1. EAU, və, ḗə, ‑(e), rart ḕ‑ Vd 1 (éi‑ 12 var.), 30 (éi‑ var.), 31 (éi‑), 3 Clarens, Montreux, 8 Provence, V 11‑16 (ei‑ 15 var.), 2, 51 (ou éi‑, ì‑, i‑), 60 (ou ei‑), 62 (ou ei‑), 7‑8 (qqf. ‑ì, ‑i; var. ei‑ 70, 82a, 83, 89, i‑ 70, 71, 86), Ba., N 12‑13, 1 Fretereules, 51, 52, 5 Hæf., 61 Urtel, B 1, ḕv N 60, 61 var. (ou ḗv), ḗvə Vd 8 Bullet, ‑a 80 (et ḗv), 81, īvə, īə, ‑e 2, 33 ALF, 3 Sonzier Tp., 92 var., Br., Dum., V 10, 17‑18, 3‑5, 61, 6 Salins, 7 Vex, Ba., F 1‑6 (et ivə, ‑e; 61 var. ūvə Zi.), yṓve, yóe, yṓv(ə) V 36, ivə F 13 var., 1 Helv. Alm., 40 Zi., 43 ALF, 4 Chenens Duraffour var., uvə, ù‑ 14 ALF, 3 Siviriez var. — gə, é‑, è‑ Vd 23 var., 2 Blanchet et Durheim, 48 (‑é), 5 (ou ei‑ 51), 60, 6 Essertines, 7, 83, 8 Vugelles, Br., Mo., G 11a Ke., 14 (‑a), 2 (ou ‑è), Dur. (‑a), ḕg N 21 vx, ḗg 10‑11, 1 Bevaix, Rochefort, 1 Vign. Hæf., 41 var. rare, 50, 5 Cernier, Coffrane, 62, 6 Cornaux, 6 Hæf., g 33 ALF, ḗgyə, ‑e Vd 3 Pully Mr., 48 var., 71 var., 73 var., G 1 Corsier Ke., ègy(ə) Vd 74 var., B 28, ḗdyə, ‑e Vd 10, 11, 3 Laus., 4 (ḕ‑, ē‑ 42, ḗi‑ 43), 61 (ou éi‑ Tp.), 64 vx (ḕ‑), 71 var., 82, 8 Concise, Vd Cont., G 1, éyə, èyə Vd 41 corr., «igoué» Br., īg(ə) 86 Tp. (et g), 91‑93, Dum., F 33 Gch., 55, 5 Hæf., 63, 6 Praz, F Helv. Alm., īgyə, ‑e Vd 34 var., 3 Pully var., 3 Favraz, 62 (et ìgə), 63 var. (et īgə), īdyə 32, 34‑36, 4 Bussigny, 63‑69, 84, 85 (‑), 86 var., 90, 9 Mat., Vd Mo., Dum., Cont.va, ə‑ N 20, ‑è 21 var., 2 Fleur., ā 2 Rosières, Travers, āvou 22, 2 Verr., āva 21 var., 2 Bayards, Verr. var., 33 ALF var., āv 2 Hæf., 32‑34, 4, B 27, 28 var., 3‑6 (qqf. v), Br., ṑv 20‑26 (et v 25), 2 Tramelan, 32‑33, 3 Tav., ṓv N 31, B 20‑21 et 2 Tramelan var., óouv, òouv 20 var. — yṓ N 30. — Anc. aigue, aygue Vd 1344‑1471, G début XVIe s., 1542, F 1392‑1474, N 1278, 1296, 1575, 34 1616, B 1330‑1517, aiggue 2 1308, aige F 1481, B 1343‑1356, ayege F 1488, aigie 1490, aiegie 1492, eygue G 1456 (et eige), 1541, eguye F 1459, esgue G 1534, ex‑ 1535, esgez 1562, ague, age B vers 1350, awe 1333, 1479, aue, ave 1359, 1485, eaue Vd 3 1546, G vers 1550, B 6 1568, evuy F 1447, eve 1478, auve 17 1526, oux B 6 1750; patois eue ou eve Vd 33 vers 1520, îvuet F 1 XVIIIe s. Python, aigue, ‑é G XVIIIe s. (Compesières et Bibl. 756), N XVIIe s. Barrillier, eigue 1758 Bertrand, îgué Vd XVIIIe s. (Bibl. 1153), âve B 4 XVIIIe s. Paniers. Cf. n. de l. — Rel. phon. 1899; Tabl. 236; Zi. I, I; II, I; III, I; Odin, Phonologie, 29‑30, 133; Hæf. Frib. 15, 67; Neuch. 71; Urtel, Neuch. 9‑10; Dietrich et Duraffour, mat. ms.; Eichenberger, Bisses, 68, 79, 87 (qques notations douteuses); Stäheli, Bauernmühle, 7, 52‑53, 95, 98, 105 (id.); ALF 431, 432, 654 (F 43), 760, 1159, 1175, 1373, 1562 (Vd 47), 1683, 1706 (V 80), 1755 (V 44) et Suppl. 215, 255, 306 (V 70): qques formes douteuses.

Sommaire:

1o

Eau, t. gén. ‖ Spécialt:

1.

Pluie.

2.

Eau d’une source.

3.

Eau courante.

4.

Eau d’irrigation.

5.

Eau qui fait marcher un moulin, une scierie.

6.

Eau de fontaine.

7.

Eau d’un lac, d’un étang. Mer.

8.

Eau dormante, stagnante.

9.

Cours d’eau, rivière, fleuve.

10.

Noms de lieux.

2o

L’eau et son utilisation domestique:

1.

A la cuisine.

2.

Comme boisson.

3.

A la lessive.

3o

Sécrétions et sérosités du corps:

1.

Urine.

2.

Larmes.

3.

Salive.

4.

Sueur.

5.

Liquide amniotique.

6.

Sérosité, t. gén. Maladies.

4o

Liquides végétaux:

1.

Suc de fruit.

2.

Aquosité des pommes de terre.

3.

Sève de la vigne.

5o

Liqueur alcoolique obtenue par distillation.

6o

Loc. fig. et prov. Devinettes. Comparaisons.

.

