Tome VII page 1027
 

FROID, fri, ‑ai, ‑āe, ‑ae, f. (sens I; cf. hist.) ‑de, ‑(ə), ‑i, parfois ‑a Vd 1 passim (f. ‑dyə 10 corr., cf. hist.), 2, 31, 35, 36, 3 Laus., 3 Favrat, 4 passim, 51 corr., 54 Tp., 5 Aub., 6 passim, 71, 73, 84, 8 Provence, 92, 93, 9 Mat., Vd Br., Dum., Cont., V 1 passim, 33, 34 (f. ‑dzə var., cf. hist.), 35 (f. ‑dzə, cf. hist.), 3 Riddes Dietrich, 40, 42, 45‑47, 50a et 51 var., 54 corr., V Ba., G 13 var., 18 Carillon, 20 corr., 21 Tp. (→ ‑), F 44 var., 4 Corminbœuf, Lentigny Zi., Matran, 56, 61 (→ ‑ā), 62, 6 Misery, N 1 passim (→ ‑ā 11 Tabl.), 1 Cortaillod, Fretereules, 1 Bér. Urtel, 61, B 20 Tp. var., 21, 22 (‑āə corr.), frā, ‑a Vd 1 passim, 24 Ja. var., 32‑34, 35 var., 3 Lutry, 40 Tabl., 42, 50, 51 Tp. (→ ‑), 5 Charbonnières, 6 passim, 7 Juriens, 90, 91 (et ‑an), 9 Payerne, V 15 (→ ‑ Gch.), 16, 17, 18 var., 3 Saxon, 47 var., G 17‑19 (f. ‑d 17 corr.), 1 Bardonnex, F 21, 22, 3‑4 passim, 55 ALF, 56 var., 5 St‑Aubin, 60, 6 Barberêche, N 1 Bevaix, B 3 Tav. var., J 4 Courtételle Gill., Montsevelier et Soyhières Zi., fri, ‑i, ‑e, ‑e Vd 30, 4 Montherod, N 61 var., fr, ‑, ‑āo, ‑ao Vd 30 Tp., 40 Tp. var., 91 var. (‑aon), V 17 var., F 5 passim (f. → ‑ṑ‑ 50, f. ‑ṑ‑ 5 Autavaux), fri, ‑i, ‑ḕi, ‑èi, ‑ḗi, ‑éi Vd 10 et 14 Tp., 16 var., 1 Forclaz, Sépey, 22 var. (→ ‑ae), 31 var., 3 Clarens, 46, 4 Chéserex, Muids, 51 Jj. (→ ‑ḕ), 64 et 71 var., Br., Ebel, V 10, 22 var., 30, 31, 32 (‑ḕé Gch.), 33 et 35 var., 36, 3 Riddes Jj., 40 Jj., 41 (→ ‑), 42 Jj., 43, 44, 45 Jj., 47 Jj. var., 4 Médières, Sarreyer, Verbier, 5 (→ ‑è 51 Jj.), 61, 7 passim, 8 St‑Léonard, G 11a var., 1 Gy, 20 Jj., 21, F 1 spor. var. (‑ḕé 16 Gch.), 20 (‑ḕé), N 10a Gch. (‑é), B 20, 2 Romont, frèik, ‑éik V 61 Gerster (fr‑fl‑), 73 var., 74a, frèis, ‑éis, ‑sə, ‑se, f. ‑èide, ‑éide, ‑(ə), ‑i 61 et 7 var. (cf. hist.; ‑éiks 75 var.; fr‑fl‑ 61 Gerster; f. ‑d‑‑ẓ‑ 75 Tabl.), frḕ, ‑è, ‑, ‑, ‑ḗ, ‑é Vd 13 Tp., 15a Hasselrot, 16 et 17 var., 1 Châtel, Fontaine, Forclaz Ja. var., Ormont‑Dessous, Plans‑s.‑Bex, 24 ALF, 35 Tp., 47, 48, 4 Bassins, 54 corr., 5 Bioux, Lieu, Solliat, 64 Tp., 6 Thierrens, 70, 71 Gch., 74, 7 Abergement, Chavornay, Sergey (→ ‑āè), 8 passim, 92 var., 9 Combremont‑le‑P., Donatyre, Faoug, V 10 Jj. var., 11 (→ ‑aè), 12 et 14 Jj., 1 Bouveret, 2, 30 var., 36 Dietrich (‑èt Ke.), 43 et 44 var., 46 ALF, 4 Bruson, 53 var., 6 Misériez, G 1 passim, 20 et 21 Jj. var., 22, 2 Grd‑Saconnex, Meyrin, Peissy, Peney, Russin, Dur., F 1, 2 Crêt, 3‑4 passim, 5 Cheyres, 63, 6 Praz, N 10, 1 Colombier, Rochefort, 2‑5, 60, 62, 6 Cornaux, St‑Blaise, B 1, 23, 25‑28, 2 Convers, Tramelan, 3, J 3‑4, 53 ALF, 60 (‑in Zi.), 63a Tp., 6 Asuel, Beurnevésin Tp., Fregiécourt, Miécourt Rossat, 6 Gué., Va., frèk, ‑ék V 61 Gerster var. (fr‑fl‑), 6 Salins, 7 passim var., 84 (et ‑èkḥ), 8 Meyer, frés(ə) 75 Follonier et 76 var. (cf. hist.; ‑éks 75 Chvr., Mtr.; f. ‑éda 75 Follonier, ‑égda ib. Chvr.), frī, ‑i, ‑ì 6, 83, 85, 86a‑89, 8 Ayer, Granges, frìk 61 Ma. var., frīt, ‑it 80‑81, 82a, 83 var., 86, 86a et 87 var., 8 Chippis, Venthône, 8 Ann. Meyer, frīs, ‑is, ‑sə, ‑se, f. ‑ide, ‑ə, ‑i 62 et 8 var. (cf. hist.; f. ‑ida 62), frè, ‑é, ‑, ‑a Vd 53 et G 17 ALF, N 31 corr. var., J 35 ALF, 43 corr., 5, 6 passim; attesté seult au fém.: fride N 1 Hæf., ‑ādə F 5 id., ‑èida Vd 45, ‑de N 6 Hæf. Anc. patois frai, ‑ay Vd XVIIIe s. Craizu, G 1696 Compesières, XVIIe s. Escalade, XVIIIe s. Rocati, ‑ais Vd XVIIIe s. Craizu, ‑aide f. XVIIe s. Bibl. 374, frei, ‑ey 4 1703, G XVIIe s. Escalade, N 2 Fleur. vers 1759, ‑eid, f. ‑eida F 1 XVIIIe s. Python, fre Vd 33 vers 1520, froi, ‑oy J 6 Porr. 1750. Cf. n. de l. et de fam. — Tabl. 18, 21, 24; Rel. phon. 1899; Zi. I, IV; II, IV; III, V, XV; Hæf. Frib. 35, Neuch. 41; Urtel 21; Co., Dietrich, Duraffour, Gill., Ja. et Jolidon, mat. ms.; ALF 607, 612, 1155, 1543, 1646, 1827 (Vd 24); ALFC 55, 109 lég. (J 52a), 329 (J 36).

