Tome VIII page 110
 

1. GARDE, grda, ‑(ə), ga‑, g‑ Vd passim, V 10, 18 var., 22‑22a var., 30, 33, 35‑36 var., 3 Saxon, 42, 45 et 47 var., 51 var., 53, 5 Conth. Ber., 60 var., 86 et 89 var., Ba., G 10, 13, 14, 18 (gaò‑), 20, 21 Jj., F 12, 17, 1 Villarvolard, 22, 3 L’Homme, 3‑4 Hæf., 51, 56, 63, N 11, 13, 20, 50, 61, B 13, 20, 32, J 66 Jolidon, gṑ‑ Vd 80, G 19, 21 Tp., 22, F 2 Fruence, 5 Autavaux, Fétigny, gó‑ 54, gèrd, ‑ḕ‑ B 21, 22, 2 Romont, J 3 Mervelier, 4 (‑‑ 42 Tabl.), gyèrda Vd 51 corr. (djy‑ Ke., dyā‑ Tabl.), dyèrda 70, dyèrd, ‑ḕ‑ J 48 corr., 4 Courroux, gèdjè N 30, gèdj, ‑ḕ‑, rart ‑‑ J 50, 51, 5 Noirmont, Peuchapatte, dy‑ 46, 47, 50 var., 53, 54, 6, dyèj 64 corr. Anc. garda F 1319, XVe s., guerde J 6 2e moitié XIVe s., gairde 1410; lat. gardia F 14 1320; patois garda G XVIIe s. Escalade, XVIIIe s. Rocati, garde, gaird J 4 XVIIIe s. Paniers; — vrda, ā‑, ‑e, ‑(ə), ‑a‑ Vd 14 var., 16 var., 17, 21, 24, 31 var., Dum., V passim, F 10, N 12, 1 Rochefort, 20 var., 51, B 10, 32 var., ṑ‑ Vd 30, vārd B 20 var., vṓrd J 44, (v)èrda, ‑ḕ‑ Vd 51 corr. vx, F 10 var., 13, 14, 1 Bor., Dict. pat., 21, 4 Treyvaux, v‑ 12 var., 14 var., 30, 51 var., vḕr‑, vèr‑ N 21, 2 Fleur., vèrd B 22 var., (v)èda, ‑(ə), ‑é‑ N 32 (‑‑), 33, 34, 40, 41 Bibl. 855, 42, 3 ou 4 Bibl. 858, B 28, védja N 31, (v)èdjè 30 var., vèdj, vadj 41 (et vḗdj), J 50 et 54 var., 6 Va., J Jura Dim., dj 54 et 66 vx Ke., vādj 54 et 66 var., 6 Bié., Va., J Jura Dim., vṓdja N 22, (v)ouədj J 50 var. (vóədj Tp., ədj Ke.), 66 var., 6 Va., voudj J Pays Dim. Anc. warda F 1387‑1388, vorde J 52 1572; latin warda Vd 1258‑1273, V 1260‑1334, varda Vd 3 1260/61, 4 1273, V 31 1260/61. Cf. n. de l. — Tabl. 73; Dietrich, Ke. et Jolidon, mat. ms.; Pier. 272.

‖ S. f. 1o Action de surveiller un être animé, surtout de garder des animaux (Vd passim, V spor., G Dard., F‑J spor.); cf. ci‑dessous 7o. Férə la vrda, garder le troupeau (F Montb., Grandv.). ə vrda di mòdzon, la g. des génisses (V Lourt.). La vrda də lè fyè è konfyayə a on bèrdjī, la g. des brebis est confiée à un berger (Vd Orm.). ‖ Loc. Il a ana grsa rta də btè a [en] vdja, il a bcp de bétail à garder (N Brév.). Lə tropé è sò [sous] bna vdja, le troupeau est bien gardé (ib.). Frè bna vrda, faire bonne garde (V Leytr.; var. V Isér., Ann., F Vill.‑s.‑M., Gr.‑de‑V.). Tə n’ p bin fè bna vrda, tu n’as pas bien gardé le troupeau (F Gr.‑de‑V.). férə bna vrda avò chë matósə! ces gamines, il faut bien les surveiller! (V Isér.). «Lé parèn dè la mata li fajièvon bongna garda è jiamé lé pouèïè chourtéc cholèta», les parents de la jeune fille la surveillaient bien et jamais elle ne pouvait sortir seule (V St‑Luc. F. commerciale Sierre, 6 août 1924). Prov. boun·na rda ou·n è·n a jyami tra, litt. de bonne g., on n’en a jamais trop (V Évol. Jj.); var. dans Barras, Prov. no 2375. I krṑyə vrda nórë ò lu, la mauvaise g. nourrit le loup (V Isér.). Autre prov. sous dormeur 1o. ‖ Spécialt. Dè bna vrda, se dit d’une vache docile, facile à surveiller (F Vill.‑s.‑M.); cf. ci‑dessous 7o. Par ext. 1. Temps que le troupeau met pour brouter (V Vernam.): Lə vrda dòou matin y è londzə, le temps pendant lequel on garde le troupeau le matin est long. 2. Somme d’argent versée au berger à qui on confie ses bêtes à garder (V Lourt., St‑Luc, B Plagne, J Bois; anc. J Pomm.). Si une truie fait ses petits avant le 25 mars, leur entretien doit être payé au berger, «maix ceulx (les porcelets) que vindront après ne doibvent point de vorde aux berger» (J Pomm. 1572. Jj.); cf. garder. ə vrda è pyè tsyèrə ra k’on·n ydzo, la g. est plus chère aujourd’hui qu’autrefois (V Lourt.). Payi la vèrd, payer la g. (B Plagne). ra, nó fāt alā payè la rda di vatsə, maintenant, il nous faut aller payer la g. des vaches (V St‑Luc. Gyr2, 507). Pou lè vouədj dḗ bḗt botḕ ḗ vèyïn, n bèyiəv kètr è vin sou pè bḗt ḗ ptè vèdjou d bḗt sln l mā k’èl èvïn, pour la g. du bétail mis à brouter les regains, on donnait quatre à vingt sous par bête aux petits gardiens selon la difficulté de leur tâche, litt. le mal qu’ils avaient (J Bois). ‖ Redevance en grains versée pour la garde du bétail (J Épauv.): Din l tan tchḗty mḗnèdj pèyḕ lè vèdj ā bèrdjiə, autrefois chaque ménage payait la g. au berger communal. 2o Protection, surtout protection divine: Yə mè rètirə dèzò la vrda dè Dyu, je me retire sous la g. de Dieu (Vd Orm.). Dans une prière: Ò la gèrd du booun Duə saïn nò baïn ròdu [rendus] é rəkomandé, soyons bien voués et recommandés à la g. du bon Dieu (B Vauff.). Kə l’indj də Dūə m’i sat an gḕrd! que l’ange de Dieu m’y soit en garde! (J Mervelier. A. tr. p. III, 288). Par méton. «Netrou bon Di quet torzo noutra garda ...», notre bon Dieu qui est toujours notre sauvegarde (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 8). Formules pour invoquer la protection de Dieu. A la rda dé Dyu (Vd Blon.; var. Vd Orm., Penth., Pailly, Dum., V Isér., Châble, Lourt., Sav., Évol., F Gruy. spor., Gr.