Tome VI page 711
 

ESSART, èsr, ‑ḕr, é‑ Vd 10, 14 (ə‑), 19 (‑r‑ə), 3 Villette, 41, 50, 69, 6 Palézieux, Mézières, 71, 92, Br., Dum., V 43, 45, N 11, 21, 40, 51 (‑r), 52, B 13, ‑, ‑ Vd 51, 69 var., 70, 90, N 22, 31, ‑è, ‑ḕ Vd 36, V 12, 13, 21, 30, 47, 50, F 51, 54, ‑ē Vd 31, ‑é 64, N 42, èchèr, ‑ḕr, é‑ Vd 21, 24, V 83, 86, 88, 89, B 12, 22, ‑ér V 36, ‑è, ‑ḕ, rart ‑ 22, 31, 42, 47 var., 53, F 12, 14 (‑ei Co.), 17, 1 Bor., 21, 30, 41, N 30, ‑èi V 71, échéyə, ḗ‑ J 41, 54, 60 vx (et ‑chḗ), ‑éə 40, 45, 48, 6 Gué., ‑ia B 32, ‑iə J 43, 60, 6 Va., ésīè 6 Rocourt, ḗsyḕ 50, ésyé G 20, èsar V Ba.; inchei F 14 Co. var. Anc. essert Vd 1560, 1656‑XVIIIe s., V 50 1323, F 1583, 1679, N 6 1641, 1653, J 6 1344 (exe‑), ‑ers pl. V 74a 1558, N vers 1380, esser 5 vers 1340, J 6 1342, 1350, esselx pl. 1388, asserres N 1342, echert J 4 1544, exart 6 vers 1330; lat. essertum Vd 1328, 1344, V 4 1340, F 1288, 1328, 1426, exe‑ V 6 1270, 20 1298, 4 1309‑1544. Fr. essert Vd, Bas‑V et F‑B spor. Cf. n. de l. et de fam. — AFS, mat. ms.; Pier. 233, 698.

‖ S. m. 1o Essart, terrain qu’on a déboisé ou débroussaillé, épierré et débarrassé de tous débris végétaux, pour le mettre en culture (Vd‑J spor.; fr. rég. Vd, Bas‑V et F‑B spor., souvent en parlant des époques anc.; anc. SR). «Nos Petrus, Comes de Grueria ... concedimus ... decimam nostram essertorum des novalys» (F Gruy. 1288. MDR, XXII, 439). «Quod ... nullus faciat aliquem essert in nigris nemoribus neque in insulis» (V Cham. 1323. MDR, XXXI, 452). «Si qua alia prata, alie sierne [cf. cerne 2, 2o] vel esserta sunt infra dictos confines, illa debent esse ex nunc in antea pascua communia» (Vd Vevey 1328. MDR, XXII, 104). «Pour un esser en foco» (N Val. vers 1340. Rentier, 99, fo 5. AC). «Les essers et la chaux [cf. tsó] qui se font par ses hommes et abergeurs ez jouz, sont de son fied» (N V.‑de‑Tr. vers 1380. Matile, 1088). «Tout ce et auxi que yli dit Jehan Henry tient ... à Burnevisin ... tant en diesmes, en bois, en esselx et en toutes autres chouses» (J Aj. 1388. Trouillat, IV, 514). «Quod nullus hominum ipsius communitatis possit ... facere aliquos essers super bonis communibus ... sine licentia hominum et sindicorum» (V St‑Martin 1558. Heusler, Rechtsquellen, 344). «A certain essertioux qui ha prinx en tasche de fayre ung essert» (F 1583. Comptes Hauterive. AC). «Accusé d’avoir recueilli de l’avoine en un essert le jour de la foire de Romont» (Vd Domp. 1694. Consist. Bda 47/1, p. 287. AC). «Qu’il arriva après la dispute venant de son essert» (Vd Rances 1707. Consist. Bda 113/1, p. 386. AC). «Les graines ont esté si chétives et petites qu’en de pauvres lieux et esserts ... on n’a recueilli autant qu’on y avait semé» (Vd Vaul. 1719. Pier.). «Une partie du peuple demande des esserts; mais les conseils répondent: que les esserts ruinent les communs, parce qu’on fait des pierriers, parce qu’on brûle sans bumenter; ruinent les forêts pour fermer leurs enclos; que la récolte y est très chétive ...» (Vd Vall. 1765. Vallotton‑Aubert, Vallorbes, 126). «De l’esparcette ... qu’il a semée à son essert du Veyron» (Vd Dizy 1796. Pier.). Autres ex. anc. sous atuffit, bòts 1o, cerner 6o, esserteur 1o et dans Pier. Sə sé ésḕ sḕ pyé onkó pə grou! si seulement cet e. était encore plus grand! (V Véross.). Fḗr ou·n èchḕr, défricher (V Grim.). Frè