Tome VIII page 404
 

gòlta, ‑(ə), ‑lé‑, gó‑ Vd 10, 14‑16, 1 Aigle, Yvorne, 21, 23a, 24, 30* (*Gignoux), 31, 32, 35, 36, 3 Renens, Tour‑de‑Peilz, 40, 41, 4 Mont*, Prangins*, Vufflens*, 51, 54, 5 Aub., 61, 63‑65, 69, 80, 82, 92, 9 Chabrey*, 9 Mat., Vd Dum., Cont., V 12, 22‑23, 41 Ba., 43, 45, 50, 71, 8 Venthône, Ann. et V Ba., G 1 Meinier, F 1, 2 Fruence, 3 L’Homme, 1‑3 Currat, N 12, 50‑52, 62, B 12, gó·èta V 51, gòlat B 22, go‑ J 42, 45, 4 Fridelance, 50, 54, 66, 6 Va., gòləta G 17 (‑), 18 (‑o), gou‑ Vd 70, glta, ‑ G 10, 20, 21, Dur., N 20, 21, gou‑ 22, ‑ltè 30, ‑lat J 42 et 54 var., 60, 6 Gué., Va., gəléta Vd 44, gòlè‑ F 21. Anc. golleta(z) Vd 3 1430, 1484, 1491, vers 1519, 1694, N 6 1639, goleta Vd 3 1526, golectaz 1484, gol(l)et(t)e 7 1461, 1471, 3 1569, Vd 1731, N 6 1583, 1616, goul(l)eta 1540, 1643, goullette N 1668, gu‑ Vd 1 1580; lat. golleta F 1441. Fr. golette Vd passim, G Pier., Folkl. suisse XLVI, 28*, goulette Vd 16, G Dur., Pier., F 12, N 30, Pier., B 1 Chavannes Gossen. Cf. n. de l. — Gignoux, Vigneron, 35; Stäheli, Bauernmühle, 32, 94; Hunz. IV, 133; Pier. 285, 706.

‖ S. f. 1o Goulot de fontaine; extrémité du tuyau d’où jaillit l’eau (Vd passim, V Vouv. Egloff, G Herm., Dard., Vern., F Fruence Hunz., N Val., Sav., Dombr.; anc. Vd, N); synon. sous goulot. «Pro plombando quandam golletaz ferri in ipso lapide» (Vd Laus. 1430. Comptes, D 216. Ac). «Por la golete neuve faite et mise en la dicte chievre» (Vd Orbe 1461. Comptes. Ac). «Pour laz freppaz [cf. frpa 1, 1o 1] et pour laz golectaz positis in capra dicti bornelli» (Vd Laus. 1484. Comptes, D 219. Ac). «Pro una golleta ferrea posita in bornello» (ib. 1491. Ib. D 220). «Delivré à Glaude le seruliez ... pour la gouleta du gran bornez» (N Neuch. 1540. Musée neuch. 1907, 39). «Pour avoir fait des gollettes de boz au borney neuf» (N 1583. Pier.). Dans un serment des lépreux: «Ne touchera ni empoingnera les gollettes et tuyaux de fontaines et borney avec la bouche ou main nue» (N Neuch. 1616. Musée hist. I, 97). «Pour deboucher la goulleta qu’on avoiet bouché avec du boies» (ib. 1643. Bouherie, H, no 1. Ac). Lou bòrni psé a pyna gòlta, la fontaine coule à plein goulot (Vd Month.). N’in zu [avons eu] boutcha la gòlta avé la man, pòr vrè djiā l’é pə lin, il nous est arrivé de boucher le goulot avec la main pour voir l’eau gicler plus loin (Vd Orm.). L’intsə də la gòlta è taa in bizó, l’anche du goulot est taillée en biseau (ib.). gòltè dé bi son tòdzòr pn·nè [pleines] lə fòri, les goulots des fontaines sont toujours engorgés au printemps (ib.). Birè a la golta, boire au goulot d’une fontaine (Vd Month.). Dé kou on bai a la gòlta də la tsənó [chenal 7o], mā on pu avalā də lè pətydè btè, parfois on boit au goulot du chéneau d’une fontaine, mais on peut avaler des animalcules (Vd Orm.). È n