Tome VII page 461
 

1. FIN, fin, ‑inṅ, ‑n, ‑eïn, ‑aïn Vd 1 et 3‑9 passim, Br., Dum., Cont., V 1‑5 passim, 60 corr., 7 spor. var., Ba., G‑F passim, N 10a, 12‑13, 20, 22, 2 Fleur., 31, 32, 41, 42, B 13, 2‑3 passim, fën V 51, 60, 62, fun Vd 2, fïn, ‑ìn V 61 et 7‑8 passim (et ‑ṅ, ‑iṅ, ‑ìṅ), N 30, B 34, J, fè, ‑ḕ, ‑ V 21 var., N 21, 2 Hæf., 31 var., 3‑4 Hæf., 51, 5 Hæf., 60, 62, 6 Hæf., B 10, 12, fai N 1 Vign. et 61 Hæf., fāè, ‑āə 61 corr., Pat. neuch., fei 1 Rochefort; en proclise G 17 var. Anc. fyn Vd 3 1539, fim N 5 1340; patois fin Vd 33 vers 1520, Vd XVIIe s. Bibl. 374, XVIIIe s. Craizu, G 1696 Compesières, XVIIIe s. Rocati, F 1 XVIIIe s. Python, J 4 XVIIIe s. Paniers; — masc. (cf. hist.) fin Vd 9 Payerne Br. (sens III, 1o), Cont. (sens I, 1o 3 b). Anc. patois fin G XVIIIe s. Rocati (sens I, 2o). Cf. n. de l. — Tabl. Suppl. 22; Hæf. Frib. 21, 173, Neuch. 21‑25; Pier. 251; ALF 650; ALFC 171 lég., Compl. XXIII.

‖ S. f. (et m., cf. var. phon.). I. Terme dans le temps ou l’espace.