‖ S. f. 1o Eau (SR). «Geter en l’ague» (B Porr. vers 1350. Trouillat, III, 627). «Une grand tina à aigue» (F 1470/71. Blav. 21). «Que toutes fames soyent entenues de y venir et porter aygue ... pour feu estaindre» (G début XVIe s. Sources droit, II, 177). «L’un d’iceux [participants à une réunion avec le diable] prins une vergetta et avec icelle battu de l’eau» (F 1623. Livre noir, XI. AC). On·na gta d’īdyə, une goutte d’eau (Vd Rovr.). Goulyè d’yṓ, petite flaque d’eau (N Cern.‑Péq.). Oun do·in igò d’è, un mince filet d’eau (V Nend.). Lou tchertchao [chercheur] d’īdyə, le sourcier (Vd Month.). «Crier à l’eau», crier au feu, lors d’un incendie (fr. rég. G Hum.). So kə n pran p l’āv, ce qui ne prend pas l’eau, ce qui est imperméable (B Bonc.). Mè btè tron l’vè, mes souliers prennent l’eau (F Roche). ‖ Av tchèr, eau claire, limpide (N Planch.). Yə jyon ky’è bon dè chondjè avé [avec] l’və klra, on dit que c’est bon signe de rêver d’eau claire (V Vernam.). vé pūrə, eau pure (F Villarvolard). è nta, eau limpide (Vd Orm.). Də la bna édyə, de l’eau potable (G Meinier, var. spor.). Də la krouy vè, de l’eau non potable (Vd Orm.). é trbła, é chta, eau trouble, eau sale (V Grim.). Fèr d lè pœt [vilaine] āv, troubler l’eau (B Charm.). L’vì l è tra mānta, ouṅ pou pa la bigrè, l’eau est trop sale, on ne peut la boire (V Évol.). Édyə kfa, eau sale (G Jussy). Vədj āv, id. (B Aj. Va.). Də l’ṓv mṓsn·na, de l’eau malsaine (N Brév.). è ravadzə, eau «ravageante» pour l’organisme (Vd Orm.). ‖ vé dé chpro (F Charm.), égə soufrāyə (Vd Chenit), eau sulfureuse. è soprāyə, id., aussi eau séléniteuse (Vd Orm.). və dé dzi [gypse], qui a un goût de plâtre (Vd Étiv.). é nṅkrè, eau très salée (V St‑Luc). və de [tuf] (F Grandv.), vi dou tòvè (V Miège), eau qui vient d’un sol tufier. L’vè dè tā vrè lè tsavṓ btso, ... guérit les chevaux poussifs (F Roche). Bèi pa l’vè du tœu! d è pa sna, ne bois pas l’eau «du tuf»! elle est malsaine (V Liddes). ‖ Āv d sours (B Courrend.), və dè fontna (V Sembr.), vè dè ròtsə [roche] (F Ch.‑St‑D., var. Vd Oron), édyə kornta (G Meinier), eau de source. Āv də pouch, eau de puits (B Épauv.). L’édyə dé pa è pə fréṣ kə st dé fontan·n, l’eau des puits est plus fraîche que celle des fontaines (G Bern.). L’è dè pai è mèao tyè a [celle] dè sitrna, l’eau de puits est meilleure que l’eau de citerne (Vd Orm.). Voir aussi citerne, cuve 1o 2. Āv də pyœdj (B Courf.), vè dè la pldzè (V Grône, var. Miège), idyə dao tin [du temps] (Vd Oron; var. Vd Penth., Sassel, F Joux), eau de pluie. Amasin d’və dè plòdzə po la bya! recueillons de l’eau de pluie pour la lessive! (V Trient). Āv də tè (B Bois, var. Mett.), āv di [du] ta (B Courrend.), eau de pluie qui, du toit, est conduite à la citerne. və dè nai ou da [de la] nai, eau provenant de la fonte de la neige (V Lourt.). və dè byn·nyo, eau de glacier (ib.). Croyance: Pò frè parti li varyè, fó li kòpé è li bònye [baigner] ai d’e də bu, pour faire disparaître les verrues, il faut les couper et les laver avec de l’eau qui suinte sur les parois de l’étable (V Liddes). ‖ Də l’vè frādə, frètsə, bda, tsda, de l’eau froide, fraîche, tiède, chaude (F Villarg.). D l’āv tyjin·n [cuisante], d l’āv bruachin·n [cf. brun 1o], de l’eau bouillante (B Charm.). S lavè dan l’ṑv frāəd, se laver dans l’eau froide; mais s’é d la frāəd ṑv, c’est de l’eau plus froide que d’habitude (B Plagne). D’yvé fridé kmè dè as, ... comme de la glace (V Isér.). Loc. A tə fó d’ə fridi! à toi, il te faut de l’eau froide! dit‑on à un enrhumé, parce qu’on recommande, pour guérir le rhume, de renifler de l’eau froide (V Nend. Sch.). È nə fó pā birè dè l’è ẓacha kan on·n a tsó, il ne faut pas boire de l’eau glacée quand on a chaud (Vd Leys.). ‖ Spécialt. 1. Pluie (spor.). Lay a bin zu dè l’édyə sti an, il y a eu bcp de pluie cette année (Vd Penth.); autre ex. sous chute 1o. Pṑ [pour le] fin, fó byin d’ə e apri o tsā, pour qu’il y ait du bon foin, il faut bcp d’humidité et ensuite de la chaleur (V Nend. Schüle, 6). Trnba d’ə (Vd Leys. Ja.), cha [sac] d’dyè (G Herm.; var. V Champ., G Aire‑la‑V.), trombe d’eau. Loc. caractérisant une grande averse: On dré kə vdyon l’və di désu [dès dessus], on dirait qu’ils versent l’eau d’en haut (V Praz‑de‑F.). Sāt, krèpā, nòz èrin d l’āv! saute, crapaud, nous aurons de l’eau! (B Épauv. Bull. Gl. IV, 56). Voir les dictons météorologiques sous 6o. 2. Eau d’une source (spor.). In nə vin pṑ mé k’on pəti filè d’édyə a la srso, il ne sort plus qu’un petit filet d’eau de la source (G Aire‑la‑V.). «Eau de la misère», nom donné à l’eau de quelques sources intermittentes (V Mart.‑Ravoire; voir Bull. Murithienne, LVII, 40). Tròv o·n vè, trouver de l’eau, une source (F Roche). 3. Eau courante. «Que personne n’aye à oster ny faire oster les eaulx de leurs cours» (G 1560. Sources droit, III, 121). L’è də sé ryó é ṣarə, l’eau de ce torrent est claire (Vd Fen.). L’ég kournta (Vd Vall.), l’iə kə ka [qui court] (Vd Blon.). Nadzyè in·n on·n və kòrnta, nager dans un cours d’eau (V Lourt.). Dans une prière: «Que sé préservâie dé la goardze dou lâu, dé tot’ îvue coranta et dé moâ chubetânna», que je sois préservée de la gueule du loup, de toute eau courante et de mort subite (F Étr. frib. 1865, 117). Ch’è kon·nya in l’ə, il s’est jeté à l’eau (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LX, 424). Botḕ an l’āv, lancer le bois de flottage dans l’eau (B Épauv.). U fi də l’və, au fil de l’eau (Vd Gryon). Alḕ èvā l’āv, aller à vau‑l’eau, être emporté par le courant (B Charm.); autres ex. sous aval I, 4o. A bi [cf. biais 3o] d’ə et d on [long] d’ə, dans le sens de l’eau, à vau‑l’eau (V Nend. Schüle, 46). A rëbou [rebours] d’ve, en remontant le courant (V Bovernier, var. Bas‑V). Ij vè mḥlyè [mêlées], au confluent (F Villarg.); cf. 1o 10. Tròs l’iè, couper le courant de l’eau (Vd Blon.). Gòyë ə, barrer l’eau (V Nend. Schüle, 50). L’ə l a prā l’ètan, l’eau a emporté le barrage (Vd Corb. Ja.). «Pour reteni loz pont de Sant Johan que li aygue derochieve [emportait]» (Vd Laus. 1401. Comptes. AVL, D 215. AC). Prov. «L’ivoué, lé seigneu et lou grant tzemin | sant ti dei crouïo vezin», ... sont tous de mauvais voisins (Vd Lien vaud. 1904, 5); var. sous bois 2, 1o. ‖ L’āv mont (ou vïn grōs); l’āv ā hāt [haute], l’eau monte; elle a bcp crû (B Mett.). Lè grchèj vè (F Attal., var. Vd Orm.), ou simplt lèz vè (F Vill.‑s.‑M.), les hautes eaux. Lé grsəz ié (Vd Blon., var. B Miécourt), lez è (N Dombr., var. B Charm.), l’inondation. Lé prḕ d la Rtchnat saon to dṓ l’ṑv, les prés de la Reuchenette sont tout inondés, litt. sous l’eau (B Plagne). Lèz vè dékrsè, les eaux décroissent (N Couvet). Fṓ arèïndzi lè mu dè l’onda kan lej e chon bchè, il faut réparer les murs du canal d’amenée au moulin quand les eaux sont basses (F Magn.). Par ext. Le bsez dye, le gué (Vd Sav.); cf. 1o 10. ‖ Tchta d’vè (V Liddes, var. SR), ṑv tchājan·n [tombante] (B Plagne), pəchó dè ’ivè (V Sav.), [saut] d’dyè (Vd Vaug., var. B), chute d’eau, cascade; cf. choir 3o, chute 3o. Prov. Lə sā d l’āv fè l gé, après la cascade, l’eau dormante, litt. le saut d’eau fait le creux où l’eau dort (B Bois). 4. Eau d’irrigation (Vd spor., V, B nord). «Vendidi ... pratum meum ... et aquam eidem prato pertinentem» (V Est 1252. MDR, XXIX, 479). Sta vìnyə dèmṅdè brāmèṅ d’ə pò èrjyé, il faut bcp d’eau pour arroser cette vigne (V Arb. Ma.). La prisa dè l’vè, la prise d’eau du bisse (V Liddes). L’vì dóou tòr, l’eau d’arrosage, utilisée à tour de rôle par les ayants droit (V Évol.). A ki è‑t‑ə a mtrè l’édyə vai? à qui le droit d’utiliser aujourd’hui l’eau d’irrigation? (Vd Penth.). Vra y è lə momin dëij [des] vè, maintenant c’est notre tour d’arroser (V Vernam.). Vnyon èj [les] ivé, fóou kré tòt a néi, l’eau d’arrosage est distribuée, il faut courir toute la nuit (V Sav.). Nó vajìṅ a ’ə, nous allons irriguer (V Arb.); var. a·a apréi [aller après] ’ivə (V Sav.). Bətā l’idyə, irriguer (Vd Sav., var. B Épauv.). Botḕ l’āv din lé prḕ (B Courf.), ... chu lé prḕ (B Bourr.), ... é [aux] prḕ (B Charm.), diriger l’eau d’irrigation sur les prés. Vərī l’īdyə, diriger l’eau vers ses terres (Vd Rovr.). Autres expressions sous charrier 4o, commander 1o 1, couche 7o, couchée 7o, coucher 11o et voir Eichenberger, Bisses, 68. Chin ré na poura ma dou pékatro k’a·é dën ló tin róba d’ivé, c’était une pauvre âme du purgatoire qui autrefois avait volé de l’eau (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 405). Kon·nya va l’ì, détourner l’eau lorsqu’on a fini d’irriguer (V St‑Martin. Z. f. fr. Spr. LIX, 185 et 188). Òha [ôter] l’ə, id. (V Arb.). Autres expressions dans Eichenberger, 87. A achya tra betī e, il a laissé trop longtemps l’eau imbiber le terrain (V Lourt. Bjerrome). ‖ Mina lo fəmé a l’é, répandre le fumier à l’aide de l’eau, se pratique à l’alpage lorsqu’on conduit de l’eau à travers le parc du bétail (V Grim.). Mètrə lo fəmi a l’é, id. (V Évol.). 5. Eau qui fait marcher un moulin, une scierie, etc. (SR passim). «Le court ou le decourt de l’aigue desdiz molin et baitouz [battoirs]» (B Porr. 1421. Trouillat, V, 257). «Un gros fer de raissy [scierie] a eve» (F 1478. Comptes Hôp. AC). La rchè a gè, la scierie marchant à l’eau (G Dard.). Ḥou kə l avan lə pyə fta d’vè, l èṣan lè réchyā, ceux qui avaient le plus besoin d’eau, c’étaient les scieurs (F Roche. Novi botyè, 61). Rayə də l’ə, bief, canal d’amenée (V Fully, Stäheli, Bauernmühle, 7). On·na ra [roue] a idyə (Vd Month., var. spor.). Mètrə l’dyə (Vd Sassel, var. SR), bətā l’vé (V Champ.; var. Bas‑V et sous bouter I, 11o), balyi [donner] l’və (N Noir., var. Brév.), kròtsi l’vè (F Prez‑v.‑S., cf. crocher 2o 9), amener l’eau, mettre en marche la roue hydraulique. Oṣa l’é (V Évol.; var. Vd, V, F, B), rōtḕ [ôter] l’āv (B Charm.; var. spor. Vd, N, B), réva [ôter] l’və (Vd Ch.‑d’Œx), mètr l’è ba (B Prêles), bət b l’vè (F Gruy., cf. bouter I, 11o), arèṣa l’é (V Évol., var. Sav.), enlever l’eau, arrêter le mouvement. Cf. décrocher 2o 7 et autres synon. dans Stäheli, Bauernmühle, 52‑53 (avec transcriptions parfois douteuses). Gonḥḕ [gonfler] l’āv, barrer l’eau du bief, pour la lâcher sur la roue au moment où l’on veut la mettre en marche (B Charm.). Salutation traditionnelle à l’adresse d’un scieur: Ly a‑t‑ə pr d’və? y a‑t‑il assez d’eau? (V Champ. Jqn. dans Festschr. Jud, 104). 6. Eau de fontaine. «L’aygue li quele ne poveit monter à la chivre [colonne]» (Vd Orbe 1430. Comptes. Ac). Y a tra d’e, lì bìly bte, il y a trop d’eau, le bassin déborde (V Cherm. De.). La fontn·na vin krta d’iè, l’eau de la fontaine baisse (Vd Blon.). bəné n bèy pu k’ïn fi d’āv, la fontaine ne donne plus qu’un filet d’eau (B Sépr.). 7. Eau d’un lac, d’un étang, etc. L’è dou lé, l’eau du lac (Vd Orm.). Moquerie adressée aux habitants de F Portalban: Pouraban, gran gpan | Pri dè l’vè, yin dou pan, P., grands rustres, près de l’eau, loin du pain (F Roche; var. F Estav. Bibl. 628, 21). ‖ Loc. Alā su l’è (Vd Orm.), ā su yvé (V Isér.), naviguer, faire route sur l’eau. ‖ Mer, dans les expressions: La grósə idyə, la mer (Vd Month.). I ādrō dəchu léz [les] āv | èdé puərin mè miə, je m’en irais sur mer, toujours pleurant ma mie, dans une chanson (B Charm.). An pacha ə, ils ont émigré en Amérique (V Nend. Schüle, 51). 8. Eau dormante. L’vè kə dṑ (F Villarg.; var. Vd, F‑B), ṑv drəmant (B Mall.; var. spor. V, B), eau dormante, stagnante. Lou bon Dyœu nò prezèrve ... dèz igyè drmyè [dormies?]