Tome VIII page 596
 

1. GRAINE, grn·na, ‑ə Vd 10, 11, 14, 15, 15a, 16, 17, 18, 1 Châtel, 21, 24 Usteri var., 31, 32, 35, 36, 40‑43, 50 (→ grana), 51, 54, 61, 62 (→ grana), 69, 70, 7 Sergey, 80, 81, 82, 86, 92, 9 Donatyre, 9 Mat., Vd Br., Dum., Cont., Caus. Cont., V 12, 13, 18, 20‑22, 22a Besse, 2 Évionnaz, 31 Dietrich, 35, 36, 44 ALF, 50a, 51, 54, 55, 5 Conth. Ber., 60, 61, 70, 73, 75, 7 Vex, 80, 86 Jj., 89, Ba., G 10‑12, 14, 18, 1 Meinier, 20, F 10, 12, 14 (→ grana ALF), 16, 17, 1 Enney, Hauteville, Morlon, 1 Gé., Hæf., 20‑22, 2 Savoy, 30, 32 ALF (→ grana), 34, 3 Villarimboud, 3 L’Homme, 40, 43, 45, 4 Autigny, Corminbœuf, Lentigny, 51, 54, 55 ALF (→ grana), 56, 61, 63, 6 Misery, Praz, N 10a, 11‑13, 1 Bevaix, 1 Hæf., 20, 21, 30, 31, 2‑3 Hæf., 40, 41, 4 Hæf., 50, 5 Hæf., 62, 6 Hæf., N Jaq., Mess. boiteux, graṅn‑, granṅn‑ V 22 Müller var., 22a Dietrich, 36 Ke., 75 var., 83, 86 Gyr, 88, 8 Ann. Meyer, gran·n Vd 74 ALF (→ gra·n), V 87 ALF, G 11a var., N 51, 52, 61 ALF (→ gra·n), B 10 (pl. ‑é), 1 Neuveville Fankh., 20‑22, 25, 2 Romont, 32, 33, 3 Tav., grn·nə 30 Schindler, grin·na Vd 3 Chexbres Egloff, N 33 ALF, 42, 6 Cornaux, grin·n 62 Gch., B 11, 3 Grandval, J 36, 40, 41, 43, 45, 46, 48, 4 Montsevelier, Movelier, Soyhières, 54, 5 Saignelégier, 60, 62, 66, 67, 6 Fahy Gill., Miécourt, 6 Gué., Va., grana, grā‑ Vd 2, 33, 47, V 1 Revereulaz Besse, 30 corr. (→ gran·n‑ Dietrich), 40, 42‑47, Ba., F 5 Hæf., N 61 corr. (→ gran·n‑ ALF), grané pl. Vd 81 terratchu (d’où «granet» Cont.), grèna 53, grḗna N 22, grḕ·n 62 Gill., J 42, 52a ALFC, 64, 67 var., 6 Pays Dim. Anc. granna Vd 3 1538, F 1419, 1433, 1454, 1455, 1490, granne 1469, 1475/77, 1525, 1538, 1563 (pl.), N 1536, grana F 1476, 1652, greinne B ou J 1593, grayne Vd 7 1690, 1691, N 1617, 1631; patois grānés pl. V 1 XVIIIe s. Clément.Tabl. 166; ALF 136, 266, 474 (N 33), 661, 860, 1178, 1429, 1582; ALFC 273, 275 lég.; Zi. I, I, II, I, III, I; Gignoux, Vigneron, 24.

