Tome VIII page 349
 

GLACIER, lyas, ya‑ Vd Vulliemin, V 23, ‑sè 40, 45, ‑syè, ‑ḕ 34, 50 corr., ‑chi Vd 17 (→ ‑si Scheuermeier), F 10, 14 et 16 Scheuermeier, 1 F. Brodard, ‑iə, ‑ie V 22, 22a, ‑ché 22 var., 45 var. (‑è), 50 Scheuermeier, ‑chyé, ‑è 35, 62, 81, 83 (sens 1o fin), 86 Tagmann, 8 Ayer, ‑èr 80, 82, 83, 8 Venthône, Veyras, ‑fyé, ‑è 30, 31 (‑ə), 32, Ba., asi Vd 16, ẓa‑ 14‑15a, 18, ‑chi 19, 21, V 17, 18, dachi Vd 22‑24, ‑ḥlyè V 41 R. Berthod, 46, lasyi 12, ‑chyë, ‑è 51 (‑ḕ Jj.), 89 Gill., ‑ḥé 16, 21, achèr 36, łasyè 87, 88, 89 (‑é Scheuermeier), ‑chyè 86, 89 Jj. var., ‑chèr 61 Tp. (‑chyèr‑s‑ Ma.), glyachyé 44 Scheuermeier, ‑è 72 Gill., glasi N 31, ‑iə B 32, ‑yé Vd 35, 70, 71, V 44 Jj. (‑è), 84, F 56, ‑ché V Ba., ‑chyë, ‑è 54, 5 Conth. Ber. (‑é), 73, ‑chyèr 61 Ma. var., (l)yèsi Vd 31, ‑chi F 1 passim (y‑ 17), 21, 30, ẓéchi Vd 21 var., glyèfi G 10. Anc. lat. glacerius V 1300. Cf. n. de l. et de pers. — Dietrich, Duraffour, Gill., Ja. et Scheuermeier, mat. ms.

