Tome VII page 225
 

fdzo, ‑ou, ‑(ə), fé‑, fë‑, fə‑ Vd, V 12, 17, 18, 20‑22, 2 Évionnaz, 35, 3 Riddes, 4, 50‑51, 60, 6 Molignon, 75 Besse, V Ba., F, N 1 passim (f‑ Bér. Urtel), 22, ‑djo, ‑(ə) Vd Br., N 10a var., 1 Colombier, 20, 21, 2 Haef., 3‑6, B 11, 12, ‑do, ‑(ə) Vd 16 var., V 36, 52‑55, ‑ẓo, ‑(ə) G 10, 17, 18, 20, 21, ‑zo, ‑ə V 61, 6 Salins, 7‑8. Anc. fege F 1400, 1409, N 1 1611, 4 1702; patois fédzo, ‑tzo Vd XVIIIe s. Fr. fège, ‑dze, ‑dge Vd et N Pier.Zi. I, IV, II, IV, III, V; Haef. Frib. 65, 73, Neuch. 70; Urtel, 21, 38, 45; Gill. mat. ms.; Pier. 243, 700; ALF 585.

‖ S. m. 1o Foie, viscère de l’homme et des animaux (Vd, V passim, G‑N, B Diesse, Prêles; anc. F, N; fr. rég. Vd et N Pier.). Maladi dé fdzo (F Grandv.; var. spor. Vd, G, F), maladi dao [du] fdzou (Vd Bière; var. spor. Vd, V, F), ma·adi  [au] fdzo (V Nend.; var. Vd Flendr., V spor.), [mal] fdzo (Vd Sav.), mó ó [au] fdzo (Vd Vulliens), maladie de foie. Chon raa hou kyə l an a ma·adi ou fdzo, ils sont rares ceux qui sont malades du f. (V Sav.). Ṣa maladi d fdzou mè mnè, du lə tin kə mə f a sufri, cette maladie de f. me mine, depuis le temps qu’elle me fait souffrir (F Gr.‑de‑V.). On vè bè k’èl a lo fdjo malto, èl è tò djno, on voit bien qu’il a le f. malade, il est tout jaune (N Noir.). Y’é lə fèdzə kə mə tsinknye [cf. chicaner 4o], le f. me fait mal (V Maréc. Müller, 37). Y a ataka [il a attaqué] lo fzo, il a le f. atteint (V Évol.). Hṑ kə chon atakṑ ó fdzou chon chyṑ trchtou, les malades du f. sont souvent tristes (F Joux). Il a lə fẓo blyan [blanc], il a une maladie du f. (G Vern.); cf. ci‑dessous 2o 2 comp. et 3o 4‑5. «Su tot moindro stau dzo ...; lo fèdzo mè goncllie, l’estoma l’è tota dètraquâïe», je suis patraque ces jours; j’ai le f. qui gonfle, l’estomac tout détraqué (Vd Sav. Cont. 1906, 26). ‖ T. de boucherie. «Que l’on osteit les mices [rates] deis chers que l’on pesera et les feges convenablement» (F 1400. Rec. dipl. V, 185). «Ledit M. avoit tué et mazellé ung bœuf; une sienne petite fille estant allée en la maison dudit M., ladite B. luy donna ung loupin de fege» (N Bôle 1611. Musée neuch. 1913, 284). On fdzo də vi [de veau] (Vd Étiv.). Oun mèrt dè fdo grëlya  è bon p è ma·do, une tranche de f. grillée est bonne pour les malades (V Isér.). On mdzè lə fèdə dza lə dzòr də la boutsèri, on mange le f. le jour même où on tue l’animal (Vd Orm.). «Hâche un peu de ce fèdge sus la chapieure [planche à hacher]» (fr. rég. N Pier.). On f déz atriyó aé lə fèẓ è la frèsra dé lr, on fait des crépinettes avec le f. et la fressure des porcs (G Bern.). On mé lə fdzo déi pē éi sòouss éiz rbè, on met le f. des porcs dans les saucisses dont la farce comprend des légumes (Vd Blon.). Sus u [au] fédj (N Lign.; var. Vd passim, F Prez‑v.‑S., Broye spor., Sugiez, N spor., B Prêles), sœussə dè fdzo (V Voll.; var. Vd Alpes spor., Chenit, V Champ.; anc. N), saucisse de deuxième qualité, fumée, dans la composition de laquelle entre le foie du porc tué. «J’ai mis tout l’aprés midy à hacher pour faire des andouilles et sausisses de fége» (N Ch.‑de‑F. 1702. Pier.). On mdzè lè sssè  fdzou dəvan lè bnè [bonnes], on mange les saucisses au f. avant celles de première qualité (F Gr.‑de‑V.). ‖ San [cf. sentir] fdzou, cela a la consistance du f. (F Rueyres‑les‑Prés). Loc. adj. Eïn [en] fdzou, aqueux, en parlant des pommes de terre (F Lully). Prov. et loc. fig. Nyon nə vu iṣrə majalèi pò lə fdzo, litt. personne ne veut être boucher pour le f., le boucher à domicile, payé en viande, ne se déplace pas pour un morceau de si faible valeur (F Gruy. Rom. VI, 81; var. Vd Lien vaud., F Gruy. spor.). De là: L è p majalḕ pò lə fdzo, il n’est pas boucher pour le f., il ne se contente pas d’une faible rétribution pour son travail (F Roche). Sé vòou p métrə martchan pò lə fdzo, il est regardant, litt. il ne veut pas se mettre marchand pour le f. (Vd Blon.). «Tè pèrâ valiant pas pî on fèdzo de budzon», tes poiriers ne valent rien, litt. même pas un f. de fourmi (Vd Sav. Cont. 1906, 8). Avaidr o fdzo in·n on·n no dë bou, tenter qch. d’impossible, litt. extraire le f. d’un âne de bois (V Lourt. Bjerrome); var. sous âne 4o. Composé. Fdzo n [noir], foie (Vd Vaug.); cf. ci‑dessous 2o 2. 