1o Moment terminal, limite (SR; anc.). 1. En parlant d’une période. «Pé a fin du dzo», vers la f. du jour (V Conth. Alm. du Valais, 1940, 111). Fin də la zòrnva [journée de travail] (V Mase). Èr a parti a la faïn də la sənn·na, il est parti à la f. de la semaine (Vd Orm. Ja.). «En l’a[n] mille si sa[n] nonante sin | u may d’otobrou et quasi su la fin», en 1695, au mois d’octobre, presque à la f. (G 1696. Mussard, Compesières, str. 2). L irè vé l’an ktrè vin yon, vé la fin di mèi dè sèptanbr, c’était aux environs de l’année 1881, vers la f. du mois de septembre (V Vétroz). Dicton. Avan la fé d’avri, i n fó p pòz on fi [poser un fil], avant la f. d’avril, il ne faut pas se dévêtir (G Bern.). L rè vèr la fin də tsótin [été] (V Salvan. Lautbibl. 54, 9). Ẓ’é tó louz uti kə son nèsèsḗr, də srta kə ẓə n’é kzi ran a payi a la fin d l’an·nṑy, j’ai tous les outils nécessaires, si bien que je n’ai presque pas de notes à payer à la f. de l’an (G Jussy). Salutation de nouvel an à l’adresse d’une jeune fille: Bondza dè bou·n an! on galé martchyan a la fin dè l’an, litt. bonjour de bon an! un joli bon ami à la f. de l’an (F Roche. La Liberté, 18 janv. 1958). D’ātrə kou pèjvon trè kou pò la chèjon,  kouminchəmin,  mètin e a la fin, autrefois on pesait le lait trois fois par saison d’alpage, au commencement, au milieu et à la f. (V Maréc. Müller, 216). Li dzò son sin feïn kan on s’in·nyè, les jours sont sans f. quand on s’ennuie (V Praz‑de‑F.). Prov. Èily a pā dè tan bé dzòr kyè l san pā òna feïnṅ, il n’y a pas de si beaux jours qu’ils n’aient une f. (V Isér.). ‖ La fin du baly [bail], l’échéance (V Mart.). 2. En parlant d’une action, d’un phénomène, etc. I sḗ ò la faïn d ma bézòny, je suis à la f. de mon travail (B Plagne). Arozā la feïn di travó, fêter la f. d’une construction (V Ardon. Delaloye, 27). «La fing dou cour arruvavè èentre tenn, mà en lachenn en classè oun crôè flâ dè la guerrà», la f. du cours arrivait entre‑temps, mais en laissant en classe un mauvais relent de guerre (V Chal. Alm. du Valais, 1945, 83). «D’outon pacha, fran a la fën di j‑ènindzè, partîè ba pè lè ëgnyè avouéi o tsën», l’automne passé, juste à la f. des vendanges, il (un chasseur) descendait jusqu’aux vignes avec son chien (V Grimis. Ib. 1955, 119). O tin pchë pru to. O gran kondjya è li, pèi a gran kcha, é è djya a fèïn, le temps passe assez vite (à l’école de recrues). Le grand congé est là, puis la grande course, et c’est déjà la f. (V Conth. Ber. I, 92). «Lay sauta et densa sliau qu’etion a sa potta | et lé mollavé bin a la fin de la notta», il y fit danser celles qui lui plaisaient, et il les embrassait bien à la f. de la danse (Vd XVIIIe s. Craizu. Bull. Gl. V, 28‑29). È yè chyout [suit] tank a la fïn, et elle continue (à chanter) jusqu’à la fin de la chanson, indication scénique (V Rand.). Loc. Sònā a feïn du kru [creux], sonner une cloche pour indiquer que le fossoyeur a fini de creuser la tombe (V Châble); cf. ci‑dessous 5o fin. ‖ ḗtr an lè fïn d sè viə [sa vie], être mourant (J Charm.); cf. ci‑dessous I, 5o. ḗtr an lè fïn d sé djo [jours], id. (ib.). Eitr a fin d v·a, id. (N Noir., var. B Plagne). ḗtr ò la faïn final [cf. final 2o], id. (B Plagne). A fin də mṑ [mort], même sens (V Vouv.). Dans une prière: Bon Dyu bay ... a ti dou la pé, la santé, ... bna fòrtna è lə paradi a la fin, que le Bon Dieu donne à tous deux la paix, la santé, bonne fortune et le paradis à la f. (V Collonges). Dans une liste de souhaits, l an pa chondjya dé dré: ó paradi ā fën, elles n’ont pas pensé à dire: le paradis à la f. (V Sav. Z. f. rom. Phil. XLVI, 646). ‖ Prov. Stu k dyin·ny an·n èkmansin piə an lè fïn | s’āt ékri dō lè kouə di lapïn, celui qui gagne au début du jeu perd à la f., c’est écrit sous la queue du lapin (J Aj. Va. 107). 3. Loc. adv. a) À la fin (+ expansion) et var., à la fin, finalement, en définitive (SR; anc.). An lè fïn dé fïn [des fins], id. (J Charm., var. passim). An lè fïn dé fïn [cf. fin 2, I, 2o 1] tot fïn [toute fin], id. (J Vicques). A la fin finla [finale], id. (Vd Leys., var. passim [cf. final 2o]). A la fin fənḕtə [finie], id. (F Vill.‑s.‑M.). A la fin dó k·nto [du compte], id. (V Haud., var. spor.). In fin dé kntou, id. (Vd Oron). [par] a fèïn, id. (V Conth. Ber.). [pour] a fën, id. (V Nend.). «Adon, no véci a la fin dè fin arvâ u gran djë», nous voici donc finalt arrivé au grand jour (N Planch. Michelin, Dim. Planch. éd. Jj. 21). A la fin dei fin nò vaikə arəvā, nous voilà enfin arrivés (Vd Dum.). A la fun, nun·n avai tan chon chou kə pjé cha lta chu on tron, à la f., il en avait tellt assez qu’il pose sa hotte sur un tronc (Vd Étiv. Dial. suisses, 1, 11). «A la fin lo galan apré to cé fraca | se recoué et tzi lli s’ein alla sonica», litt. à la f. le galant, après tout ce fracas, se retire et s’en alla dormir chez lui (Vd XVIIIe s. Craizu. Bull. Gl. V, 36). «Quan lou z’anfan de Di on preu pati | e leu z’anvoye’ à la fin du ruti», quand les enfants de Dieu ont assez souffert, il leur envoie du rôti à la f. (G 1696. Mussard, Compesières, str. 129). Pindin ché tin è mòchynté ékafron, brdon, ch’atson. Pé a fèïn, ë ch’aprṣon, pendant ce temps les vaches lutteuses grattent le sol, meuglent, se regardent. À la f., elles se rapprochent (V Conth. Ber. II, 36). Pòrè, ò [en] la fin, la tèit d l’òr tò pyan s lèchiə alā, pourtant, à la f., la tête de l’ours se laissa aller tout doucement (B Orvin. S. jur. Ém. 1952, 230). N’è pā zəlā sòlè, mā tò parḕ, a la fin, n’in zu lo dèchu, ça n’a pas été tout seul, mais quand même, finalt, nous avons eu le dessus, aux élections (Vd Rovr.; cf. Cont. 1905, 47). «Lo vôlet resta au moulin, fut adi bin au pan de sè maîtres, et à la fin démanda la fellie», le domestique resta au moulin, fut toujours bien au service de ses maîtres, et à la f. demanda leur fille en mariage (Vd Jor. Favrat, Mél. 195). Pò a fën a mouja k’a·i pa gró ajā d’achye a·ā dərën ò ji·an, finalt il a pensé qu’il n’y avait pas grand risque à laisser le géant entrer (V Nend.). A la fin dé fin, lə métrə nò manda drəmi, à la f. le maître nous envoya nous coucher (G Troin.). A la fìnṅ i an rèsta dè mètr batalyè lò ply fòr mo d’Ayèṅ avé lò ply fòr dè Léïn, à la f. elles (les communes) décidèrent de faire lutter l’homme le plus fort d’Ayent avec le plus fort de Lens (V Lens. Lautbibl. 69, 5). A la fin finla l’ron tòr, finalt ils eurent tort (Vd Penth.). A la fin finla l a bin falyu s’arindzi, pour finir il a bien fallu s’arranger (Vd Oron). In fin dé kntou tò sé tròva jstou, en f. de compte tout se trouva juste (ib.). ‖ Marque l’impatience, l’irritation. A la fin d kntou, vnyou rè sou dè sè kómèrsə [cf. commerce 2o 4‑5]! à la f., j’en ai assez de ces histoires! (F Gr.‑de‑V.). A la fè tə vindré onko nəz èbétā! litt. à la f. tu viendras encore nous embêter! (V Véross.). È lè fïn da fïn tu m’òbta, nə ròkmòs pā! pour finir tu m’embêtes, ne recommence pas! (N Cern.‑Péq.). A la fin du kntyo vœu to répndrè! l èt ə vei, l èt ə na? à la f. vas‑tu répondre! est‑ce oui, est‑ce non? (V Trient). An lè fïn dé fïn, i vorō bïn sèvè so k tə vœ fèr! à la f. des f. je voudrais bien savoir ce que tu veux faire! (J Pleigne). An lè fïn final, kom l’antan tə? pour finir, comment l’entends‑tu? (J Mett.). An feïnṅ du kn·nto, si mḗtrə u kyè [je suis maître ou quoi]! à la f. c’est moi qui décide ou non! (V Isér.). Placé en fin de phrase. T a kə [cf. être 1, III, C, 2, 1o 3] tə mə lòsəré trankil, a la fin! vas‑tu me laisser tranquille à la f.! (G Aire‑la‑V.). Mè vyèṅ ari [cf. arrière 1, I, 5o] tra rzì, a la fïn dou knto! je suis trop furieux, pour finir! (V Rand.). Ma, də mè chèïnṅ kə tou vous a la fiṅ! mais dis‑moi ce que tu veux à la f.! (V Haud.). T’eḣpè pa chou l’arzin k lë tè pourtə! — Mrda pò tou·n arzin, a la fïn dou knto! tu ne craches pas sur l’argent qu’elle t’apporte! — Merde pour ton argent, à la f. du compte! (V St‑Martin). b) Ao [au] fin, en fait, en réalité (Vd Cont.): «Vaitsé bin la nâi! — Po stu iadzo l’ein est. Ao fin ne sein dein la saison, no vouaiquie lo 8 dè décembre», voilà la neige! — Cette fois c’en est! litt. En fait nous sommes dans la saison, nous voici le 8 déc. (1878, 51). «Et coumein fédè‑vo? — Ao fin c’est on secret; mâ lo vo deri tot parâi», et comment faites‑vous? — En fait, c’est un secret, mais je vous le dirai quand même (1891, 23). 2o Bout, extrémité, limite d’une chose qu’on parcourt (SR spor.). La fin du pra [pré] (N Brév.). I feïnṅ du tsan [champ], dā rayə [sillon], du bi [canal d’irrigation] (V Isér.). «Dinsse magra et le meure et le blondou | mon non corra [courra] quanc’ u [au] fin du mondou», ainsi, malgré les noirs et les blonds, mon nom sera connu jusqu’au bout du monde (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 19). Loc. On kru pròvon sin [sans] feïn, un creux si profond qu’on n’en voit pas le fond (V Praz‑de‑F.). Yəl a ni fin ni fchè [cf. face I, 5o 2], il n’est pas pratique, d’un objet (V Maréc.).