‖ S. f. 1o Graine, partie du fruit qui assure la reproduction d’une plante, ou sans précisions (passim; Vd 1538). Ṣ·nvo pè grn·na, chanvre femelle laissé sur pied pour permettre à la graine de mûrir (G Dard.). Grèbœs ïn pō po rbouətchiə lè grin·n, gratte un peu la terre pour recouvrir les semis (J Charm.). Djó, së kyë bal ā grn·na èiz ózé, Dieu, celui qui donne la gr. aux oiseaux (V Isér.). ‖ Grn·na dé pr [pré], nom donné à toutes les graines de plantes fourragères cultivées dans les champs (Vd Blon.). Grin·n də tray [trèfle] (J Charm.). Grn·na də fənsè [cf. fenasse 1o] (N Brév.). Grin·n də fin [foin], débris qui restent sur le plancher de la grange ou au fond de la crèche et qui contiennent des semences de graminées (J Courchap.). Grn·na d’abondansə [betterave, cf. abondance II] (Vd Rovr.). Grin·n də salèdj [salade] (J Charm.). Grn·na d tch [chou] (N Brév.). Grin·n də tyèbou [id., cf. cabus 2o] (J Charm.). Grn·na dè tchourva [chou‑rave] (Vd Rovr.). Grn·na dé rvé [raves] (Vd Month.). Grn·na d’épəntsè [épinards, cf. èpəntsə 1, 1o] (Vd Blon.). Grin·n d’épinœtch [épinard, cf. èpəntsə 1o] (J Charm.). Grin·n də fèzyōl [haricot, cf. fajla 1o] (J Ocourt). Grn·na dè tsafouyè [cerfeuil, cf. sèrfòly] (Vd Rovr.). Grn·na də plyṑ·n [érable plane, cf. plyno] (Vd Aubers.). Le grṅnè dij avoułṅché [cf. avoulynsə 3o], les gr. du gratte‑cul (V St‑Luc. Gyr ms.). «Un carteron de granna de lin» (Vd Laus. 1538. Comptes, D 227. Ac). Lé pòta d la gran·n d yaïn, les capsules du lin contenant les gr. (B Plagne). Farna də grn·na də lin, de la farine de gr. de lin (N Brév.). Fi on·n inpltro avi dè grna dè lin, fais un emplâtre avec la gr. de lin (V Trient). On dəmi kartéron dè grn·na dè tsənvo, une demi mesure de chènevis (Vd Penth.). Y’é vnyi də la grn·na dè tsənvou, j’ai semé de la gr. de chanvre (Vd Vall.). La bètaravə bin l’abondansə [cf. abondance II et hist.] son dé [sont des] gran·nə k’on any  printan pè nori lḗ vaṣə l’ivḗ, litt. la betterave ou «abondance» est une gr. qu’on sème au printemps pour nourrir les vaches en hiver (G Jussy). On blye də granṅnə də plantin  poudzin, on donne des gr. de plantain aux oiseaux (V Maréc. Müller, 31). Autres ex. sous application 1o, brè 1o 4, cataplasme 1o, chanvre 1o (Gl. III, 331 a), crible 1, 1o 2, dèpus 2o, désavr 1o, dur I, 1o 3, égrener 1o, émine 1o 1, èpəntsə 1, 1o, ètr 1o, femelle III, 3o, fenasse 1o, flat 2o 3, fròmadz 2o 1, fumier 4o 2, germe 1, 3o 1, germer 1o fin, grainier 1o. Prov. sous fajla 1o. Loc. et loc. fig. È sdë è‑y‑è rvë l an mountā è·n grn·na, les salades et les raves ont monté en gr. (V Isér.). La grn·na lai mntè u nā, la moutarde lui monte au nez (Vd Nov.). Y é də la grsa grn·na, ça ne profite pas (Vd Aubers.). «C’est de la grosse graine», c’est grossier, c’est commun; ça n’a pas bcp de valeur (fr. rég. Vd Chv.). Lo vin, s’ā d lè grōs grin·n! le vin, c’est vite consommé (J Charm.). «Crayo que t’as bu lo plie gros; mé cé dé grossa granna qué lo bon vin, on lai retoirné adé», je crois que tu as bu la plus grande partie; mais le bon vin est vite bu, on y retourne toujours (Vd Sergey. Gaillard, Sc. pat. 