2o Désigne d’autres parties internes du corps. 1. Vésicule biliaire (V Voll., Cham.). 2. Poumon (V Lourt. Perraudin, Arb., N Cern.‑Péq.). Composé. Fdzo blyan [blanc], poumon (Vd Vaug.); cf. ci‑dessus 1o fin. 3. Laitance du hareng (F Gr.‑de‑V.): mou bin lə fdzou kə lèy a dan lè prə dé‑z‑rin, j’aime bien la laitance qu’il y a dans les harengs mâles. 3o Fig. Siège de phénomènes affectifs, dans des loc. 1. Dureté, égoïsme. Ly a mé dè fdzo tyè dè kā, c’est un égoïste, litt. il a plus de f. que de cœur (F Crés.; var. Vd Oron, F Gru.); cf. ci‑dessous 4. L a dou fèdzə è rin dè tyœr, litt. il a deux f. et pas de cœur (Vd Orm., var. G Herm.). T’ ran tyè d fdzou, litt. tu n’as que du f. (F Rueyres‑les‑Prés, var. Grandv.). Sil mou n’a ran dè ka, l è tòt in fdzou, litt. cet homme n’a pas de cœur, il est tout en f. (F Gr.‑de‑V., var. Grandv.); autres ex. sous cœur 6o 2. 2. Colère, agacement, hostilité. Lə fédzə gonḥə kan on·n avi di rèzon parèrə! le f. gonfle quand on entend des discours pareils! (V Véross.). L’Istè, a ki ḥa krapenisə bourlvè lo fdzo ..., Esther, que cette avarice faisait enrager ... (Vd Rovr.; cf. Cont. 1901, 9). «Y faudrait la purdgie tu lès djeû ..., pochâ qu’à [en] tant breillant son fedge porait setschî», il faudrait la purger tous les jours, parce qu’à tant crier son f. pourrait sécher (N Locle. Bibl. 847). I nò kè [cuit] l fẓo, il nous agace (G Dard.). É mə rœuẓ [ronge] lə fèẓ, il me harcèle (G Bern.). Kan lə vyou, mə snbyè kə vyou mon fdzou, je le déteste, litt. quand je le vois, il me semble que je vois mon f. (F Gr.‑de‑V.). Tou mè fā vré mon fdzo, tu m’importunes, litt. tu me fais voir mon f. (Vd Étiv., var. Ross.). ‖ Sə mẓi [manger] l fẓo, ne pas s’accorder, être toujours en dispute (G Herm.). 3. Inquiétude, tristesse. Mè fé mā óou fzo dè vrè ro l è malèrgja, cela me désole de voir combien elle est malheureuse (V Évol. Chvr.). Avéi [avoir] óou fzo, se désoler (ib.). Sə kontin·è, ... nə v rin bayi k’on galabontin è on mədzā, kə v bourlā lo fdzo a son pḗrə è lo mənā  kr [cf. creux 2, 3o loc.] chagrin, s’il continue, il va devenir un dépensier et un dissipateur qui va brûler le f. de son père et le faire mourir de chagrin (Vd Rovr.; cf. Mess. boiteux, 1909, 60). «Faut ... pas pliorâ d’on répé à n’on’autro. Te vao tè bourlâ lou fédzo», il ne faut pas pleurer d’un repas à l’autre. Tu vas te brûler le f. (ib. Cont. 1902, 14). kirè [cf. cuire 6o 2] lə fdzo, se faire du mauvais sang (Vd Leys.). Chè ròjyè [ronger] lò fzo, id. (V Évol. Chvr.). «L’eimpacheince lao fa goncllia lo fédzo», l’impatience leur fait gonfler le f. (Vd Cont. 1904, 27). 4. Courage / peur. Avā də fdze, avoir du courage (Vd Ollon). L a mé dè fdzo kè dè tyœ, c’est un poltron, litt. il a plus de f. que de cœur (Vd Penth.); cf. ci‑dessus 1. A tu dao fdzo? question ironique à un poltron (ib.). «Cein l’ètâi dâi coo, allâ pî! et que n’avant pas lo fédzo bllian, que n’avant min de pouâre que la pouâre d’avâi sâi», c’était des gaillards, vous pouvez me croire! et qui n’avaient pas le f. blanc, qui n’avaient peur de rien, sinon d’avoir soif (Vd Sav. Cordey, Por la Veillâ, 10); cf. ci‑dessus 2o 2 comp., ci‑dessous 5. 5. Lubricité. Ava lou fdze bẓan, être porté sur les femmes, litt. avoir les f. blancs (Vd Ollon); cf. ci‑dessus 2o 2 comp., 3o 4. 6. Prov. de sens inconnu: I kyrt dët pā dè mó du fdo, litt. le cœur ne dit pas de mal du f. (V Isér.).

