Tome VI page 535
 

2. ENVERS, inv, ‑ḕ, ‑, un‑, an‑, è‑, etc. Vd 19 var., 31 (‑vē), 32, 36, 3 Favrat, 41, 51, 54, 61, 69, 70, 82, 90, Cont., V 1 passim, 21, 22 corr., 3‑5 passim, 7 passim, F 12, 14, 33, N 12, 30 corr., ‑é V 51 Sch., ‑ḗ J 36 ALFC, ‑vèr, ‑ḕr, ‑r Vd 1‑2 passim (et an‑ 18), 80, 92, 9 Mat., V 22 corr. var., 23, 36, 40, 44, 8 passim, G 18, 20, B 13, 22, J 40, ‑vèe V 22 Müller, ‑ḕe, ‑ 60, ‑éə, ‑éè J 41, 47, 48, 60 vx, ‑ḕər B 12, ‑a 32, ‑éy(ə) J 36 corr., 41 var. (et ‑éyər), 46, 60 vx, ‑iə 43, 60, ‑vyè 50, ‑vé, ‑è, ‑ N 30 corr. var., 31, 40, 42 (an‑), èvar 20, òvḕch 30 Jj., in·yḕ V 47 Bjerrome; avec article agglutiné: ënv V 60 var. Anc. invers F 1463, enver(t) 1431, 1436. Cf. n. de l. — Pier. 227 (localisation SR trop large); ALFC 162 compl. (J 36).

