessu(s) Vd 33 vers 1520, Vd XVIIIe s. Craizu, G XVIe‑XVIIe s., deschu B 4 XVIIIe s. Paniers, ‑ûs B XVIIIe s. Bibl. 954. Cf. n. de l. — Tabl. 263, 426, 458 (B 51); Pier. 189, 692; ALF 558, 566 (qques formes divergentes); Dietrich et Jolidon, mat. ms.

Sommaire:

I.

Prép. 1o Sur, en parlant de ce qui se situe à la surface supérieure ou extérieure de qch., qui s’appuie sur qch.

2o

Dans, en parlant d’un journal, d’un livre.

3o

Dans les limites de, à l’intérieur de, en parlant d’une surface, d’un territoire.

4o

Au‑dessus de, en parlant de qch. qui domine, qui surplombe.

5o

Plus haut que, en amont de, en parlant d’un lieu, de la situation dans le terrain.

6o

Marque le but, l’orientation de l’action.

7o

Marque un rapport abstrait.

8o

Marque un rapport de temps.

II.

Adv. 1o A la surface supérieure ou extérieure de qch.; sur qch. qui sert d’appui.

2o

En parlant d’une marque, de ce qui est représenté, écrit.

3o

Au‑dessus, en haut.

4o

Marque le but, l’orientation de l’action.

5o

Marque un rapport abstrait.

6o

Loc. prép. Dessus de, au‑dessus de.

III.

Détermine un subst. Qui se trouve au‑dessus, supérieur.

IV.

Loc. adj. De dessus, supérieur.

V.

S. m. 1o Dessus, face ou partie supérieure d’un objet.

2o

Sommet d’une montagne, d’une pente.

3o

Ce qui se trouve dessus, en parlant du contenu d’un récipient.

4o

Loc.

VI.

Composés: prép. + dessus.

1.

a dèch.

2.

au‑dessus.

3.

dətch [de + dessus].

4.

di [dès] dès.

5.

dva [devers] dchu.

6.

en dessus.

7.

ind dès.

8.

par‑dessus.

VII.

Composés: dessus + subst. ou pron.

1.

a dəch bré, avec le bras levé.

2.

tchu l’, perron.

3.

dchu l pèy, étage.

4.

tchut, surtout.

5.

tchu l tyu, croupe.