‑de‑V., N V.‑de‑Tr., Sav.), ò [en] la gèrd də Dūə (B Plagne; var. B Romont, Mall., J Bonf., Aj. Va.), ò la gardə [< gard də?] Dūə (B Orvin; var. J Vermes, Charm.), a la gard du bon Dy (N Val., var. B Vauff.), a la vrda (Vd Orm.; var. Vd Leys., Penth., Pailly, Rovr., Mess. boiteux, N Sagne; N fin XVIIIe s.; fr. rég. Vd Payerne, Ca., Dup., N Pier.). 1. Avant d’entreprendre qch. ou d’effectuer un déplacement (passim), particulièrement avant de commencer les labours, en s’adressant à l’attelage (Vd Leys., Orm., Pailly, B Orvin, Romont); cf. Dieu II, 3o 1. Van, ò la gard d Duə! allons, que Dieu nous conduise! (B Mall.). Avec paraphrase de Dieu: A la grda dè sé k’mndzè lə sərzè, à la g. de celui qui emmanche les cerises (Vd Leys.). 2. En laissant qch. aux soins de la Providence ou à la merci d’autrui (Vd Orm., Penth., V Isér., Évol., N Sagne, Val., J Bonf., Aj. Va.; N fin XVIIIe s.; fr. rég. Vd Ca., N Pier.). An vrda dè Djó! ky’oun dëzèi è·n fèrmè·n ò bu, à la g. de Dieu! qu’on disait en fermant l’étable (V Isér.). «S’on veyé que cé alliss’ | ... se noz éti mî gouvernâ | ... le to peurmî d’enn’ air sérieux | y dré: à la gard’ du bon Dieu!», si on voyait que cela allât mieux, si nous étions mieux gouvernés, le tout premier, d’un air sérieux, je dirais: à la g. du bon Dieu! (N Val. Quinche, Tin d’on viâdge, éd. Greuter, v. 351‑356). «Se çoli vire mâ, en lai dyaiedge de Due!», si cela tourne mal, à la g. de Dieu! (J Aj. Surdez, Péquignat, 17). Vivr an lè vadj də Dūə, vivre en s’en remettant à Dieu (J Aj. Va.). A la grda dè Dy, alun nò kutsi, ... allons nous coucher (Vd Penth.). «On prétend qu’elle (une brochure sur les Confessions de J.‑J. Rousseau) va m’attirer des ennemis ardens et de désagreables réponses. J’aimerois autant que non, mais à la garde! comme on dit à Neuchâtel» (N 1790. MME de Charrière, Œuvres complètes, III, éd. 1981, 177). «Ne partez pas dans ce moment, il pleut. — À la garde, j’ai un parapluie» (fr. rég. Vd Ca.). ‖ Advienne que pourra, tant pis (N fin XVIIIe s.; fr. rég. Vd Dup., N). «Mais à la garde! il ne sert de rien de pleurer et de se lamenter quand il n’est plus temps» (N 1784. MME de Charrière, Lettres neuch. éd. 1971, 54). «Dieu sait ce qu’il y a de neige là‑bas, dans la Combe‑aux‑Morts! Enfin, à la garde» (fr. rég. N Magnin, dans Pier.). 3. En laissant son bétail paître sans surveillance (F Grandv., N Couvet). Ex. sous congé 2o, Dieu II, 3o 1. 4. En réponse à un souhait de bonne santé après un éternuement (V Isér.): Gran maséi [grand merci]! an vrda dè Djó! 3o Spécialt. 1. Placement en nourrice ou en pension d’un enfant indigent (F Treyvaux; anc. F). «A la fema de P. M., pour la garda d’un enfant a luy mis a nurissez» (F 1478. Comptes Hôp. AC). Inkə lè kondiḥon dè la mja pò la vrda dè la pitta Rozə mo, voici les conditions de l’arrangement pour la g. de la petite Rose Heymoz (F Treyvaux. Novi botyè, 19). Loc. Bətā a vrda (Vd Orm.; var. anc. F), balyi a vrda (F Treyvaux), placer un enfant indigent, un orphelin chez qqn, chez un tuteur. «Ung enfan que l’ospitaul ly aves mis en garda» (F 1472. Comptes Hôp. AC). A l’ādzə dè in an sé òrfnə a dyu trè bətā a vrda pèr la justisə dè pé, à l’âge de cinq ans cet orphelin a dû être placé par la justice de paix (Vd Orm.). Lèj infan chin parin è a la tsḕrdzə də la kəmna ran balyi a vrda pèrmi lè dzin kə vòlan bin lèj alèv, les enfants sans parents et à la charge de la commune étaient placés chez les gens qui voulaient bien les élever (F Treyvaux. Novi botyè, 18). Prndrè on·n infan a vrda, prendre un enfant en pension (Vd Orm.). 2. Protection personnelle accordée par un seigneur, moyennant paiement d’une redevance annuelle; la redevance elle‑même (anc. Vd‑N); cf. hist. «De 3 modiis [muids d’avoine] receptis de hominibus de Chessay [Chessel] pro varda perpetua per annum» (Vd Chillon 1260/61. Chiaudano, Finanza Sabauda, I, 32). «De 3 libris piperis [livres de poivre] receptis de warda hoc anno» (V Mart. 1260/61. Ib. I, 53). «De 2 libris cere [cire] receptis de capellano de Grissye [Gressy] pro garda per annum» (Vd Yverdon 1266/67. Ib. I, 111). «De 3 modiis avene receptis de hominibus de Chavornay pro varda hoc anno, preter homines domini Amedei de Monte Falconis qui non sunt in dicta varda» (Vd Yverdon 1266/67. Ib. I, 110). «Homines ville de Verney debent domino 18 panes et 18 cupas avene pro varda per annum» (Vd Aubonne 1273. Ib. III, 8). «Non possimus ... supponere nos vel heredes nostros gardie, custodie, dominio, iuridictioni alterius cuiuscumque persone» (F Gru. 1320. Mém. Soc. Hist. Droit, XXVIII, 1967, 101). «Et ne poons ne devons faire, ne entrer en homaige, comandise, en borgesie, ne en garde de autre seignour sein la volunté et le consentement de nostres diz seignour» (N 1327. Matile, 379). «Dictus Martinus... contra conventiones predictas posuerit se in garda et protectione nobilis viri Aymonis domini de Sarrata [La Sarraz]» (Vd Month. 