Tome V page 946
 

1. DROIT, dri, ‑āi, ‑āe, f. (cf. hist.) ‑t(ə), ‑è, ‑é, ‑ì, parfois ‑a Vd 10‑12, 14, 16, 17 corr., 2, 30 (dri, ‑òi), 31, 35, 36, 3 Favrat, 40‑44, 48, 4 Signy, 51, 54, 5 Chenit‑Moulin, 61, 63, 64, 66, 6 Montricher, 71, 73, 7 Sergey, 84, 8 Bullet, Concise, Provence, 92 var., 93 var. (→ ‑ā), 9 Mat., Vd Br., Dum., Co., Cont., V 10, 12‑14, 15 Gch. var., 1 Bouveret, 32‑35, 3 Riddes, 40‑42, 45‑47, 50 et 50a var., 54 corr., Ba., G 21, F 3 Siviriez, 44, 4 Corminbœuf et Lentigny Zi., Matran (→ ‑ā), 56 Gch., 61 (→ ‑ā), 62, 6 Barberêche (→ ‑ā), Misery, N 10a Urtel, 11‑13, 1 Cortaillod, Fretereules, 1 Haef., 61 (et ‑è), B 21, 22 (‑aə), drā, ‑a, parfois → ‑ Vd 15a, 17 Ja., 18, 1 Bex, Villars, 32‑35, 3 Lutry, 40 Tp., 4 Montherod, 5 Charbonnières, 65, 66a‑69, 6 Essertines, Forel, 7 Chavornay, Juriens, 9, V 15‑18, 3 Saxon Dietrich, 47 Tabl., G 17‑19, 1 Bardonnex, F 21, 22, 3, 4 passim, 56 corr., 5 St‑Aubin, 5 Haef., Journ. Estav., 60, 6 Court., N 1 Bevaix, B 3 Tav. Gill. et Zi., dr, ‑ṑ F 5 (‑aò 50, 5 Cugy, Surpierre), dri, ‑ḕi, ‑èi, ‑éi, etc. Vd 1 passim (surtout Tp.), 21 var., 23a Usteri, 3 Clarens, 46, 4 Bassin, Chéserex Tp., Muids, 50, 51 var., 5 Bioux, 66, 85 Tp., V 10 var., 11 (→ ‑), 22 et 23 var., 2 Vernayaz, 30, 31, 35 corr. var., 36, 40 et 41 var., 43, 45 Jj., 4 Bruson, Médières, Sarreyer, Verbier, 5, 6 Miserier, 71 Lav. (sens II, 3o 2; et drèk), 74a (id.; et drìk), G 1 Gy, 21 var., 2 Grd‑Saconnex, Peney, F 1 passim var., N 10a Gch., B 20, 2 Romont, dr, ‑, drè, ‑ḕ, parfois dré, drḗ Vd 13, 16 et 17 Tp., 19, 1 Châtel, Fontaine, Morcles, Ormont‑Dessous var., 34 corr. var., 35 Tp., 42 var., 4 Chéserex Jj., Givrins, 54 var., 5 Lieu, Solliat, 64 Tp., 6 Thierrens, 70, 71 Gch., 74, 7 Abergement, Ballaigues, 8, 9 Combremont‑le‑Petit, Donatyre, Faoug, V 2, 30 et 32 var., 35 (sens I, 1o loc.), 44, 53 Mg., 75 Jqn. (sens II, 3o 3; drèk in pausa), G 10‑15, 1 Chancy, Épeisses, 2 passim, Dur., F 1, 20, 2 Crêt, 30, 33 Duraffour, 3 Châtelard, Rue, Vuisternens, 40, 41, 4 Autigny, Praroman, Rossens, Treyvaux, 5 Cheyres, 63, 6 Praz, N 10, 1 Colombier, Rochefort, 2‑6, B 1, 23‑28, 32, 33, 3 Tav. Tp., J 60 vx, 6 Beurnévesin, dri V 60 Tabl., dreis, f. dreitì, ‑ə, ‑e 61 (et drìs Ma.), 7 (dré(i)ks 75 var., driks ib. Schmolke, ‑és 74a Fankh., 76 var.; f. drètə 71 Seppey, ‑é(i)gtì 75 var., ‑èisə 72 Jj. var.), 84, drè(k)s 72, 84 var., dris, f. dritì, ‑ə 60 et 62 (‑sé), 8, drit 80 (sens II, 3o 2), 82 (sens I, 5o 2), dra, ‑, parfois ‑è, f. ‑t B 30, 34, 3 Châtillon, Grandval, Perrefitte, Roches, J; attesté seult au fém.: dritè V 8 St‑Léonard; formes proclit.: dra Vd 13 Ja., drei 31, V 86, dr, ‑è, ‑é (surtout ALF 428) Vd 12, 15a, 17 corr., 24, 33, 35, 47, 50, 53, 62, 74, 90, V 1‑5 spor. (tous ALF), 82, 87, F 14, 21, 32, 43, 51, 55, 56, Étr. frib., N 13, drin F 31, 33‑34 (et, combiné avec in·nn «en avant»: drin·nan, sens III, 3o 6), dri V 82a, 83, 89, F 1 passim, 4 Treyvaux; attesté seult au sens III (adv. et conj.): drei, dréi V 73‑76 (et ‑é, ‑ék 74a‑76), drè 89 Gill., drèt 86 var., 86a, 89 Jj., dri 60, 62, drè(t) 82a, 83, 85. Anc. dreit F 1722, dret G XVIIe s. Bibl. 1923; patois drai Vd XVIIIe s. Craizu, Bibl. 1153, dray G XVIIIe s. Rocati, drey N 6 vers 1740, dre Vd 33 vers 1520, f. droite J 4 XVIIIe s. Paniers. Cf. n. de l. — Rel. phon. 1899; Tabl. 146, 439; Zi. I, IV; II, IV; III, V, XV; Haef. Frib. 31, 171, Neuch. 18, 19, 38; Gill. et Dietrich, mat. ms.; Pier. 199; ALF 428, 516 (V 87), 573 (id.), 1045, 1150 (id.), 1763 (V 44), Suppl. 307.

Sommaire:

I.

Adj.

1o

Droit, qui est sans courbure, sans déviation d’une extrémité à l’autre.

2o

En parlant d’une personne: dont le corps est sans déviation, redressé.

3o

Direct, sans détour.

4o

Vertical ou approchant de la verticale.

5o

Debout.

6o

Raide, fortement incliné, abrupt.

7o

Fig. Franc, loyal. Vrai, authentique.

II.

S.m.

1o

Ligne droite, dans des loc.

2o

Voie directe, raccourci.

3o

Loc. prép. 1. Au droit de. 2. Le droit de. 3. Du droit de.

4o

Pente.

5o

Adret, côté exposé au soleil.

6o

Endroit d’une étoffe.

III.

Adv.

1o

En droite ligne, sans détour, par le chemin le plus court.

2o

De façon rectiligne et par ext. selon les règles de l’art.

3o

Combiné avec un adv. de lieu, généralt avec idée de mouvement: directement, sans détour.

4o

Aussitôt, sur le champ, immédiatement.

5o

Marque une coïncidence, une corrélation: justement, à ce moment précis.

6o

Exactement, tout à fait, vraiment.

7o

Précise une relation de lieu ou de temps.

8o

Marque une restriction: seulement, à peine.

9o

Loc. conj. Drai kə.

IV.

Composés.

1.

a drai.

2.

də drai.

3.

in drai.

4.

tò drai.

5.

tò lə drai.

I. Adj. 1o Droit, qui est sans courbure, sans déviation d’une extrémité à l’autre, ou d’un point à un autre (Vd‑J). On·na pèrtsə drita, une perche dr. (Vd Nov.). Lnyə draitə, ligne dr. (V Praz‑de‑F.). Drèitə rayə, drèitə trasə, sillon dr., trace (de pas) dr. (V Isér.). Fó dë bəlon drai pò a risə [pour la scierie], atramin i plntsè tè pyon pā pyə ò raisyu, il faut des billons dr. pour faire des planches, sinon ce n’est pas rentable, litt. les planches ne te payent pas même le scieur (V Châble). La kydùrə l è drita, la couture est rectiligne (V Trétien Dietrich). Li rayə èṣ drètə, le sillon est dr. (V Hérém. Seppey). Oun chapën byó [beau] drsé, un sapin bien dr. (V Sav.). Sé bro a dāi brntsè blè dritè, cet arbre a des branches bien dr. (Vd Penth.). Oun trko brvo drèi, une trique bien dr. (V Isér.). La pynta [plante] l è drètə, ma on krbo ly a, ce sapin est dr., mais il y a une courbe, c.‑à‑d. un défaut, paroles d’un marchand de bois (F Sorens mod.). Autre ex. sous ètla 1o croyance. ‖ Krnè drtè, cornes dr., plus ou moins rectilignes, d’une vache (F Ch.‑St‑D.). È kòrnə du tsamò vnyon dréitə; kan chə vron in dəri, èt oun·n étrlo, les cornes du chamois poussent dr.; quand elles se courbent en arrière, il a atteint l’âge d’un à deux ans (V Nend. Sch.). Comparaisons. On·na routə drtə kəman on fi, une route dr. comme un fil (F Gr.‑de‑V.). Par antiphrase. Drè kòm è·n tchinb də tchïn, dr. comme une jambe de chien (J Pleigne, var. Vd Blon.), drè kman mn bré kan ẓ mə mṣo, dr. comme mon bras quand je me mouche (G Herm.), se dit de qch. de courbe ou d’un alignement mal fait. Fig. Sun è asə drāi kè mon bré kan mè mtso, ou kè la tsnba dè dèrai [de derrière] d’on tsin, cela est aussi dr. que ..., c.‑à‑d. c’est injuste, le droit a été violé (Vd Penth.). Spécialt. Konpa drai, compas à pointes dr. (Vd Sent.). Lə konpa d’èpèchāo è lə drai, le compas d’épaisseur et le compas dr. (Vd Orm.); cf. compas 1o. ‖ Alna dritè, alêne à tige dr. (V Liddes). L a dé plójó chrtè d’ain·nə, l a dé drtè è də hè dou son krbo, il y a plusieurs sortes d’alênes, il y en a de dr. et d’autres au bout recourbé (V Sav.). ‖ Pla [pelle] drta, bêche (V Bourg‑St‑P., var. Châble). ‖ Éjə [cf. aise 3o] drḕtə, ustensile en bois de forme cylindrique par opposition à éjə kavintsə, ustensile fortement évasé vers le haut (F Roche). ‖ Tsmba drḗtə, jambe dont l’articulation est bloquée (V Évol., var. Châble). Tsìna dreit, chéneau amenant l’eau sur la roue du moulin (V St‑Martin. Stäheli, Bauernmühle, 9). Puzò drè, puisoir à manche rigide, par opposition à puzò viran, puisoir dont le manche est articulé de façon à pouvoir puiser l’eau dans les citernes (N Cern.‑Péq.). ‖ Kyuté drè, couteau non pliant, par opposition au couteau de poche (V Véross.); cf. détails et ex. sous couteau 2o 1. ‖ Orolyə draitə, oreille (de la charrue) non incurvée, formée d’une planchette plane (Vd Jaccottet). ‖ B drè, bois dont les fibres sont rectilignes, par opposition à bois tordu, aux fibres enchevêtrées (B Prêles, var. SR spor.). Du bṑ drāə, èjiə à fòdr, du bois dr., facile à fendre (B Plagne). Lou bou dè fnta è bin drai è n’a dzin də nyaou, le bois de fente a les fibres bien dr. et n’a pas de nœuds (Vd Chenit); autre ex. sous courbe 1, 1o. ‖ Nā dr, nez grec (Vd Fren.). ‖ Ban drāə, couche de pierre horizontale, dans une carrière (B Plagne); cf. ci‑dessous 4o 4. Loc. et prov. Ai ò bé drai, «avoir le boyau droit», se dit d’une personne ou d’un animal qui a ou à qui on prête un transit intestinal très rapide (V Châble, var. Bas‑V passim; fr. rég. Vd spor., Bas‑V passim), être atteint de boulimie (V Vouv. Planchamp); cf. boyau 1o 3. Se dit plaisamment de qqn qui a un gros appétit et qui, néanmoins, grossit peu: «Regarde‑le bouffer celui‑là! — Il a le boyau droit» (fr. rég. V Saxon). «Il a les boyaux droits», même sens (fr. rég. Vd Montreux Chv.). ‖ I bou tèr fé o fa drèi, le bois tordu fait le feu dr. (V Isér., var. Vd Villen.). Tskè bta tysa trvè son pya drai, chacun trouve chaussure à son pied, litt. chaque chaussure tordue trouve son pied dr. (V Leytr.). Èr è dè kornyòlāi, n’è nè korbə nè drāi, il n’a pas d’allure, litt. il est de cornouiller, il n’est ni courbe ni dr. (Vd Orm.); autre loc. sous cornouiller 1o; réponse plaisante sous courbe 1, 1o. ‖ Fig. (Ou) drsé ou krbo, dans tous les cas, litt. (ou) dr. ou courbe (V Sav.): Ou drsé ou krbo ch’ën tron adéi, de toute façon, ils se tirent toujours d’affaire; autre ex. sous courbe 1o fig. ‖ Tə n’a p ja la ginyə tru drètə, «tu n’as pas eu l’œil trop droit», ton coup d’œil laisse à désirer (F Grandv.). ‖ En composition avec fil, veine. Drḕ fi (F Roche, var. Vd‑F spor.), fi drè (Vd Roug. Usteri, P. d’E. 53), sens des fils d’un tissu (Vd Roug., F Roche), sens des fibres du bois (Vd‑F spor.). Couper l’étoffe din lə fi drè (Vd Roug., var. F Roche). Adverbialt. Du bois k’è n vè [va] pn fi drè, qui ne se fend pas de dr. fil (J Bois). ‖ Loc. adv. À droit fil, de droit fil, etc.: 1. A drè fi (G Herm.; var. Vd spor., V Châble), dè drai fi (Vd Orm., Penth.), de dr. fil, sans biaiser. Kopā [cf. couper 1, 1o 1] a drai fi (Vd Vall.). Pòr kòpā la tila on va dè drai fi, on coupe la toile en suivant le fil, litt. pour couper la toile on va de dr. fil (Vd Orm.). On pu pā tsaplā sé bou a drai fi, y a tra dè nyu, «on ne peut pas fendre ce bois à droit fil, il y a trop de nœuds» (V Châble). Də bou kə fin dè drai fi, du bois qui se fend de dr. fil (Vd Orm.). Adjectivt. Daou bou dè drāi fi, kə fun rdo bin, du bois aux fibres dr., qui se fend très bien (Vd Penth.). Dou bé də drita vn·na [veine], id. (Vd Burt.). 2. En droite ligne: Ḥlya pyantachon è fétə a dr fi, cette plantation est tirée au cordeau (Vd Sassel). Alā dè drāi fi, «aller de droit fil», en ligne droite (Vd Orm.): Pòr plyantā na bna ntrè dèz trè, fṓ alā dè drai fi, quand on plante une borne intermédiaire entre deux autres, il faut le faire dans l’alignement parfait. A fi drè, en dr. ligne (G Herm.). ‖ De là: lo drè fi, le fil à plomb (N Couvet). 3. Fig. «Moi qui suis un ancien, mieux à même de juger ton affaire à droit fil» (fr. rég. G: Töpffer, Presbytère, éd. 1845, 351).

2o En parlant d’une personne: dont le corps est sans déviation, redressé, parfois avec une idée de raideur (Vd‑J), surtout avec se tenir, être. Tin tè drāi, lè flyə tè vtan, tiens‑toi dr., les filles te regardent (Vd Sav.). Tè tə dra, t’è tò bòfu, ... tu es tout bossu (G Aire‑la‑V.). Pra tə pā myó té təni drè kyè sè? ne pourrais‑tu pas te tenir plus dr. que cela? (V Véross.). Sé təni béi [beau] drāi, bla dritè, se tenir bien dr. (Vd Blon.). Sè tin rdo drāi, sun fā on byó‑l‑mo, il se tient fort dr., cela fait un bel homme (Vd Penth.). tin tsankramin drā, il se tient terriblement dr. (F Domp.). Lə viə R. è tan abòrā kə laiy è inpòsibə dè sè təni drai, le vieux R. est si voûté qu’il lui est impossible de se tenir dr. (Vd Orm.). I va drai, il marche en se tenant bien dr. (Vd Ross.). Les gens usés par les gros travaux nə plon pa mé alā drai, ne peuvent plus marcher le corps dr. (Vd Orm.). Ton pérə gran è asə drai tyè a vint an, ton grand‑père est aussi dr. qu’à vingt ans (Vd Suchy). I mrtch asə drè k’a vant an, il marche aussi dr. qu’à vingt ans (N Brév.). Comparaisons. Drai komin on·n alumta, dr. comme une allumette (Vd Pailly). Drè kman n’na [cf. aune 2o] (G Herm.). Dra kòm ïn bāton (J Mett.). Drḕ kəmin na brḥa dè fanfiylè, dr. comme une perche de haricots (F Sorens mod.). «Lo préfet ... s’avançè drâi qu’on tsâno» (Vd Cont., var. Vd spor.); cf. chêne comparaisons. Drsé kmin ·n étyévron [cf. chevron 1o] (V Sav.). Dra kòm on fi [fil] (G Bern.). Drèi koum oun f [fuseau, cf. fu] (V Nend.; var. Isér., Lourt., Vernam., Mase). Drè kòm on·na glyə [quille] (G Dur.). Drae k’e·n i (N Land.; var. Vd passim, V et G spor., N spor., B Plagne, J Vermes). Dra kòm ïn djon [jonc] (J Pleigne; var. Vd et Bas‑V passim, G spor., F et J passim; anc. J); ex. sous ètva 1o 1. Dr kəmin ouna mòtsta [allumette, cf. mouchette] (F Alb.). Dr k’on pṓ [pieu, cf. pal] (Vd Vaug.; var. V Voll., F Gruy. spor., B Mall., Court, J Pomm., St‑Br.). Drai kòm na pantsə [perche, cf. palntsə] (V Lourt.). Drè kmè on pasé [échalas] (V Véross.). Drā kəman on·na pèrtsə [perche] (F Prez‑v.‑S., var. Domp.). Dris kmè ouṅ pəkèt [piquet] (V Pains., var. V passim). Drai min on pik [cf. pic], dr. comme un piquet (V Leytr., var. Lourt.). Dra kòm ïn pōtḗ [poteau] (J Vermes). Drè kman on pblyo [peuplier, cf. pblyo] (G Herm.; var. Vd Long., Penth., G Bern., F Vill.‑s.‑M.). Drai kəm on pətyè [piquet] d’èrbalta, dr. comme un carreau d’arbalète (Vd Leys.). ‖ Èl ā èch drèt k lè bègèt, elle est aussi dr. qu’une baguette (J Épauv.). A itant an, l īrə asə drā k’on tsno, à quatre‑vingts ans, il était aussi dr. qu’un chêne (Vd Sav.). Chi drè k’ïn siərdj, aussi dr. qu’un cierge (J Charm.). «Clliâo à quoui la veste fâ on mougnon eintrémi lè z’épaulès et que ne sont pas tot à fé asse drâi que n’hallebarda ...», ceux auxquels la veste fait une bosse entre les épaules et qui ne sont pas tout à fait aussi dr. qu’une hallebarde (Vd Cont. 1890, 48). Sé vy l ə adé asə drè kyé on pasé, ce vieillard est encore aussi dr. qu’un échalas (V Véross.). Krtrè asə drai tyè on dèrbé, croître aussi dr. que la tige d’un sapin (Vd Orm.). Sə tin asə dré k’on pəbly, il se tient aussi dr. qu’un peuplier (Vd Long.). Par antiphrase: Drai kəmin on sḥo dè r·a, dr. comme un cercle de roue, bossu (Vd Villen.).

