Tome VIII page 278
 

GEORGES, dzrdzo, ‑ou, ‑ə, ‑è, ‑ṑ‑ Vd 11, 16, 61, 86, Cont., V 12, 22, 30, 34, 36, 42, 46‑47, 4 Levron, 50 (‑ou‑), 51, Bas‑V Val. rom., 60 (‑‑), F 51 (‑ó‑), 53, dzardzo, ‑ou, ‑r‑ 14, 15, 17, 1 Dict. pat., L. Glasson, 20, 3 L’Homme, 4 Treyvaux, Liberté (dj‑), dzèr‑ Vd 51, djòdzə V 35, djòrdj(ə) N 41, 50, B 22, djrdj J 6 Va., djardj 47 Defer, djōər‑ 35, 40 (‑ədj), 41, 45, 47 Keller, 48, 60 mod., djər‑, djouər‑ 50, 54, 5 Épiq., 60 vx, 66, 6 Buix, 6 Va., ẓṓrẓo G 10 (sens 3o), zòrzo, zo‑ V 71 Lav. (zṑ‑ Ke.), 72, 73 (et ‑jo), 75, 80 (zou‑), 86, 89 Jj. (z‑), zòou‑ 88, 89 Gill., jòrjə, jṑ‑ Vd 16 (jṓ‑; sens 3o), 51 var., 82, V 51 (sens 3o), G 18. Anc. Geoirge J 6 1363; — Hypocoristiques: yoj F 4 Écuvillens; ddə Vd 61. Diminutifs: dzòrdz V 47* (*sens 2o), 60 AFS*, dzrdzé ib. Favre*, djoərdja J 60 vx, djə‑ ib. mod., 6 Rossat, ẓòrẓè G 10, zòrzè V 54*, 71 Ke., ‑èt ib. Lav., 87*, 88, jorjè J 54*; dzòrdzn Vd 11, zòrzò·n V 88, jòrjon Vd 12, anc. Georgon F 1730; zòrzn V 72; — yœrk B 22; diminutif yœrkl J 40. — Cf. n. de fam. et de l.