I. Adj. 1o Froid, qui est à une température sensiblement plus basse que celle du corps humain (SR; anc.). On tin fra, un temps fr. (V Champ.). sé taḕ fra, rè nə pròfit, par ce temps fr., rien ne prospère (G Aire‑la‑V.). Lì tin rè bé, ma frīs, le temps était beau, mais fr. (V Miège. Lautbibl. 67, 9). Dé l’īvə fraidə, de l’eau fr. (Vd Étiv.). L’vè f a in·y lè din dè chin kə ly è frḕdə, l’eau fait mal aux dents tellement elle est fr. (F Roche. Novi botyè, 58); autres ex. sous eau 1, 1o. On van fr, un vent fr. (F Gr.‑de‑V.). La bizə l é on·n ra fridè, la bise est un vent fr. (Vd Blon.). Kan la biz l é détrakṑyə, beïn frṑdə, léz mou travyan dan léz ésrbyou, quand la bise est déchaînée, bien fr., les hommes travaillent dans les étables (F Autavaux. Dial. suisses, 1, 4). Yə tsī na pyòdzə fraidə, il tombe une pluie fr. (Vd Suchy). «Manuvet et sa Manuvetta l’ètant pas mî soignî que faillâi: lâo pâilo ètai frâ, lè fenître dzevrâïe, et on lâi vayâi jamé lo sèlâo», Emmanuel et sa femme vivaient dans des conditions difficiles: leur chambre était fr., les fenêtres givrées, et on n’y voyait jamais le soleil, litt. M. et sa M. n’étaient pas mieux soignés qu’il fallait ... (Vd Sav. Cordey, Veillâ à l’ottô, 51). Èna nyu frèd, une nuit fr. (N Couvet). La né sara gró frida, la nuit sera très fr. (Vd Br.). Lé mtnan son frèd, les matinées sont fr. (J Courchap.). La chajon [saison] frḕdə, l’hiver (F Vill.‑s.‑M.). Dou tin dè la frḕdə chèjon, lèj òji chon tò règrənyi, pendant l’hiver, les oiseaux sont tout recroquevillés (F Hte‑Glâne. L’Homme, 218). On·n əvḕ frai, un hiver fr. (V Sembr.); ex. sous bruyère 1o. «Le bontin feu grô frè», le printemps fut très fr. (N Brév. Pat. neuch. 362). ‖ L’aai fərnai on bou du dè prāo bna kalitā, mā frāi in lè man [dans les mains], l’alisier fournit un bois dur d’assez bonne qualité, mais fr. au toucher (Vd Orm.). ‖ Lè pa·ig fréiks chou·n machanch, les pays fr. sont malsains (V Évol.). ‖ On tèrin frāi, un terrain fr., qui n’est pas favorable à la culture du blé (Vd Blon.). ‖ T’échay èdé, è vïn [il vient] frè, tu ouvres sans cesse la porte, l’air se refroidit (J Charm.). Comparaisons. Frai kəmin la lyfè, fr. comme la glace (Vd Roche, var. spor.); cf. ci‑dessous 5o 3. Āv frèd kma d la lyas, eau glacée (N Planch.). Frai min on dachon, fr. comme un glaçon (V Aven, var. Vd Étiv.). Na ṣanbrə asə frèdə k’on glyafon, une chambre glaciale (G Troin.). Chi frḕ kə dé yèson, aussi fr. que des glaçons (J Charm.). Frai kòmin lo mbro, fr. comme le marbre (Vd Vaul.; var. Vd Orm., B Prêles). Frāi kəmin la Pyra də la Krāi [nom d’un bloc erratique], fr. comme la Pierre de la Croix (Vd Blon.). Frè ko l dyèl, fr. comme le diable (J Vermes). Dictons et croyances. È fā léz èvan fra è sa, il faut que les avents soient fr. et secs (J Rouges‑T. ALFC 109 lég.). Tyin désanbr ā frè | k’è tchè to pyin d nè | d’ïn boun·n an k’an·n œch fè, quand décembre est fr., qu’il tombe beaucoup de neige, l’année suivante sera certainement bonne, litt. ... d’un bon an qu’on ait foi (J Épauv.). É tsandé frdé, éj épyé rdé, Noël fr., les épis raides (V Sav., var. Évol.). Léz ūviə lé pu fra èkmansan vā lé Ra, les hivers les plus fr. commencent vers les Rois (J Aj. Va. 103). Tsandèlja fridì, lèj èfyè ridè, Chandeleur fr., les épis raides (V Évol. Jqn.). Composé. Freytemps, hiver (Vd Payerne 1702 et 1712. Not. D. Jaccaud. AC); cf. ci‑dessous III, 1o spécialt. Noms de lieux (choix sur une centaine; aire: SR). Eau Froide Vd Ollon (CN 1285): in·n éə frād, torrent; l’Eau Froide Vd Ch.‑d’Œx (CN 1265), torrent; Combe Froide Vd Arz. (CN 1241): la knba frida, estive, bois; Froideville Vd Ballens (CN 1242): a frédèvla, bâtiments, prés, champs; Rue Froide Vd Coppet, bâtiments; Froideville commune de Vd distr. G.‑de‑Vd (CN 1223), «ceaul de laz fredit vilaz» Vd Laus. 1401 (Comptes, D 215. Ac): a frḕdəvla (cf. DTS, 370); en Froide Terre Vd Orzens: ḕ frdè tra, champs; Frey Cul Vd Vallamand: lou frḕku, vignes; Combafreide V Bagnes‑Champsec: an [à la] konbafraidə, combe, prés, marais (cf. N. de l. Bagnes, nos 68, 70); Dzeu [cf. dzo 11o] Froide ib. (cf. CN 1326): an dz fraidə, forêt (cf. N. de l. Bagnes, no 68); Ferpècle [cf. fèrpḥlyo hist.] V Évol. (CN 1327), Freytpiclo fin XIIIe s. (MDR, XXXIII, 452): in fèrpḥlyo, in la valé (ou kmba) dè fèrpḥlyo, alpage, mayens; fontna frdì V Miège, «en fontana freidy» 1618, petite source très froide (Tagmann, Miège, 4); Froide Fontaine F Estavannens (CN 1245): in la fridə fontn·na, bois, source très froide; Freydefond [cf. fonts 2o] F Chavannes‑s.‑Orsonnens (cf. Sgf. 341): in frdè fon, pré, champ; Ferpicloz commune de F distr. Sarine (CN 1205), Frigidum Pesclum 1137 (Mémorial Frib. II, 16): a fèrpḥo (cf. DTS, 351); Froideville F Posieux (CN 1205), Freidivilla 1366 (Livre bourgeois, 221): a frḕdèvla, bâtiments, places, jardins; Freidivue F Léchelles: a la frèdīvə, bois; le Jorafrais N Coffrane (Sgf. 308): djòra fr, champs; Froideval B Corcelles (CN 1106): an fradvā, champs, prés, ruisseau; Froidevaux J Soubey (CN 1105): è fradvā, bâtiments, jardins, prés, vergers, champs; Forêt de Motiefroid J Courtemaîche (CN 1065): an mōtiə [église] fra, forêt. Autres n. de l. sous eau 1, 1o 10 et fontaine 5o. Nom de fam. Froidevaux J Fches‑M. passim, Courgenay (NFS, II, 243): frèdvā (patois de J Bois). 