1. GRAND, gran Vd (et grn 53), V 1‑4 passim, 5‑6, 7‑8 passim, G 1, 20, Dur., Carillon, F (gan 51 [sens I, B, 1o loc.]; graon 6 Praz, graoun Misery), N, B 13, 21‑23, 31, 33, J passim, gra(n) V 51 Schüle var., 61 Ma. var., 83, 89 Jj. var., gra(nn 71 var., 75 et 76 var., 81 Gerster, 83 et 85‑87 var., 88, 89, 8 Ayer, Mission, grin B 10, 12, 2 Tramelan, 34, J passim var.; devant un subst. à initiale vocalique (cf. hist.): grant Vd 21, 3 Favrat, 68, V 22, 46, F 10, 13, 21, N 13, 20. Anc. gran Vd 3 vers 1585, grang 1754; patois gran Vd 33 vers 1520, XVIIIe s. Craizu, G XVIIe s. Escalade, 1696 Compesières, XVIIIe s. Rocati, N XVIIIe s., grand Vd XVIIe s. Bibl. 374, XVIIIe s. Craizu, Bibl. 1153, N 6 1781 Bibl. 829, J 4 XVIIIe s. Paniers, grain ib.; — fém. grnta, ‑(ə) Vd et Bas‑V passim, V 71, 74, 80a, 82a, Ba., G 1 passim (‑o 18), Carillon, F passim, N 1‑2 passim, 31, J 60, 61, 6 Va., Surdez, gra(nn‑ V 51 Schüle var., 55 Tp., 86, 88, 89, grint 60 var. Anc. granta V 71 1689, F 1424‑1551, grente Vd 6 XIVe s.; patois granta Vd XVIIe s. Bibl. 374, XVIIIe s. Bibl. 1153, G 1696 Compesières, N 1707 Bibl. 822, grainte J 4 XVIIIe s. Paniers; — grnda, ‑(ə) Vd 41, 50, 90 var., V 10, 35 Roduit, 47 var., 62, 71 var., G 11, 11a, 15 var., 20, N 20 et 21 var., 31 var., 51, 5 Saules, B 33, J 35, 44, 54, 61 var., 64, 6 Miécourt, grind 50, 52a, 60 var., 6 Va. Anc. patois granda G XVIIe s. Escalade, 1696 Compesières, XVIIIe s. Rocati, N 1707 Bibl. 822, grande Vd XVIIe s. Bibl. 374, G XVIIe s. Escalade;gran, etc. (formes identiques à celles du masc.; employées surtout dans des expressions figées [cf. hist.]) SR passim. Anc. grans N 1373 (pl.), J 6 1326; patois gran Vd 33 vers 1520, XVIIe s. Bibl. 374, G vers 1536 Complanta, XVIIe s. Escalade, 1696 Compesières, XVIIIe s. Bibl. 737, Rocati, grand Vd XVIIe s. Bibl. 374, 1758 Bertrand, grain J 4 XVIIIe s. Paniers. Cf. n. de l. et de fam. — Tabl. Suppl. 42 (V 89); Rel. phon. 1899; Zi. II, II; Co., Dietrich, Gill. et Ja. mat. ms.; Pier. 289; DSR2, 431; ALF 514, 654 (Vd 53), 659, 711 (V 87), 1284 (F 43); ALFC 104 compl., 163 (J 67).

Sommaire:

I.

Adj.

A.

Qualifie une chose ou une partie du corps, une réalité abstraite, un ensemble.

1o

Grand, imposant.

2o

Spécialt.

1.

Long.

2.

Étendu en superficie.

3o

Par ext. ou au fig.

1.

Abondant.

2.

En crue, houleux.

3.

Allongé par addition d’eau.

4.

Ample, d’un mouvement.

5.

Largement ouverte, d’une partie du corps.

6.

Plus que pleine, d’une mesure de temps.

7.

Fort, intense; extrême.

8.

Particulièrement développée, d’une capacité physique ou mentale.

9.

Pleine, intense, de la luminosité.

10.

Important, marquant.

4o

Accompagne un nom de partie du corps dans des syntagmes désignant métonymiqt une personne.

5o

Noms de lieux.

6o

Antéposé à un subst. employé sans article, indique une grande quantité ou intensité.

7o

Loc. adv. En grand.

B.

Qualifie un être humain ou un animal.

1o

Grand, de haute stature; long.

2o

Par ext.

1.

Avancé en âge.

2.

Aîné.

3.

Adulte.

3o

Loc. Petits et grands.

4o

Fig.

1.

Qui excelle dans son domaine, renommé.

2.

Noble, respectable.

3.

Souligne la haute condition sociale.

4.

Loc. À la grande.

5.

Fier.

6.

Renforce la signification d’un subst.

5o

Dans des interjections.

6o

Surnoms.

7o

Noms de familles.

II.

Adverbialt.

1o

Porte sur un verbe ou une loc. verbale.

2o

Porte sur un part. p. adj. signifiant «ouvert».

3o

Porte sur un adj.

4o

Fonctionne comme compl. d’objet.

5o

Loc. adv. Tout grand.

III.

S. m.

1o

Longueur.

2o

Loc.

1.

Loc. adv. De grand, (tout) du grand.

2.

Loc. prép. (Tout) de grand de.

