Tome V page 1049
 

dzo, ‑aou Vd 16, 1 Forclaz, 41 (et dzò sens 10o 1), 43, 45, 51, 61, 69, 6 Palézieux (‑ṑ), 71 vx, Dum., F 10, 14 Co. var., 1 Chenaux, Bor., F Helv. Alm. 1810 («zau»; d’où Br.), Kuenlin, ‑āu Vd 31, ‑ā 32, F 12‑14, 17, 1 Botterens, Bulle (in pausa), Sâles (id.), 1 Gé., 20 vx, 21, 30, 33, 41, 4 Écuvillens, Treyvaux, V 41 Moulin, ‑òr, ‑ṑr Vd 2, Br.zor»), ‑ò V 40‑42, 51 ALF, ‑ṓr 44 Jj., V Ba., ‑ṓ 44 Moulin, 60 Gill., ‑, ‑ 60, 62, ‑ou, ‑ 23, 43, 44 ALF, 60 corr., ‑òœ Vd 14, ‑òe 13, 14 Ja., ‑u, rart ‑u 15a Croisier var., 1 Agace, V 17, 36 (et ‑k), 45, 51 (et ‑ö, ‑öou), ‑, ‑, parfois ‑, ‑ Vd 15, 15a, 17, 19, 1 Chesières, 82, Dum., V 17 var., 18, 3 (‑k 36 var.), 46‑48, 5, Ba., ‑èr Vd 80, zóour V 82‑83, 85, ‑òou, ‑óou 7, 83 var., 88, 89, ‑or 83 var., ‑ó, ‑ṓ 74, 75 ALF, 8 Meyer, 87 ALF, ‑r, ‑r 86, ‑k 72 Gerster, 84 (et ‑ok), ‑our, ‑r 80, 81, 82a et 85 Gerster, 86 Meyer, zu 61, djor Vd Br., djou B 32, J 48, 50, 54, 60 vx, 66, djr, ‑r Vd 18, 19 var. (et ‑), 24 Isabel, Vd Br., Dum., ‑ B 13, ‑ V 21, djyœ, ‑ 16, 22, djuə 22 var., 22a (dzuə Hasselrot), 2 Vernayaz vx, dyu 13 var., ‑ 12, 14, 21 var., ‑uə 13, 22a var., jor Vd Br., ‑ou 10, Alpes Br., 42, Dum., ‑œr Br., ‑œ Dum.; — formes procl.: dzou F 12, 14, 1 Bulle, Bor., ‑ó 30, ‑óou 1 Sâles. Anc. jour V 4 1492, 70 1807, F 1350‑1414, 1573, N 1304‑1356, jourx pl. 1403, 1408, jou, jou(l)x, ‑z (parfois pl.) Vd 1497‑1769, F 1404‑1587, 1658, 1718‑1772, N 1297‑1588, 1785, B 1461‑1762, J 1487, 1562, 1705, jouf F 1423, jœur Vd 2 1675‑1773, jeur N 1639, V 12 1776, jœu F 1597, jeux 1473, zeur V 71 1760, jaurs Vd 3 1614, jau(x) F 1 1673‑1753, jaulx 1637, jus J 1435, juours N 1382; lat. juris Vd 2e moitié XIIe s., 1232, 1284/86, V 1260, 1288, G 24 1282, F 1148‑1173, 1315; jura pl. F 1249; jure pl. Vd vers 1210; juria, jo‑ Vd 1219 (copie 1334), 1328‑1499, V 1328‑XVIIIe s., F 1316‑1525, N vers 1339; patois geaur F 1 XVIIIe s. Python. Fr. joux Vd spor., F 33, N‑J spor., jo Vd 3 Montreux Chv. Cf. n. de l. et de pers. — Gill., Duraffour et Dietrich, mat. ms.; Pier. 316, 709; ALF 145, 594.

‖ S. f. 1o Forêt, surtout forêt de montagne composée d’essences résineuses et couvrant une certaine étendue (Vd‑V, F, J Bois, Épauv., Charm. vx, Miécourt Mr.; anc. et fr. rég.). «A Chalme Rotunda versus Orbam et versus septemtrionem per totam jurim» (Vd avant 1160. MDR, XII, 72); autres ex. ib. 2, 5, 56. «Toute la poiz que sera coillie et faite ... en toz les bois et en totes les jouz» (N 1297. Matile, 1145). «In terris cultis et incultis, pratis, raspis, joriis, nemoribus» (F 1319. MDR, XXII, 89). «Jorias, sernias [cf. cerne 2, 2o], pascua et pasturagia» (F 1335. MDR, XXII, 461). «Les jours, les costes [cf. côte 9o] di lait dou layt [delà du lac] sunt communauz a tout ces de Stavayé et de la terre» (F Estav. 1350. Sources droit, II, 31). «Non est eis [aux gens de Nend.] necesse et utile se et bona sua retrahere in ipsa villa Contegii tempore guerre, ymo potius ... quod se et bona sua retrahant in saxis, montibus et joriis» (V Nend. 1417. MDR, XXXVIII, 172). «Por tirie feur de la jou VI pitet tra [poutres]» (F 1419. Comptes Trés. 34. AC). «Nostres habitant (du Locle), sens nostre licence et consentement, se estoyen transportelz et boutez dedens noz joulz et ycelles amortel [cf. amortir 7o], esserteiy, faire prel et cernyr [cf. cernil 1o] sens nous paier sence» (N 1443. Sources droit, I, 87). Dans un contrat de construction: «Les traps dessus de bon bois de bonne joux» (Vd Rossenges 1569. Mi.). «Juxta joriam dictorum pupillorum» (V Liddes 1681. Inv. Massard. Ac). «Pour son affoyage [cf. affouage 1o] de bois il donne en sa piece de jœur par an trois sapins ou bossons [cf. buisson 5o]» (Vd Roug. 1685. Not. P. Saugy. AC). Ḥla plachə dè dzu è plina d’arj·è [cf. larzula], cette partie de la forêt est pleine de petits mélèzes (V Nend.). L é ouna dzòr k’a gró d’bro fòdu, c’est une forêt qui a bcp d’arbres feuillus (Vd Flendr.). Grsa dzœ, grande forêt (V Trient). Trntro [cf. trnto] dè dzòœ, grande étendue de bois (Vd Leys., var. V Lourt.). Pətta [petite] dzòr (Vd Flendr.). Dzaou chnbra [sombre] (F Montb.). Dzòœ èpsa, forêt très serrée (Vd Leys.). Vika ouna dzòr tru chérayə, lo chalaou nə paou pa pénétrā, voilà une forêt trop serrée, le soleil ne peut pas pénétrer (Vd Flendr.). Dzœ rra, forêt clairsemée (V Mart. Dietrich). Pò