18). Lé brəṣéi son dé [de] grsa grn·na, les bricelets sont des friandises qui se mangent vite (Vd Blon.). Prov. La grsa grn·na n’in·ə [cf. inv] p, la grosse gr. ne profite pas (Vd Blon.). Də kré [mauvaise, cf. kryo] grn·na, des vauriens (V Nend., var. J Sépr.); cf. grain 2o loc. S’ā d lè rud [rude] grin·n, c’est de la mauvraise gr., se dit d’un enfant ou d’un adulte qui se comporte mal (J Sépr.). «Po sè débarassâ dè cllia crouïe granna, lâi faut baillî cein que démandè», pour se débarrasser de cette mauvaise gr. (une jeune fille à la charge de la commune), il faut lui donner ce qu’il (un prétendant) demande (Vd Cont. 1876, 21). Cf. grain 1, 5o 1 loc. fig. Prov. La krouyə grn·na pèrè grḕ [périt difficilement] (F Roche). Kry grn·na nə sé pḕ jamé, la mauvaise gr. ne se perd jamais (Vd Month., var. spor.). De là: Tot bè·n grḕ·n nə s pīə p, toute bonne gr. ne se perd pas (J Aj. Rossat. A. tr. p. XIII, 38). 2o Spécialt. 1. Au pl. ou au sing. coll. Grains de céréales séparés de la tige par le battage et destinés à la consommation ou réservés comme semence (Vd‑V passim, G‑J spor.; anc. Vd, F; fr. rég. Vd Sent., Ca., Dev., F Gr., N Gui., Bon., B Orvin Léchot, J Aj. Fl., SR Pier.). «Ung quarteron pour mesurer la granne» (F 1525. Comptes Hauterive. AC). «Qu’il soit defendu à tous citoyens, bourgeois et habitants de n’achepter ni prendre part ... ès achepts qui se pourroyent faire ... de bled et autres graines» (G 1628. Sources droit, IV, 61). «Comme ledit Sr M. reçoit les champs investus [ensemencés, cf. investir] de beau bled, il sera obligé de les rendre de meme investu de graine de meme qualité» (Vd Morges 1724. Not. J.‑H. Sterky, Dk 110/18, 6 juin. AC). Autres ex. anc. sous abèrdz 6o, cousure 2o. Grn·na dra [cf. dur I, 1o 1 d], (Vill.‑s.‑M., F Gr.‑de‑V.), grn·nè drè (F Attal.), seigle et froment dont les graines sont semées en automne et qui produisent un blé dont la paille est plus dure. Rud [rude] grin·n, «mauvaise graine», graine de mauvaise qualité? ivraie? criblure? (J Sépr.). Grn·na dè fròmin, semence de froment (Vd Orm.). Artsə [cf. arche 1, 2o (avec fig.)] a grn·na (Vd Chexbres), kfr [cf. coffre 2o 1] a grn·na (N Brév.), tyuv [cf. cuve 1o 9] a gran·n (B Mall.), tyḗsə [cf. caisse 1o 8] dé la grn·na (F Domp.), grand coffre à plusieurs compartiments servant au stockage des céréales. Mətchat [mouchette] də grin·n, charançon (J Aj. Gué.); cf. grain 1o 2 a. Dé nantayur də grin·n, des déchets de grain (J Charm.). ra atston a grn·na, à notre époque, on achète la semence de blé (V Nend. Schüle, 87). Nòj an chèn də la grn·na, nous avons semé du blé (F Roche). La grna a fin·nḗ [cf. fouiner II, 3o], la semence n’a pas levé (N C.‑aux‑F.). Dèmètyā [cf. démêler 2o] la grn·na, battre le blé, séparer le grain de la paille (N Bevaix). Krəbā la grn·na, cribler le grain (Vd Orm.). On gró van pò van·nā la grn·na, un gros van pour vanner les grains (N Ch.‑de‑F.). Èpantchi [cf. épancher 1o] dè la grn·na, éparpiller du grain (F Vill.‑s.