I. Prép. 1o Sur, en parlant de ce qui se situe à la surface supérieure ou extérieure de qch., qui s’appuie sur qch. (Vd‑B; anc.; fr. rég. SR). «Quattre petit livres dessus lad. trable» (G 1547. Inv. Gruet. AC). «Y sarion to pandu et eitrangllia | dessu Louyé, scei tan bio beluar», ils seraient tous pendus et étranglés sur l’Oie, ce si beau boulevard (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 123‑24). «Voici des daimes aivo des féyes | que graibelin lai‑ju deschu des grozes greyes», voici des dames avec des filles qui grillaient là‑bas (en enfer) sur de grandes grilles (B Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. IX, 304). Mnta dèchu ma ludzə! monte sur ma luge! (F Ch.‑St‑D.). «Cen que vos eûté qu’on vo di à l’oreîlle, prétchîe‑le dsi le hiau dés hotau [le haut des maisons]», ce que vous entendez qu’on vous dit à l’oreille, prêchez‑le sur les toits (B Nods. Rollier, Évangile Matthieu, X, 27). Y an you ... na bla dma kyé martché dəchou l’ivé, ils ont vu une belle dame qui marchait sur l’eau (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 435). Vni tchu l’āv, émerger, litt. venir d. l’eau (B Pleigne). S’é tò dzu lə sabyon, c’est un terrain sablonneux, litt. c’est tout sur le sable (B Lamb.). Vijo tsèrka ou·n trì mòtchóour pò tè lò lyèta [attacher] dèchou l’ès, je vais chercher un autre mouchoir pour te bander l’œil (V Rand.). Su zu pək d’ouna mótsə invrəmza déchu la man drtə, j’ai été piqué par une mouche venimeuse sur le dos de la main droite (F Gr.‑de‑V.). Lèz òm fazan on gran fy tsu l’ātr, les hommes faisaient un grand feu sur l’âtre (N Ch.‑de‑F. Bull. Gl. VI, 61). On kavalyé dmanda a na bna fna tsu sa ptcha ..., un cavalier demanda à une brave femme sur le seuil de sa porte ... (N Ch.‑de‑F.). Ẓə travaly torẓò dəsu lə mḗm ḗtabli, je travaille toujours au même établi (G Jussy). «Noz éti qmet dsu detz epnet», nous étions comme sur des épines (N Val. Quinche, Tin d’on viâdge, éd. Greuter, 112). «Que dau diablio lâi a‑t‑e dessus cllia nohîre?», que diable y a‑t‑il sur ce noyer? (Vd Jor. Favrat, Mél. 202). Stə brins krəj tchu sté li, cette branche bifurque à partir de celle‑là (B Aj. Va. 46); cf. croiser 3o 1. Ch’akódā déchu la trbẓa, s’accouder sur la table (Vd Étiv. Ja.). «On râcllia‑tserrâire que l’îre appouyî dessu son mandzo de pièce», un cantonnier qui était appuyé sur le manche de sa pioche (Vd Sav. Cont. 1906, 13). «L’îre lo premi coup que cein lâi arrevâve d’ître avoué on mort dessu lo lan [planche] per tsi lî», c’était la première fois qu’il lui arrivait d’avoir un mort couché chez lui (ib. 1903, 42). I lou tènyè dəsu sa djnòlya, il le tenait sur ses genoux (N Cern.‑Péq.). È n tïn pu tchu sé fi d’èrtchā [fils d’archal], il ne tient plus sur ses jambes (B Aj. Va. 88). S’ā ïn pœri, èl ā èdé tchu l driə [derrière], c’est un paresseux, il est toujours assis (B Sépr.). Soli m’ā dmorḕ tchu l’échtomè, cela m’est resté sur l’estomac (B Aj. Va. 67). Lə bon Jyou l’a kondana ... a kon·nya [cf. konvi] la vatsə ba pè lè chés è dè chè trò·a ba dèjòt pò la kanpa aé oun lïns è la tòrna pòrta è·n ātə [en haut] dèch lè chés, le bon Dieu l’a condamné à précipiter la vache des rochers et à se trouver en bas pour la recevoir dans un drap et la reporter sur les rochers (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LIX, 170). È y é dé bèl ḥé tchu lo sèmtér, il y a de belles fleurs au cimetière (B Aj. Va.). Alḕ tchu l səmtér, aller en procession au cimetière, le soir de la Toussaint (B Sépr.). «Grimpe dessus mes épaules pour arriver dessus l’char de foin!» (fr. rég. N Pier.). «Mettez ce pot dessus la cheminée» (fr. rég. B Pé.). Autres ex. sous demeurer I, 3o 2 et 5o. ‖ Précédé de de, dès marquant le point de départ. L è tsəza de dechu son tsḕ, il est tombé de son char (Vd Sottens. Jqn. Verbe, 75 n. 4). Y’é ètsapó ba [échappé belle] tchəre də dəchu ché krœtsè [cf. krèts], j’ai failli tomber de ce rocher (V Maréc. Müller, 20). Inlèvā dè dèsu lo mou, mettre le bébé au sec, litt. enlever de d. le mouillé (V Ardon). Rḗv sāəz asət də dchu la tèby! enlève ces assiettes de la table! (B Plagne). «Joël s’était levé de dessus sa chaise» (fr. rég. Vd: Ramuz, Amour du monde, éd. 1967, 313). Par ext.: «Elle vous ôtait vos maladies de dessus vous, et s’en chargeait» (id. Guérison des maladies, éd. 1967, 253). Nə p débantsi du [dès] désu sa sla, ne pas bouger de sa chaise (Vd Blon.). Fonsə, du dèchu lə fòrni, l a fḕ ..., Alphonse, du haut du poêle, a dit ... (F Treyvaux. Novi botyè, 27). Du dèchu la fənṣra, chè btè a dziḥly l’vè drḕ [droit] chu la tṣa dè nṣrè dvè batlyè, de la fenêtre, il se met à verser de l’eau sur la tête de nos deux bavardes (F Crés. Tobi, Mèhlyon, 64). ‖ Par ext. «É n’avae pairé pas on bocon d’pan dsou iou», il n’avait même pas un morceau de pain sur lui (N Land. Pat. neuch. 183). Él é sany tsi séz ayon [habits], il est soigneux de sa personne (B Prêles). È kont tchu sḗ dè, il compte sur ses doigts (B Vermes). ‖ Loc. fig. Ïn brāv an·n də tchu lé dəz aray, un brave homme dort sur ses deux oreilles (B Aj. Va. 63). Pésḕ l’épyondj tchu in·n èfèr, passer l’éponge sur une affaire (B Aj. Va. 79). Nom de lieu. Sur les Plattes N Land.: dəsou lé pytè [dalles], quartier. 2o Dans, en parlant d’un journal, d’un livre (Vd Sav., N et B nord spor.). Iy ḕ y tchu lè fœy, j’ai lu dans le journal (B Vermes). «Justameint lo trâovo dessu mon lâvro», justement je le trouve dans mon livre (Vd Sav. Cont. 1914, 11). Rèkodjḕ tchu ïn livr, apprendre dans un livre (B Pleigne). I tə fó btā tsu lə diksyonèr, il te faut regarder dans le dictionnaire (N Ch.‑de‑F.). Autre ex. sous calendrier 2o. 3o Dans les limites de, à l’intérieur de, en parlant d’une surface, d’un territoire (Vd Vulliens, B nord passim; anc. G, F, B). «Pour la desirrance qu’ils havoient de demorer et estre desubz l’aveschie de Basle» (B Delémont 1380. Matile, 1094). «Dessus Balla [Bâle] az ilz desroubé 4 groz» (F 1516. Livre noir, IV. AC). «Son Altesse dessus Peinssa eitivé», son Altesse était sur le plateau de Pinchat (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 33). L è in pyasə dèchu lou kanton dè Fribòr, il est en service dans le canton de Fribourg (Vd Vulliens). Botḕ tchu léz Alman, placer qqn en service en Suisse allemande (B Pleigne); cf. allemand 1o. È m’é ótòrizḕ è pésḕ tchu lu [lui], il m’a autorisé à passer sur ses terres (ib.). ‖ Le long de (?): «Tout les gangniours qui sunt dix la porta deis Estan tirent [en allant] dessus lo chimin d’Avenche tanque a la Vauzcena» (F 1406. Rec. dipl. VI, 94). ‖ Tchu mè tint, chez ma tante (B Pleigne). Tchu si [ce] Lṓrin, chez Laurent (ib.). Tchu si bon Duə [bon Dieu], sobriquet d’une famille (ib.). Autres ex. sous Claude 3o, Claudine 1o. 4o Au‑dessus de, en parlant de qch. qui domine, qui surplombe (Vd‑V et F‑B spor.; anc. F). «Les chambres dessus le poisle» (F Vuippens 1691. Reg. not. 2997, 73. AC); cf. chambre 2o et ci‑dessous VII, comp. 3. Dəchu lè tyèv, au‑d. de la cave (B Pleigne). Dèsu lə pailə, y a on rèdi, au‑d. de la pièce principale, il y a un réduit (Vd Orm.). On pòrè arindzī on bòkon [cf. bòkn 1, 1o 5] dè lòdzèmin dèchu lò fò, on pourrait aménager un petit logement au‑d. du four (Vd Rovr.). Lèz ozé kə vnyan tchantā tsu ma tta, les oiseaux qui venaient chanter au‑d. de ma tête (N Ch.