1336. Anex, Servage en Pays de Vaud, 57). Une redevance de 12 sous versée au comte de Neuchâtel «pro commandise videlicet pro garda» (N Boveresse vers 1340. Musée neuch. 1982, 120). Le châtelain de St‑Maurice «recepit a Roleto Burdini, notario, burgense Sancti Mauricii, de garda per annum ... 12 denarios mauriciensium» (V St‑Maur. 1405/07. Écoles et vie intellectuelle à Laus. 112). 4o Action de surveiller une chose pour la préserver: «114 sols 6 den. lesquel Piero lo valisser [Valaisan] ... ly avoit doné en garda» (F 1479. Comptes Hôp. AC). «Po constata sel gardien du semtire avait fa son dévet avoué lets sapelots qu’an éta confia à sa voueda ...», pour constater si le gardien du cimetière avait fait son devoir avec les petits sapins qui ont été confiés à sa g. ... (N Ch.‑de‑F. Proc.‑verb. Sapin, 3). 5o Action de surveiller un lieu afin d’en assurer la sécurité (Vd Gryon, Bas‑V spor., V Évol., G Troin., N Ch.‑de‑F., J Mett., Bois; anc. V‑N). «La warda de la tor» (F 1387. Comptes Trés. I, 55. AC). «Item a P. B. qui fust ordonné capitain luy diesme [nous lui dîmes] de chevauchier avec le gouverneur du pays de Vuaud pour la garda du pays» (F 1476. Comptes Trés. 147. AC). Vrda dé dz, surveillance des forêts (Vd Gryon). Y’é la rda dóg pyo [cf. pilo], je garde la maison (V Évol. Chvr.). Sultan étè lə mèly ṣin də grdə kə sə pòsə vi, S. était le meilleur chien de g. qui se puisse voir (G Troin.). Prov. L tchïn d vouədj n’èbèy pn tchin k lə lḕr vïn, le chien de g. n’aboie pas quand le voleur vient (J Bois). Loc. « cei moyan on pré le cordegarda | yo l’ennemi fassive bonna garda», par ce moyen on s’empara du corps de garde où l’ennemi faisait bonne g. (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 73‑74). ‖ «A J. R. soutier pour una cria [cf. crie 1o] de nuyt pour la garda du fuo [incendie, cf. feu 1, 2o] per temps d’orage» (F 1476. Comptes Trés. 147. AC). ‖ Spécialt. Office cédé en fief par un seigneur, consistant pour son détenteur à assurer la garde de terres cultivées avec, en contrepartie, prélèvement de taxes auprès de ceux qui bénéficient de cette surveillance (V Sion 1334): «Richardus et Martinus ... recognoverunt se tenere in feudum a Mermeto de Olono domicello wardam de plantatis de Granges, tam vinearum quam pratorum ... Et dicti fratres asserunt quod possunt in quolibet anno dicte warde accipere, in quolibet fossorato vinearum dicte warde, tanquam custodes ipsarum vinearum, 3 racemos quos voluerint antequam vindemientur ipse vinee» (MDR, XXXII, 78). Par ext. 1. Service périodique de surveillance (Vd Dum., spor. V, F Gruy., J; anc. G); cf. ci‑dessous 9o. Ceux qui ne font pas de service militaire aran pa kònyu ... èj urè dè grda din dèj indrèi achno [cf. signe] tò prinjé dè pròpòrchyon énrmë, n’auront pas connu les heures de g. dans des endroits sinistres où tout prenait des proportions énormes (V Conth. Ber. I, 93). ‖ Loc. Itrə də vrda (Vd Dum.; var. V Isér., F Gruy. spor., Hte‑Glâne L’Homme, J Charm.; anc. G), «être en garde» (G 1670), férə la vrda (Vd Dum.; var. V St‑Luc, Grim., J Pleigne), montā la vrda (Vd Dum.; var. V Champ., Nend., F Vill.‑s.‑M., Roche, J Charm.), assurer un service de surveillance. «El alaron poi quemanci leu zuvra | a tua [à tuer] celeu [impr. ‑lai] qu’iron de garda a Nuva», ils allèrent ensuite commencer leur œuvre en tuant ceux qui étaient de garde à la Porte Neuve (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 7). Iṣrə dè grda ou cha [cf. sourd] dè la né, p vro pyéjin, être de g. au plus profond de la nuit n’est guère plaisant (F Hte‑Glâne. L’Homme, 25). «Il y a certains prealables à discuter ... de combien de nuits on sera en garde» (G 1670. Sources droit, IV, 371). Oun·n yzo oun bon·n ardiky [bon hardi] kyi faji la grda fé ènon [cf. nom] droumik, une fois un soldat effronté qui faisait la g. fait semblant de dormir (V Grim. Jj.). Spécialt. Frè la rda, garder le village déserté par les habitants qui sont descendus en