‑M.). Boutā la grna din lò cha, ensacher le gr. (Vd Ross.). Grna pòr lé dzəndé, mélange de grains pour les poules (Vd Étiv.). Balyi la grn·na é dzənilyə, donner le grain aux poules (Vd Aubers.). Konkasī la grn·na, concasser le grain (Vd Ollon Isabel). Lə mon·niə mól la gran·n, le meunier moud le grain (B Neuveville Fankh.). Dématyœ de grnè, meunier (Vd Ste‑Cr. terratchu). Montur də grin·n, mouture (J Aj. Va. 120). Oun tsan l è na pòrchon dè tèrèïnṅ ky’oun pl·ntë è·n [plante en] grn·na u è·n mètrë, un champ est une portion de terrain où l’on cultive des céréales ou des pommes de terre (V Isér.). Sḗ tsan lḗ, y’é mëtū in grna, ce champ‑là, je l’ai emblavé (V Lourt. Bjerrome). Dèvan dé chènṑ la grn·na, la fó inpojounṑ [cf. empoisonner 2o] ain don vitri·òl, avant de semer la graine, il faut la traiter au vitriol (F Villarg.). On rapche pò pòvè vnyiə la grn·na, on râtisse pour pouvoir semer les céréales (V Maréc. Müller, 206). La grn·na l è dan le tsṓ on gourna, la gr. est dans les casiers au grenier (F Magn.). «E quemen é wâgnîeve, enne partyë de la granne tchesa le lon di tchemeî; é lés osé vegnieren é la medjieren tote», et comme il semait, un partie de la semence tomba le long du chemin; et les oiseaux vinrent et la picorèrent toute (B Nods. Rollier, Év. Matth. XIII, 4). Croyance. Lo yœ [cf. lyé] din lè grin·n fè k lo pin soul, l’ivraie présente dans le grain donne un pain qui enivre (J Charm.). «Le marché de la graine» (fr. rég. F Gr.). «Il y a eu beaucoup de graine au marché» (fr. rég. Vd Dev.). «Regardez dans ce chiton du grenier, c’est d’la toute belle graine» (fr. rég. N Pier.). «Demain on va livrer les graines à Porrentruy» (fr. rég. J Aj. Fl.). Dans une chanson. «Qui veut ouïr, qui veut savoir | comme l’on sème la graine | mon père la semait ainsi | ... comme l’on bat la graine | ... comme l’on fauche la graine | ... comme l’on vanne la graine | mon père la vannait ainsi» (fr. rég. Vd Sent.). Autres ex. sous caille 1, 1o fin, cribler 1o, démêler 2o, dent 1, folkl. 2 b, doublée 3o, drèyrə 1o et 2o, drèy, èḥlyaf 1o (Gl. VI, 179 b), éparpiller 1o, èvin·nyə 1o, extirpater, froment 1, 1o, froment 2, 2o, gons 1, 4o, goum 1, I, 3o 1. Prov. et dictons. Chin l è kəmin la grn·na ou cha: drīrə dədin, prəmirə frò [cf. frò I, A, 1o 4], c’est comme les grains dans le sac: les derniers qui y entrent en ressortent les premiers, se dit lorsque les derniers enfants d’une famille se marient avant les premiers (F Roche). Sètanbrə è prəmirə tyindyn·na u k’in tra on bətai sa grn·na, litt. septembre et première quinzaine veut qu’en terre on mette sa gr. (Vd Orm.). Durant la nuit de Noël, atan dè ydzo yə tsntè, atan dè batsə la grn·na sè vindrè lo kartèron, autant de fois il (le coq) chante, autant de batz se vendra le quarteron de blé (Vd Rovr.; cf. Cont. 1903, 52). S’u dzòr d’ā Tsandyè·uza, oun vèi a gta sò o bòrson, i blā sarè lrdo dè grn·na, si le jour de la Chandeleur (2 févr.), on voit la goutte sur le buisson, le blé sera lourd de gr. (V Isér.); cf. goutte 1, I, 1o 1 dicton. Bé tan an djïn, èvāl d grin·n, beau temps en juin, avalanche de gr. (J Épauv. Bull. Gl. IV, 22). Vïn tyri din sè snin·n | lə byḕ k tə vè an grin·n, viens moissonner dans sept semaines le blé dont tu vois