I. Adj.

A. Qualifie une chose ou une partie du corps, une réalité abstraite, un ensemble. 1o Grand, supérieur en dimensions à ce qui est habituel ou normal; imposant (Vd‑G passim, F rare, N; anc. V, G). «Una granta pela [poêle] percieie» (V Hérém. 1689. Reg. not. M 1/2. AC). Na grnda prta an bè, une gr. porte en bois (G Jussy). Dèj anlyourə [cf. andrə] proou grantə, des bâtiments assez gr. (V Hérém. Lav. 284). Adriyin è bin sòlè d sa grnta mèzon, A. est bien seul dans sa gr. maison (Vd Chenit). Da sta gran kzna y’é vou bin dèz afan k’an pasā, dans cette gr. cuisine j’ai vu bien des enfants qui ont passé (N Ch.‑de‑F. Bull. Gl. VI, 60). Oun gran plyo [cf. poêle] byin èsoudā, une gr. chambre de séjour bien chauffée (V Hérém. Alm. du Valais, 1959, 141). Dans une chanson: L avè dyan sa grnta kva | kat san séti d bón vin blyan, elle avait dans sa gr. cave quatre cents setiers de bon vin blanc (G Herm. Bull. Gl. IX, 58). Yə mnto ansitə din yna də sai grantə bèrlinə kə lai dyon dai vagon, je monte ensuite dans une de ces gr. berlines qu’on nomme des wagons (N Montal.). On gran pò də tèr plyan də bon vin blyan, un gr. pot de terre plein de bon vin blanc (G Troin.). Lə pòrtāvə na grnta satsə pòr inbalā séz anplètə, elle portait un gr. sac pour emballer ses emplettes (N Montal.). Teïnchyon po birè pè sta barlè, l a oun gran pert, attention en buvant de ce barillon, il a un gr. orifice (V Arb. Ma.). L gòlè [cf. goulet 6o 2] ét just pru gran pòr lyi, l’ouverture était juste assez gr. pour lui (G Bern. Bull. Gl. III, 33). On·na grnta sapla, un gr. sapin (Vd Sassel). «De la crâna soup’ à la farna, avoué dâi grantè létze dè pan», de la délicieuse soupe à la farine, avec de gr. tranches de pain (Vd Jor. Favrat. Mél. 188). Férə pyə gran, agrandir, augmenter (Vd Sassel). Avec asyndète: «Ils habitaient un grand beau chalet, avec un large toit à deux pans» (fr. rég. Vd: Ramuz, Guerre dans le Haut‑Pays, éd. 1967, 83). ‖ En parlant d’un habit. Tchi ej alon ron fé am chi, pa ködri ou pè a mamə, éj oun·n tra gran, ej oun·n tra étrèi, tous les habits étaient faits au village, par la couturière ou par la mère, les uns trop gr., les autres trop étroits (V Nend. Schüle, II, 386). É traijmo, on·n aristòkratə, prtë on gran palëtó, le troisième, un aristocrate, porte un gr. paletot (V Châble). «On corbeillâ ... et on moui de dzein que l’avant dâi tsapî nâ, dâi dû [cf. dur II, 6o], asse grand que cllique âo menistre», un corbillard et une foule de gens qui avaient des chapeaux noirs, des hauts‑de‑forme, aussi gr. que celui du pasteur (Vd Sav. Cont. 1906, 13). Kan d’é vyu k’al n’avyon p na grnta béginə aé déz lə, də mə sé dè: y è dé sr pròtéstantə, quand j’ai vu qu’elles n’avaient pas un gr. bonnet avec des ailes, je me suis dit: ce sont des sœurs protestantes (G Troin.). Autre ex. sous gòdilyn 1o. ‖ En parlant d’un groupe, d’un ensemble. «Quan to fu fay, cela granda assanblayé | ... pret le parti | d’alla gouta [cf. goûter 1, II, 1o] de bin bonna àpeti», quand tout fut fait, cette gr. assemblée prit le parti d’aller dîner de bien bon appétit (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 30). Laiy avai on gran mndo, il y avait une foule nombreuse (Vd Penth.). L a on·na grnta famiyə [famille], il a beaucoup d’enfants (Vd Chav.‑M.); var. sous famille 1o. I Chavayā lóouj a falyou fòtrə lò kan in lachin ouna gran bn·nda [bande] də mṑ chou la plachə, les Savoyards ont dû s’enfuir en laissant une foule de morts sur la place (V Hérém. Cah. folkl. XI, 6). ‖ En parlant d’une mesure, d’une proportion. «Les brigues d’in grain nombre de drôle», les intrigues d’un gr. nombre de nombreux libertins (J Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. X, 64). I fó an gard na grnda kantit, kar y è trè san, il faut en conserver (des fruits) une gr. quantité, car c’est très sain (G Jussy). La grnta inpartya, la majeure partie, la plupart (F Montb. Co.). La plyə grant inpartya, id. (F Rom.). Lu gra·n partchya, id. (V Évol. Chvr.). La pyə grnta partya, id. (N Montal.). I grnta pòrchyon, id. (V Nend.). «La pe granta eimpartià dâo teimps, clliâo que sè resseimbliont s’asseimbliont», dans la majeure partie des cas, ceux qui se ressemblent s’assemblent (Vd Cont. 1885, 16). La grant inpartya dé parin d’ra gton laoz infan è nə lao bon pā l’èdukasyon sèvérə kə nòz in rèsu din lə tin, la plupart des parents actuels gâtent leurs enfants et ne leur donnent pas l’éducation sévère que nous avons reçue naguère (Vd Orm.). Dèpi kì lì mndo vndon lo laséi, chvon pa pyè chin kì y’èt, lì gìna·nts, na gran parti di drlè è ounkò plyou di tsasou, depuis que les gens vendent le lait, ils ne savent plus ce que c’est que le fromage frais à la crème, une gr. partie des femmes et encore davantage d’hommes (V Rand.). Charè [sera] próou véréi k’ou vyóou tin lì mndo ìran méi rèbchto kè ra; yì chnblyè próou kì pòr ouna gran parti rè lì mïnzyè [manger] l’inkja, il est sans doute vrai qu’autrefois les gens étaient plus robustes que maintenant; il semble bien que pour une gr. part l’alimentation en soit la cause (ib.). I grnta pòrchyon di tsënṅkanyə [cf. chicane 2o] chon énótyo, la plupart des disputes sont inutiles (V Nend. Schüle, III, 224). Comparaisons. Na ṣnbra grnta kə na ṣapèlə, une chambre gr. comme une chapelle (G Troin.). Gran kom oun chak, gr. comme un sac, se dit d’un habit très ample (V Hérém.). 2o Spécialt. 1. Long (Vd‑F passim, J spor.; anc.). «Pour una granta et forta nyvolle [corde]» (F 1472/73. Blav. 70). Autre ex. anc. sous btsə 2o. On·na grant ètsla [échelle] (Vd Corsier). La grnta btsə, la plus longue paille, dans un tirage au sort (Vd Ollon Isabel); cf. bûche 1, 1o 3 loc. In·n grant tāl, une longue table (J Charm.). On gran étsī, un long escalier (V Isér.). Óna grnta sèi, une longue haie (ib.). Ïn gran tchin, un champ étroit et long (J St‑Urs.). Avé na grnda pèrṣə, on·n aba lé nyè, avec une longue perche, on abat les noix (G Jussy). È sāté dchu sè grin pāl də fiə, il sauta sur sa longue pelle de fer (J Épauv.). In·n grant kouədj, une longue corde (J Charm.). I pā du fòr l avèi oun gran mndzo, faluvə óna grnta pḕrtsə p è·n férə yna, la pelle du four avait un long manche, il fallait une longue perche pour en faire une (V Isér.). On gran bton avé ouna pïnta dè fḕ ao bè, un long bâton avec une pointe de fer au bout (Vd Chenit. Bull. Gl. VI, 24). L’nṣo ... ch’éṣai pouchtā chou ... ouna bka dé chḗ ... aae ón gran foujī dé gyr dou tun dé Napolé·on, l’oncle s’était posté sur une pointe de rocher avec un long fusil de guerre du temps de Napoléon (Vd Étiv. Dial. suisses, 1, 12). Lé din dou laou d avan markā di grnté rbé ch ló fḕr, les dents du loup avaient marqué de longues raies sur le fer (ib. 13). Devinette: Ryon k’on pan, gran kna kva, parti a la kva? — La pla, rond comme un pain, longue canne pour queue, un trou à la queue? — La poêle (V Véross. Cah. folkl. XXV, 28). Vro  èt é gran è·ntò tòr? quelle est sa circonférence? litt. combien est‑il gr. entour le tour? (V Isér.). On gran n, un long nez (F Gr.‑de‑V.). Dë grntë tsnbë, de longues jambes (V Lourt.). Də grnté krné, de longues cornes (Vd Burt.). Lè mouchttsè grntè è bin visyè, on bòk dè franmason, les moustaches longues et bien vissées, un bouc de franc‑maçon (F Roche. Alm. cathol. SR, 1949, 76). Stuz an è fèmai fazan dè grntë trḗsə, autrefois les femmes faisaient de longues tresses (V Isér.). On ydzo, l rə lə fy kə pórtvan lou p gran, autrefois, c’étaient les filles qui portaient les cheveux longs (V Véross. Lautbibl. 54, 6). Lè tsin l an lə pḕ pyə gran l’əvḕ, les chiens ont le pelage plus long l’hiver (F Roche). Tsa a gran pḕ [poils], chat angora (ib.). Bla krpa, lə pḕ lījin, lèj yè vi, na grnta kma, tò chin kə fayi pò pyérə, belle croupe, le poil luisant, les yeux vifs, une longue crinière, tout ce qu’il fallait pour plaire, en parlant d’un cheval (ib. Alm. cathol. SR, 1958, 73). «A Fontannaz, lo lou lâi dansé avoé sa granta cua bliantze», à Fontaines, le loup y danse avec sa gr. queue blanche (Vd Fontaines‑s.‑Grandson. Itten‑Bastian, Restons vaudois, 109). Lə bòtsè a gran pḕ, le bouc à longs poils, le diable (F Crés., Roche, Treyvaux); cf. bòts 2, 2o. Ché də la grnta ka kè li [lui] trne, celui de la longue queue qui traîne, id. (V Maréc. Müller, 249). ‖ Au sens temporel. Nò nò chin dètrachya na gran vrba pò tsouja, nous nous sommes disputés un gr. moment pour rien (V Rand.). Də gran arbə, de longs moments (V Hérém. Lav. 284). Kan é tsson, é riston saïn rédjé dè gran mòm, è apré sè lnson tò drae dèvan lao pò avól lao pètsə, quand ils (les brochets) chassent, ils restent sans bouger de longs moments, puis ils se lancent tout droit devant eux pour avaler leur pêche (Vd Chenit. Bull. Gl. VI, 23). Lèj rè chon grntè kan on d p, les heures sont longues quand on ne dort pas (F Roche). Smblon grntë è né kan oun pu pā dróméi, è gran è dzòr kan ou·n è mdo, les nuits semblent longues quand on ne peut pas dormir, et les jours semblent longs quand on est malade (V Isér.). Din l tin də l’ton e də l’ivḕ, kan le ni ran grnte, au temps de l’automne et de l’hiver, quand les nuits étaient longues (V Ill. Fankh. 184). Mè sèmblāvə tsza [cf. chose 6o 3 fin] gran dè vyétrə dè pèr mè [de par moi] u mayèïn, av è bytchë, le temps ne me semblait pas du tout long d’être seul au mayen, avec le bétail (V Isér.). S’ā ā tchātan k lḗ djé son lḗ pu gran, c’est en été que les jours sont les plus longs (J Aj. Va. 184). ḗ gran djo, pendant les longues journées d’été (J Charm.). I djyon kyè janvyè l è i pl gran mi dè an: oun gnyè rin, l a pa dè tra·ó, è pó pəka l è ègè [égal], on dit que janvier est le plus long mois de l’an: on ne gagne rien, il n’y a pas de travail, et pour manger c’est la même chose (V Sav.). Dans une chanson: L’vīə ā anko bïn gran, l’hiver est encore très long (J Courroux. A. tr. p. III, 260). Férə [cf. faire II, 3o 1 b] gran, allonger (F Hte‑Glâne): I chyḕ a rin dè férə la ya grnta, chə n’è p bla, il ne sert à rien d’allonger la vie, si elle n’est pas belle (L’Homme, 129). Chè kə lə tin l è gran ... in prəgatro! ce que le temps est long au purgatoire! (F Roche. Alm. cathol. SR, 1954, 56). ‖ En parlant d’une chose à traverser, à parcourir, à faire. «Dian tota cela gran nourma [cf. norme] | qu’on vin de vo raconta | n’y a pa la mondra broula | que ne say la verita», dans toute cette longue histoire qu’on vient de vous raconter, il n’y a pas la moindre bourde qui ne soit la vérité (G 1696. Mussard, Compesières, p. 84). «Quan Brenolieu vi que pet la santancé | on leu dezay dalla à la potancé | ‘Messiur, feté, le viazou sara gran», quand B. vit que par la sentence on leur disait d’aller à la potence: ‘Messieurs, fit‑il, le voyage sera long’ (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 27). na grnta tsəmənāyə, un long trajet (V Lourt). Alèïn d’na [d’une], i vayə sarè pā tan grnta, allons ensemble, la route ne sera pas aussi longue (V Isér.). «N’y a pas on grand trot di la Larze [l.