Tome VI page 159
 

ÉGLISE, élyizə, ‑aiz, è‑ Vd Cont. (et egly‑), V 3 Riddes Jj., 45 corr. (et ‑jè), èyaèz(ə), ‑ai‑, ‑i‑, é‑ 32‑33 Jj., 35 corr. var., èlyèiz(ə), ‑è, ‑i‑ 23, 30 Jj., 45 Jj., 50 (et ègly‑), ìyaize, ‑ə, i‑ 34‑35, ‑aij(ə) 33 et 3 Riddes Dietrich, 48, ‑az(e) 2 Collonges, 3 Saxon, i(l)yèizə, ‑e, ‑éi‑, ì‑ 22 a et 2 Vernayaz Dietrich, 30, 31 (et ‑je, ‑j(e), ‑za), 32 Dietrich, 35 Jj., 3 Bovernier, əlyaijə 22 corr., ə(l)yèizə 30 corr. var., əyaijə 45 corr. var., yaezə 50 a Delaloye, èẓāzə 18 Jj. var., ẓāezə 16 Fankh. (s. m.), 17 (id.), ẓāzə 17 var. (id.), 18 (id.; et ‑jə Jj.), élaizə, ‑ë, ‑i‑, ‑èi‑, è‑, qqf. ‑jə 46‑47, 4 Verbier, laizë, ‑ə 46‑47 var. (dans in [en] laizë «à l’é.»), èdaizə, ‑(e), ‑daè‑, ‑di‑, ‑dèi‑, é‑, ë‑ 41‑44 (ə‑ 42 corr.), 5 Vétroz, ‑j(ə), ‑je 52 (et ‑a), 53‑55, udijè, ‑a 52 var., èlyzə, ‑è, é‑ Vd 19, 1 Odin, ‑èz(è) V 22 corr. var., 22 a Jj., 30 corr. var., èyez 2 Évionnaz, èlyèjè, ‑(ə), ‑é, ‑ì, é‑ 22 corr. var., 6 Mézerier, 71 Jj. var., 72 Jj., 74 id., 75, 76 Jj., 84, 86, 8 Granges, i(l)yèzə 30 corr. var., 31 corr., ilyèjə, ‑ì, ‑é 71, 72 Gill., 74 a, 80 ALF, 84 var., 85, 87‑89, əlyèzə 30 corr. var., əlyèjə 22 Müller, ‑è, ‑é 45 corr. var., 76 corr., 88 var., 8 Chippis, lyèjé 71 Ke. (dans in [en] la lyèjé), 81 Gill., èlyḗj 62 Jj., élyéjə 71 Ke var., ‑éijə 75 ALF, ‑əjə, ‑ëjə 72 corr., 73 (ë‑, ə‑), 74 corr., 76 corr. var., ilyéjə, ‑ejə, ‑ì, ì‑ 71 Lav., 75 corr., 80, 81, ‑i 8 Ayer, lyéjə, ‑əjə 74 corr. var., əẓiḗzə 50 a Jj., éyiəj B 32 (sens 2o), élyiz(ə), è‑ Vd 3 Lutry Co., 64 var., V 12 Jj., 36, eyiza Vd 41 var., élyijè, ‑é, ‑(ə), è‑ V 36 var., 60 Jj. var. (ə‑), 70, 83 Gch., F 10* (*seult sens 3o), 14, 1 Bibl. 636*, 21*, ìlyijì V 82 a Gerster, i‑ 8 Venthône Jj., yélyiz 36 corr. var., əlyidzə Vd 1 Huémoz, lyijə V 60 Gill., èizə, ‑è Vd 16, é‑, é‑ V 36 var., èẓ‑ Vd 14, 21, édijə, ‑ī‑ 22‑24, éliji, ‑ì, ‑é, ‑(ə), è‑, ə‑ V 51, 60, 61, 70 var., 82 a Crettol, 83 corr., ilijé, ‑ə 51 var., 62 corr., ìlije 8 Venthône Tagmann; églyizé, ‑è, ‑(ə) Vd 47, 80, G 1‑2 (20 ‑gyi‑ corr.), B 12, églizè, ‑é, ‑(ə), ‑ī‑, è‑ Vd 1, 3‑9 passim, V 10‑15, 16 Jj. (‑a), 20 (‑a), 21, 40, G 19, B 12 † († seult sous 1o comparaison), 40* †, 48*, 60 †, 6 Bié., ‑jə F 13, egləzè G 1 Meinier. Anc. iglese, y‑ Vd 4 1419, 7 1458, ‑i F 1319, iglesse N 1285, ygleise F 1319, igliese Vd 8 1344, F 1392, N 1267, igliessez F 1492, yglise N 1371, B 1346, gliesse F 1493, B 1262, glise 1242, eglese, es‑ Vd 7 1476, N 1297, B 1295, 1373, 1410, egleisi F 1319, esgleise B 1371, eglyese F 1370, egliese, es‑ 1406, 1420 (‑y), 1424‑1582, N 1283, ei‑ 1373, egliesse F 1473, 1487/88, B 1262, esglyesse N 1283, egiesse F 1487/88, eccliese, englise N 1373; patois églaisé G vers 1536, eyiege B 4 XVIIIe s. Ra. Cf. n. de l. — Rel. phon. 1899; Odin, Phonologie, 38; Hasselrot, Ollon, 34, 168; Fankh. V. d’Ill. 63; Dietrich et Gill. mat. ms.; ALF 453.