3o Direct, sans détour (Vd‑J spor.; anc. Vd). «Lot chemin plit dre por alla | in la fontanna de Jouan», le chemin le plus direct pour aller à la fontaine de Jouvence (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. VII, 298). Vi driti, chemin direct (V Nend.). Aldè pèr inkə, l è lou pyə drin tsəmin, passez par là, c’est le chemin le plus direct (F Villarg.). Au fig. Acheter à crédit, «vouaiquie lo drâi tsəmin po allâ a l’hépetau», voilà le dr. chemin pour finir à l’asile (Vd Cont. 1893, 34). Noms de lieux. Le Châble Droit Vd Baulmes: tsblyo drḕ, dévaloir rectiligne au pied de la Roche Ronde; Châble des Cotteaux V Sembr.: u tsblo drai, dévaloir rectiligne dans la Jeur des Écoteaux (cf. CN 1325); en la Vy Droite G Veyrier 1729, route rectiligne. Loc. fig. Alā lo dr tsèmin (Vd Vaug.; var. F Villarg., J Mett.), al son drè tsəmin (F Vill.‑s.‑M.), al pè lou drin tsəmin (F Prez‑v.‑S., var. Vd et F spor.), al pè drè tsəmin (F Gru.), «martsi lo drâi tsemin» (Vd Cont. 1892, 15), se conformer à une règle de conduite, se conduire loyalement. Nə p chdrə [suivre] lə drè tsəmin, agir par des moyens détournés (F Gr.‑de‑V.). L a grantin kə vèyé kə si trètə n’alvə p pè lə drè tsəmin, il y a longtemps que je voyais que ce traître agissait sournoisement (ib.). Komin sə é·n mo pai saigrə dou tsəmin! Por mé, yé n’in konyso kə yon: s’e lo drai, comme si un homme pouvait suivre deux chemins! Pour moi, je n’en connais qu’un: c’est le dr. (N Gorg.). Prov. sous détourner 6o.

4o Vertical ou approchant de la verticale. 1. Dressé, redressé, d’une partie du corps (Vd‑N spor.). Təni la tta drta, tenir la tête haute (Vd Vall.; var. V Bagnes, Ardon), pòrtā la tta draetə, id. (V Ardon), au fig. être sans reproche (ib.; Delaloye, 90, 109). Déz òrlyə dratə, des oreilles dressées (G Bern., var. spor.). Comparaison: « tsévaux ... qu’aviont lè z’orolhiès asse drâitès qu’on i, la téta hiauta, enfin quiet! duè ballès bîtès», des chevaux qui avaient des oreilles bien dressées, la tête haute, enfin quoi! deux belles bêtes (Vd Cont. 1885, 42). Loc. fig. Étrə avé léz orèlyə drté, dresser les oreilles, être aux aguets, être inquiet (V Salvan). Itrə èj [aux] orèlə dréitə, être aux aguets, d’un lièvre (V Nend. Schüle, 146), être inquiet, d’un équidé (ib. 134). ‖ Krnè dritè, cornes se dirigeant vers le haut, qui n’ont pas pris ou auxquelles on n’a pas donné la courbure adéquate (V Lourt., var. Évol.). ə modzon di krnè dritì, «le génisson des cornes droites» (V Lourt.). Lì krna drigtì, la vache aux cornes dressées sur la tête, litt. la corne dr. (V Évol.). ‖ Hérissé, dressé, en parlant du poil, des cheveux: Pai drai, poil dr., poil ou cheveux hérissés (V Lourt., var. V‑G passim). É tsa è grïndzo, a i pai drai sṑ rāté, le chat est en colère, il a les poils dressés sur le dos (V Châble). Li pai tò drai su lə kòtson [nuque], les poils hérissés sur le dos, marque de colère chez le chat (V Sembr.); autre ex. sous érn 1. Lè mòrlyè lèj a·n lè pigsì fïṅ drigsì, les poils du muffle (de la vache) sont «fin droits» (V Évol.). Y avei lə pei [le poil] dreis, il avait les cheveux dressés (V Vernam.). Lə pis tò dris (V Lens). L a·iə ə pi [les poils] fën drsè kómin na brchè, il avait les cheveux dressés comme une brosse (V Sav.). Lə vatsèrou, prai dè pairə, batai di din è l avai li pai drai sù la tta, le pâtre, saisi d’effroi, claquait des dents et avait les cheveux dressés sur la tête (V Fully. Lautbibl. 57,7). Quand j’entendais le tonnerre, y’avè la grcha pèirə [la grosse peur], y’vou li pè drè chu la tta, je tremblais de peur, j’avais les cheveux ... (V Maréc. Müller, 110). Loc. fig. A pèi drèi (V Cham., var. Bagnes), sur le qui‑vive (V Lourt.), en dispute, en lutte (V Bagnes Cas., Cham.). È tdəyon a pai drai, il est toujours sur le qui‑vive (V Lourt.). Son (tdìyon) a pai drai, ils se disputent (sans cesse), ils ne s’entendent pas (V Châble Cas.). ‖ En parlant d’un pâturage: Chbrè pā a pei drei, il est entièrement brouté, litt. il ne reste pas à ... (V Maréc. corr.). 2. Dans des loc. signifiant faire l’arbre fourchu, figure de gymnastique: Fré la psé [pièce] drita (Vd Vaul., var. Vd passim; fr. rég. Vd). Férə la pla [pile] drètə (F Grandv.). Frè lo pèrai [poirier] drai (Vd Suchy, var. Vd et F passim; fr. rég. Vd passim, F Joux). Martsi a pèr drā, marcher sur les mains, les jambes en l’air (Vd Sassel). Férə la tta [culbute] dritè (Vd Leys., var. distr. Aigle Agace). Autres loc. sous chausses 5o, chêne (Gl. III, 499 a), colonne 10o, sdzə. 3. D’aplomb: Sun nə gnyə [guigne] ni a draitə ni a gótsə, sun è fin drai, cela ne penche ni à droite ni à gauche, c’est parfaitement d’aplomb (Vd Penth.). Pò frè li məryè [les murailles] dritè lə manḥlon plsè lə fi, pour faire un mur dr. le maçon se sert du fil à plomb (V Leytr.). Prin lo fi d’apyon [cf. aplomb 1o] po frè drai, prends le fil à plomb «pour faire droit» (Vd Penth.). 4. Perpendiculaire à un plan horizontal (Vd‑V passim). Pré dè Tsālé lou ban dè mābrə son drāi, tandi k’a Sin Trəfon son dè plya, près de Chalex les assises de marbre sont verticales, tandis qu’à St‑Triphon elles sont horizontales (Vd Orm.). Devinette: Na tsja mī tó lò mè dreis, y a tòzò [elle a toujours] la tta a l’aba [cf. ab]? — Lè ttsè dèi btè, une chose, plus tu la mets verticale, plus elle a la tête en bas? — Les clous sous les souliers (V Vernam.). Comparaison: À l’alpage la crème était si épaisse que, «quand on lâi pliantâvé la couilli, le restâvè asse drâite que ’na bécllire [cf. bèrklyrə 2o]», quand on y plantait la cuillère, elle restait aussi dr. qu’une rame de haricots (Vd Cont. 1891, 25). ‖ Par ellipse du subst. Élément d’une marque domestique, trait vertical fait à la hache par un propriétaire pour marquer ses billons (V Trient): On·na drètə è dvè trsè [torses], un trait vertical et deux en biais; autre ex. sous croix 5o 2. ‖ Bou drai, pièce de bois placée verticalement (V Bagnes, var. spor.). Bou drai ron pā, une pièce de bois placée verticalement ne rompt pas, est d’une résistance à toute épreuve (V Lourt.). Loc. Lo bou drè, la fèmla dè pla, on·n in kònyè pā lyè frchè, le bois dr., la femme couchée, on ne connaît pas leur force (V Maréc., var. Bas‑V spor.). ‖ R·è drèi, roue d’engrenage du moulin, dont l’axe est horizontal et qui entraîne le r·è plan (V Nend. Jj.). Kòlè dra, «collet droit», col de chemise montant et rigide (Vd Sassel; var. Vd‑V spor.; fr. rég. ib.). On kòlè drai ou a rəvèrtson [rabattu] (Vd Pailly). É fè l monchu, é prté lo kolé drai, il fait le monsieur, il porte le «col droit» (V Vionn.); loc. fig. sous collet 1o. ‖ Loc. fig. L a è ktè dritè, il a les côtes en long, il est paresseux (V Cham.). 5. Dressé, placé dans une position plus ou moins proche de la verticale: L’ètsla l e drite, l’échelle est dressée (V Saill. Dietrich). L’étchela l è drèt kontrə la frta dœ tè [contre le faîte du toit] (V Vernayaz id.). Nə mè tin pā l’ètchla tra drāitə! ne me tiens pas l’échelle trop verticale! (Vd Orm.). Ètsla drta, trop peu inclinée (F Lully). Stóouj ésélich chon·n tra dréis, «ces escaliers sont trop droits» (V Évol.). ‖ Chou  tsa, ó chbro drsè, l a də ..., sur son cheval, brandissant son sabre, il dit ... (V Sav. A. tr. p. XXV, 36). Autre ex. sous fagot 1o. 6. En parlant d’un animal: Chè drèḥi tò drè, se cabrer (F Montb.). Sè lèvā drai, id. (V Châble). ‖ È chèrpin ch’è lè·āè dritè kontrə li, le serpent s’est dressé contre lui (V Erde. Bull. Gl. VII, 23). Autres ex. sous dresser 8o. 7. Loc. A tyu drèi, sens dessus‑dessous (V Liddes): L è vòló a tyu drèi, il a culbuté; autre ex. sous cul 8o 3.

5o Debout. 1. D’une chose: Lə sapeïn l è rèstó drai, kòtó kntrè li lsè dè douz troz ābrə, le sapin (qu’on abattait) est resté debout, appuyé contre les branches de deux autres arbres (V Praz‑de‑F.). On·na spa kə la kouyi lāi sè tin drātə, une soupe dans laquelle la cuiller se tient debout, très épaisse (Vd Sav., var. spor.); autre ex. sous cuiller 1o. Avé na bna kta, sè tindré kan mmo drè, avec une bonne cale, cela tiendra quand même debout (V Véross.). ‖ Brīrə dritə, baratte à piston, par opposition à b. vərnta, à manivelle (V Lourt.); voir fig. sous beurrière. ‖ En parlant d’un bâtiment: Y a pa méi you tsouja dé la vla; rin kyé la pitta méjon a lyé [à elle] ré drta é li rista ré pa méi k’oun lkyé, elle n’a plus vu aucune trace de la ville; seule sa petite maison était debout, quant au reste ce n’était plus qu’un lac (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 432). Èl s v dïns təni drèt dḗ sant an d tan, elle (la maison neuve) se tiendra ainsi debout des centaines d’années durant (J Bois. Surdez, dans Folkl. suisse, XLI, 28). ‖ Sur pied: Èbr satchi dr, arbre desséché sur pied (J Vicques, var. Vd Ross.). Adzìtā də b drai, acheter du bois sur pied (V Lourt. Bjerrome). È·nkā  a pasā āvantsə,  è pā sòbrā on bou drèi, où a passé l’avalanche, il n’est pas resté un arbre debout (V Isér.). La grêle n’a pa lacha on·n épi də drāi, n’a pas laissé un épi debout, a tout haché (V Torg. Gill. Vionnaz, 132). ‖ Noms de lieux. In pyra dritə V Fully‑Buitonaz, communaux; ys Pirres Drittes V Cherm.: i [aux] pirə dritə, champs dans lesquels se trouvaient de grandes pierres verticales. 2. Sur ses pieds, d’une personne ou d’un animal (Vd‑N pat. et fr. rég.; anc. Vd). «Comme ilz estoient, droictz ou assis» (Vd 1562. Quisard, Cout. Vd, 77 ro). répondrə a kókon è konvin d’iṣrə dr, pour répondre à qqn il convient de se tenir debout (F Gr.‑de‑V.). Y’ mou mi iṣrə achətā tyé dra, j’aime mieux être assis que debout (F Domp.). Èt ə drai? — Na, è dè pla [de plat], est‑il debout? — Non, il est couché, d’un animal (V Lourt.). Loc. Iṣrə drḕ chu di tsèrbon, être sur des charbons ardents (F Roche). Y’é yu ó·n mòr an rva damó·n dā vay, drèi kò·ntr ò krèpò·n, j’ai vu un revenant sur le bord amont de la route, debout près du rocher (V Isér.). «Dzakiè préée koume de koutouma, drei contre â parei, â tita derein e man», Jacques priait comme de coutume, debout contre la paroi, la tête dans les mains (V Nend. Alm. du Valais, 1956, 149). Tò drai, debout (Vd Roche). Èl drmsḗ tta drta (N Ch.‑de‑M.), «elle dormait toute droite» (fr. rég. N Bon.), elle dormait debout; cf. dormir 2o 5. Drḕ chu chè pytè [sur ses jambes] (F Roche); ex. sous dresser 7o. Yì rèchtvon léi, dris in plynta [en plante], kòmin fouchan jou intsèrma, ils restaient là, debout et figés, comme s’ils avaient été ensorcelés (V Rand.). A jòl·a dzvna ... s’è tsandzāyə ... an·n ouna grsa tchvra ..., draitə dəvan li, la jolie jeune fille s’est changée en une grande chèvre, debout devant lui (V Cham. Lautbibl. 57, 11). Təri di [dès] drāi, tirer au fusil debout (Vd Leys.). ‖ S bèté drè, se lever, quand on est assis (N Couvet). Étā [cf. īt] drai (V Lourt.; var. Vd spor., Bas‑V passim), résta drai (V Véross., var. V‑F spor.), sè tini drā (F Prez‑v.‑S., var. Vd‑N passim), être, rester debout, ne pas s’asseoir. Y’é èt dr pindè tta la rəprèzintachon, je suis resté debout pendant toute la représentation (Vd Vall.). Y a rin dë sə lanyu kë d’étā drai u menmo lya sin budjé, il n’y a rien d’aussi fatigant que de rester debout au même endroit sans bouger (V Châble). Rchta drḕt! reste debout! en parlant à une femme (F Joux). Rèchta pa drit! asseyez‑vous! (V Moll.). Nò sin rèstó tò lə tin drai, «nous sommes restés tout le temps droits» (V Praz‑de‑F.). «Haou que ne puezan pa luou z’achetâ restavon drà», ceux qui ne pouvaient s’asseoir restaient debout (F Broye. Journ. Estav. 1899, 35). Kant on kóz a dé ẓḕ distégṑ, i fó sə təni dra, quand on parle à des gens distingués, il faut se tenir debout (G Aire‑la‑V.). Pra tə pā té təni drè on bókon? ne pourrais‑tu pas te tenir debout un moment? (V Véross.). Y è fatig də sə tni dra s branl, c’est fatigant de se tenir debout sans bouger (G Bern.). Tin tè drā! reste debout! (F Ch.‑St‑D.). M’a fayu mè tini drā on·n ra dè tin, j’ai dû rester debout durant une heure (F Prez‑v.‑S.). On nòz a fè a tni drè pèdè pyə d’è·n ra, on nous a fait rester debout pendant plus d’une heure (N Noir.). Lou réjan mé fə tini to drai su la trblya, l’instituteur me fit rester debout sur le pupitre (Vd Chenit). Loc. On·n té (ou rsté) mi dzu tyè drè, on reste plus longtemps couché que debout, l’éternité est plus longue que la vie (V Véross.). ‖ En parlant d’un chien: Sə tini drai, se tenir debout sur ses pattes arrière (Vd Chenit); ex. sous dresser 6o 2. Spécialt. a) Sə təni dré, conserver son équilibre, surtout employé négativement en parlant d’ivresse, de faiblesse physique (N Brév., var. V et F spor.). On tarin dré avó [cf. ci‑dessous III, 3o 2], k’on·n a pru mó də sə təni dré, un terrain très en pente, sur lequel on a bien du mal à se tenir sur ses pieds (N Brév.). L é tò sou, nə paou pka sé təni drai, il est tout à fait soûl, il ne peut plus se tenir debout (Vd Month.). L è p din lə ka [cf. cas 2o 1] (ou in·n èṣa) dè chè tini drḕ, il n’est pas en état de se tenir debout (F Roche). Sé bourko p tó drè [cf. ci‑dessous IV, comp. 4, 2o] sé təni drè, ce mulet tient à peine sur ses pattes (V Véross.). ‖ Rèsta drsé, rester debout, ne pas s’effondrer (V Grimis.): Ti ḥlóou kyé chon ita tótchya chon tsəjou p ló fon [par le fond]. Sti chólé y è rèsta drsé, tous ceux qui avaient été touchés (par la baguette) se sont effondrés. Lui seul est resté debout, a survécu (Rom. Forsch. XLII, 434). b) Itrə drèi, être levé (V Nend.; var. V passim, F spor.). Vyétrə drei dè bon matin, se lever de bonne heure (V Isér.). T’i dza dra, tu es déjà levé (F Villarimboud). Drai! debout! lève‑toi (V Voll.). A ḥəz r intyə [à ces heures‑là] tə pra pr tré drè, à l’heure qu’il est tu pourrais bien être levé (V Véross.). Fó pā té krré k’usə pā itó drè dévan té, vè, il ne te faut pas croire que je n’aie pas été debout avant toi, aujourd’hui (ib.). Drés di katr rè, debout dès quatre heures (V Haud.). ‖ Relevé, après s’être alité: «Dou dzor apri lh’ire drèïte è yën‑àrma [en arme] kômè‑dèvan», deux jours après (son accouchement) elle était relevée et au travail comme auparavant (V Isér. D. Favre, Alm. du Valais, 1959, 141). ‖ Loc. Iṣrə tò lə dzò dr, être tout le jour sur pied, au travail (F Gr.‑de‑V., var. spor.). Kant on·n è dra tt la ẓòrn, on·n è bè kont d’al sə drmi dvè la né, quand on est au travail toute la journée, on est bien content d’aller se coucher vers le soir (G Bern.). Il a falyu ḗtrə dré tta la né, on a dû être sur pied toute la nuit (N Brév.). c) La pózisyon drtə, la station debout (F Gr.‑de‑V.).