‑de‑F. Bull. Gl. VI, 61). «É vétche lé cieu que s’îvriren dessi lli», et voici que les cieux s’ouvrirent au‑d. de lui (B Nods. Rollier, Év. Matth. III, 16). Dicton. Bḗ sè dḗ Rè | tchin·n dəchu lḗ tè, beau soir des Rois, chanvre par‑dessus les toits (B Ocourt. A. tr. p. XLVI, 4). Devinettes. Tchiə tchu bō, bō tchu tchiə, tchiə ā mètan? chair sur bois, bois sur chair, chair au milieu? — Le confessionnal (B Aj. Va. 187). Ouna mejon kə ly a dve kolnde, dechu le kolnde lèy a on bochè, dechu lo bochè lèy a ouna krḕ, dechu la krḕ lèy a on fa, dechu lo fa lèy a d choḥlyè, dechu lo choḥlyè lèy a dve fənṣre, dechu le fənṣre lèy a le patyərdzo ī bṣe? une maison qui a deux colonnes, au‑d. des colonnes il y a un tonneau, au‑d. du tonneau il y a une croix, au‑d. de la croix il y a un four, au‑d. du four il y a deux soufflets, au‑d. du soufflet il y a deux fenêtres, au‑d. des fenêtres il y a les pâturages pour le bétail? — Le corps humain (F Montb. Co.). ‖ Précédé d’un adv. Devinette: Y a oun gró ròkyə, y a dvè tsnbè, mi ènā vïn chou lo ryon [vient sur le rond], ounkò pó pó mi ènā y a dó bré, ènā dechou chin [en haut d. cela] y a na grcha bla rynda ky’a na grcha zóou ky’è pln·na dè btchè charvzè? — L’mo, il y a un gros rocher, il a deux jambes, plus haut il s’arrondit, encore un peu plus haut il y a deux bras, au‑dessus il y a une grosse boule ronde qui a une grande forêt pleine de bêtes sauvages? — L’homme (V Vernam.). ‖ Loc. Ün tchu l’ātr, sens d. dessous, litt. un d. l’autre (B Sépr.). ‖ En plus de: «Et si qu’on me fesse a repecze porsan bin dessu lot marchie», et que pour cela on me rassasie par‑d. le marché (Vd Vevey vers 1520. Arch. Rom. VII, 322). 5o Plus haut que, en amont de, en parlant d’un lieu, de la situation dans le terrain (V spor.; anc. Vd, F, N). «Desus la vigne ou priour de Corceles desus [sens I, 3o?] Corceles, une piece de terre» (N 1280. Matile, 179). «La piere croysie dessus le gibet de Muerye» (Vd Champvent 1344. Matile, 555). «En la costa desu le pras, ver Curtepin» (F 1487. Comptes Hôp. AC). Rəḗrə ... chè trvë dəchu lə byó vənyublo də Martinyi, Ravoire se trouve au‑d. du beau vignoble de Martigny (V Mart. Lautbibl. 56, 5). Fran déjó ché rakāa, a·é dën ló tin dəchou la mrlyé kyé ché tré ounkó i oun grou nóyè, juste au‑dessous de ce raccard, il y avait autrefois, au‑d. du mur qui s’y trouve encore, un gros noyer (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 442). Noms de lieux. Aux Chargiaux dessus les Moulins Vd Ch.‑d’Œx: é tsardjyao dèsu lou məlin, bâtiments, pré, bois; Dessus le Sasselet N Lign. (cf. CN 1145): d(ə)su l sasle, champs; Dessus l’Age de l’Épine B Orvin: tchu l’ādjə [cf. dzə 7o] d l’épœ. 6o Marque le but, l’orientation de l’action (Vd‑V et F‑N spor., B passim; anc. Vd). «Se diot mot, ont pren la pochit | et me fierczont dessu la tecza», si je dis un mot, on prend la louche et on me frappe sur la tête (Vd Vevey vers 1520. Arch. Rom. VII, 292). I t v bèlyīə tsu lou məté, je vais te taper sur le museau (N Cern.‑Péq.). Drəẓi dechu kókon, faire pleuvoir des coups de bâton sur qqn (Vd Cuves). «Se quokon te frîeve dsi la djeûte draite, balle‑lli assebè l’auter», si qqn te frappe sur la joue droite, tends‑lui aussi l’autre (B Nods. Rollier, Év. Matth. V, 39). Èl mèrtché tchu lé dan d’ïn rété, è pœ lè kə i rgṓs tchu lo nè, elle marcha sur les dents d’un râteau, et le manche rebondit contre son nez (B Aj. Va.). Nə frāt pə tchu mè ròb! ne marche pas sur ma robe! (ib.). L è tsā dèchu lou fin, nə s’è ran fé dè mó, il est tombé sur le foin, il ne s’est pas fait de mal (Vd Sassel). Ché tchejyì dechou lo dëri, je suis tombée sur le derrière (V Cherm.). L tnər l è tsézu dechu ntra mejon, la foudre est tombée sur notre maison (V Trétien Dietrich). «Lés eûré en sofflâ é son veni dsi cl’hotau», les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison (B Nods. Év. Matth. VII, 25). Mitnin k’i sœ vḗya | i pich dəchu mḗ saba, maintenant que je suis vieux, je pisse sur mes sabots (B Courgenay. A. tr. p. VII, 266). dyon īə desū ò ḥlòrai, on verse l’eau sur le drap qui recouvre le linge dans la cuve à lessive (V Lourt. Bjerrome, 119). Fig. Bar ïn var tchu lè pavou, boire un verre pour faire passer la peur (B Pleigne). Autres ex. sous chier 1o, curieux 2o, demander 1o. ‖ «Fau vo teni bin u tchau et bère dsu d’la fieu de savoui», il faut vous tenir bien au chaud et boire une infusion de fleurs de sureau (N Bér. Pat. neuch. 297); cf. boire I, 1o. ‖ Marque le point d’arrivée d’un parcours, d’un itinéraire (F Treyvaux, B spor.). Fri [férir] drè tsu lè bḕr, arriver directement contre la haie (B Pomm.). Nōz èrivan tchu Dəvliə, nous débouchons sur Develier (B Sépr.). Kan chon chalyè dèchu Boudri, quand ils débouchèrent sur B. (F Treyvaux. Novi botyè, 50). ‖ Marque la direction (B spor.). Nó vin tchu Birn, nous allons dans la direction de Berne (B Pleigne). Dvin d’èvè èvu l tan d tchinpḕ [jeter] séz y dchu sé di bəb, avant d’avoir eu le temps de diriger ses yeux vers ceux du garçon (B nord Surdez). Su tchan è tchu bij [bise] du mon, ce champ est à l’est du mien (B Péry). Loc. È rèvét tchu ïn sléjīə, il louche, litt. il regarde d. un cerisier (B St‑Br.). ‖ Derrière: Kan i vèyari lo tchḕ tsu mè talon, y ḗ vto déblḗ, quand je vis le chien sur mes talons, j’ai vite décampé (N Couvet). ‖ Fig. «Ont ne prent que moneya forta | dessu sant vot fudre visa», on ne prend que de la monnaie forte, il faudrait vous aviser de cela, litt. il vous faudrait viser d. cela (Vd Vevey vers 1520. Arch. Rom. VII, 322). 7o Marque un rapport abstrait. Tchu l’èr di tralalalala, sur l’air du tr. (B Pleigne. Ke. Mundarttexte, 7). ‖ Lòdji kékün tchu lè kḕs dḗ pṓvr, loger qqn aux frais de la caisse des pauvres (B Pleigne). Vivr tchu l’échpérins (ib.), vivr tchu l’espar (B Vermes), vivre d’espoir. ‖ I n sœ p rèchuriə tchu si bogr də pochtiyon, je ne suis pas rassuré au sujet de ce bougre de postillon (B Pleigne). Èl ā djalou tchu sè fan·n, il est jaloux de sa femme (ib.). «Let djoûveunn’ qu étan dsu la danse | ne s’ rollîv’ pas qmet du djor d’vi», les jeunes gens, qui étaient portés sur la danse, ne se battaient pas comme aujourd’hui (N Val. Quinche, Tin d’on viâdge, éd. Greuter, 80). ‖ Ètandr tchu kḗkün, attendre qqn (B Vermes, Pleigne). «On attend dsus voutra réponse» (N Zwahlen). Autre ex. sous couteau 1o (Gl. IV, 473 b). Cf. attendre 3o 3. 8o Marque un rapport de temps: 1. Immédiatement après, dans les loc.: Désu sin, sur ce, là‑dessus (Vd Blon.). Tchu soli, id. (B Vermes, Pleigne). Désu sin, s’é koulyāi, là‑dessus, il est parti (Vd Blon.). Tchu soli, lè réjant muzé ïn pō è pœ dyé: ..., là‑dessus, l’institutrice réfléchit un peu, puis elle dit: ... (B Pleigne. Pays Dim. 1899, 87). Tchu l kō, tchu l moman, sur le moment (B Pleigne): èl étḕ ékāmi tchu l kō, il était étonné sur le moment. 2. Vers, peu avant: Tchu l mètïn, à l’aube (B Vermes). S’étḕ tchu l sa, c’était sur le soir (B Pleigne. Pays Dim. 1890, 23). 3. Pendant: Lé djò tchu snin·n, «les jours sur semaine», les jours ouvrables (B Pleigne). ‖ Sous le signe de, en parlant des signes du zodiaque (B Prêles, St‑Br.). É n fó pa pyintā dé fvé tsi l Krpòton, il ne faut pas planter les fèves sous le signe du Bélier (B Prêles); cf. croupetons 3o. Lé p, an lé bot san djé èpré Nā, tchu lè Vərdj sə s’ā posiby, les pois, on les plante cent jours après Noël, sous le signe de la Vierge si c’est possible (B St‑Br.). È n fā p tyḕ tchu lé Pchon, lè tchḗə san l pchon èpə l lḕ s fon, il ne faut pas tuer le porc sous le signe des Poissons, la viande sent le poisson et le lard fond (ib.).