mantënéi è dzu, pèrtòt è·nka  è tīmeïṅ ār, èi [là] plnton dè dzóvno b, pour maintenir la forêt, on plante de jeunes arbres partout où c’est un peu clairsemé (V Isér.). Gran dzu (V Voll.), grcha djuə (V Maréc., var. Praz‑de‑F.), ta [haute] (V Mase, var. Nend.), viẓə [vieille] dzòœ (Vd Leys.), haute futaie; cf. ci‑dessous 2o 4. È chapën di vatə dzö y an də mfa, les sapins des hautes futaies sont couverts de mousse (V Nend.). Pətyda djuə, jeune forêt (V Maréc.). Li bsè dz, li tè dz, les forêts de basse, de grande altitude (V Leytr., var. Vernam.); cf. ci‑dessous 2o 4. Lə duchu dè la dzaou, la partie supérieure de la forêt (F Montb.). Tòt avó la dzā, tout en bas de la forêt (F Rom.). Rékòtsə dè la dza, coin de la forêt (F Attal.). Kro dā dzö, bout, partie de la forêt (V Nend. Schüle, 71). Rou·on [cf. rəvn] dā dzö, orée de la forêt (ib.). Arta [cf. arête 4o] dā dzö, ligne d’horizon formée par la forêt (ib.). Dzou dəvan [cf. devant I, 3o 7], forêts des Alpes (F Vill.‑s.‑M. rare). Dzou dèrḕ [cf. dèri II], forêts du Jura (ib.). Ṣa dzòr é gró pindnta [pendante], cette forêt est très en pente (Vd Flendr.). Ṣa dzòr d é èkspòjāyə a ti léj òrdzo, cette forêt est exposée à toutes les tempêtes (ib.). Dzòr bourlayə (Vd Étiv.), dzk du borla [cf. brûlé II, 5o] (V Isér.), forêt brûlée. La dzœ l è tta nəvayə, la forêt est couverte de neige (V Trient). Kan y a dë grchë bltë dë nëi, y è maln·no d’intra ëi zó, quand il y a de grands amas de neige, il est difficile d’entrer dans les forêts (V Mase). I bórdzèizéi l a dè mon·ntnyè, dè dzu è dè kómon pòr a·a in·n tsan [cf. champ 2o; Gl. IV, 291 a] a bètchou·èréi, la bourgeoisie possède des alpages, des forêts et des pâturages pour mener paître le petit bétail (V Isér. Lautbibl. 58, 6). Ṣa dzòr l é parkouraitə par lé vtsé e lé mòdzon, cette forêt est «parcourue» par les vaches et les génisses (Vd Flendr.). I bërdzëréi dèi fyë fé pā dè dègat pḕ dzu, le troupeau de moutons ne fait pas de dégâts dans les forêts (V Isér.). Lo konsèy l a inbandəzó ḥlya dzœ: ni li tsvrè ni d’trè btyè l an lo drè dè torna po dyiz an, le conseil communal a mis à ban cette forêt: ni les chèvres ni d’autres bêtes à cornes n’ont le droit d’y aller paître pendant dix ans (V Trient).  è·nbandson è dzu è·nkā  an pantā dè dzóvno b, on met à ban les forêts où on a planté du jeune bois (V Isér.). Travayi pè lé dyœ, travailler en forêt (V Vouv. Planchamp). Travaī in la dzao, id. (Vd Orm.). jo əna pā [je vais en haut par la] dzö kòpa daə plantə, je monte à la forêt abattre deux arbres (V Nend. Schüle, 65); autre ex. sous daity 4o. Tsəmin dè dzao, chemin en forêt (Vd Orm.). bro dā dzö, arbre forestier (V Nend. mod. Schüle, 72); cf. bois 2o. I vəjin tsablə də bou èna pā dzö, notre voisin dévale du bois à la forêt (ib. 70). L é dèfindu dé tadi [tailler] din ṣa dzòr pòr kouza di lé·ntsé [cf. lavntsə], il est défendu de faire des coupes dans cette forêt à cause des avalanches (Vd Flendr.). «Mi vito tsëkiê vêàdzo d’a montagnê aè ona dzeu iau èirê intèrdèi dê martêà [cf. marteler] ê dê copa o bou, dê remachà o chotè ... U dzo dê ouèi lê dzeu paurton todzo leu non ban [cf. ban 2o 2]», autrefois chaque village de la montagne avait une forêt où il était interdit de marquer et de couper les arbres, de ramasser la litière. Aujourd’hui ces forêts portent toujours leur nom de ban (V Conth. Ber. I, 69‑70); cf. ci‑dessous 2o 2. Raj [raser] ouna dzā (F Grandv.). Dzò défit [défaite], forêt où tout le bois d’importance a été abattu (V Praz‑de‑F.). Sé mmo, k’on n’ə [soi‑même qu’on n’est] pā bin vy, on sè débté kə lə dj l on démənu·ó, bien que je ne sois pas bien vieux, je m’aperçois que les forêts ont diminué (V Véross.). L’an mèt [mis] è·n dzu è dvë brvë dò··ntë mntnyë d’Arpta, on a boisé les deux jolis petits alpages d’Arpettaz (V Isér. D. Favre). Adé kākəz an é tté no montnyé tórnéron in dy, encore quelques années et tous nos pâturages de montagne redeviendront des forêts (V Vouv. Planchamp). Faūvə rapachë dè gró kro [coins] dè dzu pòr avèi na dzèrlònā dè sótyér, il fallait ratisser une grande surface dans la forêt pour avoir une hottée de litière d’aiguilles de conifères (V Isér.). «La maison s’élevait au milieu d’une de ces clairières disséminées sur la pente, et que l’on s’étonne de trouver ouvertes dans la grande joux sombre» (fr. rég. Vd Jura: M. Braissant, La sapinière, 1941, 12). «Les bûcherons qui descendent des joux avec leurs billons entassés sur les gros traîneaux» (fr. rég. N: W. Thomi, dans Curieux, 4 mars 1943). «C’étaient des essais de sonnailles, clarines et cloches en fer battu, passées au cou des vaches, pour batifoler là‑haut, dans les pâturages des monts et des joux» (fr. rég. N: J. Perrin, Ceux de la Maltournée, Ch.