1o Nom d’un saint du IIIe s. fêté le 23 avril (Vd spor. V, G‑N spor., J; anc. J). «Lai voille [veille] de lai feste saint Geoirge» (J Aj. 1363. Trouillat, IV, 691). Sin Dzòrdzə, saint G. (V Saill.). Exclamation. Pèr Sin Dzòrdzə! par saint G.! (Vd Orm., var. V Praz‑de‑F.). Rimaille adressée à un bavard: Tə djāz kom Sin Djoərdj, pè lè goərdj, tu parles comme saint G., par la bouche (J Pleigne, var. Épauv., Aj. Va.). A Sin Dzòrdzə, la Saint‑G. (V Châble Cas.). La Sin Jórj tonb su lə vint tra d’avri (G Aire‑la‑V.). Pan bènik dè Chèïn Zrzo, pain qu’on a fait bénir à la Saint‑G. et qui, placé dans les coins de la maison, est censé en éloigner les serpents (V Grim.). Articulé en trois syllabes séparées: Sin Dzr‑dzou, imitation du son des cloches de l’ancienne chapelle de F Seiry dédiée à saint G. (F Gr.‑de‑V.). Dictons. An lè Sin Djōərdj | vany ton·n ōərdj, à la Saint‑G., sème ton orge (J Courrend. A. tr. p. XII, 170; var. passim). A Sin Dzòrdzə, fó avai vānya fvè è òrdzə, à la Saint‑G., il faut avoir semé fèves et orge (V Praz‑de‑F.); var. sous fève 1o (Gl. VII, 382 a). Vei y’è Chin Zrjo, Zrzo, lva tè, va vanyë ləj rzo, aujourd’hui c’est la Saint‑G., G., lève‑toi, va semer les orges (V Vernam.). «Fô chènâ lè râvè dèvan la Chin‑Djouardzou», il faut semer les raves avant la Saint‑G. (F Liberté, 5 avril 1923). Nə fó p sén lè routa dévan la Sin Dzrdzou,  bin è mnton, il ne faut pas semer les rutabagas avant la Saint‑G., sinon ils montent (F Gr.‑de‑V.). La San Ẓòrẓè kāch mé d nyè kə l martèlè, la Saint‑G. casse plus de noix que le marteau, à cause des gelées (G Herm.). Ë fó pa k’ë Pəso pəsai dyan Sin Dzrdzo, litt. il ne faut pas que le Pessot (cascade en face de Lourt.) pisse avant la Saint‑G., que la fonte des neiges commence trop tôt (V Lourt.). Autres dictons sous camp 4o fin, cerise 1o (Gl. III, 211 b), cerisier 1o, champ 2o (Gl. III, 291 a), demi 1, I, 1o, gelée 1, 2o, gelée‑ 2, comp. 1, gelière 1o. Composés bot. (cf. aussi fleur‑ 2, comp. 52, voie). S. m. 1. Sïn Djouərdj et var., cardamine des prés, Cardamine pratensis L. (J Épauv., Épiq., Charm.; fr. rég. J). 2. Sin Djouərdj, scille à deux feuilles, Scilla bifolia L. (J Buix Fridelance). 3. «Chardon de s. George», sorte de chardon (F 1628. Livre noir, XII. AC); cf. chardon 2o. 2o Fête de saint Georges, dans des dictons (V Lourt., Conth. sup., Aven, Sav., Viss., J Épauv.). Antr Jòrjè è Markè an bot ïn djé d’uviə, entre la Saint‑G. et la Saint‑Marc (le 23 et le 25 avril) il y a un jour d’hiver (J Épauv.). Markèt, Krijèt, Zòrzèt, trè kri kòmpanyònèt, saint Marc, sainte Croix, saint G., trois mauvais petits compagnons, à cause des gelées (V Viss. AFS, mat. ms.). Marklè, Dzòrdzè, Krijè, chon è tre chəvalè kə kchon è nè, ... sont les trois chevaliers qui cassent les noix (V Sav. Id.). Autres ex. sous casser 1o (Gl. III, 140 a), fête‑ 2, comp. 2. 3o Prénom d’homme (SR passim). Dzrdzou ou Fḕru dè pḕ La Ta, G. fils de F. de La Tour‑de‑Trême (F Crés. Tobi, Fourdèrâ, 27). Jòrjə Kòlon ètai on bon réjan in·n Aə, G. Colomb (1836‑1892) était un bon instituteur à Aigle (Vd Orm.). 4o S. m. Simple d’esprit (V Trient).

5o Noms de fam. Georges V St‑Martin, Évol., J Noirmont: zrzo (patois de V Évol.), zó‑ (V St‑Martin), djyóərdj (J Noirmont); George Vd Vuibroye dès 1672, G Vers., N Neuch. (fam. éteinte): dzrdzou (patois de Vd Oron, Vuibroye). «Petrus Georgii» G 1402 (Covelle, Bourgeois, 7). ‖ «Jehan Georget, filz de Jehan, d’Hermence, et Jehan son filz» G 1569 (ib. 287), n’y ò pò mé nyon ṣi ló ẓrẓè, y è tò mór, il n’y a plus personne chez les Georget, ils sont tous morts (G Aire‑la‑V.). 6o Noms de lieux. 1. En relation avec le sens 1o. St‑George Vd Ollon‑Huémoz: sin dzòrdzə, le quartier du temple; St‑George, commune de Vd distr. Aubonne (CN 1241), «ecclesias ... Sancti Georgii de Essartinis [cf. Essertines]» 1153 (MDG, XIV, 9): sḕ dzórdzə, ethnique sḕ dzórdzī, f. ‑re; Vers la Chapelle Saint‑Georges Vd Oleyres 1590; St‑Georges V Sion: a ch·n dzrdzó (patois de V Sav.), jardins, bâtiments; St‑Georges V St‑Luc (Sgf. 487): a chèṅ zrzò, chapelle et ses alentours; St‑Georges G Lancy, a St George vers 1730‑1812, ancienne chapelle, auj. cimetière; aux St‑Georges G Satigny, en Champ George 1725, Oches de George XVIIIe s., vigne; Auberge du St‑Georges F Gru.: ou (kabare dou) chin dzrdzó; Fin de St‑Georges F Domdidier (CN 1185), «en St Georges alias à la Fenetaz [cf. fènta]» 1666 (Mi.): a la fin dé sin dzrdzou, prés, champs; Ruelle de St‑Georges N Land., pré; Pré de St‑Georges B Mall.: i prā d sin djardj, prés, rivière, nommés d’après le patron de la paroisse; Charrière de St Georges ib. 1760, chemin montant aux Prés de Montoz; Prés St‑Georges J Montsevelier (CN 1087), Terre St George 1767: é prḕ sin djòrdj, prés, ruisseaux; les Pesses [épicéas] St‑George J Soubey 1821. ‖ La St‑George Vd St‑George dès 1770 (CN 1241): a la sḕ dzórdzə, bois, autrefois chalet, estivages. 2. En relation avec les sens 3o ou 5o. Chemin à Georges Vd Ollon: lə tsəmin a dzòrdzə; Chez Georges Louis Vd Sent.: tché jòrj lou·i, bâtiments, prés; Clos à Georges Vd Henniez: ao ḥou a dzrdzou, prés, champs; Clojorioz (cf. hist.) V Sav.‑Drône, Clojorio 1798: i kló dzrdzò (→ dz‑), prés; Plan d’y Georges V Ayent‑Saxonne: u plan di [des] zrzò; Pré George G Vand., «a la Commune de Pra George» 1746; Pré George G Lac., en les Gorges vers 1730; Esserts au Georges F Praratoud (CN 1204): inz èsè dzrdzou, bois, champs; Fontaine George B St‑Imier et Villeret; Clos Georges B Sorn.: ā syo djordj, pré, rivière; les Champs Messire Georges J Cœuve: an tchin mèi djourdj, champs; éz échīè [essarts] djèrdj J Seleute. ‖ Vers la George Vd Yvorne: a la dzòrdzə, bâtiments, vignes; la George G Jussy. ‖ En Champ Georget Vd Bière, champs; le Georget B Tramelan‑Dessus (CN 1125): djòrdjè, montagne; Clos Georgeat J Courchap.:  chō djórdja, prés; Champ Georgeat J Courgenay, forêt.