‑d.] u collège», il n’y a pas une longue course de la L. au collège (Vd Forclaz. Nicolier, Lettre, I, 23). A ké  ṣò èkri ha grnta ltra? — Chin nə tè règrdè p, à qui as‑tu écrit cette longue lettre? — Cela ne te regarde pas (F Treyvaux. Novi botyè, 37). On gran diskou [discours] (Vd Month.). Fó pā férə dè tra grntë préyīrə, il ne faut pas faire de trop longues prières (V Isér.). Tsakon l a zu son chapitrə, lèz on pyə gran, lèz tro pyə pəti, chacun a eu droit à son chapitre (de critiques), les uns plus gr., les autres plus petit (Vd Rovr.; cf. Cont. 1904, 4). L’è asə gran k’on n’un vai pā lo bè, c’est si long qu’on n’en voit pas le bout, en parlant d’un travail qui se prolonge (Vd Penth.). ‖ Substantivé. [la] grant, ronde ou danse champêtre chantée, pratiquée jusqu’au milieu du XIXe s. (J Charm., Aj. Surdez). Lè grant də Bonfō, «la grande de Bonfol», id. (J Aj. Surdez); description et synon. sous ajoulot fin; cf. en outre ajoulot encycl. et Folkl. suisse, XLII, 10* s. Ran dé grnté, second rang de bardeaux sur le toit, t. de couvreur (F Gru. Egloff); cf. aslyə 1. Comparaisons. Gran kò on dzòr chun pan (Vd Ch.‑d’Œx; var. spor. Vd, Bas‑V, F), asə gran tyè on dzòr s pan (Vd Leys.; var. Vd Blon., Sav., F Vill.‑s.‑M., Gruy. Chenaux), long comme un jour sans pain, interminable; se dit aussi, par ext. ou par plais., d’une personne longue et mince (cf. ci‑dessous B, 1o) ou de propos invraisemblables (cf. ci‑dessous 3o 10 fin). Gran min na sənn·na [semaine] sin pan, même sens (V Vouv.). Gran koumin la karma, même sens (V Salvan); ex. sous carême 1o. Gran koumun lo prdzo dao Djn·no, long comme le sermon du Jeûne fédéral, même sens (Vd Penth., var. Sav.). Gran kmè ivə, même sens (V Châble Cas.); var. sous eau 1, 6o. L è pyə fou tyè kə l’ivə [cf. eau 1, 1o 9] l è grnta, il est plus fou que la Sarine est longue (F Vill.‑s.‑M.); var. sous eau 1, 6o. Dë pā gran kòm na épna, des pas longs comme un empan (V Lourt. Perraudin). Prov. et dicton. Mi vṓ gran bré tyè grnta la [langue], mieux vaut être travailleur que médisant (Vd Leys.); cf. grandeur 2o 2 prov. Krta patsə, grant ètatsə, court contrat, longue attache, en parlant du mariage (Vd Orm.); cf. èttsə 4o. Iz an son gran, les années sont longues, il est difficile pour le paysan de joindre les deux bouts (V Lourt.). Gran ma, grnta k·a, long museau, longue queue: si l’hiver commence tôt, il finit tard (F Gru.); var. sous queue. Loc. et loc. fig. L a l’étsna trò grnta pò sè klyénā, il a l’échine trop longue pour se baisser, dit‑on d’un paresseux (Vd Vaug.). Avāi dè lə [des] grantə fó, empiéter sur le territoire du voisin en fauchant (Vd Leys.); cf. faux 3, 1o loc. fig. Frè gran bré, allonger les bras pour atteindre qch. (Vd Orm.). Avai gran bré, avoir le bras long (Vd Month.); var. sous bras 2o. Fḕr lè grant dan an·n [cf. en 1, I, 8o 2] ïn mḕs, dédaigner un plat, le manger sans appétit, litt. faire la dent longue à un mets (J Charm.). Atrap di grntè din, souffrir de la faim, litt. attraper de longues dents (F Roche); var. sous dent 1, 3o. Métrə lè din grntè (Vd Villen.), bətā [cf. bouter I, 6o] də lè grntè din (Vd Orm.), se dit d’une personne poussée dans ses derniers retranchements, qui ne sait comment se tirer d’affaire. Èl a dé gran d, c’est un voleur, litt. il a de longs doigts (Vd Fen.); var. sous doigt 2o 1. «Sa leingua, que l’avâi granta et rasserya», sa langue, qu’il avait longue et acérée (Vd Sav. Cordey, Por la Veillâ, 79). «Clliâo qu’ont étâ eimbétâ on iadzo rappoo â lâo trâo granta leinga sont su lâo gardès avoué clliâo que lâo traisont lè vai dâo naz», ceux qui ont été ennuyés une fois à cause de leur trop gr. penchant à la médisance sont sur leurs gardes avec ceux qui leur tirent les vers du nez (Vd Cont. 1885, 12). Férə grnta fədyra, faire triste mine (Vd Leys.). «La Suisse hospitalière l’è dein ... lè bons petits z’auberdzo dâi z’autro iadzo, iô lè dzein vo risant contrè quand on arrevé, na pas [non pas] vo fér dâi grantè menè», la Suisse hospitalière est dans les bonnes petites auberges d’autrefois, où les gens vous sourient quand on arrive, sans vous faire des mines hostiles (Vd Jor. Favrat. Mél. 248). ‖ Tta la grnta dzòrnā, toute la journée, du matin au soir (Vd Sav.): «Lè bouscagnîve tota la granta dzornâ, tota la veillâ et quasu tota la né», il les agaçait toute la journée, toute la soirée et presque toute la nuit (Cordey, Por la Veillâ, 65). To lḗ dou grin djé èl nə fzin·n kə d viriə, durant les deux journées entières elles ne firent que danser (J Épauv.). Avi lò tun gran, trouver le temps long (Vd Ross.; var. J Charm., Aj. Bié.). Trouvo lə tin bin gran, je m’ennuie beaucoup (Vd Blon.). Tròvvè lè dza gay gran, chòlta, elle trouvait les journées bien longues, toute seule (F Roche. Alm. cathol. SR, 1954, 56). «Ai yé d’quoi trovaie l’temps grand et d’aivoi lai grrie [cf. grḗ 1, 1o]», il y a de quoi trouver le temps long et avoir la nostalgie (J Aj. Alm. Gaieté, 33). Ly è jou fḕ [cf. faire I, 5o 3] i gran dza, il est né en été, c’est un lambin (F Gru., var. Roche). La férə grnta, s’attarder (F Villarg.); ex. sous faire II, 3o 1 b loc. Fré gran fi, faire long feu, en parlant d’une arme (Vd Étiv.). ‖ Èr è tra [trop] gran, il est prolixe, son discours traîne en longueur (Vd Orm.). Composé. «Gran fer», partie du char, ferrure destinée à renforcer la fusée en bois de l’essieu, sens supposé (F 1472): «Pour mettre un assy [essieu] atout le gran fer et mettre banchet [cf. bants 1o 4]» (Comptes Hôp. AC). Cf. fer II, 1o 5. 2. Étendu en superficie (spor.; anc. J). «Nule place de terre, fuit grante ou petite» (J Aj. 1314. Doc. ling. SR, I, 60). Ouna gra·n zóour [forêt, cf. dzo 1o] (V Chal.). On·na grnta vnyə [vigne] (V Conth. Ber.). Nntra kómna ë əna du pfə grntë du kanton, notre commune est l’une des plus étendues du canton (ib. I, 64). L a on dòmno k’è bin gran, il possède un très gr. domaine (Vd Penth.). An vind ounṅ granṅ knmpo də ma·in, ils ont vendu une gr. parcelle de mayen (V Nend. Schüle, 34). L é gran a sé pḕdrə, c’est gr. à se perdre (Vd Oron). Comparaison. Gran koumin lou mndou, vaste comme la terre entière (ib.). 3o Par ext. ou au fig. 1. Abondant: prija irə proou gran por vo, votre récolte était relativement abondante (V Hérém. Lav. 284). Dicton. Gran chrtya [sortie] l’è pa tòzò gran véna [vinée], beaucoup de raisin sur la vigne n’assure pas une vendange abondante (V St‑Luc). Loc. Kinr a grant égə, cuire à gr. eau (Vd Sent.). Lè ligrmè, a gran bran, tchèjyvon ba dèchou lò fousìlyon [cf. faucillon 1o 1], les larmes, à gr. flots, tombaient sur le couteau (V Rand.). 2. En crue, d’un cours d’eau; houleux, d’un lac (anc. Vd, F). «Quant li Sarina fust granta» (F 1424. Comptes Trés. 44. AC). «Car le lac estoit grant et en menoyt le marrin [bois de construction]» (Vd Laus. 1494. Comptes, D 229. Ac). 3. Allongé par addition d’eau (F Épendes): Gran bre [cf. brè 1o 5], nourriture liquide du bétail, allongée d’eau. ‖ Au fig. Substantivé. La grnta, la diarrhée (V Torg.). 4. Ample, en parlant d’un geste, d’un mouvement: Lì mounir ... féi dè gran snyo kòmin pò drè a na prèchn·na dè ch’ind ala, le meunier fait de gr. signes comme pour dire à une personne de s’en aller (V Rand.). L a fi on gran chnyo dè krḕ, il a fait un gr. signe de croix (F Treyvaux. Novi botyè, 22). Inpunyvè cha tyéchta dè butsiyon in tərin on gran chḥo, il empoignait sa caissette de copeaux en prenant une gr. inspiration (F Roche). Loc. Sëyì a gran k, faucher à gr. coups (V Lourt.). 5. Largement ouverte, en parlant d’une partie du corps, surtout dans des loc. et loc. fig. «Poay va cria pet la vella, en gran geula [gueule] | ‘Debou! debou! qu’on s’armay!», puis il va crier à travers la ville, à pleine voix: ‘Debout! debout! qu’on s’arme!’ (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 9). Avae gran gòrdzə, être fort en gueule (V Ardon. Delaloye, 61). L a fi dè gran jès, il a fait de gros yeux (V Arb. Ma.). L a mi graṅ è jès kè ò vn·ntrè, il a les yeux plus gr. que le ventre (ib.). L a p gran mā tyè gran brḗ, litt. il (un domestique) a plus gr. bouche que gr. bras, il mange plus qu’il ne travaille (F Magn.). Y’av on bon gran‑l‑y [impr. gran ly] k btāv lə syèl è lèz afér kə s fazan avó, è lèz òzé kə vnyan tchantā tsu ma tta, è lə sòlè kə m rètchódāv, litt. j’avais un bon gr. œil qui regardait le ciel et les affaires qui se faisaient en bas, et les oiseaux qui venaient chanter sur ma tête, et le soleil qui me réchauffait (N Ch.‑de‑F. Bull. Gl. VI, 61). 6. Plus que pleine, en parlant d’une mesure de temps: N’in rin fḗ sta né, n’in pòrtan ètā asinbyā mḗ dè trḕ grntèz rè dè rəldzo, nous n’avons rien fait ce soir (à l’assemblée communale), nous avons pourtant été réunis plus de trois gr. heures d’horloge (Vd Rovr.; cf. Cont. 1915, 18). Ly a na grant ra tntchyè lé, il y a une bonne heure de route jusque‑là (F Roche). Ouna grant ora è dəmi, plus d’une heure et demie (F Vill.‑s.‑M.). 7. Fort et soudain; intense; terrible, considérable, extrême (SR passim; anc.). «Mecze, s e a vot [c’est à vous] gran noblezit | de fere sit balla emegit», Maître, vous faites preuve d’une gr. noblesse en faisant un si beau portrait (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. VII, 298). «On Savoyar ... | y fu tua d’on gran cou de marmita | qu’onna fêna li arrossa [cf. arouts 2o] dessu», un Savoyard y fut tué d’un gr. coup de marmite qu’une femme lui jeta dessus (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 113‑115). On gran kou də pya, un gr. coup de pied (G Vand.). «Su la min‑niûe on z’oyia éna granta gueulâ:Vet’ci l’épeu que vîn», à minuit on entendit un gr. cri: ‘Voici l’époux qui vient’ (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. XXV, 6, dans Festschr. Tappolet, 149). «On oût on grand tredon dein la dzenelhîre, quemet se lo renâ ètâi vegniâ», on entend un gr. tapage dans le poulailler, comme si le renard était venu (Vd Sav. Cordey, Por la Veillâ, 66). Kan y’an jou tənou chə gran tapzo ..., quand ils eurent fait ce gr. tapage ... (V Hérém. Lav. 354). ‖ En parlant d’un phénomène météorologique. «C’ettay l’hyver passa, que fazay cé gran fray | et qu’on ne savay pliu yo ce catzi lé day», c’était l’hiver passé, qu’il faisait ce gr. froid et qu’on ne savait plus où se cacher les doigts (Vd XVIIIe s. Craizu. Bull. Gl. V, 29). Argvè ouṅ gran fri; d’ouna né a l’tra lì kampanyə dè Ribòréi [l.