‑de‑F. 1942, 67‑68). «Un jour ..., se reposant d’une longue traite fournie à travers marais et joux ...» (fr. rég. N: A. Chapuis, La pive et la grappe, Neuch. 1940, 94). Autres ex. sous ayare, bois 2, 2o, brin 1o, chasser I, 2o, corne 9o 1, cornet 1o, èkar 1, 1o, entrée 4o. ‖ «Deux destraux [cf. détr 1o] a jaurs» (Vd Vevey 1614. Not. Maquelin. Mi.); cf. dzòvrirë. «Scie à jo», grande scie qu’on utilise pour aller scier en forêt (fr. rég. Vd Montreux Chv.). Autres noms d’outils sous boutaire, crochet 1, 4o 1, dent 2, comp. 3, 2o, hache, hachette, rsə, scie, trait.n di zour, homme qui a l’apparence d’un brigand, litt. un des forêts (V Lens). On·n ari dzər on dè houj mo di dza, on gmo, on aurait juré que c’était un de ces hommes des forêts, un épouvantail (F Treyvaux. Novi botyè, 22). Sé di dj, celui des forêts, périphrase désignant le loup (V Véross.): On pt ə [on peut‑il] sé kórtadjé [cf. kotèrdz] avé yon kəmè té, kə t’ā pā mi dé rèzon kyé sé di dj? est‑ce qu’on peut discuter avec un individu comme toi, qui n’as pas plus de raison que le loup? Loc. et prov. Pèr la dzao, dans le sous‑bois, sous le couvert de la forêt (Vd Orm.). Din la dzao, même sens (ib.). Kntrè la dzò, à la lisière de la forêt (V Praz‑de‑F.). Kontr in dz, près de la forêt (V Cham. Lautbibl. 57, 10). Être a la dz, faire le travail du bûcheron (V Champ. Mr.). Alā a la dzòr, aller travailler à la forêt (Vd Étiv.; var. Vd‑V spor., F Vill.‑s.‑M.; anc. N). Sé kə va a la dzò va a la dyra, celui qui va à la forêt va à la guerre, à cause des dangers qu’on y court (V Praz‑de‑F.). Alā in dz u in gra, l è parèi, aller travailler à la forêt ou partir à la guerre, c’est pareil (V Cham.). Alā a la dzœ, aller chercher du bois (V Ardon). plrè in la dz, aimer à travailler en forêt (V Leytr.). È beïn k’an dz, il aime bcp le travail en forêt, au point de négliger le reste, litt. il n’est bien qu’à la forêt (V Châble Cas.). Alā a la dzaou a mə·n nklyo [oncle] (F Montb.), alā a la Dzòr a Kanpun [lieu‑dit, cf. ci‑dessous 11o] (Vd Étiv.), aller voler du bois. Talyi ouna lta din la dzā də ma tnta (ou mə·n nḥlyo), litt. couper un petit sapin dans la forêt de ma tante, de mon oncle, même sens (F Gru.). Ban dè dz | ban d’on, amende de forêt, amende d’honneur, un délit forestier n’est pas une honte (V Bagnes). Iṣrə a la dzaou dèi blè ltè, se débattre dans des difficultés financières, litt. être à la forêt des belles lattes (F Gruy. Chenaux, var. Rom.). Blë dz, byó payi, belles forêts, beau pays (V Châble). On va p a la dzā chin tsta, on ne va pas à la forêt sans hache (F Botterens, var. Roche). Fó pā alā a la dzòr ch’on·n a pèr di kòrblè, il ne faut pas aller à la forêt si on a peur des aiguilles de sapin (Vd Ross., var. Étiv.). Kan on prlè dou lā, yə chó dè la dzā, quand on parle du loup, il sort de la forêt (F Vill.‑s.‑M.; var. Vd spor., F Gruy.). Èl a vdu sa dzòœ pòr atsètā du bou, il a vendu sa forêt pour acheter du bois, il a fait une mauvaise spéculation (Vd Leys.). Autre prov. sous cage 1o. ‖ Dicton. Kan lè dzā fmon [fument], ly è snyo dè pou tin, quand les forêts sont couvertes de brouillard, c’est signe de mauvais temps (F Vill.‑s.‑M.). 2o Accompagné d’un déterminatif, dans des combinaisons plus ou moins lexicalisées: 1. Dzu kmna [cf. commun 1, 3o] (V Voll.; var. Vd Leys., Orm., V Trient), dzòr kòmunla (Vd Flendr.), dzao a la kəmna (Vd Orm.), zu d la kmna (V Arb. Ma.; var. Vd Ollon Isabel, V Vernam.), dzā dè kəmna (F Ch.‑St‑D.; var. Vd Ross., Étiv., V Champ., Voll., F Gruy.), dz kmon [cf. commun 2, 1o 2] (V Lourt.), forêt communale; par opposition, la forêt privée se dit bòts à V Lourt. (cf. bòts 4o), rpa à V Maréc. (voir ce mot), ənnda à V Isér. (cf. sénnda). Nòz an baya l’afoydzo a la dzœ komna, on nous a donné le droit de couper du bois de feu à la forêt communale (V Trient). 