FEMME, fna, ‑a, ‑n(ə), fé‑ Vd, V 1‑2, 30, 33 var., 36 var., 40‑45, 46 ALF, 5‑8, G (‑ 17, ‑ò 18, 19 var.), F (→ ‑ 4‑5 Gch.), N 1‑2, 5‑6, Jaq., B 10, 11 Zi., 12 (‑‑), 1 Neuveville (et ‑‑), fəna, fë‑, f‑, fì‑ V 3, 42 var., 46‑47, 51 et 53 var., N 12 var., 13, 1 Bér. Urtel, fana, ‑a, fa·n 3‑4, B 11 Alge, 13, 30 (f‑), 33 Gill., 3 Roche, J 35, 36 Voi. var., 42 var., 45‑46 Rossat, 4 Glovelier, 52a var., 5 Saignelégier Gill., 63 Tp. (‑‑), 67 Gill., 6 Fahy id., Fontenais Rossat, fan·na N 31 var., 33 ALF var., fan·n, ‑n‑ B 13 et 30 var., 34, 3 Châtelat, J, fònè N 30, fò·n B 2, 32, 33, 3 Tav., J 42 var., 46 Zi., 4 Movelier et Soyhières id., 5 Saignelégier id., 60 id., 6 Miécourt et Réclère id.; famə N 1 Colombier, ‑mè pl. V 71 (sens 1o 7 a), N 31 Rec. Corbazfamois», p. 110). Anc. fenna V 71 1686, F 1379, 1385, 1476, 1487, 1710, fena V 71 1713, F 1486‑1492, ‑e V 71 1809, femma F 1444, fema Vd 3 1402, F 1379, XVe s., N 1280, ‑z Vd 7 1454, 3 1539, fam(m)e N 1263, 1332, fomme B 2 1451, fome N 1406 Mi., J 6 1244‑milieu XVe s.; patois fenna Vd XVIIe s. Bibl. 374, XVIIIe s. Craizu, G 1696 Compesières, XVIIe s. Escalade (et fê‑), XVIIIe s. Rocati, fena Vd 33 vers 1520 (et ‑at), fë‑ Vd XVIIIe s. Bibl. 1153, feina G XVIIe s. Rec. Corbaz, fai‑ XVIIIe s. Cris, fenne Vd XVIIIe s. Craizu, fanne J 4 XVIIIe s. Ra., Paniers. Cf. n. de l. — Tabl. 288, 313; Rel. phon. 1899 (V, G); Zi. I, VI, XIII, II, VI, XI; Haef. Frib. 35, 51, 76, Neuch. 16, 18, 19, 42, 46, 58, 87; Urtel, Neuch. 20, 42; Dietrich, Gill. et Jolidon, mat. ms.; ALF 376 (N 33), 548 et 1179 (qques notations divergentes); ALFC 26 lég., 54 lég., 108, 1074, 1192.

‖ S. f. 1o Femme en général, mariée ou non, fille pubère (Vd Alpes rare, 3‑9, V distr. Monthey, St‑Maur., Véross., Ors., distr. Conthey, 7‑8 spor., G, F rare, N‑J; anc.). 1. Opposée à l’homme. Léiy a unikamin l’mo é la fna su la tra, lé béiṣə knton p, il y a uniquement l’homme et la f. sur la terre, les animaux ne comptent pas (Vd Blon.). ‖ Lé bin dé fan·n, à l’église, les bancs occupés par les f. sur le côté gauche en entrant (J Charm.). Lè san [le côté] fan·n, id. (ib.). Maizon [maison] dé fné, bordel (Vd Oron). ‖ En relation avec la Vierge Marie: Lè fḗt è fan·n, l’Assomption, litt. la fête aux f. (J Rouges‑T. ALFC 108). 2. Dans son aspect physique. Sè bḕchat ā dj fan·n, sa fille est déjà f. (J Charm.). In·n bèl [une belle] fan·n (J Charm.). Na pətyda fna, une petite f. (Vd Orm.). Chtè fnè chon fblè, les f. sont faibles (V Miège). In·n pœt fan·n, une f. laide (J Charm.). Stə fan·n é dé gró bōlé də grḕch, cette f. a de gros replis de graisse (J Aj. Va. 222). Stə fan·n é l grō kō [gros cou], cette f. a un goitre (ib. 99). In·n djuə·n, in·n véy fan·n, une jeune, une vieille f. (J Charm.). Stè vèly fnè ā ttè grədḕ, cette vieille f. est toute ridée (N Cern.