dèz [des] ès, id. (Vd Sent.). «Il faut faire des esserts au périgée du mois d’août» (fr. rég. F Roche. AFS, mat. ms.). «On en tire [d’une marnière] un parti avantageux pour les esparcettes des esserts» (fr. rég. N: L. de Meuron, Descr. châtellenie du Landeron, 1828, 8). ‖ Spécialt. Terrain défriché pour la culture du blé (V Pains.). Terrain amendé ou défriché par brûlage (V Lourt.), destiné à la culture du blé ou du seigle (V Trient, Mart.). L an fi on·n èsè po yi vanyi dè bló, ils ont fait un e. pour y semer du blé (V Trient). Yə fó bórla li rnmè po femā l’èsè, il faut brûler les branchages pour engraisser l’e. (ib.). On·n échḕ dè bltè [cf. blyta 2o 2], une grande étendue de terrain où les touffes de fétuques ont été complètement brûlées (V Lourt.). ‖ Par métonymie. 1. Terrain en cours de défrichement (Vd Sent., Br.). 2. Terrain inculte, couvert de buissons ou de pierres, destiné à être défriché (Vd Villen., V Liddes, F Vill.‑s.‑M., Ch.‑St‑D.). ‖ «Terrain couvert de bruyère et de pins, que les Abbés de St‑Maurice donnaient [à cens] aux villageois pour qu’ils le défrichent» (V Maréc. vx). 3. Terrain en friche (Vd Fren., B Lamb.), utilisé comme pâturage pour le jeune bétail (Vd Oron). 2o Nom donné à des terrains issus d’anciens déboisements, affectés à divers usages; il est parfois difficile d’en préciser les caractéristiques actuelles, généralement liées à celles des terrains désignés par le toponyme (cf. ci‑dessous 5o). 1. Terrain déboisé utilisé comme pâturage (B Prêles, J Charm.; anc. F). «A admodié pour l’esté un morcel d’essert a gieste [pâturage bas] sis en la Jaux des Ponts» (F Sems. 1679. Mi.). Échèrtā [cf. essarter 3o 1] l’échèr, débroussailler et nettoyer le pâturage (B Prêles). 2. Prés ou champs éloignés du village, prés de montagne (F Joux, J Charm.). Sayiə ïn·n échiə, faucher un e. (J Charm.). No chin jó fènṑ éj èchè, nous sommes allés faner aux e. (F Joux). ‖ Terrain à forte pente, anciennement défriché (V Cham.). 3. Parcelle de terrain communal ou bourgeoisial (F Gr.‑de‑V.; fr. rég. Vd Bussy‑s.‑Moudon, F XIXe s.), donnée en jouissance aux pauvres (Vd Blon. vx, J Rocourt; Vd Vall. XVIIIe s.; fr. rég. Vd Blon. et Peney‑le‑Jorat vx, F Roche), aux bourgeois (F Vill.‑s.‑M.; Vd Vall. XVIIIe s.; fr. rég. F Gr., N Land. vx) ou louée à bas prix (fr. rég. Vd Mézières, Palézieux, F Roche, Ursy, Frib.). «Les usufruitiers des esserts ne pourront, pour les fermer, couper sans permission aucune plante dans les bois de bamp, sous peine d’amende» (Vd Vall. 1777. Vallotton‑Aubert, Vallorbes, 127; cf. ib. 122). Kan léz ésē l īran bin travalyi, prodizan pardi bal é bin, quand les e. (gagnés sur des pâturages communaux) étaient bien travaillés, ils produisaient vraiment beaucoup (Vd Blon.). La koumna dè Grndzè l a vandu lèz ésè dè Ldzè pò férə lə fon dè kra, la commune des Granges‑de‑Vesin a vendu les e. des Loges pour constituer sa part du fonds curial (F Gr.‑de‑V.). «Les pâturages publics [autour de Fribourg], qui depuis bientôt un demi‑siècle sont défrichés, partagés et utilisés en majeure partie pour des plantages qu’on appelle vulgairement esserts» (fr. rég. F XIXe s. Kuenlin, Dict. I, 280). «La commune d’Ursy mettra en location pour une période de 6 ans 25 esserts communaux» (fr. rég. F Ursy. F. offic. Frib. 20 sept. 1974). «La commune est propriétaire d’un domaine d’environ 35 poses ...; un fermier l’exploite. Elle possède aussi de nombreux esserts communaux, ainsi que 98 poses de forêts» (fr. rég. Vd Bussy‑s.