‑d.] ly èh avgcha tta zalye, arrive un gr. froid; d’une nuit à l’autre les champs de R. ont été complètement gelés (V Viss. Lautbibl. 72, 5). Ana grand chalr, une gr. chaleur (N Brév.). «Mais, oïan éna grante oura, é l’hoû peú», mais, entendant un vent violent, il eut peur (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. XIV, 30, dans Festschr. Tappolet, 147). Dicton. Gran frèi an Sint Antino, gran tsalr an Sin Lòrè·n, youn è‑y‑tra dron pou, gr. froid à la St‑Antoine (17 janv.), gr. chaleur à la St‑Laurent (10 août), l’un et l’autre durent peu (V Isér.). ‖ Au sens abstrait. «Pour les tres grans difficultez et necessitez dessus dictes» (N Neuch. 1373. Matile, 986). «Son Altessé, en [cf. en 1, I, 3o 2] granda diligencé | onna pousta manda u rei de Francé», son Altesse, en gr. diligence, envoya un courrier au roi de France (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 93‑94). «On présidan ... | vegni trama voutra gran trahison», un président vint tramer votre gr. trahison (ib. 154‑156). «Quan san fu fay, la joi fu bin tan granta», quand cela fut fait, la joie fut très gr. (G 1696. Mussard, Compesières, str. 127). «É faïlla bein qu’elle édurise | éna se granta injustice | elle éteï tota desolaye | de veir le malheur que l’yarrevave», il fallut bien qu’elle endurât une si gr. injustice; elle était toute désolée de voir le malheur qui lui arrivait (N Neuch. 1707. Bibl. 822; cf. Pat. neuch. 138). «Voicy una granta çanlia [cf. dznlya 1o] que vé boutta [mettre]», voici un gr. mensonge que je vais écrire, propos d’un notaire (F 1734. Livre noir, XX, 674. AC). «On fu lon tan en tan granda detressé | que nion n’avay plet ne fourze n’adressé», on fut longtemps en si gr. détresse que nul n’avait plus ni force ni adresse (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 12). «On se rira de ma gran diligencé | d’etré vegnu dian tray zor de Pari», on se rira de ma gr. diligence d’être venu en trois jours de Paris (ib. 28). Ouṅ gra·n malòou, un gr. malheur (V Pins.). Chin fouri na gran prda pò lo payi, cela (l’abandon du patois) serait une gr. perte pour le pays (V Rand.). Y’a pa jou la plou gran keitə [cf. kitə] kə də lej eṣinchyè, il n’a pas eu de plus gr. hâte que de leur chercher querelle (V Hérém. Lav. 350). Katilyon, kə y rè din la pə grnta din mijrè è kə vèyin ḥinri [cf. clairer 1o] la mon·nya ntrè lè dā dè Griboulyə [cf. Gribouille], l a konchanti, C., qui était dans la plus gr. des misères et qui voyait briller la monnaie entre les doigts du diable, a consenti (F Villarg. Bull. Gl. IV, 26). «Sa misére ire se grantaz que, portiez l arey volentier volu metgiez de sen que metgèvont li caion, gnoun li en balleve», sa misère était si gr. que, bien qu’il eût volontiers voulu manger de ce que mangeaient les cochons, personne ne lui en donnait (Bas‑V. Stalder, Landessprachen, 400). A·ei pèrd a y·a kan a·èi pa ouṅkò ou·n an, i cha grn·nta pina irə də pa konyètrə koumə irə i fas ... di parin, elle avait perdu la vue quand elle n’avait pas encore un an, sa gr. peine était de ne pas connaître le visage de ses parents (V Nend. Schüle, III, 53). On·na grnta doulœ, une gr. douleur (Vd Month.). Y’é on·na grand èstimə pò ntron mənistrə, j’ai une gr. estime pour notre pasteur (Vd Sassel). Débitə dè dznlyè avè lou plyə gran apyon, il débite des mensonges avec le plus gr. aplomb (Vd Vall.). L è na grnta vrgònyə, c’est une gr. honte (F Roche). ‖ Par ext. Granz ami, gr. amis, qui ont une gr. amitié réciproque (Vd Sav.). Loc. et prov. «L’étâi la granta moûda», c’était la gr. mode (Vd Cont. 1893, 18). «Vouaitze qu’onna vépra ie prand son grand coradzou», voici qu’un soir il prend son courage à deux mains (ib. 1866, 53). Le foin est mûr, l è gran tin dè lo prndrè, il est gr. temps de le rentrer (V Pins.). A ita takonyi də mo, irə gran tin, elle a été battue par son mari, il en était gr. temps (V Nend. Schüle, II, 144). Formule de politesse. Bin chèrtin, a vṣron gran chèrvcho, bien sûr, tout à votre service (F Crés. Tobi, Mèhlyon, 59). È n’èrīv djmḕ d’èchi gran malœr kə d’ātr n’an vaychïn [valussent] d mœ, il n’arrive jamais d’aussi gr. malheur que d’autres n’en profitent (J Fches‑M. A. tr. p. XIII, 42). A pətydè kzè, granz èfé, à petites causes, gr. effets (Vd Orm.). A pətyda ḥòtsə, gran son, à petite cloche, gr. son (ib.); var. sous cloche 1o prov. Bījat èbè gran van, petite bise abat gr. vent (J Aj. Va. 21). Loc. adv. U [au] gran galò (Vd Orm., var. V‑N spor.), è [à] gran galo (J Charm.; var. Vd Oron, V spor.), «à grand galop» (fr. rég. J Charm.), très vite; ex. sous galop 1o. A la grnta krcha [course] (F Magn., var. Vd Orm.), a grnta krcha (F Gru.), id. A gran trin, id. (Vd Orm.); var. sous train. Alḕ è grin kètr, «aller à grand quatre», même sens (J Aj. Va. 52); var. sous quatre. È grin fouəch [force], en redoublant d’effort (J Ocourt); ex. sous force III, 4o 1 fin. «Cliaux Messieurs, qu’on tot l’erdzin bintoû, ne lo lâtson qué à la granta foîce», ces messieurs, qui ont bientôt tout l’argent, ne le lâchent que quand il y sont vraiment forcés (Vd Sergey. Gaillard, Sc. pat. 7). È grin pin·n, à grand‑peine (J Ocourt); ex. sous force III, 4o 1 fin. «La hlotta ristè muda, aut ne rend qu’à grand’ peinès | deis doliraux accents», la flûte reste muette, ou ne rend qu’à grand‑peine de douloureux accents (F Gruy. XVIIIe s. Python, Bucol. éd. Moratel, 126). «Sonner à grant effroy [cf. effroi 3o] la grosse cloche» (G XVIe s. J. de Jussie, Levain du Calvinisme, 52). Sounā a gran karilyon, sonner à toute volée (Vd Sassel). In la płou gr·nta katsta, avec la plus gr. précaution, en cachette (V St‑Luc Gyr ms.). De gran matiṅ, aux premières heures du jour (V Arb.); var. sous matin. On l’òyəsḕ dzò lo gran matin bramā, on l’entendait crier déjà de gr. matin (Vd Rovr.; cf. Cont. 1915, 20). Ao gran djamé, au gr. jamais (Vd Penth., var. Vd et G‑B spor.). Loc. prép. «A gran forczet de», à gr. renfort de (Vd Vevey vers 1520); ex. sous force III, 5o 1 fin. 8. Particulièrement développée, en parlant d’une capacité physique ou mentale: Si tsèvṓ a on·na grnta fòrsə, ce cheval a une gr. force (Vd Sassel). A öna grnta insönyanḥlə, il a une gr. mémoire (V Lourt. Bjerrome). Croyance. Gran [cf. ci‑dessus 1o] fron, grant èspri, gr. front, gr. intelligence (N Couvet). 9. Pleine, intense, en parlant de la luminosité atmosphérique, dans des expressions plus ou moins figées: Ao gran dzò, au gr. jour, à la pleine lumière (Vd Chav.‑M.). Dé gran dza, en plein jour (Vd Blon.). Ou [au] gran chèlā, en plein soleil (F Roche). ‖ «In hyoou tréy mi, yè pa tozor lï gran béy tin chou [cf. sus] pè lè ròc», litt. dans ces trois mois (d’estivage), ce n’est pas toujours le gr. beau temps en haut sur les rochers (V Rand. Alm. du Valais, 1957, 148). «Une semaine de grand beau temps» (fr. rég. G. Bull. mens. section gen. CAS, nov. 2013). «Lorsqu’ils se rompent, ils (les glaciers rocheux) descendent ... en laves torrentielles, par grand beau temps comme lors de pluies abondantes» (fr. rég. V. Le Temps, 19 mai 2014). Par ellipse de temps. «Dimanche de grand beau et de grandes [cf. ci‑dessus 7] chaleurs» (fr. rég. Vd: Ramuz, dans DSR). ‖ Avec valeur adverbiale plus ou moins marquée, dans des loc. verbales. È p rè gran dzò kyə nyoun ouj·è chali, il faisait déjà gr. jour et personne n’osait sortir (V Sav. A. tr. p. XXV, 24). Avec asyndète: rè dza gran bī [beau] dza, il faisait déjà gr. jour (F Roche, var. Grandv.). È fzḕ gran djo, il faisait gr. jour (J Charm.). «Faire grand beau temps» (fr. rég. SR); cf. hist. «C’est dire qu’il fait grand beau temps» (fr. rég. V. Nouvelliste val. 23 nov. 1953). Par ellipse de temps. «Faire grand beau» (fr. rég. SR). «On nous annonçait de la pluie, il a fait grand beau» (fr. rég. G. Tribune de Gen. 15 juil. 2012). Autres ex. fr. rég. dans DSR. 10. Important, digne d’attention, etc.; mémorable, marquant (spor.). Oun gran za in plyè·n èr, un gr. jeu en plein air (V Rand.). Ou plyo də Trəvrèrə, lei [y] fajan oun·na gran vèlyə, au chalet de Tsevrère (l.‑d.), ils faisaient une gr. veillée (V Hérém. Lav. 374). [cf. nous] mnto on gran bal dəsndo ni kə veïn in·n Ovrna, sə vò vòlai vəni, i vò kòtə rin, j’organise un gr. bal samedi soir qui vient à Ovronnaz (mayen de V Leytr.), si vous voulez y venir, cela ne vous coûte rien (V Cham. Lautbibl. 57, 10). «L’ant dan dècidâ de fére ’na granta fîta», on a donc décidé de faire une gr. fête (Vd Sav. Cordey, Por la Veillâ, 40). «To lai jann fadièvonn ounâ gran ribotta», tous les ans ils faisaient un gr. festin (V Chal. Alm. du Valais, 1950, 101). Lo gran dj, le gr. jour (N Couvet. Grœger, Schweiz. Mund. 74). On·na grnta vrətā, une gr. vérité (Vd Rovr.; cf. Mess. boiteux, 1908, 72). «Sâ‑tou la granta novalla?» sais‑tu la gr. nouvelle? (Vd Cont. 1893, 10). ‖ Trāo [trop] gran, incroyable, invraisemblable (Vd Sav., var. Vd spor.). «La fin l’è trau granta», la fin de l’histoire est invraisemblable (Vd Sav. Cont. 1915, 42). Substantivé.  kontā dè lə tra grntè, exagérer, litt. en conter des trop gr. (Vd Leys.). Cf. ci‑dessus 2o 1 comparaisons. 4o Accompagne un nom de partie du corps dans des syntagmes désignant métonymiqt une personne: Gran n [nez], fureteur, curieux (F Hte‑Glâne): Chi gran n l è pèrtò pò achən chin kə chè pchè vè lèj trè dzin, ce fureteur est partout pour renifler ce qui se passe chez les autres gens (L’Homme, 88). Grnta lnva [langue], personne bavarde, médisante (F Villarg.); var. sous langue. Gran grdza [bouche], homme bavard (V Lourt. Perraudin); var. sous gorge 1, I, B, 7o 2. Gran blga [blague], femme bavarde (ib.). ‖ Sobriquets. Adan B., tə s prau, Gran ḥlyan, «Adam B., tu sais bien, Grandflanc», surnom donné à un homme haut sur jambes (Vd Blon.). Au pl. Grntè dan [dents], sobriquet des habitants de F Matran (F Rom.); var. sous dent 1, 1o (Gl. V, 328 a). Grntè kòrlyè, «Grands gosiers», sobriquet des habitants de Vd Corcelles‑le‑Jorat (Vd spor.). Gran pan (Vd Chabloz), Gran pantè (ib., Itten‑Bastian), sobriquet des habitants de Vd Bettens, réputés avoir porté longtemps des habits à longues basques. Grntè tsəmzè [chemises], sobriquet des habitants de Vd Mézières (Vd Favrat, Mél. 275).