2. Dzòœ a ban (Vd Leys., var. F Grandv.), dz du ban (V Champ., var. Voll.; anc. Sav.), dzu in ban (V Voll., var. Pains.), dzao bandija [cf. baniz 3o] (Vd Orm., var. Gryon), zṓr ba·ndte [cf. bannir 3o] (V St‑Luc; var. Maréc., Vernam., Mase, Grône), dzk è·nbandité [cf. inband] (V Isér.), djy inbanijayə [cf. inbandəz] (V Maréc.; var. Trient, Bagnes), zṓr zouryè [jurée] (V St‑Luc, var. Grim.), dz ban priva (V Sav.), «joux de devins [cf. devens 1o 3]» (F Bulle 1658, 1757. Sources droit, III, 98, 138‑139), «joux (mise) en devin [cf. devens 1o 1]» (ib. 1729. Ib. 115), forêt où il est interdit de couper des arbres soit en partie soit totalement, ou de laisser paître le bétail. «Nulli extraneo, habitatori et incolae Savisiae sit licitum nec ullo modo permissum scindere nec accipere ulla ligna super locis et sylvis communibus Savisiae et joriis banni sine facultate» (V Sav. 1619. Fonds Savièse, L 5, 4 ro. AC). Dz abandəzāyə [cf. abandəz], forêt où il est interdit de laisser pâturer le bétail (V Lourt.). Oun pèi ā è·n tsan [aller en champ] pè tót è dzu pā è·nbandèitə, on pouvait faire paître (le menu bétail) dans toutes les forêts non interdites (V Isér.); autre ex. sous dèband 1o. Zóou pèrmcha [permise], forêt non interdite (V Grim.). 3. Pl. «Jures regales», forêts dont l’exploitation était primitivt réservée au roi. «Dedit etiam de regalibus juribus ad suum dominium pertinentibus quantumcumque essertare sive excolere possent» (F 1148. MDR, 3e sér. XV, 222). «Quicquid juris habebant in serniis [cf. cerne 2, 2o 1] jurium regalium» (F 1149. Ib. 163). 4. Surtout employé au pl. Nirè [noire] dz (V Vétroz, var. J Ocourt; anc. Vd, F‑B), «joux noyres» (F Roche 1526; var. Vd 1724, 1773, V 1288, F 1413, 1573; fr. rég. Vd Alpes Br., Vd J. Olivier), yté [hautes] dzaou (Vd Burt.; var. B Mall., J Mett.; Vd 1769, B 1461, 1556, XVIIIe s., J 1705; fr. rég. Vd Alpes Br., V. de Joux Piguet, B St‑Imier, J Mett.), forêt de sapins, de résineux, grande forêt de montagne; à époque anc., elle est réservée à l’usage du seigneur, d’une communauté. «Omnibus burgensibus nostris pascua, flumina, cursus aquarum, silvas, nigra jura et nemora ... damus» (F 1249. Lehr, Handfeste, 45); traduit en 1406 par «la joux» (ib.), en all. en 1410 par swartzwalt (p. 46). «Se ensi estoit que li diz H. se willit accrestre en prez en la noire jour, il se puet accrestre en la noire jour» (N Val. 1327. Matile, 378). «Regalia vero sunt strate, pedagia, vende [cf. vente], nigre jurie» (Vd Laus. 1368. MDR, VII, 210). «Ung evesque de Basle, quant il est de novel esliet evesque, doit repenre [reprendre] de l’empereur les haultes jous, les cours deis aigues et les chasses» (B Moutier 1461. S. jur. Ém. 1967, 295). «Concernant les hautes joux et bambois [cf. banb], les sujets de la chatelanie d’Erguël les doivent jouir ainsi qu’ils sont présentement délimités et départis à chaque paroisse pour y pâturer et faire leur provision de bois nécessaire pour bâtir et brûler» (B Erguel 1556. Ib. 1968, 342). «Tout ce qui n’est pas ... marqué et spécifié estre de haute joux appartient à chaque communauté ou à ceux qui en ont des titres» (J 1562. Ribeaud, Moulin féodal, 54). «Estants informés des grands abus qui se commettent dans les bois, tant de nos hautes joux que des communautés» (J 1705. Ordonn. Mat. Jj.). «Ils auroyent aquis la montagne de Sonchaut den le dessein en partie d’en faire des joux noires pour le bien et l’avantage de leur commune» (Vd Veytaux 1724. Mi.). «Consernant les forets en sapin ou les joux noires» (Vd Yverdon 1762. Pier.). «La neige ne s’est conservée à Cottens que sur les hautes Joux» (Vd Cottens 1769. Mém. Soc. œcon. Berne, II, 231). ‖ Āt djou, «hautes‑joux», nom que portaient les forêts de montagne appartenant à l’État, mais où les communes ou les particuliers gardaient certains droits (J Mett., var. B Mall.; fr. rég. B St‑Imier, J Mett.). «Ce sera le grand rendez‑vous, ce sera fête au pays des hautes joux» (fr. rég. B St‑Imier. Jura bern. 8 juil. 1971). 5. «Vanne [vaines] jourx» pl. (N 1408), «joulx verde [verte]» (N Brenets 1533), forêt de montagne non encore donnée à cens. «Les gens ... pevent et devent chassiels, chanpoiés [faire paître, cf. champoyer 1o], bouchoiers [couper du bois, cf. bochéer], tourgnais [envoyer paître] parssus noul [nos] vanne jourx de sapin» (N 1408. M. de Tribolet, Dépendance et profit seigneurial, 20). «Ung morcel de joulx verde contenant à dix faulx [cf. faux 3, 4o 2]» (N Brenets 1533. Pier.). 