! le bon Dieu nous préserve des eaux dormantes! (Vd Sent.; cf. Catherine 2o). Prov. Ly è l’vè kə dā k’in·nyè (F Vill.‑s.‑M., var. F), s’ā l’āv kə də k nay (B Courf., var. B), c’est l’eau dormante qui noie, se dit aussi au fig. d’une personne d’apparence tranquille, mais dont il faut se méfier. L’āv drəmin·n s’ā lè pu tronpin·n, ... la plus trompeuse (B Aj. Va. 63). ṑv mṑrt, eau stagnante (B Cortéb.; var. spor. V, F, N). ṑv kə rpṓz [qui repose], id. (B Plagne, var. V Nend.). ié pourté [pourrie], id. (V Miège). vè vrda [verte], id. (V Trient). L’vì trèiṅnyì [traînée] l è māchṅna, l’eau stagnante est malsaine (V Évol.). ə treināə, eau de marais (V Nend. Sch.). vè dè marè, id. (F Roche; var. Vd, F, B). vi di marsè, id. (V Miège). 9. Cours d’eau, rivière, fleuve (Vd‑V passim, F, N V.‑de‑Tr., B passim; anc.); t. général ou désignation du plus grand cours d’eau de l’endroit. Pour le distinguer des petits cours d’eau locaux: grōs dyè, fleuve (Vd Vaug., var. B Mett.). «Avonz resigney et resignons ... les gens, les biens, ... boix, revieres, aigues et toutes autres droitures et droiz» (N Val. 1296. Trouillat, II, 601). «Jusque à l’aygue de la Sarona [Sarine]» (F 1392. Rec. dipl. V, 85). «A repceu du diesme du blé de Monstreux entre les deux eaues Baye et Veraye» (Vd Chillon. 1546. Mi.). «Pray [pré] ... gisant sur le territoire dudit Deleimont jouste l’eau ou riviere devers midi» (B Moutier 1636. Reg. not. 1092, 23. AAEB). L’āv də Vḗrm, désigne la Gabiare, litt. l’eau (qui descend) de Vermes; l’āv də Kòrtchapa [Courchapoix], désigne la Scheulte en amont de sa jonction avec la Gabiare (B Vicques Mr.); la grṓs āv, désigne la Scheulte en aval de ce confluent (B Courrend., Courcelon, Vicques). A B Courrend. et Mett., la grṓs āv est la Birse, à B Courf., la Sorne. Lə Rno è ona gróch è, la Grant è è ona pətyoud è, le Rhône est un grand fleuve, la Grande Eau [rivière de la vallée des Ormonts] est une petite rivière (Vd Leys.). L’āv kə pés a Béərn s’pl l’Ār, la rivière qui passe à Berne s’appelle l’Aar (B Courrend.). On·n  kòr [courir] l’vè, nò n’ḕ pḗ lò bḗ tḕ, on entend couler l’Areuse, nous n’avons pas le beau temps (N Couvet). Fér on pon chu on·n vè achə grcha ... tchyè la Chrna, construire un pont sur une rivière aussi importante que la Sarine (F Roche. Alm. cathol. SR, 1949, 75). I Vibè l ə ·n ivè, kómin oun tórin ..., ·n ivè kyə chèprè dvè djytè, le Wiberg [sur le versant nord du Sanetsch] est un cours d’eau, une sorte de torrent, ... qui sépare deux pâturages (V Sav. A. tr. p. XXIV, 179). Kan l’və l é grcha, quand la rivière est gonflée (F Belf. ALF 654). ə a bouta chi fourtin, la rivière a débordé ce printemps (V Nend. Schüle, 46). Lej ve chon prche, les cours d’eau sont gelés (F Gru.). L rīv də l’v, le bord de la rivière (B Courchap. Voi.). Loc. Pach dəlè dè l’vè, aller à Marsens, où se trouve l’asile des aliénés (litt. passer de l’autre côté de la Sarine), être fou (F Roche). Ḥlö də dè·i [delà] ə, ceux de l’autre versant de la vallée, désignation des gens de Veysonnaz, Clèbes, Verrey (V Nend. Schüle, 46; cf. aussi 31). Sātè l’āv, sauter la rivière (B St‑Br., Charm.). Prov. «Ey ne faut pas breji le pont quand on a passa l’îvue», il ne faut pas rompre le pont quand on a traversé la rivière (F Étr. frib. déc. 1874). Nə btì pa ta méijon dèjò lè chēs è lò lon dè l’ə, ne bâtis pas ta maison sous les rochers ni au bord d’un cours d’eau (V Évol.). 10. Noms de lieux (choix; aire: SR); cf. aussi 1o 9. Es Evuez Vd Veytaux, es Eyvueys 1332 Mi.: iz iə, prés, bois; les Eaux V Nend. (CN 273), es Eivves 1727, es Evouez 1855: ij (i)ə, forêt parcourue par de nombreux ruisseaux, prés, mayens. ‖ Āv d l tyœzə·n [cuisine] B Moutier, cours d’eau venant d’une anc. «poissonnière» (de Roche, 31); le et les Clos de l’Eau Vd Fontaines, au Clos de Laigue 1665: ḕ klyou də l’égyə, prés; Combe à l’Eau B Évilard: ò [en] la konb ò l’ṓouv; le Croza de l’Eau N St‑Aubin, au Creux de Laigue 1762: ó kròza də l’ə, aussi ... d l’ég, bâtiment, prés, pâturage. ‖ Précédé d’une prép. Sus l’Isgue Vd Chavornay 1678, es Champs sus l’Aigue 1832: su l’égə; Sur les Eaux, Champ sur l’Eau B Monible: chu léz āv, é tchin chu l’āv, prés, champs, près de la Sorne; Pré sur l’Eau B Bourr., «fontaine du Pré sur l’Eau» 1770: lə prè chu l’āv, prés, bâtiment, autr. forge; Avas les Aves B Courrend.: avā [aval] léz āv, champs, le long de la Birse; Dos l’Eau et Clos delà de l’Eau B Saules: dó l’ṑv, lé tyó dla d l’ṑv, prés, près de la Trame; es Champs, es Cotes delé l’Aigue Vd Yvonand, ... l’Égue XVIIIe s.: dlé d l’ég, champs, bois; Delélévoet V Chippis: dèlé l’ə, zone industrielle située à l’est de la Navisence; Utrivoëx ou Itrivoëx V Champ.: a (ou éz) utr(v)è, a itrvè [outre eau], prés, maisons, forêts; vé l’ə V Fully, pâturage, avec source; Sur le Scex de vers l’Evoué V Vouv.: su lə sé dəvè l’ə, fontaine sous un rocher; Entre les Eaux Vd Vall.: intrə lèz ég (ou gyè), partie du village, entre l’Orbe et un canal; id. B Roche: antr léz āv, bâtiments, jardins, entre la Birse et un canal (patois inexact dans de Roche, 31); id. V Liddes, Entre les deux Eaux 1851: ntrè li dèz è, prés, entre la Drance et un bief; Entre deux Egues Vd Penth.: ntrè lè d·èz dyè, champs, bois, entre la Venoge et un bief; Entre deux Eaux Vd Mézières: èiz [aux] ntré d·èz īgyə, prés, champs, bois; «le dixme de Romont appellé d’Entre trois‑aigues» 1543 (Dellion, Dict. par. X, 379). ‖ Accompagné d’un adj. Albeuve, torrent, village et commune de F Gruy. (CN 1245), «villa de Alba Aqua» 1200 (MDR, 3e sér. III, 216), Albavi 1228 (ib. 17), Albewy 1221 (MDR, XXII, 424: cop. XIVe s.), Albaigue 1286 (MDR, XII c, 114), «aquam vocatam Arbayvit [= la Marive]» 1288 (MDR, XXII, 439): èrbvə ou ‑vè (patois de Vd Ross., F 1‑3), aussi arbvə (Alb., Grandv.); Erbivues F Neirivue, l’Erbive (CN 1245), es Erbivuës 1743: lej èrbve ou ‑ve, alpage situé au bord du torrent ci‑dessus; Ballaigues, commune de Vd 7 (CN 1202), Balevui 1228 (MDR, 3e sér. III, 15), «ecclesia ... Belleaque» 1453 (Dict. hist. Vd, I, 157), Baleygue 1536 (ib.): a balégə, ‑é (patois distr. Orbe, Vuiller., Sent.), balīdyə (Vd Month.), ethnique balégi, f. ‑īrə; Aigue Blanche Vd Ollon: in·n ə bẓants ou ég bẓantsə (Isabel), source, forêt; les Basses Eaux F Charm.: i bchej ve, pré, habitation, endroit rendu célèbre par le Ranz des vaches (cf. Hæf. Frib. 149‑50); la Bonne Eau, ruisseau de V Contrée (CN 1287), «apud Bonam Aquam» 1335, Bone Evoy 1786: la bònii (patois de Rand., Moll.), la bon·nə (Ann.); les Eaux Bonnes Vd Juriens, Romainmôtier et les Aubonnes Vd Vaul.: éz óbnè (patois de Vaul.), aez óbnè (Romainmôtier), prés, champs, bois avec sources; Chaudivue F Marsens: in tsóoudve, pâturage, bois, source qui ne gèle jamais; les Eaux Chaudes G Dard., es Aygues Chaudes 1714: éz ég ṣóoudə; es Troiteaux B Saic.: ò·n ètrat [étroite] óv (ou òv), prés, forêts; Fraidaigue Vd St‑Prex (CN 1242): è frḕdḕdyə, bâtiments, vignes, prés, bois, sources froides, étangs; l’Eau Froide, cours d’eau de Vd Roche, Nov., Villen. (CN 1264), «ad rivum Aque frigide» 1224 (MDR, XXIX, 243): l’édyə fraidə, l’égyə fraidə (patois de Vd Nov., Villen.), l’è fraidə (Roche), l’iə frde (Corb.); la Grande Eau, rivière principale de Vd Ormonts (CN 1284, 1285), Magna Aqua 1426 (cf. Mater Aqua ci‑dessous), la Grand Egue 1556: la grant e; Evolène commune de V Hér. (CN 283), Euuelina 1250 (MDR, XXIX, 457), Euueleina 1255 (ib. 497): èvòlṅna, éòlṅna et òlnṅna (Mr.), éòlïnṅna et òlïnṅna (Jqn.) < aqua latina, voir Mél. Duraffour, 115; Longive Vd Puidoux: in londzīdyə, bâtiments, prés, champs; la Longeaigue, ruisseau de F Domdidier et Vd Avenches, la Longe Aygue 1571, la Longe Egue 1664; de là En Longe Aigue (CN 1185): [aux] londzgè (patois de Vd Avenches), ḕ londzvè (F Domdidier), prés; Longeaigue N Buttes (CN 1182): londjè, rivière et ferme; la Marive (CN 1245) ou Marivue (cadastre), torrent qui forme limite entre F Alb. et Neirivue, la Marigue 1721: la mrvə (cf. Albeuve ci‑dessus, kka‑ comp.; origine mater?); la Marivue Vd Molondin: a la marvə, pré, champs; Mater Aqua Vd Orm. 1426 Mi., Maraigue 1660 Mi., probablt anc. nom de la Grande Eau, voir ci‑dessus; ij vè mèḥlyntè [mêlantes] F Broc, confluent de la Sarine et de la Jogne, cf. 1o 3; Mortivue F Font et Morte Igue F Lully: in mòrt(v)ə, pré, champs; Morte‑Eau B Charm.: lè mətch āv, affluent de l’Allaine; Eaumorte G Avully, Avusy et Cartigny (CN 1300), Aiguemorte 1722‑1763: a édyə mrta, hameau, dénommé d’après le ruisseau de l’Eaumorte; autres ex. de ce comp. dans Bull. Gl. XIV, 8; La Neirive, ruisseau, et Neirivue, commune de F Gruy. (CN 1245), en all. Schwarzwasser, «Nigra Aqua villare» 930 (MDR, XXII, 5), «cursum ... aque de Nigra Aqua» 1304 (ib. 443), Neirevoe(z), Neyrivue 1494, Noyreewe 1514, Neirflumen 1542, Neyrevuys, ‑uyz 1546, Nierewit 1554, Nerigue 1633, Neireuve 1640, Neirigue 1743: nèrvə, ‑e, ‑ve (patois de Vd Ross., F 1‑3), en fr. nèriv; La Neirigue, rivière et commune de F 3 (CN 1204): la nḕrvè, ‑(v)è; La Neyrivue Vd Roug., la Neirive (CN 1245): la nèirə, pâturages, chalets; La Neirigue Vd Forel‑Lav. (CN 1243), Neyreevuez 1543: la nèridyə, aussi la nèrigə, ruisseau; Noiraigue, cours d’eau, village et commune de N V.‑de‑Tr. (CN 1163), «usque ad montem de Nigra Aqua» 998 (Matile, 2), Noire Aigue vers 1380 (id. 1089): nèrè, ‑ə (patois de Noir., en fr. narég; ethnique nèrāī, fr. «un Noiraigue», cf. aussi Pier. 386), nèrvè (Couvet), nérè (Travers), nèrāv (Sagne), nairə (Montal.), nèrég (Rochefort, St‑Blaise); Aigue Noire Vd Orm. (CN 1285) dès 1611, Dauneyres 1614: in·n (v)ə nairə, və nairə, hameau; L’Eau Noire V Finh. et Trient (CN 1324), «juxta Aquam Nigram» 1732: l’è nirè (Finh.), l’ve nré (Trient), affluent du Trient; Aigue Noire G Veyr., es Aigues neyres 1729: a l’ḗdyə nḕr, champ, pâture; l’Eau Pendante Vd St‑Georges (cf. CN 1241): l’égyə pḕdta, l’éyə pḕdḕ, rochers; la Rogivue, commune de Vd 6 et la Rougève, cours d’eau et commune de F Vev. (CN 1244), séparées depuis 1771 seult, Rubea Aqua 1256 (MDR, XII b, 90‑91): a la ròdzīdyə (patois de Vd Rogivue [aussi ròdjīdyə], Corsier, Oron), a la ròdzvè (F Rougève), la ròdzvə ou ‑ivə (F Grandv.), la ròdzva (Vd Leys.), en fr. la ròjiv pour le n. de l. de Vd, la roujèv pour celui de F; de là les Rogigues F Sems.: é ròdzvè, pré, et Canal des R. (CN 1224): lə kanal dé ròdzvè (patois de F Sems.), lé ròdzvè ou lə ryó dé r. (patois de Vd Rogivue), aux eaux noirâtres; «Testes: ... P. de Rogi Aiuui» 1206/37, ad Vd Rogivue? (MDR, XXIX, 328); Eaux‑rouges Vd Villen.: édyə ròdzə, marais; Aiguerosse Vd Gryon (CN 1285), Aqua Rupha 1366 Mi., en Egue Rossaz 1722 Mi.: ə rsa, aussi ég rsa (Isabel), affluent de l’Avançon et prés, pâturages, chalets, bois; Saussivue F Gru. (CN 1225), Salsa Aqua 1296 (MDR, XXII, 442), Souzève 1499, Saussiguex 1617: chouṣvé, aussi chòou‑ (Fankh.), chaoṣvə (patois de Vd Ross.), en fr. sosiv, hameau; Aigue Saussa Vd Ollon (CN 1285): in·n ə sṣa, pré, bois, chalets; Treisigues F Estavannens: i trijvé, pré; «la rue tirant contre Aygue Verte, si vous le voulés dire en françois, Eau Verte» G Gen. vers 1550 (Bonivard, Chron. I, 39), «La pourte de Liau Verde» 1555 (Comptes Seigneurie, I, 17 févr. AC); Eaux‑Vives G Gen. dès 1566, en Aygue Vive vers 1550 (Bonivard, Chron. I, 38), au Esgevivez 1562 (Comptes Seigneurie, I, 24 févr. AC): óviv (patois d’Aire‑la‑V.), égə vvè (Dard.), anc. faubourg, auj. quartier de la ville. Voir aussi choir 3o, courbe 1, 4o.