2o Froid, en parlant de ce qui s’est refroidi ou qui est habituellement chaud (passim; anc.). Lasi frai, lait refroidi et écrémé (Vd Month.). Sop [soupe] frèd (J Bois). La spa l è tta frdə, la soupe est toute fr. (F Gr.‑de‑V.); autre ex. sous chaud I, 4o 3 fin. Ts [viande] frḕdə (F Roche). «Du pesson [poisson] fray» (G 1696. Mussard, Compesières, str. 70). Ò bon du tinṅ, è·n kanpanyə, oun vivèi dè mar·nda frèidə, à la belle saison, à la campagne, on vivait de repas fr. (V Isér.). Spécialt. En parlant du corps d’un être humain ou d’un animal, ou de l’une de ses parties. Qui est à une température anormalement basse, due à une mauvaise circulation du sang ou à l’agonie, à la mort (spor.). L’inkour ly a abad la man drḕtə, ouna man k’rè dza frḕdə, le curé lui a soulevé la main droite, une main qui était déjà fr. (F Treyvaux. Novi botyè, 18). Kòr tò rāi è tò frāi, corps tout raide et tout fr. (Vd Orm.); cf. ci‑dessous II, 1o loc. fin. «D. R. ala queri ene étsirla por décombra son dzeneuillie, et tsampa to ba sé dzeneuillè, son bé poui, dza fraë et raë quemet dé bocon de boû», D. R. alla chercher une échelle pour débarrasser son poulailler et jeter à terre ses poules, son beau coq, déjà fr. et raides comme des morceaux de bois (N Boudry. Pat. neuch. 199). Croyance. È vyó an ó chan fréi, o chan di charpin, dij eimach, litt. les vieux ont le sang fr., le sang des serpents, des escargots (V Nend. Schüle, II, 36). ‖ Su [sueurs] fraidzə (V Saill.). Comparaisons. Frè kman l nṑ d’ón ṣin, fr. comme le nez d’un chien (G Herm.). Èvè lé piə chi frè k dé mor də tchïn, avoir les pieds aussi fr. que des museaux de chiens (J Charm.). T’è dé man frdé kma dé grnyə d tchin, tu as des mains fr. comme des truffes de chiens (N Ch.‑de‑F.). Freis kòmin oun tsin, fr. comme un chien (V Hérém.). Èll èvḕ lé piə èch frè k dé mér də pouə, elle avait les pieds aussi fr. que des groins de cochons (J Ocourt). Loc. et prov. N’y a ran də pə frèi kə lə kəmklyə, il n’y a rien de plus fr. que la crémaillère, dit un invité qui a été mal accueilli, le repas n’étant pas prêt lors de son arrivée (G Vern.). Ran n’ā èch tchā ou bïn èch frè kə l’āt étr [cf. âtre comp.], rien n’est aussi chaud ou aussi fr. que l’âtre (J Épauv.). Féirə [faire] fréi, tuer (V Nend. mod. Schüle, II, 288; var. Vd Penth.). Mi frisè ke tsó, plus mort que vif (V Ayent. Lautbibl. 65, 6). L a l’èstòma frai, il a un estomac qui digère peu et mal, et il a peu d’appétit (Vd Penth.). Man frèidə, kyr tsó, mains fr., cœur chaud (V Isér., var. Évol.). Frāəd man, tchódz amour, mains fr., chaudes amours (B Plagne; var. Vd Orm., J Vermes). Lè mḗədj dé pté‑l‑ojḗ ā vit frd, la merde des petits oiseaux est vite fr., se dit d’une chose sans importance (J St‑Br.). Composé. Frè tyu [cul], croque‑mitaine (J Épauv.): L frè tyu t v pèr! le croque‑mitaine va te prendre! Cf. hist. 3o T. d’œnologie. Se dit du vin qui a fini de fermenter (V Liddes, Mont.). ·n vìṅ frīs (V Mont. Gerster, 40); cf. antonyme chaud I, 3o. 4o S’emploie comme interjection dans le jeu où il s’agit de trouver un objet qui a été caché. Si un joueur s’en approche, celui qui l’a caché dit: chaud! s’il s’en éloigne: froid! (spor. pat. et fr. rég.). Cf. cache‑ comp. 30 et 35, chaud I, 2o. 5o Au fig. 1. Qui n’accorde pas d’attention ou d’intérêt à qch., qui manque de sensibilité (spor.). Chin mè lchè frḕ, ça me laisse fr. (F Roche). Pyaton·nə ch t’a rdzi, pòr mə fé tsoujə [cf. chose 6o 1] é rin, to fréi, tape des pieds si tu es en colère, cela ne me fait rien du tout, je reste impassible (V Nend. Schüle, III, 100). On k [cœur] fré (N Brév.). Substantivé. Férə lə frḕ, être indifférent (F Vill.‑s.‑M.). Spécialt. Dépourvu de sensualité, frigide (spor.; anc.). Fnë [femmes] fridë (V Isér.). «Ne ne leusse esta bin fraide | te leusse besongna tota draite», et si elle n’avait pas été très fr., tu l’aurais besognée debout (Vd XVIIe s. Bibl. 374, v. 290‑291). 2. Qui garde son calme, qui maîtrise ses sentiments ou ses émotions (spor.). férə dè bon travó, fó avèi è pya tsó è‑y‑a tyta frèidə, pour faire du bon travail, il faut avoir les pieds chauds et la tête fr. (V Isér.). P.‑ê. même sens dans le prov. Dzóvno tko, anyan frèi, jeune fou, vieillard fr. (ib.). 3. Réservé, distant, voire hostile; qui manque de chaleur humaine (spor.). Ly è ou·n mo frḕ, c’est un homme fr., taciturne (F Gru.). Lè dzin frāi son sòvin dé karaktèrə sòlidə è dè parla, litt. les gens fr. sont souvent des caractères solides et de parole (Vd Orm.). Rózə rètsinyvè è chòbrvè frḕdə, R. rechignait et restait fr. (F Treyvaux. Novi botyè, 27). Sé monsu è d’ə·n abòr frāi, cet homme distingué est d’un abord fr. (Vd Orm.). Lè dzin kə l an on karaktro frḕ l an bin pou dè bonj èmi, les gens qui ont un caractère fr. ont bien peu de bons amis (F Hte‑Glâne. L’Homme, 290). Mna [mine] frḕdə (F Roche). Comparaisons. Itrə frae min la yasə, être fr. comme la glace (V Ardon. Delaloye, 122; var. spor.); cf. ci‑dessus 1o. L é frè kəmin on ẓason, il est fr. comme un glaçon (Vd Gryon). Fr kman dé yèson, fr. comme des glaçons (J St‑Br.). Loc. Férə frida mna, faire fr. mine (Vd Blon.). 4. Transi, figé par une vive émotion: È vnyé chi fri [cf. férir I, 8o 3] k’èl an·n étè to frḕ, il fut si étonné qu’il en était tout fr. (J Miécourt. A. tr. p. XXII, 69). Loc. Vèni [venir] frèi, être glacé d’effroi (V Maréc.). I vnyé to frè, je fus saisi d’effroi (J Charm.). Chi rèchta frīs, je suis resté stupéfait (V St‑Luc).