fó pā dès [cf. dnsə I, 1o 1] alā a la golèt kan on·n a s tchó, il ne faut pas aller (boire) au goulot de la fontaine quand on a si chaud (N Sav.). Pòrtyè fat on dai gòltè a bè rəkòrbā, koumun on kòrbin [cf. corbin 1o] dè kna, èt ə pò k’on nə lai psè pā birè? pourquoi fait‑on des goulots en forme de poignée de canne, est‑ce pour qu’on ne puisse pas y boire? (Vd Penth.). La golta də la pnpa, l’orifice du tuyau amenant l’eau de la pompe au bassin (G Meinier). Comparaisons. «La Coûta et lo Lavaux ont peçi coumeint [pissé comme] n’a goletta», les vins de la Côte et du Lavaux ont coulé à flots (Vd Cont. 1892, 1). «Lè d’étai [cf. dèt 1o] allâvont coumeint dâi golettès», l’eau de pluie tombait abondamment du toit (ib. 1896, 19). Loc. fig. «L’ardzeint est arrevâ à plieina goletta», l’argent a afflué, litt. est arrivé à pleine g. (ib. 1892, 53). ‖ Sans doute même sens dans: «On fist courrir la fontayne de la Rue du Chasteau [auj. Fontaine du Griffon] de vin longue espasse ..., que chascun alloict puisser dans l’auge et recepvoir des goullettes» (N 1668. A. Chaillet, dans Pier.); cf. Musée neuch. 1889, 69 et Monuments d’art et d’histoire du Canton de N, I, 63. Par ext. Robinet (J Aj. Va.): Bèr an lè golat, boire au robinet. 2o Fig. Verge de petit garçon (fr. rég. N Pier.). 3o Goulot, col étroit d’une bouteille, ou sans précisions (Vd Sav., Month., G Aire‑la‑V., N Sav., Dombr., J Bois, Épauv., Aj. Va.). Bar a la gòlto, boire au goulot (G Aire‑la‑V.). 4o Bec, petite avancée évasée d’un récipient (Vd 1‑3 passim, Oron, Dum., F 1‑2 et N‑J spor.; fr. rég. Vd Blon., Lugrin, Pier., G Pier., Folkl. suisse, N Pier.). Gòlta dou pò, bec du pot (Vd Oron). Goultè di poutò [cf. potet], id. (N Cern.‑Péq.). Gòlta dou toupun, id. (Vd Ross.). «La goulette d’une écuelle, d’un pot à lait, d’une cafetière, d’une théière» (fr. rég. N Pier.). An vèch pè lè golat, on verse par le goulot (J Bois). La gòlta d’on təpin nə vrsè pā tòdzòr bin, le bec d’un pot à lait ne verse pas toujours bien (Vd Orm.). Lé katali nə svon p mé férə déi bounə gòlét éi təpin, «les potiers ne savent plus faire de bonnes golettes aux pots» (Vd Blon.). La gòlat d la kaftiər é rontuə, le goulot de la cafetière est cassé (B Plagne). Vèli in·n éfrḗjyur d lè golat, voilà un fragment du goulot (J Ocourt). 5o Dispositif d’écoulement (chéneau, tuyau, plaque incurvée, etc.) d’un appareil, d’une machine, etc. 1. Conduit d’écoulement du moût hors du bassin du pressoir (Vd 1 et 3‑4 spor., Penth., Vall., Aubers., Const., Chabrey, G Bern., Dur., N Gorg.; fr. rég. B Chavannes Gossen); synon. goulet, goulot. La gòlta dé bi [cf. bè 3o 1], la gargouille du pressoir (Vd Yvorne).  