Tome VI page 64
 

ÉCHELETTE, étsəlta, ‑el‑, ‑éta, è‑ Vd 1 passim (14 ə‑), 23, 31, 32, 41, 51, 54, 61, 63, 64, 69, 80, 82, 9 Mat., Vd Dum., V 12, 22, 32, 34, 35, 42 Jj., 45, 47, 50, 52, Ba., F 1, 20, 21, 31 (ei‑), 4 Autigny, 51, 53, 63, étsëlët 54, ètsilèta Vd 21, ètsilt N 22, étsyìlëta V 46, 47 Bjerrome, étchəlèta, è‑, ‑el‑, ‑éta 21, 22 var., 41 Ba., 42 var., 48, ètchilèta Vd 24, ètchəlt N 20, 21, 31 (et ‑élta), ètchlòtè 30, ḗtchlat B 22, 2 Tramelan, 32, 33 (è‑), 4‑6 passim, étchlèt 20, étchyééta V 60, ètyèlèta G 11a, ‑əta 20, étyèləto 18, étyèlt 10, étyòlət 17, èchyèlèta V 73, èsyèlèta 80, 83, 88, étcherléta, è‑ Vd 43, 4 St‑Oyens, ‑èrlèt N 52, ‑ét B 13, ‑ərlèt N 62, ètchyèrlèt 61; tchyèlèta V 60 Gch. Anc. echelletta V 71 1761, esieleta 1776, essiel(l)etta 1742‑1754, ‑ete 1807, essyeleta 1709, escelette 1815, eschalletes (pl.) Vd 7 1540, escherlette N 61 1701, etzelette Vd vers 1750. Fr. echerlette N Pier., B Pé.Gignoux, Vigneron, 47; Pier. 203.

‖ S. f. 1o Petite échelle (Vd Gryon, Ross., Broye Mat., V Sav., F Vill.‑s.‑M., Gr.‑de‑V., N Cern.‑Péq., Brév., B Mett., Bois, Charm.; anc. Vd). «Une echellecte pour monter a la chiere de la grande eglise» (Vd Orbe 1532. Comptes. Ac). «Une eschelette a cullir les fruicts» (Vd Laus. 1714. Not. Courlat. AC). Mè fudrè on·n étsəlta dè ṣin  chèz étsəlon, il me faudrait une é. de cinq ou six échelons (F Gr.‑de‑V.). ‖ Spécialt. 1. Échelle de la «bossette» (Vd Orm.); cf. échelle 1o 4. 2. Échelle de cave, servant lors du transvasage des vins (Vd Ollon, V Vouv.). 3. Petite échelle permettant de monter sur un char de foin (V Vouv.). 4. Petite échelle, élément du «passoir» d’une clôture (F Gru., Roche); voir fig. et passoir.

2o Souvent au pl. Sorte d’échelle placée à l’une ou aux deux extrémités d’un char et à laquelle se fixe la «presse», forte perche destinée à comprimer le chargement (SR; anc. N 1701, B 1754, 1759). «Une echelette de chard» (B Courtelary 1759. Not. D. Béguelin, 9. AAEB). Autres ex. sous char 2o et chèml. L’étsélta dè la tsèrgochə a fun, l’é. de la «chargosse» [chariot‑luge à deux roues] à foin (Vd Flendr.). On psə la palantsə din l’étsélta, on passe la «presse» dans l’é. (Vd Blon.). Dréḥə vè l’étchélta, dresse l’é. (V Véross.). L’étsèlta l è sorteitə in pasin pè ḥla króyə rta, l’é. s’est déboîtée sur cette mauvaise route (V Leytr.). Drèfi l’étyèlto, on vò kəmèsi a ṣarẓi! dressez l’é., on va commencer à charger! (G Aire‑la‑V.). S tə vè [vas] kontr l’étchlat, tə porō bïn tch tchu sé buə [ces bœufs], si tu t’appuies contre l’é., tu pourrais bien tomber sur l’attelage (B Pleigne). N’y a pā mayin dè tsardji on yādzə dè fin sin avai on·n ètsèlta, il n’y a pas moyen de charger un «voyage» de foin sans avoir une é. (Vd Orm.).

3o Nom donné à diverses constructions, généralt en bois, dont la forme rappelle plus ou moins celle d’une échelle: 1. Support du «couloir» dans lequel on filtre le lait (F Charm.). 2. Support pour bobines, cf. échelle 3o 3 (V Hérém. XVIIIe s.): «Une essielletta et trois bobilles» (1742. Reg. not. M 2/25. AC). «Un burgo [rouet] avec son echelletta» (1761. Reg. not. M 2/43. AC). 3. Petit bâton à crans pour serrer la forme à fromage (Vd Blon.): Fó sèr l’étsélta, il faut serrer l’é. 4. Instrument de torture, cf. échelle 4o (B Charm.). 5. Échafaud? (Vd Laus. 1564): «Pour avoir faict la rue [roue] et les exchelettes ... a quoy on execute les malfaicteurs» (Comptes, AVL, D 230. AC).

4o Instrument de vétérinaire, en fer, qu’on introduisait dans la bouche du cheval pour lui protéger la mâchoire lors de l’opération consistant à lui briser les crochets pour pouvoir mieux l’emboucher (F Neirivue 1719): «L’echoproz [ciseau] et deux echellettes pour accommoder les dents aux cheveaux» (Reg. not. 2746, 21. AC). 5o Lə djuə d l’étchlat, le jeu de l’é. (B Épauv.). Il consiste, pour le joueur, à se mettre à genoux, les mains derrière le dos et à tenter d’arracher avec les dents une chevillette plantée en terre. Cf. autre jeu sous monte‑ comp.

6o Bot. Bugle rampant, Ajuga reptans L. (Vd Bex Dulex, Vd Dum.).

7o Sens douteux dans: «Reparando les eschelletes pontis» (Vd Laus. 1484. Comptes, AVL, D 219. AC). «Pro faciendo les echellectez trabecture [de la poutraison] inferioris dicti hospitalis» (ib. 1494. Comptes, AVL, D 220. AC). «De fayre la traveson dessus assortissant les eschalletes ayant entre ung chascung tra [poutre] de largeur» (Vd Orbe 1540. Comptes. Ac). Cf. hist.

8o Noms de lieux (choix). Es Echelettes Vd Gland, vigne, champ, pré; les Echelettes des Tabares Vd Bex 1760; les Echelettes V Mart.: iz étsèlèt, prés; es Echelettes F Chatelard: èj ètsèltè, prés, bois; Pré l’Aichelatte, la Chelatte B Crém.: ḗtchlat (de Roche, 40).

Dérivé de échelle; FEW, XI, 264 b, 267 a. La forme V Sav. tchyèlta s’explique p.‑ê. par une fausse coupure d’avec l’art. pl., cf. Vd Ging. tchyla sous échelle. Au sens 7o, le terme désigne sans doute les planches que l’on cloue d’une poutre à l’autre et qui forment une sorte de plancher, aussi le rattachement à échelle ne va‑t‑il pas sans difficulté; p.‑ê. ce sens s’explique‑t‑il par l’interférence de termes d’origine différente, en particulier du lat. assis «planche», cf. F Charm. èchilyta, etc. sous asəlyta; cf. aussi dans un sens très voisin, sinon identique, les formes anc. F Estav. eschallate et anc. Vd Laus. eschurlataz (avec l’ex.) sous chanlatte. Li.

Pour citer cet article : ÉCHELETTE (réd. Li.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VI, p. 64.

Marge de droite