II. Adverbialt. 1o À une température sensiblement inférieure à celle du corps humain (spor.; anc.). I fó pa bayë béirə fréi i ko·achə, il ne faut pas donner à boire fr. aux poules qui couvent (V Nend. Schüle, 153). Éi sòḥlyə frāi, il souffle un vent fr. (Vd Blon., var. V Sav.). ‖ Tòt a kóou y’a achintou frsé ën l’estma é y’a you chólamin na man kyé ló t’arét·é, tout à coup il a senti un fr. le saisir au ventre et il a vu une main toute seule qui l’arrêtait (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 404). ‖ Loc. Tyā frai è rai, tué sur le coup (Vd Penth.); cf. ci‑dessus I, 2o spécialt et fraizèri 1o. «Et tomba mor, frai et rai eitandu», litt. il tomba mort, fr. et raide étendu (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 116). À froid, sans intervention de la chaleur, dans: Btrè [cf. battre 1o] a freis (V Vernam., var. spor.), fordjiə [cf. forger 1o] è frè (J Vermes; var. Vd spor., J Mett.), fyrè [cf. férir I, 2o 1] a frai (Vd Penth., var. spor.), écrouir. Btré lo fèr a frai, battre le fer à fr. (Vd Flendr.); autre ex. sous forger 2o. Adjectivt dans chəji a frāi, ciseau pour couper le métal à fr. (Vd Ross.). 2o Fig. D’une manière réservée, distante, voire hostile (spor.). Mé dévəzvə frāi, il me parlait froidement (Vd Blon.). ‖ Loc. 1. Batrə frḕ, battre fr., manifester de l’indifférence, de la froideur, être en fr. (F Gru.; var. Vd Leys., Orm., F Vill.‑s.‑M., Roche, J Charm.). Vèsi in·n bousḕ k’è bètan frè, voici un moment qu’ils sont en fr. (J Charm.). 2. Btré a frai (Vd Étiv.) et var., même sens (Vd Villen., Étiv., Cont., V Ardon, N Noir., Ch.‑du‑M., J Bois; fr. rég. Vd, G, N, B), se décourager (V Liddes). I ba a frè avḗ mè, il est fr. à mon égard (N Ch.‑du‑M.). S’ā bïn sur k sè mḗr bèté è frè dou trouə [cf. deux II, 2, 1o] djé dèvō lu, bien sûr, sa mère fut fr. pendant quelques jours envers lui (J Bois). «Ve bintout que sa gaupa battâi à frâi, kâ parait que la bougressa, qu’étâi prâo orgolliâosa, ne sè tsaillessâi pas d’avâi on campin po hommo», il vit bientôt que sa fiancée se montrait fr., car il paraît que la bougresse, qui était assez orgueilleuse, n’avait pas envie d’avoir un boiteux pour mari (Vd Cont. 1890, 27). «Lo père dâo valet ne vollie pas ourè parlâ dè cé mariadzo ... et ... fe totè lè z’herbès de la St‑Djan po mettrè dein la téta à son valet dè battrè à frâi et dè laissi la donzalla», le père du jeune homme ne voulait pas entendre parler de ce mariage et il tenta par tous les moyens de persuader son fils de ne plus courtiser et de laisser tomber la jeune fille (ib. 1889, 41). Cf. ci‑dessous III, 4o loc.

III. S. m. (SR; anc.) et f. avec la forme du masc. (Vd‑F passim; anc. Vd et G; fr. rég. Vd Côte Gauthey, G Gaudy, Hum., F Gr.); cf. hist. 1o Température de l’atmosphère, de l’air ambiant sensiblement plus basse que celle du corps humain (SR; anc.; fr. rég. Vd Côte Gauthey, G Gaudy, Hum., F Gr.). «Il sare bon de sonés et portés procession pour ladite froyt et jalées» (Vd Orbe 1476. Comptes. Ac). Lə tè l ə vrəya su [viré sur] lə frè vra, le temps est devenu fr. maintenant (V Véross.). Li sin dè lyafə nò trnon məna lo frè, les saints de glace nous ramènent le fr. (V Trient). Lə frāi a rontu, le fr. a cessé (Vd Leys.). Lou fr a frəkasi mè favylè, le fr. a grillé mes haricots (Vd Vall.). Lo frai a tò grəlyi sta né, le fr. a tout grillé cette nuit (Vd Penth.). Ẓ a chintu [senti] la frai, elle (une plante) a souffert du fr. (Vd Ross.). Yə sè də [du] frāi, il souffle un vent fr. (Vd Orm.). Yə vin də frai pèr a bātsə, un courant d’air fr. pénètre par cette fente (ib.). I faltsé [cf. faluts] dé frḕ, il neige finement tant il fait fr. (Vd Aubers.). I tsai [cf. choir 2o] lə frai, il grésille, litt. le fr. tombe (V Leytr., var. Nend.). Krjo è péi, mə mjo kyə i fréi va tsèr ën·ndè·òtā, je couvre les haricots, je pense qu’il va geler ce soir (V Nend. Schüle, II, 135). I fréi mə ba də rədzë, le fr. me fait frissonner (ib. 34). Lə frāi pkè [pique] (Vd Orm.). La frè pke  nā, le fr. pique au nez (V Maréc. Müller, 16). Lé frék mè pkè lèj òrlyè, le fr. me pique les oreilles (V Grône). Lu frék mè mè la vujyonṅ, le fr. me mord le visage (V Évol. Chvr.). Lə frè vō sāt dəsu, litt. le fr. vous saute dessus (J Bois). Lə frè m ch [me suit], j’ai continuellement fr. (J Ocourt). Bron [cf. brun I, 3o] də a frai (V Aven). Chtig infa·n l è brouṅ dou frīt, cet enfant est violet de fr. (V St‑Luc. Gyr2, 177). I do·in è pè [pers] də fréi, l’enfant est bleu de fr. (V Nend. Schüle, 27). Ta sira vè lə nā è lè dztè tò blu də la frai, ta sœur avait le nez et les joues tout bleus de fr. (Vd Orm.). ‖ Étmi [cf. antm 3o] də frāə (B Plagne), blji [cf. bleuir 3o] d frè (V Maréc. Müller, 16), èbluzi [cf. ébyj 4o] dè frè (V Finh.), ékrəlya [cf. égrəly 4o 1] du frai (V Lourt.), ingourdik [cf. engourdir 1o] dou fri (V Pins.), ḥlyèpi [cf. flyap 3o 1 fin] dè frā (F Rom.), grdou [gourd] də fréi (V Mart.), rido [raide] dè frèi (V Isér.), transi [transi] dé frai (Vd Month.), transi de fr. «Deit amourti [cf. amortir 2o] de frèd», doigts engourdis par le fr. (G Dur.). Krāpi [ratatiné, cf. crépir 2o] dè frèi (F Montb. Co.). Oun vei pacha o mn·ndo tó rəgroubei da frei, on voit passer les gens tout recroquevillés à cause du fr. (V Nend. Schüle, III, 33). Santr [sentir] lə frè, être frileux (J Mett.). I kran bin la frèi, il est très frileux, litt. il craint bien le fr. (G Vern.). É n’ p pr də la fra, al a ut élèv a la dr, il n’est pas frileux, il a été élevé à la dure (G Bern.). «Endurer la froid» (fr. rég. G Gaudy). Iy