5o Noms de lieux issus de syntagmes nominaux par ellipse du subst. (choix sur une dizaine; aire: Vd Est, Bas‑V, F); cf. aussi hist. Le Grand Vd Villen.: u gran (d’ófèru), pâturage, le plus grand de l’alpage d’Auféru; les Grands V Trient (CN 1344; cf. Dict. géogr. II, 358): i [aux] gran, alpage et vallon au fond du plateau du Trient, et, spécialt, chalets d’alpage, en face des Petoudes; la Granta F Jaun‑Fang (CN 1225): a la grnta, all. in der Granta (Zi. II, 136), alpage long et étroit; la ryə də la grnta ib., all. Grantagraben, ruisseau, affluent du Riau du Gros Mont; la Grante F Villarvolard (CN 1225): a la grnta, alpage; les Grandes F Vuippens non cadastré: i grnte, pré formé de deux longues parcelles attenantes.

6o Antéposé, le plus souvent sous sa forme épicène, à un subst. employé sans article. Indique une grande quantité, une grande intensité. 1. En proposition affirmative (anc.). «Le a gran fornerit», il y fait très chaud, litt. il y a gr. fournaise (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. IV, 354). «Le comba recomancé | lou Genevoy truvon gran resistancé | louz annemi eton for et poissan», le combat recommence; les Genevois trouvent une gr. résistance: les ennemis étaient forts et puissants (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 11). «Dain ces lairges pennie, motran [cf. montrer] sche retirie | qu’à yue de faire envie ait portan grain pidie», dans ces larges paniers, elles paraissent si rétrécies qu’au lieu de faire envie elles inspirent une gr. pitié (J Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. IX, 298). ‖ Avec un subst. pl. «Ou quel sur ce et plus granz chouses nous havons comis noz vehes en ajostant pleinne foy» (Vd 1368. Matile, 900). ‖ Dans un prov. Chì kì a gran·n fìlyə è gran·n klyóoujrè a man·ntèni, rtso p pa vèni, celui qui a beaucoup de filles et beaucoup de clôtures à entretenir ne peut pas devenir riche (V Évol.); var. dans Cah. folkl. IX, 16. Cf. ci‑dessous B, 2o 1 prov. 2. Accompagné de l’adv. pas (Vd‑V et F spor.; anc. Vd, G‑J). Ly avi p gran mndo ou kabarè, il n’y avait pas gr. monde à l’auberge (F Roche). A pā balya gran nai, il n’a pas beaucoup neigé (V Lourt. Bjerrome, 67). Chtìg a·n ily arè pā gra·n frìtyré [cf. fruitière 7o], cette année il n’y aura pas beaucoup de laitages (V St‑Luc). «Arâi bin volliu profitâ dè la cariole, vu que n’iavâi pas grand tserdze [charge]», il aurait bien voulu profiter de la charrette, vu qu’il n’y avait pas beaucoup à transporter (Vd Cont. 1892, 6). On·n mo kə f p gran pṣa, un homme calme et effacé, litt. qui ne fait pas beaucoup de poussière (F Roche). «Vâlion pas grand mounîa», ce sont des gens de peu de valeur, litt. ils ne valent pas beaucoup d’argent (Vd Cont. 1876, 14). Lə chéré k’é fé apré lo bro de bfa n’a pa gran valr, le sérac fait après le beurre blanc n’a pas gr. valeur (Vd Burt.). Propos d’un pénitent: «N’è pas fé grand mau! n’è rein que robâ on caïon à mon vezin Frèderi», je n’ai pas fait tant de mal! j’ai seulement volé un cochon à mon voisin Fr. (Vd Sav. Cordey, Por la Veillâ, 36). «Ne lâi a pas grand mau, fédè pi bin cein que vé vo dere», il n’y a pas gr. mal à ça, faites donc ce que je vais vous dire (Vd Jor. Favrat, 231). Fé prö cho·è, ma a pa gran frcha [cf. force III, 2o loc.], il y a bien du soleil, mais il n’est pas très chaud (V Nend. Schüle, 8). Youṅ k’a pa gran vya, une personne de peu de force vitale (ib. II, 171). Lə bon Jyou li a di kə kan frə torna a la fïn dou mndo ye rə pa tro·a gran fa, le bon Dieu lui a dit que quand il reviendrait à la fin du monde il ne trouverait pas beaucoup de foi (V Hérém. Lav. 329). Chi krè a pa gran konmpricha [cf. comprise 1o], cet enfant n’a pas beaucoup d’intelligence (V Nend. Schüle, III, 1). ‖ Avec un subst. pl. Léiy a p gran ḥlyāu din si kourti, il n’y a pas beaucoup de fleurs dans ce jardin (Vd Blon.). «Lè pàysans ... n’aviont pas grand boutequès per lé po atsetâ oquiè dè galé», les paysans n’avaient pas beaucoup de magasins dans la région où acheter quelque chose de joli (Vd Cont. 1884, 11). Loc. Pé grant afḗr, pas grand‑chose (N Couvet): «Lo djouno, tot énoûssâ [cf. in·nòs], ne d’zè pé grant afaire», le jeune homme, tout engoué, ne disait pas grand‑chose (Pat. neuch. 342). Pā gran badyə [cf. bga 1, 1o], id. (V Lourt.). Dë dìyntë tszë dë pā gran bdyë, de petites choses sans valeur (ib. Bjerrome, 157). Cf. chose 5o 4. 3. Avec valeur adverbiale plus ou moins marquée, dans des loc. verbales exprimant une sensation, un sentiment (Vd et V spor., J Bois; anc. Vd). «] la meczra yot ary gran chault», (dans) la cuve j’aurai très chaud (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. IV, 354). «San de vot! me fede gran deu [cf. deuil 5o 1]», cela venant de vous! vous me faites beaucoup de peine (ib. VII, 295). «Ma fe meczre, y ex gran porsin | comment not saudrin de si bo», ma foi maître, j’ai bien du souci de savoir comment nous sortirons de ce bois (ib. 310). Séi f gran tsó, il fait très chaud ici (Vd Blon.). ḗ gran frāé, j’ai très froid (Vd Étiv.). N’in gran fan é gran sāi, nous avons très faim et très soif (Vd Blon.). Avéi gran sno, avoir très sommeil (ib.). Sitò kə la né vənyāi, l avé gran pirè, sitôt que la nuit venait, il avait très peur (ib. Bull. Gl. III, 61). «Y’ein a dâi iadzo que sont on bocon trâo taborniô et qu’on grand fauta d’étrè dégroumelhi onna vouâiretta», il y a parfois des gens qui sont un peu trop sots et qui ont gr. besoin d’être éduqués un tant soit peu (Vd Cont. 1884, 3). Yò véi tè konta oun chakèt [cf. chak 2o] kì tè fari gran plyéiji, je vais te raconter quelque chose qui te fera gr. plaisir (V Rand.). Y’a pa gran zéi, il n’est pas très joyeux (ib.). [cf. dès II, 3o] k’èl èvḕ grind dō, è‑z‑i fayé alḕ ā tyœmnā [cf. communal 5o 3], quand bien même il ressentait une gr. douleur, il lui fallait aller à l’assemblée communale (J Bois). ‖ Formule de souhait. «Que sè mariéyan dzo [cf. dza 1o 3 fin] sta né et que grand bin laô fassè!», qu’ils se marient déjà cette nuit et que gr. bien leur fasse! (Vd Cont. 1902, 15). Gran bin té fsè! gr. bien te fasse! réponse à celui qui porte un toast (Vd Blon.); var. sous bien 2, 1o 1. Avec ellipse du vb.: Gran bin! santé! en portant un toast (F Gruy. F. Brodard). Gran bin (vò fasə)! dit‑on à qqn qui a éternué (Vd Const.); var. sous contentement 2o fin.

7o Loc. adv. En grand, avec luxe (Vd Orm., V spor. pat. et fr. rég.); avec ambition (G Aire‑la‑V.). fdë tò in gran, vous faites tout en gr. pompe (V Châble). S’ābəyé in gran, s’habiller avec luxe (V Praz‑de‑F.). I noutrə préjëdan vèi tòt è·n gran, notre président voit tout en gr. (V Isér.). Laiy alā in gran, «y aller en grand», mener gr. train (Vd Orm.). Alé in gran (V Praz‑de‑F.; var. Isér., Châble, Sav.), «aller en grand» (fr. rég. V Isér., Praz‑de‑F.), id. Van oun póou tra ën gran, ils mènent un peu trop gr. train (V Sav.). Chë, van tótouṅ tra è·n gran! «ceux‑là vont quand même trop en grand!» (V Isér.). Kriyaiv kə faran on·na pətyda fta tò sinpamin, mā y’an vòlu laiy alā in gran, je pensais qu’ils feraient une petite fête tout à fait simplement, mais ils ont voulu faire dans le luxe (Vd Orm.). āo kə kdjon tan alā in gran an sòvin mé dè brga tyè dè fé [cf. fait I, 3o 1], ceux qui veulent tant mener gr. train sont souvent plus enclins à la vantardise qu’à l’action (ib.). Aḕtrəprèdr [entreprendre] aḕ gran, lancer des projets ambitieux (G Aire‑la‑V.).