‑Moudon. F. offic. Vaud, 29 oct. 1974). ‖ «Champs communaux ou de consortage» (V Hérém.). 4. Terrain cultivable, ni pré, ni forêt (Vd Pailly). 3o Portion de forêt récemment abattue et laissée en friche (F Ch.‑St‑D., N Cern.‑Péq., Sagne, Planch., Dombr.; fr. rég. N distr. Boudry, Mont., V.‑de‑Ruz); synon. essertée 2o. On vè rèmèdjīè daz npa òz èchḕ, on va cueillir des framboises dans les e. (N Cern.‑Péq.). «Noz ain dë ... passâ u travoué d’ann essé tot piain d’rosée, voué no noz ain picâ èz ërtliè», nous avons dû traverser un e. couvert de rosée, où nous nous sommes piqués aux orties (N Planch. Michelin, Dim. Planch. éd. Jj. 26). «Je grimpais ... au milieu des taillis, des esserts, des buissons de framboisiers» (fr. rég. N distr. Boudry. O. Huguenin, dans Pier.). 4o Action d’éclaircir une forêt en enlevant les épines et les arbrisseaux indésirables; débroussaillage et nettoyage d’un pâturage (B Lamb.); cf. essarter 3o 1‑2 et ci‑dessus 2o 1.

5o Noms de lieux (choix sur près d’un millier; aire: SR, surtout Vd, G‑F, B distr. Moutier, J). Les Esserts Vd Corb., es Esserts 1718: éiz əs, bois appartenant à l’État de Vaud, pâturage; en Plan d’Essert Vd Yvorne: in pṣan d’əsḕ, bâtiments, vignes, prés; les Esserts Vd Ormont‑Dessous (CN 1285), aux Essoy 1768: éz isèr, pâturage, bois; aux Esserugnis Vd Ch.‑d’Œx, in l’Esser Reynier 1325: ij échèrounyi, prés, bois; Essert‑à‑Noguet Vd Arz. (Sgf. 442): a l’échèr a nògè [n. de fam.], champs, bois; l’Essert Vd Chavannes‑des‑Bois (Sgf. 446): a l’ésyé, prés, bois; Esserts de Rive Vd Lieu (CN 1221): léz es də rva, hameau au bord du lac; le Plat des Esserts ib. (CN 1221): ó plyan déz èsḕ, bois, pâturage communal; eys Exert de Vuaul Vd Cossonay 1491, bois; au Grand Essert, au Petit Essert Vd Montricher (Sgf. 302): ao gran ésḕ, ao pəti ésḕ, prés, champs, bois; Esserts Vd Daillens (Sgf. 301): eïnz èsè, bois; au Domenjoz Vd Étagnières, Essers Domenjoz 1376: ao dòmndzo [n. de fam.], prés, champs; Esser de Vignier Vd Assens 1490; «totum novale quod dicitur Esser situm supra dictum nemus» Vd Dommartin 1317 Mi.; les Esserts Vd Fey (CN 1223): ḕz ésḕ, champs, bois; entre deux Esserts Vd Sottens: ntrè douz èsé, champs, bois; aux Esserts Nouveaux Vd Curtilles, es Essert Novex 1819: ḕz èsè nòvi, champs; en Montlessert Vd Montcherand: in monlèsḕ, champs; au Cul des Esserts Vd Molondin: ò tyu déz èsḕ, champs, bois; Essert‑Pittet, commune de Vd distr. Yverdon (CN 1203), «circa flumen quod dicitur Tela a parte ista fluminis euntibus ad villulam que dicitur Exertus» vers 1100 (MDR, III, 579), «in territorio de Esser» 1283 (MDR, XIV, 312): a èsḕ, a èsḕ pətè; Essert‑sous‑Champvent, commune de Vd distr. Yverdon (CN 1183): a èsḕ (dèzò tsanvin) (patois de Essert‑s.‑Champvent), a èsé (patois de Montagny); en l’Esser Vuarner Vd Granges‑p.