6. Dzòœ a krtrè (Vd Leys. vx), «joux à croître» (fr. rég. Vd), forêt appartenant à deux propriétaires dont l’un possède tout le bois, y compris celui qui se replante naturellement, et dont l’autre possède le sol et jouit du droit de vaine pâture. «Les joux à croître existent encore à l’heure qu’il est dans la vallée des Ormonts, dans le Pays d’Enhaut et les montagnes d’Ollon» (fr. rég. Vd: Journal forestier suisse, 1900, 21). Dz dè (r) [fer?], forêt faisant l’objet d’une répartition analogue mais qui attribue le sol, inaliénable, au propriétaire du bois (V V. d’Ill. Reym.). 7. Byintch [blanche] djou, forêt de feuillus (J Surdez); cf. ci‑dessus 2o 4. Dz de f [cf. fo 1o], forêt de hêtres (Vd Ollon). Dy dè vrnè, aulnaie (V Vouv. Gabbud). Dzòr a tsaṣnyé, châtaigneraie (Vd Étiv.). Dzœ dé sapin, forêt de sapins (Vd Gryon).

3o Composés. 1. Bot. Brba dā dzö, usnée barbue, Usnea barbata L. (V Nend. Schüle, 108); synon. barbe 2 comp. 9. — Autres comp. botaniques sous chardon 2o 7, cresson 1o, dònta 3o, groseille, groseillier, laitəsn, menthe, mousse, orge, pâquerette, raisin, sav, violette. 2. Zool. Tsamò di dzö, chamois des forêts, plus gros et plus foncé que le chamois vivant en altitude (V Nend. Schüle, 147). Cf. chamois 3o. — Autres comp. zoologiques sous bouc 10o 2 et Suppl., geline, mouche, po, père, poulet.

4o Spécialt. 1. Forêt communale (Vd Alpes Br. ms. Laus., V Maréc. Müller, Isér. Mr., Sav.). Adon i dz ré tó partəklè ë stou l an t mətou kmon [cf. commun 2, 4o], autrefois l’actuelle forêt communale était propriété privée et ceux‑ci (d’anciens chefs du village) en ont fait un bien communal (V Sav. Z. f. rom. Phil. XLVI, 655).  mè d’ou e də stinbrə, on va  chtiə è djuə, aux mois d’août et de septembre, on va chercher de la litière dans les forêts communales (V Maréc. Müller, 172). Ché aló kòlata on chapin din la djuə, mé y ari pa vòlu kè lə gardə m’ayə yu, je suis allé enlever un anneau d’écorce à un sapin (pour le faire sécher) dans la forêt communale, mais je n’aurais pas voulu que le garde me voie (ib. 235). 2. Forêt de sapins (Vd Villen., V distr. Monthey), petite forêt de sapins (F Br.). Les esprits malins pasvon tta la né din lé dy è lou pró in dəzò, passaient toute la nuit dans les forêts de sapins et les prés en‑dessous (V Vionn. Jj.). ‖ Montagne ou colline boisée en sapins (Vd Alpes Br. ms. Laus.). ‖ Forêt de pins (V Maréc.), dans un dicton: Kan li djuə chon nəvé lə dz di chndre, chon nəvé lə dz də pātyə, quand les forêts de pins sont couvertes de neige le mercredi des cendres, elles en sont encore couvertes le jour de Pâques (Müller, 141). 3. Haute futaie (Vd Sent.). 4. Forêt de bois jeune destiné à la fabrication de charpentes (J Bois). 5o Groupe d’arbres très serré, fourré (Vd Blon., Sent., Penth., V Lourt., F Roche). Isə l è on·na dzaou, lèz bro lai son asə sèrā kə lo səlaou nə paou pā pèsī, ici, c’est un vrai fourré, les arbres y sont si serrés que le soleil ne peut pas percer (Vd Penth.). On·na dzaou fournaitə [fournie], un fourré épais (ib.). Léiy in·n a on·na dzāu dé ṣòouz avan! il y en a un fourré de ces osiers! (Vd Blon.). Dzao dè sapin, fourré de sapins (Vd Penth.). Knta dzœ də pòmai! quel taillis de pommiers! (V Lourt.). Dz d’bro, verger aux arbres fruitiers très serrés (ib.). ‖ Par anal. Ché krti ə na vərətbla dz, ce jardin est un vrai fourré, se dit d’un potager où la mauvaise herbe dépasse en hauteur les légumes (V Lourt.). Dz dè tsou, dè bètèr·è, dè r·è, abondance de choux, de betteraves, de raves dans un potager (ib.). Dzā dè fanfiylè [haricots] (F Roche). Kn·na dzaou! «quelle joux!», quelle abondance de mauvaises herbes! (Vd Penth.). Loc. A‑n‑əna [à une] dzāu, trop serré, des plantes du potager (Vd Blon.): favəylə son tòt a‑n‑əna dzāu, les haricots forment un fourré. Y in·n ouna dzou, il a été semé trop serré, en parlant d’un légume, litt. il est en une forêt (V Liddes). ‖ Herbe drue, très dense (Vd Chenit). 6o Pâturage (anc. F). «Finalement, sera défendu à tous et un chacuns de charger quelque bétail ès jaux qui ne soit à eux» (F Gru. 1753. Sources droit, IV, 234). «La charge des joux est fixée à soixante‑cinq paquiers [droits d’alpage], non compris les deux bœufs et le paquier que le vasilley [garde‑génisses, cf. vajily] a gratis» (ib. 1772. Ib. 241). ‖ Pâturage de montagne boisé (F Helv. Alm. 1810).

