1. ÉCHARPE, ètsrpa, ‑ā‑, é‑ Vd 11, 16, 21, 23, 31 var., 41, 42, 90, V 12, 35, 45, F 14, 21 (et ‑ə), 31 (‑ə), 51 (sens 1o‑3o), ‑rpa Vd 23a, ‑èrpa Vd 14 (ə‑), 16 var., 17, 19, 23a var., 3, 51, 69, 82, V 51, 52, 60, F 10, 12, 13 (sens 3o), èsèrpa V 76, 81, ètcharp, é‑ N 20, 31 (‑a), B 54, ‑rpè N 30, ‑èrp B 47, 48, ècharp, ‑ā‑, é‑ 22, 40, 45, 60, 64, ‑a Vd 90 var., V 12 var., G 10, ‑ə F 13 et 17 (sens 4o), 30‑31 (id.), 51 (id.), 56 (id.), ‑arpo G 18. Anc. escherpe Vd 1624, escharpe F 1 1699.

‖ S. f. 1o Bande d’étoffe passée obliquement autour du corps, servant à indiquer certaines fonctions (Vd Roug., B Bonc.). L mér ā rvéti d son·n écharp, le maire est revêtu de son é. (B Bonc.). ‖ Spécialt. L’Étsrpa blyntsè, l’Écharpe blanche, nom d’une société de tir de Montreux (Vd Blon.); cf. Folkl. suisse, XLVI, 21. Lèz Ètsrpè bntsè son na viə sòsi·èta dé bòrdzai dè Motru, les Écharpes blanches sont une ancienne société des bourgeois de Montreux (Vd Orm.). 2o Loc. adv. En écharpe: 1. En bandoulière, en sautoir (Vd Ross., V Conth. inf., Haud., Mont., F Vill.‑s.‑M., Gru., Gr.‑de‑V., N Noir., B Mett.). È pórtvè son bisa in·n étsrpa, il portait son sac à provisions en bandoulière (F Gr.‑de‑V.). 2. Par ext. Obliquement, de biais (F Montb.): Pindrə in·n ètsrpa, être suspendu de biais. ‖ Fig. Choun·n echpri ly e in·n ètsrpa, c’est un étourdi, litt. son esprit est en é. (F Montb., var. Gru.). Avi le jye [yeux] in·n ètsrpa, ne pas comprendre ses intérêts (F Gru.). Avi le man in·n ètsrpa, être embarrassé dans l’accomplissement d’un ouvrage, ne pas pouvoir ou ne pas savoir gagner (F Gru.). In·n ètsrpa, à la dérobée, en passant (F Vill.‑s.‑M.). ‖ D’une chose en vue, originale: Tó fou mòsə e·n étsrpa chon nóta, tous ces mots originaux sont notés (V Sav.). 3o Sorte de bandage qui sert à soutenir l’avant‑bras, surtout dans la loc. en écharpe (Vd spor., V Nend., G Herm., Aire‑la‑V., F spor., N Noir., Cern.‑Péq., Brév., B Plagne, Vermes, Sépr., Mett.; anc. Vd 1624). In tənyin son bré in·n ètsrpa, on lay èvtè də lè brskè saksè, en tenant son bras en é., on lui évite de brusques secousses (Vd Orm.). 4o Longue bande de tissu, de tricot, qu’on porte généralt autour du cou (SR spor.). «Ces écharpes ou envelopes que la pluspart des femmes portent sur les épaules et qui sont d’une grande dépense» (G 1696. Sources droit, IV, 604). Rnma tə·n échrpə on ydzou  tsó, une fois au chaud, ôte ton é. (F Gr.‑de‑V.). 5o Sens technique. Pièce de bois ou de fer placée diagonalement pour consolider un bâti de menuiserie (Vd Oron).

Emprunt au fr.; FEW, XVII, 122 a. — Cf. les suiv., étsrpa 1. Li.

 

Pour citer cet article : ÉCHARPE 1 (réd. Li.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VI, p. 56.