‑Péq.). Stə fan·n mèrtch kman in·n bér [cf. bra 1, 1o], cette f. marche comme une cane (J Aj. Va. 22). Loc. Èl é in·n mïn·n kman l tyu d’in·n vḗy fan·n, il a très mauvaise mine, litt. ... comme le cul d’une vieille f. (J Épauv.). 3. Dans son habillement. «D[em]ie roba de fenna» (F 1476. Arch. Soc. hist. Frib. V, 304). «Una cimisi [chemise] curta de fenna» (V Hérém. 1686. Reg. not. M 1/1. AC). Kan etevo dzouvno, le fenə pòrtvon dè kòtaïn tank a la tsəvẓə è dé bəstou [cf. broust 2o] k’aïntorzèvon la nka è durvon déz an, quand j’étais jeune, les f. portaient des jupons qui descendaient jusqu’à la cheville et des corsages de laine qui entouraient la nuque et duraient des années (V Vionn. Lautbibl. 51, 6). Autrefois les souliers ferrés duraient longtemps, ra, vòz atrə fenə, vò nə pórta kə dé bótə də metsinfə, maintenant, vous autres f., vous ne portez plus que des bottines diaboliques, c.‑à‑d. chères et fragiles (ib.). Sta fna l e mō panāyə [essuyée], mō fisalāyə [ficelée], cette f. est mal mise (Vd Vill.‑M.). Lḗ fa·n s’èrindjan mitnin k’an dirè è [à] va dḗ bòk, les f. s’attifent aujourd’hui de telle manière qu’on croirait voir des boucs (J Dev. A. tr. p. XIII, 43). An di indéy an·n in·n fan·n kə n tïn p chu lḗ [qui ne tient pas sur elle], on appelle «andouille» une f. qui néglige sa tenue (J St‑Br.). Stə fan·n é l’èr d’in·n vrḕ inbèy, cette f. a l’air d’un vrai épouvantail (J Aj. Va. 104). Fna mónta è dèpənalya, f. sale et dépenaillée (Vd Suchy). In·n ṓədj fan·n, une f. sale (J Rouges‑T. ALFC 1192). Sobriquet d’une famille. Tchu lè Nèr Fan·n, chez la Noire F. (J Pleigne). 4. En tant que compagne de l’homme. Èbin·nyiə [utiliser] in·n fan·n, avoir des relations sexuelles avec une f. (J Charm.). È n pans ni é fan·n ni é bḕchat, il ne pense ni aux f. ni aux filles, il est chaste (J Pleigne). «Ma fe, le fene m’on fondu | et lot porsin s’ind et edix [s’en est aidé]», ma foi, les f. m’ont épuisé, et le souci y a contribué (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. IV, 357). Tla fna a pra [pris] douz mo, telle f. s’est mariée deux fois (V Champ.). Na fna kə n’a pin d’anfan (G Dard.). Tchi nó s’è lé fn·né kə fan léz afan, s’è défadu é flyé də sə métya də st ovrèdj [cet ouvrage], chez nous ce sont les f. qui font les enfants, il est défendu aux filles de se mêler de ce travail (N Brév.). «Una fena qui a gessu [cf. gésir] d’enfant» (F 1489. Comptes Hôp. AC). Fan·n an koutch [en couches] (J Aj. Va. 43). Comparaison. Kri·a kma ana fna a koutchə, crier comme une f. en couches (N Brév.). 