undro ló fra è ló tsṓ, je supporte le fr. et le chaud (Vd Étiv.). Dur [cf. dur I, 6o] dè la frai, qui supporte bien le fr. (Vd Ross.). Tndrou [tendre] do fra, frileux, qui craint le fr. (F Givis.). «Qe ceu ... qe sont dolhets de [du] frai, teniont dis metanne», que ceux qui sont frileux portent des moufles (Vd distr. Aigle. Agace, 27, 1). Sfri da frai, souffrir du fr. (V Lourt.). L a·è jamèi chf ni də fri, ni dè tsa, ni dè fan, ni də chi, elle n’avait jamais souffert ni du fr., ni du chaud, ni de la faim, ni de la soif (V Sav. A. tr. p. XXIV, 176). «Qand i mouez’à sé train d’enfert | a tot sen q’on a zu sefert | ... de la fan et de la sai | de la biz’ et de la frai | de la plhodz’ et de la nai», quand je pense à ce train d’enfer, à tout ce dont on a souffert, de la faim et de la soif, de la bise et du fr., de la pluie et de la neige (Vd distr. Aigle. Agace, 19, 2). N’ pòv plyə də fra, il n’en pouvait plus de fr. (G Bern.). Peïn pā meïn rëbtrë da frai, ils ne pouvaient plus supporter le fr. (V Lourt. Bjerrome, 224). ‖ Krəbla [cf. cribler 8o] də freik (V Vernam.), krəbla dā [de la] fréi (V Nend. Schüle, 27), kribla la frèk (V Hérém. Lav. 364), krulé [cf. crouler 3o 6 b] dè frai (V Praz‑de‑F.), kròœlā dè la frai (Vd Leys.), krola la frèk (V Hérém.), grəbòlā də frai (Vd Chen.), grəlòt [grelotter] dé frè (F Grandv.), grulḕ [cf. grul] d fra (J Courf.), dyurlā dé la frai (Vd Étiv.), trəbəlyi dè frḕ (F Vill.‑s.‑M.), trèbya [trembler] dè frāi (Vd Bière), trinbvā də a [de la] frai (V Aven), trembler de fr. «Le pore affain puere, sa de froy qu’ay grule», le pauvre enfant pleure, c’est de fr. qu’il tremble (J Porr. 1750. A. tr. p. III, 48). Intsda lə fórni, on sè [cf. çà 1, I, 2o 2] grlè dè fr, chauffe le poêle, on grelotte de fr. ici (F Gr.‑de‑V.). Martal [claquer des dents, cf. marteler] də frḕ (F Gru.). Pəka [mangé, cf. piquer] dā fri (V Sav.). Mədzya [mangée] du frai, grillée par le fr., en parlant d’une plante (V Lourt.). N’in pa də byó fin chi an, a ita amourtéi dou fréi chi fourtin, nous n’avons pas de beau foin cette année, il a été arrêté dans sa croissance par le fr. ce printemps (V Nend. Schüle, 59). L è mṑr dè frèi, il est mort de fr. (V Isér.). «Lé pourè petètè bêtè, que ne trovâva ra a medgi, péreçan de frè et d’fan», les pauvres petites bêtes, qui ne trouvaient rien à manger, périssaient de fr. et de faim (N Brév. Pat. neuch. 362). Lèj ooujé tchjon [tombent] dè la freik, les oiseaux meurent de fr. (V Vernam.). ‖ On gran [grand] frā (Vd Sassel). Lou gran frāi fan èatā lə bou, les grands fr. font éclater le bois (Vd Orm.). «Lé dja ne treuva ra d’euvei a comparâ a celu que no passin, tan su le rapouo d’la quantitâ de neidge que su çtu dé gran frè», les gens ne trouvent pas d’hiver comparable à celui que nous passons, tant sur le rapport de la quantité de neige que sur celui des grands fr. (N Brév. Pat. neuch. 361). Ïn grō [cf. gros] frè (J Charm.). Le grche freik chon pachyè vra, les grands fr. sont passés maintenant (V Vernam.). Ouna frèk zèrdja [intense, cf. dzèrdo 1o 6] (V Évol. Jqn.). Na fr rigourz [rigoureuse] (G Cert.). Na tèrbẓa [terrible] frai (Vd Gryon). Óna mstra [monstre] frèi (V Isér.). «Ona rude [rude] frai» (Vd distr. Aigle. Agace, 21, 2). Na tta rda [toute rude] freik (V Vernam.). na brta [vilaine, cf. brò 1, I, 1o] frāi (V Châble). Na pta [id., cf. pou] frḕ (F Gruy. Dict. pat.). «Une froid insupportable» (fr. rég. F Gr.). On fré k’on·n è pò sə djala [qu’on est pour se geler] (N Brév.). na fréi a krìbla [à trembler, cf. cribler 8o] (V Mart.). Ouna frè a grəm di din [à claquer des dents] (F Grandv.). On·na frāi kə bsè [qui pince] (Vd Orm.). On fré kə vò byòsə lə vəzédj [qui vous pince le visage] (N Brév.). On·na fra a vò dzala la gta ao bè dao na [à vous geler la goutte au bout du nez] (F Domp.). On frè a vo djalā léz arplyon [à vous geler les orteils] (N Planch.). Na frḕ kə ly èpèl·è [très vif, cf. èpèlu· 7o] (F Crés.). On frai sè [sec] (N Gorg.). É·n frkas [cf. fricasse 2, 2o] də frāə (B Plagne), ouna kramna də frḕ (F Gru.), ouna lla dè frḕ (F Crés.), ouna ridy [rigueur] dè frḕ (F Joux), un fr. intense. Brr! két frkas də frāə! brr! quel fr.! (B Plagne). On nə p p al frou pèr on·na paryə ridyœ dè fr, on ne peut pas sortir par un tel fr. (F Gr.‑de‑V.). Knta [quelle] frit! (V Miège). ‖ On pəti [petit] frā (Vd Sassel). Ouna galza [supportable, cf. gal 1, 2o 5] frè (F Montb.). Spécialt. Saison froide, hiver (spor.). ə frai du tin [du temps], id. (V Lourt.). «Quand l’hivai vint et que lo frâi sè met ein route ...», quand l’hiver vient et que le fr. commence ... (Vd Cont. 1888, 28). Fó avai tò inbó kan vaïn lə frai, il faut avoir tout rentré quand vient le fr. (V Vouv.). Lo frai è vənyai dè bə·n ora sti an, le fr. est venu tôt cette année (Vd Suchy). frḕ vin dè parti, l’hiver vient de se terminer (F Crés. Tobi, Fourdèrâ, 9). Lə frai dré kāzu la maitya də l’an vè nò, l’hiver dure presque la moitié de l’année chez nous (V Vouv.). Loc. et loc. fig. On frai dè tsin [de chien] (Vd Sent.). Na frei dei tsin [des chiens] (V Vernam.). «On frei de tchin qu’on grulâve dezo l’offe», litt. un fr. de chien qu’on grelottait sous la couette (N Brév. Pat. neuch. 359). Na fra də l [de loup] (V Ill.). Ouna fréi di ö [des loups] (V Nend.). On n’óz pṑ pi sourti aé slo fra də l, on n’ose même pas sortir avec ce fr. de loup (G Aire‑la‑V.). Vèkə tynẓè dzò kə ṣa fr dè lā è tin [il tient], voilà quinze jours que ce fr. de loup dure (F Gr.