‑Marnand XIIIe s. (MDR, 3e sér., III, 362); es Esserts Vd Avenches: eiz èsèr (et echḕr, ètsḕr), champs; l’Essert Vd Donatyre: a l’èchḕ (et ètsḕ), pré, champ; en l’Essert V Port‑Valais: a l’èsḕ, taillis; l’Essert V Coll. (CN 1284), es Esserts dès 1696: inz ésḕ, é granz ésḕ, e pətyouz ésḕ, forèts; Massillon V Monthey (CN 1304), l’Essert de Masillon 1876, en l’Excert 1698: in l’ésḕ, forêt de châtaigniers; les Esserts Neufs V Trient (CN 1324): iz èsèr nu, pâturages communaux; Grands Essais V Mart.: i granz ésḕ, buissons, forêts; Exertluissier ib. 1260; Lesseyres V Fully: a l’ésè, terrain inculte; les Esserts V Riddes (CN 1325), es Essier 1690, pâturage; Esserx Rion V Bagnes 1347, es Esserts Rionds 1725, prés, champs; les Esserts V Verbier (CN 1325), «pecia prati siti in Essertis de Verbye» 1333 (AASM, cote Ba. Pn 38), «loz Mayen deys Essers» 1389 (ib. Ba. C 6, 74 vo), «aux Esserts de Verbier» 1826 (Ac Bagnes, cote M 10/4, no 2), «sous les Eschers» 1843 (ib. M 12/9, no 70), Essiert 1880: iz éch(y)è, pâturage, prés; Prés Esserts V Cham. (CN 1305), Proz d’Essert 1850‑1904: in pró d’èsè, u pró d’ésè, pré, forêt; Grand Essert V Nax (CN 1306), Grand Techez 1880: in la zó doou grant échḕr, forêt; les Echères V Moll. (CN 1287): ij èchér, prés, pâturages; in l’èchèr d koukou V Chand., partie autrefois défrichée de la Forêt Derrière; Echerts V St‑Jean (CN 1307): ij èchḕr, prés en forêt; aux Esserts, aux Essards G Aire‑la‑V., aux Échaire 1760: éz ésye, prés; les Esserts G Avully: a l’ésyé, vignes; Bois de l’Essert G Chancy: a l’ésyé; aux Esserts G Soral: ḗz ésyḗi, bois; champ des Echards G Anières, es Esserts 1732; Tour Balexert G Vern., à la Tour de Bel‑Essert 1788: a la t d bal ḗchyḗi, la t də bal ḗsyé; aux Essards G Bellevue dès 1851, aux Esserts dès 1784, champ; Pré de l’Essert F Charm. (Sgf. 361), l’Essers 1285: ou pr dé l’échḕ; Gros Linsert, Petit Linsert F Lessoc, l’Insser 1688, au Petit Inssert 1742: lə grṓ‑l‑inchḕ, lə piti inchḕ, alpage, terrains improductifs; es Esserts ib.: īj échḕ, prés, bois; les Esserts d’Amont, les E. d’Avau F Enney (CN 1245): léj ech damon, ... davṓ, alpage, bois; Plan de l’Insert F Morlon: ou pyan de l’inchḕ, prés, champs; à la Cuvaz de l’Essert F Pont (Veveyse): a la kva [queue] de l’èchè, bois; l’Essert, Joux de l’E. F Sems. (CN 1244): a l’èsè, a la dzó d l’èsè, terrain improductif et bois; Essert Goumin F Ursy (CN 1224), en l’E. Gounin (Sgf. 356): in·n èchḕ gounin, champ; Essert, commune de F distr. Sarine (CN 1205; cf. Zi. II, 116), Essers 1228: a echḕ; Esserts F Corpataux: inz (ou éz) èchè, in sé dè tsnou; au Gros l’Essert F Grolley: ao gró‑l‑èchè, pré, champ; Pra les Bous F Montagny (CN 1184), Praz l’Hibou (Sgf. 327), en Esser Liebo 1320: on prā libou, pré, champ; Esserts au Georges F Praratoud (CN 1204): inz èsè dzrdzou, bois, champs; l’Essert Pernettaz F Villeneuve et Surpierre: a la sin pèrnta (patois de Villeneuve), in sè pèrnta (Surpierre); Bois des Esserts F Forel (CN 1184): èz ésḕ; au Petit Essert F Courtepin: òou piti‑l‑echḕ, champ; ou Chanou deis Essers F Courgevaux 1378 (Roth, Sprachgrenze Murtenbiet, 262); Ried b. Kerzers, commune de F distr. Morat (CN 1165), Esser 1318, Eyssers 1412 (Roth, op. cit. 103); Plan Essert N Boveresse (CN 1163): a pyā·n èsèr, bâtiments, prés; la Vy de l’Essert N Verr.: la vi d’èsèr, pâturage, chemin; «le preel dit des Esser» N Coffrane vers 1340; les Esserts N Land. (CN 1145): ez èsér (dou landron), champs; Echères B Gléresse, «ou lieudict Escher» 1354 (Weigold, Sprachgrenze, 104); Pâturage des Esserts B Plagne: u tchanpa [cf. champois] déz èchèr; Esserts Dessus, E. Dessous B Romont: ò l’èchḕ d(ə)chu, ... dədó, prés; Eschert, commune