2o L’eau et son utilisation domestique: 1. A la cuisine. D l’āv də tyœjè·n [cuisine] (B Vermes, var. Mall.), d l’āv po lè tyœjè·n (B Bourr.), d l’āv po tyjnḕ [cuisiner] (B Épauv.), de l’eau potable. Alā kri d l’ég (N Val.), al a l’vè (F Roche), alḕ an l’āv (B Charm.), aller chercher de l’eau à la fontaine. «La choudere de l’aiegie de la cussena [cuisine]» (F 1492. Comptes Hôp. AC); ex. analogue sous cuisiner 1o. La sèyə d’idyə, la seille à eau contenant la réserve d’eau pour les besoins du ménage (Vd Chav.‑M.; var. Vd, G Dard., F, B Orvin); autrefois généralt en cuivre, cf. ex. sous cuivre 1o et fig. sous casse 2. Kan lè slyè son nvè [neuves], l’və pran le gou d bou [bois] (F Gr.‑de‑V.). Sḗ d’āv, seau à eau (B Bois). On·na kruchə vrda in tra pòr təni l’è, une cruche verte en terre cuite pour l’eau propre, à la cuisine (Vd Orm.). La mstra [seille en bois, à poignée] l’é (V Hérém. Lav. 307). Présage: È v pyvr s’in·n èrin·ny tchè din lè tnat (ou sèy) də l’āv, il pleuvra si une araignée tombe dans la seille à eau (B Ocourt). Pour puiser l’eau dans la seille, on se servait d’une grande louche, cf. casse 2, 1o. Də l’iə góvyè, de l’eau «gôvée», qui a contracté un mauvais goût parce qu’elle a séjourné trop longtemps dans un vase de bois (Vd Blon.). Fre émòda də l’ə, faire bouillir de l’eau (V Troist.). Kairə a grand èyə (Vd Bière, var. Sent.), kr a gròs òv (B Plagne), cuire «à grande eau», à gros bouillons. L’è blèky, l’eau bout (V Conth. sup., cf. boulik). L’dye trte, id. (Vd Vill.‑M., var. Pailly). D l’āv tchḕ, de l’eau «tuée», de l’eau froide coupée d’un peu d’eau chaude (B Bois). Pyèr a dyé, évier (Vd Ging. ALF 1562). Pra a dyè, «pierre à eau», réservoir en pierre muni d’un robinet, au‑dessus de l’évier (G Herm., var. G). vè dij jè, lavure, litt. eau de la vaisselle, cf. aise I, 3o 1 (F Gruy. Gé.). ‖ Spa a l’è, soupe qu’on fait en versant de l’eau bouillante sur du pain et du fromage (Vd Leys.). Chpa d’ə, soupe au pain grillé, qu’on servait aux accouchées (V Arb., var. Nend.). Tṓt an l’āv, tranche de pain trempée dans une pâte liquide et cuite à l’eau bouillante (B Mervelier, Va.). Bənya [beignet] è l’āv, boulette de pâte cuite à l’eau (B Pomm.; var. Plagne sous beignet 2o 2, où la localisation est à rectifier). Kāfé a l’édyə, café noir, par oppos. au café au lait (Vd Nov.; var. sous café 1, 2o). Édyə panyə, eau panée, eau sucrée dans laquelle on a trempé du pain rôti, considérée comme une boisson hygiénique (G Bern.). On vrou d’idyə tsda, un grog (Vd Chav.‑M.). ‖ Pour désigner une soupe trop claire: d l’āv tchād (B Sépr.); «eau claire» (argot mil. Roux); s’è də l’və tormètéyə, c’est de l’eau tourmentée (N Noir.); s’ā to d l’āv, «c’est tout de l’eau» (B Bonc.); s n’ā pu [plus] kə d l’āv (B Bois). Prière de celui qui devait manger une soupe très claire: Pour‑y‑vè! sə y’āvə pī sai pòr tè birè! pauvre eau! si au moins j’avais soif pour te boire! (Vd Orm.). ‖ Décoction, infusion médicinale (B Mett.). Dè l’vè dè kourtsə, de l’eau de son (F Roche; var. V Maréc., voir emploi médicinal dans Müller, 68). Lé bnéz dyé, les liquides dans lesquels on a fait infuser quelque matière médicale (Vd Dum.). ‖ Krëchin d’ə fridi, d’ə tsda, galette faite de pâte pétrie à l’eau froide, à l’eau chaude (V Nend.; cf. croissant 2, 1o). Loc. Férə brè d’idyə, mettre trop d’eau dans la pâte qu’on pétrit (Vd Sassel; cf. brè 3o). 2. Comme boisson. D l’āv poupr [propre], de l’eau potable (B Convers). Atrapa la rṅma avé [avec] bigrè d’vì frigdì, attraper le rhume en buvant de l’eau froide (V Évol.). I fṑ bon avḕ də l’édyə fréṣ a ṣótḕ, il fait bon avoir de l’eau fraîche en été (G Aire‑la‑V.). Fṓ d’tre tsza kyè d’yvë po votā a sei, il faut autre chose que l’eau pour calmer la soif (V Isér.). La bou·n édyə v du vn, la bonne eau vaut le vin (G Bern.). D’ə: è na tristə bé·ta [cf. bèvta 3o], de l’eau: c’est un triste breuvage (V Nend. Sch.). īrə tīmin pè k’arei bycha d’ə, il avait une telle soif, litt. il était tellement bleu, qu’il aurait bu de l’eau (ib.). In·n gougnḕ [gorgée] d’āv (B Charm.). Y’é byu ona panṣya [pansée] d’vè, j’ai bu de l’eau à m’en remplir la panse (V Bourg‑St‑P.). Dè viṅ mḥlyo [mêlé] d’vi, du vin coupé d’eau (V Mont.). Loc. et prov. «Croyez cela et buvez de l’eau!» dit‑on à une personne trop crédule (fr. rég. G; var. patoise sous croire 1o). «Que l’on lo mette in la jayere [cage?] per XIV jors ... ou pain et à l’aygue» (F 1402. Rec. dipl. VI, 23). «Mis en prison troys jours en pain et en esgue» (G 1534. Sources droit, II, 301). Dzon·n ou pan è a l’vè, jeûner au pain et à l’eau (F Roche). ‖ D’une personne maigre, faible, ou qui a mauvaise mine: On dərḕ kə l a pā dé l’v a bārə, on dirait qu’il n’a pas d’eau à boire (F Domp.); var. ... kə n’a p chon chou [son saoul] d’vè a bḕrə (F Gru., var. Roche). Oun dìri kyè l ri [aurait] pa d’ivə trbla a birə, ... qu’il n’a même pas de l’eau trouble à boire (V Sav.). Ouṅ dirék k’i béréik [boirait] pa d’vì nta, ... qu’il ne boit pas de l’eau propre (V Évol.). On dəré kə bai nkè d’və, ... qu’il ne boit que de l’eau (V Praz‑de‑F.). An dirè k’an y ékrèm l’āv, ... qu’on lui écrème l’eau (B Charm., var. Va.). Moquerie adressée aux gens de F Écharlens: A Tsrlin, èḥyron l’vè po bayī ou tsa, à E., on écrème l’eau qu’on donne au chat (F Roche). De qqn qui a toujours aimé le vin: Sé kə n’a pā run bu kè dè l’édyə, celui‑ci n’a pas bu seult de l’eau (Vd Penth.); var. sous clair I, 8o fin. È n bè p ran kə d l’āv, il ne boit pas que de l’eau, dit‑on d’un homme gros et fort (B St‑Ursanne AFS ms.). ‖ È n vā p l’āv k’è ba, il ne vaut pas l’eau qu’il boit (B Sépr.). Gnye pa ’è ke bék, il ne gagne pas ..., se dit d’un paresseux ou à propos d’un travail qui ne nourrit pas son homme (V Arb.; var. Vd Penth., V, F Roche, B St‑Br.). ‖ Kan on·n a sai, tòt iz vè son bnè, quand on a soif, toutes les eaux sont bonnes (V Lourt.). Yvë  è pèrtòt bna ky’u viṅ, l’eau est bonne partout sauf dans le vin (V Isér., var. Vd). A un cafetier qui vend du vin frelaté: K tə·n ə l é bna! on dər k tə lay [y] a bətó dœ vaïn dədin, que ton eau est bonne! on dirait que tu as mis du vin dedans! (V Vouv. Planchamp; var. Vd Vaug.). ‖ S’ā d l’āv, c’est de l’eau, en parlant d’un vin sans force (B Charm., var. V Praz‑de‑F.). Ā barka, an rin kə d’ə ḥlra (ou nta), chez eux, ils n’ont rien à manger, litt. seulement de l’eau claire (V Nend. Sch.). ‖ Autres prov. cf. clair I, 8o, congé 2o; Va. 75. 3. A la lessive (cf. bya encycl.). Kan tó lə linẓ è dəgan l kuvyḗ, on mè d l’ḗg pè k’i tranpi, quand tout le linge est encuvé, on met de l’eau pour qu’il trempe (G Meyrin). I f a kārə dè l’vè dan lou grō pò è i vchè ḥ’vè chu lè ḥyndrè, elle fait cuire de l’eau dans la grosse marmite et elle verse cette eau sur les cendres (F Villarg.). L’e də la bya, le «lissu», l’eau de lessive qui est devenue détersive au contact des cendres (V Fully Dietrich; calques du fr. analogues dans Bas‑V spor. Dietrich et dans ALF 760). Èpré èvè brèyiə lè buə è l’āv tchād, on lè rtir pou lè résāvè è l’āv frèd, après avoir coulé, puis lavé le linge à l’eau chaude, on le retire pour le rincer à l’eau froide (B Bois). Fér on·na prəmīr iè, rincer une première fois (Vd Blon.). Taquinerie à l’adresse d’une buandière qui lave du linge très sale: Tə fṑ l’vè bin mṓnta! tu salis bien l’eau! (F Joux).