3o Partie terminale (SR; anc.). 1. En parlant d’une période. Tə nò chə a la fin dou tsótin, nous voici à la f. de l’été (F Roche). An duj élḕchyon èj éspri ch’étsdon djya di [dès] a feïn du tsótin, l’année des élections, les esprits s’échauffent déjà à la f. de l’été (V Conth. Ber. I, 66). Y étè ẓa tr, é fasè frḕ, kan bin y étè la fin də mé, c’était déjà tard, il faisait froid, bien qu’on fût à la f. de mai (G Troin.). Tchakon sā l p tin k’il a fa a la fḕ d djanvī, chacun sait le mauvais temps qu’il a fait à la f. de janvier (N Brév.). Elliptiqt. È·n Bā·ou, dèsiza  è tódò·onṅ an feïnṅ , à Ballavaux (nom d’alpage), la désalpe a toujours lieu dans les derniers jours d’août (V Isér.). Tò lèj an, a la fïn jïn, lì Zyan rè lì proumyèr in Pèpinèt [l.‑d.], tous les ans, à la f. juin, Jean était le premier en P. (V Rand. Alm. du Valais, 1957, 148). 2. En parlant d’une action, d’un phénomène, etc. Də srta kə lo ra ou lə dou bé dao diskour, lo kòminsəmin è la fin, si bien que le roi eut les deux bouts du discours, le début et la f. (N Montal.). «A la feî d’la veilla, la mère préparâve on pouécenion por totè çtè vzitè», à la f. de la veillée, la mère préparait une collation pour toutes ces visites (N Rochefort. Pat. neuch. 350). mar·nda tòt charè frounék, nò nò tròvèrèṅ tét è·n Kòpaté [l.‑d.] pò la finṅ, pour le repas de quatre heures tout sera fini, nous nous retrouverons tous à C. pour finir la journée (V St‑Luc. Cah. folkl. XXIX, 20). Loc. Vardā d’intyḕ [cf. entier II, 2o] p a la [pour à la] feïn, garder une partie du pâturage non broutée pour la f. de l’estivage (V Lourt.). ‖ Fér on·na bla [belle], on·na pətta [petite] fin, bien, mal finir sa vie (Vd Blon.); cf. ci‑dessous 5o. L a fḗ on·na mla fin, il a fini misérablt (Vd Month.). Prndrè [prendre] mla fin, même sens (V Maréc.). «On de Noroi ... | fet mala fin dian on fon de croton», un homme appelé de Noroy finit au fond d’un cachot (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 38). On nə sā pā la fin k’è fara, on ne sait pas comment il finira (Vd Orm.). Fré [faire] on·na fin, se marier (Vd Month.). Faron la fin kə pouron, ils (les légumes) feront la f. qu’ils pourront, se dit des choses qui peuvent souffrir par manque de soin (Vd Blon.). Lə pèr a fé bna fin, le porc a bien prospéré, il a engraissé (G Cert.). «D’avai volu ecouta son seblet | e firon to la fin dé peré blet», litt. d’avoir voulu écouter son sifflet, ils firent tous la f. des poires blettes (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 31). «Par De, not farin taula fin | que not sarin treczot trubla», litt. par Dieu, nous ferons telle f. que nous serons tout troublés, sens? (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. XV, 518). Dicton. Lə sòrèy kə banity [cf. bòrnikl 2o] lə mètïn | nə vré djəmḕ è bin·n fïn, le soleil qui barguigne le matin n’arrivera jamais à bonne f. (J Épauv. Bull. Gl. IV, 56). Prov. Prét kə dins, djrin·n kə tchint, fan·n kə djaz lètïn min·nan è krouəy fïn, litt. prêtre qui danse, poule qui chante et femme qui parle latin mènent à mauvaise f. (J Aj. Va. 47, var. V Champ.). Tyu pran to lé tchəmïn | èriv è krōy fïn, qui prend tous les chemins arrive à mauvaise f., avec jeu de mots sur le sens III, 2o? (J Courrend. A. tr. p. XII, 267).