les épis (J Ocourt. A. tr. p. XLVI, 4). Autre prov. sous èpèrèy 1o. Autre dicton sous François 1o. 2. Au pl. Semences de fleurs ou de légumes pour le jardin (Vd spor.). Pətitə [petites] grn·nè, id. (Vd Blon.). Grn·nè dè kourti [cf. courtil 1o], id. (Vd Chenit, Rovr.). Rékòlt e char le gran·n dḗ légum, récolter et entreposer les gr. des légumes (G Jussy). Martchan [marchand] dè grn·nè (Vd Rovr.). Sti martchan vindḕ pè lè vəldzo, in kontrèbnda, dḕ grn·nè dè kurti, ce marchand vendait dans les villages, en contrebande, des semences pour le jardin (ib.; cf. Cont. 1905, 41). Autre ex. sous encore 4o 3. 3. Chènevis (F Ch.‑St‑D.). 4. «Graine ronde», graines comestibles de certaines variétés de gesses cultivées (Vd Morges 1769. Mi.); cf. hist. 5. Graine de paradis, maniguette (V Grd‑St‑Bernard 1447): «Libravit alias species prout piperis, sinamomi, grane et gazeofili [girofle]» (Comptes, no 2500). Cf. grain‑ 2, comp. 11, graine‑ 2, comp. 5. ‖ P.‑ê. même sens dans: «Dues unces de granna» (F 1433. Comptes Hôp. AC). «4 oncze de grana» (F 1476. Ib.). 6. Pépin (V Bourg‑St‑P., Évol.). Lì méitinṅ dè la pma rzì [rouge, cf. pomme‑], y’a dè bchè [à ajouter sous bsə] plnṅnè dè grnṅnè, le cœur de la pomme a des cavités pleines de pépins (V Évol.). 3o Par méton. Employé au pl. ou au sing. coll. 1. Céréales sur pied ou en gerbes (Vd‑V passim, G‑J spor.; anc.; fr. rég. Vd Sent., Ca., Dev., F Gr., N Bon., B Orvin Léchot, SR Pier.). «Scerat tenus charroyer les grannes qui croestron sus lesdictes dues poses» (F Frib. 1538. Reg. not. 122, 6. AC). «Que ... il soit faict commandement à ceulx qui ont grangeries qui doibgent faire battre et escoré leurs blés et graines le plus brief qu’il serat possible» (G 1555. Sources droit, III, 26). «Prennez ma greinne et la retroper [rentrez]» (B ou J 1593. Proc. sorc. I, 42. AAEB). «Elle avoit ramassé beaucoup de grayne non escouze [cf. èkorè 1o]» (N 1617. Pier.). «Les graynes estoyent vertes, elles furent bien battues [par la grêle], mais elles se remyrent, qu’ils eurent encor de belles graynes aux moyssons» (N 1631. Musée neuch. 1886, 51). «Environ minuict iceux allerent mettre et jetter de la grayne non battüe dans la grange sur la sienne qu’estoit battüe» (Vd Rances 1690. Consist. Bda, 113/1, 119. AC). «Elle (les moissons) étoient presque généralement finies, du moins, quant aux graines hyvernées» (Vd 1761. Mém. Soc. œcon. Berne, 1761, II, 194). Autre ex. anc. sous flagelleur. Lè (ou ) bin·n grin·n, les céréales dont le grain est panifiable (blé, froment, épeautre, seigle), par opposition au bèdj (orge, avoine), litt. la (les) bonne(s) gr. (J Charm.). Lè grn·nè d’ton, les céréales d’automne (F Gr.‑de‑V.). La grn·na dé l’outon, le froment semé en automne (F Morlon). la grn·na unvèrnāyə [cf. hiverné], du blé semé en automne (Vd Ross.). Grn·na dè furi, avoine semée au printemps (F Vev. Savoy). Gran·n chu piə [sur pied] (B Mall.). Nòj an dè la bla grn·na, nous avons du beau blé (F Gru.). Lé grn·nè son blè sti an, les céréales sont belles cette année (Vd Const.). grn·nè vrson, les céréales ont été couchées par le vent (F Sugiez). Lou vè a vèsā lé grn·né, le vent a couché les blés (Vd Month.). Lè grn·nè tru épsè son soudztè a vès, les céréales trop drues sont sujettes à verser (F Gr.