char, lə mou klə pè la gòlt du tr [cf. treuil], en serrant, le moût sort par le goulot du pressoir (G Bern.). Lo vin kolè pèr na gòlta è yə tchai dun on·na pətta tna du yó on lo paizèra pòr lo mtrè dun lè bòsè, le vin coule par un petit goulot et tombe dans une petite tine d’où il est puisé pour être mis en tonneaux (Vd Penth.). 2. Goulot de la presse ou de l’égouttoir à fromage, par où s’évacue le petit‑lait (Vd Pan., Orm., F Gru.); synon. chenal 18o; voir fig. sous chargeoir. L’inrətchao è karā è apintya [cf. appointer 2, 1o] vèr la gòlta, l’égouttoir à fromage est carré et découpé en pointe vers le goulot (Vd Orm.). 3. Sortie de l’alambic (Vd Cont. 1920, 18): «Diabe‑lo‑pa [cf. diable III, 4o 5 d] se mon Tadié n’irè pas dza quie quand lou premî petit verro l’è saillî de la goletta», mon T. était évidemment déjà là quand le premier petit verre est sorti de la g. 4. Pièce de la cuve à lessive servant à l’écoulement de l’eau (G Herm.). 5. «Canule» (Vd Pailly). 6. Partie du chenal qui descend sur la roue d’une scierie (F Gru.). 7. Échancrure taillée dans le bord supérieur du bassin de fontaine (Vd Orm., Chav.‑M., J Épauv.); synon. koult. L’è s’èkolè pèr la gòlta, l’eau s’écoule par la g. (Vd Orm.). 8. Dégorgeoir, gargouille servant à évacuer les eaux, sens supposé: «Oster le gros glaccon ... qui pendoit a la golete dudit pont» (Vd Orbe 1471. Comptes. Ac). 6o Chéneau, conduit ouvert. 1. Canalisation servant à l’irrigation, à l’écoulement de l’eau (Vd V. de Joux, F Grandv., Roche). L è tchyè na gòlta pò mən lvi lə dègo [cf. dégout 3o] dou nò, ce n’est qu’un petit chéneau destiné à emmener l’eau qui s’écoule du bassin de la fontaine (F Roche). 2. Rigole aménagée au travers d’un chemin (Vd 1731. Pier.). 3. Canal, sans précisions (Vd Broye Mat.). 4. Gouttière posée au bord inférieur du toit (F Grandv.): La gòlta ly é tru krta, le chéneau est trop court. La gòlta dou tè pché, litt. le chéneau du toit pisse. ‖ P.‑ê. même sens dans: «Pour refere la gollette sus la sale de l’evesché» (Vd Laus. 1569. Comptes, D 229. Ac). 5. Petit chéneau (Vd Étiv. Ja., V Ors. et Ann. Ba., F Roche). ‖ Spécialt. Petit chéneau fixé sur la gouttière et permettant l’écoulement de l’eau (F Lessoc). 7o Rainure concave pratiquée dans une pièce de bois (F Roche): Krājə na gòlta a la rva dè chi lantsè, pò kə lə brè kolchè p b chu la trbya, creuse une rainure dans le bord de cette planchette pour éviter que le jus ne coule sur la table. 8o Conduit par lequel la farine tombe dans le blutoir (V Salvan, Maréc., Finh. Ba., Cham., Hérém., G Bern., Dur., F Vill.‑s.‑M., J Charm.); cf. Stäheli, Bauernmühle, 32 et fig. 31 a; synon. bròts 2o 4, chenaille 2o, chenal 11o, chenalette 9o, couloir 6o fin, dégageoir 2o, éputa, èpòlta 4o, go·ərta. 9o «Goulotte de lampe», sans doute bec de lampe à huile où brûle la mèche (F Vill.‑s.‑M.). 10o T. de pêche. Embouchure tronconique de la nasse ou du verveux (fr. rég. Vd Yvonand); synon. goleirn 6o, goulet.