4o Arrêt définitif, cessation d’existence, disparition (SR; anc.). Prandr fïn, prendre f. (J Aj. Va., var. spor.). Tta tsanson kyə prèïn cha fïn | mèrèt a bīr oun vro də vïn, litt. toute chanson qui prend sa f. mérite à boire un verre de vin (V Lens. Bull. Gl. III, 29). Lə trèzṑr tòtchāe ò sa faïn, le trésor touchait à sa f. (B Vauff.). «La guerr u de la suitta | quanqu’a l’atre an, que pet y mettre fin | on fu traitta la pay à San Zellien», la guerre dura jusqu’à l’année suivante, où, pour y mettre f., on alla signer la paix à St‑Julien (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 33). An n’an vè [voit] p lè fïn, c’est très long (J Charm.). Sla bna tila də méndzo, kə duravə na dəmi étèrnita, k’on n’in pa pa vairə la fin, cette bonne toile de ménage, qui durait une demi‑éternité, dont on ne pouvait pas voir la f. (N Montal.). L a pacha ba dé mndó kyè l a·é pa dé fën [qu’il n’y avait pas de f.], il est descendu des gens sans arrêt (V Sav.). Da mon djvœ·n tin i fazè bé vivr, on n vèyè pā vni la fin kma anondrè, dans mon jeune temps il faisait bon vivre, on ne voyait pas venir la f. comme à présent (N Ch.‑de‑F. Bull. Gl. VI, 61). ‖ I fën di fvé, la f. des fées, titre d’un conte (V Sav. Z. f. rom. Phil. XLVI, 650). «Victoire é catolicou | veiqua la fin de to lou z’éréticou», victoire aux catholiques! voici la f. de tous les hérétiques (G 1696. Mussard, Compesières, str. 94). Lə bon Jyou li a di kə kan frə torna a la fïn dou moundo ye rə pa tro·a gran fa, le bon Dieu lui a dit que quand il reviendrait à la f. du monde, il ne trouverait pas bcp de foi (V Hérém. Lav. 329). Dəzḕ kə ... lo papə l rè la grcha bītə kə səndzè la fin d mndo, elle disait que le pape était la grosse bête qui annonce la f. du monde (Vd Rovr.; cf. Cont. 1915, 19). Vaiké l’vra, la pydzə, la grla ləz in·noudz è lo tənro, k’on·n érai kru a la fin dao mndo, voilà le vent, la pluie, la grêle, les éclairs et le tonnerre, on se serait cru à la f. du monde (N Montal.). Tou, k’an t’aréi frounit dè vèkachyè pèr nkì, charè proou lì fïn dou mndo! toi, quand tu auras fini de pleurnicher par ici, ce sera bien la f. du monde! (V Rand.). Loc. S’è la fin finla stu ydzo, cette fois c’est bien fini (Vd Penth.). Sè·n  è zu i feïnṅ finalə dè tò, ce fut la f. de tout (V Isér.). ‖ S fin s ssè, sans f. ni cesse, constamment (Vd Leys., var. Vd spor.). aoz infan san sin fin san sèsə u bəfè, ces enfants ne quittent pas le garde‑manger (Vd Orm.). N’a né fin né sisa, il n’a ni trêve ni repos (Vd Blon.). Sòli n’a nə faïn nə rḗt [cf. arrête 1, 1o], cela n’arrête pas (B Plagne). L an nè pé [paix] nè fin, ils se chamaillent sans cesse (F Roche). Avec jeu de mots sur le sens I, 2o: L an nè fin nè rva [rive], id. (ib.). Fé ni fin ni édə [il ne fait ni f. ni aide] pè ḥla tyœts, il est à bout de forces dans son lit (V Maréc. Müller, 70). Prov. et dictons. È·n tòt fó óna feïnṅ, en tout il faut une f. (V Isér.). L an tót ḗ tsóoujə na fën, toutes les choses ont une f. (V Sav. Z. f. rom. Phil. XLVI, 24). Ttè tsjè l an lr fìn, toute chose a sa f. (V Arb.). Laiy a ouna fin a tò, il y a une f. à tout (Vd Dum., var. spor.). Tò prè f, tout prend f. (N Sav.). Tò prin fin kə la parla də Dyu, tout prend f. sauf la parole de Dieu (G Dur.). Tò prin cha [sa] fin tntyè ou pou tin, ... même le mauvais temps (F Gru.). Tò prin fin tchyè lə tsrpin, kə prin fū, ... sauf l’amadou qui prend feu (F Roche, var. F spor.). To pran fïn sāf lé fan·n é lé kouə d bèsïn [cf. bassin 1o 1], ... sauf les femmes et les manches des louches (J Aj. Va., var. Dev.). Autres prov. comiques sous cuisinage 1o, femme 2o 1 fin. Prin tòt la mma fìṅ, «tout s’en va par le même chemin» (V Haud.). ‖ An Sinṅ Krëpeïnṅ è mótsə vyon a feïnṅ, litt. à la St‑Crépin (25 oct.) les mouches voient la f. (V Isér.). ‖ I fën dou mndó l è ti è dzò, litt. la f. du monde est tous les jours (V Sav. Luyet, Dictons, no 217). I fën dou mndo vëndrè kan è tsarè páchèran chën tsa ina a son di mountnyè, la f. du monde viendra quand les chars passeront sans cheval au sommet des montagnes (ib. no 218). Kan vëndrè i fën dou mndó, è bon tsi·èran ti a nbra d’ou·n bró, quand viendra la f. du monde, les bons tiendront tous à l’intérieur de l’ombre portée d’un arbre (ib. no 220). Croyance sous Fête‑Dieu fin. 5o Mort, cessation de la vie, en parlant d’un être humain, surtout dans des loc. (SR; anc.); cf. ci‑dessus 1o 2 fin. Fin dai [des] fin, id. (Vd Cont.). «E fu manda de se randr a Turin | ... et y trova sa fin», on lui ordonna de se rendre à Turin, et il y mourut (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 35). Le pasteur lui disait kə sarḕ lo mòmin pòr li dè sondzi a sa fin, que ce serait le moment pour lui de penser à sa mort (Vd Rovr.; cf. Cont. 1915, 20). Sti ydzou l é la fin! cette fois c’est la f.! (Vd Month.). «Onna fenna, gaillâ malada, cheintâi que la fin dâi fins étâi quie», une femme, bien malade, sentait que la mort était là (Vd Cont. 1878, 27). Tndrè [tendre] a cha fun (Vd Ross.). ṣrè pri [près] də cha fun (ib.). Iṣrə chu [sur] cha fin (F Gru., var. spor.). Lə malaṑd è su sa fin, a nə kònya pṑ mé nyon, le malade est à l’agonie, il ne reconnaît plus personne (G Aire‑la‑V.). trè a la fin, même sens (V Maréc.; var. V spor., F Roche). Lou·i l è a sa fin (V Trient). Na trista [triste] fin (V Champ.). Na dzrdza [affreuse] fin (ib.). «Ha Due, què fin funeste!», ah Dieu, quelle f. funeste, en parlant d’une femme torturée en enfer (J Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. X, 78). Fér on·na pətta fin, mourir dans de mauvaises conditions (Vd Blon.); cf. ci‑dessus 3o 2. A fi na pra [pauvre] feïn, ë s’ë dërtcha, il a eu une triste mort, il a déroché (V Châble). Kmè  èitāvə dè pèr sè, nyounṅ s’è fé dè pòrsinṅ d’o brétchë è dè savèi kyna feïnṅ  avèi fé, comme il vivait seul, personne ne s’est soucié de le chercher et de savoir comment il était mort, d’un disparu en montagne (V Isér.). Imprécation: Mla fiṅ fach [fasses]! (V Grim., var. Pins.). Fré on·na bna fin, mourir en bon chrétien (Vd Month.). Prov. Nyounṅ pu kónyitrə ā feïnṅ kyè nó sarè balyayə, litt. personne ne peut savoir la f. qui nous sera donnée (V Isér.). Tla vyè, tla fin, telle vie, telle f. (Vd Blon., var. Vd et V spor.). Mèijə [mauvaise] vya, mèijə fën (V Sav.). Krouyə viy é krouyə fin, jamé nə pèrdnə rin, mauvaise vie et mauvaise f., rien n’est jamais pardonné (Vd Blon.; trad. à corriger dans Barras, Prov. no 1855). ‖ Chòna la fin, sonner le glas, faire retentir une ou plusieurs cloches pour annoncer la mort de qqn (V Miège, var. V passim); cf. mort s. f. encycl. et Bull. Gl. XIII, 78. À V Miège, se dit aussi pour la mise en branle, quatre fois par année, de toutes les cloches en souvenir des trépassés. Chòna ouna fìṅ, id. (V Haud., var. V spor.). À V Évol. (Chvr.) se dit quand on ignore l’identité du mort; dans le cas contraire, on utilise l’art. déf. Kan karkon mœ, on chn·nè agòniə, o lindèman a fèïn, pèi intèrèmin, litt. quand qqn meurt, on sonne l’agonie, le lendemain la f., puis l’enterrement (V Conth. Ber. I, 57). Por kó snon la fin? pour qui sonne‑t‑on le glas? (V Trient). Kó l è mō? snon na fin, qui est mort? on sonne le glas (ib.). Kan oun·n avësèi sònā óna feïnṅ, beïnṅ èz agóniyə, an prèyèvə kkyè Patrë et kākyèz Avé pò chë kyë  ron mṑr beïnṅ kyë mórvon, litt. quand on entendait sonner le glas ou bien les agonies, on priait qques Pater et qques Ave pour ceux qui étaient morts ou qui mourraient (V Isér.). Pèr oun maton, chn·non a fën tréj èmdè, pour un homme, on sonne le glas à trois reprises (V Nend.). D’ātrə kou, kan chənvon la fin, pò lij nmou kouminchəvon aé la grcha klts e pò li fəmle aé la pətyda, pò lij èfan achəbin, autrefois, pour sonner le glas, on commençait avec la grosse cloche pour les hommes et avec la petite pour les femmes et les enfants (V Maréc. Müller, 77). Lé kou [cf. coup 5o 1] də la fïn, le glas (V Viss.).