‑de‑V.). Lè grn·nè vnyon rrè, lè kèṣron lè mdzon, fudrè on·na dzalyə pò lè réṣrindrə, les céréales deviennent clairsemées, les petits limaçons les mangent, il faudrait une gelée pour les faire périr (ib.). Lè grn·nè baèran pou dè paə è dè gran [cf. grain 1, 1o 2 a] si an, les céréales donneront peu de paille et de grain cette année (Vd Orm.). Lə tin [temps] dè la grna, la moisson (V Praz‑de‑F.). Lé gran·nə son mūrə, les blés sont mûrs (Vd Fen.). Mè fódra alā kòpā ma grn·na, il me faudra aller couper mon blé (Vd Orm.). Andin [andain] dè grn·na (F Villarg.). Ramasā e étòdr la gran·n, ramasser et étendre le blé fauché (B Orvin). Bət la grn·na in dzèvalə, mettre le blé en javelle (Vd Fen.). Ròtrè aïn tchèr də gran·n, rentrer un char de céréales (B Plagne). «Lè fin l’ant baillî qu’on diâbllio, lè granne l’ant granâ qu’on serpeint», litt. les foins ont donné comme un diable, les gr. ont grené comme un serpent (Vd Sav. Cont. 1908, 52). Noz in dé grin·n dō lè pyœdj [sous la pluie], nous avons de la moisson fauchée dans les champs (J Charm.). Kan li klyè [cf. glui 2o 1] chon bon chè, on li rntre  rèkā də la gran·nə, quand les gerbes sont assez sèches, on les rentre dans la grange (ou partie de la grange) réservée aux céréales (V Maréc. Müller, 203). Fā bī tin pòr ramachā la grna, il fait beau temps pour rentrer les céréales (Vd Étiv. Ja.). Ó mòmin aova lo dérai tsèr də grn·na intravə din la grandzə, viké la pydz, au moment où le dernier char de moisson entrait dans la grange, voici la pluie (N Montal.). Kan i fayḕ mèchən la grn·na a bré, on kònyəchḕ la vayā d’on mòchi dè pan, quand il fallait moissonner les céréales à bras, on connaissait la valeur d’un morceau de pain (F Hte‑Glâne. L’Homme, 79). Èkorè də la grn·na, battre des gerbes de céréales (Vd Orm.). «Les graines étaient belles ce printemps» (fr. rég. N Bon.). «Quand l’hiver vient tôt, à la montagne les graines restent sous la neige» (fr. rég. N Pier.). Autres ex. sous anyol 1o, atap 2o, coupe 1, 4o, dur I, 1o 1 d, falloir II, A, 3o 1, germer 1o 1, glui 2o 1. Dicton sous fuir I, 3o 6. 2. Porte‑graines: Karó [cf. carreau 5o] grn·nè, plate‑bande où on laisse pousser les porte‑graines (Vd Burt.). Léchiə in·n pyḕs po mé grin·n, laissez une place pour mes porte‑graines (J Charm.). «Lè chasseu à tsévau [cf. chasseur 2o] passâvont coumeint on einludze ein einmotteint avoué lâo grand sâbro lè faviolès ein bécllirès [cf. bèrklyrə 2o], lè pavots et lè grannès d’ougnon», les dragons passaient comme un éclair en tranchant avec leur grand sabre les haricots grimpants, les pavots et les porte‑graines d’oignons (Vd Caus. Cont. III, 38). 3. Gran·nə flè [folles], plantes dont les épis, dépourvus de grains, se tiennent droits et sont toujours agités par le vent (Vd Blon.). 4. Plant, jeune végétal, dans: Alḕ ḗ (ou an sḗ) grin·n, aller travailler dans une pépinière, dans une plantation forestière, litt. aller aux (à ces) gr. (J Charm.). 