3o Sécrétions et sérosités du corps: 1. Urine (Vd‑V et F‑B spor.). «Fut ferue de maladie en tant que l’on porta de son aigue au docteur d’Estavayer lequel dit que une meschante gent luy avoit soufflé contre» (N Boudry 1575. Proc. E 23, no 32. AC). Chi a·a dötrë kou a trò·a a méidzə outr ən Èrəminsə, pòr më e pòr d’tro, pòrtā ə, plusieurs fois, je suis allé à pied chez la guérisseuse d’Hérémence pour lui porter de l’urine, pour moi‑même et pour d’autres (V Nend. Sch.). Si midzou snyé d’apri l’idyə, ce médecin traite d’après l’urine (Vd Month.). Vaiti [examiner] léz dyé (Vd Dum.). Nə pao [peut] pā təni son·n īdyə (Vd Sassel; var. Vd Month., F Roche), è n sè [sait] tni son·n āv (B Charm.), i të·n pā myë yvë (V Isér.), il souffre d’une incontinence d’urine. Étr kòt [bloqué] an l’āv, avoir une rétention d’urine (B Charm.). ‖ Surtout dans des expressions signifiant «uriner»: fḕr də l’āv (B Mett., Pomm., Charm.), frè d’və (V Pains.), fré īdyə (Vd Month.), «lacher de l’eau» (F 1741. Livre noir, XXI, 165. AC), latchiə də l’èv (N Land.; var. N Cern.‑Péq., B Bonc.), lātchi d’ə (Vd Fren.; var. Vd, V), latsi l’īgə (F Sugiez; var. Vd, F, B), lāchyè bā d’ié, laisser tomber ... (V Miège), lḕtchi ïn flḕ d’āv, lâcher un filet ... (B Mett., var. V Praz‑de‑F.), dzət [jeter] l’və (F Gru.), «ëpantzi [répandre] de l’îgué» (Vd XVIIIe s. Bibl. 1153; var. sous épancher, étancher), épantsi d’və (Vd Forclaz; var. sous de II, 1o 1 fin), pantsi d’vé (F Court.), inpantchī d’vè (F Roche, var. Magn.), épantchi l’vé (F Sems.; var. Vd, F‑B), pantsi l’vè (F Lentigny). Autres formules sous canari 1o, changer 3o et 6o 3. Ces expressions sont généralt senties comme euphémismes; cf. par contre: Chi rinṅ kə you·n amou chi kyə dəjèchə: əmpan·ntchyë ə, tchi èj tro djyon rinṅ kyə: pichyë, koum è də bna kòtma, je ne connais qu’une personne à Hte‑Nend. qui dise ...; tous les autres disent p., comme c’est le bon usage (V Nend. Sch.). ‖ Èl è léz āv dous, il a le diabète, litt. les eaux douces, sucrées (B Charm.). Së konparā dë və, souffrir de la prostate, litt. de l’eau (V Châble Cas.). 2. Larmes: A è jè plin d’ə, il a les yeux pleins de larmes (V Nend. Sch.). «Lou petiou no z’ant récita on moué dé balle z’affére que m’ant fé venî l’évoue ès z’uet», les enfants nous ont récité un tas de belles choses qui m’ont fait venir les larmes aux yeux (Vd Forclaz. Nicolier, Lettre, I, 17). Fṑ [cela fait] vinyi l’vé éj yè (F Sems.). 3. Salive (B Vicques). Surtout dans les loc. Sin fā a vinyi l’və a la bòtsə (F Montb.; var. spor. Vd, G, F), i f vəni l’édyə a la gla (G Choul.; var. spor. Vd, V), sòli fè vni l’ṑv ò [en] la gòrdj (B Plagne; var. Vd‑V, F‑B), cela fait venir l’eau à la bouche, cela fait envie. «Cein no fasâi [faisait] veni l’îdié su la linga» (Vd Cont. 1900, 11). Ton dənā l è bon: m’in vin l’və a la dyula, ton «dîner» est bon: l’eau m’en vient à la bouche (V Trient). «Y voui être feurcassîe, s’l’âve n’m’â revin ancouô a la gôrdge, râ qu’d’â preidgîe», vraiment (litt. je veux être fricassé si)! l’eau m’en revient encore à la bouche rien que d’en parler, de cette grande fête (N Mont. Pat. neuch. 327). 4. Sueur: Étr to an·n è·n āv, être en nage, litt. tout en une eau (B Vermes, var. Bois). 5. Liquide amniotique qui entoure le fœtus et qui s’écoule au moment de l’accouchement (au pl., comme en fr., à Vd Ross., B nord; au sg. à V Nend., F Roche). Piədr séz āv, perdre ses eaux (B Épauv.). Pdrə l’vè, id. (F Roche). Rontr (ou kāsḕ) léz āv, rompre la poche des eaux (B Charm.). Séz āv sə son rontu, «ses eaux se sont rompues» (B Épauv.). Lḗ mā d’āv, les premières douleurs de l’enfantement (B Bois). Croyance: A j oum poupon mò chou yèi pòr chinṅ k’a·ei by ə, elle a eu un enfant mort‑né, litt. mort sur elle, parce qu’il avait bu l’eau (V Nend. Sch.). ‖ En parlant du vêlage (au pl. à Vd Ollon, Ross., V Lourt., F Vill.‑s.‑M., B Charm.; au sg. à Vd Leys., Orm., Sassel, V Sembr., Liddes, Lourt., Nend., Aven, Pains., G Herm., Bern., Carillon, N Cern.‑Péq., B Bois). ə bẓntsè [blanche] ou éè dé pya [pieds], liquide amniotique; ə nirè [noire], eau contenue dans la première enveloppe du veau (Vd Leys.). Tyé dè və, poche pleine d’eau que les vaches expulsent avant le vêlage (V Lourt., var. sous cail 3o fin). L fé l’vì, elle (la vache) expulse la poche des eaux (V Pains.; var. Vd Leys., V, G, N). Avan də vél, la vaṣ f l’édy, pé lə pœus, avant de faire le veau, la vache «fait l’eau», ensuite elle pousse (G Bern.). La vtsë a fé lez ë, la vache a expulsé la poche des eaux (Vd Ollon). Dzət [jeter] lèj vè, expulser la poche (F Vill.‑s.‑M.). Botè léz āv f [dehors], id. (B Charm.). Rontrə [rompre] l’īdyə, crever la poche des eaux (Vd Sassel). Voir loc. fig. sous casuel 1o4. Devinette. Tyu ā s kə pés l’āv sin s méyiə? — L vé din lè pins də sè mér, qui passe l’eau sans se mouiller? — Le veau dans le ventre de sa mère (B Aj. Surdez). 6. Sérosité, t. gén. (Vd Orm., Sav., V Nend., B Plagne, Mett., Charm.). Y’é on·na dzflya plynna d’īdyə, j’ai une ampoule pleine de sérosité (Vd Sav.). Chi chirə kə dzòḥlə ə ou ta·on, je suis sûre qu’il se forme une ampoule à mon talon, litt. que ça ramasse l’eau en ampoule (V Nend. Sch.). Mon mò koul, a vaïn d la byantch [blanche] òv f, ma blessure coule, il en sort de la sérosité (B Plagne). və rsa, mélange de sang et de sérosité qui sort d’une blessure (V Lourt.). D lè ròs āv, lait mêlé de sang qui sort des mamelles d’une chèvre stérile (B Charm.). ‖ Sérosité qui caractérise l’hydropisie, etc. A· irə idropikyə, tòt i chan irə partéi [parti] ə·n ə, mon oncle était hydropique, tout son sang était changé en eau (V Nend. Sch.). Plyin d’ivə, hydropique (F Grandv.; var. spor. Vd, V, B). Y’é l’və ei tsnbè, y’in pè pa mi, j’ai l’eau dans les jambes, je n’en peux plus, je ne peux plus marcher (V Vernam.). Kan l’vè li montèrè ou kā, chərè fotu, quand l’eau lui montera au cœur, il sera perdu (F Roche). ‖ Au pl. Eaux‑aux‑jambes, maladie des membres inférieurs du cheval (Vd‑G spor.). ‖ Maladie des veaux, qui leur fait enfler les genoux (V spor.). L a mətou d’ivə i dzon, (le veau) a «mis de l’eau aux genoux» (V Sav.). Stìk vé l a d’və rcha i tsnbè, ce veau a de «l’eau rousse» aux jambes (V Pains.). ‖ Avi de l’və chu lə kā, «avoir de l’eau sur le cœur», avoir mal au cœur, être indisposé (F Gru., var. F spor.). Mè vin l’idé dè bofā, l i d’və su lə tyœ, j’ai envie de vomir, je me sens mal (V Trient, var. Voll.). vin də l’idyə su lə ty, cela me soulève le cœur (Vd Sav.; var. Pailly, Rovr.). Rndrè dè l’īdyə (Vd Pailly), rèmètrə dè l’vè (F Roche), vomir de l’eau. Plna a dyva d’vè, plein la bouche d’eau, à cause de renvois de suc gastrique (V Lourt.).