II. Adv. 1o A la surface supérieure ou extérieure de qch.; sur qch. qui sert d’appui (Vd‑B). rè ṣou chu lə tsè? — è, rou dèchu, étais‑tu sur le char? — Oui, j’étais d. (F Gr.‑de‑V.). «Enn’ andjo ... venia bredoûlè la pîra ... et s’asseta dessus», un ange vint rouler la pierre et s’assit d. (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. XXVIII, 2, dans Festschr. Tappolet, 151). Tïn si tchvā, i vœ montḕ dchu! tiens ce cheval, je veux monter d.! (B Charm.). «L’avâi dâi bré quemet dâi z’étouppe que ludzivant dezo li ti lè coup que voliâve s’appouyî on bocon dessu po sè relèva», ses bras étaient comme de l’étoupe et se dérobaient sous lui chaque fois qu’il voulait s’appuyer un peu d. pour se relever (Vd Sav. Cont. 1921, 32). Tò lə bon sə trœv dəsu, tout ce qui est bon se trouve d., en parlant d’une tarte (N Brév.). Rèstā dèsu, flotter sur l’eau, surnager (Vd Sav., var. V Vernam.). On lou somte tn·nkə lə ju veïn dəchu, on le foule (le raisin) jusqu’à ce que le jus vienne à la surface (V Mart. Dietrich). Dè dòlè·n l’an·n ykcha larzyè ou chòlèky ouna krta è èṣ·ndrè dèchouk pò chèkya ttè chrtè dè pyès d’ṑr è d’arzè·n, des enfants l’ont vue étendre une couverture au soleil et étaler d. toutes sortes de pièces d’or et d’argent pour les sécher (V Grim.). On désan du bétandi na ẓrba də palyə, on l’étan u b, on mè dəsu on lanfè, on descend du plancher supérieur de la grange une gerbe de paille, on l’étend à l’étable, on met un drap d., pour héberger un mendiant (G Troin.). An vèrā lḗz anvècha an botin dchu d lè vḗy gréch də vèrè, on guérit les furoncles en mettant d. de la vieille graisse de verrat (B Ocourt). Bta də l’arnika dèchu, dèjinḥèrè dza, mets de l’arnica d., ça fera bien désenfler (F Roche). «Venez dessus!», montez! par ex. sur un char (fr. rég. N Pier.). ‖ Sèr dəchu, i vœ bïn ékrœtr, pèse sur la branche, elle finira bien par se rompre (B Sépr.). ‖ Sur le pourtour, aux quatre coins du carré, position de l’une des équipes au jeu de la «balle au carré», l’autre équipe se trouvant dəd (litt. dessous), à l’intérieur du carré (B nord Surdez); cf. description dans Folkl. suisse, L, 25*. ‖ Associé à dəd «dessous»: Brè dchu brè ddō, bras dessus bras dessous (B Mett.). Dans une chanson: Mitnin i m’an vè gnèyə dchu, gnèyə dədṓ, gnèyòton, maintenant je m’en vais guenille d., guenille dessous ... (B Movelier. A. tr. p. V, 104). Loc. Bət dèchu, mettre sur le feu (F Roche): Fòrtunḗ l avi bət dèchu lə pò də la bya pòr ètsoud l’vè, F. avait mis sur le feu la marmite à lessive pour chauffer de l’eau (F Roche. Alm. cathol. SR, 1944, 44). Y an kóminchya dé firé fa déjó ló chapën é y an mitou dəchou la chpa, ils ont commencé par faire du feu sous le sapin, puis ils ont mis cuire la soupe (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 423). Absolt. fó vto alṑ btṑ duchu, il me faut vite aller mettre sur le feu, en parlant d’un aliment à cuire (F Alb.). «Il faut que j’aille mettre dessus», même sens (fr. rég. V Sch.). Soli m’ā dmorḕ tchu, cela m’est resté sur l’estomac (B Aj. Va. 67). S’i mètrə tò dəsu, dépenser tout son argent pour des habits, faire trop de toilette, litt. s’y mettre tout d. (G Aire‑la‑V.; var. Vd Chenit, G Herm., Dard.). Slə talyzə, sè ganyə pṑ pi d fran pè ẓr, è pé sè s’i mè tò dəsu! ces couturières, ça ne gagne pas même deux francs par jour et «ça s’y met tout d.!» (G Aire‑la‑V.). Synon. sous cul 1, 2o 7. Fó léi métr on·na pyra désu pò l’aréṣ dé krḣrè, il faut lui mettre une pierre d. pour arrêter sa croissance, se dit d’un enfant qui croît rapidement (Vd Blon.). Autres loc. sous contourner 5o, coudre 1, 1o. ‖ Métr ókə désu, ajouter qch. (Vd Blon.). Mtrè dèsu, surenchérir (V Trient, var. Vd Oron). 2o En parlant d’une marque, de ce qui est représenté, écrit: Ounm pan è ly yè lè kła dè cha mījon marka·ndè dèchouk, un pain sur lequel il y avait la marque des clés de sa maison (V Grim.). Ly avi [il y avait] dèchu tò chin kə vò pdè imajin: di dzā, di montnyè ..., sur le drapeau, on avait représenté tout ce que vous pouvez imaginer: des forêts, des montagnes ... (F Roche. Alm. cathol. SR, 1957, 66). Na tikètə k’y avè mon nyon dəsu, une étiquette avec mon nom d. (G Troin.). Lè papḕ chon kəmin lè chuvrè, i van avu [vont avec] tò chin kə lou [leur] bton dchu, les journaux sont comme les civières, ils portent tout ce qu’on met d. (F Roche). Autre ex. sous copier. 3o Au‑dessus, en haut (spor.; anc. F). «Il vouloit prendre ung droblet [cf. doublet] qu’estoit sur l’image de Nostre Damme en la chapelle tout dessus» (F 1489. Livre noir, I. AC). On panḕ intsaṣal, l è kan f lə tsiron dchu, un panier «enchâtelé», c’est quand il est rempli plus qu’à ras bords, litt. quand il fait le tas d. (F Roche). Rèsté dèsu, habiter au‑d., à l’étage (V Praz‑de‑F.). ‖ Précédé d’un autre adv. Tò désu, tout en haut (Vd Blon.). Itrə drè dèsu, surplomber, litt. être droit d. (Vd Sav., var. B Sépr.). Amon dəchu, en haut (V Maréc. Müller, 253); cf. amont II. L ton inó [en haut] dèsu, eux, ils habitent à l’étage supérieur (V Châble). ‖ Précédé de dès marquant le point de départ. In·n arəvin bā di dèsu sè son tròvā u fin bòr də na parai dè sé, en descendant, ils se sont trouvés au bord d’une paroi de rocher (Vd Orm.). On dəré kə vdyon l’və di désu, on dirait qu’ils versent l’eau d’en haut, dit‑on lors d’une forte averse (V Praz‑de‑F.). Par ext. ər də [de] tsu, vent du sud, litt. vent d’en haut (B Bois). ‖ Ci‑dessus (anc. Vd, F, N, B). «Ensi comme dessuis est diz et devisey» (B Porr. 1296. Trouillat, III, 9). «Nous havons recehuz et faict nostre borgeoys de Neufchastel Jehan dict Gauffra, mongnyer, et ses hoirs de luy procrees lealment et naturellement ... et ly avons outroyez ... et a ses hoirs comme dict est dessubs, que sa femme dehut et pehut user ses biens, et ses prochains de lignage heritissent ses biens» (N 1367. Matile, 885). «Le 8 mai 1802, jour que dessus» (Vd 1802, dans Gaz. Laus. 8 mai 1973). ‖ Là‑dessus, sens supposé: «Les valets dirent, la dance sur la Doub est 29 pots. Alors G. répondit, il veut donner 30 pots et bu un verre dessus et dit qu’il danserait la dite danse avec la femme du particulier» (B Delémont 1676. A. Rais). ‖ Loc. Tòrna chè pé mtrè dechouk, reprendre le d., aller mieux, guérir, litt. tourner se pouvoir mettre d. (V Haud.); cf. ci‑dessous V, 4o 3. Autres loc. sous casser 1o 5, couper 1o 4 et 8o, cul 1, 8o 3, dessous II. 4o Marque le but, l’orientation de l’action (Vd‑B). On fā kairə lé fndrè an mètan də l’édyə ṣda dəsu, on «fait cuire» les cendres servant à la lessive en versant de l’eau chaude d. (G Jussy); cf. cendre 1o. Absolt. Métrə désu, verser l’eau chaude sur le linge à laver (Vd Blon.). «Mai Tabazan, que perdai passiancé | cheuta dessu, et en apré l’eitrangllié», mais T., qui perdait patience, sauta sur lui et ensuite l’étrangle (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 214). Kan lè vtsè vyon lè bā [veulent les bœufs], è chton dèchu, quand les vaches sont en chaleur, elles sautent les unes sur les autres (F Gr.‑de‑V.). «Dainsse landet dessus, é lo tchamparet feuh de la vegne», ainsi se jetant sur lui, ils le poussèrent hors de la vigne (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. XXI, 39, dans Festschr. Tappolet, 148). Kan on mòtsè sè mtrè, lou kòrbé, sə son in nonbrə, sè bton ti dèsu, quand un épervier se montre, les corbeaux, s’ils sont nombreux, se jettent tous d., l’attaquent (Vd Orm.). Louz trəz infan son ti dèsu, les autres enfants le houspillent tous (ib.). ‖ Lorsque l’action porte sur des êtres animés, le vb. est généralt précédé d’un pron. pers. au régime indirect. «On Savoyar ... | y fu tua d’on gran cou de marmita | qu’onna fêna li arrossa [cf. arouts 2o] dessu», un Savoyard y fut tué d’un grand coup de marmite qu’une femme lui jeta d. (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 113); var. sous akouly III, 3o f. Chə ky’avìk ché pra lóouj a fòtou l’ḗə dèchouk, le propriétaire de ce pré a fait couler l’eau d’irrigation sur les fées, qui étaient cachées dans des trous en terre (V Évol. Bull. Gl. II, 29). La fumée «traîne à terre ... puis, tout à coup, le vent la redresse et la fait basculer, vous l’envoyant dessus» (fr. rég. Vd: Ramuz, Adam et Ève, éd. 1968, 86). Li t’a tərī dchu chin brinl, il a tiré sur lui sans hésiter (F Roche). M’a kayi dèchu, l’oiseau a fienté sur moi (Vd Sottens). Dans une chanson: Èprī vòt mṓə, lḗ tchïn, lḗ tchè vò pichrin dchu, après votre mort, les chiens, les chats pisseront sur vous (B Delémont. A. tr. p. III, 278). «Et voilà qu’il nous pleut dessus» (fr. rég. Vd: Ramuz, Séparation des races, éd. 1968, 85). Lə mòtsè pyè lè dzənè è lao fon dèsu, l’épervier épie les poules et fond sur elles (Vd Orm.). «Vaitcé lo tigre que ... te lâi arreve dessu», voilà le tigre qui fonce sur lui (Vd Cont. 1918, 2). «Une pierre qui lui est arrivée dessus» (fr. rég. Vd: Ramuz, La grande peur, éd. 1968, 239). «La montagne m’est venue dessus, mais je suis sorti de la montagne» (id. Derborence, éd. 1968, 293). «Regardez voir ce gros (nuage) noir; il est pour nous, il nous vient droit dessus» (fr. rég. Vd: Itten‑Bastian, En çà ... en là! 229). È m rḕp dəchu, il m’attaque (B Vicques). «Râpons‑y d’ssus, si i se remontre par ici!» (fr. rég. N Pier. 484). Y [leur] son pā zu [eu] də dou mó kə lè vlé dəsu é l’órdə, ils ne s’étaient pas dit deux mots qu’il saute sur lui et le bat (V Véross.). Lai chon tonbā déchu, «ils lui sont tombés dessus», ils l’ont attaqué (Vd Flendr.; var. Vd Sent., V‑G spor.). «En même temps l’infanterie nous tombe dessus à la baïonnette» (fr. rég. Vd Pier. 604). Trpa mé pā dəsu on mè! au moins ne me marche pas sur les pieds! (V Véross.). «Cet imbécile m’a marché dessus», a marché sur ma robe (fr. rég. N Gui.); même loc. G Hum., F Gr. «Vous me marchez dessus», id., ou: vous me marchez sur les pieds (fr. rég. Pl.). Avec pron. réfléchi: L alvan sè chtā [sauter] dèchu, ils allaient s’empoigner (Vd Rovr.). Autres ex. sous choir 6o, 7o, clore 1o 1, darder 1o, èkoup 1o; dans Pier. sous arriver, tomber, venir. ‖ «Elle sait une herbe qu’on boit dessus pendant huit jours et on est sûr d’avoir un garçon» (fr. rég. Pier. 63); cf. ci‑dessus I, 6o et boire I, 1o. ‖ Marque la direction: Avae təti [cf. tòtəv] lèz ae dèsu, suivre du regard, litt. avoir toujours les yeux d. (V Ardon, var. Maréc.). Loc. L a pārə kə lou mòḥī lin tsjè duchu, il a peur que l’église s’écroule sur lui, dit‑on de qqn qui ne va pas à l’église (F Villarg.). On tè vae pa mi, dərét‑on pa kə maezon tè tchè dèsu, on ne te voit plus, on dirait que notre maison menace de s’écrouler sur toi (V Ardon). Də nə è pò tòrẓò mə laòsi marṣi dəsu, je ne veux pas toujours plier, litt. me laisser marcher d. (G Aire‑la‑V.). «C’était la première fois depuis leur mariage qu’elle lui résistait; elle aurait dû le faire bien avant et ne pas se laisser marcher dessus» (fr. rég. Vd: A.‑L. Chappuis, La moisson sans grain, Vulliens 1961, 73). «Il se marche dessus», il se trompe (fr. rég. Vd, N). M’an fòtu lè tsin dchu, ils m’ont mis tous les torts sur le dos, litt. ils m’ont foutu les chiens d. (F Roche). Lə chno m’è tsəjḕ dèchu, le sommeil m’a assailli (F Vill.‑s.‑M.). Y’é boutó la man [mis la main] dəchu, yə l’é apélya, je l’ai attrapé, je l’ai secoué (V Maréc. Müller, 52). faẓai s’apənyi avé kókon kə no vədr pozā la pta désu ..., s’il fallait s’empoigner avec qqn qui voudrait nous mettre la patte d., occuper notre pays ... (Vd Forclaz. Nicolier, Lettre, I, 22). léiy aklyon dsu, ils le lui imputent (Vd Blon.); cf. akouly III, 3o f. «C’est une faute qu’on ne doit pas me mettre dessus» (fr. rég. G Gaudy). «Cette gronderie ne devait pas me tomber dessus» (fr. rég. N Gui.). «Ça me tombe dessus», ça m’ennuie, me déprime (fr. rég. Vd, N). «Se l’hotau en é digne, que veute pâ veigne dessi», si la maison en est digne, que votre paix vienne sur elle (B Nods. Rollier, Év. Matth. X, 13). Yə kratsə pa dèsu, je ne dédaigne pas cela, litt. je ne crache pas d. (V Ardon). Autres loc. sous chier 1o, choir 24o, darder 3o, èkorè 2o. 5o Marque un rapport abstrait. An lou vandan, on gany dəsu də brv sòm, en les vendant (les bœufs), on y gagne de jolies sommes (G Jussy). «C’en est un qui a bâti un hôtel et il a emprunté dessus» (fr. rég. Vd: Ramuz, Village dans la montagne, éd. 1967, 134). «Il y a les champs et la maison, mais ta mère devait dessus» (id. Vie de S. Belet, éd. 1967, 14). «On ne peut plus fabriquer de meubles de style, parce qu’il y a trop de main‑d’œuvre dessus», dans le prix de revient (fr. rég. SR non localisé. Radio SR, 1975). ‖ Kriyā dèsu, «crier dessus», huer (Vd Orm.); var. sous crier 1o, 2o 2 et 3o, avec sens différents. È lai dzlè dəsu, il est jaloux de lui (Vd Leys.); cf. dzal. I è in·n rinkün·n dəsu, j’ai une rancune contre lui (B Bois). «Toute la chanson tourne dessus», autour de ce sujet (fr. rég. non localisé. Radio SR, 1976). ‖ Kontā dèsu, compter sur qqn (V Ardon; var. Vd Sav., V Hérém.). «Je compte dessus», j’y compte, j’espère que cela se fera (fr. rég. SR). «Compte dessus et bois de l’eau!», n’y compte pas (fr. rég. Vd, V, N). S’ā dan·nèdj, s’ā ïn·n an·n k’an n sə srè to pyin réfyḕ dchu, «c’est dommage, c’est un homme qu’on n’peut pas beaucoup se réfier dessus», sur qui on ne peut guère compter (B St‑Br.). ‖ «Attendre dessus», attendre qqn ou qch. (fr. rég. Vd, N); cf. ci‑dessus I, 7o fin. «Madame X. attend dessus», attend cette commande (fr. rég. Vd Voi.). 6o Loc. prép. Dessus de, au‑dessus de (Vd Chenit, B Orvin; anc. F); cf. de I, 15o. «Jusque dessus dou teil [toit] de son hostel» (F 1410. Rec. dipl. VI, 144). «Chevronar sus les murs dessus du Galteron» (F 1465. Comptes Trés. 125. AC). Dèsu daou Brachœu y a lè Gran Mòlḕ, au‑d. du Brassus il y a les Grands Molards (Vd Chenit).