4o Composés bot. 1. Fdzo doou fin [du foin], brize tremblante, Briza media L. (V Évol. Besse). 2. Bòkyèt [fleur] du fdo, anémone hépatique, Hepatica triloba Gilib. (V Isér. D. Favre, var. ib. et Riddes Besse). 3. Folə [feuille] dœ fdzo, même sens (V Bagnes Besse, var. Salins id.). 4. rba ou [herbe au] fdzou (F Rom., var. Vd et F spor.), rba dou [du] fdzo (V Nend., var. V Est spor.; Vd Aigle 1764), même sens.

D’un bas‑lat. *fēticu, tératoïde de ficatu; FEW, III, 491 a; Duraffour, Gloss. no 3769; Congr. int. ALE, Aoste 1991, 71 ss. Le sens «poumon» ainsi que les comp. cités sous 1o et 2o se retrouvent spor. dans les dial. fr. avec le type foie (Zauner, Körperteile, 156, 170; Duraffour, loc. cit.). Pour les loc. 3o 2‑4, cf. les parallèles fr. se manger, se ronger le(s) foie(s), avoir les foies (blancs) (TLF); pour 3o 5, cf. fr. il a le foie trop chaud «se dit d’un homme qui a été marié plus de deux fois» (Larousse XXe s.; cf. aussi FEW, III, 490 b). — Cf. les précéd., brûle‑ comp. 5, mange‑, rodzə‑ et les synon. dur II, 5o, fiel, grat. Li.

Pour citer cet article : fdzo (réd. Li.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VII, p. 225.

Marge de droite