de B distr. Moutier (CN 1106), Escert 1179 (Trouillat, I, 371): échéè (patois d’Eschert), èchéa (Court); Derrière le Neu Essert B Eschert: dri l n échéè, prés; au Vieil Essert B Grandval (CN 1106): ā véy èchéə, forêts, pâturages, champs; le Gros Essert J Courchap.: [au] gró‑l‑échéyə, é [aux] gró échḗ, verger; les Nesserts J Courroux (CN 1086), Fin des Neuf Esserts 1769: chu lé néchéè, champs, forêt; Les Esserts, sur les E. J Soulce (CN 1106): éj èchyè, chu lej è., pâturage, forêt; Essert Jacques J Bassecourt (CN 1086): an l’échḗ djḕty, pâturage; Cote de l’Essert J Saulcy: an la kót [forêt] d l’échéè; Essert Delà J Bois: ésy dl, forêt; les Esserts J Noirmont (CN 1124): éz ésyḕ (patois du Noirmont), ḗz ḗchiə (Ocourt; cf. loc. sous char 1o), hameau; Essert, Haut d’E. J Enfers: é lsyè, ansoun lé lsyè, champs; Essertfallon J Épiq. (CN 1105), versus Esers Phaloni 1337 (cf. Revue intern. d’onomastique, 1959, 116): lḗz ḗsyèfaln (patois des Bois), échèfaloun, litt. aux E. (Épiq.); Essert Angelin J Charm.: éz èchandjlīe, éz èchandjlïn, champs, forêt; le Peu Essert J Asuel, Bellisert début XIXe s.: ā p [vilain]‑l‑échīè, prés; les Esserts J Courgenay (CN 1085), E. Dessus, E. Derrière, E. Dessous, E. du Milieu: éz échī dchu, drè, ddó, di matan, champs, pâturages, forêts; a l’Essir de Noiez J Fontenais 1339, 1345; Esserts Noblat J Vendlincourt (CN 1065): éz échi nóbya, forêt; Essert Basué J Courted. (CN 1085), E. Bazué XIXe s.: an l’éché Bāzu·é, forêt; Haut Essert J Bressaucourt, Hauts Essarts, aux Essarts 1280: éz echīè. Voir aussi Antoine I, 5o (Gl. I, 469 b).

6o Noms de fam. «Richard de l’Essers» (F 1411/12. Aeb. Chrestomathie frprov. 119); «Johaneta filia Jaquerii de Exerto» V Bagnes 1418 (AASM, cote Ba. C 11, 9), «Jaquerius de Lessert» 1454 (Ac Bagnes, cote L 3); de Lessert Vd Coss.; Delessert Vd distr. Lavaux, Peyres‑Possens: dèlèsè (patois de Sav.), dəlèsḕ (Oron).

Du bas‑lat. ex(s)artum «défrichement, lieu défriché»; FEW, III, 318; Thés. V/2, 1827. Dans le type essert, qui recouvre la SR d’une manière remarquablement compacte, et qui apparaît çà et là hors de nos frontières (notamment en Sav., Hte‑Sav. et en Fche‑Cté), la voyelle accentuée ne coïncide pas, comme on l’attendrait, avec celle de arbre, arche, mars, etc. Le passage à ‑è‑ de ‑a‑ accentué devant ‑r‑ + cons., qui se produit parfois (voir ex. dans Hafner, 83) en dehors des zones où cette évolution est normale (Jura), ne suffit pas à expliquer l’ensemble de nos formes: celles‑ci concordent plutôt avec des mots comme chair, gerbe (Tabl. 197), où la combinaison ‑ar‑ + cons. était précédée d’une cons. palat. L’idée d’un traitement parallèle pour notre mot reste sujette à caution, et on ne peut refuser toute vraisemblance à l’étymon *exertu, phonétiqt satisfaisant, postulé par Ke. (Genferdial. 140 n. 4), qui propose en outre une explication pour les formes de G en ‑sy‑. — En l’absence de tout exemple il est difficile de savoir si la définition donnée par notre corr. de B Lamb. «action d’éclaircir ...» (sous 4o) est à prendre à la lettre ou si elle veut rendre compte d’un emploi comme faire un essart «essarter» (sous 1o). — Cf. les suiv., la série essert‑, Malessert. Voi.

Pour citer cet article : ESSART (réd. Voi.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VI, p. 711.

Marge de droite