Tome VIII page 571
 

grbo, ‑ou, ‑a‑, ‑‑ Vd 21, 92, 9 Missy, Vully Br., Vd Dum., F 1, 3 Châtonnaye, 3 L’Homme, 41, 4 Bonnefontaine et Montévraz Mr., 51, 53 (‑ṑ‑), 55, 56, 5 Montagny‑les‑Monts Mr., 62, 63, 6 Bas‑Vully Mr., F Bibl. 2389, N 1 St‑Aubin Pat. neuch. (p. 224 n. 2), ‑ə Vd 92 var., 93, F 14 Co. var., grāb J 42* (*fém.), 6 Bié.*, Va. (genre non précisé); attesté seult au pl.: grba N 30*. Anc. grabe F 1675, ‑n 1694. Fr. grabe F 17, 1 Dict. pat., grabo Vd Chaubert, grabou (prononc. grbou), F Gr. Cf. n. de l.

‖ S. m. (et f., cf. var. phon.). 1o Ravin (Vd Vully, F Gruy. passim, Bonnefontaine, Montévraz, Broye spor., Cress., Bibl. 2389; anc. F; fr. rég. Vd Chaubert, F Gr.). «Elle est en aprés tombé dans un graben tout proche» (F 1694. Livre noir, XVII. AC). On grbou dao dybyou [du diable], un ravin très raide (F Domp.). ‖ Précipice (F Crés.): Ly a tyè lə dyblyo kə chi kapblyo d’al apèdji on pon a hou rtsè, din chi grbo, il n’y a que le diable qui soit capable d’aller fixer un pont à ces rochers, dans ce précipice (Vilyo è novi, 90). 2o Pente escarpée, généralt pierreuse; versant d’un ravin (Vd Ross., Missy, Vully, Dum., F Gruy. spor., Châtonnaye, Marly, Gr.‑de‑V., Domp., N St‑Aubin, J Aj. Bié., Va.; fr. rég. Vd Chaubert, F Roche). Alvè... tsèrtyi... ouna gta d’vè a la ryə kə pachvè ou b dou grbo, il allait chercher une goutte d’eau au ruisselet qui passait au bas de la pente (F Roche. Novi botyè, 55). Kan nò sarin  koutsè dè si grbou, nò vóyin [voulons] pr pó·è nò répóz, quand nous serons parvenus au sommet de cette pente raide, nous pourrons nous reposer (F Gr.‑de‑V.). «Lo commisséro ... n’avai pas pu grimpa ao coutzet [sommet] dâo grabo po posa lé bouenné», le géomètre n’avait pas pu grimper sur la crête pour poser les bornes (Vd Missy. Bibl. 478). ‖ Talus (F Montb.) planté de broussailles ou en pré (F Lully). 3o Crête, monticule (F Vill.‑s.‑M., Hte‑Glâne L’Homme, Montagny‑les‑Monts). Din la hta Grəvirə è in Chindzna ly a pr dè grbo, dans la Haute‑Gruyère et la Singine il y a beaucoup de monticules (F Hte‑Glâne. L’Homme, 483). 4o Terrain trop pentu et aride pour être exploité (F Montb., Lully, Sugiez, Bas‑Vully). ‖ Terrain inculte (N Cern.‑Péq.). ‖ Terrain accidenté (J Dev.). 5o Noms de lieux (choix sur plus de cinquante; aire: Vd spor., V Trient, F, N‑J spor.). Au Graboz Vd Ch.‑d’Œx‑Ouge, all. Holdengraben 1436 (Mi.), en l’Haut [cf. alpe 1o II, 2] de Graben 1666 (id.): ou grbo, bâtiments, prés; le Grabe Vd Échall.: [au] grbo, prés, autrefois fossés du château; es Grabes de Chorbey [l.‑d.] Vd Const.: ei grbè, prés, bois au‑dessus de la confluence du Ruisseau des Grabes et du Ruisseau du Montauban; le Grabou Vd Donatyre: lou grbou, prononc. fr. grāb, ravin du Chandon (ruisseau), prés, champs, bois limitrophes de F Villarepos; lə grbo V Trient‑Jeurs, cours d’eau; le Grâbo de Villaret F Roche non cadastré: lə grbo de vəlaré, bois, prés; es Graboux F Autafond: òou grbou, prés, bois; les Petits Graboux ib.: èi piti grbou, prés, bois; le Grabou F Frib., fossé, autrefois bains, tannerie (cf. Kuenlin, Dict. I, 329); Sur le Graben ib.: chu lou grbou, pré, bois, champ; le Grâbo F Praroman (CN 1205), Grabou (Sgf. 345): u grbo, bâtiments, prés, champs dans une dépression; Ruisseau du Grabou ib.: lə ryṓ du grbo, ruisseau; au Grabou F Bas‑Vully: ao grbo, champs, pré, petit vallon près de la source du Ruz de Praz; le Bois du Grabou F Courn.: òou bou daou grbou, bois; le Grabe N St‑Aubin: lò grāb, bâtiment, pré, bois; la Grabe B Sonc., Graben (Sgf. 119): u [au] grab, maison, pré, pâturage; le Graben B Corgémont: prononc. fr. grāb, combe aboutissant à la métairie de Nidau; le Grabe B Courtelary: prononc. fr. grāb, ruisseau dans une combe; an lè [en la] grab J Bourr., ancienne ferme. ‖ Le Graboux F Chésopelloz: grbou a frans [François], prés, bois; le Grabou à Philipona [n. de fam.] F Cress.: ṓ grbou a filipna, pré; Graben F Barberêche: òou grbou a mayon [Marie], prés, bois, champs; Grabe Mory [n. de fam.] F Wallenried: ṑ grbou mòri, bois.

De l’all. Graben m. «ravin»; FEW, XVI, 50 b (où le sens «fond d’un ravin» est à corriger pour la SR); Tp. Lehnw. II, 58 s. (où N Cern.‑Péq. graba f. [> FEW, loc. cit.] est à corriger en f. pl.); Schw. Id. II, 678; SDS, II, 2. Le genre masc., qui couvre la partie frprov. de la SR, est dû à l’influence de fossé et de ravin selon Tp. (loc. cit.; Bull. Gl. XIII, 48 s.), mais il peut aussi procéder directement de l’all.; le genre fém. est tributaire selon Tp. du synon. SR passim pente ou de l’homophone J Del. passim grāb, mais il pourrait l’être aussi de la structure phonétique de notre mot, n’étant attesté que dans les localités où la termin. est rare au masc. (cf. var. phon.). — Les n. de l. de Vd Échall. et F Frib. (sous 5o) témoignent d’un sens anc. «fossé», attesté en all. (Schw. Id. loc. cit.). — Cf. le précéd., chorgrb, dègrabən, grāb, grabəzlè. Mtr.

Pour citer cet article : grbo (réd. Mtr.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VIII, p. 571.

Marge de droite