‖ S. f. (et s. m.). 1o Église, édifice consacré au culte, temple protestant ou église catholique; église paroissiale par oppos. à chapelle 1o (Vd‑G, F Grandv., Gru.; anc. SR). «L’egliesy Sain Nicollay», la cathédrale actuelle, anciennt collégiale (F 1420. Livre just. I, 116. AC). «Pour refaire la pinclete de la porte de l’eglese» (Vd Orbe 1476. Comptes. Ac). «A III de lour qui on soné le jor de la bénission de l’égliesse» (F 1487/88. Blav. 147). «Pour l’églize sainct Pierre [la cathédrale], huit cens d’éselloz [cf. anslou 1o]» (G 1546. Ib. 3); cf. Richard, Ref. Kirchenterminologie, 82, nos 7, 11; 84, no 4, etc. I gran élijə (V Sav.), i grinlījə (V Nend.), la cathédrale de Sion. ’éljì dè a pèrotsə, l’é. paroissiale (V Arb.). L’églizə dè la pèròtsə, le temple paroissial (Vd Penth.). La pysè [place] dəvan l’égyzè (G Dard.). Ba damou edijə, au cimetière (V Aven); il s’agit probablt du cimetière qui se trouve en amont de l’église de St‑Séverin, située elle‑même plus bas que le hameau d’Aven. In·n intrin din l’èizə, on dəzai na krta prèyirə, sovin in katsin la fasə din son tsapé, en entrant dans le temple, on disait une courte prière, souvent en cachant son visage dans son chapeau (Vd Orm.). Y’ó‑y‑é yu in lizë, je l’ai vu à l’é. (V Châble). Kan ë kə veïn më pòrtā dëdzon·non, pu pā sè bunā, meïn du byə [biais 3o] d’élaizə, fó ā vèrə alā, quand elle vient m’apporter le déjeuner, elle a de la peine à se remuer, mais quand il s’agit d’aller à l’é., il faut la voir se dépêcher (ib. Cas.). Pò pa avèi mó èi dè·n, fó pa kópā u sémétchro u bin pè éiz, pour éviter le mal de dents, il ne faut pas cracher au cimetière ou à l’église (V Isér.; cf. Luyet, Dictons, no 193). ‖ Alā a l’églizə (Vd Penth., var. SR), ā ézé (V Isér.), ala in [en] l’ilyéjə (V Hérém. Lav.; var. Bagnes, Conth., Est spor.), aller à l’é., spécialt aller au culte, à l’office; cf. synon. aller au prêche (sous prêche). De là: «Y a l’église, aujourd’hui?» y a‑t‑il une cérémonie religieuse? (fr. rég. N Land.). Y èt on·n òm d’églyiz, c’est un homme d’é., qui va souvent à l’é. (G Bern.). Mé, nə su pā on·na dzun d’églizə, nə lai vé pā tan [tant] sovun, moi, je ne suis pas un «homme d’é.», je n’y vais pas très souvent (Vd Penth.). Tsavoyé i dzin d’élaizə! prenez garde aux bigots! (V Châble). Le mndo d’ilyèjə pryon byin ma i pachnton rin, les gens d’é. prient bien mais manquent d’indulgence (V Grône). Ra [rat] d’églizə, personne qui va souvent à l’é. (V Véross.). Kour [coureur] d’èglizə, id. (Vd Sent.). Ironiqt: Pilyè [pilier] d’ilyjé, personne qui ne va jamais aux offices (V Grim.). Fig. «Fant tot ein dèzo et autre [outre] la né, clliau corbé d’église», ils font tout en dessous et pendant la nuit, ces corbeaux d’église, c.‑à‑d. les évêques réunis en concile (Vd Favrat. Mél. 218); cf. 3o. ‖ Marydzo dè l’əyeizə, mariage religieux (V Trient, var. Maréc.). Marydzou a l’églizə, id. (Vd Chenit; var. V Praz‑de‑F., Grône): N’y avai kè lou marydzou a l’églizə f pè lou minstrè, autrefois, il n’y avait que le mariage religieux, célébré par le pasteur (Vd Chenit). ‖ Spécialt. Églizə, nef (Vd Penth.). ‖ Par ext. Églzè jva, synagogue (Vd Vaug.). ‖ Ironiqt: L’èglizə, le cabaret, le café (Vd Sav.; argot mil. Roux); cf. chapelle 5o et loc. ci‑dessous. Loc. On dəré kè l’ədaiz yu tsai su, son pā stou dədin kə vudreïn dja tòrné [tourner] sòrti, on dirait que l’é. leur tombe dessus, ils ne sont pas plus tôt dedans qu’ils voudraient déjà ressortir (V Praz‑de‑F.). El ə sortè, l’églizə lè volè tsré dəsu, il est sorti avant la fin de l’office, litt. l’é. lui voulait tomber dessus (V Véross.). De qqn qui ne va pas souvent à l’é.: Va pa a l’édijə kan la bijə kòr, il ne va pas à l’é. quand la bise souffle, de peur que l’é. ne tombe sur lui (Vd Étiv.); tə vò a la mès dari l’églyiz, tu vas à la messe derrière l’é. (G Aire‑la‑V.). Djan è on vrətblyou payin: l’è pə sòvè aou kabarè k’a l’églizə, Jean est un véritable païen: il est plus souvent au cabaret qu’à l’é. (Vd Month.); cf. aussi cabaret 1o. Être pré de l’ìlyjì, dévot (V Lens); cf. prov. ci‑dessous. Comparaisons. On bātémè·n gró kóm ó·n éizə, un bâtiment grand comme une é. (V Isér.). Chè kəman on ban d’égyzè, sec comme un banc d’é. (G Dard.). Pro ou dyœ [gueux] kò·m on ra d’iyèizə, pauvre comme un rat d’église, très pauvre (V Trient; var. Vd spor., V passim, G Dard., B Prêles, Vermes, Charm.). G min dè [des] ra d’éyaiz, id. (V Leytr.). Pro k’ouna rta [souris] d’édijə, id. (Vd Flendr.). Pro kəmin na rta u [au] ẓazə, id. (V Champ.) Prov. Kan sè fā on·n églizə, kkè pā sè frdzè on kabarè, quand une église se bâtit, on complote quelque part d’ouvrir un cabaret (Vd Penth.). Chon pa ḥló kə chon lò plou pré dè l’əlyëjə kə ·ntron lë prəmyèch, ce ne sont pas ceux qui habitent le plus près de l’é. qui y entrent les premiers (V Haud.). Prei dè l’élji, lin di preyrè, près de l’é., loin des prières (V Miège; var. Torg., St‑Luc). Préi dé ’élijə, rlin d’a mcha [messe] (V Sav.). Prtso dè l’élyzè, lin dœu bon Dyu (V Maréc.; var. Vd Orm., V spor.). Pré d l’églyzè, lyan du paradi (G Herm.).