6o Aboutissement, réalisation définitive: Les tourments de l’enfer, «voila lait peutte fin dés modes et des pennie», voilà l’affreuse f. des modes et des paniers (J Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. X, 76). Loc. lin birè on vyèrə! Y è la fin finla dè tò, allons boire un verre! c’est l’aboutissement de tout, propos prêtés à J. Olivier (Vd Orm.). Prov. È·n è·nrèyè·n, mza an feïnṅ, en commençant, pense à la f. (V Isér.).

II. But.

1o Objectif qu’on vise: A kn·na fin sun pvè‑t‑ə tndrè? à quel but cela pouvait‑il tendre? (Vd Penth.). Prov. Kə v la fin v lou mayin, qui veut la f. veut les moyens (Vd Orm.). ‖ Au pl. dans: Arouvā [arriver] a sé fin (Vd Oron, var. spor.). 2o Loc. conj. 1. «Aux fins que», afin que, pour que (fr. rég. G: Töpffer): «Un vêtement chaud, et à la fois du dimanche, aux fins qu’à l’église ... elle soit mieux réchauffée» (Presbytère, éd. 1845, 126). «Je parlemente avec lui sur l’objet ... aux fins que l’article figure sur le contrat» (ib. 144). 2. «À s’la [cf. celle I, 3o] fin que», afin que, pour que (N Fleur. Jéquier): «Quan vo l’éret trové, mandez‑lo m’à s’la fin q’i allo djîret mé‑mêmo l’adorer», quand vous l’aurez trouvé, faites‑le‑moi savoir afin que j’aille aussi moi‑même l’adorer (Év. Matth. II, 8, dans Festschr. Tappolet, 145). «Révie lo peupio, à s’la fin qué sé d’âllet det lé v’leidjo atchetè de quet maindgie», renvoie le peuple afin qu’il s’en aille dans les villages acheter de quoi manger (ib. XIV, 15. Ib. 146‑147).