4o Par ext. Baie (Vd spor., V passim, N spor.; anc. V, F). «Une livre de granna de pevro» (F 1454. Comptes Hôp. AC). «Grānés de zenaivro [genévrier, cf. genièvre 1o]» (V V. d’Ill. XVIIIe s. Clément). Grn·nè də djnouvrīè [id., cf. genévrier 1o] (N Cern.‑Péq.). Grnṅni də l’acharlè [alisier, cf. arsali 1o], alises (V Maréc. Müller, 24). Grn·na d’ékanai [épine‑vinette] (V Vouv.). Grn·nè dè pan d’no [id., cf. pain‑] (V St‑Luc). Grn·né du bou kāró [cf. bois‑ 2, 9o 4], gr. de fusain (V Vouv. Planchamp). Grnè dè təmé, baies de sorbier (V Lourt.). Èj achai l an dé dznté grn·né kómin è rəjën, l’alisier a de jolis grains comme le raisin (V Sav.). È bètyon du dz chè nron dè grn·nè, les oiseaux des bois se nourrissent de baies (V Daillon). D’an kyé y a byin dè grn·nè, è mrka [cf. marque] d’on gró ivé, les années où il y a beaucoup de baies, on aura un hiver long (ib.). Po tsou cha·ā fo tsaplā e tsou ..., mètrə dərën o gèlon pè chètə aë də cha, də gran·nə də dzənibro, pour la choucroute, il faut couper les choux, les mettre dans le cuvier à choucroute couche par couche, avec du sel, des gr. de genièvre (V Nend. Schüle, II, 347). Kan ro dzouənta, no mètəchin də gran·nə də dzənibro pō kāfé, quand j’étais jeune, nous mettions des baies de genièvre dans le café (ib. 360). èk, n’alèṅ rèmachā de grṅnè di zènvro pò la gta, aujourd’hui, nous allons cueillir des baies de genièvre pour l’eau‑de‑vie (V St‑Luc. Gyr2, 443). Lè grṅnè blṅtsè lè vlo·n tsja, fā pr·ndrè lè grṅnè pchè, les baies blanches (qui sont de la première année) ne valent rien, il faut prendre les baies bleues (ib. 444). Autres ex. sous cueillir I, 3o, dzəf, fabyoulèr 3o, flyòts 7o, genièvre 1o. ‖ P.‑ê. même sens dans: «Dues unces de granna de ceta» (F 1455. Comptes Hôp. AC). Autres ex. anc. sous ceta. Spécialt. 1. Grain de raisin (Vd‑G et N spor.). Grn·na də rəzin [raisin] (G Choul.; var. Vd et V spor.), grn·na dóou [du] réjinṅ (V Évol.), id. «Le ploaiə dé grané», le vin, par opposition au «ploaiə d’āta brantsə», cidre (Vd Ste‑Cr. terratchu). Y’é mindja dvè grn·nè də rəjin, j’ai mangé deux grains de raisin (V Vernam.). K·nta tapyì dè grn·nè y’a chig réjinṅ! quelle quantité de grains a cette grappe de raisin! (V Évol.). La pyẓo a fé gonfyṑ la grn·na, la pluie a fait gonfler les grains de raisin (G Aire‑la‑V.). Dans une chanson. Də vènyə an grḕ·n | vali lè djōlīə grḕ·n | grḕnïn grḕnan [cf. grener] lə vïn | vali lè djōlīə grḕ·n də vïn | vali lə vïn an grḕ·n, litt. de vigne en gr., voici la jolie gr., grainaient‑grainent le vin, voici la jolie gr. de vin, voici le vin en gr. (J St‑Urs. A. tr. p. IV, 149). Chó, y’èṣ ó minṅ dè viṅ, oun chè·n lo gcho [cf. goût I, 2o; Gl. VIII, 533 b] dè la grn·na, ceci, c’est vraiment du vin, on sent le goût du raisin (V Évol.). Autre ex. sous figue 1o. Prov. Grn·na apri grn·na, ó·n ënplët a bós [cf. bsa 4o], grain après grain on emplit le tonneau (V Isér.). 2. Fruit de l’épine‑vinette (V Sav. Besse). 3. Genièvre, fruit du génévrier (V Lens). 5o Teinture d’écarlate provenant de la cochenille du chêne, dans: «2 tier de draps ruge de granne qui a esté vendu 40 s.» (F 1475/77. Blav. 101); cf. hist.