2o Ensemble des fidèles rattachés à une église paroissiale, et surtout clergé qui la dessert; organisation du service de l’église, de son entretien (SR mod. rare, surtout anc.). «Ay doney en amoyne [aumône] por le salut de m’arme ... à la gliesse de Grantgour ...» (B 1262. Trouillat, II, 122). «Ceste presente lettre selee dou sel au chapitre l’igliese de Nuefchastel» (N 1267. Matile, 136). «Cil qui seroit citaz doit venir ensemble nostre avoye [cf. avoyer 1o 2] ver l’avoye de l’iglesi dou citour [cf. citer dér.]» (F 1319. Rec. dipl. II, 68). «Dong Joham Perrin viquayrez de l’iglese d’Aubone» (Vd Aubonne 1419. Comptes, D 3. Ac). «L’argent des aumosnes des eglises des champs» (G 1648. Sources droit, IV, 192). Fr on balëmin an élizë, faire une donation à l’é. (V Lourt. Bjerrome, 157). Élaizə nor o prirə, l’é. nourrit le prêtre (V Châble). Konsay də l’éyəj, conseil de paroisse (B Mall.). ‖ Diocèse, évêché (anc. B). «Faire a dit monsire l’evesque de Basle, a ses successors et a l’esglese de Basle, a toz jour, si come sons feals doit faire» (B 1373. Trouillat, IV, 333).