7o Bois, matière ligneuse (F Gruy. 1433): «Transsitum [péage] jurie scilicet marrini [bois de charpente] quod ducitur extra Tremam [Trême, cours d’eau]» (MDR, XXIII, 386).

8o Massif montagneux, chaîne de montagnes (N 1356): «Li dit de Paierne nous doyvent et sunt tenuz servir et haydier ... de XX homes armez ad pie [à pied] ... ad garnir nostres chastel per diver [cf. devers II, comp. 3, 1o] nous outre lu lay [lac], lesquelz XX homes nous ne devons ne poons passer la jour» (Matile, 736). ‖ Pl. «Montagnes» (Vd Alpes Br. ms. Laus.). 9o Flanc de montagne (B Lamb.).

10o T. d’orientation. À joux, du côté de la montagne: 1. À l’ouest (Vd Bière, Penth.; fr. rég. Vd Côte, Penth., Ca.; anc. Vd Ging., Gland). «En partie a joux le pré et terre dudit egrege achepteur» (Vd Gland 1667. Not. M. Rueys, 47. AC). «Jouxte un nant [ruisseau] à joux» (Vd Ging. 1753. Not. S. Bory, 461. AC). Lè ləmtè dè son tsan son: a bza lo tsəmin, a vèi [vent] on bou, a dzò lo chèdai Manyin è a lé [lac] lo fyon dè la Maladèirə, les limites de son champ sont: au nord le chemin, au sud un bois, à l’ouest le sentier Magnin et à l’est le ruisseau de la Maladaire (Vd Bière). Dans un rapport officiel adressé au gouvernement cantonal: «La partie située à bise et lac ..., à joux et vent» (fr. rég. Vd Nyon 1815. E. de Budé, Les Bonaparte en Suisse, 1905, 301). 2. Au nord (Vd Villen., Long., Burt.). Ḥly’ indrai sə truvə a dzaou daou vəladzə, cet endroit se trouve au nord du village (Vd Burt.).

11o Noms de lieux (choix parmi plusieurs centaines; aire: Vd‑V, F‑J). Apud Joriam 1313 (Corthésy, Étude hist. Ormonts, 137), Joria de Ormont 1338 (id.), la vallée supérieure des Ormonts; «citra Joriam et ultra Joriam» 1502 (id.), «dessus et dessous la Jour» 1528 (id.), les communes de Vd Ormont‑Dessous et Ormont‑Dessus; «infra montana Jur(ium) et Alpium» 1079 (Urk. Heinrichs IV., 410), «ab Albona [l’Aubonne] inferius inter lacum et Rodanum et montem de Jour» 1282 (MDG, VII, 342), le Jura; «donamus ... silvam qui vocatur Juris a termino Bracioli [p.‑ê. le Brassus, ruisseau à Vd Brass.] aque vocabulo Orba et in ipsa contra terminationem Nigri Montis [le Noirmont, Vd Arz.]» début XIIe s. (Urk. Karol. I, 454), forêt située à la limite de Vd et du dép. du Jura; les Jeurs V Trient (CN 1324), Joriis 1380: i dz, hameaux, ethnique dzòrin, f. ‑intsə; la Joux dès 1339, commune de F, «villa Jurie» 1527: la dzā; en la Joz F Font 1403 (Mi.), laz Jouz 1525 (Sources droit II, 143); Lajoux, commune de J, Juix Mertinat 1405, la Joulz de Merthenait 1407, «la Joux et Mertenat» XVIIIe s.(?): an la djou, ethnique djoula, f. ‑at. ‖ «Venit quidam de ultra Jurem», d’au‑delà de la chaîne du Jura (Vd Laus. 1232. MDR, 3e sér. III, 644); «nostre predecessur havoit venduy et aliener pour luy et ses successours evesque de Basle a seigneur de Nuefchastel ostre Juz ...» (J Delémont 1380. Matile, 1093); «ilz fut envoyé et ala jusques à Nuefchastel outre Joux» (J Porr. 1487. Rev. suisse d’art et d’archéol. XXII, 79). Cf. ci‑dessous 12o fin. ‖ Déterminé par un adj. Dzeu Froide V Bagnes (CN 1326): an dz fraidə, forêt; la Grand’Jeur V Vouv. (CN 1284), la Gde Jeur de Vernaz 1776: a la gran dy, forêt, auj. pâturage; la Grand Zour V Mont. (CN 1287): in la gran zour, forêt; Haute Joux Vd Ste‑Cr. (CN 1182): a ta dzèr, bois; la Haute Joux B Crém. (CN 1106), «Haute Joux de l’Envers» 1761: an la hāt djou, forêt; Malajoux Vd Veytaux (CN 1264), en la Mallajoux 1604 (Mi.), étivage, bois; Mijoux, «conbeta de Myezour» 1311 (Matile, 312), «terre de Mey Joulz» 1337 (Pier. ms.), anc. nom de N Verr.; Nairdzeu V Bagnes (CN 1325), «le mayen de Neire Zeur» 1795 (Ac, cote M 6/2/17, 46): in nirè [noire] dz, mayen, forêts; Joux Noire F Sems. (CN 1244): lé dzou nre, bois, subdivision des Joux Derrière; «de possessione illa (d’Hauterive) que dicitur li Neiri Jours» F 1240 (Matile, 97); Joux Ouverte Vd Provence (Sgf. 281): la dzāe vrta, bois communaux; Plaines Joux Vd Ormont‑Dessous (CN 1265), in Plana Joria 1429 (MDR, XXII, 378), Planna Joux 1606 (Isabel): è li pṣan·nə zaou, chalets, étivages, bois; é dzó pyn·nè F Sems., prés, marais voisins des Plannes; Joux Ronde Vd Bex‑Fren.: in dzœ rynda, bois; Teise Joux Vd Ollon (CN 1285), «commun de Teisajeur» 1756: in tza dz (Mr.), tiza dzœ (Isabel), bois, pâturage; à la Joux Verte N Boveresse, cf. ci‑dessus 2o 5; Verte Joux B Mall., Vert de Joux 1857: ò [en] la vrtə djou, forêt. Autres n. de l. sous ars 1o, brûlé III, défendre 5o. ‖ Déterminé par un adv. Joux d’En Haut Vd St‑George: a la dzāou damon [cf. amont II, 1o 6], forêt située au‑dessus du Pré de Rolle; Joux d’Avaud [cf. aval I, 5o 2] F Le Crêt: la dzó davó, chalet, pâturage, bois; les Joux Dessus N Ch.