III. Détermine un subst. Qui se trouve au‑dessus, supérieur (Vd‑V et F passim, N‑B spor.; anc. V, F, B). «Par des places dessus ou les vaches allions» (V Monthey 1670. Cah. folkl. XXI, 7). La partya duchu, la partie supérieure (F Montb.). La p [part] dèchu, l’endroit d’un tissu (F Villarg.). Étādzə désu, étage supérieur (V Praz‑de‑F., var. Lourt.). Pāl dəsu, pièce principale de l’étage supérieur (Vd Gryon); détail sous pilo. «Trente et cincq quartiers de pierres franche pour faire le fenestraige du poille dessus» (B Porr. 1492. Rev. jur. 1951, 79). Tchnbra dsu, «chambre haute» (N Noir.); détail sous chambre 2o. Apartemin dechu, appartement à l’étage supérieur (F Montb. Co.). «Un coffre à contenir le grain existant dans la sale dessus de M. D.» (V Bagnes 1802. Ac, cote M 7/29, 16). Plyantsi dèchu, plafond (Vd Sassel); cf. dessous III; détail sous plancher. Solan dèsu, id. (V Finh., var. V spor.). «Pour le planchiz dessus, debvra estre fait avec des pounes [cf. pna]» (Vd Vevey 1672. Not. Sommelier. AC). «Le solan dessus de la petite chambre» (F Grandv. 1706. Reg. not. 3046, 227. AC). «Fayre la traveson [poutraison] dessus bonne et fort et segurement retenue» (F 1432. Rec. dipl. VIII, 17). Mœl dəchu, meule courante du moulin (B Mett.). Pò dəch, lèvre supérieure (V Nend.). Autres ex. sous bout 5o 1, chambre 2o, cotillon 2o, croûte 1o, dent 1, 1o (Gl. V, 326 b). Noms de lieux (choix). Ormont‑Dessus, commune de Vd (CN 1285): òrmon désu; Chevalets‑Dessus Vd Ch.‑d’Œx: tsavale dechu, prés; en Montau Dessus Vd Lonay (cf. Sgf. 435): a montā dəsu, prés; Piguet‑Dessus Vd Chenit (CN 1221): è pədyè dèsu, bâtiments, prés, pâturage; aux Champs Dessus Vd Oron: ao tsan dḕsu, pré, champs; aux Addoux Dessus Vd Rances: ḗz adou [cf. ados 5o] dèsu, prés, champs; Léchère‑Dessus V Ors. (CN 1365): in la lètchyrè dèsu, alpage; Troinex‑Dessus G Troin. (CN 1301); les Champs Dessus N Brot‑Dessous: lè tchan tsu; la Métairie du Haut N Land. (Sgf. 134): la vatchrī dsu, bâtiment, jardin, pâturage boisé; Tramelan‑Dessus B Tramelan (Sgf. 104): tramlò tchu; Develier‑Dessus B Dev. (CN 1086): dəvlīə dchu.