3o Ensemble des fidèles d’une religion chrétienne, et spécialt ensemble du clergé; chacune des confessions chrétiennes (SR spor.; anc.). «Promettons ... en toutes cours d’iglieses toutes les chouses dessus dictes ... mantenir, guerentir» (Vd Champvent 1344. Matile, 556). Lé bin d’églizə, les biens ecclésiastiques (Vd Oron). L’églizə a òrdònā, fó obè·ī, l’Église a ordonné, il faut obéir (Vd Nov.). L’églizə dé ntré pèrə, l’É. de nos pères (Vd Oron). Dè kin·n églizə é tou? à quelle Église te rattaches‑tu? (Vd Penth.). L’égyzè protèstnta (G Dard.). L’èglizə nasyònla, l’É. réformée officielle; l’èglizə lbra, l’É. réformée séparée de l’État (Vd Vall., var. Vd spor.); cf. Dict. hist. Vd. I, 670 b‑679. L’èlyijə katolka (F Ch.‑St‑D.). Ntra snta mér églyza, id. (G Troin.).

4o Loc. Toucher «de bonne Église», lors d’un marché, d’un échange entre enfants, serrer la main de son camarade dans les formes, c.‑à‑d. en pressant la paume et non le dos de la main, de manière à éviter toute contestation ultérieure (G Blav. Emprô, 140).