6o En parlant d’un être vivant. 1. Liquide séminal; spermatozoïde (Vd Leys., Orm., Vaug., J Charm.). La grn·na don yə s’aji sə è na grn·na kə btè nāo māi pòr pròdrè son frī, la gr. dont il s’agit ici est une gr. qui met neuf mois pour produire son fruit (Vd Orm.). Plais. An n’on p anko vu d mè grin·n, on n’a pas encore vu de ma gr., réponse d’un jeune homme accusé de paillardise (J Charm.). 2. Ovule, dans boton [cf. bouton 2o 2] è grin·n, ovaires (J Mett.). 3. Loc. fig. La grn·na də bri [cf. bri 1, 1o], les enfants (Vd Sav.). Grn·na dè tyu [cf. cul 1, 3o 2 loc.], marmaille (Vd Leys.). «Cllia crouïa granna dè lhi [lit] revegnâi adé l’eimbêtâ et l’âi tsertsi rogne», cette vilaine engeance revenait toujours l’embêter et le mettre en colère (Vd Cont. 1902, 39). 4. Grin·n də poula [poulet], œuf (J Aj. Pays Dim. 1899, 101). 7o Germes pathogènes, dans: «Parait que clliâo pays ... ont dâi carriérès dè microbes, que cein est tot bounameint dè la granna dè choléra», il paraît que ces pays (du Tonkin) ont des carrières de microbes, qu’il s’agit tout bonnement de gr. de choléra (Vd Cont. 1884, 30).

8o Par anal. 1. Grn·na d’èpəntsè, graine d’épinard, ornement d’épaulette d’un officier (Vd Penth.). 2. Perle, sens supposé, dans: «Deux pairs de brasselette [cf. bracelet 2o] avec grana et des perles» (F 1652. Reg. not. 257, 74. AC). Cf. grain 1, 5o 2. 3. Au pl. Poux (V Champ.): Ava d lè grn·nè, avoir des poux. Cf. grain‑ 2, comp. 2.

9o Fig. 1. Grn·na dè salvè [cf. chalver 1o], gr. de pénitencier, se dit d’un jeune vaurien (F Vill.‑s.‑M.). 2. «Se ce n’è pâ ana pidî d’racontrâ dinse pouatot de sta graîn‑na d’miston!», si ce n’est pas une pitié de rencontrer ainsi partout de cette gr. de vagabonds! (N Planch. Michelin, Dim. Planch. éd. Jj. 71). 3. «Lo Dzoset ... arâi étâ on tot bon po veindrè dè la granna dè dzanliâo [cf. dzanlyo 1o]», le Fribourgeois aurait été excellent pour vendre de la gr. de menteur (Vd Cont. 1900, 8). 4. Grn·na dé tyury (Vd Blon.; var. G Choul., N Boudry, J Sépr., Aj. Va.), «graine de curieux» (fr. rég. N, J Aj.), dans une réponse apportée à un questionneur jugé indiscret. «Qu’è‑cè que te portè dè çta benaîta [cf. bənta 2o]? — De la grân‑na de curieu», «que portes‑tu dans cette corbeille? — De la graine de curieux» (N Boudry. Pat. neuch. 200). «Qu’est‑ce que tu as dans ce cornet? — De la graine de curieux dans un paquet bleu!» (fr. rég. N Land. Voi.). «Tu m’as acheté quoi à la foire? — De la graine de curieux dans un petit paquet bleu!» (fr. rég. J Aj. Fl.). Autre ex. sous dîner 1, 2o. 10o Avec jeu de mots sur le sens 1o. Personne combative, sens supposé, dans: «I an’ ai fauta de sta gran‑na qu’i ai vouagnî de tu lè fian, mâ qui ne rebusse vouaire», j’en ai besoin de cette gr. que j’ai semée de tous les côtés, mais qui ne repousse guère, propos prêtés à Napoléon soucieux de recruter des soldats (N Mess. boiteux Neuch. 1897, 60).

Du latin grana, parfois emprunt; FEW, IV, 228 a, 229 a, 235 b, 237 a; Duraffour, Gloss. no 4410. Pour le sens 2o 4, cf. fr. grains ronds (FEW, IV, 227 b). Au sens de «grain de raisin», notre mot est plus usité (voir sens 4o 1) que grain 1, 3o spécialt. À Vd Ross., au sens de «céréales» (sous 3o 1), graine est plus fréquemment employé que blé 1o. F.‑X. Brodard précise que notre mot n’a jamais, à F Roche, le sens de «semence» (sous 2o 1). Pour le sens 5o, cf. DMF 2012 et FEW, IV, 237 a. — Cf. les suiv., dégrener, égrener, engrener, grener, grenette, comp. porte‑, rose‑. Fl.

Pour citer cet article : GRAINE 1 (réd. Fl.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VIII, p. 596.

Marge de droite