plaine s’occuper du vignoble (V St‑Luc): Dèmaṅ, yó chig prīt pò [je suis pris pour] frè la rda yi·n in Louk, demain, c’est mon tour d’aller faire la g. à St‑Luc (Gyr2, 756). ‖ Loc. fig. Désèdrə la grda (N Noir.; var. Vd Blon., Corsier, Pailly, Cont., F Roche), «descendre la garde» (fr. rég. G Hum., N Bon.), subir un revers dans sa santé, sa fortune (N Noir.; fr. rég. G Hum., N Bon.), déchoir, connaître un revers dans sa réputation (N Noir.), décliner (Vd Cont., N Noir.), mourir (Vd Blon., Corsier, Pailly, Dum., F Roche). «Lo pourro gaillâ coumeincivè à décheindrè la garda; vegnâi adé pe set», le pauvre gaillard commençait à décliner; il maigrissait de plus en plus, litt. il devenait toujours plus sec (Vd Cont. 1881, 22). Yə pòrai bin déchndrè la grda, il pourrait bien mourir (Vd Pailly). 2. Impôt destiné à payer les compagnies à la solde de l’État (anc. G). Spécialement destiné à pourvoir aux dépenses nécessitées par la sûreté de l’État, cet impôt, de volontaire à l’origine, est peu à peu devenu obligatoire et proportionnel à la fortune individuelle. Toutes les personnes — Genevois et étrangers — résidant sur le territoire de la République y étaient assujetties; des exemptions partielles ou complètes étaient prévues, notamment pour les personnes à faible revenu ou ayant charge d’enfants. Cette taxe régulière pouvait être plus ou moins élevée, en raison de circonstances extraordinaires. Cf. J. Vuy, Essai sur la taxe des gardes, Gen. 1838. «Jean Rousseau, citoyen, a presenté requeste aux fins d’estre deschargé et exempt des gardes, en consideration du nombre de seize enfans vivants qu’il a eu d’un seul et mesme mariage» (G 1654. Sources droit, IV, 236). «A esté resolu qu’on n’ottroyera aucune exemption des gardes que par ordre du Conseil» (G 1671. Ib. 374). Le teneur des livres en la Chambre des Comptes «dressera les carnets du seigneur sindic de la garde, du seigneur tresorier general, ceux des tailles et des gardes» (G 1688. Ib. 536). «Je fus inscrit comme tel dans le rôle des gardes que payent les seuls citoyens et bourgeois» (G XVIIIe s. Rousseau; cf. Ann. Rousseau, III, 47). ‖ «Arresté que tous ceux qui sont tirés aux gardes de jour payeront quarante quatre florins» (G 1676. Sources droit, IV, 441). «Arresté qu’à l’advenir tous hommes, femmes et filles qui auront des mestiers et industrie pour gagner leur vie et en profiter seront mis à moitié garde de nuit» (G 1672. Ib. 390). Pour ceux qui ont douze enfants, il a été décrété qu’«on les exemte seulement des droits que l’on paye pour la garde de la Ville, de tous renforts et de toutes autres gardes extraordinaires» (G 1699. Ib. 665).

6o Vigilance, dans des loc. verbales: 1. Botḕ [cf. bouter I, 11o] an dyèdj, mettre en garde, avertir (J Aj. Jura Dim., var. V Monthey). «Assebin ne te faudré‑te pas troâ crâre a tot cein que te dit et te bouto ein ouarda contre lui», aussi bien ne te faudrait‑il pas trop croire tout ce qu’il te dit et je te mets en g. contre lui (V Monthey. Val. rom. 1896, 16). «Es s’aidrasse en nos bouennes dgens de vlaidge pou les botè en diaidge contre enne grosse piedre: c’té d’notre langaidge», il s’adresse à nos bonnes gens des villages pour les mettre en g. contre une grosse perte: celle de notre langage (J Aj. Jura Dim. 1896, 87). ‖ S botḕ an vadj (J Aj. Jura Dim.), s botḕ chu sè [sa] dyèrd ou chu sé [ses] dyèrd (J Mett.), se mettre sur ses gardes. «Péce enco pou lo môtie ou pou l’école, main pou lo reschte, botan nos en voidge», passe encore pour l’église ou pour l’école, mais pour le reste, mettons‑nous en g. (J Aj. Jura Dim. 1896, 87). 2. ḗtr də dyḕdj (J Courted.), étr chu sé dyḕdj (J Charm.; var. Vd Orm., N Rochefort), être sur ses gardes, se méfier. Dans le mariage, vò vlè bèl èva [voulez beau avoir] pār dyḕdj, vò n sèrïn tṓədj ḗtr də dyḕdj, vous aurez beau prendre g., vous ne sauriez toujours être sur vos g. (J Courted. A. tr. p. VI, 168). N’an pa itā su lao grdè, è y an itā prai, ils n’ont pas été sur leurs g., et ils ont été pris (Vd Orm.). Au jeu de la marelle, «on créyeaît être rudamé su sè vouardè, mâ è saveaît mî djû que no, lè boube», on croyait être extrêmement sur ses g., mais il (notre père) savait mieux jouer que nous, les garçons (N Rochefort. Pat. neuch. 349). 3. Sè tinyi chu sa vrda (F Montb., var. Gru.), tənei su sé rdé (V Champ., var. passim), se tenir sur ses gardes, se méfier. Sə mé satsə [sois] pā tən su mə vārdə, èrə prè, si je ne m’étais pas tenu sur mes g., j’étais pris (V Véross.). Té tə su té gaṑrd aé lyi, y èt on malin, tiens‑toi sur tes g. avec lui, c’est un malin (G Aire‑la‑V.). Kan fó vóyadzi la né, fó adi sè təni chu sè grdè, quand il faut voyager la nuit, il faut toujours se tenir sur ses g. (F Gr.