IV. Loc. adj. De dessus, supérieur (Vd‑V et B spor.). Èhzo dè dèchouk, étage supérieur (V Chal.). Tənyémin dé dsu, logement à l’étage supérieur (Vd Blon.). Prta dé désu, battant supérieur d’une porte en deux parties (Vd Forclaz). Pèrtou [pertuis] dè dèchp, bonde du tonneau (V Mont.). Autre ex. sous dent 1, 1o (Gl. V, 326 b). Nom de lieu. Plans Dessus B Orvin (cf. CN 1125): é pyan t tchu, maisons, prés, jardins.

V. S. m. 1o Dessus, face ou partie supérieure d’un objet (Vd‑B). Lə dəsu d’on mblyə [meuble] (G Aire‑la‑V.). Lou dèchu dao boufè [buffet] (Vd Sassel). Lou dèsu də la trblya è ply dè grsə, le plateau de la table est taché de graisse (Vd Chenit). Lə dəchu d lè sèlat [chaise à traire] (B Mett.). Dèsu dè kònlyè, bâton de la quenouille (Vd Vaug.). Kloulṑ lə dəsu də na kso, clouer le couvercle d’une caisse (G Aire‑la‑V.). Lè kafətyérə a la grèkə l on on déchu kə sè démndzè, la partie supérieure des cafetières à filtre peut s’enlever (F Gr.‑de‑V.); cf. cafetière 1o. Dəsu du fonè, partie ou surface supérieure du poêle (N Brév.; var. Vd passim, V‑B spor.). Tsouyə lo désu daou fòrnè, kā yə frəksè! fais attention au d. du poêle, car il est brûlant! (Vd Penth.). Lou dèsu də la tsəmənā sè ḥlyouzai avè dou manté, l’orifice de la cheminée se fermait avec deux volets (Vd Chenit). ‖ Spécialt. 1. Dessus d’une chaussure, tige, empeigne (Vd Leys., V Praz‑de‑F., Nend., F Grandv., B Sépr., Mett.). Lə dechu de la bta, la tige de la botte (F Grandv.). Fó rəmindé lə dèsu a slè btè, il faut raccommoder le d. de ces souliers (V Praz‑de‑F.). ‖ Partie d’un bas qui couvre la jambe (Vd Leys.). 2. Garniture d’une tarte (Vd et F spor., N Brév.). Lə dəsu də la salḗy [tarte] (N Brév.). Lou dèsu è rdou pou èpè, la garniture est bien peu épaisse (Vd Sent.). Autres ex. sous dessous V, 1o 1. ‖ En parlant d’un plat: Mindjīə lə dchu, manger le d., le meilleur (B Charm.). Tə n pran ran k’əl dəchu pò èva to l bur, tu ne prends que le d. pour avoir tout le beurre (B Pleigne). fó tò mədjī, pṑ rintyè mədjī lou dèchu è léchī lou dèjò: l è lè gòrman kə fan dinchə, il te faut tout manger, pas manger seult le d. et laisser le fond: ce sont les gourmands qui font ainsi (F Joux). 3. Étage supérieur d’un bâtiment (Vd, F Crés., B; fr. rég. Vd); cf. dessous V, 1o 2. Lo dèsu dè l’òtó [maison] (Vd Const.). «Aussi Mme Suzanne eut‑elle beaucoup de peine à obtenir de lui le dessus du four pour Aimé. Le four était à l’angle du jardin ... Il y avait dessus une espèce de chambre où on montait par une échelle» (fr. rég. Vd: Ramuz, Aimé Pache, éd. 1967, 54). 4. Sommet d’un arbre (Vd Penth., Sassel, V Vouv.), d’une plante herbacée (Vd Sassel). Nòz arin on·n iv frā, la brīrə fyrè kanky ao dchu, nous aurons un hiver froid, la bruyère fleurit jusqu’au sommet des tiges (Vd Sassel). Autres ex. sous couper 1o 4, croître I, 2o (Gl. IV, 597 a). 5. Partie supérieure du corps, tronc, en parlant d’une personne (V Lourt., N Brév., Planch.), d’un animal (F Gr.‑de‑V.); dos d’un animal (Vd Penth.). Lə dsu du kó [corps] (N Ch.‑de‑F.). Autre ex. sous dessous V, 1o 3. 6. En parlant de différentes parties du corps. Dəsu də la man, dos de la main (G Choul.; var. Vd passim, V‑F et B spor.). Déchu dou bré, partie supérieure du bras (F Grandv.). Duchu dè la tṣa, sommet de la tête, occiput (F Montb.; var. Vd‑V et N spor.). Lə dəsu də la tta è tò tchóf, le sommet de la tête est complètement chauve (N Brév.). Dèchou dou nā, racine du nez (V Miège, var. Vd Vaug.). Dsu d la gòrdj, palais (N Planch., var. F Montb.). Lo déchu déz è [yeux], les sourcils (V Maréc.). Lə dchu d la djaïnt [cf. jointe], la tête de l’os entrant dans une articulation (B Plagne). 2o Sommet d’une montagne, d’une pente (Vd et F spor.; fr. rég. Vd). Lou désu dé la montanyə, daou krè [cf. crêt] (Vd Month.). Lo dèsu dè la montyè [montée] (Vd Vaug.). Lə dèsu dao prā l è a mon frārə, la partie supérieure du pré appartient à mon frère (Vd Corsier). On·n intindi on chaba d’infḕ tntchyè ou fin dchu dè Pon·navla, on entendait un bruit d’enfer jusque dans la partie la plus haute de Pont‑la‑Ville (F Roche. Alm. cathol. SR, 1949, 78). «Il allait chercher ses racines dans le dessus des montagnes, où sont les pâturages» (fr. rég. Vd: Ramuz, Terre du ciel, éd. 1967, 184). ‖ Au pl. Les hauteurs, les sommets (Vd Orm., Forclaz; fr. rég. Vd). Am pèr ao dèsu, sur les hauteurs, litt. en haut par ces d. (Vd Orm.). «I é étâ fére on tor pei thâu [ces] déssus po vâire noutron bé paï», je suis allé faire un tour sur les hauteurs pour voir notre beau pays (Vd Forclaz. Nicolier, Lettre, I, 18). «C’est vers en haut qu’il se déplaçait, vers les dessus et les lointains de la pierraille, du côté des grandes parois» (fr. rég. Vd: Ramuz, Derborence, éd. 1968, 369). «Une corolle de gentiane ... cueillie au fin dessus du Suchet» (fr. rég. Vd: Lugrin, Tzi no, 48). Nom de lieu. Le Dessus du Gibloux F Gumefens: lə dchu dou dzublyā, subdivision de la forêt du Gibloux située sur la crête. 3o Ce qui se trouve dessus, en parlant du contenu d’un récipient: Éḥlyòr lə dsu dòou dytso, écrémer le lait dans le baquet (Vd Blon.). ‖ Fig. Lə də su du panī, le d. du panier, ce qu’il y a de meilleur (G Aire‑la‑V.; var. Vd spor., V Ardon). əl dəchu di sè [sac], id. (B Pleigne). Y’é atsətā lə dèsu də pan·nai, j’ai acheté le d. du panier, les plus beaux fruits, les plus belles marchandises (Vd Orm.). 4o Loc. 1. Loc. adj. Dao [du] dèsu, supérieur (Vd Vaug.). La partya dao dèsu, la partie supérieure (Vd Pailly). 2. Loc. adv. Din l dəchu, dans la partie supérieure, en haut (B Charm.). 3. Loc. verb. Avè lə dəsu (V Véross., var. Vd‑B passim), avoir le d., avoir l’avantage, la victoire, parfois aussi: avoir surmonté ses difficultés. Par [prendre] lo dchu, id. (B Charm., var. Vd Month.). I sə son pr də lg, y è lya k’ zu lə dsu, ils se sont pris de bec, c’est elle qui a eu le d. (G Bern.). Vòou pèrtò avéi lə désu, il veut avoir le d. en tout (Vd Blon.). I pā lacha [laissé], l a sèdó, y a fadu [fallu] mè laché lə dèsu, je n’ai pas fléchi, il a cédé, il a dû me laisser l’avantage (V Praz‑de‑F.). S’è a·n òm k’a lə dsu ra, il a gènyi, il è f də mizḗr, c’est un homme qui a maintenant le d., il a gagné, il est hors de misère (N Brév.). Éi réprin lə désu, il reprend le d., il guérit (Vd Blon.). Kan la kètə li a jou pach a pou pri, l a rèprḕ lə dèchu è chè jènvè, quand son ivresse fut à peu près passée, il reprit ses esprits et il était gêné (F Treyvaux. Novi botyè, 36).

VI. Composés: prép. + dessus.

1. — a dèch F 12 (Vill.‑s.‑M.). ‖ Loc. viḥi [vêtir] a dèchu, mettre un foulard sur les épaules, par‑dessus la robe, les extrémités cachées sous le tablier à bavette; anc. costume de fête des femmes; cf. dessous VI, comp. 1, 1o.