B. Qualifie un être humain ou un animal.

1o Grand, de haute stature; spécialt, long (passim; anc.). Gran də kṑ [corps], id., se dit aussi des bêtes (V Vouv.). «Etain graintes, ait létin di Diaile [cf. diable I, 2o 1] les Beugüelet | pot aicretchie les ames et les péedre pot aidet», étant gr., elles étaient extrêmement douées pour accrocher les âmes et les perdre pour toujours (J Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. IX, 24). Gran è mncho, long et mince (Vd Flendr.). Gran è prin, id. (Vd Leys.). On gran‑l‑mo, un homme de gr. taille (Vd Ross.). On gran k [cf. corps 4o 3], id. (Vd Vall.). rè on gran monch, vuṣu tò nḕ, avu na grnta pyumatsə vrda a chon tsèpī, c’était un gr. monsieur, vêtu tout de noir, avec un gr. plumet vert à son chapeau (F Roche. Alm. cathol. SR, 1949, 75). L è prao grnta pòr son tin, elle est assez gr. pour son âge (Vd Br.). Èl ā bïn [bien] gran pou son·n ḕdj (J Bonc.). Mon valè è lou pyə gran də sa konpanyi, mon fils est le plus gr. de sa compagnie (Vd Vall.). Dans une chanson: Vōz an trōvrḕ d’ātr | è y an·n è tin, dḗ ptètə, dḗ grand | è dḗ rètchə mèrtchind, vous en trouverez d’autres (de belles filles à marier), il y en a tant, des petites, des gr. et de riches marchandes (J Miécourt. A. tr. p. V, 85). Berceuse: Bon chèṅ Pro, bon chèṅ Za·n | è·ndrmig mè stik infa·n | pò k’i pchè vəniṅ grṓ è gra·n | pòr ala varda lè vats è·n tsan [cf. champ 2o], bon saint Pierre, bon saint Jean, endormez‑moi cet enfant, pour qu’il puisse devenir gros et gr. pour aller garder les vaches au pâturage (V Grim. Gill.). ‖ I vyè·n [cf. venir] gra·n, il grandit (V Pins.; var. Vd Leys., Sav., Vaug., V Bagnes, G Herm., N Noir., J Aj. Va.). «Clliau fèmalle sant vegnâite grante, grante», ces filles ont grandi, grandi (Vd Sav. Cordey, Por la Veillâ, 29). Tə vïn èdé [toujours] pu gran, tu ne cesses de pousser (J Aj. Va.). T’i vënu gran! comme tu as grandi! (V Châble). ‖ Dans des constructions asyndétiques. Mons l’abé, on gran bó luron, monsieur l’abbé, un gr. beau gaillard (G Troin.). ra, la pitta Martə ly è hā grnta bla dma kə tsntè ... tan bin, aujourd’hui, la petite Marthe est devenue cette gr. belle dame qui chante si bien (F Crés. Tobi, Mèhlyon, 52). Gran prin, long et mince, svelte, élancé (Vd Fen., F Villarg., Gr.‑de‑V.; var. Vd Étiv., V Isér., F Lully). Yó si gran prèïn, je suis long et mince (V Isér.). Lè dzouvnou d’ra chon gran prin, les jeunes d’aujourd’hui sont longs et minces (F Villarg.). L è tan tèləman gran prin kə i pchè intrèmi din gtè kan bin i pyon a la mérə vcha, il est si fin qu’il passe entre les gouttes même s’il pleut à verse (ib.). Substantivé. On gran prin, un homme long et mince (ib.). ṣ gran prin parson onkra adi pyə gran tyè kə son, les gens sveltes paraissent encore plus longs qu’ils ne sont (F Gr.‑de‑V.). ‖ Renforce la signification ou l’expressivité d’un subst. ou d’un (part. p.) adj. substantivé désignant une personne longue et mince. On gran mnso, un gr. mince (Vd Blon.). Cha fna rè na grnta prma, son épouse était une femme longue et mince (F Roche). Tyin gran fəl tyè chi Toudlo! quelle gr. perche que ce Théodule! (F Vill.‑s.‑M.). Kól è chi gran‑l‑eitsèl [cf. écheler 3o]? qui est‑ce, ce gr. efflanqué? (F Prez‑v.‑S.). M’èṣənèrḕ kə chi gran flintchə ch’è jou nourḕ ou laṣi dè tchvrè, ça m’étonnerait que ce gr. flandrin ait été nourri au lait de chèvre (F Hte‑Glâne. L’Homme, 214). Lə fə l è on gran gpan kə ch rin férə, son fils est un un gr. flandrin qui ne sait rien faire (F Roche). Sé gran frapəlu nə dai dyro avai dè djasə! ce gr. flandrin ne doit guère avoir d’énergie! (Vd Penth.). Houj ótèl dè montnyè yó ly a ktyè granj èḥlyank d’Anglé, litt. ces hôtels de montagne où il y a quelques gr. efflanqués d’Anglais (F Crés. Tobi, Mèhlyon, 53). En parlant d’un animal. Na grant étsla [cf. échelle 8o] dè vtsè, une gr. vache efflanquée (Vd Vaug.). Autres ex. sous cadavre 4o, cambrer 2o, dnyə 9o 4, dziṣè, èfəlandr 3o fin, ga 3o 1, èḥlypa 2o 6, estafier 2o 2, fəl, filandre 6o 2, flandrin 2o 1, flanqué, flindrə 1o, flindr, flnkə, flyap 3o 1, frəland 2o, fusil 10o 1, galapiat 2o, galāpn, gigue 2o. Comparaisons (cf. aussi ci‑dessus A, 2o 1 comparaisons). Gran kman na prṣè, gr. comme une perche (G Herm.; var. Vd Roche, Orm., Ch.‑d’Œx, Month., Bière, Const., V Vouv., F Domp.). È gran kòm na pḕrtsə è preïn in pròpòrchon, litt. il est long comme une perche et mince en proportion (V Lourt.). Gran kòmun ouna lta, long comme une latte (Vd Étiv.). Gran kman ïn tchḕ·n, gr. comme un chêne (J Bonc., var. Vd Vulliens). Grnta kəmin on pblyo, gr. comme un peuplier (Vd Nov.). L é gran k’on bòchon [cf. buisson 5o], il est gr. comme un sapin (Vd Flendr.). Gran kəmin na tòr, gr. comme une tour (Vd Orm.). L’è asə gran kə la tòr də Babè, il est aussi gr. que la tour de Babel (Vd Sav.). Gran koumè on tsati, gr. comme un château (Vd Month.). ‖ Avec asyndète: «Tot le mondo chè rèvirè tot répliantâ dè veire chi l’anhian adi drei quemin on dzon, grand chet quemin oun’èthâva [cf. ètva 1o 1]», tout le monde se retourne, surpris de voir ce vieillard toujours droit comme un jonc, long et sec comme une latte (F Gruy. Schweizerbund, 77). Prov. avec jeu de mots sur le sens ci‑dessous 4o 3. On payizan drai è pə gran tyè on nòbə a dzənao, un paysan debout est plus gr. qu’un noble à genoux (Vd Orm.). Loc. et loc. fig. Fi [cf. faire VII, B, 6o] grnta! fais voir comme tu es gr.! encouragement adressé à une fillette qui commence à marcher (V Ardon. Delaloye, 62; var. Daillon). F bī [cf. beau II, 1o] gran! à un enfant pour qu’il se dresse (F Lully). F bi gan! id. (F Gr.‑de‑V.). Chè férə kour è gran, être opportuniste, se plier à toutes les circonstances, litt. se faire court et long (F Vill.‑s.‑M.). 2o Par ext. 1. Avancé en âge, développé, d’un enfant (Vd‑G spor.). Ouṅ gra·n bbo, un gr. garçon (V Pins.). Só aèfan son ẓò na mto gran, ses enfants ont déjà un peu grandi (G Aire‑la‑V.). Lè grntè flyè dyon trè bin rəzèrvyè è prudntè, les gr. filles doivent être bien réservées et prudentes (Vd Chenit). Prov. Gran [cf. ci‑dessus I, A, 1o] ti a mantèni, gran flé a vèti | jaméi rtso ché vi, gr. toit à maintenir, gr. filles à vêtir, jamais riche ne se voit (V Sav. Z. f. fr. Spr. XLVI, 20; var. Arb.); cf. ci‑dessus A, 6o 1 prov. ‖ Substantivé. A l’ékla, lou pətyou y [cf. leur] fazèvon sovin bəsi pè lou gran, à l’école, les petits se faisaient souvent battre par les gr. (V Vouv.). 2. Aîné (V Vouv.): La grnta sra, la sœur aînée. Cf. frère II, comp. 4. 3. Qui a atteint l’âge adulte (spor.). Louz infan y s’inpachnton ti d’tré gran, les enfants sont tous impatients d’être adultes (V Vouv.). Prov. Tyin ā grin l pōə, è kās sè sōə, quand le porc est gr., il meurt, litt. il casse sa soie (J Mett.). ‖ Substantivé. Lou pətyou é lou gran, les enfants et les adultes (V Vouv.). É dévzé min on gran, il parle comme un gr. (ib.). 3o Loc. Pəti è gran (N Bér. Pat. neuch.) et var., «gran et peti» (G XVIIe s. Escalade), tout le monde: «Peti et gran, ossi zan sevegnancé | que ce matin d’onna bella demanzé | ... san le bon Di no zétivon to pray», petits et gr., ayez en mémoire que, ce matin d’un beau dimanche, sans le bon Dieu nous étions tous pris (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 1). Autre ex. anc. sous étrangler 1o. «Gesslè fâ tabornâ pè lo velâdzo et criâ que petits et grands ie faut que trésan lau carletta ein passeint dèvant la toquie», Gessler fait battre le tambour dans le village et proclamer que chacun et chacune doivent retirer leur couvre‑chef en passant devant la toque (Vd distr. Aigle. Agace, 1, 1). Dans une chanson. Èkoutḕ lè, pətḗz è gran | po chu lu pār ḗgzanpy, écoutez‑la (la passion du Christ), petits et gr., pour prendre exemple sur lui (J Aj. A. tr. p. III, 279). Dicton. Kan Ptyè l è  mḕ dè mā, pəti è gran dvan pyòrā, quand Pâques est au mois de mars, petits et gr. doivent pleurer, c.‑à‑d. si le printemps arrive trop tôt, les récoltes seront mauvaises (Vd Rovr.; cf. Cont. 1907, 14). Autre dicton sous et I, 2o 3 a (Gl. VI, 755 b). ‖ «Ne gran ne piti», personne (Vd Vevey vers 1520): «Il ne le a gran ne piti | qu’au jor de vuyt ne se marie | yot t in preot qu’on m’yn trove | unat que se ung po friquetat | ung po balla, ung po jolietat», il n’y a personne qui aujourd’hui ne se marie; je t’en prie, qu’on m’en trouve une qui soit un peu gracieuse, un peu belle, un peu jolie (Arch. rom. IV, 350).

4o Fig. 1. Qui excelle dans son domaine; éminent, renommé: I rei a·ei djya fé ini tchyi è gran mèdəsn, le roi avait déjà fait venir tous les gr. médecins (V Nend. Lautbibl. 62, 6). «Ie fâl’écho’, quemet diant lè grand saveint que recordant dein lè z’écoûle de l’Académie», cela fait l’écho, comme disent les gr. savants qui étudient dans les écoles de l’Académie (Vd Sav. Cordey, Veillâ à l’ottô, 32). Prov. Gran tsantə [cf. chantre 2o] | gran dansə | jaméi d’avnso, gr. chanteur, gr. danseur, jamais d’avance (V Sav. Favre‑Balet). 2. Noble, riche; distingué, respectable (V spor.). L’è na gra·n mta, c’est une fille bien (V Évol. Chvr.). Chò·n dè gra·n mn·ndo, ce sont des gens bien (ib.). Lə gran mndo, les gens distingués (V Ardon. Delaloye, 78). ‖ Substantivé: Ir na grnta, vəny·è di rlin, rè pa də Syoun, c’était une dame distinguée, elle venait de loin, elle n’était pas de Sion (V Sav. A. tr. p. XXIV, 176). lè gran nə vudron p dou tsévó déparèyi, chez les riches on ne voudrait pas deux chevaux mal assortis (F Gr.‑de‑V.). Ti é gran da kòmna, tous les notables de la commune (V Sav.). É gran də chi mndo, les gr. de ce monde (V Nend. A. Praz). Chin chon prou dou gran, c’est du très gr. monde (V Sav.). Oùna famlè dè gran, une famille de la noblesse (ib. A. tr. p. XXV, 29). Ouna gran bla, une coquette (V Mase). «Faire le grand», affecter un air de riche (fr. rég. V Chal.); cf. faire VII, B, 3o 1 b. 3. Souligne la haute condition sociale, exprime la vénérabilité de la personne désignée; parfois avec nuance péjorative (spor.; anc.). «Que dera‑tai, celi gran rei de Francé?» que dira‑t‑il, ce gr. roi de France? (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 237). «On gran zanti don le nom et cassia | dian sa maison en plan zor egorzia», un gr. gentilhomme dont le nom est caché, dans sa maison en plein jour égorgé (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 37). L’atrə [l’autre] ly a intèrva chin kə rə pouchou li fìrə po lo trata [le traiter] kom oun gran sènyor, elle lui a demandé ce qu’il avait pu lui faire pour être traité comme un gr. seigneur (V Hérém. Lav. 328). Èna grnta dma [cf. dame 1o 1] (Vd Vall.). Férə la grnta dma, soigner sa toilette et ne pas travailler (F Vill.‑s.‑M.). Vètya kmin on·na gran dma [cf. dame 1o 3], vêtue comme une gr. dame (V Praz‑de‑F.). ‖ Avec un nom propre, en signe de vénération. «Se les hannes étin saiges, ait fairrin réflexion | schu çot qu’het dit le grain et puissant Salomon», si les hommes étaient sages, ils réfléchiraient à ce qu’a dit le gr. et puissant Salomon (J Del. XVIIIe s. Paniers. A. tr. p. IX, 230). «Te n’es qu’ait les aittendre, ait fairrain ton supplice | a grand Due contre toi demainderain justice», tu n’as qu’à les attendre, elles feront ton supplice; au gr. Dieu contre toi elles demanderont justice (ib. X, 64). Dans une chanson: Ō gran sin Grəlu! ô gr. saint Gr.! (J Soyhières. A. tr. p. III, 290). 4. Loc. A la gra·n (V Évol. Follonier) et var. a) Loc. adv. Avec prodigalité; d’une manière orgueilleuse, vaniteuse: Apréi a·èi vék [avoir vécu] a grnta, an é·ā o k [cf. cul 1, 2o 4], les prodigalités les ont amenés à la faillite (V Nend. A. Praz). Stou mndo vivón [vivent] a la gran, ces gens sont orgueilleux (V Cherm. A. Lagger). b) Loc. adj. Orgueilleux, vaniteux, prétentieux (V Évol. Follonier, Haud., Cherm. A. Lagger). rgrè [il fait rire] ta·n y’è‑t‑ə a la gra·n, il est ridicule tant il est prétentieux (V Haud.). ‖ Coquet (V Haud.): Ou·n drlo [cf. drôle III, 6o] a la gra·n, un galant coquet. 5. Fier, qui éprouve de la fierté (V Nend.): Koumə chont i grantə, ḥlë də Chavyèzə, at é lou fadə [cf. fda 2o fin] də krpo! ne sont‑elles pas fières, les Saviésannes, avec leurs jupes plissées! (Schüle, II, 410). «Ato chin partion gran», avec cela (des rameaux récoltés dans la forêt) ils partaient tout fiers (Nouvelliste val. 22 nov. 1955). E grn·nta dā cha mta k’a fé rəjantə, elle est fière de sa fille qui est devenue institutrice (Schüle, III, 149). Chi chi [celui‑ci] éirə gran də pòrtā a grcha ḥltsi, ajéi [cf. aller var. phon. II] d’oum pa farò, at a tta vta, notre homme était fier de porter la grosse cloche dans le cortège, il marchait d’un pas vigoureux, la tête haute (ib. II, 85). Comparaisons. Gran koum on rèi, fier comme un roi (A. Praz). Gran koum i na, fier comme la lune (Schüle, II, 102). ajéi ën ché·in [litt. en fauchant, cf. sèy], mé gran k’i na, il marchait en projetant ses jambes à droite et à gauche, plus fier que la lune (ib. 84). ‖ Orgueilleux, vaniteux: Fóoudri na bna grèil·è pó aprndè [cf. apprendre III fin] a hou rtso a trè tan gran, il faudrait une bonne grêle pour punir ces riches d’être si orgueilleux (V Sav.). Jeu de mots sur le sens ci‑dessus 1o: Él è tra gra·n è lè prtè cho·n tra pétktè, il est trop orgueilleux et les portes sont trop petites pour lui (V Chal.). 6. Renforce la signification d’un subst. ou d’un (part. p.) adj. substantivé désignant, en la qualifiant, une personne (Vd‑N spor.; anc. G). «No sarion to, morbleu, de gran coyon | pet essapa tan bella ocasion!» nous serions tous, morbleu, de gr. imbéciles de laisser échapper une si belle occasion! (G 1696. Mussard, Compesières, éd. Sauter, str. 124). «E l’è s’talamè gran guéri | qu’è crei que rè ne lo peu biessi», il est si gr. guerrier qu’il croit que rien ne peut le blesser (N Fleur. vers 1759. Aus allen Gauen, 145). Autre ex. anc. sous fenaille. Raba yi vè lo kakè, a sé gran bavā! rabats‑lui donc le caquet, à ce gr. bavard! (V Trient). «O patriarche Tobie l’est recognu coumin un grand farceux què sè fit on plizi dè fîrè martzié è dzeins», le patriarche T. est reconnu comme un gr. farceur qui se fait un plaisir de faire marcher les gens (V Cham. Alm. du Valais, 1948, 101). Y  dḗ vyṑẓ də gran fòlḗru, il y a parfois de gr. nigauds (G Cert.). t’atrapərḕ bə saḕ kòri, gran chənapan! je t’attraperai bien sans courir, gr. chenapan! (G Aire‑la‑V.). Grnta kna [cf. couenne 10o], homme détestable et grossier (F Villarg.). On·na grnta gòrmnda, une femme très gourmande (Vd Rovr.; cf. Cont. 1915, 18). Autres ex. sous diable I, 7o 2, flatteur 2o. ‖ Prov. On gran blagy l’é sové on gran mét, un gr. blagueur est souvent un gr. menteur (V Torg. Gill. Vionnaz, 126). Chè kyə kóminsə pə pəti vën na grnta kanlè [cf. canaille 2o], celui qui commence par de petits larcins devient un gr. voleur (V Sav. Luyet, Dictons, no 336). 5o Dans des interjections: Grant érvo [cf. èrdzo 6o]! exclamation de surprise (V Châble). Gran dyblyo! gr. diable! (Vd Br.); var. sous diable III, 1o. Gran Dyu! gr. Dieu! (Vd Roug. Co.); var. sous Dieu II, 2o 3. Gran Dyu dè Slè! gr. Dieu de Sâles! (F Rom.); var. sous Dieu II, 2o 5. Gran doublə [euphémisme pour «diable»]! exclamation de colère (V Lourt., var. Ba.); cf. double 1, IV, 7o. Œ! gran dblè! exclamation de surprise (V Finh.).