5o Noms de lieux se rattachant au sens 1o ou au sens 2o (choix sur plus de cent; aire: SR; forme patoise généralement non attestée dans G‑B). Sous l’Église Vd Ollon: in sòrèlyḕz, sòrelyze (cf. Hasselrot, 104 n. 2), prés au sud‑ouest du temple; Vers l’Église Vd Orm. dès 1612: vè l mòtyi, hameau où se trouve le temple paroissial; Derrière l’É. Vd St‑Georges dès 1770: dèri l’élyīzə, champs près du temple; Plan de l’Église Vd St‑Livres dès 1727, Plan de l’Églaise 1831‑1837: a pyan d’élyizè, bâtiments, champs, bois; les Champs de l’Église Vd Corcelles‑s.‑Ch.: ḕ tsan də l’èyz; es Églises Vd Cronay dès 1570: ḕz èlyīzə, champs; Rue de l’Église V Monthey: a la tsèārə [charrière] də l’èglizə; Vers l’É. V Fully (CN 1325): vè l’ilyaij (ethnique vèlilyaijā, f. ‑rde), chef‑lieu de la commune et de la paroisse; la vyèy iyāz V Saxon, ancienne é.; Champs de l’É. V Saill.: li tsan də l’iyèizə; lò tsəmin də l’è·èz V Ardon, chemin passant à côté de l’é.; Chemin de l’É. G Bern.: l ṣəmin d’églāz; Sous l’É. G Bern. dès 1730: dzò l’égliz, vignes; Sous l’É. G Satigny, Sous les Glaises 1725‑1779, vignes, prés; Pré de l’É. F Estavannens: ou pr de l’elyījə; Clos de l’É. F Corbières: ou ḥlyou də l’elyījə; en l’É. F Vuadens: a l’elyijə, bâtiments, jardins, prés; l’É. F Noréaz: a l’éyizə, champs; Planche d’Eyège B Bourr.: an la pyintch d’éyéj, prés; Prés de l’Eyiège B Courgenay: ā prḕ d l’éyéj; an la kounbat l’éyéj B Courchavon, combe. ‖ L’Église à l’Ours Vd Leys. dès 1770: a l’izaló, rocher; l’É. Vd Arz.: l’èglzè dé bylè, vaste grotte.

Dérivé: élijta (‑ĭtta) V 60, petite église.

Du bas‑lat. eclĕsia; FEW, III, 203 b. Le type élyizə (< anc. *eglieise) apparaît dans une région (Bas‑V presque exclusivt) où la triphtongue ‑iei‑ issue de ‑ĕ‑ suivi d’un élément palatal aboutit ordinairement à ‑i‑; mais ce résultat n’est pas constant: cf. Gauchat, Dompierre, 26‑28; Duraffour, Phénom. gén. 176 ss.; Stimm, Studien, 129; Hafner, Altfrprov. Lautlehre, 93‑98. L’aire de ce type a dû être plus étendue anciennt, comme en témoignent les n. de l., notamment dans G: cf. p. ex. à G Bern. le n. de l. églz (parallèle phonétiqt à lya «lit»: cf. Tabl. 124 et Ke. Genferdial. 32). Dans l’ensemble, les formes en ‑‑ — notamment celles qui présentent un groupe ‑gl(y)‑ — sont dues à l’influence du fr., mais dans V Est elles peuvent représenter le même type que élyizə. — Dans les anc. diocèses de Sion et de Genève, église est le mot traditionnel (au sens 1o) et n’a jamais eu à affronter la concurrence de moutier, terme propre au reste de la SR. Il est remarquable que dans Vd, à la suite de l’abandon (certainement tardif et jamais total) de moutier, demeuré très vivant dans F et B, ce soit le terme utilisé le plus couramment en fr., église, qui ait prévalu, et non le terme recommandé par les réformateurs, temple, dont la vitalité en patois est assez faible. Actuellement encore dans le fr. rég. de Vd, on oppose église «temple protestant» à église catholique. Le mot temple n’en est pas moins vivant en SR, et notamment en pays catholique, pour désigner le bâtiment réservé au culte protestant. Sur l’histoire du mot et de ses concurrents, voir Jud, Rev. ling. rom. X, 12‑13; Richard, Ref. Kirchenterminologie, 19, 72 ss.; Aeb. Linguistique romane et histoire religieuse (Barcelone, 1968), 287 ss., 299 ss. — Cf. synon. moutier, prêche, sermon, temple. Voi.

Pour citer cet article : ÉGLISE (réd. Voi.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VI, p. 159.

Marge de droite