Dérivés: n. de l. aux Georgeaux (‑ale?) Vd Bretonn.: ḕ dzòrdzó, champs, bois; n. de l. Quart es Georgeoz (‑ŏttu?) B Court, Derrier Chez Georgeot 1808, Quard est Georgos et Vers Chez Georges déb. XIXe s.: i kar é djardjó, bâtiments, jardins, vergers.

Du lat. Georgiu ou emprunt; FEW, IV, 118 a. B Plagne yœrk et le dimin. J Vermes yœrkl se rattachent à l’all. s. Jörg, reflet germanique de Georgiu, et à son dimin. Jörgle; Schw. Id. II, 51 et III, 67. Le n. de l. V Sav. Clojorioz (sens 6o 2) renferme le type frprov. Geoire < *Georiu; cf. J. Schätzer, Herkunft u. Gestaltung der franz. Heiligennamen, 37, 83. Celui‑ci se trouve aussi dans le n. de pers. savoyard «Rifiers de Sancto Georio» de 1226 (MDR, 3e sér. III, 594), où il désigne St‑Jorioz en Hte‑Sav. L’art. fém. du toponyme de Vd St‑George (sens 6o 1 fin) s’explique probablt par l’ellipse du subst. fém. montagne. — Cf. les suiv., djédjn, dzòrdzənyta et les comp. sous cheval‑ 2, comp. 7, Jean‑.

Folkl. La Saint‑Georges constitue une date importante dans l’agriculture traditionnelle, notamment pour les semailles; cf. sens 1o dictons. La peur des gelées étant très vive (cf. dicton sous 1o ainsi que les ex. sous 2o), on organise parfois des processions (V Fully‑Branson, St‑Luc). On a l’habitude de faire certaines transactions ce jour‑là: payer ses dettes (anc. Vd; ex. sous degravance 1o), les fermages (N‑J), racheter un pré (Vd Laus. 1613. Mi.), conclure un bail (B‑J), etc. C’est également la période des déménagements (N, B‑J spor.); cf. camp 4o fin. — À consulter: AFS I, 121‑125, II, 268 et Comm. I, 765, 773, 780, 803, 814, II, 886‑887, 947; Folkl. suisse, LIV, 17; LXIV, 63; Gyr, Ann.2, 949.

Mül.

Pour citer cet article : GEORGES (réd. Mül.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VIII, p. 278.

Marge de droite