6o Raide, fortement incliné, abrupt; d’un accès difficile, voire dangereux (Vd distr. Aigle passim, Vaug., V passim, G Herm., F Montb.). Tsan drai, champ en pente (V Lourt.). Prā [pré] drīs (V Miège). Paṣrzo [pâturage] dris (V St‑Luc). Tèrin drèi (V Isér.). Morn·na [talus, cf. moraine] drta (G Herm.). Klyva [cf. kliva] dritə, pré très rapide (V Lens). Li dritə, pente gazonnée très raide (V Lourt.). P·nta drté, pente raide (V Grim. Jj.). Sé drai, rocher escarpé (Vd Leys.). Tsəmaïn draè, chemin abrupt (V Vouv.). Yon·nè [petit sentier, cf. vyon] dra (Vd Fen.). Mountā drtì, montée raide (V Chal.). On prā frmo drè, un pré très rapide (F Montb.). On prṓ brou [très, cf. brò II] drḕ, id. (V Bourg‑St‑P.). Ròtsə tta drtè, rocher très escarpé (Vd Vaug.). Sé pró è dr, yə mə konparə də mə təni pò fènā, ce pré est très pentu, j’ai de la peine à m’y tenir pour faner (Vd Fren.). I vydo l è drèi; on dət arèi [cf. arrière 1, I, 5o] ky’ on·n è obədja d’éi fəra è dzənìə, le village (d’Isérables) est très en pente; on dit du reste qu’on est obligé d’y ferrer les poules (V Isér. Lautbibl. 58, 5). Pò vèneïn bā du mayin, è drai, pour descendre du mayen, la pente est forte (V Lourt.). I vèy è driti, i fó byin sinla ò mou·è, le chemin est raide, il faut sangler soigneusement le bât sur le mulet (V Nend. Jj.). Chi va·ònè ë mstro drei, ce petit sentier est abrupt (ib. corr.). tsblo l è drei, ce dévaloir est particulièrement abrupt (V Trient). Ïntyə è tra drāi, ə fó firə dë kontṑ po a rta, le terrain est trop escarpé, il faut construire la route en lacets (V Châble). Ḥlö kyé chon tra bōl nmon pa e vaə tanmin dreitə, ceux qui sont trop ventrus détestent les chemins trop raides (V Nend. corr.). Ḥli [cf. celi I, 3o] rgva l è tra drigtì pò k’ou·n ougjchì léi mèna lòjyè [cf. loger] lè bchyè, cette côte est trop abrupte pour qu’on ose y mener paître le gros bétail (V Évol.). I tsan è tra dréi pò inmplè·é a brəvta, le champ est trop en pente pour qu’on puisse employer la brouette (V Nend. Schüle, 36). I b·a roubatə pa, ... è pa prö dréi, la boule ne roule pas, ce n’est pas assez en pente (ib.). Loc. L è tan drè kè fó farā li dzənlyə, c’est si raide qu’il faut ferrer les poules (V Maréc. Müller, 21; var. Bas‑V spor.). Comparaisons. Drè kòmin la brna [cheminée, cf. brna] (V Trient; var. Isér., distr. Entr., Évol., Pains.), drè kəmin ouna brna (F Montb., var. V Nend. Schüle, 36), «droit comme la borne» (fr. rég. V Châble Cas.), très raide, abrupt, d’un terrain, d’un passage, etc. On vòzə pa pasa in·nkyə, l è drèi kòm i brna, on n’ose pas passer là, c’est raide comme la cheminée (V Isér. Jj.). Dreis koumə ouna parei [paroi] (V Mase; var. Lourt., Sav., Hérém.). Stik pra l è dris kòm oun fouk [fuseau, cf. fu], ce pré est très raide (V Pains.); cf. ci‑dessus 2o comparaisons. Dris kòm ouna parapla [parapet] (ib.). Asə drai tyè na para dè sé, «aussi droit qu’une paroi de rocher» (Vd Orm.); autre comparaison sous échelle 1o. Noms de lieux (choix; aire: Vd‑G). Aux Caillettes droites Vd Bex: é kalyèt drtè, vignes très en pente; li plantsə drètə V Dorénaz, rochers et pâturages au‑dessus du village; lə tsblo drḕ V Salvan, couloir d’éboulis; in tpa [gazon] drèit V Trient, pâturages au‑dessus du Cretton; Champ Drait V Bovernier‑Mayens: i tsan dréi, pâturages, bois, champs; Combaz Dreite V Fully: a la knba dritè, buissons; u pró drae ib., châtaigneraies, prés, autre nom de Chammaray; a la li [pente gazonnée] drait V Saill.‑Euloy, même nom à Ors. et Bagnes; a la dz drait V Ors., forêt sur l’arête du Catogne; u nèvi drāe ib.‑Plan‑de‑la‑Chaux, névé en très forte pente; i [aux] tsanton [cf. chanton 4o] drèi V Bagnes‑Marline, pâturage à génisses à l’est de la Pierre Avoi; Esserdrey V Cham.‑Grugnay: a l’èsè draè, forêts privées; in prli dritè ib.‑Mayens, prés en pente douce, par opposition au plateau de prli pln·na; in la léi [dalle de rocher] drte V Hérém.; in la tla [bande gazonnée entre des rochers] dritə V Lens, pâturage communal; Vigne Droitte G Cartigny 1784, vigne dans la pente dominant la rivière; aux Costes Droites G Lancy, coteau rapide au nord‑est du cimetière.

7o Fig. 1. Qui suit une règle morale, franc, loyal (spor.). Chin l è ou·n mo drei, c’est un homme franc (F Vill.‑s.‑M.). 2. Qui ne dévie pas (F Grandv.): La drètə réjon, le bon sens. 3. Vrai, authentique (V Rand., Chal., Grim.). Chik alā tank’óou sonbè, chou la drtè pnte, je suis allé jusqu’au sommet, sur l’extrême pointe (V Grim.). Ou dri soṅbè, ou dri āt, au point le plus haut (V Chal.). Na rta, kì rè, na drtì rta, c’était réellement une souris, litt. une souris, que c’était, une vraie souris (V Rand.). Kintóouj infan! dè dri vipèr, kì chon, quels enfants! ce sont de véritables vipères (ib.). L èṣ ouna drte mèsnche [cf. métsnsə], c’est une vraie sorcière (V Grim.). Pò na bavta, y èt ouna drtì, pour une bavarde, c’en est une vraie (V Rand.). ‖ En composition avec père, frère, etc. Drī frrè, «droit frère», frère germain (F Roche; var. V Bagnes, F Grandv.; fr. rég. V Bagnes, F Roche), draitə sira, sœur germaine (V Lourt., var. F Grandv.; fr. rég. V Lourt.). Nə chon p dréi frré (ou chré), ils ne sont pas frères (ou sœurs) du même lit (F Grandv.). Drai pirə, draitə mirə, «droit père, droite mère», père ou mère par le sang, par opposition aux liens d’alliance (V Lourt.). ‖ «Cil qui estroyt borgeis ou avroyt hostaul ... in nostre vile ou estroyt droyt Friburgeis» (F 1370. Rec. dipl. IV, 70). «L’on n’avoit pas acoustumé d’assembler les dictz Deux Cens, qui d’aultre nom s’appellent les droictz bourgeois» (G vers 1550. Bonivard, Chron. II, 241).

II. S. m. 1o Ligne droite, dans les loc.: Tèri lo dr, tirer au cordeau, jalonner, litt. tirer le dr. (Vd Vaug.). «Tirant le droit», en dr. ligne (anc. F, N). «Tendant par l’Hareuse et la vielle aygue et retornant arriere vers le ruz de Bannens, et des enquil [cf. nkə] tirant le droict par Perier Rugenet a la montaigne» (N Boudry 1369. Matile, 915). «Dix [dès] lo cornet dou mur de lour jordil ... et tirent dix celluy cornet tot lo droit in traversent jusque a la Sarine» (F 1425. Rec. dipl. VII, 200). 2o Voie directe, raccourci, chemin de traverse (Vd Corb., F Joux, J St‑Br.; fr. rég. F Joux). Aldè pè lou drḕ, vò chəré plyə vtou lḗvə, «allez par le droit, vous serez plus vite en‑là» (F Joux). Prindr lou dri, prendre les raccourcis (Vd Corb., var. J St‑Br.). Kòpā [cf. couper 1, 10o] lou dri, couper au plus court (Vd Corb.). Loc. adv. Au droit, dans: alā ao drā (Vd Corsier; var. Vd Ross., Pailly, Sassel, F Vill.‑s.‑M., Gruy. Bor., Ch.‑St‑D., Joux, Prez‑v.‑S., Gr.‑de‑V.; fr. rég. Vd, F), kòpā ao drai (Vd Penth.; var. Vd Leys., Corsier, Mess. boiteux, G Dard.; fr. rég. Vd et N spor.), kopḕ tot ā dra (J Montfaucon), pasā i drè (N Brév.; var. Vd Leys., Month., Cont.), pèr [prendre] ā drè (J Épauv.; var. Vd Vaug., F Domp.; fr. rég. Vd spor.), par to ā dr (J St‑Br.), təri ao drā (Vd Sassel; var. Vd Ross., F Roche), passer par le chemin le plus court, prendre un chemin de traverse. Pò yiṣrə pron vtou, tè fó al on drā, pè lè pr, pour arriver assez tôt, il te faut «aller au droit», par les prés (F Prez‑v.‑S.). « trombonârè ... avâi volliu passâ âo drâi po sè reintornâ à l’hotô», ce joueur de trombone avait voulu prendre un raccourci à travers champs pour rentrer chez lui (Vd Cont. 1896, 2). L a təri ou drḕ, a travḕ dè ha bòchən [cf. buissonnée 1o], il a passé au plus court, à travers ce fourré (F Roche. Alm. cathol. SR, 1954, 57). L è mòd ou drḕ kontrə la Pr, il est parti par le plus court chemin en direction de ... (F Treyvaux. Novi botyè, 36). «Le garde ne prit pas la peine de revenir à la piste sanglante; il coupa au droit» (fr. rég. N: W. Prestre, Cordée sans corde, 98). ‖ D’un sentier: Si sand va  dr, ce sentier est un raccourci (F Gr.‑de‑V.). «On cheindâi que copâvè âo drâi», un raccourci (Vd Mess. boiteux, 1892). 3o Loc. prép. 1. Au droit de, vis‑à‑vis de, en face de, à proximité immédiate de (Vd Sav. Cont.; anc. Vd, N; fr. rég. Vd, N). «Le mur de la ville, au droit de la dite maison du maisel [boucherie]» (Vd Orbe 1482. Comptes. Ac). «Clliau que n’arant pas raclliâ [raclé] lè tsemins aò drâi de lau propriètâ ...», ceux qui n’auront pas nettoyé les chemins à proximité de leur propriété (Vd Sav. Cont. 1903, 33). «Décret ... accordant un crédit pour ... aménagement d’un carrefour au droit de Cheseaux‑Noréaz» (fr. rég. Vd F. offic. Vaud, 25 sept. 1973). «Ferrure d’étrave 70 × 10 prolongée sous la quille jusqu’au droit des meures [bittes]» (fr. rég. rives du Léman. G. Cornaz, Barques du Léman, éd. 1976, 90). «Ajustage des cadres nouveaux au droit des embrasures», dans une facture (fr. rég. N Bevaix Cas.). 2. Le droit de, vis‑à‑vis de, en face de, à proximité de (V Nend., St‑Martin, Lens; anc. Vd). «Puys le porterent au lac le droit des roches dela de la Malladiere» (Vd Glérolles 1566. Proc. crim. Bh 10/2, 76 ro. AC). to o dréi d’élijə, j’habite en face de l’église (V Nend. Sch.). Y èṣ ala achè·n [ainsi] tnkè lò drìk dóou klóchyè dè Chè·n Martïn, elle (une vache) est allée jusqu’en face du clocher de St‑Martin (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LIX, 184). Pendant la nuit le diable faisait s’ébouler les prés sous le village; oun zò, rè tòt è·nrəna tnkè chou [sus] lò drei dè l’Anevye, il arriva qu’un jour tout avait été raviné jusqu’à la hauteur du lieu‑dit l’Annivier (ib. LX, 417). n pk damouṅ la kri di Fountanachə, dri chp dou grou chapiṅ, l drit d’na bṑchnā dë pa·ndāə, un peu en amont de la croix de Fontanache, immédiatement en dessus du grand sapin, à proximité d’un buisson d’épine‑vinette (V Lens). Adverbialt: Voyant le revenant, j’ai continué mon chemin, mé kan y’èi [je lui] si aréva ò drèi, y’é pā myé pósu avanyé, mais quand je suis arrivé en face de lui, je n’ai plus pu avancer (V Isér.). ‖ Exactement à l’endroit de (V Hérém.): Lo drei də ché plintchyaret, exactement à l’endroit où était ce petit plancher (Lav. 309). Lo drei di jé, dr. aux yeux (ib.) ‖ En dr. ligne vers (V Hérém., Lens). Lo drei də la lajə, sur la ligne marquée par un mélèze abattu (V Hérém. Lav. 309). Ala lo drei də la lajə, aller en ligne directe vers le mélèze (ib. 278). Lò lchṅ kljyè zouləmèiṅ ba l drit dou pərt [cf. pertuis], ils le laissent glisser doucement dans l’exacte direction de la caverne (V Lens). ‖ Adverbialt, dans les loc.: tṣa ba [bas] lo drek, tête en bas (V Hérém. Lav. 281, 314), tsan(m)b ena [en haut] lo drek, jambes en l’air et, par ext., sens dessus dessous (ib.). Ténvo lo livro tsanb ena lo drek, je tenais le livre sens dessus dessous. 3. Du droit de, en direction de, vers (V Évol.): Dóou drè dè tè, vers toi (Jqn.). ‖ Adverbialt. Dans la position voulue (ib. Follonier): Mètrə dóou drék, placer dans l’axe. Verticalement (V Conth. Ber. I, 70): «On cordi ... po fichà ê cha du drèi chu o raté», une cordelette pour fixer les sacs verticalement sur le dos du porteur.

4o Pente (V Isér., Bagnes, Nend., Vernam., Ba.). U plan è u drai, au plat et sur la pente (V Lourt.). ntrè plan è drai, à la naissance du coteau, litt. entre plan et dr. (ib.). Èi vën [il y vient] dè bon finṅ pë chë drèi dèi Prā, mé oun·n èi vózə pā mənā dèz armaə pò patórā, les prés très raides des Pras produisent du bon foin, mais on n’ose pas y mener paître du gros bétail (V Isér.). ra pou pa mé chòḥla əna pṑ dréi, maintenant il est à court de souffle en montant la pente (V Nend. Schüle, 32). Ka [couler] pèr oun drèi, glisser sur une pente (ib.). I dzrlo róbatāvə bā pṑ drèi, la hotte roulait dans la pente (ib.). Fi atinchon dë pā robatā in·n alin bā pë sé drai, fais attention de ne pas tomber en descendant cette pente rapide (V Châble). Krè drèi, pente très raide, dangereuse (V Isér.). ‖ Montée, rampe d’un chemin (V Grimis.). Y é arou·é enséi [cf. en‑çà] ou son dou drsé dé Kódəmna chinj éitr atak·é; ra ba pé lo drsé y a pchou ala méi vto, ma kan y a djyou prndré ló drsé dé Kiton p·é pa méi chéntré, elle est arrivée (venant à l’horizontale) au sommet de la rampe de Condemine sans être attaquée; dans la descente elle a pu marcher plus vite, mais quand elle a dû prendre la montée de Couiton elle était à bout de souffle (V Grimis.). ‖ Loc. adj. È·n drèi, pentu (V Isér. D. Favre): Èily a dè rla myë è·n drèi ky’Izèrbo, il y a des endroits plus pentus qu’Isérables. Nom de lieu. Lé Drett V Grône‑Promagnon: ou drèt, terrain inculte en pente raide.