5. Dans son travail. «A la fema Gruyeri pour menar R. de l’Essers in Autariva quant il fuz trapassa» (F 1411/1412. Comptes Hauterive. AC). «Por buyaz [laver] lé chassuble et autre revitemen de Saint Nicolax, à une feme, X s.» (F 1487/1488. Blav. 148). «A tres fene ... pour sarcla les poy» (F 1492. Comptes Hôp. AC). «Au clavandier et a sa femme de cave ...» (F 1581. Comptes Hauterive. AC). Tsapi dé la fna [cf. chapeau 2o 6], chapeau de paille ainsi nommé parce qu’il est fabriqué par des f. (Vd Pailly). Pour faire les chemises, noutrə fenə fəlvon to l’ivḕ è lə tisèran dœu vəldzo fazevé on·na tela on bokon gróchérə, nos f. filaient tout l’hiver et le tisserand du village faisait une toile un peu grossière (V Vionn. Lautbibl. 51, 5). Orindrai on nə trvərai pt ītrə py din tò lò kanton na sla fna kə satsə onkra fəla é farə lə pintə, tò sin sə fa in məkanikə, aujourd’hui on ne trouverait p.‑ê. plus dans tout le canton une seule f. qui sache encore filer et faire les dentelles, tout cela se fait à la machine (N Montal.). On·na fna pò kourā [pour curer], une nettoyeuse (Vd Penth.). Fna dè dzòrnā [de journée], femme employée à des travaux physiques, en particulier à des travaux ménagers (ib., var. spor.). Fna a la ẓòrnya, id. (G Troin., var. Vd et J spor.). È·n fan·n an lè djòrnan, id. (J Vermes, var. Sépr.). fan·n vè to lé djo an sé [ses] djonḕ, cette f. va tous les jours travailler à la journée (J Sépr.). Òna fna kə va in dzòrna, une f. qui travaille à la journée (Vd Long., var. Cont.). Fò·n də tchardj, f. de charge (B Mall., var. Vd spor.). Fna dè pn·na [de peine], id. (Vd Sassel). Fna d mènoẓo [de ménage], id. (G Herm., var. J Mett.). Par [prendre] in·n fan·n po fèr son mḗnèdj, engager une f. pour faire son ménage (J Mett.). Fò·n də tchinbr [de chambre] (J Dev.; var. N Brév., Land.). Fna d’afan, bonne d’enfants, nourrice (N Locle). S’ā dé fōə sèrvis (var. fōə métīə), soli, po dé fan·n, ce sont là des travaux pénibles pour des f. (J St‑Br.). Apposé à un nom: «Domestique femme» (fr. rég. Vd spor.); cf. domestique 2o. Composé. Demi‑femme, lavandière à la demi‑journée (fr. rég. G XIXe s.). «Nous avons eu là une considérable lessive: sept femmes et une demi‑femme!» (fr. rég. G Hum.). «Pour la presse on prit la demi‑femme» (fr. rég. G: Mulhauser, Lessive, 11). 6. Avec ses qualités et ses défauts. In·n bin·n fan·n, une f. bonne (J Charm.). Ouna fna galy kman fṓ [cf. falloir II, A, 3o 3 b], litt. une f. très comme il faut (F Villarg.). «Dâi crâno valet et dâi fenne de sorta», des fils vaillants et des filles irréprochables (Vd Sav. Cordey, Por la Veillâ, 10). On·na fna d’atka, une f. énergique (Vd Ollon, var. spor.). ‖ On·na fna tyuryza [curieuse] (Vd Sav.). Comparaisons. Asə koury k’on·na fna, aussi curieux qu’une femme (Vd Sav., var. Cont.). Kurya kəmin ouna vilyə fna, curieux comme une vieille femme (F Ch.