III. Étendue de terrain.

1o Sole, chacune des parties du domaine cultivable d’une commune soumise à l’assolement triennal (SR spor.; anc.); synon. pya. À partir du XIXe s., n’existe plus que comme mot‑souvenir ou dans des syntagmes figés assimilés à des toponymes (cf. ci‑dessous 3o). «Fin de pie», même sens (Vd XVIIIe s. spor.). «Se mirent en bataille ... en une très belle fin de bled et avoyne» (N fin XVe s. Pier.). «Quant l’on commencera a mesonner une fin de bleff, que nulz ne doit mener beste en la dicte fin jusque la derniere gerbe soit emmenee» (F Roche 1526/27. MDR, XXVII, 352). «Il avoit mesnés et mist des bestes en la fin sur le diesme de messeigneurs» (F Pont 1551. Corresp. Bailliages. AC). Les gardes champêtres surveilleront «les fruicts que sont sur les champs ensemble des fins et bans» (J Pomm. 1572. Régl. comm. 5. Ac). «Parcours des fins», autorisation donnée (à la mi‑sept.) aux bergers de mener leurs troupeaux dans les champs moissonnés (B Nods 1628. S. jur. Ém. 1926, 240). «Et seront lesdits retenants entenuz de rendre au bout desdites années les pieces de champ de la pied de la petite fin tout enrozi en blés» (B Moutier 1637. Not. P. Moschard, 1092, 45. AAEB). «Et durant le tems d’esté, pendant que les fins sont en devins et à clos ...» (F Bulle 1658. Sources droit, III, 97). «Ny non plus mener pasturer dans les fins semées» (N Boudevilliers 1661. Pier.). «Devra faire deux troupes [troupeaux] après moissons, sitost qu’il y aura de l’orge sur les fins» (N Coffrane 1714. Pier.). On·na fin sənayə in blya, in·n avn·na, kə rstè in sémòrə, une f. semée en blé, en avoine, qui reste en jachère (Vd Oron). La faïn dé [des] byè, déz avaïn·n, dé smòr (B Plagne).

2o Par ext. 1. Vaste portion du territoire agricole d’une commune, constituant une entité géographique, généralt scindée en plusieurs propriétés (SR; anc. et fr. rég. dès milieu XVIIe s.). Le sens du mot est difficile à cerner; il s’applique à des réalités locales très diverses (cf. aussi ci‑dessous 3o); la f. est le plus souvent une suite de champs ou une alternance de champs et de prés, mais aussi, parfois (Vd Ross., F Gruy. spor., J Courf.), une étendue de prés; elle peut être éloignée du village (SR spor.), aux confins d’une autre commune (Vd Sav., Month.) ou d’une forêt (Vd Corb., F Gru., J Dev.), mais aussi à sa proximité immédiate (Vd Ollon, Vaul., V Vouv., Torg., F Vill.‑s.‑M.); elle est constituée d’un terrain plat (G passim) ou en pente (Vd Vall., F Domp.). S’emploie souvent pour désigner la campagne, les champs, par opposition à la partie habitée de la commune. «Dans le pays on appelle fin une certaine étendue de plaine, consistant en terrains de première qualité, et généralement divisée en lopins assez nombreux pour que la plupart des familles en aient leur part» (fr. rég. F: Sciobéret, Scènes de la vie champêtre, 194). «Un chemin vicinal, lequel se ramifie ... dans une vaste fin bien cultivée» (fr. rég. Vd: Étr. chrétiennes Gen. 1888, 220). «Ces prés sont situés vers l’extrémité des fins ou campagnes de champs» (Vd 1763. Mém. Soc. écon. Berne, II, 49). Krta Ma·rna [l.‑d.] l è na fën dé tsan, C. M. est une étendue de champs (V Sav.). On tsan a la fin, un champ situé dans la f. (F Domp.). Si tsan n’è p dan la mma fin tyè l’trou, ce champ n’est pas situé dans la même f. que l’autre (F Gr.‑de‑V.). Ouna grcha fin, une grande étendue de prés (F Grandv.). L’ó, lou bā dè la fin, la partie supérieure, inférieure, d’une f. en pente (Vd Sassel). Ly è pè lè tè fin kə vin lə plyə prin fin è dè gró lə plyə pròvin, c’est dans les étendues de prairie élevées que croît le foin le plus fin et de bcp le plus lactifère (F Gru.). Y’mou pṑ pachṑ pè ha fin, i léy è èchkṑ, je n’aime pas passer par cette f., c’est isolé et sinistre (F Joux). Kynta bla fin! quelle belle suite de champs! (Vd Const.). La fin dè Lāizin [Leysin], le domaine cultivable de la commune, tout ce qui n’est ni habitation ni forêt (Vd Leys.). «Le joran soufflait fort, ce matin‑là, sur la fin de Cortaillod» (fr. rég. N: O. Huguenin, dans Pier.). «Pour recercher le bien des dits contumacez, tant par sur les fins de Lignieres que par les quatre villages de la montagne de Diesse» (B distr. Neuveville 1647. Criminalia, B 284/22, 110. AAEB). «Ele vit led. Hanri qui regardoit contre la fin s’il ne verroit point sa femme» (B Erguel 1685. Criminalia, juin, 17. AAEB). «Elle s’évada par une autre porte et s’en alla par une fin» (F 1745. Livre noir, XXII, 24 vo. AC). Tchmïn [cf. chemin 1, 1o] d fïn, chemin vicinal (J Sépr., Charm.; var. F Gr.‑de‑V.). Alā a la fin, aller aux champs (F Sugiez). Lé djan son [sont] an lè fïn, les gens travaillent aux champs (J Charm.). Trèvèyiə [travailler] an lè fïn (J Sépr.). «Son gros bouebe que revegnoit de la fin oïu le revoosons des instrumoo a lès danses dans la maison de son pére», le fils aîné qui revenait des champs entendit la musique et les danses dans la maison de son père (B Corgémont. Stalder, Landesspr. 371). «In djoé, c’était le tchatan, in tcheussou se promenai dain lai fin», un jour, c’était l’été, un chasseur se promenait dans la campagne (J Pays Dim. 1898, 3). «Sè ramassâvè, benhirâo onco se poivè retrovâ lo veladzo sein sè paidrè pè la fin», il s’en allait, bien content encore s’il pouvait retrouver le village sans se perdre dans la campagne (Vd Cont. 1893, 18). Kḗ rèmèdj sé toul tənyan [tiennent] din lè fïn! quel ramage font entendre ces corneilles dans la prairie! (J Sépr.). Loc. fig. Təni tta la fin, se déplacer bcp inutilt, litt. tenir toute la f. (Vd Leys.). È bè lè fïn, il bat la campagne (J Vicques). 2. Étendue plane laissée en pré (F Gruy. Rec. Glasson).