‑de‑V.). Ouna frit də vòlour [de voleur] (V Lens). On·na fra dé g [de gueux] (F Domp.). Ouna frè dè dyblyo [de diable] (F Montb.). Na fr dè métsnsè [cf. métsnsə] (Vd Vaug.). Ouna frai də nrtsə [cf. nrtsə] (Vd V. de Joux Aub.). Na frḕ diz infè [des enfers] (Vd Ollon. Hasselrot, 210). «‘Na frai dâo tonaire [du tonnerre]» (Vd Cont. 1900, 39). On·na frai də la Rusiə [de la Russie] (Vd Dum.). Ïn frè d Sibériə [de Sibérie] (J Bourr.). On·na frai a pā laché on tsa dèfura [à ne pas laisser un chat dehors] (V Praz‑de‑F.). Ouna frè k’on n’are pa boutó on l dəfouə [qu’on n’aurait pas mis un loup dehors] (V Maréc. Müller, 16). On·na frai a tò fndré [à tout fendre] (V Vionn.). Na frè a pyra fdré [à pierre fendre] (V Véross.). Ouna frḕ kè fin lè prè [qui fend les pierres] (F Montb.). ‖ I fa frè, il fait fr. (N Ponts, var. SR). È fḗ bin [bien] frā (Vd Chesières). «Per on zeur qu’i fassivé bein fray», un jour où il faisait bien fr. (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 15). «Cete’ jver, quan y fara bin fray ...», cet hiver, quand il fera bien fr. (G 1696. Mussard, Compesières, str. 62). Fé brāmin [très, cf. bravement 5o] fréi (V Nend. Schüle, II, 38). F dyanstramin [diantrement] frāi (Vd Blon.). na bla néi d’əvḕə kyé faj·é prou fri é kyé kch·é la ni, une belle nuit d’hiver où il faisait très fr. et où le vent chassait la neige (V Grimis. Rom. Forsch. XLII, 431). «Mon Due! qu’ay fait froi cien», mon Dieu! qu’il fait fr. céans (J Porr. 1750. A. tr. p. III, 47). I fā tru [trop] frè (F Montb.). Yə fi tra frè pò rèsta dèf, il fait trop fr. pour rester dehors (V Trient). È fḕ tot è pin [tout à point] frè, il fait agréablement fr. (J Vermes). Yə fā gran [grand] frāi (Vd Orm.). «C’ettay l’hyver passa que fazay cé gran fray», c’était l’hiver passé où il faisait ce grand fr. (Vd XVIIIe s. Craizu. Bull. Gl. V, 29). È fā gró [cf. gros] fré (N Val.). Fa rdo [rude] frāi (Vd Bière). Fé arjin [à ajouter sous ardent] fréi, il fait un fr. vif (V Nend. Schüle, 24). La frai kə fā [qu’il fait]! (Vd Ross.). Kn·na frè i fao! quel fr. il fait! (G Herm.). É fā na [une] frai! (V Vouv.). Pèr on·na frai kəmin f, tə vòou p mank dé t’indzal, par le grand fr. qu’il fait, tu ne manqueras pas de te geler (Vd Blon.). «Il fait une froid terrible!» (fr. rég. Vd Côte Gauthey). Knta brta frei yə fi vè! quel vilain fr. il fait aujourd’hui! (V Trient). Katsin nò dədin, yə fi ona frè dè lu, retirons‑nous à l’intérieur, il fait un fr. de loup (ib.). I f frè a lul [à hurler] (F Grandv.). È fè frè è kāsḕ lé piər [à casser les pierres] (J Sépr.). I fṑ frḕ a findrə lou fòrni [à fendre le poêle] (F Joux). È fè chi frè k’an·n ḗdjal, il fait si fr. qu’on gèle (J Charm.). È fḕ chi frè df k’an·n ḗdjal ā lon di fin·na, il fait si fr. dehors qu’on gèle à côté du poêle (J Aj. Va. 91). L’āv ḗdjal ā lon di fūə fouəch [cf. force III, 5o 3 b] k’è fḕ fra, l’eau gèle à côté du feu tellement il fait fr. (ib. 68). È fè ch frè k’an n’ojrè botḕ f ïn tchïn, il fait si fr. qu’on n’oserait mettre un chien dehors (J Mett.). Fā asə frai kə lè dai rston apèdzi a la pounya dè fè dè la prta, il fait si fr. que les doigts restent collés à la poignée de métal de la porte (Vd Penth.). Autres loc. sous éclate 6o 1, èpèlu· 7o. ‖ Krəv [cf. crever 2o 2 loc.] dè frḕ (F Vill.‑s.‑M.), krapā dè frai (V Lourt.), avoir très fr. Tchi [cf. chier 1o loc.] dè fr (F Gr.‑de‑V.), tchyètòl dè frḕ (F Roche), id. Djalā [cf. geler II, 4o] də fré, id. (N Val.). Non dè ptchyè, ... on chi dzlè dè frḕ! sapristi, on gèle ici! (F Roche. Alm. cathol. SR, 1955, 52). Vro dè kou i ch’è dzalyə [s’est gelée] dè frḕ pò l’atindrə ou rèta dou kabarè, combien de fois elle a grelotté de fr. en attendant qu’il rentre du café (F Hte‑Glâne. L’Homme, 340). An·n ḗdjal [cf. édjal 3o 1] də fra din stə mājon, il fait très fr. dans cette maison (J Aj. Va. 223). I grœly [grille] də fré, il a très fr. (N Brév.). ‖ Sòḥly lə frāi é lə tsó, souffler le fr. et le chaud, changer constamment d’avis (Vd Blon.). Comparaisons. È fè fra kom an désanbr, il fait fr. comme en décembre (J Courf.). Dərin chi plo, fé fréi koum ouna grn·ndzi, dans cette chambre, il fait fr. comme (dans) une grange (V Nend. Schüle, 24). Prov. et dictons. Chin kè rèbìtsə o fri rèbìtsə ai o tsó, ce qui repousse le fr. repousse aussi le chaud, se dit des campagnards habillés de laine en été comme en hiver (V Arb.; var. Vd Blon., V Isér., Sav., G Herm., Bern., F Roche, Villarg.). In janvyé, la nāi é lə frāi nplyon lé gournāi, en janvier, la neige et le fr. remplissent les caves à fromages (Vd Blon.). Gran frèi an Sint Antino, gran tsalr an Sin Lòrè·n, youn è‑y‑tra dron pou, grand fr. à la St‑Antoine (17 janv.), grande chaleur à la St‑Laurent (10 août), l’un et l’autre durent peu (V Isér.). A la Sin Vinsan, lə fraè sə ron ou baïn s’apon, à la St‑Vincent (22 janv.), le fr. s’arrête ou continue (V Champ.). Fœvriə, lə pu ké dé mè, èmin·n lé pu grō frè, février, le plus court des mois, amène les plus grands fr. (J Bois). Tchin lé pnèliə chrḗsan, è fḕ èdé frè; tchin s’ā l té dé snèliə, lə tchā ā li, quand les prunelliers fleurissent, il fait toujours fr.; quand c’est le tour des aubépines, le chaud est là (ib.). Rdzo də bijə [cf. bise 4o] mènə gró frḕ, un ciel rouge au nord amène un grand fr. (F Gru.). 2o Par méton. 