6o Surnoms. Gran bko [cf. bouc 8o], nom du diable (Vd distr. Aigle): «Le dzen dè bin ... verront la grimase qe vos farai qant lous ovrai de Grand‑Boqo vo qrulhenéront [cf. kroulyoun] avoué lueurs tren [cf. trin] rodze», les gens de bien verront la grimace que vous ferez quand les ouvriers de Satan vous tourmenteront avec leurs tridents incandescents (Agace, 18, 1). ‖ Avec un nom propre. «Perrod Grant, Perrod Pitet et Johanod, frères fils feu P. d’Oulens» (Vd Moudon 1348. Ac). «Debet P. dicto Grant Girard de R. J.» (F 1424. Ammann, Mittelalt. Wirtschaft, I, 234). «Lequel morcel et beuge [cf. bdj 1, 1o] est pour les dit Grant Jehan Contesse ... par moictier» (N Sagne 1527. Reconn. Hory, 45 vo. AC). «La grande Diane», surnom donné par les Réformés, par un jeu de mots sur dame 2o, à Notre‑Dame, assimilée à une divinité païenne et, spécialt, à la statue argentée de la Vierge dans la cathédrale de Vd Laus. (Vd XVIe s. Rev. hist. vaud. LXXXII, 197). «Lo Gran Frédri» (N Fleur. vers 1759 Bibl. 824), «le Grand‑Frédri» (fr. rég. N Pier.), Frédéric II le Gr. On dəzāi [cf. dire 1, I, 2o 4] a Lò·i Ruchònè lə gran Lou·i, «on disait à L. R. le grand Louis» (Vd Orm.). Lo gran Fəlipə s’è bin zzu [eu] rəlèvā pò alā vərī l’īdyə kan bin n’rè pā son tò, il est bel et bien arrivé que le gr. Philippe se relève la nuit pour aller diriger l’eau d’irrigation sur ses terres quand bien même ce n’était pas son tour (Vd Rovr.; cf. Cont. 1915, 19). Autre surnom sous Goliath 1o 1 fin. ‖ Substantivé. «R. dictus li Grant» (F 1395. Ammann, Mittelalt. Wirtschaft, I, 54). «Jeneta la granta d’Aulteville [F Hauteville]» (F 1551. Livre noir, V. AC). Si gran, surnom d’un homme, litt. ce long (J Charm.). Stə grant, surnom d’une femme (ib.). Lə Gran, la Grnta, surnom donné à un homme et à sa femme qui étaient tous deux grands, et à leurs descendant(e)s qui l’étaient aussi (Vd Blon.). Lə Gran dou Tsoublə [l.‑d.], litt. le long du Zible (F Roche). Fonfon ou Gran, litt. Alphonse au Gr., sobriquet du fils du précéd. (ib.). Dztyè a la Grnta, litt. Jacques à la longue (F Gr.‑de‑V.). 7o Noms de fam. Grand Vd 3‑4 spor., Vuarrens avant 1595, V Mart.‑Bâtiaz, Sion‑Bramois, Nax dès 1697, Vernam. dès 1255, Loèche 1502, F spor. (NFS, II, 351; cf. Armorial valaisan, 112‑113; Bibl. 2189), Le Grand N Neuch. 1591 (Quartier‑la‑Tente, Cant. Neuch. 1e sér. 613), Grant Vd Oulens‑s.‑Lucens 1348 (Mi.), V Sion 1298, Loèche 1376 (Armorial valaisan, 112‑113), Grandt V Loèche 1502 (ib.): gran (patois de V Mart.‑Bâtiaz, Nax, Vernam.), grant (V Bramois); Grand d’Hauteville Vd Blon. et St‑Légier‑La Chiésaz avant 1800 (NFS, loc. cit.; Livre d’or Vd, 222).

II. Adverbialt, dans des expressions plus ou moins figées (cf. ci‑dessus I, A, 3o 9 fin et 6o 3); s’accorde souvent au fém. 1o Porte sur un vb. ou une loc. verbale: Tò dèməli pòr rèbati pə gran, tinkə sin k’èr anbichnè, tout démolir pour rebâtir plus gr., voilà ce qu’il ambitionne (Vd Orm.). Prindrə lə bri pə gran, prendre le tournant plus large avec un char (F Épendes). «Œuvri la gordge tota granta», ouvrir la bouche toute gr. (N Sagne. Pat. neuch. 317). È fā tòdzòr tan gran! il (un prédicateur) fait toujours si long! (Vd Orm.). Vré gran, voir gr., être ambitieux (V Vouv. Planchamp). Soli vè gran, cela traîne en longueur, litt. cela va long (J Charm.). À une apprentie couturière: Tou pèr ta dzornā dé prndré ta kóḥèrya [cf. kòtèry] tru grnta, litt. tu perds ta journée à prendre ton aiguillée trop longue (Vd Roug. Usteri, 54). 2o Porte sur un part. p. adj. signifiant «ouvert». Largement: L a lési la prta grnta òouvrta, il a laissé la porte gr. ouverte (Vd Blon.). La fiyta [la fillette] l a léchi la prta grant èkalbryə (F Roche). Étr fandu [cf. fendre 7o 2] gran, avoir de longues jambes (J Charm.). 3o Porte sur un adj., dans: gran rtso, très riche, opulent (Vd spor.; G 1691). «Il est grand riche» (G 1691 P. de la Barre). «Le lai ya de ... que ne voeliâ étré grand retso bintout», elle lui a dit qu’elle n’allait pas être très riche de sitôt (Vd Sergey. Gaillard, Sc. pat. 150‑151). «Tsacon sè peinsâvè que lo retsâ qu’étai la causa dè cé malheu farâi assebin lo généreux, kâ l’étâi grand retso et n’avâi min d’einfants», chacun se disait que le richard qui était la cause de ce malheur ferait aussi preuve de générosité, car il était fort riche et n’avait pas d’enfants (Vd Cont. 1879, 51). 4o Fonctionne comme compl. d’objet. Beaucoup: An sèvè gran, en savoir long (J Charm.). A·é gran (V Conth. Ber.), «avoir grand» (fr. rég. SR Pier.), posséder une gr. surface de terrain. «Avoir grand à faucher» (ib.). «Ces paysans i tiennent [exploitent] grand» (fr. rég. J Aj. Fl.). «Comment trouverait‑on? il y a trop grand à chercher» (fr. rég. N V.‑de‑Tr. O. Huguenin, dans Pier.). Autre ex. fr. rég. dans Pier. 30.

5o Loc. adv. Tout grand, totalement, tout à fait (F Roche; G XVIIIe s. Rocati); toujours, constamment (F Écuvillens). 1. Porte sur un vb. N’avan rin dè pòtajé: amvan vèrə lə fū è lè pò tò gran, ils n’avaient pas de fourneau de cuisine: ils aimaient voir en entier le feu et les marmites (F Roche. Alm. cathol. SR, 1944, 44). Tə m’ṑ tò gran bin vèrdṑ, kan roubatvou dan lou ruptou din Vyou Tsaṣī, tu (le village où j’ai vu le jour) m’as toujours bien protégé, quand je dégringolais dans la pente des Vieux‑Châteaux (F Écuvillens). Pò kə, tò gran, chou pu intandrə mcha è chèrmon, pour que, toujours, je puisse entendre messe et sermon (ib.). 2. Porte sur un adj. «On et méla lou zon parmi lou zatrou | to assarna, to gran acariatrou | dé dan, dé zonglé on s’écourcé la pé | on se coutellé on se percé lou boé», on est mêlé les uns aux autres, totalement acharnés, pleins de rage; des dents, des ongles on s’écorche la peau, on se poignarde, on se perce les boyaux (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 12).