5o Adret, côté d’une vallée exposé au soleil (N Dombr., B‑J; fr. rég. N rare, B‑J); synon. adri II, 1o, endroit II, 3o. Lè san [sens] di drè, l’adret (J Épauv., Charm.); cf. aussi côte 8o. Lè nè fon pu to ā drè k’an l’anviə [cf. envers 2, I, 3o], la neige fond plus tôt à l’adret qu’à l’ubac (J Charm.). Di bō krāchu ā drè, du bois qui a crû à l’adret (ib.). Stə mājon ā ā drè, «cette maison est au droit», bien exposée (J Mett.). «La grand fin du droict» (B Courtelary 1631. Not. D. Langel. AC). La kṑt [cf. côte 9o] du draə, «la forêt du droit» (B Plagne). «Un domaine situé sur le droit de la Chaux‑de‑Fonds» (fr. rég. N F. d’Avis Neuch. 22 juillet 1819, dans Pier.). Autres ex. sous envers 2, I, 3o. ‖ Le côté du soleil, le midi (J Charm.): Lè majon ā viriə ā drè, la maison est tournée vers le midi, bien exposée au sud. Noms de lieux (choix; aire: B distr. Courtelary, Moutier, J Del., Fches‑M.). Montagne du Droit B Corgémont (CN 1125), la Montaigne du Droit 1480, 1515; Plan du Droit, Dernier du Droit, Pâturage du Droit B Tramelan‑Dessous (CN 1105): ó pyin, ó drī, ó tchinpa [cf. champoi] du dré; Forêt du Droit B Belprahon (CN 1106): la kót di dra; Pâturage du Droit ib.: ā [au] dra; le Droit, Forêt du Droit, Pâturage du Droit J Vermes (cf. CN 1086): ā dra, forêts, pâturages; Droit de la Chaive J Delémont: ā dra d la tchḕv [cf. cave 4o], pâturages, forêts; le Droit J Bémont: ā dra, bâtiments, jardins, «loges», pâturages; Pâturage du Haut du Droit J Soulce, Haut du Droit (CN 1106): ansoun l dra, pâturage, forêt; Bas du Droit J Bois: ā bé di dr, bâtiments, pâturages, champs. ‖ Adjectivt. Droit Mont B Monible, le Droit Mont (CN 1105): a dra moun; Droit Mont J Bourr. (CN 1086), le Droit Mont 1769, Sur la Chaux 1820: tchu l tchā, bâtiments, prés, forêts, pâturages; le Droy Mont B Court 1507 (mat. A. Rais), la Fin du Droit 1616 (id.).

6o Endroit d’une étoffe (G Herm.; anc. F; fr. rég. Vd, G, N); synon. adri II, 2o, endroit II, 1o. «Que eis drap gris ... l’on donnoit dos trait de permalles [sorte de carde de foulon, cf. parmla] ... dever le droit, et eis draps blan dever lo droit se donnoit trois trait» (F 1436. Rec. dipl. VIII, 76). «Le droit et le travers» (fr. rég. Vd Pl. 14). Adjectivt. Lə kouté [côté] dra, l’endroit d’une étoffe (G Bern.).

III. Adv. 1o Souvent renforcé par tout: en droite ligne, sans détour, par le chemin le plus court, en parlant d’une personne qui se déplace (SR). Alḕ (to) drè, avancer en dr. ligne (J Charm., var. SR), marcher sans s’arrêter (F Vill.‑s.‑M.). T’ódré to drè, tu iras tout dr. (N Noir.). Èl alḕ dra ā trèviə dé tchin, il allait tout dr. à travers champs (J Sépr.). Vin drè a travè, nə f p lə kontò, viens tout dr., ne fais pas le détour (F Gr.‑de‑V.). Yó chéi ənou tó dri, je suis venu tout dr. (V Sav.). L a apəla [cf. apəly 1o fin] ina pè ó klósy, a sën məlon d’ətsəi [cf. escalier 3o] ina, rin kyə dris, il se mit à monter dans le clocher, cinq millions de marches, tout dr. (V Sav. A. tr. p. XXV, 41). Bóoujyè tò dris, aller tout dr. (V Lens Sch.); ex. sous bouger 4o. Pasā drè, passer sans s’arrêter (G Dur.). Par ext. Pasā tò dré, être digéré trop rapidement, d’un aliment (Vd Long.); ex. sous canard 1o. Loc. Intr tò drai, entrer sans frapper (Vd Blon.); détails sous entrer I, 1o. Cf. ci‑dessous 3o 4. ‖ D’un chemin: È·n pasə dè filā tò drèi, i vayə fé oun gró dètòr pā dzu, au lieu de filer tout dr., le chemin fait un grand détour par la forêt (V Isér.). ‖ Mèrtchi dra, marcher en ligne dr., sans zigzaguer, sans chanceler (J Mett., var. SR passim). Martsi tò drai, id. (Vd Pailly). Tchœmnā [cheminer] drai, id. (B Mall., var. N Noir.). Kòri [cf. courir 4o] drei, id. (V Trient). Yə mrtsè drèi, yə va pa dè travè, il marche en dr. ligne, il ne va pas en biais (ib.). Kan mém al ò blyu, é marṣ onkò dra, quand bien même il a bu, il marche encore dr. (G Aire‑la‑V.). É nə pū pṑ marṣi dra, al è tò étœrnalṑ, il ne peut pas marcher dr., il est déhanché de naissance (ib.). Plaisanterie. Kə farèt é fḗr an·n ïn bétou po k’è poyœch mèrtchi dra dvin l’Étèrnèl? que faudrait‑il faire à un boiteux pour qu’il puisse marcher dr. devant l’Éternel? (J Bonf.). Comparaison. Martsi drai kəman on fi [comme un fil] (F Domp.). ‖ Alā drai dèvan sè, aller dr. devant soi (Vd Orm., var. spor.). Martsi drāi dəvan sè, id. (Vd Month.). È vè to drè dvin lu, il va tout dr. devant lui (J Charm.). Alā pī [seulement] drai dévan vò, allez tout dr. (Vd Dum.). Quand ils chassent, les brochets riston sin rédjé [cf. rédz] dè gran mòm è apré sè lnson tò drae dèvan lao pò avól lao pètsə [pêche], restent longtemps sans bouger et ensuite ils s’élancent dr. devant eux pour avaler leur proie (Vd Chenit. Bull. Gl. VI, 23). Loc. Alṑ drè chon tsəmin, suivre sa route sans s’arrêter (F Villarg., var. spor.). Trəyè [tirer] drai son tsəmeïn, id. (V Lourt.). Va dra ton tsəmin! passe ton chemin et ne t’occupe pas de moi! (F Ch.‑St‑D.); prov. sous chemin 1, 3o. Dicton. Chə l’əvḕ va drḕ chon tsəmin | vò l’arḕ a la Chin Martin, si l’hiver va dr. son chemin, vous l’aurez à la Saint‑Martin (F Sorens mod.). ‖ L è zəlā dr kntrè l’adzə, il est allé en dr. ligne vers la haie (Vd Sassel); autres ex. sous contre IV, 2o. Du inkə, l avi vòlu pach tò drḕ chu Ṣèrnya in krijin [croisant] la frṣa a la Dyiṣə dè Kəmon, de là (La Roche), il avait voulu passer tout dr. sur Cergniat en franchissant l’arête à la Gîte du Commun (F Roche. Novi botyè, 58). D’un chemin: «Ceti vionnet va dray in paradi», ce sentier mène dr. au paradis (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 4). ‖ Fig. Səl kə vənyvon tò drā də ṣi l, də la Saé, al étyon onkò [cf. encore 7o 2 b] bé ònét, les ouvriers qui venaient directement de chez eux, de la Savoie, étaient encore bien sages sexuellement (G Aire‑la‑V. Bull. Gl. IV, 59). ‖ Avec une idée de rapidité, de détermination: directement, sans hésiter, sans tergiverser. «Stau galandé s’en von [impr. vou] drai a sti Montagni | yo sti cor né fu pa», ces jeunes filles s’en vont sans hésiter à M., où cet individu ne se trouvait pas (Vd XVIIIe s. Craizu. Vox rom. VIII, 118). Chìtṓ chp [en haut, cf. sus], va dris ou klòḥyè, sitôt arrivé au village, il va directement au clocher (V Lens). Chon jṑ drè vèr li, «ils sont allés droit chez lui» (F Ch.‑St‑D.). Si tchïn m’ā to drè vni dətchu, ce chien m’a directement attaqué (J Aj. Va. 193). À son arrivée, l’Istè k’ètḕ zva li mma lo kəri, lo mn·nè tò drḕ a l’ètrbyo, Esther, qui était allée elle‑même le chercher, le conduit directement à l’étable (Vd Rovr.; cf. Cont. 1901, 9). Ch’in va to drè a l’èṣrbyo i tsavó, chó ... chə·n ga ..., la chlè, chtè in chla, è lèvi a chó [loin à sauts], il s’en va tout dr. à l’écurie, sort sa jument, la selle, saute en selle et part au galop (F Roche. Alm. cathol. SR, 1954, 57). Ayant entendu ces paroles, i montḕ tò dra din lè tchinbr āt [cf. chambre 2o fin] | ... i y alè tò rədir, je montais tout dr. dans la chambre de la jeune fille, j’allais tout lui redire (J Courf. A. tr. p. VI, 171). Il m’est venu une idée, an lè pətch də mè bïn ḕmḕ | tò dra i m’an sœt alḕ, à la porte de ma bien‑aimée tout dr. je m’en suis allé (J Courtemaîche. Ib. V, 94). Autre ex. sous donc I, 1o (Gl. V, 851 b). ‖ Mə su adrèsi tò drai ao jdzo də pé, je me suis adressé directement au juge de paix (Vd Dum.). Loc. fig. 1. En parlant de personnes. Alḕ to drè, agir avec décision (J Mett.). Alā drai dèvan et var., agir systématiquement (Vd Orm.), avec audace (Vd Nov.). Va drai dèvan sè, il ne recule devant rien (ib.). Alā drae son tsəmeïn, être loyal (V Ardon). ‖ Martsi drāi, se conduire loyalement, honnêtement, faire ce qu’on doit (Vd Nov., var. SR passim). Tsəmənā drai, id. (Vd Orm.). Martsə drāi, tə t’in trovèré bin, marche dr., tu t’en trouveras bien (Vd Nov.). Tātsə [tâche] dè martsi drā (Vd Sassel). È fa mèrtchi dr, èvō lu, il faut marcher dr., avec lui (J St‑Br.). Les grands de ce monde sòvin nə mrtsan pā drḕ, chvan lo kryo tsəmin, souvent ne marchent pas dr., suivent le mauvais chemin (Vd Rovr.; cf. Cont. 1904, 39). ‖ Fəlā drāi, faire diligence (Vd Penth.). È fó fèlā dr, il faut faire son devoir (Vd Vaug.). ra, tə va fəlā drai, maintenant, tu vas marcher dr., recommandation après une incartade (Vd Long.). I nə farə pṑ bon nə pṑ fəlṑ dra aé mon pér, il ne ferait pas bon ne pas filer dr. avec mon père (G Aire‑la‑V.). 2. Aller droit, aller bien, se développer favorablement, en parlant de choses, d’affaires: «On crey que noutrés affaire de Suisse odray to drey, aprey Paqué, è qu’e n’y’aire rey a redire», on croit que nos affaires de Suisse iront bien, après Pâques, et qu’il n’y aura rien à redire (N Neuch. vers 1740. Pat. neuch. 280). Mè, su pò rèparmā è pò kə lèz afrè l lan drḕ, moi, je suis pour épargner et pour que les affaires marchent bien (Vd Rovr.; cf. Cont. 1905, 47). A riskə baïn də dəvəni évék | sə tò vè drāə, il risque de devenir évêque, si tout va bien (B Plagne). 2o De façon rectiligne, et, par ext., selon les règles de l’art (SR passim). Alā drāi, aller dr., suivre le droit fil, par ex. en coupant qch., en traçant une ligne (V Châble; var. Vd Orm., V Évol.). T’ékri tò dè travèr, tə nə sā pā alā drāi, tu écris tout de travers, tu ne sais pas suivre la ligne droite (Vd Orm.). Ala dréks in kòjin [en cousant] (V Évol. Chvr.). Pòr alā drāi, yə fṓ fòrfəlā son travṓ, pour faire une couture rectiligne, il faut faufiler son travail (Vd Orm.). ‖ a pnta nə fin pā drāi, le bois de cet arbre ne fend pas de droit fil (Vd Orm.). ‖ Avəzā drai, regarder en face, fixer (Vd Leys.; var. V Champ., Véross.), avoir le regard fixe (Vd Leys.). Té krè tó k’on·n zé pā t’avəzā drè? crois‑tu qu’on n’ose pas soutenir ton regard? (V Véross.). Avəzā drè éz [aux] é, regarder dans les yeux (Vd Gryon). Aətchyè dréks éij ès, id. (V Évol. Chvr.). Revadā drè èj é, id. (V Maréc.). Égétṑ dra, regarder en face (G Aire‑la‑V.). ‖ Dans un alignement: T’ā pa méirya [cf. mirer] drèi, tu n’as pas fait l’alignement droit, litt. tu n’as pas visé dr. (V Isér.). Tèryé drèi, tirer au cordeau (V Maréc.). L aré mètu lə fi kə l aré pā pòchu trəyé pyé drai, «j’aurais mis le fil que je n’aurais pas pu tirer plus droit» (V Praz‑de‑F.). ‖ Perpendiculairement à la base, en parlant d’un quadrilatère (V Maréc.): Ché tsan nə vlin pa lə partadjiə drè  mètin, nə vlin lə prndre in biə, ce champ, nous ne voulons pas le partager «droit au milieu», nous voulons le prendre en biais (Müller, 253). ‖ Persi dré, percer dr., manier le foret sans dévier (Vd Aubers.). ‖ Au jeu de quilles, la bla paou trè lancha rāi [raide] è drāi də fason kə lə lkə on bon bè su la plyantsə dèvan də vərī, la boule peut être lancée avec force et précision, de telle façon qu’elle glisse un long bout sur la planche avant de rouler (Vd Penth.). Təri drai, lancer la boule en droite ligne en direction des quilles, sans la faire passer sur l’un des deux talus bordant le jeu (Vd Leys.):  bé [en beau] təri drāi, on nə fé jamé mé dè trāi gẓè, en «tirant droit», on n’abat jamais plus de trois quilles. ‖ Prov. Jamé gótsi nə trè drāi, jamais gaucher n’est bon tireur, au fusil (ib.). ‖ Tchèrdjiə drè, litt. charger dr., entasser le foin sur le char de façon que les bords du chargement soient bien perpendiculaires (J Charm.): Tə n tchèrdj pə drè, tə fḕ ïn tyu d djərin·n [cf. cul 2, comp. 18, 3o], tu ne charges pas dr., la charge de foin surplombe. ‖ Dans le sens qui convient: On nə pu pṑ lə fòr mètr dra, al è tòrẓò aè travé du lya, on ne peut pas «le faire mettre droit», il est toujours couché en travers du lit (G Aire‑la‑V.).