‑de‑F. (CN 1124): lé djou dsu, bâtiments, jardins, prés, pâturages boisés, pâturages; Jeur Devant V Ors. (CN 1345): a la dzṑ dəvan, forêt; les Joux Derrey F Bulle, Vuadens, Vaulruz et Sems. dès 1731 (cf. CN 1224), les Joux Derrières 1734 (Sources droit, I, 122): i [aux] dzou dèrḕ (pat. de F Bulle). Autres n. de l. sous dèri III, devant I, 3o 8. ‖ Déterminé par un appellatif. Lì zour di tsan [des champs] V Lens, forêt; Forêt de l’Évêché V Salins: a ou in la zó də l’èvèkə, forêt, chemin; Joux des Lapiés Vd Villars‑Burquin (CN 1183): la dz dḕ lpyè [dalles, cf. lpya], bois; La Joux du Plâne N Dombr. (CN 1144): a la djr (ou djou) du pyā·n, bâtiments, jardins, prés, pâturage; Joux des Ponts F Sâles (CN 1224): a la dzóou dé pon, bâtiments, pâturages, jardins; Joux du Souverain Vd Bex: la dz du souvərin, forêt de l’État de Vaud; Haut des Joux de Vent N Ponts (CN 1163), bâtiment, jardin, champ, bois. Autres n. de l. sous colonne 15o, étroit II, 1o 4. ‖ Déterminé par un toponyme. An dzu da irta [Airetta] V Isér., forêt; la dzòr di tsèrbounirè [Charbonnières] Vd Ch.‑d’Œx‑Étiv., forêt; Joux de Concise Vd Fontaines‑sur‑Grandson: la dzṑ dè kòsza; Forêt de Finges V Sierre (CN 1287): zoou doou [du] fndzo (pat. de V Vernam.), zòou dé fṅzo (pat. de V Grim. Gill.), all. Pfinwald; Forêt du Fratset V Liddes (CN 1345): a la dzou du fratsḕ; zó de la lóvərèch V Ayer (Tagmann, 72), «Joria ... Comba Loveressyz» 1550 (id.); Forêt des Suplis V Ors.‑Praz‑de‑F. (CN 1345): dzò di səpli. ‖ Déterminé par un nom de pers. Forêt à Campin Vd Ch.‑d’Œx: a la dzòr a kanpun, bois (cf. la loc. citée ci‑dessus 1o fin); en la Jour ou Forner Vd Chillon 1332 (Mi.); la Gergilland Vd Orm. (CN 1265), laz Jurgillian et Joria Julliant 1426 (Mi.): in la dzèrdzəan Isabel, in la zèrzəlan Mr., maisons, granges, écuries, jardins, prés; la Joux Pélichet N Locle (CN 1143): a la dju pèlichè, bâtiment, pré; la Joux Perret N Ch.‑de‑F. (CN 1124): la dju pèrè (pat. de N Brév.), prés, bâtiments, jardins, pâturages boisés, pâturages, verger, chemin; la dz di dzòrin [habitants des Jeurs, voir ci‑dessus] V Trient. ‖ Dzo en fonction de déterminatif. Lac de Joux Vd V. de Joux dès 1349 (CN 1221), «de lacu Juris» 1279 (MDG, XIV, 159): lou le de dz (pat. de Vd Orient); Vallée de Joux dès 1635, distr. de Vd, «Vallée du Lac de Joux» 1525 (MDR, I c, 367): la valā de dz (pat. de Vd Orient); Village de la Joux F Montb. dès 1742: ou vəldzo de la dzā, parfois a la dzā, agglomération principale, jardins, prés; Mayens de la Dzou V Sav. (CN 1286): i [aux] ma·in dā dzṓ, prés, forêt; «duo loca appellata Malvisin, videlicet Malvisin de Joria et Malvisin Superius» V Bagnes 1539 (Ac, cote P 66, 89 vo); le Bas de Jeures B Sonvilier 1769. ‖ «Maître des Joux», «préposé sur les Joux», préposé à l’exploitation des domaines que la ville de Neuch. possède aux Ponts et à la Ch.‑du‑M. et qui sont appelés les Joux, la Grande Joux, la Petite Joux (N Neuch. 1785‑1848, var. ib. XVIIe s.); cf. Musée neuch. 1919, 62 et Pier. 316‑317, 343. «Chambre des bois et Joux», administration qui s’occupe de ces domaines (fr. rég. ib. XIXe s. Pier.). 12o Noms de personnes (choix). «Uldrico de Jor» F 1212 (MDR, 3e sér. XV, 292); «Cressenz de Jor» F 1228 (Gumy, Regeste Hauterive, 140); «Conodus de la Jour» F Ch.‑St‑D. 1367 (Terrier Ch.‑St‑D. 60. AC); «Girardus de la Jour» F Montb. 1401 (MDR, XXIII, 375). ‖ Nom de fam. Joux N Colombier. ‖ «Christinus de Outre Jor» Vd Vuarrens 1240 (MDR, 3e sér. III, 112). «Albertus de Ultra Jor» F 1246 (Gumy, Regeste Hauterive, 168). «Venerabilis et discretus vir dominus Johannes de Outre Jour, canonicus ecclesie cathedralis» (Vd 1438. MDR, XXIII, 11). Autres noms dans Gumy, Regeste Hauterive, 994‑995 (index).