1. Sensation de froid due à une température ambiante très basse, dans des loc. et loc. fig. (SR; anc.). Avai [avoir] frai (Vd Pailly, var. SR). Y’é gran frāi, j’ai très fr. (Vd Orm.). Y’é na [une] frai! (V Vouv.). «Yex balla [belle] fre e dure man», j’ai très fr. et les mains gelées (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. VII, 313). Nòz an òyu mant [cf. maint] frèi sté djòr mā mitnan lə dousin è rəvni, nous avons eu très fr. ces derniers jours mais maintenant le redoux est venu (B Orvin). Sl òfan a frāə, a klak lé dò, cet enfant a fr., il claque des dents (B Plagne). L a tòlamun frāi kə yə grəblè tò, il a tellement fr. que tout son corps tremble (Vd Penth.). On yi vè la pé [peau] dè la dzənyə dè sin kə l a frè, on lui voit la chair de poule tellement il a fr. (V Trient). I è ch frè k’i n sərō pu fèr lə tyu d pou [cf. cul‑ 2, comp. 41], j’ai si fr. que je ne peux plus faire le «cul de coq» (J Épauv. Folkl. suisse, XXXIV, 17*). T’a tan frai kə la mrda è pòr tè dzalā u tyu, litt. tu as si fr. que la merde va te geler au cul (Vd Orm.). L é on·na frāi kə nə sé p tyə dévəni, litt. j’ai un fr. que je ne sais pas que devenir (Vd Blon.). Èl é èyu frè, il a eu fr., il a un refroidissement (J Vicques); cf. ci‑dessous 3. Al a zu fra, al è mald, i fó lə fr ch, il a eu fr., il est malade, il faut le faire transpirer (G Bern.). Y’é frei pè lo kṑ, litt. j’ai fr. par le corps (V Vernam.). L é na frḕ i man! j’ai très fr. aux mains (F Roche). Manëyì si y’é frai i man! sentez comme j’ai fr. aux mains! (V Lourt. Bjerrome, 205). É frit i dis, j’ai fr. aux doigts, j’ai l’onglée (V Lens). T’a tudu·on fréi i pya, tè fó atsèta oun pā dè cha·tè, tu as toujours fr. aux pieds, il te faut acheter une paire de savates (V Nend.). Louz anḥan an frai in la tta, les vieux ont fr. à la tête (Vd Orm.). N’i fr ù bnyo, j’ai fr. aux oreilles (V Conth. sup. Tp.). vin frèi, j’ai fr. (V Bourg‑St‑P.). È y ā vni frè, ch frè k’è grulḕ, il a commencé à avoir fr., si fr. qu’il tremblait, en parlant d’une personne atteinte de fièvre algide (J Mett.). M’è vènouṅ [venu] frī pèr tò lo kòr, un frisson m’a parcouru tout le corps (V Pins.). M’a préi tò d’on kou on·na frāi kə l é kru dé léi rést, litt. il m’a pris tout d’un coup un fr. que j’ai cru y rester (Vd Blon.). «Y fassivon le segnou de la croay | pé se fare passa la frei dei day», litt. ils faisaient le signe de la croix pour se faire passer le fr. des doigts (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 147‑148). ‖ Chin nə mə f nə frḕ nə tsó, cela ne me fait ni fr. ni chaud, cela m’est indifférent (F Gru., var. spor.). ra a mè, pòr kantə də ti knte, t’a pa fta də mə li férə, mə rde pa, mə fé ni tsó ni frè, m’in ftou, moi, tes histoires, tu n’as pas besoin de me les raconter, ça ne me regarde pas, ça ne me fait ni chaud ni fr., je m’en fous (V Maréc. Müller, 114). Ani pachó, y in·n avè na kè ch’è vyche pòvəlayə, l ron dtrè kè chə chon plèju, l von pa frè, litt. hier soir, il y en avait une (jeune fille) qui s’est vue taquinée, ils étaient quelques‑uns qui se sont amusés, ils n’avaient pas fr., c.‑à‑d. ils étaient assez entreprenants (ib. 109). N’avāi pā frāi é jə (Vd Bière) et var., ne pas avoir fr. aux yeux, manifester de la hardiesse ou de l’effronterie (SR passim), avoir le regard très intelligent (V Maréc. Müller), être amoureux (F Gru.). Y’è on krānə luron, kə n’a pa frai é zè, c’est un homme courageux, qui n’a pas fr. aux yeux (Vd Orm.). Cha pèrnta n’a rin frḕ i jyè, chè jnè rin dè li chèrvi ktyè galjè lètèrni, sa femme n’a pas fr. aux yeux, elle ne se gêne pas de lui servir quelques jolies litanies (F Crés. Tobi, Fourdèrâ, 184). Tò lai rè·usi, kā n’a pā frāi i jə, tout lui réussit, car il n’a pas fr. aux yeux (Vd Nov.). Avé pa frék é dés, avoir de la poigne, litt. n’avoir pas fr. aux doigts (V Haud.). A pā frai i pya, litt. il n’a pas fr. aux pieds, se dit d’un homme riche (V Lourt., var. Saill.). A·é frai u pya, être jaloux, litt. avoir fr. au pied (V Aven). Èvè frè din sè tyulat, avoir peur, litt. avoir fr. dans sa culotte (J Épiq.): È n pḗsè p ā loun di sœmtḗr sin èvè frè din sè tyulat, il ne passait pas à côté du cimetière sans avoir peur. Prov. Stu k’é frè ḗ min n trov pə l’ḗtyéy [cf. écuelle 1o 3] tchād, celui qui a fr. aux mains ne trouve pas la soupière chaude (J Épauv.). On·n ivrònyə mé myó kə lə ku sé frāi kə la gòrdzə sé sāi, un ivrogne préfère que le derrière ait fr. plutôt que la bouche ait soif (V Torg. Gill. Vionnaz, 127). 2. Sensation comparable à celle du froid, due à une vive émotion (spor.). «On se chouain [sent] la fraë diein le râtelet quand on peinse ...», on a fr. dans le dos quand on pense ... (G Aire‑la‑V. Carillon 1876, 1). ‖ Tə mé f [fais] la frāi, tu me donnes fr., à te voir si légèrement vêtu (Vd Blon.). Loc. Sin mé f vəni [venir] la frāi, cela me donne une impression de fr. (Vd Blon.). Mè vyè·n frit rin kə də pincha, je frissonne rien que d’y penser (V St‑Luc). 3. Affection attribuée au froid, refroidissement, rhume, bronchite, etc. (passim). Frai dè sèrvṓ, rhume de cerveau (Vd Sent.; var. Vd Chenit, Vall., Vaul., F Grandv.). On gró [gros] frā (F Ch.‑St‑D.). On lrdo [lourd] frḕ (F Gruy. Dict. pat.). On mètch [méchant] frai (Vd Sent.). On móvè [mauvais] frai (Vd Vaul.). On kryou [id.] frā (Vd Sassel). On vlyo [vieux] frḕ, un rhume chronique (F Vill.‑s.