3o Noms de lieux (choix sur plus de mille; aire: SR). Fin V Mase: in la fiṅ, prés, champs; la Fin Vd Roug., pré; la Fin V Troist.: la fn, pré; à la Fin F Roche: a la fin, bâtiment, pré, bois; à la Fin G Avully, en la Fin 1762: [vers] la fin, champs plats; la Fin F Bossonnens (CN 1244): in la fin, bâtiment, pré, champ; les Fins N Hauterive, vignes, champs, vergers; ès Fins Vd Rolle, vignes, prés; Sur la Fin F Bonnefontaine: chu la fin, champs; Sur la Fin J Rebeuvelier: chu la fïn, champs, prés; Enson la Fin J Soulce: ansoun la fïn, champs; Sous la Fin J Seleute, pâturage; Derrey la Fin Vd Belmont‑s.‑Yverdon: a la fin, grands champs; Derrière la Fin B Champoz, pâturage; Entre Deux Fins B Tramelan‑Dessous: òtr d fin; à la Fin Dessous Vd Gossens: a la fin dèzò, prés, champs, bois; la Fin Désoz Vd Moudon, prés, champs, bois; Fin d’Avau F Chavannes‑les‑Forts (CN 1224): a la feïn davṓ, bois, champs; en la Fin Davaux V Coll.: a la fin davou, champs; Fin Dedos J Soyhières: ā foun [au fond] d la fïn ddó, champs; à la Fin d’Embas V Bramois, champs, marais; la Fin d’En‑Bas G Grd‑Saconnex, prés; la Fin Dessus F Montborget: a la feïn dèchu, champs; les Fins Leu’schus J Courf. 1760 (cf. Sgf. 94); Fin d’Amont Vd Vucherens, champs; en la Fin Damon V Coll.: a la fïn damon, champs; à la Fin d’En‑Haut Vd Mex: a la fin d’amon; Fin d’Enhaut V Bramois, champs; à la Fin du Milieu Vd Bretigny‑s.‑Morrens, champs, bois; Fin du Milieu J Pleujouse: an l fïn di matan, vergers, prés; la Fin d’au Maitin Vd Moudon; en la Fin Derrey Vd Yvonand: la fin dèrḕ, champs, bois; en la Fin Dernier F Portalban: a la fin dèrā, champs; Fin La‑Derrière J St‑Br.: é [aux] fïn la dèrīè, champs; Fin Devant F Cottens (CN 1205): a la fin dèvan, bâtiment, jardin, pré, champ; la Fin Delé F Auboranges: a la fin dəlé, champ; Enson la Fin Delà J Rebeuvelier: ansoun la fïn dla, champs; la Fin Decé Vd Oulens‑s.‑Lucens: la fin dəsé.Hautaz Fin Vd Goumoëns‑la‑V., forêt; Basse Fin J Courtemaîche: an lè bèch fïn; Pleine Fin B Sonc.; la Grande Fin Vd Vall.: la gran fin, bâtiments, prés, champs; Grand’Fin V Sav. (CN 1306): ā [à la] gran fën, champs; la Grand’Fin F Farvagny‑le‑Grd: a la grnta fin, pré, champs; Grande Fin F Courgevaux: a la grcha feïn, prés, champs; la Grosse Fin F Corbaz (CN 1185): a la grsa fin, bois, champs; Grosse Fin B Bévilard; Petite Fin Vd Vill.‑M. (CN 1223): a la ptta fin, bâtiments, pré, champs; ès Petites Fins Vd Champvent: ḗ pətitə fin, champs; ès Courtes Fins ib., champs; Bonne Fin B Prêles (Sgf. 135): a la bə·n f; Malafin Vd Trey (CN 1204): in mla fin, champs; la Malafin F Ménières (CN 1204): a la mla fin, prés, champs; la Neuve Fin J Courtételle (Sgf. 94): an la nv fïn, champs. ‖ Les Fins du Village Vd Mutrux: lè fin dao vldzo, tout le territoire cultivable; Fin sur le Village B Rebévelier: chu la fïn, champs, prés, pâturage; Fin sur la Ville J Pomm., champs, village; à la Fin du Bourg Vd Aigle: a la fin də bòr, champs et prés; la Fin de Chesière Vd Ollon: la fin dè tsəzīrə, étendue de champs en pente; la Fin de Collombey V Coll.: a la fin d kòlonba, étendue de champs entre les deux villages de la commune; à la Fin de Celligni G Céligny 1790; en la Fin du Chatelard F Aumont: a la feïn d tsasél, bâtiment, place, jardin, prés, champs; en la Fin derrey la Villa F Belf.: a la feïn dèrā, champ; en Fine sos Charmeis F Charm. 1401 (Heusser, Charmey, 91); la Fin Dedos Corcelle B Crém.:  la fïn ddó kòrsal, bâtiment, champs; Fin des Grands Champs B Souboz, champs; à la Fin des Champs de la Grange Vd Maracon, bâtiment, champs; Fin des Planches F Delley (Sgf. 311): a la fin dḕ pyntsè, champs; in Fine Montis F Épendes 1278 (Mémorial Frib. I, 273); la Fin du Droit B Grandval; la Fin Envers N St‑Sulpice, champs, stand de tir; la Fin des Goilles F Vuadens: a la fin di glye, prés (non marécageux); la Fin des Isérables Vd Oleyres, champs; Fin du Plane B Sonv., champs; à la Fin des Fies [sapins] N Sav. (Sgf. 133), champs; la Fin de l’Âne Vd Puidoux: a la fin de l’no, champs; à la Fin aux Moines N St‑Blaise: a la fin mé·n, vignes, champs; en la Fin de Notre Donaz F Chapelle‑s.‑Gillarens: a la feïn, champs, prés; la Fallerbaz F Sâles: a la fin a l’rba, champ; à la Fin Dessous le Chemin Vd Corseaux, vignes; en la Fin dessus le Marais Vd Rennaz: in la fin dèsu lə marè, prés, champs. — Le Haut de la Fin Vd Villarzel: a l’ó dè la fin, bâtiments, prés, champs, bois; Haut de la Fin N Dombr. (CN 1144): l’ó d la fin, champs, prés; au Bas de la Fin Vd Sassel: ao bā dè la fin, champs; Bas de la Fin N Enges: u ba d la f, champs; Milieu de la Fin B Plagne: u mitan d la faïn, champs; Fond de Fin V Ors.‑Reppaz: u fon də la fin, champs; le Fond de la Grand‑Fin F Vuippens (cf. CN 1225): ou fon də la gran fin, prés, champs; Pied de la Fin V Troist.:  pya d la fin, prés; Pied de la Haute Fin J Porr. (cf. CN 1085); au Bout de la Fin F Joux: ó bè də la fin, bâtiment, place, jardin, pré; au Cu de la Fin F Villaz‑St‑Pierre: ó ku d la feïn, bois, champ; Partie de la Fin Derrière Vd Missy; ó révè [revers] dè la fin F Ch.‑St‑D.; au Crêt de la Fin Vd Vaug.: ao krè d la fin, champ; Cras de la Neuve Fin J Lajoux; Plan de la Fin Devant F Villarbeney: ou pyan dè la fin dèvan, pré; Plain de la Fin J St‑Br. (cf. Sgf. 102): ā pyin d la fïn, bâtiments, jardins, champs; Planche de la Fin Vd Hermenches (CN 1223): è [aux] pyants dè la fin, prés, champs; Planche Fin J Cœuve, champs; aux Grands Champs de la Fin G Dard. (cf. CN 1300): é ṣan də la fin; Champ au Milieu de la Fin J Boécourt, champs; Champs Montants de la Fin Dessous J Charm.: é tchin mountin d la fïn ddó, champs; Praz de la Fin F Blessens: ó pr d la fin, champ; Pâturage sur les Fins B Plagne (CN 1126): dédchu dé faïn; ès Novalus de la Fin Dessus Vd Cronay, champs; ès Curtils de la Fin Vd Gimel: é kərti d la fin, jardins; aux Curtillets de la Grand’Fin Vd Mathod: ḕ kòrtəlyè d la gran fin, champs; ès Oches de la Petite Fin Vd Forel‑s.‑Lucens, prés, champs; Vigne de la Fin V Monthey‑Choex; Entrée de la Fin F Villeneuve; Sur le Chemin de la Fin Vd Chardonne: lə tsəmin dè la fin, vignes; au Contours de la Fin ib., vigne; la Vie d’entre les Fins J Épiq.; Ruisseau de la Fin d’Avaux F Torny‑le‑Gd: lou ryṓ dè la fin davó; le Pont de la Fin G Bardonnex; Pertuis de la Fin J Dev. (cf. CN 1086): ā pərtu d la fïn, champs; Dos l’Age à la Fin Dessus J Lajoux: dó l’ódj [haie] an la fïn dchu, prés, champs. Autres n. de l. patois sous finage.