‑St‑D., var. Vd Gryon). Lé fènə man bin a s’ègèti dyan lə mryœ, les f. aiment bien se regarder dans le miroir (G Vand. Ke. Verbe, 53). P vré kə la vzna è na rda fna? n’est‑il pas vrai que la voisine est une sacrée f.? (G Troin.). On·na fna a ki ne mankvè tyè dḕ tssè po trè on·n mo, une f. à qui il ne manquait que le pantalon pour être un homme (Vd Rovr.; cf. Cont. 1915, 19). Stə fan·n ā djantiə kman è·n pətch də prijon, cette f. est aussi aimable qu’une porte de prison (J Aj. Va. 56). In·n dyḕl [cf. diable I, 3o 1] də fan·n (J Vermes). ‖ Dans des insultes: Psta [peste] dè fna! (V Ardon, var. G Dur.). Inttsou [puanteur] də fna! (Vd Sent.). Chyè·n [chienne] də fan·n, mauvaise langue, mauvaise tête (J Vermes). T’é on dragon dè fna, tu es une méchante femme (V Nax). Fna maln·na, poison de f., qui se mêle de tout ce qui ne la regarde pas (G Jussy). Kryə [mauvaise] fna (V Ill.; var. Vd Pan., V Torg.), mó·ja [mauvaise] fna (V Hérém.), trsta [triste] fna (Vd Pailly), fna publka [publique] (Vd Vall.), fna débṓṣiə [débauchée] (G Cert.; var. Vd spor., Bas‑V et N Mont. Stalder), fna débòrdayə [cf. débordé 1o] (Vd Montreux), fna putan [putain] (Vd Ste‑Cr. et Bullet Stalder), fna dè rin [de rien] (Vd Pailly, var. J St‑Br.), f. de mauvaise vie. Dans une traduction de la Bible: É kan ton garson k’a məẓīə ton bin aé dḗ fè·n débṓṣīə arīv, tə tyūə pr lyi lə vḗ gr, et quand ton fils qui a dilapidé ton bien avec des f. débauchées arrive, tu tues pour lui le veau gras (G Cert.). ‖ Frè daou kāfé aou vəzəndzou, véikə lou plyézi dai fne, faire du café pour tout le voisinage, voilà le plaisir des f. (Vd Vill.‑M.). Sa fna a la lnva bin pinda, cette f. a la langue bien pendue (Vd Gryon). Saə douə fò·n kòmrò adḗ òsaïnby, ces deux f. commèrent toujours ensemble (B Plagne). é dè kòmérdzo dè fné, ce sont des commérages de f. (F Sugiez). Lè fnè,  bòrné, son tò lo tin a batòlyi, les f., à la fontaine, n’arrêtent pas de bavarder (Vd Suchy). Li fnè blagzə nə fon pa l meïn·nadzə, les f. bavardes ne font pas leur ménage (V Leytr.). Comparaison: Stə fan·n bèdjœl kman in·n èdyès, cette f. bavarde comme une pie (J Aj. Va. 3). Stə fa·n, s’ā ə·n mk [macque], cette f., c’est une cancanière (J Courchap.). Kan ... lé fné avan tru krouyə lnva, on prinjai la dəmi na, quand les f. avaient trop mauvaise langue, on prenait la règle de bois d’une demi‑aune, pour les en menacer (Vd Étiv.; cf. Bull. Gl. III, 60). Voz ai pairə dai fénə? — Na! pytou də lai lnva, vous avez peur des f.? — Non! plutôt de leur langue (N Gorg.). Loc. Avè è·n lang də fan·n, avoir mauvaise langue (J Bois). Pour éviter les tracas: «Vaidé vo! Faut laissi lei fenné à la pliana», voyez‑vous! il faut laisser les f. dans la plaine, conseil donné aux jeunes pâtres (Vd Alpes. Ceresole, Lég. 188). I nə fò pò bon sə prèdr de lago [langue] aé slo fno! il ne fait pas bon se prendre de bec avec cette f.! (G Aire‑la‑V.). 