3o Combiné avec un adv. de lieu, généralt avec idée de mouvement: directement, sans détour. 1. amont. Drè èmoun [cf. amont II, 8o 3] (N Cern.‑Péq.; var. Vd Ollon, Orm., Forclaz, Blon., Penth., V Isér., F Vill.‑s.‑M., N Couvet, B Prêles), dramon (B Prêles var.), directement en haut. «É faẓai allâ bas u fond de la Grant’Evoue et, di inque, drâi amoue pei le Récarre et le Tsâbẓe», il fallait descendre au fond du vallon de la Grande Eau et, de là, monter directement par le R. et le Châble (Vd Forclaz. Nicolier, Lettre, I, 9). Loc. É sit di kœ [du coup] drè amon, il saute aussitôt en l’air, il est emporté (B Prêles). On·na ròtsə kòpāyə drāi amon, un rocher escarpé (Vd Penth.). ‖ Adjectivt. S’é on pè bḕ [bien], lo kmon é drè amon, c’est un vilain domaine, le pâturage est très escarpé (N Couvet). 2. aval, en aval. Drè avó [cf. aval II, 6o 2] (N Brév.; var. F Vill.‑s.‑M., N Montal., Cern.‑Péq., Land.), drè an·n èvā (J Bois), directement en bas. Ó bin è rubyāv su l’ḗvə ai sa pla [cf. pelle], ó bin la pyondziv drè avó dzuk ó fon dó lé, ou bien il effleurait l’eau de sa rame, ou bien il la plantait dr. en bas jusqu’au fond du lac (N Montal. Groeger, Schweiz. Mund. 69). Adjectivt. On tarin dré avó k’on·n a pru mó də sə təni dré, une pente de gazon très rapide où on a bien du mal à se tenir debout (N Brév.). 3. bas, en bas. Dréi bā (Vd Blon.; var. Vd Alpes passim, V Isér., distr. Entr., distr. Conth. et Sion, Évol., Grim., F Vill.‑s.‑M., Roche, Mézières, Étr. frib.; fr. rég. Vd spor.), «droit en bas» (fr. rég. Vd spor., V, G), en ligne directe dans le sens de la pente. Tò drè ba, «tout droit en bas», id. (G Herm.). Alā dréi bā, descendre en ligne dr. dans une pente, sans faire de détour ni suivre un chemin (Vd Blon., var. passim). A·ā bā drèi, id. (V Aven). Pasā drāi bā, id. (V Bagnes). Prindrə drāi bā, s’engager directement dans la pente (ib.). «N’in pri dri ba pa [par la] comba», nous nous sommes engagés directement dans le sens du vallon (V Grimis. Alm. du Valais, 1942, 113). O lya de chre ò tsomeïn, a prāi drāi bā pè ò ri, au lieu de suivre le chemin, il s’est engagé «droit en bas par la pente» (V Châble). Kòpā [couper] dréks bā ou bā dréks (V Évol. Chvr.). L a fëgā drèi bā pè è prā, il a bondi «droit en bas» à travers prés (V Isér.). È nə sè jn·nè rin, è è lou fin drai bā! il ne se gêne pas, il foule les foins en descendant tout dr. à travers prés! (Vd Orm.). Chè chon rè in vunu a pī, dri b! in lou kranpounin l’on a l’tro, ils s’en sont retournés à pied, tout dr. dans la pente abrupte, en se cramponnant l’un à l’autre (F Roche. Alm. cathol. SR, 1956, 60). À la vue de cette apparition, ché bèrdjyë a rəplè·a [cf. replier] è f·è də dzódə è pè è partèi vya drei bā, ce berger a ramené les brebis en hâte et il s’est enfui, litt. est parti loin dr. bas (V Nend. Jj.). «Li catson ... tchyachîè rinky’a ètsapa dri ba», le porc ne cherchait qu’à s’enfuir «droit en bas» (V Grimis. Alm. du Valais, 1955, 119). Ouna dèsintə kə va dri b, une descente très raide (F Vill.‑s.‑M.). On nous disait que mourir en état de péché, chin rè al [c’était aller] dri b in·n infḕ, cela conduisait tout dr. en enfer (F Mézières. L’Homme, 12). Si vous avez commis telle faute, «c’est l’enfer ric‑rac, direct, droit bas, hein!» (fr. rég. Vd. Radio SR, 16 avril 1977). «Il se mit à descendre droit en bas, par les talus raides, entre les petits arbres et les buissons ronds qui sont là» (fr. rég. Vd. Ramuz, Nouvelles et morceaux, éd. 1967, 185). «Une pente raide et pierreuse qui descend droit en bas jusqu’au torrent» (id. Jean‑Luc persécuté, éd. 1967, 257). «Ce chemin qui va droit bas vers la route nationale, c’est la Béguine» (fr. rég. Vd: J. Fonjallaz, Le chemin des vignes, 1973, 68). «La maille a coulé droit en bas, mes collants sont fichus» (fr. rég. V Cherm. Sch.). ‖ Verticalement, à l’aplomb: «Depuis ladite frita [faîte] droit bas entre les deux chambrettes» (F Vuippens 1688. Reg. not. 2996, 52. AC). Y an you oun grou bgan kyé vaj·é [allait] dri ba, ils ont vu un grand trou qui s’enfonçait tout dr. dans la terre (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 426). Lé ban [cf. banc 15] van drèi bā, les assises de la roche sont verticales (F Grandv.). À tous les virages, la voiture l avi lə n din lə vdjyo, kəmin por al bḕrə ou ryó kə kòlvè drī b dèjò, a trè ṣin mḕtrə dè prèvon, avait le nez dans le vide, comme pour aller boire au ruisseau qui coulait en dessous de l’à‑pic à trois cents mètres de profondeur (F Roche. Alm. cathol. SR, 1956, 60). Loc. Avāi lə ktè vəryè [tournées] drāi bā, avoir les côtes en long, être paresseux (Vd Leys.). Adjectivt. Lou bré drāi bā, les bras ballants (ib.). Krnè dri ba, cornes tournées vers le bas (V Grim.). È dréi ba, c’est en forte pente (V Nend. Sch.). «En dessous du village, c’est droit bas» (fr. rég. Vd Montreux Chv.). Fig. Kòpā [couper] drai bā, interrompre brusquement une activité, abandonner une habitude (V Bagnes). Y’é trḗnó, na manganyə. Y’èi pā meïn invèi, y’é kòpó drèi bā, pèi y’é pā tòrnó ttsyë, j’ai traîné, c’était une crève. Je n’avais plus envie (de fumer), j’ai arrêté pile et je n’y ai plus touché (V Verbier Cas.). Drə, prëdzyë drāi bā, «dire, parler droit en bas», sans ambages, sans ménagement (V Bagnes, var. Nend. Sch.; fr. rég. Vd Chv., V passim). Yö më jno pā d’i drə drai bā sin kə vó [ce qu’il vaut], bai [< sèbi, cf. ébahir II, 2o] kə më fi a më, je ne me gêne pas de lui dire brutalement ses quatre vérités, ça m’est égal à moi (V Châble Cas.). Un client lui demande le prix du tissu qu’il expose, nntro kṑ i rèpon tò drai bā: yo vnzo pā a mayə martsyandi a tè, t’i tra gòrdzu, notre homme lui répond sans détour: je ne te vends pas ma marchandise, tu es trop bavard (V Lourt.). M’an fé a dzoka [être juché] oun·n ra də tin, ma yo éj ei di drei ba chinṅ kyə mouj·o, ils m’ont fait attendre pendant une heure, mais je leur ai dit sans ambages ce que je pensais (V Nend. Sch.). «Je lui ai dit droit en bas ce que je pensais» (fr. rég. V Châble). «C’est dur de nous résister. On va les trouver et on leur parle sans manières, droit en bas» (fr. rég. V: M. Chappaz, Portrait des Valaisans, 1965, 133). ‖ De là le subst. dri ba, homme brusque, bourru (fr. rég. V Icogne Sch.): «Vous savez, lui, c’est un dri ba, mais il est gentil». 4. dedans. Loc. Intrā drai dədin, entrer sans frapper (Vd Orm.): Y’ètaivə pòr alā drai dədin kan èr a arəvā, j’étais sur le point d’entrer sans heurter quand il est arrivé. Cf. ci‑dessus 1o. 5. haut. Dri hṓ (F Treyvaux; var. Gruy., Gr.‑de‑V.), tò drè yó (G Herm.), dr. en montant dans le sens de la pente. Chī tsəmin va dri hó è dri b, ce chemin est fait de montées et de descentes raides, litt. il va dr. en haut et dr. en bas (F Vill.‑s.‑M.). Vou ṣo dij èṣlè [cf. étoile 1, 9o 10]? Nind a inkə dri hṓ, veux‑tu des edelweiss? Il y en a là en haut, en droite ligne depuis l’endroit où nous sommes (F Treyvaux. Novi botyè, 25). Kan l è zu a tsévó, l’ga s’è drèḥa drè yó, quand il fut en selle, sa jument s’est cabrée, litt. s’est dressée dr. haut (F Gr.‑de‑V.). Lī fyèji mon bṣon drī hṓ | i tsèji dī tsaṣnye, j’y lançai mon bâton verticalement, il tomba des châtaignes (F Alb. Co. Rom. IV, 210). Adjectivt. Kan lə tsa l a lé pè drèi hṓ, ly é chnyo dé kolérə, quand le chat a les poils hérissés, c’est signe de colère (F Grandv.). 6. in·nn [en avant]. Dri in·nan (F Vill.‑s.‑M.; var. Gruy. passim, Mézières, Lully), drin·nan (F Rom., Villarg.), in·nan dri (F Vill.‑s.‑M.): Al dri in·nan, aller dr. devant soi, au fig. agir loyalement (F Vill.‑s.‑M., var. Lully). Va dreinan, il est loyal (F Lully). Tò drin·nan, tout simplement (F Rom., Villarg.). Adjectivt. Mò drè in·nan, terme courant (F Grandv.). mo dri in·nan, homme direct, sans détour, parfois bourru (F Gruy. Cas.). Dzin drè in·nan, gens simples (F Mézières. L’Homme, 193). Pyin tò drin·nan, bas ordinaires, sans doute tricotés tout à l’endroit (F Villarg.): Lè pyin tò drin·nan chon bin pə vtou ban [?] tyə lè pyin a kṣè, les bas tout ordinaires sont beaucoup plus vite faits que les bas à côtes; cf. ci‑dessous IV, comp. 1, 2o. 7. in [en haut]. Dr nó (Vd Fren.; var. V Isér., distr. Entr. passim, Nend., Conth. Ber., Sav., Grimis.). «Li tchyachyou ... apélyè [cf. apəly 1o fin] dris’ina pè lè ëgnyè», le chasseur monte tout dr. dans les vignes (V Grimis. Alm. du Valais, 1955, 119). Pòrkyë tou a pa drèi èna? Tə fó pa a·a ch’a rta, pourquoi ne montes‑tu pas tout dr. dans la pente? Il ne te faut pas suivre la route, qui fait un détour (V Nend. Sch.). Autres ex. ci‑dessous 9. Adjectivt. L è parti tsanbə dri ina, il est tombé les jambes en l’air (V Sav.); autre ex. sous dent 1, 6o 12. 8. lvè. Tò drè lvra, tout dr. en s’éloignant du locuteur (G Herm.): Y èt ala [il est allé] to drè lvra. 9. outre. Drai utrə (Vd Orm.; var. V Isér., Bagnes, Sav.), «droit outre» (fr. rég. V spor.), horizontalement dans la pente, en s’éloignant. Tó va drèi utrə, tanky œu krèponṅ, pi drèi ënó, tu vas «droit outre», jusqu’au rocher, puis «droit en haut» (V Isér.). E aló drāi utrə premyé i blṓ, il est allé «droit outre» parmi les seigles (V Châble). Lə sindai va drai utrə pè la dzao, le sentier va horizontalement, en droite ligne, à travers la forêt de sapins (Vd Orm.). L a pacha [il a passé] tó dri outrə (V Sav.). 10. à plan, horizontalement. Drai a plan, «droit à plat» (V Châble corr.): Di sé v alā drāi a plan, «d’ici vous cheminez droit à plat». 11. svè. Tò drè srva, tout dr. en se rapprochant du locuteur (G Herm.). 12. sus. Dri chou, dr. en haut (V Rand., var. Grim.). Adjectivt. Krnè dri chouk, cornes (d’une vache) qui ont poussé vers le haut (V Grim.). Li lytè lo motchóour, lè kin dri chou, elle lui attache le mouchoir sur la tête, les coins relevés vers le haut (V Rand.).

4o Aussitôt, sur‑le‑champ, immédiatement (Vd Long., V Est passim, N Planch.; fr. rég. N). Il fit sonner les cloches et joua d’une flûte enchantée, drḕt dè trpè dè charpè·n lè vènnṅvò·n dèvan la tsapla è lè ch’èḣrachvo·n lèj nè lèj trè, aussitôt une multitude de serpents venaient devant la chapelle et s’entredéchiraient (V Grim.). Léi a chə balya fó kə y a dréi aìk dó ptə kris, il l’a frappé avec tant de force qu’il a immédiatement entendu deux cris étouffés (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LX, 423). Lé tchyvra ly a ahouk frīt, ly a drḗt brèsonā [cf. brètson 2o] lo lasḗ, la chèvre a eu froid, elle a tout de suite donné du lait grumeleux (V Chand. Gyr). Nous riions en voyant le pain rouler dans la pente, «ma tot parî noz i sin dret coru apré», mais, tout de même, nous avons aussitôt couru après (N Planch. Michelin, Dim. Planch. éd. Jj. 19). Il y avait de fréquents éboulements, li kapchën y a dri you ky’ënd a·é a firé a ché di kòrnté, le capucin s’est immédiatement rendu compte qu’il s’agissait de l’œuvre du diable, litt. a dr. vu qu’il en avait à faire à celui des petites cornes (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 419). Dans une prière pour arrêter le sang: San arta té dré | kəmin Jézu Kri l a étā su la kré, litt. sang arrête‑toi immédiatement comme Jésus‑Christ a été sur la croix (Vd Long.). È mtsé chon dëstra [cf. extra 3o] ëndrchté [cf. endurcir 4o 3]: trnon dri a mma plachə, les mouches sont très entêtées: (quand on les chasse) elles retournent aussitôt à la même place (V Sav.). Y é pa ita ina məjon ma y é tòrn·é dri ba a Chyon, elle n’est pas montée chez elle mais elle est redescendue à Sion sur‑le‑champ (V Grimis.). L è parti dri, il est parti sur‑le‑champ (V Sav.). «Non, non, attendez là, je peux droit vous le remmancher, ça va pas long» (fr. rég. N Gorg. Cas.). Renforcé par un adv. d’intensité: Dəna vó d’abò [cf. abord II, 1o]? — Pa fran dri, dînez‑vous bientôt? — Pas à la minute (V Sav.). ‖ Avec ellipse du verbe: «Prenez un bain si vous voulez. — Je peux le prendre aussi droit à la maison», c.‑à‑d. dès que je serai chez moi (fr. rég. N Land. Voi.). ‖ Avec une idée de rapidité dans le procès: en un clin d’œil. Vën tpo é apréi l è dri ënvaə·a, le ciel s’obscurcit et après, en un clin d’œil, tout se dissipe (V Sav.). I rba l a pacha chou è prəvi dóou ou trè kóou é l a dri tó matchyóa, la meule a passé deux ou trois fois sur les poires et elle a immédiatement tout écrasé (ib.). É drè fit chè·n lé, j’ai fait cela en un clin d’œil (V Chal.). ṣrè drè fasya, être susceptible, litt. être rapidement fâché (V Pains.). ‖ Directement, sans autre forme de procès (J St‑Br.): È bïn! s vò n’è ran kontr, putō k dé mas, vo pœt dr botḕ, ma f! in·n kètrin·n də vépr po mè pōər fan·n, eh bien! si vous (le curé) n’avez rien là‑contre, plutôt que des messes (qui sont plus chères), vous pouvez directement noter, disons, une série de quatre vêpres pour ma pauvre femme. 5o Marque une coïncidence, une corrélation: justement, à ce moment précis (J). È vlè drè ranpir lə pté vèr, il voulait justement remplir le petit verre (J Épauv.). Èl alé an lè tyur è pə trové l tyurīə k’étè dr an trin d fèr séz ènons, il alla à la cure et trouva le curé qui était justement en train de préparer les publications du dimanche suivant (J St‑Br.). «Les tiuries di cercle aivint droit ïote conférence ci djo li», les curés du décanat avaient précisément leur conférence ce jour‑là (J Pleigne. Defer, Hist. pat. 14). Renforcé par bien: «Le véye tiurië de B., qu’était droit bin â confessional, les écoutait», le vieux curé de B., qui était justement au confessional, les écoutait (J Pays Dim. 1900, 122). ‖ En corrélation avec une conj. de subordination: L è drai in trin a diskuté kan l a byu on vairə, «il est droit en train à discuter quand il a bu un verre», il cherche à pérorer dès qu’il a bu (V Praz‑de‑F.). «Ê l’en faisint droit tient ...», ils en faisaient (des saucisses) juste au moment où ... (J Aj. Impartial, 1905, 14). En parlant d’un parfum: «Des moments on aurait dit du regain droit comme il commence à sécher» (fr. rég. Vd: Budry‑Chevallier, Le Quart d’heure, 1942, 72). ‖ Avec un temps composé, exprime le passé immédiat (V Hér. spor., J). È dre arouva ra, il est arrivé à l’instant (V Évol. Jj.). Y’é drèi vriya la klya, je viens juste de tourner la clef, c.‑à‑d. je suis tout près de chez moi (ib. Jqn.). Oun vé ... k’irə drei kominchya də plouma, un veau qu’on venait de commencer d’écorcher (V Hérém. Lav. 339). «Voici ïn pô de tchée que mes pairents vos envyant poche que nos ains droit botchèyiə [cf. bouchoyer 2o]», voici un peu de viande que mes parents vous envoient, car nous venons de «bouchoyer» (J Del. Christe, A cârre di füe, 60). En corrélation avec une conj. de subordination: Noz èvïn dr fini tyin s’ā k’è s boté ā pyvr, nous venions de finir quand il s’est mis à pleuvoir (J St‑Br.). Lə papa étè dr mōə tyin ..., «le papa était droit mort quand ...» (ib.).