‑de‑V.). 4. «Se donner garde» (anc. Vd, G, F), «se donner à garde» (anc. F), faire attention, surveiller. «Que secreitement en chascune bandery [cf. bannière 3o] se esliese ung homme, lesquelx se devront donner garda pour savoir cellours qui feroent le contraire deis chouses susdictes» (F 1441. Rec. dipl. VIII, 240). «A J. B. pour sa peyne qu’il a prins de soy donner a garde dez aigues» (F 1461. Comptes Trés. 117. AC). «Maistre Pierre, qui se donnoit garde du raffort [chaufour]» (Vd Laus. 1570. Comptes, D 229. Ac). Autres ex. (F 1473, G 1547) sous donner II, 4o. ‖ «Se donner en garde», se mettre sur ses gardes (F 1538): «L’ung de ses complices ferist icelluy homme d’ung pugniart, car icelluy homme ne soy donnave pas en garde» (Livre noir, V. AC). 5. S bayīə [cf. bailler II, 7o] ò vèrd (B Plagne; var. N V.‑de‑Tr., Mont., B distr. Courtelary, J Bois, Ocourt, Jura Dim., Pays Dim.). a) Prendre garde, faire attention: Bady t’ò vārd! prends g.! (B Orvin). Bay t’a vrda! lèz ègrḗ son malḗzī, fais attention! l’escalier est raide (N Couvet). Bay tə pèr ò vèrd, t risk də tchāə! fais donc attention, tu risques de tomber! (B Plagne). «Baillin‑no à vouaide! Fasin anna sociéta po vouadâ, preidgî, liire ... noûtre bai romantch», prenons g.! Faisons une société pour conserver, parler, lire notre beau romanche (N Sagne. Pat. neuch. 20). «Mais baillie‑vo à verda di z’omo: car é vo troinneret det lieu assimbiéyets», mais mettez‑vous en g. contre les hommes; car ils vous traîneront dans leurs tribunaux (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. X, 17). «Baye‑te à vouéde d’on tchvau pa darî, d’ana fana pa dvan et d’ann anchan d’tu lè chan», garde‑toi d’un cheval par derrière, d’une femme par devant et d’un vieillard de tous les côtés, prov. (N Planch. Michelin, Dim. Planch. éd. Jj. 31). S’ā ïn pyè [pli] k’an pran sḕ sin s’an bèyiə an vadj, c’est une habitude qu’on prend facilement sans y faire attention (J Ocourt). Autres ex. sous bailler II, 7o, crétet. Composé subst. On baly t’a vrda, un avertissement (N Fleur. Jéquier): «Et éïan zu, pédé qué dremeçan, on baille‑t’a‑verda du cîlo de ne pè ralé trové Hérôde ...», et ayant reçu, pendant qu’ils dormaient, un avertissement du ciel de ne pas retourner vers Hérode ... (Év. Matth. II, 12, dans Festschr. Tappolet, 145). b) S’apercevoir, remarquer: «Jaco s’a bailli à voiède qu’on l’trompave», J. s’est aperçu qu’on le trompait (N Locle. Bibl. 847). Aïn mataïn k’y avāə vāətiə, i s baya ò vèrd kə Lou·i avāə dékoutchiə, un matin où elle avait guetté, elle remarqua que L. avait découché (B Plagne). È s bèyin·n an vouədj kə l djuə·n an·n èvè ïn piə fértchiə, ils remarquèrent que le jeune homme avait un pied fourchu (J Bois). «Quan Droû se baillâ à vouède que la métie avè passà la Poota [cf. porte], i feu dagre [cf. gro 2o 3] dezo la rotche, que tcheza, boutcha le passaidje», quand Droz s’aperçut que la moitié (d’une troupe de pillards bourguignons) avait passé le Col‑des‑Roches, il fit levier sous le rocher, qui tomba, boucha le passage (N Mont. Pat. neuch. 39). «Nos étin héraintais, a ce que nos ne seu baiyenne pe en vadje que nos aivin rébiais d’ôtai les pieres qu’étin deudain lai tchuvatte!», nous étions éreintés, ne voilà‑t‑il pas que nous nous aperçûmes que nous avions oublié d’ôter les pierres qui étaient dans le cuveau à choucroute (que nous venions de transporter), litt. est‑ce que nous ne nous aperçûmes pas ... (J Jura Dim. 1898, 170). «I gatollia s’bein l’coueu et l’esprit de Djeanne‑Marie que quéques dmaindges après les djouvnets dgeas s’â baillèra à vouèda», il chatouilla si bien le cœur et l’esprit de J.‑M. que quelques dimanches après les jeunes gens s’en aperçurent (N Planch. Hirschy, Lampadut, 3 a). Autre ex. sous bailler II, 7o. ‖ Se douter, se méfier (J Ocourt): Lə pltiə sə bèyé an vādj kə s rḗtè ïn té d krəvèjiə, le tailleur se douta que c’était de nouveau un tour de cordonnier. 6. Prndrè gyrda (Vd Sent., var. passim), prindrə a [à] vrda (V Mase; var. V Évol., N Cern.