4o Liquides végétaux: 1. Suc de fruit (Vd Broye Mat., B nord spor.). ïn fru k’é d l’āv, un fruit juteux (B Bourr.). Sé pèr n’in p d’āv, ces poires n’ont pas de suc (B Charm.). 2. Aquosité des pommes de terre, surtout dans: Dai trfè un [en] édyə, des pommes de terre aqueuses (Vd Penth.; var. spor. Vd, N, B). Trfé plyn·né d’dyə, id. (Vd Pailly; var. spor. Vd, V, F). Pométār a‑n‑va, id., litt. à eau (N Noir.). 3. Āv də vin·ny, sève de la vigne, qui s’écoule après la taille; on recommande de s’en laver les yeux au printemps (B Charm.).

5o Liqueur alcoolique obtenue par distillation: «Pour achept d’ung roseroz [alambic] pour distiller les eau» (F 1587. Comptes Hauterive. AC). ‖ Avec déterminant (voir aussi eau‑ 2, comp. 5). Idyə dé markə, eau‑de‑vie de marc (Vd Month.). Idyə dè li, de lie (Vd Corsier, var. Vd). Igə dè grte, de cerises (Vd Const.). vè dè prnmè, de prunes (F Font, var. Vd, B). «Eau de pruneaux» (fr. rég. N 1829 Gui. 11 n.), óouv di [du] kètch (B Orvin Matter), quetsche‑wasser. Āv də prunèl, eau‑de‑vie de prunelles (B Mett.). Āv də pòm, de pommes (B Courfaivre; var. F, B). Āv də par, de poires (B Mett.). Āv də byason, de poires sauvages (B Charm.). «Eau de coing», ratafia de c. (fr. rég. B Pé.). Āv də nouch, de noix (B Bois, Épiq.). v də Ādjnavr, de genièvre (B Aj. Va.). Āv də sèyuə, de sureau (B Mett.). Autres ex. sous anis 1o, bélsə 2o 1, cannelle 1o.