6o Exactement, tout à fait, vraiment; précisément, justement (V Vouv., Champ., Est spor., N‑J; fr. rég. Vd, G, N‑J). Èl è vni drḗ a l’r, il est venu à l’heure exacte (N Sav.). Vni drè a midj, venez à midi précis (N Ch.‑du‑M.). Èl ā drè in·n our; èl ā drè lé trā, il est juste 1 h.; il est 3 h. précises (J Charm.). «Tu arriveras droit à l’heure convenue» (fr. rég. G Hum.). Absolt, dans la loc.: È fā fri [férir] drè po l trovḕ è l’ōtā, il faut tomber pile pour le trouver à la maison, chez lui (J Charm.). ‖ È n’é p anké dr trōə m, èl ā dé R, «il n’a pas encore droit trois mois, il est des Rois», il est né le 6 janvier (J St‑Br.). Not A. [notre A.] ā dr douz an pu djuə·n kə m, mon frère A. «est droit deux ans plus jeune que moi» (ib.). Èl n’ā p anké dr an son tan, cette vache «n’est pas encore droit à son temps», exactement à son terme de vêlage (ib.). ‖ S’è drè sa, i l’é ò·i lə dirə, c’est bien cela, je l’ai entendu dire (N Brév.). S’ā drè souki [cf. ce 2, II, comp. 5], c’est bien cela (N Cern.‑Péq.). «Y me pansai, ai yé craibin des mours poichi atoué [par ici autour] ... Y voi, in po loin, in gros bouetchet de mourie. Çà droi çoli, qui me diai», je pensais qu’il devait y avoir des mûres dans le coin ... Je vois, à quelque distance, un bosquet de ronces. C’est bien cela, me dis‑je (J Jura Dim. 1898, 161). Dra daïns, exactement ainsi (V Champ.; var. Vd Br., G Dur., N Brév., J St‑Br.). L pu véy nə l’antandḕ p dr dïnch, è s’angrin·nyé è pœ è n vəlé p alḕ ddin, l’aîné ne l’entendait pas de cette oreille, il se mit en colère et ne voulut pas entrer (J St‑Br.). Farè drāi min vudrè, je ne me soucie pas de la tournure que cela va prendre, en parlant du temps, d’une chose en évolution, litt. il fera dr. comme il voudra (V Vouv.). Il se coucha sur le plancher, tu léz ótr, por fèr to draə kò yu | s’étòjraïn dəkṑt a par dəchu, tous les autres, pour faire exactement comme lui, s’étendirent à côté de lui et par dessus (B Plagne). «Regardez, mademoiselle, c’est droit courbe», dit un élève montrant son ouvrage à sa maîtresse (fr. rég. N V.‑de‑Ruz Cas.). ‖ Complètement (V Miège, J): «Mai toubaquiëre a droit veude», ma tabatière est complètement vide (J Aj. Pays Dim. 1899, 61). On peut encore attendre pour cueillir ces cerises, èl nə son p anké dr mèvur, «elles ne sont pas encore droit mûres» (J St‑Br.). Dri nko, dri fóou, archi‑fou (V Miège). «Il est droit fou!» (fr. rég. J Bassecourt. CD). Dri piti bbo, tout petit garçon (V Miège). Avec accord au fém.: Drti pitta, toute petite, en parlant d’une cloche (ib.). Drti groucha kouvrta, toute grande couverture (ib.). ‖ Pour renforcer ou nuancer une constatation, une affirmation, une description: Èl étè ch’égrètnyḕ k’an·n èrè drè di k’èl étè èvu trïn·nḕ din dé botniə, elle était si égratignée qu’on aurait vraiment dit qu’elle avait été traînée dans des églantiers (J Ocourt); autre ex. sous charbonnier 1o. Ā s k’an n dirè p drè k’èl m·n? ne dirait‑on pas vraiment qu’elle (une vache) sanglote? (J Épauv. Folkl. suisse, XXXIX, 13*). «C’est droit ce talus que vous voyez là, la Creuse» (fr. rég. B Moutier Cas.). S’ā dr s k’i m pansṓ, «c’est droit ce que je me pensais», c’est justement ce à quoi je pensais (J St‑Br.). À un artisan accompagné de son bambin: «Tu peux bientôt allonger ton enseigne, comme Panisse! — Tu m’as droit fait penser à ça; tu vois: Egger et fils, distillateurs!» (fr. rég. N Bevaix Cas.). S’a dra l ko d’éprœvḕ, c’est vraiment le bon moment pour essayer (J St‑Br.). S’ā dra sé kə pradjan lè tchḕritḕ kə ranvyan léz èmniə [cf. aumônier 3o] tyin è vin [vont] po yō dmindḕ di ské, c’est justement ceux qui prêchent la charité qui renvoient les mendiants quand ils viennent leur demander du secours (J Bonf.). S’è dré lu k’a fa stu kou, il è bin kapbyo, c’est certainement lui qui a fait ce mauvais coup, il en est bien capable (N Brév.). «Ç’â tot droit lai Josèfine que m’en aivait bayië in peté pota», c’est justement Joséphine qui m’en avait donné un petit pot (J Aj. Pays Dim. 1898, 20). La fille qui avait abandonné le fils du roi s’étḕ mèryḕ èvō ïn·n ofisiə, to drè stu k’èvḕ lèchiə sè fyœlə, s’était mariée avec un officier, celui précisément qui avait délaissé sa filleule (J Miécourt. A. tr. p. XXII, 66). S’ā drè dé syans po [des sciences pour] s tyḕ, k dyé l pandu an sə ryəvin, c’est vraiment un tour à se tuer, dit, en se relevant, le pendu dont la corde a cassé (J Ocourt). Sin k sœ sè drè ïn voul, sans que cela soit un vol à proprement parler (J Bois). S n’ā p dr d lè tḗər è pómat, èl y ā ïn pó pjin·n [pesante], ce n’est pas vraiment de la terre à pommes de terre, elle est un peu lourde (J St‑Br.). Redoublé: S n’ā p dr dr lè bèl bḗt, min s’ā anké in·n tot konvnyin·n, «ce n’est pas droit droit la belle bête, mais elle convient encore bien» (ib.). «Après ce qui s’est passé, lui, c’est pas droit ce qu’on peut appeler un prochain» (fr. rég. N Auv. CD). «Ce n’est pas droit ça!», pas tout à fait ce qui convient, et même pas du tout (fr. rég. N Cortaillod. CD). «Quel vieux rôneur [grognon] çui‑là, c’est droit son père!» (fr. rég. N Land. Voi.). «Il fait froid. C’est de nouveau droit l’hiver» (fr. rég. N V.‑de‑Ruz Cas.). ‖ Dans des exclamations affirmatives: (To) dr! exactement! précisément! (J St‑Br.; var. Charm., Buix). Baïn dra! oui, assurément! (V Champ.). S’ā lu? — Drè! c’est lui? — Précisément! (J Charm.). Dans des phrases exclamatives ironiques: È bïn, dr k’iy i v bèyiə, po k’è m lè rontch! «eh bien, droit qu’ j’y veux donner pour qu’i m’la casse!», pas question que je lui donne cette montre (J St‑Br.). S’ā to drè lu k lo vorè fèr! c’est bien lui qui voudrait le faire! (J Charm.). ‖ Carrément, franchement, dans la loc.: «Ça fait droit chier!», expression courante dans la troupe (fr. rég. N). En jouant au yass: «Ça fait droit chier, nom de Dieu! Jamais un atout» (fr. rég. N Cortaillod Cas.).

7o Précise une relation de lieu ou de temps. 1. Lieu (Vd‑V et F‑J passim; fr. rég. N). Dré i bòr, dré a la rva, tout au bord (N Brév.). Drei ba di bi [cf. bè 1o], immédiatement en bas des bassins (V Nend. Sch.). Dans un conte: Ce n’était plus un serpent, irə ju na b·a dma drei dəkoutə a yi, c’était une belle dame tout près de lui (ib.). Cha méjon l è drin dèkṣè lou tsəmin, sa maison est juste à côté du chemin (F Villarg.); autres ex. sous dèktè I, 1o, dormir 14o. «Pâovont ... travaissâ su on lan qu’est drâi derrâi la pinta», ils peuvent traverser le ruisseau sur une planche qui est juste derrière le cabaret (Vd Cont. 1894, 31). «Drè dèjot lè Bossètè la crouijia öng tsassöc [cf. tsaos]», immédiatement en aval du lieu‑dit les Bossettes, il rencontra un homme (V Grim. A. Pont, Autrefois, 69). «D’éthai brancâ [cf. braquer 4o] chu di‑j‑égras drai déiant ouna baraca coumun clla di‑j‑écouallarès», il était campé sur un escalier, juste devant une baraque comme celle des marchands de vaisselle (Vd Ch.‑d’Œx. Cont. 1900, 23). È y an vnyè [venait] drè vyè l nō, il en poussait (des saules) juste à proximité de la fontaine (J Bois). Dra an si véy poun si ansoun [ci en haut], nou l trïn·nïn tò li [là] po l savourè p mètr, nous le traînions tous juste à ce vieux pont pour le scier en tronçons d’un mètre (J Vermes. Butz, 84). Autres ex. sous emmi 1o 1. La pra l è jou tsḕrə din l’vè drī damon dou pon, la pierre est allée tomber dans l’eau juste en amont du pont (F Roche. Alm. cathol. SR, 1949, 78). On brotsè chè trvè drin dèjò la tsonpn·na [cf. tsaopn·na], un baquet se trouve exactement sous la bonde du cuvier (F Villarg.). «Tu es droit sur les roues (du wagon)» (fr. rég. N Chv.). Alvè drè apri lə tsè, je marchais immédiatement derrière le char (F Gr.‑de‑V.). Chin kontən·é adé méi f dri dèri lyé, ce bruit augmentait toujours juste derrière elle (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 407). Dans le cortège de la fête de mai, drḕ dèrḕ lo sóvdzo mrtsan lè bbo k’an bayī lè pyə bī riban pò la kpa, immédiatement derrière le «sauvage» marchent les garçons qui ont donné les plus beaux rubans pour son costume (Vd Rovr.; cf. Cont. 1905, 18). Renforcé par tout: Tò drāə dədṓ la statūə d la Viərdj, immédiatement en dessous de la statue de la Vierge (B Plagne). ‖ Avec une idée de mouvement: Léy a fyë dréi su lə n, il l’a frappé juste sur le nez (Vd Blon.). Él a résu drè a la matsurə, il a reçu le coup en pleine mâchoire (V Véross.). M’a mëtu a man drāi u sa, il a mis sa main en plein sur mes bourses (V Châble). A zu de bòn de ḥlre i kse, atramin ə resèyāi ò kou drāi u sədyeïn, il a eu de la chance de pouvoir fermer ses cuisses, autrement il recevait le coup exactement sur son sexe (ib.). Du dèchu la fənṣra chè btè a dziḥly [cf. gicler] l’vè drḕ chu la tṣa dè nṣrè dvè batlyè, de la fenêtre il se met à verser l’eau juste sur la tête de nos deux commères (F Crés. Tobi, Mèhlyon, 64). Celui qui était sur le sapin a fait ses besoins, ra chin y é tsəjou dri yé·n ou bronsé, or les excréments sont tombés en plein dans la marmite (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 424). ‖ Portant sur un adv. Drai davó, immédiatement en contrebas (Vd Orm.). Drai dèzò, exactement au‑dessous (ib.); autre ex. sous dessous III. Drai dèsu, dr. au‑dessus (ib.); cf. dessus II, 3o. Drè dévan, au premier plan (F Gr.‑de‑V.). Drè inkə, précisément là (Vd Aubers.). Drāi kə, exactement ici (Vd Penth.): Yə fə fyè [cf. férir] drāi kə, yó on snyè lè kayon, il fut frappé exactement ici, là où on saigne les cochons. Drè li, exactement là (J Bois). Drè li dvin [là‑devant] (J Épauv.); pour le degré de proximité, voir ci II, comp. 15, 1o. Autres ex. sous ci I, 4o, ci II, comp. 2, 1o et comp. 12‑13, dèktè I, 3o. ‖ Drè mi bā, drè mi chouk, un tout petit peu plus bas, plus haut (V Évol. Jqn.). Renforcé par tout: En tirant sur une caille, y’è ètrèpḕ mè mīə | to dra è kōtḕ, j’ai atteint ma mie, qui était immédiatement à côté (J Fontenais. A. tr. p. V, 102). Loc. prép. Drai dè, exactement à l’endroit de (Vd Orm. pat. et fr. rég.). Sè sindāi prin drāi dè a grsa ròtsə, «ce sentier prend droit de ce grand bloc isolé». La pyra nə fin pā todzòr drāi dè a vn·na, la pierre ne fend pas toujours exactement par cette veine. A midzòr l’nbra è drāi dè la danyə, à midi l’ombre est «droit de» la tige terminale du clocher, c.‑à‑d. à l’aplomb de ... 2. Temps. Ceux qui ont manqué aux corvées communales «payeront ... la taxe cy dessus sans rémission droit après le défaut commis» (F Gru. 1682. Sources droit, IV, 208). Drḕ apri chin, juste après cet événement (F Roche. Novi botyè, 55). «Tu penses si je me rappelle, c’était droit après les vendanges» (fr. rég. N Gorg. Cas.). Autre ex. sous après II, 3o fin. «Drè dvan lé pieu rude tin ... y’ai vou on vol d’auluète», immédiatement avant les plus grands froids, j’ai vu un vol d’alouettes (N Brév. Pat. neuch. 362). Drei dè·an dechija [cf. dèsiza 1o], immédiatement avant la désalpe (V Hérém. Lav. 314). «Lo londèman dè poyè, drouèt dèvan sïn’na ...», le lendemain de la montée à l’alpage, immédiatement avant le repas du soir (V Rand. Alm. du Valais, 1957, 148). ‖ Portant sur un adv. Drāi adon, juste alors, à ce moment (Vd Leys.; var. N Noir., Brév.). S’è dré adon kə l malœr èt arəva, c’est juste à ce moment‑là que le malheur est arrivé (N Brév.). Autre ex. sous adn 3o e. L’arḕ zu bin d boun dè muri drḕ aprī, ka l a zu ləzi dè lo règrètā, la pra, ç’aurait été une grande chance pour elle de mourir immédiatement après son mari, car elle a eu le temps de le regretter, la pauvre (Vd Rovr.; cf. Mess. boiteux, 1908, 72). «Je me suis occupé personnellement de Paul Chaudet puis de Gilles qui est venu droit après», dit le chef des pompes funèbres (fr. rég. Vd Corsier. Radio SR, 1990). «Droit avant», très peu auparavant, à l’instant (fr. rég. Vd et N passim). «Le ministre venait d’arriver au village. Il s’était marié droit avant» (fr. rég. Vd: Budry‑Chevallier, Le Quart d’heure, 1942, 8). Dr mitnin (J Vicques; var. N Cern.‑Péq., J St‑Br., Charm.), drè ra (N Noir.; var. Vd distr. Aigle passim, Chenit, Penth., Aubers., V Vouv., V. d’Ill., Véross., Sav., G Dard., Dur., F Rom., N Brév.), drra (V Ill.), «droit maintenant» (fr. rég. N passim, J St‑Br., Charm.), à l’instant, juste à présent. «Quand ce que ça s’est passé? — Droit maintenant» (fr. rég. N Land. Voi.). L’ésin l ə parti du vasélé drè vra, l’essaim s’est envolé de la ruche à l’instant (V Véross.). Voz arəvā drāi ra pòr səpā avé nò, vous arrivez exactement au moment opportun pour souper avec nous (Vd Orm.). L é dra ra k’on·n a fta də tə, c’est justement à présent qu’on a besoin de toi (V Champ.). Drè vra kə vin dé sòrti, il vient tout juste de sortir (V Véross.). Dans une phrase négative au futur: Èl nə vœ p anké fèr vḗ [faire veau] dr mitnin, elle n’est pas près de vêler (J St‑Br.); ex. de V Véross. sous dèbants 5o. ‖ L’èfə dè portan pā avè fan, drè pyra kə l a tsəkó, l’enfant ne doit pourtant pas avoir faim, il vient de téter (V Véross.). ‖ Pour insister sur l’exactitude parfaite du moment dont il est question: Drè pou èkmansiə [commencer], tout au début (J Bois). «Drouè lô proumiè zor», le tout premier jour (V Chal. Alm. du Valais, 1945, 83).