11o Lieu encaissé, passage resserré. 1. Ravin étroit, dépression escarpée, couloir dans une pente ou dans des rochers (Vd Orm.): Y a on mé dè gòltè din ntrè montnyè, il y a une quantité de g. dans nos montagnes. Yə vin də l’è ba pèr a gòlta ti lou yadzə kə pao gaatsè, il s’écoule de l’eau dans ce ravin toutes les fois qu’il pleut abondamment. Y’é akəai na ròtsə utrə pèr a rva dè bai è l’é ai roulā bā u fon də la gòlta, j’ai jeté un caillou sur l’autre rive du torrent et je l’ai entendu rouler au fond de la g. P.‑ê. même sens dans: «... A dicto terrali tendendo ad quamdam golletam vocatam de Montesilliod, theotonice vero Widerhorii» (F 1441. MDR, XXIII, 23). «Ne se debvoir aulcunement ingerir au paturage et coppage de boes existent es commons de dela le cours de gullette du Curset [torrent]» (Vd Bex 1580. Mi.). ‖ Spécialt. Couloir d’avalanche (F Vill.‑s.‑M.). Zone inférieure, relativement étroite, du couloir d’avalanche (F Gru. Scheuermeier). 2. Vallon étroit aux pentes raides; jonction de deux pentes (Vd Orm., Étiv., V Venthône Tagmann, F Grandv.). fənā a gòlta, l’é tta sèya, il faut faner ce vallon étroit, je l’ai tout fauché (Vd Orm.). 3. Gorge, passage encaissé (F Gru. Co., Gruy. F. Brodard). ‖ Probablt même sens dans: «Dès la ditte source de la Veveyse où commence une muraille soit golleta, appellée la Goletta de Pertia [cf. ci‑dessous 12o] ... jusques à la montagne de Jaucan [Jaman] ou est une muraille ou goletta qui traverse une colline et sépare la montagne des Cases» (Vd distr. Vevey 1694. Mi.). 4. «Goulot dans une rivière», goulet, passage resserré? (J Bois). 12o Noms de lieux (choix sur plus de cent; aire: SR passim). Golettaz Vd Roche dès 1762: a la gòlta, petit vallon coupant la crête rocheuse du Mont Arvel au‑dessus de Sauquenil (Haller), auj. rochers de Pare Blanche (Isabel); le Châble des Trois Golettes Vd Ollon: lə tsabẓə di trḕ gòlèt, glissoir naturel situé sur le versant nord du Bois de la Glaive; les Golettes Vd Bex, «saxum de Golletes» 1550: lə gòltə, terrain escarpé situé au‑dessous de Gros Châtillon; la Golette Vd Ormont‑Dessous (CN 1285): in la gòlta, bâtiments et pâturages situés dans une petite combe; les Golettes Vd Roug.: lè goltè, bâtiments, pâturages, bois situés dans un lieu encaissé; les Golettes Vd Gilly, es Golettes 1754 (F. Droz, L.‑d. Gilly, 36), bois; la Goletta Vd Saubraz (Sgf. 433): a la gòlta, bâtiment, prés, champs; a la Gollettaz Vd Boulens, en la Goletaz 1462: a la gòlta, pré, bois, ruisseau; es Golettes Vd Villars‑Tiercelin, Goleta 1317, en la Gollettaz 1523: góltè, prés, champs, bois; en Golettaz Vd Vall. (Sgf. 291), en Golletta 1414: in goulta, prés avec ruisseau, champs, bois (cf. Chessex, N. de l. Vall. 54); la Golette Vd Baulmes: amon la gòlta, ancien chemin allant de la Combette au pied de Montjovet; es Clos Gollettaz Vd Vaug.: lò kly gòlta, prés, champs, bois, anciennt lieu où passait la canalisation de la fontaine communale; Golette V Coll. (CN 1284), en la Gollettaz 1696: in gólta (patois de V Coll.), in gòlta (V Monthey), bois, taillis; Pointe de la Golette V Champ. (CN 1324), sommet; la Golette V Salvan et Évionnaz (CN 1324): in gòlta,  ty [col] də gòlta, col dans le massif du Luisin; Combe de la Golette V Évionnaz (ib.), l.‑d. au nord du précéd.; Gorge des Golettes V Finh.‑Giétroz (CN 1324): a la gòrdzə dé gòlèt, terrains communaux situés en aval du Col de la Gueule; Golletes V Ors.: i gòlèt (ou: gòltè), forêt; Gouëtaz V Bagnes‑Médières, Gollettaz 1903: a gta, champs, rocher; Göettaz V Veysonnaz: outr ā gò·ta, prés, champs, bâtiments; ys Golletes V Lens: i gòlètə, forêts, ravins au‑dessous du Châtelard; à la Golettaz V Mont.: in la gòlta, champs situés dans une dépression de terrain; à la Golettaz ib.: couloir naturel où passe un sentier dans l’alpage de Vacheret; la Golette V Moll.: a la gòlta, vallon boisé situé au‑dessous de Colombire et d’où sort un ruisseau; bìs [bisse] de la gólta ib. (Tagmann, Miège, 18), «aquam vocatam las Golletaz» 1572 (ib.), ruisseau; Gollettas V Chand.: in la gòlta, champs, glissoir naturel; la goletta G Jussy: a la gləta, pré; la Golette G Meyrin: a la glta; Rue de la Golette ib.; «La Goletta de Pertia» F Montb. 