7. Formules diverses. a) Dans la salutation angélique: Jə vo salə Marya ..., voj ètə béni par dəsu totə lè fmè, je vous salue Marie, vous êtes bénie entre toutes les f. (V Hérém. Lav. 385). b) Pour se débarrasser d’un enfant qui insiste pour se faire raconter une histoire, on lui dit: È y èvè in·n fè in·n fan·n k’échèpḕ di koutr [battait du coude] ..., miədj, miədj po stu k m’ékout, il y avait une fois une femme qui gesticulait ..., merde, merde pour celui qui m’écoute (J Charm.). c) Formulette exécratoire dont se servaient au début du XXe siècle les plaisantins des villages voisins qui traversaient Le Sentier: Lou bon Dyœu nò prezèrvae | dè rtsè faïngyè | dèz igyè droumye | də la Katon tché Dzkyè | è dè ttè lè vylè fnè daou Saïndin, le bon Dieu nous préserve des roches fendues, des eaux dormantes, de «la Caton chez Jacques» (elle passait pour sorcière) et de toutes les vieilles f. du Sentier (Vd Sent.). d) Formules satiriques. «Lingua d’èpenè, bra de fèr, têta du diabo, gotillon djâno: fèna de Bouresse», langue d’épines, bras de fer, tête du diable, cotillon jaune: f. de Boveresse (N Buttes. Pat. neuch. 259). Fan·n d’Èdjōə | tchvā d lè Montèny | bīj d’èvri | n vayan ran pó nót pèyi, f. d’Ajoie, cheval des Franches‑Montagnes, bise d’avril ne valent rien pour notre pays (J Sépr., var. Dev.). Bij d’èvri | fa·n də montèny | tchvā d kanpèny | n vayan ran din nòt pèyi, bise d’avril, f. de montagne, cheval de campagne ... (J Delémont. A. tr. p. XII, 169). Tchvā d’Échpèny | fan·n d’Ālmèny | Borganyon, bij d’èvri | n’in fè d bïn din l pèyi, cheval d’Espagne, f. d’Allemagne, Bourguignon, bise d’avril, n’ont pas fait de bien dans le pays (J Aj. Gué.). Dūə m sāvés dé sèrpan l tchātan, dé lou an·n vyè, è pə dé fan·n də Bnfo an tòt sḗzn, Dieu me préserve des serpents en été, des loups en hiver, et des f. de Bonfol en toute saison (J Bois). e) Devinettes. Kyn·nta diférinch y a‑t‑i intrə ouna fna é ouna fy·a? — Kan·nt i fy·a è plina, oun mè ó chopé; i fna è plina kan·nt ou·n a mèt ó chopé, quelle différence y a‑t‑il entre une f. et une bouteille? On met le bouchon quand la bouteille est pleine; la f. n’est pleine qu’après qu’on a mis le bouchon (V Nend.). Tyin ā s k lé fan·n in l pu d’étyœm antr lé tchinb? — Tyin è trèyan, quand les f. ont‑elles le plus d’écume entre les jambes? — Quand elles traient (J Charm.). Tyin k’an l tir, è gòt; l’an·n an bèy; lè fan·n an dmind: k’ā s s’ā? — Lè bnéchouər [à ajouter sous bénir dér.], quand on le tire, il dégoutte; l’homme en donne; la f. en demande: qu’est‑ce? — Le goupillon (J Aj. Surdez). 8. Météorologie pop., croyances. La nai daou mai d’avri mdze atan de pan tye tte le fne daou payi, la neige d’avril mange autant de pain que toutes les f. du pays (Vd Vill.