‑Péq.), pròr ò [en] vèrd (B Plagne), prendre garde. a) Absolt. Faire attention, se méfier: Pran piə dyḕdj! fais donc attention! (J Charm., var. Pleigne). Prin grda, tə vdyə lə vèïn, prends g., tu verses le vin (V Trient). Prov. Fna av a brba | t  mndo rdè | mo chën brba | fna, prin grda! femme avec la barbe, tout le monde regarde; homme sans barbe, femme prends g.! (V Sav. Luyet, Dictons, no 176). b) Avec un pron. réfl. Faire attention (V Haud.): Prin tè vrda, y èṣ oun fèïnṅ mrlo, prends g., c’est un fin merle. Spécialt. Se garer avec un véhicule (ib.). ‖ Se préoccuper de soi‑même (Vd Orm.): Prin tè grda! prends g. à toi! c) Suivi de à / en + nom ou pronom. Faire très attention à qqn, à qch.: «Prends diaydge ai toi se to n’â pe en oëdre tiain i reverai», prends g. à toi si tout n’est pas en ordre quand je reviendrai (J Pleigne. Defer, Hist. pat. 57). Pran gḕdj è s kə t di, prends g. à ce que tu dis (J Bois). «Pran gaird en [cf. en 1, I, 8o 2] çot qu’i di», prends g. à ce que je dis (J Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. X, 76). Autre ex. sous déplumer 1o. d) Suivi de de + inf. ou de que + proposition au subj. Veiller, avoir soin: Louj a di, dè·an kə mda, kə chan prei rda də fìrə bènadrei [cf. bon 2, 1], il leur a dit, avant de partir, qu’elles prennent g. de se conduire comme il faut (V Hérém. Lav. 374). Y an prei rda də fīrə benadrei, də pa danchyè, ils ont eu soin de bien se comporter, de ne pas danser (ib. 367). Prè·n vrda dè pa tyrè [choir], fais attention de ne pas tomber (V Chal.). Vò órḕ prédjiə də gḕrə é də bri də gḕrə: prnté ardə də nə pā vò tròblyā, vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres: gardez‑vous d’être troublés (B Nods. Rollier, Év. Matth. XXIV, 6). El a prè vrda dé pā mè répndré, il s’est bien gardé de me répondre (V Véross.). mèrmit di an lè tyès: pran dyḕdj də mə n pə ouədjayiə, la marmite dit à la casserole: prends g. de ne pas me salir, prov. (J Aj. Va. 190). Prin grde kə li dzənye n’alchon pa din lə krti, prends g. que les poules n’aillent pas dans le jardin (V Trient Dietrich). ‖ Suivi de de + inf. S’efforcer d’éviter: Prin grda dé tsəzi, prends g. de tomber (Vd Oron). Prin grda də t’achoupā, fais attention de ne pas trébucher (V Trétien Dietrich). Prin grda dè tè soulā, garde‑toi de t’enivrer (V Lourt.). e) Suivi de que + proposition à l’ind. Remarquer, observer (J Del. XVIIIe s.): «I n’aivai pe pri garde que lai poërte di cie | n’het que trois pies de há et de lairge dou pies», elle n’avait pas pris g. que la porte du ciel n’a que trois pieds de haut et deux de large (Paniers. A. tr. p. IX, 234). 7. Par ellipse de prendre. Gard a vou (V Conth. Ber., var. F Gruy. Dict. pat.), garde à vous, commandement militaire (V Conth. Ber.), commandement utilisé chez les sapeurs‑pompiers (F Gruy. Dict. pat.). ‖ Par ext. Kriyé gard a vou, crier gare (V Praz‑de‑F.). Composé subst. Gard a vou, attitude d’une personne qui se tient immobile et aux aguets (V Nend. A. Praz, Sav.). V éi rin ky’a résta chou ó gard a vou tin kyè vëndré, vous n’avez qu’à rester sur le qui‑vive jusqu’à ce qu’il vienne (V Sav.). 8. Avāi grda, s’abstenir soigneusement (Vd Orm.): Lə rənār sè frè pèrmi ao bòson è èr a grda d’in rèsai, le renard se fourre dans ces buissons et se garde bien d’en ressortir. ao kə savivon dé sèkrè pòr vari [pour guérir] von grda dè lə divulgā, ceux qui connaissaient des remèdes secrets se gardaient bien de le divulguer.

7o Fait d’élever des animaux domestiques, dans des loc. Baẓi a vrda, confier temporairement son bétail à qqn qui s’engage à le nourrir (Vd Ross., var. F Vill.‑s.‑M.); cf. garder 9o. Avai a vrda, nourrir le bétail de qqn avec son propre foin (Vd Ross.). Prndrè a vrda (ib., var. F Joux), même sens (Vd Ross.), prendre du bétail à élever et se dédommager avec sa production de lait (F Joux). L’é prai pòr cha vrda, litt. je l’ai prise (une vache) pour sa g., j’assure son entretien (Vd Ross.). ‖ Na bta dè vrda, une vache qui rapporte bien, en lait et en veaux (Vd Orm.). Y ā d bè·n vṓrd, elle est de bonne g., se dit d’une bête qui a un bon rendement (J Underv.). Ha vatsə nòj a fḗ bna vrda, cette vache nous a bien rapporté pendant que nous nous en sommes occupés (F Joux). Dur [cf. dur I, 4o 2] vdja, se dit d’une bête qui ne grossit pas (N Brév.). ‖ Spécialt. 1. «Equus de warda» et var., cheval de haut prix (V 1270‑1273. MDR, XXX, 156, 157, 204‑207); cf. hist. 2. Izé dè rda, oiseau de basse‑cour (Vd Leys., var. F Grandv.). 8o Qualité de ce qui se conserve facilement et longtemps, dans les loc. də vrda (V Aven; var. Leytr., Nend. A. Praz, Évol.), dè bna vrda (V Isér.). Dè pan [pain] vrda (V Leytr.). Lé pri [poires] chon də vrda (V Aven). È pmë franṅ rózó è‑y‑è përéi Sin Martèinṅ son dè bna vrda, les pommes franc‑roseau et les poires St‑Martin se conservent bien en cellier (V Isér.). Pṑmə də vrda, pommes d’hiver (V Nend.). Lu fròmzo dè la mou·ntanyə y è mi dè rda kè chu dè la lètèrik, le fromage d’alpage se conserve mieux que celui de laiterie (V Évol. Chvr.). ‖ Prè d grda, poires tardives (G Herm.).