‖ S. m. 1o Glacier, étendue de glace dans les Alpes, ou sans précisions (partout sauf V Châble). «Rogamus vos ut debeatis nobis censare dictam alpem a glacerio superius, secundum consuetudinem ab hominibus de valle Soxa, ut ipsi non constringant bestie nostre ut non vadant ad pasculendum usque ad glacerium» (V région de Saas 1300. MDR, XXXI, 15). «Joannes dominus de Anivisio vendidit ... alpem suam de la Lex [La Lé/Ayer] sitam in vale de Anivisio juxta lo glacier ab oriente et usque in summitatem moncium ab occidente» (V Vercorin 1349. Ib. XXXII, 531). «J’ai cru devoir donner, comme les habitans des Alpes, le nom de Glacier à ces amas de glaces éternelles qui se forment et se conservent en plein air dans les vallées, et sur les pentes des hautes montagnes» (G 1779. Saussure, Voyages Alpes, I, 436). Lə lyafyé dè Trəyin s’apon avi sé du Tò, le gl. du Trient se joint à celui du Tour (V Trient). D’ḗvə doou glachyè, de l’eau du gl. (V Vernam.). L’ivə di lyèchi ly è móchn·na, l’eau des gl. est malsaine (F Grandv.). Chèré dou łachyè, sérac du gl. (V Grim. Jj.). Pyra dè ẓasi, bloc erratique (Vd Leys.). Oun krèpon asédja [cf. achèidjy 1o] pḕ achèr, un rocher poli par les gl. (V Isér.). Ébudaitə du lyachè (V Voll.), ko du achèr (V Isér.), craquement du gl. Ébouləmò də glasiə, éboulement de gl. (B Mall.). On dértso [cf. deroche 3o] lyèsi, une débâcle glaciaire (Vd Blon.). La pansə dòou lyèsi l a krév, la «panse» du gl. a crevé (ib.). Lé glasyé son bi a vār, les gl. sont beaux à voir (F Domp.). Alā pròminā ṣ lo łasyè, aller se promener sur le gl. (V Pins.). Lou payizan krnzon d’alā sur lou asi kār y a mé d’on monsu kə lay sbrè [reste], les paysans craignent d’aller sur les gl. car il y a plus d’un touriste qui y meurt (Vd Orm.). I fó iṣrə bin témérro pòr mont chu lé lyèchi tò plyin dé tsoudré [cf. chaudière 9o], dé prévon, il faut être bien téméraire pour monter sur les gl. pleins de puits de glace, de gouffres (F Grandv.). Apri ḥla dzòrnya cho lachyè, nó a·èchin o mro tòt ën ma·an [cf. maln], après cette journée sur le gl., nous avions les lèvres couvertes de croûtes (V Nend. Schüle, II, 27). Autres ex. sous dépôt 6o, érapyè, fouler 2o. Croyance. Le mṑr von o lyachyḕr (impr. la‑), les morts vont aux gl. (V Venthône. Vox rom. VI, 157, avec comm.); cf. ex. cité sous entre I, 1o (Gl. VI, 513 a). Composé. «Vin du glacier» (fr. rég. SR), «vin de glacier» (ib. spor.), «vin des glaciers» (ib.), vin də asi (Vd Orm.), viṅ łachyè (V Grim. Jj.) et, par ellipse, glasyé (V St‑Luc, var. Miège; fr. rég. V), vin blanc, de cépage «rèze», qu’on laisse vieillir dans les caves sèches des montagnes anniviardes; détails dans Folkl. suisse, XLI, 3* ss., Propos Channe, II, 29, Szabo, Patrimoine culinaire valaisan, 25; cf. DSR2, 760; Lengert, Regionalfranzösisch, 301. ao vīə nòz an apòrta də vin də asi din də lè vè tsnè in·n ètin, «ces vieux nous ont apporté du vin du glacier dans de vieilles channes en étain» (Vd Orm.). 2o Endroit où il y a fréquemment de la glace en hiver (V Châble). 3o Fig. Endroit très froid (V St‑Luc): L èṣ ouṅ łachyè dè pło, c’est une chambre très froide (Gyr2, 177); cf. glacer 6o, glacière 4o, glaçon 1o comparaisons. 4o Noms de lieux (choix; aire: Vd‑V, F). Grand Glacier Vd Orm.: gran asi, autre nom du glacier de Pierredar; Mauvais Glacier ib. (CN 1285): krouyə asi, glacier pentu et crevassé; Glacier de Paneyrossaz Vd Bex (cf. CN 1285): ẓaḥi (lyaḥi Tp.) dè panèrsa; Glacier de Soix V V. d’Ill. (cf. CN 1304): é ẓachi də sā; Glacier de Valsorey V Bourg‑St‑P. (CN 1366), «Truino [cf. trno «glacier»] Vassorey» 1783; Glacier de Corbassière V Bagnes (CN 1346); Glacier de Tsanfleuron V Sav. (CN 1285): bnyo [cf. bynyo 1o] tsanflèron; Glacier de la Plaine Morte B Adelboden (CN 1267): lyachyḕr de la pya mrta (patois de V Venthône Tagmann), lyachyèr d’itoun (Lens). ‖ «Es Glaciers ubi dicitur Buet Berthoud circa 7 pose nemoris» Vd Roche 1332 (Mi.); Saut du Lahi ib.: u só du lyasi, rochers de la région de Fontenereusaz qui, en hiver, se couvrent de glaçons; en Glassey Vd Grens dès 1418, champs; au Glassey Dessus Vd Signy‑Avenex (cf. CN 1261), bâtiments, prés, vignes, champs, même endroit que le précéd.; les Glaciers V Vernayaz: ei lyasyé, éboulis, marais et source situés au pied de la montagne; Dacier V Ors. (CN 1345), «a saxo Glacerio» 1700 (Not. Lovey. AC): u daṣyè (ou œ daṣyḕ), grands rochers; en Glassey V Salins: in lyachḕ, pré, champ. 5o Noms de pers. «Johannes Glacier» (V distr. Hér. 1322. MDR, XXXI, 367); «Petrus Glacier» (V Mase 1445. Ib. XXXIX, 282). Glassier V Mase: lyachyé (patois de V Mase), glachyè (Vernam.); Glassey V Nend., Veysonnaz: lachè (patois de V Nend.), ‑ei (ib. Jj., A. Praz), yachei (Clèbes), ‑é (Veysonnaz).

6o Muraille entourant une propriété, sens supposé: «Communitas ... teneatur et debeat muros nuncupatos le glacier, retro et circa grangiam nostram Buli existentes qui tendunt ad ruynam et minantur, refficere et reparare bene et decenter ... et ipsos muros sive glacier perpetue manutenere» (F Bulle 1438. Arch. Soc. hist. Frib. III, 123). Cf. glacière 9o.

Dérivé en ‑ariu de glace, rarement emprunt; FEW, IV, 139 b et 142 b n. 1; Wi. 73 ss.; Duraffour, Gloss. no 4297. Le type *glaciariu est répandu dans une bonne partie des Alpes; Pult, Gletscher, 22 ss. (avec carte); DRG, VII, 393 b. L’aire restreinte de synon. comme bynyo 1o, rza, trno pourrait faire penser à une extension récente de notre mot au détriment de types plus anciens. Glacier a pénétré en fr. au XVIIIe s., p.‑ê. à partir de la Sav.; Rev. sav. 1925, 75 s. Au sens 1o, H.‑B. de Saussure a d’abord employé glacière en se conformant à l’usage du fr.; cf. glacière 3o. C’est en 1767, apparemment, qu’il a introduit dans ses écrits le mot glacier; cf. Carozzi et Newman, H.‑B. de Saussure, Gen. 1995, 65 ainsi que l’ex. de 1779 cité ci‑dessus 1o. L’attestation de Vd 1332, donnée comme appellatif par FEW, loc. cit., concerne en réalité un n. de l.; voir ci‑dessus 4o. Les n. de l. désignant des terroirs situés en plaine ou en moyenne montagne doivent être en rapport avec le sens 2o ou un sens proche. — Cf. les précéd. et les suiv. Mül.

Pour citer cet article : GLACIER (réd. Mül.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VIII, p. 349.

Marge de droite