De *jŭris «forêt de montagne», mot d’origine préromane; FEW, V, 82 b; Gch. dans Bull. Gl. III, 14 ss.; Mr. dans Dict. hist. Vd, II, 11; Duraffour, Gloss. no 9965; Hubschmid, Praeromanica, 105 ss.; Söll, Wald, 117 ss.; God. IV, 247 c (sous gaut). Pour les formes en dz(y)‑, dy‑ dans Bas‑V, voir chaleur hist. Le résultat Vd P. d’E. ‑òr < ‑ō‑ devant ‑r‑ se retrouve dans d’autres mots: koulr «couleur», kòẓr «couloir», ṣòr «fleur», etc. Pour Vd Aubers. dzèr, cf. flyḕr «fleur», lèr < illōrum, nyèr «nœud»; Tabl. 267, 347, Suppl. 38. L’étymon est confirmé notamment par le latin médiéval juris (XIIe‑XIIIe s.) et les attestations toponymiques Jur(is) et Jour (dès 1079). À date ancienne, dzo a dû couvrir le nord de F puisqu’on y trouve encore le composé grəzla dé dzo et var. «myrtille» (sous groseille) et qu’il en reste qques témoignages dans la toponymie. En dehors du frprov. de SR, il vit dans les régions limitrophes de la France (Hte‑Sav., Ain, Jura, Doubs) et au V. d’Aoste; FEW, loc. cit.; ALJA 499; Dupraz, Saxel2, 100; Duraffourg, etc., Gloss. haut‑jurassien, 123. L’aire française du n. de l. paraît plus difficile à établir; elle comprend en tout cas l’Ain, la Fche‑Cté et la Saône‑et‑Loire; pour sa limite vers l’ouest et le sud, cf. Kaufmann, Wald, 19‑20, Hubschmid, Praeromanica, 105‑106 et Söll, Wald, 118‑119. Le mot apparaît de manière isolée à Gams (St‑Gall) en 835: «cum ... agris, pradis, alpis, iuris iuniores, silvis»; Urkundenb. der südl. Teile des Kant. St. Gallen, I, 39. La latinisation juria etc. n’est pas antérieure au XIVe s., l’attestation F 1137 (Mémorial Frib. II, 236) provenant en réalité d’une rédaction de 1525. De même, 1157 joria (Meyriat/Ain), donné par Duc. IV, 280 c, est suspect puisque le passage cité a été interpolé à la fin du moyen âge; Urk. Friedrichs I., I/1, 311. Le genre masc. que Br. indique à côté du fém. (ms. Laus. et impr. p. 416) n’a pas été confirmé par nos mat. et semble reposer sur une erreur de copie. — À Vd Fren. et à V Vouv., dz. «forêt de conifères» s’oppose à forêt «châtaigneraie», à V Vouv. aussi à rpa «bois de feuillus» (voir ces mots). Mais le plus souvent, pour distinguer les essences, un complément est nécessaire: on trouve à Vd Ollon et Gryon dz. de hêtres, de sapins (sens 2o 7) à côté de forêt de châtaignes (cf. châtaigne 1o); à V Vouv. on parle de dz. de vernes «aulnaie», à Vd Étiv. de dz. à châtaignes (sens 2o 7). Dz. et forêt se différencient par leurs sens égalt à V Nend. et Sav., la forêt se trouvant plus près d’un village (Nend.) ou étant plus petite que la dz. (Sav.). Cf. encore bois hist. En fr. rég., joux s’emploie surtout dans la littérature. — C’est à tort que Pokorny, dans Beitr. z. Namenforsch. II, 1950/51, 34, suggère un alignement secondaire du genre fém. de dzo sur celui de forêt; cf. à ce sujet Hubschmid, Alpenwörter, 62. On hésitera à faire remonter le syntagme noire joux (sens 2o 4) au gaulois comme le veut Hubschmied, dans Zeitschr. f. deutsche Mundarten, XIX, 186 et Vox rom. III, 51. — Cf. adzòr, dédzor et suiv., djòr, la série dzor‑, dzòvra, dzòvrirë, les séries jor‑, jur‑, ultrajoranus, zorja, zòrèyou et synon. bois 2, 1o, côte 9o‑10o. Mül.

Pour citer cet article : dzo (réd. Mül.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome V, p. 1049.

Marge de droite