9o T. coll. Corps de troupe chargé d’assurer la sécurité, d’exercer une surveillance (spor.); cf. ci‑dessus 5o 1, corps 9o. Vòz ḕ la ārdə, alā é fté lə ardā kəmin vò l’antandrḕ, vous avez une g., allez et faites‑le garder (le tombeau du Christ) comme vous l’entendrez (B Nods. Rollier, Év. Matth. XXVII, 65). Pour faire respecter le Jeûne fédéral, «lâi avâi dein tsaquiè veladzo onna garda composâïe dè dou sordâ ein militéro», il y avait dans chaque village une g. composée de deux soldats en uniforme (Vd Cont. 1890, 39). ‖ Escorte: L’avāe tta na rda aé li, il avait toute une escorte avec lui (V Vouv. Planchamp). Èl è sou bna vrda, il est sous bonne escorte (N Noir.). «Les Aidjolats sairaint te faire inne tâ dyaiedge que Djeain‑Conrad lu minme en seré envietoux», les Ajoulots sauront te faire une telle escorte que Jean‑Conrad (le prince‑évêque) lui‑même en sera rempli d’envie (J Aj. Surdez, Péquignat, 17). Spécialt. 1. «Garde bourgeoise», milice de citoyens chargée de la protection de la ville (G XVIIe s.). «Ledit reiglement porte qu’en place de la garde bourgeoise on enrole des hommes au double de ce qu’il en faut en chaque poserie [poste de sentinelles]» (G 1685. Sources droit, IV, 512). 2. Vrda dèi fòr [des forts], troupe assurant la garde des fortifications (V Isér.). 3. Dyèdj nasyònal, unité de l’armée suisse constituée des militaires âgés de 43 à 50 ans, «landsturm» (J Bois). 4. Composés. Èriər dyḕdj, arrière‑garde (J Charm.). Èvin dyḕdj, avant‑garde (J Aj. Va.). Autre comp. sous derrière 6o.

10o Choses qui servent à protéger, à garantir d’un danger, à conserver, etc. 1. Garde d’une épée, d’un sabre (Vd Leys., Sent., Penth., Vaug., G Herm.). Grda dāo sbro (Vd Vaug.). 2. «Garda de brey» et var., brassard, pièce d’armure couvrant le bras (F 1476): «2 gardez de brays» (Arch. Soc. hist. Frib. V, 295). Cf. garde‑ 3, comp. 6. 3. Cimier du casque de sapeur‑pompier (Vd Leys.). 4. Main courante, rampe d’escalier ou parapet d’un palier (J Bois, Épauv.). Gdjè d f [de fou], rampe d’escalier (N Cern.‑Péq.). Cf. garde‑ 3, comp. 15. 5. Sac de grande dimension (Vd Orbe 1461): «A Gizardet, codurier [tailleur], pour certainne garde de toyle par luy sonye [fournie, cf. soigner] et faicte por ... mectre la palie dedans» (Comptes. Ac). 6. Grosse pierre que l’on met à côté d’une borne pour qu’on puisse retrouver cette dernière plus facilement (V Vernam.). ‖ Au pl. Témoins de borne, les deux moitiés d’un caillou brisé qu’on enfouit de part et d’autre d’une borne (Vd Orm.); synon. garant 5o.

11o Noms de lieux (choix sur une cinquantaine; aire: SR). Le Sasset de la Garde Vd Ormont‑Dessous, Crest de la Garda 1532: u sé [rocher] də la grda; le Bois de la Garde Vd Abbaye: ao bou də la gyrda, bois où les moines de l’abbaye du Lac de Joux plaçaient des hommes armés en cas de danger (cf. L. Reymond, Vallée de Joux, 1864, 38); la Vouarde V Mart.‑Combe (CN 1325), la Vouardaz: in (ou: a) la rda, forêt, couloir, torrent; la Vouarde V Riddes (CN 1305), la Vouardaz: a la (ou: an) rda (pat. de Riddes), i vrda d’ṓdə [Aude, l.‑d.] (pat. d’Isér., dont les habitants avaient le droit de faire paître en cet endroit leurs troupeaux communaux de moutons et de chèvres), prés et champs escarpés; la Vouarda V Nend. (CN 1306), Vouardaz: i vrda dè Fèi [Fey, l.‑d.] (pat. d’Isér., même remarque que pour le précéd.), prés, champs; la Garde V Sembr. (CN 1325), «habitatores ville de Warda prope Sanctum Brancherium» 1322 (MDR, XXXI, 597), «Johannes de la Warda de Sancto Brancherio» 1348 (MDR, XXXII, 489): a la rda (ethnique ardn), village; Sex de la Garde V Hérém. (CN 1326), saxum de laz Wardaz 1539: i ché də la rda, rochers; a la Vouarda V Évol. (cf. CN 1327), «a loco qui dicitur Wuarda versus vallem» fin XIIIe s. (MDR, XXXIII, 451), «homines vallis de Herens interius Gardam» 1524 (P. Dubuis, Le jeu de la vie et de la mort, 214): di la rda in yu·n [en dedans, cf. yïn] (Chvr.), di la rda in fra [en dehors] (id.), fra la rda (Mr.), en amont et en aval de ce l.