I. S. m. 1o Envers, mauvais côté, côté non destiné à être vu, surtout en parlant d’une étoffe, d’une pièce de vêtement (SR spor.; anc. F). «Que l’on leur donnoit (aux draps) ung trait de parmalles [sorte de cardes] dever l’invers» (F 1463. Rec. dipl. VIII, 89); cf. enverser 9o 1. L’invèr l è asə bi kyè lo bi kóté, l’e. est aussi beau que l’endroit (Vd Const.). I ënv ch’ën knyè pskyè pa, on ne reconnaît presque pas l’e. (V Sav.). È n’y a pé d difrans d l’èvar avei l’èdrè, il n’y a pas de différence entre l’e. et l’endroit (N Noir.). La tila n’a pā d’invèr, la toile n’a pas d’e. (Vd Orm.). Du byé dè l’invè la tila l è rònyza, litt. du côté de l’e. la toile est rugueuse (V Leytr.). È tan sə pou pyə pyu du byə d’invḕ, il est légèrt plus poilu du côté de l’e., d’un tissu de laine (V Châble Cas.). Prov. Nə laiy a rè kə n’sé son·n ḕvḕ, il n’y a rien qui n’ait son e. (Vd Month.). ‖ Loc. A l’envers (SR), de l’e. (V Vernam., Pains.), du e. (V Isér.), en e. (V Évol.), du mauvais côté, celui qui n’est pas destiné à être vu à l’extérieur; cf. I, 5o loc. La talyuza l a mètu la matérə a l’invè, la couturière a utilisé l’étoffe du mauvais côté (V Trient). L i yo pā mètu on·na rās a l’invè pò rəmindé stœu pantalon! n’ai‑je pas mis une pièce à l’e. pour raccommoder ce pantalon! (V Praz‑de‑F.). Il a vərya sa rba a l’invèr, elle a tourné sa robe à l’e. (Vd Roche). Mtrè lo palito [veste] də l’invèr (V Pains.). Boutā chon dzəpon [gilet] a l’unvèr (Vd Étiv.). Pò sè maskā on boutvè sou·n abi a l’invè, pour se déguiser, on mettait son habit à l’e. (Vd Chenit). Èl a vərya sou tsòœfon [ses bas] a l’vr (Vd Leys.). Croyance (Cf. Handwörterbuch des dt. Aberglaubens, VIII, 1321 ss.). L a péirə déi sòrsyé kə mé sé tsòouṣon a l’invē, il a peur des sorciers, c’est pourquoi il met ses bas à l’e. (Vd Blon.). L é mé mon tsòouṣon a l’invē, lé sorsyé mé pon rin, j’ai mis mon bas à l’e., les sorciers ne peuvent rien contre moi (ib.). Au fig. Éiḣr a l’invē, être de mauvaise humeur (ib.). ‖ Mādə a l’unvèr (Vd Flendr., var. SR passim), māly è·n è·nvèr (V Pains.), maille à l’envers, dont la courbe supérieure se trouve vers l’intérieur. Tchṑsnḕ é·n mèy a drāət [droite], é·n mèy ò [en] l’òvèr, tricoter une maille à l’endroit, une maille à l’e. (B Plagne). Broutsi [tricoter] a l’inv (Vd Vall.). Po firə də bon tsḥlon, i fó trikòtā a l’invè é a l’indrè, pour faire de bons bas, il faut alterner les mailles à l’e. et à l’endroit (V Leytr.). 2o Par ext. 1. Côté pile d’une pièce de monnaie (V Saill., Grône). ‖ Loc. Sè·n  è [c’est] i ḕ·nvḕr dā mëdaə, c’est le revers de la médaille (V Isér.). 2. Loc. I va pa avi l’invḕ dè la kòyḕ, il n’y va pas avec le dos de la cuiller (V Ardon). 3. Dos de la main (V Pains., B Plagne). 3o Parfois au pl. (anc. et fr. rég. N). Ubac, versant d’une vallée le moins exposé au soleil (Vd Fen., Vaug., V distr. Monthey et St‑Maur., Nend., N‑J; anc. et fr. rég. N‑J). [cf. biais 4o] d’invé (V Nend.), ló də l’èvḕ (V Véross., var. Vd Fen.), id. «Il est encor beaucoup de neige partout aux envers» (N Mont. 1742. Pier.). On pró du ló dé l’anvèr, un pré orienté au nord (Vd Fen.). Lə ló də l’èvḕ tarné pa asə vto kyè lə ló du sólé, la neige fond plus lentement à l’ubac qu’à l’adret (V Véross.). Mé parlā pā d’tré du ló də l’èvḕ, on lè vè jami lə sólé, ne me parlez pas d’habiter à l’ubac, on n’y voit jamais le soleil (ib.). Lə fin də l’avè é py tindr, «le foin de l’envers est plus tendre» (N Brév.). Lo bō krachu an l’anviə n vā djmè stu k’ā krachu ā drè, le bois qui a crû à l’ubac ne vaut jamais celui de l’adret (J Charm.). «Au Mont‑Cornu s’élève une aiguille visible de tout l’envers du Jura» (fr. rég. N F. d’Avis Neuch. 16 nov. 1976). Prov. Lé dja də l’avè nə son vèr fin, les gens qui vivent sur le versant moins ensoleillé ne sont guère malins (N Sagne). È fā brègḕ l’anvéyə è pœ s təni ā drè, «il faut vanter l’envers et se tenir au droit» (J Charm.). Noms de lieux (aire: Vd, V, F‑J; choix, parmi une soixantaine, pour Vd, V, N‑J). Les Envers Vd Lucens (CN 1204): èz invḕ, bois; à l’Envers Vd Mauborget (cf. CN 1183): a l’invè, bois; le Chemin de l’Envers Vd Provence: lò tsəmin d l’invè; l’Envers V Salvan: a l’invèr, prés, forêts; Grands Envers V Mart.: é granz invé, pâturage; y j’Invers V Grim.: ij invèr, prés, mazots; les Envers F Cerniat (CN 1225): ij invḕ, bois; es Envers F Murist: èz eïnvḕ, bois, champs; les Champs de l’Envers N Rochefort, bois, champs; les Envers N C.‑aux‑F.: lè avḕ, champs, prés, tourbière; l’Envers N Verr. (CN 1162): l’invḕ, bâtiments, jardins, pâturages, bois; Bois des Envers N Bayards (CN 1162), bois, prés; aux Côtes des Envers N Locle, quartier de la ville; Rue de l’Envers N Ch.‑de‑F.; Derrière l’Envers N Enges (CN 1145): dèriə l’énvér, bois; le Petit Envers B Diesse (CN 1125): i ptit āvḕr, forêt; Champs sous l’Envers B Romont: é tchan dó l’òvèr, forêts, champs; Forêt communale de l’Envers B Moutier: an l kót d l’anvéa; Fin de l’Envers B Corcelles: a l fin d l’anvḗ, champs, prés, forêts; Pâturage de l’Envers B Pontenet (CN 1106): i tchanpè d l’óvèa, pâturage; Côte de l’Envers B Rebévelier (Sgf. 103): an la kót d l’anvyè, pâturage; Bois des Envers J Boécourt (CN 1085): ā bó déz anvyè, forêt, prés; Prés de l’Envers J St‑Br.: ā prḕ d l’anvyè, prés; les Envers J St‑Urs. (CN 1085): éz anvyè, prés; Fond des Envers J Montenol: ā foun déz anvyè, champs. 4o Versant d’une vallée le mieux exposé au soleil (Vd Fren. Tp.); anton. revers. 5o Souvent accompagné de tout. Contraire, aspect opposé (Vd spor.). L é tò l’ḕvḕ dé la vrətā, c’est le contraire de la vérité (Vd Month.). L é tò l’invè dé sin k’aré falyu, c’est juste le contraire de ce qu’il aurait fallu (Vd Oron). On pòyai krairə l’invḕ dè sé kntou, litt. on pouvait croire le contraire de ses histoires (Vd Chenit). «Se Djan lâi desâi: Ne fâ rein tsau, pouâvè comptâ que lâi repondâi tot l’einvè», si J. lui disait: Il ne fait pas chaud, il pouvait être sûr qu’elle lui répondait juste le contraire (Vd Jor. Favrat, Mél. 222). ‖ Loc. adv. Tò l’anvèr (G Dard., var. Vd Cont.), tòt a l’invè (V Voll., var. V Nax, N Noir.), au contraire. «Vo fâ‑t‑e mau, petître? — Oh! po cein na, cousena | tôt l’einvê, câ mé mau à la tît’ à l’estoma | mé lé fâ ti parti», il (le café) vous fait p.‑ê. mal? — Oh! pour cela non, cousine, au contraire, car mes douleurs à la tête, à l’estomac, il me les fait toutes partir (Vd Jor. Cont. 1903, 32). ‖ A l’envers, contrairement à ce qui est normal, à rebours (SR spor.). Drè [lire] a l’unvèr (Vd Ch.‑d’Œx). Tə djāz [parles] to è l’anvyè (J Bois). Répondrə tò a l’invè (V Champ.). La sèrvnta fā tu séz òvrédj a l’avè, la servante ne fait rien comme il faut (N Brév.). Vò fdè lə travó a l’invèr dè sə kə fódr, vous travaillez de manière contraire à ce qu’il faudrait (Vd Orm.). Ntra bədma fā tòt a l’inv dè san k’on l di, notre sotte fait le contraire de ce qu’on lui dit (Vd Sassel). L è a l’invḕ dèz trè dzin, litt. il est à l’e. des autres gens (Vd Corsier). L a l’èspri tòt a l’unvè, il comprend tout de travers (Vd Penth.); autre ex. sous cervelle 2o.

