Tome VIII page 697
 

GRAVIER, gravy, grā‑ Vd 21, 33* (*ALF), 35, 36, 41 (‑yè), 43, 50*, 51, 61, 62*, 65, 69, 71, 82, 90, Duboux‑Genton, Cont., V 35, 36 (‑yë), 42, 44*, 45, 50, 51 A. Praz, 5 Conth. Ber., 60, 61, 75* (‑yéi), 87*, Ba., F 1 passim, 30, 31, 32*, 43*, 51, 55*, 56, B 13, 22 (‑yḗ); gravi, ‑ī Vd 1 passim, 22‑24, 47*, 63, 74*, 82 var., 92, V 10, 18, 30‑32, G 10, 14, 17, 18, 20, F 21, 5 Journ. Estav., 63, N 21, 31 (et ‑yi), 33*, ‑iə, ‑īə V 22a Dietrich (‑īe), N 51, J 52 Egloff, ‑īé N 61*, J 35*, 53*, 62*, ‑vé V 20*, 21, 22, ‑yè 73, 74, 80, 80a, 88, ‑yèr 83, grèvi, ‑ī, gr‑ J 36 et 52a ALFC, 62 Egloff, 67 ALFC, ‑iə, ‑īə 4, 50, 52a Oberli, 60, 6 Va.; gravè B 32, ‑é 23*, 33 (‑ḗ), ‑i V 50 var., gr·i 51 Jj., grae·i 71, ‑vin Vd 52, 53* (‑ən), 54. Cf. n. de l. — ALF 665 (plusieurs notations divergentes); ALFC 153 lég. (J 67), 169 compl.

‖ S. m. 1o Gravier, roche meuble constituée de sables grossiers et de cailloux; pierraille, cailloutis (Vd spor., V Trient, Nend. A. Praz, B Lamb., J spor.). gravi èmdè dèzò lou pā kan fó alā amouə pèr ntyè, le cailloutis roule sous les pas quand il faut monter par là (Vd Orm.). Ban [banc] dé gravi, dépôt de gr. accumulé sur le bord d’un cours d’eau (Vd Étiv., var. J St‑Urs.). On bòr [cf. bord 1o] kouvè dè gravyé, une plage couverte de gr. (Vd Penth.). Lə lon də lé, la rva a də gravī, le long du lac, il y a du gr. sur la rive (Vd Orm.). ‖ Sable fin de rivière (J Charm.). 2o Par ext. 1. Terre qui contient beaucoup de gravier, terrain graveleux (G Bern., Aire‑la‑V., J Courchap., Vermes, Mett., Rouges‑T.). S’ā di grèviə, c’est un terrain graveleux, litt. c’est du gr. (J Vermes, Mett.). Y è tò [tout] gravi, même sens (G Bern.). Y è tò su [sur] gravi, c’est un terrain à sous‑sol graveleux (ib.). Rḕ nə ps dyè sé gravi si i nə plyū pò d vlyṑẓ pè səmn·no, rien ne pousse dans ce terrain graveleux s’il ne pleut pas deux fois par semaine (G Aire‑la‑V.). Si nə plyu pṑ, on n’arò ẓin [cf. dzin] də tufèl dyḕ ló gravī, s’il ne pleut pas, on n’aura point de pommes de terre dans les terrains graveleux (ib.). ‖ Loc. adj. gravī (Vd Const.) et var., graveleux (Vd Const.), sablonneux (J Courf.). Tra dè gravī, terre graveleuse (Vd Const.). Tèrin d grèviə, terrain sablonneux (J Courf.).

2. Alluvion (Vd Étiv., J Pleigne). 3. Pḗsḕ su lé [les] grèviə, traverser une rivière à gué (J Bois); cf. hist. 3o Noms de lieux (choix sur une trentaine; aire: Vd Prévonloup, Bonvillars, V Ardon, F Granges‑Paccot, N‑J spor.). En Gravi Vd Prévonloup 1675; en Gravier Vd Bonvillars: prononc. fr. gravi, prés; Grand Gravier V Ardon (CN 1306): lò gran gravyé, buissons, jardins; les Graviers de la Source N St‑Sulpice, terrain formé de graviers, pâturage, source de l’Areuse; les Graviers N Ch.‑de‑F. (CN 1124); Gravier N Lign.: é [aux] graviə, champs, pré; le Gravier B Cortéb.: u grvé; Gravier B Châtelat: ā grvīè, champs; sur les Graviers J Vermes: chu lé grvīè, champs; Graviers J Glovelier: é grvī, champs, terrain graveleux; les Graviers J Bois‑Biaufond: grviə, forêts à la limite de B Ferr.; Sentier du Grand Gravier ib.: lə sintiə di grō grvīə, sentier qui conduit de la Faux [cf. faux 3, 5o] au Dos d’Âne; Combe de Gravier J Chev.: an lè kounb di grèvīè, champs; Fin [cf. fin 1, III, 3o] des Graviers J Montmelon (CN 1085): an lè fïn di grḕvīè, champs; au Gravier J Porr., «au Gravier, vers la ruate de Grand Champ» 1410 (Mat. A. Rais), «payer a Guyllame Crestin pour avoir charroiez ung jour le gectuns [gravier, cf. jeton] ... jusques a Gravier dessus la Roichatte quest au dessoubz du curtil Bourquard Malmehus» 1568 (S. jur. Ém. 1951, 129): ā grḕvī, ā grḕvīə, terrain recouvert d’alluvions laissées par le Creugenat (cf. P. Henry, Rues de Porr. 36).