‑M.). I ḕ l frè, je suis enrhumé (J Ocourt). Ty’ṑ ṣou pò tuchi dinchə? — L é lou frḕ, qu’as‑tu pour tousser ainsi? — J’ai un refroidissement (F Joux). Y’é on fr də sèrvó də la mètsansə, j’ai un rhume de cerveau carabiné (Vd Vall.). Atrapi [cf. attraper 5o] fri (V Sav.). L a atrapó on gró frè, il a attrapé un gros rhume (V Trient). Y ḕ ètrèpḕ di [du] frè, je me suis enrhumé (J Bois). Ramas [ramasser] frè (G Herm.), rèmḗsḕ di [du] fr (J St‑Br.), attraper un refroidissement. Pè la frèi kə f, on pou prou ramach lə frèi, par le fr. qu’il fait, on peut facilement attraper le rhume (F Montb.). Prḕdrə [prendre] fra (G Aire‑la‑V.). Y’è pèr lè rin ty’è lə pə dondzairao dè prndrè frai, c’est sur les reins qu’il est le plus dangereux de prendre fr. (Vd Orm.). Y’éi pri [pris] na frit, je me suis enrhumé (V Miège). Iṣrə prḕ d’on gró frḕ, être pris d’un gros rhume (F Gru.). Chtr [sentir] lə frāi, prendre fr. (Vd Leys.). L a chintu lo frai, s’è pò sin kə l è maldo, il a pris fr., c’est pour cela qu’il est malade (Vd Suchy). T’a tèrya [tiré] lə frāi, tu as attrapé le rhume (Vd Orm.). Bət [cf. bouter I, 6o] frèi, s’enrhumer (F Gruy. Bor.). Koudi [cf. cueillir I, 4o 2] də frai, prendre fr. (V Aven). Son frāi s’é dépòz nkè [là], son refroidissement s’est porté sur cette partie du corps (Vd Blon.). Mon frḕ kəmnṣè a mour, mon rhume commence à mûrir (F Vill.‑s.‑M.). Mon frè prā, y étyœp brāman, mon rhume «pourrit», je crache beaucoup (J Bonc.). Lə frè dedzle [cf. dégeler 3o], dégrdze [cf. dégorger 5o], mre [mûrit], pche [passe] (F Grandv.). Mè chu indèfḕ [cf. défaire 8o] mon frḕ a kou dè‑j‑rbè, je me suis débarrassé de mon refroidissement à force de tisanes (F Roche). ḥā dè tiyò son bnè pò férə də la tizn·na pò [pour] lə fr, les fleurs de tilleul sont bonnes pour faire de la tisane contre les refroidissements (F Gr.‑de‑V.). On sè s dè la bòratsə pò frè dao té kntrè lou frā, on se sert de la bourrache pour faire de la tisane contre le rhume (Vd Sassel). K’on·n a lou frā, fó bārə dè la chra ò bin din ḥon dè cha, quand on a le rhume, il faut boire de la tisane de lierre terrestre ou de fleurs de sureau (F Prez‑v.‑S.). Nə pu p mé débarachi dé chi vlyo frè, je ne peux pas me débarrasser de ce rhume chronique (F Grandv.). S n’ā ran k di [du] frè, ce n’est qu’un refroidissement (J Charm.). Loc. «Froid et chaud», même sens (fr. rég. G, N; pat. V Sav.); cf. hist. L a jou fri é tsa, il a eu un refroidissement (V Sav.). «Elle est morte au printemps, des suites d’un mauvais froid et chaud» (fr. rég. G: D. Baud‑Bovy, L’homme à la femme de bois, 19). Loc. fig. Ta ppa l a lou frā, ta pipe a le rhume, elle fait du bruit (F Villarg.). 3o S. m. Petit‑lait (V Véross.), petit‑lait ou babeurre (Vd Leys.), petit‑lait de la veille qu’on ajoute à celui du jour pour fabriquer le sérac (Vd Yvorne). L at ə pā onkó bin sòrtè du frè? litt. n’est‑il pas encore bien sorti du petit‑lait (du fromage sous presse)? (V Véross.). Bətā lə frāi, verser dans le petit‑lait bouillant le petit‑lait ou le babeurre qu’on a réservé à cet effet (Vd Leys.). 4o Au fig. S. m. Absence ou baisse de cordialité, de chaleur dans les rapports humains, généralt dans des loc. (spor.). Léy a dó fra ntrè l, il y a du fr. entre eux (Vd Vulliens; var. V Conth. sup., F Montb., Gr.‑de‑V., N Noir., Brév., J Mett.). A y a aïn [un] frāə òtr you, id. (B Plagne; var. Vd Bière, V Champ., Trient, G Dard., N Land.). Y a on frei ntrè li frrè, il y a un fr. entre les frères (V Trient). Oun chin ky’i y a dè fr ntrè l, on sent qu’il y a du fr. entre eux (V Conth. sup.). San nə rlè p mé kəman on ydzou, lèy a d fr intrə lā, ça ne roule plus comme autrefois, il y a du fr. entre eux (F Gr.‑de‑V.). On kou dè lnga [cf. coup 3o 15] a pu amənā sé èta dè frai, une médisance a pu provoquer cet état de fr. (Vd Penth.). tré an frai, être en fr. (G Dard.; var. spor.). Nə sè prlon pə dyro, son un frai, ils ne se parlent plus guère, ils sont en fr. (Vd Penth.). Fotrə lo frae, jeter un fr. (V Ardon. Delaloye, 59). Batr du frèi, se montrer indifférent, manifester de la froideur (G Vern.); cf. ci‑dessus II, 2o loc. 1 et 2.

Du lat. frĭgĭdu (class. frīgĭdu) ou emprunt; FEW, III, 797 a; Duraffour, Gloss. no 3949. Nous avons renoncé à détailler les formes fém., dont la voyelle accentuée correspond généralement à celle du masc.; il faut toutefois noter que la diphtongue s’est sporadiquement conservée au fém., sans doute favorisée par la consonne suivante. À V Arb., Grimis., distr. Hér. et Sierre, froid présente au masc. des formes en ‑èi(k), ‑éi(k), ‑èk, ‑ék, ‑i(t), etc., d’une part, et des formes en ‑èis, ‑éi(k)s, ‑é(k)s, ‑is, etc., d’autre part. Les premières sont employées comme subst.; les secondes, qui procèdent d’anciens cas sujet sing. ou cas régime pl., le sont comme adj. sing. et pl.; cf. Jj. dans Rev. ling. rom. VII, 33‑34. Les formes fém. en ‑dyə de Vd Villen. et en ‑dzə de V Saill. var. et Leytr. sont sans doutes dues aux variantes en ‑dy‑, ‑dz‑ du radical des verbes dérivés de froid; cf. afrèidjy, éfridy, infraidy, refroidir. Le composé cité sous I, 2o a sans doute été inspiré à Surdez par Roussey, Bournois, 133. Pour le subst. (sous III), le genre fém. a un caractère augmentatif et s’emploie pour marquer l’intensité du froid; cf. parallèle sous chaud IV, 1o et hist. La loc. fr. rég. froid et chaud «refroidissement» citée sous III, 2o 3 est une var. du fr. chaud et froid «id.». — Les syntagmes nominaux figés dans lesquels froid fonctionne comme déterminant sont traités sous l’en‑tête du subst. déterminé, cf. notamment arn 1, II, 1o, coup 4o 6, dzé 1, 5o 2, eau 1, 6o, fièvre 1o fin, humeur, payeur, rhume, ydzo. — Cf. les suiv., afrèidjy, éfridy, fèrpḥlyo, fri, fraidèt, frederium, frèdt, frèdòl, frədòlu, frədn, frédna, frèid 1 et 2, frèidja, frèidta, fripandn, infraidy, rafrèd, refroidir et comp. sous boucher 2, 4o 1, fête‑ 2, comp. 2 et 3, fraizèri, pisse‑, rai‑, saint‑, sang‑froid. Go.

Pour citer cet article : FROID (réd. Go.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VII, p. 1027.

Marge de droite