II. S. f. dans le nom de lieu l’Inverse V Salvan: a l’invrsa.

III. Adj. 1. Invar. dans: Lə ló [côté] vr, l’envers, en parlant d’une étoffe (Vd Leys.). Maẓə invè, maille à l’envers (V Champ.; var. Vd Orm., Sent., V Isér.). Pòr frè dè tsaoon raya, on fā na māə a drai è on·na māə invèr, pour faire des bas à côtes, on fait une maille à l’endroit et une maille à l’e. (Vd Orm.). 2. Noms de lieux. La Côte Enverse Vd Bottens (CN 1223): a la kout invsa, prés, champs, bois; à la Coutaz Inversaz Vd Rossenges: a la kta invsa, champs.

Dérivés: n. de l. l’Inverset (‑ĭttu) V Mart.: a l’invèrsè, prés, bois; Enversat J Saignelégier: léz anvacha, champs; à l’Inversi (‑ĕllu) Vd Villars‑le‑C.: a l’invèsi, prés, champs; les Inversins (‑īnu) Vd Gimel, es Enversins 1747: pè léz évèsin, bois.

Du lat. ĭnvĕrsus ou emprunt; FEW, IV, 790 b. Au sens I, 3o, notre mot est confiné à l’est du domaine gallo‑roman; cf. FEW, IV, 791 b; Duraffour, Gloss. no 3610; ALJA 127; Cerlogne, 184. — Cf. enverser, inv, les antonymes adri II, endroit II et le synon. revers. Li.

Pour citer cet article : ENVERS 2 (réd. Li.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VI, p. 535.

Marge de droite