‑d. qui se trouve à l’entrée de la commune d’Évol.; la Vuerda F Écuvillens (CN 1205), a la Vuarda 1441: a la vrda, bois, champ; Carrières de Vardes N St‑Blaise (CN 1144): é karyīr, champs, vigne; la Voirde B Bévilard (CN 1106); la Garde B Roches: vè la grd (Mr.), dyrd (de Roche), nom d’une maison placée à l’entrée du défilé entre Roches et Choindez et où se trouvait une garde militaire (de Roche, 34); Sur la Voërde J Underv.: chu la vóərd, pâturage; autre n. de l. sous bourdon 2, 6o. ‖ Bellegarde Vd Ross. (CN 1245): un balarda, lieu bien exposé au soleil et d’où l’on jouit d’une jolie vue; «locum quendam, qui Bellawarda vocatur, in Jurat» Vd Puidoux 1140 (C. Martinet, Abbaye du Lac de Joux, 104; cf. MDR, I a, 174), Bellawarda 1337 (Gumy, Regeste Hauterive, 443), terrain proche du Lac de Bret donné par l’évêque de Lausanne à l’abbaye du Lac de Joux pour qu’elle y fonde un monastère, projet qui ne fut pas réalisé (cf. C. Martinet, op. cit. 31‑34); en Bévuardaz Vd Colombier: bèvrda, prés, champs, bois (cf. Colombier en Pays de Vaud, 1987, 107); Bellegarde F Montb. (CN 1245), es Belles Gardes 1742: i [aux] balerde, domaine; Bellegarde, nom fr. de Jaun (commune de F Gruy.), Balavarda 1228 (MDR, 3e sér. III, 17), Bellagarda 1426 (MDR, XXII, 361), «vaulx de Bellegarde ..., conseignieur de Bellegarde ..., villaige de Bellegarde» 1504 (MDR, XXIII, 194): a balavrda; Benevardaz V Coll. (Sgf. 476), ès Bonevades: é bənəvda, forêt; Grand Garde V Fully, Saill. et Leytr. (CN 1305): a la gran rda (pat. de Saill. et Leytr. Mr.), gran vda (pat. de Leytr. corr.), montagne qui fait limite entre les trois communes; Pleinavouardaz V Conth.‑Sensine: in pfina [pleine] rda, prés; Reyde Vouardaz V Vétroz: à la rèidə [raide] (ou: rdə) rda, vigne.

Mot remontant à l’anc. francique *warda, mais qui fonctionne principalement comme le déverbal de garder; FEW, XVII, 515 b517 b, 524 a n. 22; DEAF, G, 151‑162; Duraffour, Gloss. no 4173. Pour ‑rd‑ > N‑J ‑dj‑, ‑d‑, cf. parallèle corde. F 1320 gardia (sens 3o 2) surprend par son isolement et son éloignement d’avec les autres attestations lat. méd. du même type, toutes méridionales (Duc. VIII, 406 a; Niermeyer, 1128; DEAF, G, 152); cette forme pourrait être tributaire du mot custodia, qui la suit immédiatement dans le texte cité. Il n’y a pas de nette répartition des sens entre les formes autochtones en (v)‑ / v‑ et les formes empruntées au fr. en g‑ (parfois adaptées en gy‑ / dy‑); tout au plus peut‑on noter une prépondérance des formes autochtones pour le sens 1o et la loc. sous 6o 5, tandis que les formes empruntées sont majoritaires dans les sens 5o, 9o et, globalement, dans les loc. d’origine fr. (sens 6o 1‑4 et 6‑8). La protection assurée par le seigneur (sens 3o 2) est à distinguer de la prestation due par les sujets roturiers d’un seigneur pour assurer la garde d’un château ou d’un bourg (cf. Duc. VIII, 406 a; Niermeyer, 1128 b; Grossen, Châtellenie Vaumarcus et Gorgier, LIII); c’est certainement de cette «garde passive» qu’il s’agit dans les attestations anciennes problématiques évoquées par Champoud, Droits seigneuriaux dans le Pays de Vaud, 99‑101. La loc. se donner garde de + inf. «éviter soigneusement de» (sous donner II, 4o fin), tout aussi fr. que sa variante se donner de garde de «id.» (cf. FEW, XVII, 515 b), n’a pas été reprise ici sous 6o 4. À propos du sens 6o 6 d, on relèvera que certaines cacologies du XIXe s. ont critiqué le tour prendre garde de ne pas tomber «éviter de tomber», — qui n’a rien de spécifiquement romand (cf. FEW, ib.) — en le considérant comme illogiquement issu de prendre garde de tomber «id.»; Pier. ajoute même que «par choc en retour, prendre garde de en arrive à signifier: ‘faire attention de, s’appliquer à’». C’est là, au contraire, le sens premier de cette loc. verbale, comme le montrent ses autres constructions — absolt, avec prép. + nom/pron., avec que + proposition — qui sont attestées dès l’afr. (cf. FEW, ib.; DEAF, G, 154), tandis que son emploi au sens de «s’efforcer d’éviter» n’apparaît qu’à la fin du XVIIe s. (cf. FEW, ib.). Selon DEAF, G, 157, l’expression afr. cheval de garde (sens 7o 1; FEW, XVII, 515 b) procéderait d’un sens ancien de garde «champ où les troupeaux ne sont admis au pacage que sur une convention avec le fermier» (FEW, XVII, 517 a) qui n’est pas attesté en SR; sa mise en rapport avec les loc. similaires classées sous 7o paraît plus fondée. À relever, à propos du sens 10o 6 (qu’on retrouve dans l’Isère; Duraffour, Gloss. no 4175), le lat. méd., attesté dans le sud de la France, guardia «caillou (ou autre objet) posé près d’une borne pour en signaler la présence» (Duc. VIII, 406 c). La motivation sémantique des noms de lieux (sous 11o) est diverse; une majorité d’entre eux provient certainement du sens 5o: ils désignent des endroits où se trouvaient une garde armée, une forteresse; de là aussi l’appellation d’une sommité paraissant monter la garde (cf. Longnon, Noms de lieu, 477; Vincent, Topon. 285 b). Certains Bellegarde (notamment à Vd Ross. et Colombier) pourraient être issus de garder 4o «regarder». — Cf. les suiv., èvrda, invrda, malavrda, mégarde, sauvegarde, sous‑, Vouardette. Chv.

Pour citer cet article : GARDE 1 (réd. Chv.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VIII, p. 110.

Marge de droite