III. S. m. 1o Longueur, dans des expressions figées. 1. Chó dè gran, saut en longueur (Vd Leys.). 2. Précédé de de, pour indiquer une mesure (spor. Vd, Bas‑V, F, N Mont.). On lan d’on mḕtr è dəmi dè gran, une planche d’un mètre et demi de long (F Roche). Ḥa lta l a trta tèzə dé gran, ce pré a trente toises de longueur (V Véross.). Na man [main] gran, une dizaine de centimètres de longueur (F Roche). On·na danyə dè dyizèè pya dè gran, une tige de dix‑huit pieds de longueur (Vd Orm.). N’è pā rārə dè vrè dé Vóda dè sāi pya dè gran, il n’est pas rare de voir des Vaudois de six pieds (1 m 80) de taille (ib.). Autres ex. sous doigt 8o, èpna 1o. 3. Au sens temporel, dans des loc. verbales. Trīnā in [en] gran (F Roche), trḕnā u [au] gran (V Champ.), mənā u gran (ib., var. Vd Leys.), vəri u gran (Vd Leys.), traîner en longueur, temporiser. Lə djybyo l a pr dèvən kə chòchə rè tchyè pò trīn in gran, le diable a facilement deviné que cela n’était destiné qu’à gagner du temps (F Roche. Alm. cathol. SR, 1949, 76). 2o Loc. 1. Loc. adv. [cf. de I, 6o 2 et 3] gran (Vd Orm.) et var. a) Dans le sens de la longueur (Vd Orm., distr. Aigle Agace, Blon., V Vouv., F Vill.‑s.‑M., Gru.); à la longue, dans la durée (V Vouv.). Prindrə ókə dé gran, prendre qch. dans le sens de la longueur (Vd Blon.). «Volliai‑vo pllière é damé? vo le veridé de gran», voulez‑vous plaire aux dames? vous le (un nouveau modèle de chapeau) tournez dans le sens de la longueur (Vd distr. Aigle. Agace, 3, 2). Devise du gourmand. ə fròmdzo dèvan | ə pan dè gran, le fromage d’abord, le pain à la longue (V Vouv.). Loc. fig. Lé paréjāu l an lé kṣə dé gran, léz an p dé travē, l é pò sin kə pon p lou ḥlyéin, les paresseux ont les côtes en long, ils ne les ont pas en travers, c’est pour cela qu’ils ne peuvent pas se baisser pour travailler (Vd Blon.); var. sous côte 1o; cf. grandeur 2o 2 loc. adv. fin. ‖ Tò dè gran, tout du long, sur toute la longueur (Vd Nov., F Vill.‑s.‑M., Gru.); tout le temps (F Vill.‑s.‑M.). Étindu tò dè gran, couché de tout son long (Vd Nov.). Ly è tsyḕ tò dè gran, il est tombé de tout son long (F Gru.). ‖ Tò du gran, tout du long (Vd Leys.). ‖ Étandu tò dé chon gran, couché de tout son long (Vd Flendr.). Dè tò son gran, de tout son long (Vd Leys.). Tò son gran, id. (V Champ.). b) Tout de suite, vite (Vd Blon., V Châble; anc. Vd, G). «Vin de gran, Jaquemyn Magnyn!» viens vite, J. M.! (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. XV, 516). «Oüai, san failli, Monsieur, z’i vai de gran», oui, sans manquer, Monsieur, j’y vais tout de suite (G XVIIe s. Escalade, éd. Burger, v. 128). Veïn dë gran, y t’atnzo! viens vite, je t’attends! (V Châble). Pour obtenir d’un interlocuteur qu’il accepte une invitation, dans une rimaille: Branḥlon, Sasé, Maznbro, veïn dë gran, veïn dë gran! — T’atnzo, Branson, Saxé, Mazembroz (hameaux de la commune vinicole de V Fully), viens donc, viens donc! — Je t’attends; allusion aux fréquentes occasions qui s’offrent, en traversant ces hameaux, de s’arrêter pour partager un verre avec une connaissance, tout en se séparant momentanément de ses compagnons de route (ib.). Prov. Sin k’on pòou p férə dé gran, on lə f dé plyan, ce qu’on ne peut pas faire rapidement, on le fait doucement (Vd Blon.). ‖ Tò dè gran, tout de suite (F Roche): Fòrtuné l a kòt lèj yè tò dè gran, F. a fermé les yeux tout de suite (Alm. cathol. SR, 1956, 59). 2. Loc. prép. Dè gran dè, le long de (F Treyvaux): rè fṣa pò lè douj infan, kòrchan din lè pr, dè gran dij dzè ou bin dou lon dou ryó, c’était la fête pour les deux enfants, ils couraient dans les prés, le long des haies ou le long du ruisseau (Novi botyè, 21). ‖ Tò dè gran dè, tout le long de (F Gru., Roche, Villarg.); pendant toute la durée de (F Roche). Lèy a dèj brou tò dè gran don tsəmin, il y a des arbres tout le long du chemin (F Villarg.). Tò dè gran dou kòrtéjə, tout le long du cortège (F Roche). Tò dè gran dè la né, toute la nuit (ib.).

Du lat. grande, en partie emprunt; FEW, IV, 219 a, 221 a et b, 222 a; DEAF, G, 1217; Duraffour, Gloss. no 4408. Dans B‑J, la forme autochtone grin coexiste avec gran, emprunt non adapté introduit surtout par l’intermédiaire d’expressions figées. — Après amuïssement de la voy. atone latine, l’occlusive dentale devenue finale s’est assourdie; grant s’est conservé spor. devant voyelle (cf. var. phon.) et a servi de base au type fém. grnta, attesté dès le XIVe s. (cf. contra Ke. Escalade, 108 et n. 6), et à plusieurs dérivés (cf. agrandir, grandet, grandeur). Le type fém. grnda, plus tardif, est dû à l’influence du fr. Le type fém. gran, qui conserve le caractère épicène du latin, est attesté exclusivt comme épithète antéposée et surtout dans des expressions figées; cf. notamment ci‑dessus sens I, A, 6o 1 fin, 2 et 3. À Vd Ross., F spor., N Ch.‑de‑F. et J Charm., à la place ou, rarement, à côté du ‑t étymologique, c’est ‑l‑ qui lie grand à un mot commençant par voyelle. Ce ‑l‑, non constitutif du mot et qui se retrouve avec d’autres adj. qualificatifs (surtout des monosyllabes couramment antéposés; cf. fier 2, fort 1, gros), est analogique de la cons. finale de bel (sous beau; voir ce mot); sa diffusion a p.‑ê. bénéficié de la fréquence de sél, type prévocalique de l’adj. démonstratif (dont la cons. finale s’est étendue à d’autres adj. démonstratifs; cf. celui I, 3o, cestui I, 3o, ainsi que celle hist.). Dans Vd‑G spor., le hiatus n’est généralt pas comblé; il donne lieu à une coalescence dans V Nend. grinljə (sous église 1o). — F Gr.‑de‑V. var. gan (sens I, B, 1o fin) est imité du langage enfantin; cf. autres déformations enfantines sous gadn, gangn 1, grand‑mère, grand‑papa, grand‑père. — Dans F et J et, dans une moindre mesure, Vd, Bas‑V et G, grand concurrence ou remplace long au sens I, A, 2o 1. Il est à son tour concurrencé ou remplacé dans la majeure partie de la SR, au sens I, A, 1o, par gros et, à V Sav. et Ayent, par beau I, 2o. Dans la partie supérieure de V Hér., il n’est plus attesté que dans des expressions figées. — L’expression faire grand beau temps (sous I, A, 3o 9) est attestée en SR depuis 1875 (Lengert, Helvétismes XIXe s. 276) et s’est diffusée en fr. de France au cours du XXe s.; sa variante elliptique faire grand beau se retrouve égalt en fr. rég. de France (DRF, 556). Composés et syntagmes nominaux. Comme épithète antéposée (rart postposée), grand sert à former des syntagmes nominaux figés désignant, en les distinguant comme premières ou remarquables en dimensions ou en importance, des réalités spécifiques (ces syntagmes sont en principe rédigés sous l’en‑tête de leur subst.): outils, récipients ou instruments (cf. bsa 2o fin, couteau 2o 2 [voir l’hist. de ce mot], fəl 1, 5o, fəl 2, 1o 1 a fin, hache comp.; cf. en outre grand fer ci‑dessus I, A, 2o 1 comp.), plantes (cf. anémone 1, chardon 2o 7, consoude, fougère 1o 5, fyodzə II, comp. 3), animaux (cf. aigle 1o 1, duc 2, 1o), infrastructures publiques (cf. borne 1o [Gl. II, 523 a], chemin 1, 1o, école 1o 1, église 1o, four 1o [Gl. VII, 797 b], hôpital, hôtel, maison, rue, voie), personnes ou entités hiérarchiqt supérieures (cf. châtelain 2o, doyen 1o 2, forestier I, 1o [Gl. VII, 689 a‑b], maître, myòr, vicaire; cf. en outre grand bouc [ci‑dessus I, B, 6o], grande Diane [ib.], grand double [I, B, 5o]), fêtes ou périodes religieuses (cf. carême‑entrant 1o 1 fin, jeudi, mardi, mercredi, samedi, semaine, vendredi), etc. Il a perdu tout contenu sémantique sensible dans grand dépit (sous dépit 2o) et grand deuil (sous deuil 5o). Parmi les milliers de noms de lieux formés avec un subst. (et traités sous celui‑ci), cf. ḥlə, arplyə, Autannaz 1, bief 5o, borne 3o, cercle 13o, charrière 1o 7, chenal 25o (Gl. III, 496 a), clos 7o, combe 6o, commun 2, 8o, communal 10o, confin 5o, couloir 21o, cour 7o 1 et 3, cours 13o, courtil 5o, creux 2, 1o, devens 5o, Dixence fin, droit 3, 14o, dru II, 5o, dzo 11o (Gl. V, 1053 a), eau 1, 1o 10, escalier 6o, essart 5o, faux 3, 5o, Fey, fin 1, III, 3o, fontaine 5o, forêt 1o et 2o, frḥlya 1o, fourche 7o 3, garde 1, 11o fin, gîte 2, 8o, glyə 6o, gòr 14o, gorge 1, II, A, 1o 3, goutte 1, I, 7o, kntsə 1, lac, lé, lyrə, mont, place, plan, pré, ru, sé 2, sivaz, torrent, tsblyo, val, vəl, voie. Seuls sont traités ici (sous I, A, 5o) les noms de lieux issus d’un syntagme par ellipse du subst. (pour V Trient les Grands, cf. Autannaz 2 [le syntagme avec subst. est aujourd’hui le nom d’une sommité surplombant notre lieu‑dit; cf. Kraege, Trient, 34‑34]; une ellipse est sans doute aussi à l’origine de F Jaun‑Fang la Granta [voir sa description], l’hypothèse dubitative de Zi. [II, 136] la faisant remonter à l’all. s. Grunte «mare» étant à écarter pour des raisons phonétiques et topographiques). — Comme en fr., grand entre dans la composition de termes de parenté; cf. dom 5o, dna 2o 5, ftrè comp., gadn, grand‑maman, grand‑mère, grand‑papa, grand‑père, grand‑tante, gros comp., moutch et poutch comp., ainsi que leurs dérivés et composés. — Cf. les suiv., agrn 1 et 2, agrandir, angrn, grantn, merci comp., ragrandir, régrant, rèzagrant, les hist. de grain‑ 2, comp. 12 et de graine‑ 2, comp. 6.

Mtr.
 

Pour citer cet article : GRAND 1 (réd. Mtr.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VIII, p. 612.