4o Ensemble de petits cailloux roulés ou concassés servant à divers usages (SR spor.). Don grbou gravyé, du gr. grossier (F Prez‑v.‑S.). Don fin gravyé, du menu gr. (ib.). Dao mnsou gravyé, id. (F Domp.). Lə gravī pu trè gró grósi, u mòyin, u fin, le gr. peut être très grossier, ou moyen, ou fin (Vd Orm.). Fér don gravyé, casser des pierres pour faire du gr. (F Prez‑v.‑S.). Kasā [casser] du gravi, id. (Vd Corb.). Si kə f lə gravyé, le casseur de pierres (F Gr.‑de‑V.). gravyé sé trè dé la gravèlré, é s’in fa asəbin bənadrai avé dé pyrè kach·é, le gr. s’extrait de la gravière, et on en fait aussi beaucoup avec des pierres cassées (Vd Burt.). Lo gravyé sè fā ao bin sè trovè dun tra, sé kə sè fā l’è un brəzun dai pyrè a kou dè marté, sé kə sè prun dun tra è ryon é mélā dè tra, dè sblya, litt. le gr. se fait ou se trouve dans la terre, celui qui se fait c’est en brisant des pierres à coups de marteau, celui qui se prend dans la terre est rond et mêlé de terre et de sable (Vd Penth.). On krblyè lou gravin pò in·n avai də ttè lè gròchaou, on crible le gr. pour en avoir de toutes les grosseurs (Vd Chenit). Tyè v ṣou pòr d gravyé, d kas  bin d kriby? quelle sorte de gr. veux‑tu, du gr. concassé ou du gr. tamisé? (F Gr.‑de‑V.). On·n a asəbin lo gravyé kasā k’é lo mèlyaou, il y a aussi le gr. concassé qui est le meilleur (Vd Vaul.). Y a də lè pèrirè yó on trovè də gravī naturèl, il existe des éboulis où on trouve du gr. naturel (Vd Orm.). Grèviə d’āv, gr. extrait du lit d’un cours d’eau (J Mett.). Gravyé dé tā, gr. provenant de la désagrégation du tuf (F Grandv.). Lə gravyé dé tā ly è frmo rétsèrtchi, le gr. de tuf est très recherché (ib.). Karyèr a gravyé (V Praz‑de‑F.), karrè də gravi (G Herm.), karirə é l’on tirə lə gravi (N Brév.), carrière de gr. I mə fódrò təri kòkə tonbəró də gravī, il me faudra extraire quelques tombereaux de gr. de la gravière (G Aire‑la‑V.). On tir du gravi də la rvir, on extrait du gr. de la rivière (G Bern.). Tā dè gravī, tas de gr. (Vd Orm.). Mé dè gravī, monceau de gr. (ib.). Byvatḕ di [du] grèviə, brouettée de gr. (J Sépr.). Tyésə [cf. caisse 1o 4] dè gravyé (Vd Penth.), tysè a gravī (Vd Vaug., var Vill.‑le‑T. Egloff), caisse qui sert au transport du gr. La tyésə dè gravyé è fétə è sèlāyə pò kontəni on mtrè tyubə, litt. la caisse à gr. est faite et scellée pour contenir un mètre cube (Vd Penth.). Lə transpòr də gravi sè btè a konkour, le transport du gr. se met au concours (Vd Orm.). Mənā dou gravyé, transporter du gr. (F Montb.). Épantsi [cf. épancher 1o] lou gravyé, étendre le gr. (F Domp.). Botḕ di grèviə chu l tchmïn, répandre du gr. sur le chemin (J Mett.). Fènā [cf. faner 3o] lə gravi, remettre sur la route le gr. qui a roulé dans les bords ou dans les rigoles (Vd Leys.). Y at ə pr gravé ra [cf. ra] pó krəvi sé tronson dé rta? y a‑t‑il assez de gr. pour couvrir ce tronçon de route? (V Véross.). «Se voushron tsemin l’est crouyou lei minneron daou gravi, se vo z’ishé lien dé livue vo faron on borni», si votre chemin est mauvais ils (des politiciens avant les élections) y amèneront du gr., si vous êtes loin de l’eau ils vous feront une canalisation (F Broye. Journ. Estav. 1903, 30). Autres ex. sous broyée 2o, claie dér., demi 1, I, 1o, descente 4o, foutimasser 1o 1, graveler 1o. Loc. et loc. fig. Pas u gravi, «passer au gravier», mettre du gr. et de l’eau dans un tonneau et le secouer pour enlever les dépôts attachés aux parois (G Troin.). Èvè di grèviə din léz y, se frotter les yeux de sommeil, litt. avoir du gr. dans les yeux (J Charm.). È kairè [cf. cuire 8o] du gravi, il digérerait du gr., il a l’estomac solide (Vd Leys.). 5o Par méton. Gravi dé ryó [ruisseau], galet, caillou roulé (Vd Étiv.).

Emprunt ou dérivé en ‑ariu formé sur le lat. pop. *grava (cf. grave 2); FEW IV, 254 b; Duraffour, Gloss. no 4405. La plupart des formes sont des emprunts non adaptés ou présentent l’aboutissement de ‑ariu après cons. palatale. Les finales des formes de B Péry, Mall. et Court grav, ‑, etc., V Nend., Hérém. ‑ et Vd V. de Joux ‑n correspondent au résultat non postpalatal du suff. et pourraient représenter des formations autochtones. V Isér. gravy, Cham. grav, Nend. gr·i pourraient aussi représenter ‑aceu (cf. parallèles sous cordis, foum) et être regroupés avec grav. Le sens 2o 3 se retrouve en fr. rég. de France (Lachiver). — Cf. le suiv., grèvy, grèvr, comp. sous casse‑, comp. 13. Di.

Pour citer cet article : GRAVIER (réd. Di.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VIII, p. 697.

Marge de droite