6o Loc. fig. et prov. (voir aussi 2o 2). Man·nḕ (ou tiriə) l’āv chu son mlïn, faire venir l’eau à son moulin, faire tourner à son profit (B Charm., var. spor. SR). Lə mndo nind è chèn [semé] dè hou kə chan, kəmin on di, təri l’vè chu lou [leur] moulin, le monde est plein de ceux qui savent ... (F Crés. Tobi, Mèhlyon, 53). È sè bïn botè l’āv su lè ruə [roue] d sn mlïn (B Bois). ‖ S métər l’è dzò l kou, se mettre l’eau sous le cul, se mettre dans une situation fâcheuse, se ruiner (B Prêles; var. V, F, B). Kan t’ā də sè, tə t’i tó parè fətcha l’və dəzó, quand tu as dit cela, tu t’es bien «mis dedans» (V Véross.). Autres ex. sous cul 1, 2o 4 et 2o 10, dessous. Lèz vè vnyon bsè, les eaux tarissent, se dit de qqn qui va être au bout de ses moyens, de sa fortune (F Centre Bov.). ‖ Léchiə koulḕ l’āv pè l bé, laisser couler l’eau par le bas, laisser les choses aller leur cours (B Charm., var. B), spécialt négliger ses affaires (B Vermes, var. F Gruy. Chenaux). Bè ton vïn | an lè Sïn Mètchïn | è p léch alḕ l’āv ā mlïn [moulin], à la St‑Martin, bois ton vin et cesse de te démener (B Ocourt. A. tr. p. XLVI, 7). Kan l’dyə a pasā su la ra dao moulin | jamé nə lə rəvin, quand l’eau a passé sur la roue du moulin, jamais elle ne revient (Vd Month.). L’ve va adi in·n avṓ, l’eau coule toujours vers le bas, les choses vont toujours leur train (F Gru.); voir var. sous bòrn 3o. Y a ouṅkòr d’vi ki kour ba pè lo bis, il y a encore de l’eau qui coule dans le bisse, il n’est pas certain que cette chose se réalise (V Miège). «San Nigoudet et Cornio, tot s’en iré avo l’aigué», sans N. et C., tout irait à la dérive (G XVIIIe s. Bibl. 756, p. 2); cf. aval I, 4o. Tò l è a l’vè, tout est à l’eau, tout est perdu (F Roche). Alā a rëb [rebours] dë və, mettre la charrue devant les bœufs (V Châble Cas.). ‖ Iz ve tyye émdon i pye grse rne, les eaux tranquilles provoquent les plus grandes ravines (V Châble; var. sous coi 2o). Iz ve dḥle (ou trble) fon i pyə gran ravdzo, les eaux «douces» (troubles) font les plus grands ravages (V Lourt.). Èj ə tranklè fan dè gró ravzo (V Arb.; var. Sav. dans Z. f. rom. Phil. XLVI, 17). In·n è indrəmaitə, jamé nə tè fya! à une eau endormie, jamais ne te fie! dit‑on à propos d’une sainte nitouche (Vd Orm.). ‖ De qqn qui ne trouve pas ce qu’il cherche, d’une personne peu intelligente ou maladroite: É nə sar p tròv də l’édyə u Rou·n, il ne saurait trouver de l’eau au Rhône (G Bern.). Pā tròvā də l’və  Rno pò sə nayi, ne pas trouver d’eau au Rhône pour se noyer (V Vouv.). Travèrā [trouverait] pṑ de l’e a la Chrna, ... à la Sarine (F Magn., var. Roche). È n tròvrè p d l’āv ā D, ... au Doubs (B St‑Br. Jolidon, Aj. spor.), var. ... d l’āv ā biə, au ruisseau (B Épauv.). Nə trovèrāi pā dè l’édyə aou lé, ... au lac (Vd Penth.; var. Vd, F). Cf. ci‑dessous devinette de V Vernam. ‖ Portè l’ṑv ò [en] la mḗr, porter de l’eau à la mer, faire une chose inutile (B Plagne). Potchè d l’āv an lè rviər, ... à la rivière (B Charm.). Porta də l’ég ó lé, ... au lac (N Auv.). Pòrt de l’ve ou lé ou a la Chrna [Sarine], donner à qui en a déjà assez (F Gru.). ə y a pru d’və u Runo, il y a assez d’eau dans le Rhône, il ne faut pas s’embarrasser de choses inutiles (V Lourt.). Pòrt de l’ve avi ouna lta, porter de l’eau dans une hotte, vouloir faire une chose impossible (F Gru.). Fèr ïn ptchu [trou] din l’āv, donner un coup d’épée dans l’eau (B Charm.). ‖ Chi kə nə vou p che molyi nə di p al din l’ve, celui qui ne veut pas se mouiller ne doit pas aller dans l’eau (F Gru.). Ïn pèvurou n dè pn alè su l’āv, un peureux ne doit pas aller sur l’eau (B Bois). Ritournelle enfantine: Djan va yōv, tòrnə pa tankə  è tòt mou, Jean va à l’eau, il ne revient pas avant d’être tout mouillé (V Isér., var. Maréc.). On djanvālvə, un sans souci (V Praz‑de‑F.), une personne bonasse (V Leytr.). Oun jyanvalvə, une personne sans courage (V Vernam.). ‖ On dərḕ kə nə ch p tròbly de l’ve, on dirait qu’il ne sait troubler de l’eau, il a l’air plus sot qu’il n’est (F Gru.; var. V, F, B). D’une femme: L ètḕ yna dè ḥz dyè kə bn·nan, c’était une de ces eaux qui stagnent (Vd Rovr.). L’āv trouby rédjéyā l pātchou, l’eau trouble réjouit le pêcheur (B Épauv.). L’āv kə dgòt rjéy lè piər, l’eau qui tombe goutte à goutte finit par ronger la pierre (B Épauv.). ‖ Mtré də l’ègə din chon vun (Vd Flendr.), bouta d’yṓ dan soun vïn (N Cern.‑Péq.) et var., mettre de l’eau dans son vin, réduire ses prétentions, se modérer, se calmer. Y ò bé falu k’é mètis də l’édyə dyè son vin, il a bien fallu qu’il ... (G Aire‑la‑V.). Mètrə d’e [au] vin (V Mart.). Boutā dè l’dye din son vro [verre], id. (Vd Nov.). «Cella resjouyt moult le peuple, mais les ambassadeurs de Berne y mirent de l’eaue, qui dirent avoir charge de leur exposer comme eulx de Berne estoient alliez avec Mons. de Savoye» (G vers 1550. Bonivard, Chron. II, 141). ‖ N’e tye ouna gta d’ve din la m [mer], ce n’est rien du tout (F Gru.). D’un avare: È sə n tyā péi p in·n gòt d’āv, il ne s’accorde pas même une goutte d’eau (B Pleigne). D’un pauvre: Tòt atsétā kə l’vé, (il doit) acheter tout sauf l’eau (V Champ., var. Véross.). L an pa kyè fran ’ive kyè pāch ou tórin, ils ne possèdent que l’eau qui descend dans le torrent (V Sav.). Pré də l’və, lin du pan, près de l’eau, loin du pain, très pauvre (Vd Gryon, var. Blon.); cf. 1o 7. Fó pa dìrə: Fontn·na, dè tn·n ə bëri pa, il ne faut pas dire: Fontaine, je ne boirai pas de ton eau (V Arb. Ma.; var. SR spor., cf. aussi bòrn 3o). È n fā djmè dir: Də st’āv li, i n bèrḕ, il ne faut jamais dire: De cette eau‑là, je ne boirai pas (B Charm.). Vro tè divo? — Dou fran. — Yó tou va a l’və? L è tra! combien te dois‑je? — Deux francs. — Tu exagères, litt. où vas‑tu à l’eau? C’est trop! (V Cham.). Bugro! v é dë bó·n və, bougre! vous avez de la bonne eau! plaisanterie adressée au propriétaire d’une «reine» pleine de fougue, qu’il dit pourtant ne pas avoir préparée spécialt au combat des vaches (V Châble Cas.). vé frdé [froide], se dit d’un homme qui a des airs de traître; vé dèbordye, de qqn qui s’abandonne à ses passions (V Maréc.). «Allons départ, espèce d’embougné [empoté] d’eau chaude!» (fr. rég. Vd Payerne Blanc). Mon san l è pā d’və, j’ai le sang chaud, litt. mon sang n’est pas de l’eau (V Praz‑de‑F.). L i pa [je n’ai pas] lə san d’və, même sens (ib., var. Lourt.). In·n itrə pā, nə san nə və, ne pas être apparenté, litt. ne pas en être, ni sang ni eau (V Lourt.). ‖ L’idyə lāvə tò kə lé pétsi (Vd Dum.; var. Vd Blon.), l’vè lvè tò (F Botterens; var. F Roche, B Charm.), l’eau lave tout sauf les péchés. Kan on·n a pasā pèr sa lnga, nə ley a pā prao d’īdyə ao lé pòr sè lavā, quand on a «passé par sa langue», il n’y a pas assez d’eau au lac pour se laver (Vd Pailly). ‖ Sè lou fu è l’égə, c’est le feu et l’eau, de personnes qui ne s’entendent pas (Vd Vall.). Pòrtā lo fu é l’idyə, semer la zizanie, attiser la discorde (Vd Sav.; var. Vd Blon., F Gruy.). Tòt i èṣiṅ fa, toute eau éteint le feu, se dit d’une personne qui, bien que répugnante, trouve des partenaires pour des rapports sexuels (V Évol. Jqn.). Cf. aussi brœtchə, bruire 1o, brusl 1o, commander 1o. Devinettes. Vir də si, vir də li, vir kman s’ā k tə voré, t n’i paré djmè sn tchmïn? — L’āv, tourne de ce côté, de l’autre, tourne comme tu voudras, tu ne lui prendras jamais son chemin? — L’eau (B Bois). Kyè y a byou l’no oou lkyë? — D’vë, qu’est‑ce que l’âne a bu au lac? — De l’eau (V Vernam.). Comparaisons. ar kmè d’yvé, clair comme de l’eau (V Isér.; var. Vd, V, F); var. tya kòmin də l’və də rotsə, ... de l’eau de roche (N Bér., var. SR), ḥḕ kòm in·n gòt [goutte] d’āv (B Sépr.); ces formules s’emploient à propos d’un liquide (soupe, vin, etc.), mais égalt au fig. Gran kmè və, long comme un jour sans pain (V Châble Cas.). U mai dè jeïn, i dzò son gran kmè və, au mois de juin, les jours sont interminablement longs (V Lourt.). «Fudrè étre fou atan que l’aigué et lonzé | ... Que perdena à celeu de Zenneva!», il faudrait être aussi fou que l’eau est longue pour pardonner à ceux de Genève (G XVIIIe s. Mussard, Compesières, p. 69). L è achə fou tchyè kə l’vè l è grnta, il est vraiment insensé (F Roche, spécialt en pensant à la Sarine; var. F Vill.‑s.‑M., Gr.‑de‑V.). ṣrè tan bḗṣə [aussi bête] kè l’vì è lonzə, être très sot (V Haud.). Des hottes kə chon trèḥyè bin tan char k’on li prtèri dè l’vè dədin, qui sont tressées si serré qu’on pourrait y porter de l’eau (F Roche. Alm. cathol. SR, 1952, 72). Iṣrə kəmin lə fu e l’ve, être comme le feu et l’eau, ne pas s’accorder (F Gru.). Étr kòm lə pachon an l’āv, être comme le poisson dans l’eau (B Vermes, var. spor.). Ly a rin dè parèjyā kəmin l’vè, il n’y a rien d’aussi paresseux que l’eau: elle ne remonte jamais (F Roche). Dictons. An·n uviə d l’āv | Tchātan sāv, eau en hiver, été sauvé (B Épiq. S. jur. Ém. 1929, 222). Konvsyon də chën Pó kla è byó, mèi də vën kyè d’ivè, Conversion de saint Paul (25 janv.) clair et beau, plus de vin que d’eau (V Sav. Luyet, Dictons, no 30); var. dans Bull. Gl. III, 4. Kan chën Mèda tchyè ën ’ivè, fóou chën Barnabèi po o təryè fra dè ’ivè, quand saint Médard (8 juin) tombe à l’eau, il faut saint Barnabé (11 juin) pour l’en sortir (ib., no 29). Tra d’āv an djïn | gró tchègrïn, trop d’eau en juin, gros chagrin (B Bois). Autres dictons sous Agathe 1o et dans Müller, Maréc. 18.