Du lat. fīnis ou emprunt; FEW, III, 560 a; Duraffour, Gloss. no 3771, 3772 (qui prolonge jusqu’au sud de l’Ain l’aire du sens III telle qu’elle apparaît dans FEW, III, 561 b). La loc. conj. aux fins que (II, 2o 1) n’est pas attestée par les dict. fr. mais bien la loc. prép. aux fins de, à partir de laquelle elle a sans doute été formée. À celle fin que (II, 2o 2) a existé en fr. jusqu’au XVIIe s. — L’existence d’un type masc. (très peu attesté en mfr., cf. FEW, III, 568 a n. 1; cf. aussi Const.‑Dés. 189 b [lapsus?]) en SR n’est pas assurée. Les attest. de Vd Cont. et anc. G pourraient en effet s’expliquer par un croisement avec des formes substantivées de fin 2 ou, dans Vd (sens I, 1o 3 b), par la substitution au en‑ de enfin (sens 2o) de l’art. déf. masc. contracté (cf. autres combinaisons s. v. var. phon.); ne resterait alors que Vd Payerne Br. (dès ms. Gen.) qui n’est pas confirmé par la tradition orale (confusion avec confin?). — Ahokas (Gloss. gen. 191) identifie à fin 1, III le mot fainct (lecture vérifiée sur l’original) dans: «Elle dict que P. T. luy retient une piece de terre à l’occasion d’ung certain fainct eschangé contre ung chenevier» (Reg. Cons. XIII, 472). Cependant la graphie, le genre grammatical et le sens (il ne peut s’agir que d’une petite pièce de terrain) inclinent à rejeter cette hypothèse. — Cf. afən, afin, arfn 1, confin, contre‑fin, dəfn, enfin, la série fin‑, réfn. Li.

Pour citer cet article : FIN 1 (réd. Li.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VII, p. 461.

Marge de droite