2. — AU‑DESSUS, ao dès, etc. (voir dessus), aou — Vd 32, 51, 61, 69, 82, 92, òou — 31, — F 51, ā — B 40, 48, 4 Courtételle, 60, ou — Vd 22, 23, F 12, 15, 17, 4 Treyvaux, on — 33, 34, œu — V 22, u — Vd 11, 12, V 18, 21, G Dur., N 20; attesté seult dans le comp.: òou duchu F 5 Journ. Estav. Anc. a desus B 6 XIVe s.; patois au dessus Vd XVIIIe s. Craizu. 1o Adv. Au‑dessus, en haut (Vd Blon., B Courtételle, Charm.). Prin lə livro kə l é òou désu, prends le livre qui est tout en haut (Vd Blon.). ‖ Loc. fig. «Ly quelz que est vaincuz, est tenuz es despans ai lai partie que verroit [viendrait] a desus», qui aurait gain de cause (B Aj. 2e moitié XIVe s. Trouillat, II, 532). Étr u dəsu, avoir pris le dessus, être hors de danger, hors de la misère (G Dur.). «Alexis a été entre la vie et la mort pendant plusieurs mois; mais, grâce à Dieu, le voilà au‑dessus» (fr. rég. G Hum.). Arəvā œu dèchu, percer un secret, découvrir des intrigues (V Maréc.). N’in pu p ou dèchu, je n’y comprends rien, litt. je n’en peux pas au‑d. (F Roche, Treyvaux). 2o Loc. prép. Au‑dessus de, plus haut que (Vd passim, V Champ., Véross., F passim). Lay a on·na tsnbra aou dèsu de la kva, il y a une chambre au‑d. de la cave (Vd Oron). Y rè achityè chu cha pyra, on dèchu dè Vəlachouryā, elle était assise sur sa pierre, au‑d. de Villarsiviriaux (F Villarg. Bull. Gl. IV, 27). ‖ A la surface de: Lè bouchon rston  déchu dè l’ivə, les bouchons restent à la surface de l’eau (F Gr.‑de‑V.). ‖ Fig. È s krè u dsu d tchakon, il se croit au‑d. de chacun (N Noir.).

3. — dətch, dtchu B 40, 47, 54, 60, 6 Va., B Pays Dim., dətsu 50. 1o Adv. Dessus (B Épauv., Aj. Va.). Si tchïn m’ā tò drè vni dətchu, ce chien s’est jeté directement sur moi, litt. m’est tout droit venu d. (Aj. Va.). Sāt mə dtchu, èsan·n mə, dḗ kō i n n ḕ p pavou, saute‑moi d., assomme‑moi, des coups je n’en ai pas peur (Épauv. Surdez, Baichates, 17). 2o S. m. Dessus, partie supérieure (Pleigne). ‖ Spécialt. Partie supérieure de la luge (Vermes). Partie de la maison qui se trouve au‑dessus du rez‑de‑chaussée, étages (Bois). ‖ Loc. fig. Èvè lə dətchu, avoir le d. (Pleigne). 3o Composés. An dətchu, en dessus (Aj. Va.). Dḕ dətchu, id. (Pleigne, var. Aj. Va.); cf. ci‑dessous comp. 5. Par dətchu, par‑dessus (Pleigne): Par dətchu léz épāl, par‑d. les épaules. Cf. ci‑dessous comp. 8. — Litt. de dessus.

4. — di dès Vd 16, di tsou N 61, dé dsu B 13. 1o Adv. En haut (Vd Orm.): Y è sèrin di dèsu, le ciel est serein en haut, au‑dessus du brouillard. ‖ En surplomb (B Lamb.). 2o Loc. prép. Di tsou də, au haut de (N Land.): Di tsou də Konb [Combes, hameau situé au‑dessus du Landeron]. — Litt. dès dessus.

5. — dva dchu,tchu B 60, d(v)è — 45, 47, 48, dvé — 54, 6 Va. 1o Adv. Au‑dessus, en haut (B Sépr., Charm.). Rèvét dè dchu! regarde en haut! (Sépr.). Dmorḕ dva dchu, habiter à l’étage supérieur (Charm.). ‖ Sé dva dchu, ceux qui habitent au‑d. (ib.); cf. ces I, 2o 3. 2o Loc. prép. Dva dchu də, au‑dessus de (Charm.; var. Pleigne, Mett., Épauv.). Dva dchu d lè tyèv, au‑d. de la cave (Charm.). «Tchu le tchaimpois de Delémont in pô devoitchu di Mexique [lieu‑dit]», sur le pâturage communal de D. un peu au‑d. du M. (Pleigne. Pays Dim. 1901, 194). — Litt. devers dessus.

6. — EN DESSUS, in dès, etc. (voir dessus) Vd 31, 43, 54, 82, V 12, 43, 75, F 12, 34, aïn — Vd 51, an — G 10, 20, B 13, 45, 48, 60, 6 Gué.; forme attestée seult dans le comp.: in duchu F 34 var. 1o Adv. Au‑dessus, en haut (spor. Vd, V, F, B; fr. rég. SR spor.). Travlyon in désu, ils travaillent en haut (Vd Blon.). Réstā in dəsu, habiter à l’étage supérieur (V Vouv.). «C’est juste en dessus», au‑dessus de notre appartement (fr. rég. Vd. Radio SR, 1975). «Y a‑t‑il des vues imprenables dans la maison que vous dirigez ici en dessus?» (fr. rég. non localisé. Ib. 1976). ‖ Au‑dessus de zéro, en parlant de la température (fr. rég. SR): «Ce matin, il y avait trois en dessus» (V Sch.). De plus: «Ça devait bien être dans les neuf heures du matin avec quelques poussières en dessous ou en dessus» (fr. rég. V. Journ. Sierre, 17 janv. 1978). 2o Loc. prép. En dessus de, au‑dessus de (Vd Burt., Chenit, V Vouv., G Herm., Dard.; fr. rég. SR). Lèz Èsḕ son in dèsu də l’Oryan, les Esserts sont au‑d. de l’Orient (Vd Chenit). L a nyu in dəsu də dzé fin mtré, il a neigé au‑d. de douze cent mètres (V Vouv.). An dəsu də la kva, au‑d. de la cave (G Dard.). «Le village de Gingins est à une lieue en dessus de Nyon» (fr. rég. G Hum.). «Là où il y a le cordonnier en ce moment, en dessus de l’église» (fr. rég. N. Radio SR, 1977). ‖ En parlant de la température (fr. rég. SR): «Un degré en dessus de zéro.» ‖ Au‑dessus de l’âge de: Léz infan in désu dé sat an divon al a l’ékla, les enfants qui ont sept ans révolus doivent aller à l’école (Vd Blon.).

7. — ind dès V 42 (Praz‑de‑F.). ‖ Loc. prép. Indi dèsu dè, au‑dessus de: Indi dèsu dè la kva, au‑d. de la cave. — Cf. ind «depuis».