1694 (Mi.; cf. CN 1244), cf. ci‑dessus 11o 3; i gólté F Broc, passage, dévaloir; la Goletta F Écharlens: a la golta, pré marécageux; la Golette F Bossonens (CN 1244): in gòlta, bâtiments, prés, champs; la Golette F Villarimboud (CN 1204): a la gòlta, pré, bois, champ; la Golette F Écuvillens (CN 1205): in gòlta, bâtiments, pré, bois, champ; la Golette F Grenilles (CN 1205): a la gòlta, bâtiments, champs; en la Gollettaz F Cormérod: a la gòlta, bois; Ruisseau de la Golette ib. et Villarepos (Sgf. 328), lou ru də la gòlta [patois de Villarepos], ruisseau; la Goulette N St‑Aubin, quartier du village; Fin des Goulettes N Fenin‑Villars‑Saules (cf. CN 1144); la Goulette N St‑Blaise (CN 1144), Golletta Dessus 1672, bâtiments, prés, bois, champs, ruisseau; la Golatte B Heutte (Sgf. 119); la Golatte B Reconvilier (CN 1305), combe, ancienne ferme réaménagée en lieu d’hébergement; Golatte B Tav. 1760, ruisseau coulant dans une petite gorge du Montoz et marquant la frontière entre B Tav. et B Reconvilier; Combe Golatte B Court, Combe de Golatte 1760: ò [en] konb gòlat; la Golatte J Dev. (CN 1086), la Goulatte (ou: le Golat [cf. goulet]) 1775: an la gòlat, champs, pâturage, l.‑d. tributaire du suiv.; la Golatte J Delémont (Sgf. 94): an l gòlat, ruisseau, affluent du Ticle; «Dedit ei ... unum campum a la Golatte» J Sépr. 1260 (Trouillat, II, 105); les Goulattes J Bonc. (CN 1064), lé goulat, forêt; an l goulat, ib., chemin creux, ancienne route menant à J Porr. Autres n. de l. dans N. de l. Bagnes, nos 117 et 199‑200.

13o Col de chemise (V Finh., Liddes, Voll., Ba.). ‖ Dans une loc. adj. fig. Golta draitə, affecté, collet monté (V Voll.). 14o Bouche (J Charm.). 15o Petite gorgée (Vd Ollon, Cont., V Nend., F Hte‑Glâne L’Homme; fr. rég. Vd spor.); synon. gòlayta 2o, golïn·na, goulée. «Quand on a medzi cllia goletta dè soupa, on vo socclliè voutr’ assiéta dezo lo naz», dès qu’on a mangé cette petite quantité de soupe, on vous souffle votre assiette sous le nez (Vd Cont. 1902, 51). Ou chèrvcho, i fayé p chè férə a yèt in tsəkin na gòlta kan rè dèfindu, au service militaire, il ne fallait pas se faire surprendre à boire une gorgée quand c’était défendu (F Hte‑Glâne. L’Homme, 121). «Je te verse encore à boire? — Juste une golette!» (fr. rég. Vd Chv.). 16o Petite bouchée (J Dev., Sépr.); synon. gòlayta 1o, golèyt (sous gòlèy dér.), golnt.

Dérivé de gueule; FEW, IV, 316 a. Les formes réunies ici remontent toutes à gŭla + ‑ĭtta, mais relèvent d’histoires distinctes. Notre mot correspond bien au fr. vieilli goulette «petit canal d’un bassin à jeux d’eau», mais il s’est probablt constitué indépendamment de lui, comme en témoignent notamment les termes techniques et ceux relevant de la description topographique. Au sens 11o, il pourrait s’agir d’une féminisation de goulet (voir ce mot). On a rattaché à gòlta le sens 13o (plutôt que de l’assimiler à un type *collette) en se fondant sur le caractère sonore de la cons. initiale et en postulant un cheminement sémantique analogue à celui du mfr. golette «partie de l’armure qui couvre la partie supérieure de la poitrine» (< «gorge»); FEW, IV, 308 a. Le sens 14o est tributaire du fr. pop.; FEW, IV, 311 a. Le sens 15o correspond au fr. des XVIe et XVIIe siècles; FEW, IV, 308 a (à déplacer ib. 311 b). — Cf. gœlt, gòl, goulée, goulet, goulot. Fl.

Pour citer cet article : gòlta (réd. Fl.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VIII, p. 404.

Marge de droite