8o Marque une restriction: seulement, à peine, tout juste (V Hér., G Herm., J); cf. synon. ci‑dessous IV, comp. 4, 2o. 1. Portant sur un adj., un part. p. adj. ou un adv.: Ïn mindjiə k’ā dra bon po lé pə, un manger juste bon pour les porcs (J Aj. Va.). Ïn sènta [cf. Cerneutat 1o] brosnou drè bon po dé tchiəvr, un petit pâturage couvert de broussailles, juste bon pour des chèvres (J Ocourt). Lë fransé, y è dréi bon pò la mchyratsə, ma pa pò stóou bon pa·ëjan d’è·ntchə no, le français, il est juste bon pour les messieurs de la ville, mais pas pour ces bons paysans de chez nous (V St‑Martin). Loc. Èl ā drè bon po farḕ léz ouəy, c’est un propre à rien, litt. il n’est bon qu’à ferrer les oies (J Soubey Surdez). fəmlə chon drei bonə po lo kouk [pour le cul], les femmes n’ont d’intérêt que pour la bagatelle (V Vernam.). È y é drè prou d tyuə po in·n tchèpy [cf. chape 2o 7], il y a juste assez de cuir pour faire une «chape» de fléau (J Épauv.). ‖ Avec ellipse de l’adj. Un lopin de terre drè pou vèdji dḗ kni, tout juste assez grand pour y élever des lapins (J Bois). Y’mo mi a·éi pa sïn ou prta mëjḗr [porte‑misère] d’alèva na fantma dréi pò la kakḗrə, je préfère n’avoir pas cinq centimes dans mon porte‑monnaie que d’élever une mijaurée incapable d’aider au travail de la maison, litt. juste bonne pour les latrines (V St‑Martin). ‖ Y è drè ébóṣya, c’est juste ébauché, ce n’est qu’ébauché (G Herm.); autre ex. sous abéts II, 3o. Lə forné y è drei rontouk [rompu], le poêle est à peine tiède (V Vernam.). Drèi èfrichya [cf. èfrəs 1, 4o], litt. à peine saupoudré, se dit d’un champ recouvert d’une mince couche de fumier (V Évol. Jqn.); autre ex. sous ètròbly 2o. ‖ Dans des loc. de tournure négative, telles que drei pa mo, presque mort, litt. juste pas mort: Y é pacha oun Samaritin kə y e jou prei də pijya də lo èrə drei pa mo, un Samaritain a passé qui a été pris de pitié de le voir presque mort (V Hérém. Lav. 369). Y è drei pa vya, y a pa mi kyè lo chflo, c’est la fin, à peine respire‑t‑il encore, litt. il est juste pas loin, il n’a plus que le souffle (V Vernam.). In ché moman lì, lè tsé chon ttə tsèje dè plat, drei pa krè·ayə [juste pas crevées] də fan e də mijérə, à ce moment‑là, les vaches sont toutes tombées sur le flanc, presque mortes de faim et de misère (V Hérém. Lav. 376). Drei pa trocha, presque cassé (ib. 314). ‖ Avec un pron. Drék pa rè·n, juste un petit peu (V Évol. Follonier). Drék tsja [cf. chose 6o 1], id. (ib. Chvr.). 2. Portant sur l’énoncé. É gnyə dr pè s’out la fan, «il gagne juste pour s’ôter la faim» (G Bern.). Y an drei l’abè [cf. abr 2o], «ils ont seulement l’habitation», ils ne possèdent pas d’autres biens immobiliers (V Vernam., var. Évol.). M’a drei balya oun pəti bèchèt dè rùjiṅ, il ne m’a donné qu’une petite partie d’une grappe de raisin (V Vernam.). Oun pəti pro ky’avéi dréi oun pt chïn pò martchya, un petit pauvre qui n’avait qu’un méchant bâton pour marcher (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LX, 422). Y a dré jou lo teïn d’vrìk è d’è·ntra aé lò tsèva yən a méijon, il a tout juste eu le temps d’ouvrir et d’entrer avec le cheval dans la maison (ib. 425). ptə chés, āə léiy a dréi dè rèïn·nāch, de vilains rochers habités seulement par des renards (ib. LIX, 176). Y in vin drei oun·n ərəchon [hérisson], il ne coule qu’un filet d’eau (V Vernam.). Lé l in vïn dréi kmè ouṅ fī rfyo, là il en coule tout juste un filet, litt. comme un fil retors (V Évol.). Y a dréi dət ..., il a seulement dit ... (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LIX, 185). Di adon tè gèrnto k’y a jyami pl mi dət k’ran drèi dè mjachyon, je t’assure que, depuis lors, il n’a jamais plus dit que c’étaient là de pures imaginations (ib. 175). Fajan pa mi kè pètchya [pécher] è‑y‑alvoun a la mcha dréi pè dè rigóou [par de rigueur], ils ne faisaient plus que se mal conduire et n’allaient à la messe que lorsqu’ils y étaient contraints (ib. LX, 417). Vjo vra, vè drèi triyè na gta, je m’en vais à l’instant, je veux juste pisser un peu, litt. tirer une goutte (V Vernam.). Avant de sortir, yò vè dréi bāti sta kajta, je veux seulement faufiler ce gilet (V Évol.). Lë tournèrè d’abò, l è dréi jcha férə ouna kmëchyon, elle reviendra bientôt, elle est juste allée faire une commission (V St‑Martin). ‖ Loc. Knta [compte] drék! (V Évol.), expression employée par celui qui, commençant une histoire, va annoncer qch. de surprenant (Jqn.); Follonier, Olèïnna, 66 traduit la loc.: «imagine‑toi juste ceci, figure‑toi»; à rectifier sous compter 5o fin. ‖ Au moins: Inko bin·néjə [cf. bienaise 1o] chə pu drei chórti kakə santim, il faut être content s’il donne quelques centimes, litt. (c’est) encore heureux s’il peut au moins sortir ... (V Hérém. Lav. 314). Chə no chin pa drei no arda [nous garder] chin, si nous ne savons pas au moins conserver cela (ib.). Tó partəré pā chin drei tè ma, tu ne partiras pas sans t’endimancher un peu (V Vernam.). ‖ Dans une supplication: Ché y a pa mi dè plachə por tè! — ṓ! drèi na plachta in l’èf·nda óou bïn k·ntra la parèi! ici, il n’y a plus de place pour toi! — Oh! juste une petite place au bord du lit ou contre la paroi! (V St‑Martin. Lautbibl. 67, 6). 3. Loc. Tou cha·ìchə [subj.] dréi ..., si tu savais ... (V St‑Martin): Tou cha·ìchə dréi km ir è·ngrïnjya lë ppa éi matïn! si tu savais seulement comme ton père était fâché ce matin! T chavéich dréik ro ché lanyéi! si tu savais combien je suis fatiguée! (ib. Z. f. fr. Spr. LIX, 180). 4. Avec un inf. À la condition de, pourvu que: T pou mə dìrə tò chin kə t’oudré, drei pa mə dìrə [dr. pas me dire]: Fya, mla fya, tu peux me dire tout ce que tu voudras, sauf: Fée, mauvaise fée (V Hérém. Lav. 376). Lè fəmlə, drei chè frè mounta, les femmes ne pensent qu’à la bagatelle, litt. les femmes, dr. se faire monter (V Vernam.). Avec ellipse du verbe: Drèi dè dra [cf. drap 11o], drèi dè dra! on ne se préoccupe que des vêtements, reproche (ib.); autre ex. similaire sous dentelle loc. et prov. 5. Loc. Dré dè non [nom], un tout petit peu (V Haud., var. Évol.). Y a è·nko drèi dè non·n dèvan k’arouvā, il reste encore une toute petite distance avant d’arriver, pour amener une bille de bois au point voulu (V Évol. Jqn.). T’é ṣu lanya? — Drḗk dë non, es‑tu fatigué? — Un petit peu (ib. Chvr.).

9o Loc. conj. Dré kə et var.: 1. Avec l’indic. Aussitôt que, dès que, chaque fois que, quand (Vd Dum., V Sav., distr. Sierre; anc. G). «Celeu qu’éton à Planpalai ranzia | ... dray qu’on oyet netrou canon ronfla | criaron to ...», ceux qui étaient rangés à Plainpalais, dès qu’on entendit notre canon ronfler, crièrent tous ... (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 14). «Dröè qué lé mélétèrè d’èn tchiè no l’an‑j‑ou dè föji, l’an fonnda dè cobliè [cf. couple 1, 3o 1] dè tériö», dès que les soldats de chez nous ont eu des fusils, ils ont fondé des sociétés de tireurs (V Miège. A. Pont, Autrefois, 26). On le déteste, ra dri ky’aré kkyè tsouja, ftson dri ó ba [cf. bât] chou rli, aussi, dès que quelque chose de fâcheux arrive, on met aussitôt la faute sur lui (V Sav.). Si la laine était mal filée, dréi k’·n alvè vè lo tìchəran, chì lì fìk ché kachvè, n payè méi tchyèr, quand on la faisait tisser, si le fil cassait, on payait plus cher (V St‑Luc Ma.). Vo lo blyo dre k’yo rechvo, je vous le donnerai dès que je l’aurai reçu (V Mollens Studer). Houj anm pacha [ces ans passés], alvo tsìkyə mòma·n ən vla, drè kyé l a·o lò teïn, autrefois, j’allais à tout moment en ville, dès que j’avais le temps (V Chal. Ma.). Dri kyè b·o dé ché vën, atrpo ó brla kóou [cf. brûle‑ comp. 3], chaque fois que je bois de ce vin, j’attrape des aigreurs d’estomac (V Sav.). Autre ex. sous branler 2o 5. 2. Avec l’indic. À l’instant précis où (V Champ., Véross., G Herm., N Noir.). Drè k’él arvvə, l’tr ètè lyan [était loin], à l’instant précis où il arrivait, l’autre partait (G Herm.). Drè k’i l’è vu, à l’instant où je l’ai vu (N Noir.). 3. Avec le subj. Pourvu que, à la seule condition que (V Hér. passim). Drei kə pichan in rəmacha də gro mounton, balyərin lyètə a tta la rsta, pourvu qu’ils puissent en ramasser de grosses quantités, ils ne se soucieront pas d’autre chose (V Hérém. Lav. 366). Drei kə pichan kola [cf. couler I, 6o] ba, pourvu qu’ils puissent boire, c.‑à‑d. leur seule préoccupation est d’avoir qch. à boire (ib. 325; autre ex. ib.). Drék kə t’arouvchè a myèzò, à condition que tu arrives à midi (V Évol.). ‖ Dans une proposition indépendante, pour exprimer un souhait mêlé de crainte: Dtè, ma pra, dréi k’yò pcho vòj eijy! dites‑le, ma pauvre, pourvu que je puisse vous aider! (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LIX, 180). Drék k’y’arouvigchə òou kro dè l’an, pourvu que j’arrive à la fin de l’année (V Évol. Jqn.). Drék ku fajichə byó tèïn! pourvu qu’il fasse beau temps! (ib. Follonier). 4. Avec l’indic. C’est à peine si, c’est tout juste si (V Hérém., Évol.). Drei kə pei chə bjyè [cf. bouger 8o], c’est à peine s’il pouvait se mouvoir (V Hérém. Lav. 314; autre ex. ib.). Y rè ntrè zòr è nèt, drék k’ouṅ véjéi kou·nta l’arzè·n, c’était entre jour et nuit, à peine voyait‑on assez pour compter l’argent (V Évol.). Li in·n a pa fé də ka kə drei kə li a di ..., lui ne s’en est pas soucié et s’est contenté de lui dire ..., litt. lui n’en a pas fait de cas que dr. qu’il lui a dit (V Hérém. Lav. 314).

IV. Composés.

1. — a dri, etc. (voir à et droit 1) Vd 11, 12, 14, 16, 18, 2, 31, 32, 35, 36, 41, 50, 51, 61, 67, 69, 70, 82, 90, V 22, F 21, 33, 34, 51, 5 Montbrelloz, 63, N 20, 30, 31, 62. Autres var. sous adri (cf. hist.). Fr. à droit Vd spor., V 22, N 20, 30. ‖ Adv. 1o Conformément à ce qui doit être, comme il faut, convenablement; voir détails et ex. sous adri I, 1o. ‖ Mètrə on mṓ a drā, faire la toilette d’un mort et le placer dans son linceul ou dans son cercueil (Vd Sassel; var. Jor., Pont, Penth., Pailly, Vulliens, Oron; fr. rég. Vd Month., Pailly). Bétā a dr, id. (Vd Vaug.). L è mon pérə k’a mè a drā Janó a Séza, c’est mon père qui a fait la toilette mortuaire de Jeannot à César (Vd Sav.). «Metteuse à droit», femme qui fait les toilettes mortuaires (Vd Yverdon Mr.). Cf. droit 3, 18o. 2o T. de tricotage. À l’endroit, en piquant l’aiguille par devant dans la maille (Vd passim, V Maréc., F Ch.‑St‑D., distr. Glâne, Gr.‑de‑V., Montbrelloz, Sugiez, N Noir., Cern.‑Péq., Brév., Lign.; fr. rég. Vd spor., V Maréc., N Noir., Cern.‑Péq.); synon. ci‑dessus III, 3o 6, ci‑dessous comp. 2, 2o et 3, 1o, in dèvn (sous devant IV, comp. 5, 1o 4), a dritə (sous droit 2, II, 5o 3), endroit II, 1o fin. — A drai s’oppose à à l’envers [sous envers 2, I, 1o] (Vd distr. Aigle spor., Ross., Sent., Vall., V Maréc., N Cern.‑Péq.); à envers 2, III, 1 (Vd Orm.); à à rebours (Vd Étiv., Corsier, Sav., Month., Penth., Sassel, F Sugiez, N Noir., Cern.‑Péq., Brév., Lign.); à à reculons (Vd Orm., Fen., Blon., Vulliens, Oron, Vaug., V Maréc. Müller, F Ch.‑St‑D., distr. Glâne et Broye), à à gauche (Vd Vaug., N Cern.‑Péq.). Trikòtā a dr, tricoter à l’endroit (N Lign.). Broutsi [cf. brocher 1o] a dr, id. (Vd Vall.). Tsaoṣounā a dri, id. (Vd Ross.). Frè a dri, id. (ib.). Lou mələton, lou tsaoon sə trikton maitya a drai, maitya a rèbor, les gilets de laine, les bas se tricotent moitié à l’endroit, moitié à l’envers (Vd Orm.). Māẓə a dri, a l’unvèr, maille à l’endroit, à l’envers (Vd Ross.). Na [une] māyə a drè, na māyə a rbour, id. (F Sugiez). On·na mlyè a dra, l’ótrə mlyè a rèkoulon, id. (Vd Vulliens). Na mlyè a dr, na mlyè a gtsè [gauche], id. (Vd Vaug.). Pyin a drā, bas tricoté tout à l’endroit (F Villarg.); cf. ex. sous adri I, 1o.

2. — də dri, etc. (voir de et droit 1) Vd 36, 42, V 14, 36, 50, 51, G 10, 17, 18, 20, F 51. Fr. de droit G, F 51. ‖ Adv. 1o De façon rectiligne et, par ext., selon les règles de l’art; convenablement (Vd Sav., G Bern., Aire‑la‑V., F Gr.‑de‑V.). S’on nə tərvè p lə fi, on nə sarè p al dè dra, si on ne tringlait pas le bois, on ne pourrait pas suivre une ligne rigoureusement droite en l’équarrissant (F Gr.‑de‑V.). Tə v p dè dr, tə v dè krbou, tu ne vas pas droit, tu vas de travers (id.). È nə fṑ rè də dra, «il ne fait rien de droit», il ne fait pas un travail de qualité (G Aire‑la‑V.; var. Vd Sav., G Bern.). Si on n’ò pṑ torẓó l’yé su lyi, è nə fṑ rè də dra, «si on n’a pas toujours l’œil sur lui, il ne fait rien de droit» (G Aire‑la‑V.). Loc. On gāotsi né pāo rin fré dé drae, un gaucher ne peut rien faire convenablt (Vd Sav., var. G Bern.). 2o T. de tricotage. À l’endroit (Vd Long., G); voir détails et synon. ci‑dessus comp. 1, 2o. Trikòt də drè, də travé [travers], tricoter à l’endroit, à l’envers (G Herm.). Na malyə də dra, na malyə də travé, une maille à l’endroit, une maille à l’envers (G Aire‑la‑V., var. G). 3o Debout, dans le prov.: On·n é pṣə gran té d’apṣan [d’à plan] kə də drāi, on est plus longtemps couché que debout, c.‑à‑d. mort que vivant (V Torg. Gill. Vionnaz, 121). 4o Immédiatement, sur‑le‑champ; tout de suite, dans un bref délai (V Isér., Cham., Nend.). fó ini də dréi, viens immédiatement (V Nend. Sch.). «An dedrei komprei kiè Dzojè ... aei rekontrâ Dzakiè», ils ont immédiatement compris que Joseph avait rencontré Jacques (ib. Alm. du Valais, 1956, 149). I mta mën·ndzə a cha də drèi; i maton me a cha ā fta, la fille mange immédiatement la sienne (portion de fromage); le garçon la met dans sa poche (ib. Jj.). È·nd a pā zu pó vrba, l a rūsèi dè drèi, il n’en a pas eu pour longtemps, il a réussi aussitôt (V Isér.). Atè·n mè tīminṅ, vnyo dè drèi, attends‑moi un petit moment, je viens à l’instant (ib.). ‖ Avec référence à la durée du procès: Si tsza myë dè dèvu [cf. dëvalk 2o]! si dè drèi anya, je ne vaux plus rien! je me fatigue vite (ib.). É pəri blvo [cf. blvo 4o] son dè drèi blkè, les poires dites «blaves» ne tardent pas à blettir (V Cham.); autre ex. sous doux III, 1o, 2. ‖ Portant sur ra «maintenant»: Də drèi ra, tout à l’heure (V Nend. Jj.). À l’instant: No kouminsin də drèi ra a nje proumənā fra po vé·dzo, nous commençons à l’instant à nous promener dans le village (ib. Praz). 5o Loc. conj. Dè drèi kyə, aussitôt que: Chi ji·an, də drei k’ò t’a y ini, èy [lui] a kèryā ..., ce géant, aussitôt qu’il l’a vu venir, a crié ... (V Nend. Jj.). Sè ën·ndrómèi kóm oun pòt dè drèi kyë  è zu dè pat, il s’est endormi comme une souche aussitôt qu’il fut couché (V Isér.).

3. — in dri, etc. (voir en et droit 1) Vd 36, 51, 5 Aub., V 18, 36, 47, 51, 70, 75, G 10. Anc. en droit G 1628, V 41 fin XVIIIe s. Fr. en droit V 36, 88. 1o T. de tricotage. Adv. employé adjectivt dans: Na maẓə in dra, na maẓə invè, une maille à l’endroit, une maille à l’envers (V Champ.; var. Isér., Lourt., Ayent). Mālə in·n drèi, mālə ən·n dri [cf. dèri VII, comp. 5, 2o], id. (V Nend.). «Maille en droit», maille à l’endroit (fr. rég. V Pains.); cf. ci‑dessus comp. 1, 2o et 2, 2o. ‖ Adj. Ë·ndré(k)s, f. ‑é(k)tə, tricoté(e) à l’endroit (V Évol.). Māy [maille] ë·ndréktə (Chvr.). Yò koumṅso pèr um bòkoṅ ë·ndréks, je commence par tricoter un bout à l’endroit (id.). Fasoṅ [façon] tòt ë·ndréktə (id.). 2o Prép. Vis‑à‑vis de (G 1628): «Que chacun ait à faire nettoyer les rues en droit soy», devant sa maison (Sources droit, IV, 60). ‖ Loc. prép. An drè də, en face de, vis‑à‑vis de (G Herm.; var. Vd Month., Sent., V. de Joux Aub.; anc. V). «Que ceux qui ont des possessions devers la part inférieure (des chemins) ayent à lever les chemins en droit de soy et devers le dessus» (V Ors. fin XVIIIe s. Ac, cote L 73, 21 ro). È drai dé l’èkla, vis‑à‑vis de l’école (Vd Month.). An drè d Kòpè, en face de Coppet (G Herm.). Cf. ci‑dessus II, 3o 1.