8. — PAR‑DESSUS, pèr dès, etc. (voir dessus et par) Vd‑B passim. 1o Adv. 1. Par‑dessus, par en haut: Pḗsḕ [passer] pè dchu, enjamber (B Mett.). Də pas pè dsu, je passe par en haut, par la partie supérieure du village (G Bern.). 2. A la surface supérieure ou extérieure (Vd Sav., F Villarg., N‑B spor.). An·n étandḕ dchu ïn yḗ [lit] d’ḗtrin, è p èpré l monsḗ d lïndj, è p pè dchu əl ḥəriə, on étendait dessus (sur des rameaux de pin au fond du cuvier à lessive) une couche de paille, ensuite on mettait le tas de linge, puis le charrier par‑dessus (B Mervelier); cf. bya encycl. 3. Èṣandrə lou ḥindrā chu lou lndzou è vèch din ḥndrè pèr dèchu, étendre le charrier sur le linge et étaler des cendres par‑d. (F Villarg.). Lè salyè son ttè nrè! — Pdər d la ferna pèr dsu, les tartes sont toutes noires! — Saupoudre‑les de farine (N Couvet. Grœger, Schweiz. Mund. 75). Lə rapənyivə son kəsin a farə lə pintə, kə fayai [qu’il fallait] la vairə farə a dinsi tu sae fœzé pèr dəsu, elle empoignait son coussin à dentelles, et c’était un plaisir de la voir faire danser tous ces fuseaux par‑d. (N Montal.). «Lo vaitcé avau avoué Berboutset per dessu», le voici par terre avec B. sur lui (Vd Sav. Cont. 1921, 32). Autre ex. sous coudre 1, 1o (Gl. IV, 374 b). ‖ Superficiellement (V Évol., B Mett., Bonc.). Chin è fé rin·n kə pè dəchouk, cela n’est fait que superficiellement (V Évol.). 3. Au‑dessus, en haut (Vd Blon., V Châble). Démòourə pèr désu, il habite en haut (Vd Blon.). K’ant ə tan a trakaché inó [en haut] pè dèsu? qu’ont‑ils à faire tant de bruit en haut, à l’étage supérieur? (V Châble). ‖ En surplomb (B Lamb.). ‖ Sur les hauteurs: Ily a nyu par duchu, il a neigé sur les hauteurs (F Montb.). 4. Fig. Après une telle cure, «sès idées po le roi veuilla bin surama | pâti pa d’su pa d’zo avouè to son terma», ses idées royalistes vont très certainement être évacuées par en haut et par en bas avec tout son tourment (N Locle. Bibl. 847). 5. En plus, par‑dessus le marché (Vd‑V spor., F Gr.‑de‑V., B Nods). Balyè pèr dèchouk, donner par‑d. le marché, en guise de cadeau (V Grône; var. V Praz‑de‑F., Ardon, F Gr.‑de‑V., B Nods). Sə t’ādztè dyé pan, t’in bdon von pè dèsu, si tu achètes dix pains, on t’en donne un par‑d. le marché (V Praz‑de‑F.). Avi san kə byon pèr déchu dan ṣa butka, l’aférə vin a bon martsi, avec ce qu’on donne en sus dans cette boutique, les marchandises reviennent à bon marché (F Gr.‑de‑V.). Loc. Lé s ttè é yna pèr désu, il a réplique à tout, il s’en tire toujours, litt. il les sait toutes et une par‑d. (Vd Blon., var. Rovr.; fr. rég. G Hum.). ‖ De plus, de surcroît: Rozə rè filyə dè grṓ payijan è li n’rè tyè on pro dyèrṣənè, pèr dèchu on bchko, R. était fille de gros paysan et lui n’était qu’un petit domestique, et de plus un bâtard (F Treyvaux. Novi botyè, 24). ‖ Superflu (Vd Leys.). 2o Prép. 1. Par‑dessus, par un endroit situé plus haut que (spor.). Èl ā voulḕ pè dchu lè mājon, il a volé par‑d. les maisons (B Sépr.). È foou mitnan pasā par dchu on·n groous ròtch, il faut passer maintenant par‑d. un grand rocher (B Orvin. S. jur. Ém. 1952, 228). Gustāvə mè sótvè p dèsu lèz èplè, G. sautait par‑d. mes épaules (Vd Chenit). On pāvə lyḕrə pèr dèsu sèz èpṓlə, on pouvait lire par‑d. ses épaules (Vd Corsier). 2. Sur, à la surface supérieure ou extérieure de (passim). È pontnè tòdzòr pèr dəsu ṣœ lan, il grimpe toujours sur ces planches (Vd Leys.). Montṑ pè dəsu léz épól, monter sur les épaules (G Aire‑la‑V.). «L’îre setâ dè coûte lo pére Pottu, per dessu lo fornet», elle était assise à côté du père P., sur le poêle (Vd Sav. Cont. 1904, 52). Julə kòrəsai p dèsu la barinrə daou pon, J. courait sur la barrière du pont (Vd Chenit). ré tòrdzó a raton ina [en haut] pé déchou lé ti, il était toujours à quatre pattes sur les toits, en parlant d’un couvreur (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 418). O k s’a bon, di tchinbon | èvo d l’étchəmat [cf. écumette 2] | pè dsu lé pomat! oh que c’est bon, du jambon avec du résidu de beurre fondu sur les pommes de terre! (B Noirmont). «Mon lion l’è crèvâ, tè foudrâ betâ sa pî per dessu tè et allâ à quatro dein la dzéba», mon lion est crevé, il te faudra mettre sa peau sur toi et te mettre à quatre pattes dans la cage (Vd Sav. Cont. 1918, 2). ‖ «E n’avai pa avesie l’patoi, liu, porcè qu’el ètai adé z‑eu par d’su l’monde», il n’avait pas l’habitude du patois, parce qu’il avait toujours été à travers le monde (N Val. Pat. neuch. 23). ‖ Loc. Kriy ókə pèr désu lé tāi, crier qch. sur les toits (Vd Blon.). Ex. anc. N sous dessous VI, comp. 5, 2o 2. 3. Au‑dessus de, plus haut que, dans les loc. fig.: Y’in·n é pèr dèsu la tta, j’en ai par‑d. la tête, j’en ai assez (Vd Orm.; var. V Bagnes, B Plagne). In·n avae pè dèsu la tta, être fortement endetté (V Ardon). L a dè dtè pèr déchu la tṣa, il a bcp de dettes (F Gr.‑de‑V.). Un·n avai pèr dèsu lèz èplè, être surchargé, en avoir plus qu’on ne peut porter, en avoir assez, litt. par‑d. les épaules (Vd Penth.; var. Vd‑F et B passim). Y’é də l’ouvrdzou pèr dèsu lez eple, je suis surchargé de travail (Vd Vall.). Nin·n i tnkè pè dèsu liz éplè dè lanyə [fatigue], je suis très fatigué (V Trient). L a dè l’òvrdzo pèr dèsu lè bré [bras], il a du travail plus qu’il n’en peut faire (Vd Penth., var. F Crés. sous bras 1o 2). Y’èd è par dsu lo dou [dos], j’en ai assez (N Noir.). ‖ Supérieur à: Èl ā pè dchu tòt ātrə, il (l’enfant Jésus) est supérieur à tout autre (B Courrend. A. tr. p. III, 266). 4. En plus de: Sti y a rèmacha tté lé krə pté, lé broué [cf. bryə], lé brnsé, é pər dəchou chin éi lé [impr. li] byó mtchy é fda dé ch·ea, il a ramassé tous les vieux chiffons, les hardes, les marmites, et en plus de cela les beaux mouchoirs et tabliers de soie (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 438). L a jou chin kə l a vòlu, Fòrtunḗ: lə bī képi avu chon pyumè, è l’no pèr dèchu bon knto, F. a eu ce qu’elle voulait: le beau képi avec son plumet, et l’âne de mari par‑d. le marché (F Roche. Alm. cathol. SR, 1945, 58); autre ex. sous compte 1o. «Cha‑t au houe de leur menavan avoué dei djigué désaccouerdaie et avoué dei trouyé, et pouai dei sublié dè magnin per dessu lo to», sept ou huit d’entre eux jouaient avec des violons désaccordés et des cornemuses, et puis des sifflets de chaudronnier ambulant en plus du reste (Vd Bridel, Conserv. suisse, VII, 1815, 410). ‖ dchu tò, par‑d. tout, surtout (B Mett., var. F Treyvaux). — Cf. pardessus s. m.

VII. Composés: dessus + subst. ou pron.

1. — dəch bré (a) V 76 (Haud.). ‖ Loc. adv. Avec le bras levé: Arotchyè dè prè [lancer des pierres] a dəchou bré. — Litt. à dessus bras; cf. arouts 2o, dessous VII, comp. 2, 3o.

2. — tchu l’ B 35 (Courrend.). ‖ S. m. Perron. — Litt. dessus l’huis; cf. devant‑ comp.

3. — dchu l pèy B 48 (Mett.). ‖ S. m. Étage. Stə mājon n’é p də dchu l pèy, cette maison n’a pas d’étage, n’a que le rez‑de‑chaussée. — Cf. pilo «chambre de ménage» et ci‑dessus III.

4. — tchut B 40, 47. ‖ Adv. Surtout. tchè yi fèzḕ mā | antr douə vāv tchutò, le choix lui faisait difficulté, entre deux veuves surtout (B Pleigne. Ke. Mundarttexte, 7). — Litt. dessus tout; cf. surtout.

5. — tchu l tyu B 45 (Sépr.). ‖ S. m. Croupe. — Litt. dessus le cul.

Composé de de et sus; FEW, XII, 464, 466 a; M. Delbouille dans Festschr. Rheinfelder, 78‑86. Dans F, l’accent est parfois remonté sur la 1e syll. par anal. à dfro «dehors», djo «dessous», bien que la voy. finale ne coïncide pas, comme dans ces derniers, avec une finale atone courante de paroxyton frprov. Dans le type dich, de a été remplacé par dès; même phénomène sous depuis. — En fonction de prép. (sens I), dessus est concurrencé dans toute la SR par sus, dont le sémantisme, et parfois les formes, se sont alignés sur ceux du fr. sur. En revanche, en fonction d’adv., dessus n’a pas d’équivalent courant en dehors de V, où subsiste dèjourè < desŭper (surtout Bas‑V) et où sus conserve sa valeur adverbiale; le cas extrême est représenté par le patois de V Sav., qui ne connaît que sus (cf. Favre‑Balet, 146‑147). — Sur les tournures du type il nous vient dessus «il vient sur nous», etc. (sens II, 4o), cf. Voi. dans Actes colloque Neuch. 224. — Cf. ci II, comp. 14, denssu, dessous, jus, lœch et les comp. de ici‑, ikə‑, inkə‑, kə‑, là‑, li‑, linkə‑, sens‑. Ma.

Pour citer cet article : DESSUS (réd. Ma.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome V, p. 495.

Marge de droite