Du latin aqua; FEW, XXV, 63 b; C. Hürlimann, Die Entwicklung des lat. aqua in den romanischen Sprachen, thèse Zurich 1903 (plusieurs formes portées sur la carte de la SR, in fine, sont transcrites inexactement); Hafner, Afrprov. Lautlehre, 115, 164. — Nos formes patoises se répartissent en quatre groupes (voir carte). Dans la partie méridionale de la SR, comme dans les régions voisines, elles remontent à *aywa, *aiwa, dont le groupe ‑yw‑ a un caractère nettement palatal puisqu’il a fait passer le ‑a final à ‑i en afrprov., d’où ‑i, ‑e, ‑(ə) dans les parlers modernes (à noter en revanche que dans aquare, aequare, le groupe ‑qu‑ n’entraîne pas de termin. en ‑ier; voir aiguer, inv). La voy. tonique concorde en général avec les résultats de ‑a‑ devant palatale. Mais Vd Est et F font exception: və, g(y)ə, etc. s’y accordent non avec māi, mḗ «pétrin» < magĭde, bré «bras», mais avec tṣa, tta «tête» et avec kut, kout «couteau». — Ce sont les résultats de ‑w‑ qui scindent en deux le domaine frprov. de *aiwa (voir carte): 1o à l’est, une zone marginale, allant de B à la Val Soana, où le ‑w‑ s’est conservé (type və); 2o à l’ouest, l’afrprov. aigui et les var. modernes du type gə, qui attestent une évolution de ‑w‑ > ‑g‑. Quant à la zone dans laquelle le issu de w, qu, gu s’est conservé, elle varie d’un mot à l’autre: si elle est plus grande par ex. pour vany «semer», il y a une concordance notable de eau avec langue, garder, guérir, guère «combien»; voir Tabl. La limite séparant F və de Vd dyə suit fidèlement la frontière cantonale; on peut en déduire que son tracé actuel ne date que de la Réforme. Or le type gə est en progression par rapport à və, à preuve le témoignage de Mo. (dans son édition de Python, 13 n. 17) et la présence de qques gə, gə dans Vd 1‑2, à F Rom. et dans F Broye. Les n. de l. (ci‑dessus 1o 10) indiquent que l’aire du type və a été plus grande autrefois; en effet, on trouve dans le domaine actuel de gə: Balevui 1228 pour Vd Ballaigues, Marivue à Vd Molondin, Neyreevuez 1543 pour la Neirigue de Vd Forel‑Lav. En revanche, l’apparition, à époque ancienne, de nombreux aigue, egue, igue (appellatifs et n. de l.) dans les domaines de və et va n’est pas une preuve sûre pour l’extension plus grande des formes patoises en ‑g‑; en fait, il s’agit d’une habitude graphique des notaires et des scribes qui ont éprouvé de la peine à transcrire le ‑v‑, ‑‑ de l’usage parlé. — Un 3e groupe de formes comprend les var. āv, ōv, etc. de N, B et Fche‑Cté (voir la carte). Leur voy. tonique concorde avec celle de chaud, chausses, jaune; elles semblent donc postuler une base *auwa (cf. Hürlimann, 13 ss.; DRG, I, 524 b). Les formes de N Mont., B Ferr. et Renan (āv, v) font difficulté puisque ces patois offrent ó dans chaud, chausses, jaune. — Le 4e type, yṓ, n’apparaît en SR qu’à N Cern.‑Péq., mais il se retrouve dans la région voisine de Morteau (Boillot, Grd’Combe; Lobeck, Fr.‑frprov. Sprachgrenze, 214) et surtout en Bourgogne, d’où il semble emprunté.

Pour le sens 5o, voir eau‑ 2, comp. 5. — Cf. aigu‑, ka, an·nāv, āv 1 et 2, échāv, edy‑, ea‑, évier, ev‑, eyvuaterius, idyta, inv, réchāv, les comp. de aval I, 4o, chardon 2o 5, coquille 5o, dame 9o 4, dzənlyə‑, dzḥa‑, fenouil, krāchny, lanp, lézard, lune, merle, mouche, oiseau, poivre, poule, poussin, raine, râle, ranpn, rat, rate «souris», renvoi, rose, serpent, truie, vert, vide, volant. Sch.

 

Pour citer cet article : EAU 1 (réd. Sch.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VI, p. 2.