4. — tò dri, etc. (voir tout et droit 1) Vd 54, 74, V 12, 21, 22, 23, 30, 35, 36, 42, 45‑47, 50, 51, 60, 62, 73, 75, 80, 82, 82a, 85, F 1 Stalder, N 34, 4, 51, B 22, 30, 32, tòrdai V 47 var., tòri 88, ‑it 86 Pont. Anc. patois to dray G XVIIIe s. Rocati. Fr. tout droit N Vuille.ALF 132 (Vd 74). ‖ Adv. 1o Adv. de temps. 1. Aussitôt, immédiatement, tout de suite (Vd Chenit, F Gruy. Stalder, N Locle, distr. Ch.‑de‑F., Sav., B Plagne, Court; anc. G; fr. rég. N Vuille). «Va cria Tabazan | qu’on vu to dray regala ceté zan», va appeler Tabazan (le bourreau); on veut immédiatement régaler ces gens, les pendre (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 23). Lè rekrvè ron inkòrpòryè tò drai, les recrues étaient incorporées immédiatement (Vd Chenit). A désidraïn, tò drāe, də la bkyiə | avó la kṑt, ils décidèrent aussitôt de la faire rouler (une meule) et dévaler la pente (B Plagne. Bull. Gl. V, 60). «Et todrei quemeinhhîran a fére bènischon [cf. bénichon 3o]», et aussitôt ils se mirent à festoyer (F Gruy. Stalder, Landessprachen, 379). Nò i s [sommes] tò drḗ, nous y arrivons à l’instant (N Sav.). «Te m’attadrî; i végno tot dret», tu m’attendras; je viens tout de suite (N Sagne. Pat. neuch. 54). «S’i povet me l’amenâ ..., on faret to t‑u monde po le llyi payïe tot dret», s’il pouvait me l’amener (du bois), on ferait tout au monde pour le lui payer comptant (ib. 378). «Alors j’veux vous enlever tout droit ces deux verres» (fr. rég. N Vuille). ‖ Bientôt (Vd Vuiteb. ALF). 2. En un clin d’œil (B Mall.). 2o Adv. de valeur restrictive. Seulement, à peine, tout juste (Bas‑V, V Sav., Grimis., Évol., Lens, Rand.); cf. ci‑dessus III, 8o. 1. Portant sur un adj. ou un part. p. adj. Ton kafé l è to drèi tyòló [tuilé], ton café est à peine coloré (V Trient). La spa l è tò drai tida, la soupe est à peine tiède (V Praz‑de‑F.). Sé mton l è to drè bardətcha, ce mouton est à peine tacheté (V Véross.). L è t drè kratcha [cf. cracher 3o], le terrain est à peine couvert de neige (V Maréc. Müller, 17). Tòrdai vḕ, à peine vert, de la campagne (V Lourt.).  è tò drèi pru gró, il est à peine assez grand (V Isér.). Oun fi tò drè apondu, un fil défectueux, litt. à peine soudé (V Maréc.). On yon tó drai markó, un sentier à peine tracé (V Praz‑de‑F.). Tò drèi abètcha, juché dans une position dangereuse, litt. tout juste posé en équilibre sur un bout (V Finh.). Vnzon de bou tò drai së, ils vendent du bois à peine sec (V Lourt. Bjerrome). «Vo faudret mettre i z’étchies [cf. échelle 2o], sont darray o raccâ, todray setzes, y i z’é tyeindu steu dzo», il vous faudra placer les ridelles sur le char, elles sont derrière la grange à blé, tout juste sèches, je les ai peintes ces jours‑ci (V Bagnes. Val. rom. 23). Loc. fig. Ītrə tòrdai infyó [cf. infəl], litt. être tout juste soudé, se dit d’un jeune homme trop mince et trop long, très maigre, souffreteux (V Lourt.; var. Maréc. [Müller, 36], Praz‑de‑F.). 2. Portant sur l’énoncé. Ó·n avèi pa ni fórtsté ni achté; mmo  èi tò drèi on kyuté è yon trè·ntchu pò kòpā è rachon, nous n’avions ni fourchettes ni assiettes; lui‑même (le père) n’avait qu’un couteau et un tranchoir pour découper les rations (V Isér. Gillioz). S’è maryó, ai tòrdai vint an, quand elle s’est mariée, elle avait à peine vingt ans (V Lourt.). Li manyën ... y a to dri jou ló tin dé prindr oun chbro é dé li té [lui te] kópa la tita, le rétameur a eu tout juste le temps de prendre un sabre et de couper la tête à l’ogre (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 426). A j tó drei o tin də dèrə bon·ndzò é è j mò, il a eu tout juste le temps de saluer et il est mort (V Nend. Sch.). A tò drai pòsu mè payé a mètya de sin ké mè dèyai, il a tout au plus réussi à me payer la moitié de ce qu’il me devait (V Châble). Y a to dri pochou aroua ina [en haut] a la kri de Kiton, elle a tout juste pu atteindre la croix de Couiton (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 416). «Y â biô trire et trire a caletta, ceü monseu saluaon todray, on veyay qu’eu vegnie gray [difficilement]», j’avais beau tirer ma casquette sans cesse, ces messieurs saluaient tout juste, on voyait qu’ils le faisaient à regret (V Bagnes. Val. rom. 23). Avè ouṅ blo zërdou è tālamèiṅ fr [cf. âpre 5o] kyi l è t dri pa viri·āyə, elle entend un bêlement effrayant et tellement fort qu’elle a manqué de tomber, litt. qu’elle est tout juste pas tombée (V Lens). Tó drai dégòta, pissoter, lâcher tout juste quelques gouttes (V Leytr.). Autres ex. sous cheminer 1o, entretien 2o. Avec ellipse du verbe: «I prumièri dejèi pa gran tzoùja, todrei oun cri d’etonemin don kiè don», la première (voix) ne disait pas grand‑chose, à peine un cri d’étonnement de temps en temps (V Nend. Nouvelliste val. 3/4 déc. 1955). ‖ Pour appuyer une requête: Lché mé to dri mé katchyé yën! laisse‑moi seulement me cacher là‑dedans! (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 426). ‖ En corrélation avec une subordonnée introduite par que et avec une nuance temporelle: Les jeunes garçons d’aujourd’hui, i slon tò drèi fra dī è skyè ky’èi fó dza a sigra u a ska, à peine sortent‑ils de leurs galoches d’enfants qu’il leur faut déjà le cigare ou la chique (V Isér. Lautbibl. 58, 7). 3. Loc. conj. T dri kyè, (c’est) à peine si (V Sav.; var. Bas‑V, Grimis.). Tò drai kə lò cha, c’est à peine s’il le sait (V Maréc.). Tò drèi kə pu payi, c’est tout juste s’il peut payer (V Finh.). Tó drai kə flè, c’est à peine s’il en coule un filet (V Leytr.). To drei k’on·n a parsu on fblo bri, à peine a‑t‑on perçu un faible bruit (V Trient). Tò drāi k’a trancha [cf. transir] on mè dè pan è dè fromdzo, à peine a‑t‑il tâté du bout des dents d’un peu de pain et de fromage (V Châble). Tò drè kə budzè [cf. budzoun 2o], c’est à peine s’il bouge, dit‑on de qqn qui travaille lentement (V Finh.). I pòrtsèròt, tò drèi ky’ṑ pó·èi sivrə, le porcher pouvait à peine le suivre (V Isér.). ə s’in trye, meïn tò drai kə vərtè, il s’en tire, mais c’est à peine s’il peut joindre les deux bouts (V Châble). A·i tra byù, tò drèi kyə pèi chə tini drèi, il avait trop bu, à peine pouvait‑il se tenir debout (V Nend. Jj.). «Ya dèdjya oun par d’an dé chin — bo [cf. 1] yo toudri kyé m’ën rapilo», il y a de nombreuses années de cela — moi je m’en souviens à peine! (V Grimis. Alm. du Valais, 1948, 89). Y a pā pru d’vë in sé bòrné, tò drai kə pəstë, il n’y a pas assez d’eau à cette fontaine, c’est à peine si cela file (V Châble). Sèbyvè kə tó drè kə l avè tsu, è l a zu on bré déniya, il semblait qu’il était tombé très légèrement, et il a eu un bras démis (V Véross.). Autre ex. sous dégonfler 1o 2. ‖ Tò drai sə, à peine si (V Châble, Lourt., var. Verbier); ex. sous entretenir 4o, dormir 1o. 4. Porte sur un adv. ou une loc. adv. Tò drai ra, à peine y a‑t‑il quelques minutes (V Maréc. corr.). L è t dri parti ra, il vient de partir, litt. il est tout juste parti à l’instant (V Sav.). Tò drèi tīmèiṅ, tout juste, à peine un peu (V Isér. Jj.). Tò drit on tan chì poou, id., litt. à peine un tant soit peu (V Rand.). 3o Devant un inf.: à la condition de (V Sav., Lens, Rand., St‑Luc). T dri pi əni, a rli l è bën égé kan, pourvu qu’il puisse venir, ça lui est bien égal quand (V Sav.). Avec ellipse du verbe: Fou, t dri dé pónta chou a tbla, démndon pa d’tré tsouja, ceux‑là, pourvu qu’ils aient de la polenta sur la table, ils ne réclament pas autre chose (ib.). Négativt: Fé a·ontchyè ti è tra·ó, t dri pa tréga, il fait volontiers tous les travaux, excepté porter des fardeaux (ib.). Fét chè·n ké t vout, torit pa m’ènòrtchyè, «fais ce que tu voudras, pourvu ne pas m’importuner» (V St‑Luc Pont); autre ex. sous Dieu, I, 2o 1 (Gl. V, 685 b). 4o Conj. Pourvu que, dans une phrase exclamative (V Mollens): Tò drit fajchè bḗ dèman! pourvu qu’il fasse beau demain! ‖ Loc. conj. Tò drèi kyë, pourvu que (V Isér.; var. distr. Entr. passim, Cham., Nend., Sav., Vernam., Lens). Ounm pou djn·ndrè da pḕrts | tò drei k’chan pa dèstra [cf. extra 3o 1] bḕrts, on peut réunir deux perches, pourvu qu’elles ne soient pas trop tordues (V Nend. Lautbibl. 62, 8). I aṅ prèfërā ch’areiṅjyè, t drī kyè lz jaṅ pā f [eussent pas fait] də mā, ils ont préféré s’arranger, à la condition qu’ils ne leur fissent pas de mal (V Lens Merian). Tó drai kə vòz ési lə tin, ālā i, pour peu que vous ayez le temps, allez‑y (V Praz‑de‑F.). ‖ Dans une phrase elliptique: De la viande de mouton, «mâflo ou faimella igal, todri gras», mâle ou femelle c’est égal, pourvu que la bête soit grasse (V Chal. Alm. du Valais, 1950, 101). ‖ Dans une proposition indépendante, pour exprimer un souhait mêlé de crainte (V Bagnes, Cham., Nend., Sav., Mollens, Chal., Pains.). Tòri k’il arəvī a tèṅ! pourvu qu’il arrive à temps! (V Pains.). T dri kyè fajchə byó pó dəmëndzə, pourvu qu’il fasse beau temps dimanche (V Sav.). Bugro [bougre], yö snto k’i djintre mè mdzon, to drai kə y’so pā apəlya dë brtyó, je sens que les articulations me démangent, pourvu que je n’aie pas attrapé quelque affection cutanée (V Châble).

5. — tò lə dri, etc. (voir tout, le et droit 1) Vd 14, 20, 32, 34‑36, 3 Favrat, 54, 5 Aub., 61, 64, 68, 69, 74 ALF (——), 7 Sergey, 82, Br., Dum., Co., Rec. Corbaz, Cont., F 11, 12, 14, 1 Bor., Ranz des vaches (cf. hist.), N 13 et 1 Bér. Pat. neuch., B 32. Anc. patois to lo drai Vd XVIIIe s. Craizu. — ALF 132 (Vd 74). ‖ Adv. 1o Immédiatement, à l’instant, tout de suite (Vd, F Gruy. Bor., Ranz des vaches, N Montal., B Mall.; anc. Vd). Ma fille «descen ver stu valet, qu’etai den noutron purtzo [porche] | To lo drai supsoni que li avai de l’union [oignon]», descend vers cet individu qui était dans notre corridor. Je soupçonnai aussitôt qu’il y avait qch. de louche (Vd XVIIIe s. Craizu. Vox rom. VIII, 125). «Pierro revein ai bassé z’ivoué | et to lo drai l’on pu passa», Pierre revient aux Basses‑Eaux et aussitôt ils ont pu passer (F Gruy. Ranz des vaches, dans Conserv. suisse, I, 428); cf. hist. «Roûza, deza‑yè, sèe la pye bala fya do pahi! ... To lo drâè le djoûte byantse de l’infan se tsândzin in na fya», Rose, dit‑elle (une fée), sois la plus belle fleur du pays! Aussitôt les joues pâles de l’enfant se changent en une fleur (N Montal. Pat. neuch. 67). «Ma fai ..., l’est bin molèsi dè vo repondrè tot lo drâi, kâ c’est oquiè que démandè à étrè ruminâ on bocon», ma foi, c’est bien difficile de vous répondre sur‑le‑champ, car c’est qch. qui demande un moment de réflexion (Vd Cont. 1892, 27). «Vo z’allâ mè ramenâ à Romont tot lou drâi, oudè‑vo?», vous allez me ramener à Romont sur‑le‑champ, vous m’entendez? (Vd Cont. 1874, 50). Lai vé tò lou drā, j’y vais tout de suite (Vd Oron). Lou midzou m’a də kə vindrai tò lou drai, le médecin m’a dit qu’il viendrait tout de suite (Vd Month.). Loc. Payi tò lou drā, payer comptant, sans retard (Vd Oron; var. Penth., Pailly, Sergey). Tə va trè payi tò lo drāi, tu seras payé comptant (Vd Penth.). «Ce on ne lé payé pas tot lo drai ..., ye vos fotons au procureur», si vous ne leur payez pas immédiatement les intérêts échus, ils vous «mettent aux poursuites» (Vd Sergey. Gaillard, Sc. pat. 11). Par ext. Aussitôt après: «À quiet bon nettiyi voutrè solâ po lè reimpacottâ tot lo drâi!», à quoi bon nettoyer vos souliers si vous les salissez immédiatement après! (Vd Cont. 1889, 10). Dans un instant: «Assetâ‑vo pî on bocon âo câro dau pâilo, no z’ein tot lo drâi fini», asseyez‑vous donc un moment au coin de la chambre, nous aurons fini de manger dans un instant (Vd Sav. Cont. 1903, 49). 2o Bientôt (Vd Vuiteb., F Vill.‑s.‑M., Gruy. Bor.). To lə drei prā, «d’abord assez», bientôt (ou presque?) assez (F Vill.‑s.‑M.); cf. synon. dyra (sous dizra I, 3o 2). 3o À peu près (F Alb. Co.). 4o Sans ambages, sans hésiter: «Commin lè nè fasai rin sin lo consintèmin de sè n’omo, lè lo criè et liai dit tot lo drai cin qu’in n’îrè», comme elle ne faisait rien sans le consentement de son mari, elle l’appelle et lui dit sans ambages ce qu’il en était (Vd Vaug. Cont. 1913, 26). 5o Loc. conj. Tò lə drei kə, aussitôt que (F Gruy. Bor.): Ly èṣ èlā tò lə drei k’on l’a apèlā, il est allé aussitôt qu’on l’a appelé.

Du latin dirēctu; FEW, III, 87 b89 a; Duraffour, Gloss. nos 2538, 2540, 2542. Nous renonçons à détailler les formes fém., dont la voy. accentuée correspond globalt à celle du masc.; à noter toutefois que la diphtongue s’est sporadiqt conservée au fém., favorisée sans doute par la consonne subséquente: comparer à ce sujet Tabl. 439 et 146. Les formes en ‑s (qui servent de base au dér. dreist), presque exclusives dans V Est aux sens I et II (adj. et s.), quasi absentes au sens III (adv.), et qui se retrouvent, quoique dans une mesure moindre, dans des adj. comme étris (sous étroit) ou fris (sous froid), représentent sans doute un vestige de la déclinaison à deux cas; voir à ce sujet Jj. dans Rev. ling. rom. VII, 33‑34 et bief hist. (où sont attestées des formes anc. similaires). V Rand., Miège et Chal. drèt (sens III) est d’emprunt relativt récent; cf. droit 3 var. phon. et hist. — Dans les comp., il nous a paru utile de reprendre sommairement adri I, en développant la part un peu succincte réservée dans cet art. à la technique du tricotage. Dans la formation du comp. də dri (IV, comp. 2), il est difficile d’apprécier l’influence de ses contraires de travers, d’apṣn (sous aplyn I); d’autre part, dans les ex. de Vd Sav. et G cités ib. au sens 1o, on ne peut pas exclure une construction de + adj. (cf. fr. ne rien faire de droit). To lo dri «aussitôt» (IV, comp. 5) a sans doute pénétré dans le Ranz des vaches par l’intermédiaire de l’édition de Bridel (dans Conserv. suisse, I, 428), à la place de to lə trin (voir Ranz des vaches, éd. Gch. 46); un autre vaudoisisme se trouve dans la chanson (cf. ib. 13 n. 15). On peut aussi penser que la présence du mot dans les écrits de Br., Co., Favrat et dans le Cont. a favorisé son extension dans les patois vaudois et elle explique sans doute sa présence dans le texte cité de N Montal. — Cf. les suiv., adroit, direct, directement, dreist, dresser, endroit, kka‑, là‑, mal‑. Cas.

Pour citer cet article : DROIT 1 (réd. Cas.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome V, p. 946.

Marge de droite