‑M.). An djiyḕ è an·n ō | nə fan·n nə tchō, en juillet et en août, ni f. ni chou (J Ocourt. A. tr. p. XLVI, 5). Léz an·nḕ d fru s’ā déz an·nḕ d fan·n, les années de fruits sont des années de f. (J Épauv.). La mélisə, də na fna mrta né fei na vva, litt. la mélisse, d’une f. morte en fait une vivante (V Torg. Gill. Vionnaz, 128). S’è è·n mètchèt fè·n, èl a adḗ lə bḗ, c’est une méchante f., elle a toujours le beau temps pour faire la lessive (N Sav.). Lè fnè kə lsan l kənlyè pasā lò dzò dè Tsalnde  plo, vyan tò l’an, dzòr è né, l chtā dèvan lè jə dḕ grntè sèrpin, asə grntè tyè l kənlyè, les f. qui laissent leur quenouille passer le jour de Noël dans la chambre principale, voient toute l’année, jour et nuit, leur sauter devant les yeux de grands serpents, aussi grands que leur quenouille (Vd Rovr.; cf. Cont. 1903, 52). «Quand l’est qu’on va à la fâire, se la premîre dzein qu’on reincontrè est ’na fenna, la fâire est manquâie», quand on va à la foire, si la première personne que l’on rencontre est une f., la foire est manquée (Vd Cont. 1876, 24). À J Charm., si la première personne qu’on aperçoit le matin en se levant est une f., surtout si c’est une vieille, c’est un mauvais présage pour la journée. Stu k’é d lè tchins é katch n’an·n é p é [aux] fan·n, celui qui a de la chance aux cartes n’en a pas en amour (J St‑Br.). Autres croyances et renvois sous femelle I, 1o fin. 2o Prov. et dictons (cf. Barras, Prov. index). 1. Dans son aspect physique, sa tenue. Lè byātḕ d’in·n fa·n nə dur poən pu k lè rṓzḕ di mètïn, la beauté d’une f. ne dure pas plus que la rosée du matin (J Rouges‑T. ALFC 54 lég.). Di fènə mstatsu, i fo chì mfya, des f. moustachues, il faut se méfier (V Nend. Gerster). ‖ Sə tə vò prpra ta maizon | lai tin ni fnè ni pindzon, si tu veux tenir propre ta maison, n’y tiens ni femmes ni pigeons (Vd Villen.). Tò pran fïn, sə s n’ā lè pèròl də Dūə è p lḗz ṓərd fan·n, tout prend fin, si ce n’est la parole de Dieu et les f. sales (J Dev. A. tr. p. XIII, 33). 2. En tant que compagne de l’homme. Lé panm èpré l bon·n an | lé fan·n èpré vint sïnty an, les pommes après le nouvel an, les f. après vingt‑cinq ans (J Charm.). L’an·n s’ā di fuə è lè fan·n d l’étop, l’homme c’est du feu et la f. de l’étoupe (J Bois). L’a·n s’ā l fūə, lè fa·n l’ḗtòp, l dyḕl lə chòcha, l’homme c’est le feu, la f. l’étoupe, le diable le soufflet (J Bourr. A. tr. p. XII, 265). L’an·n s’ā l tchèrpi, lè fan·n lè piər è fūə, l dyḕl bè di brikè, l’homme est l’amadou, la f. la pierre à feu, le diable bat le briquet (J Épauv. S. jur. Ém. 1929, 218). Fan·n è byasn, è pən·n lé kin·nyat n, f. et poires sauvages, à peine les connaît‑on, on ne sait jamais quand elles sont blettes (J Bois). I fó krndré trè chzé dyan sti mndo: lə dəvan də na fna, lə dari də na mla è l’nbra də la nyré, il faut craindre trois choses dans ce monde: le devant d’une f., le derrière d’une mule et l’ombre du noyer (G Choul.). ə fó tti sè mófyā du tyu d’on mlè, du dyan d’na fna, da rankna d’on prirë, il faut toujours se méfier du cul d’un mulet, du devant d’une f., de la rancune d’un prêtre (V Châble). Lé fan·n, s’ā d’i fèr mïn·n də ran, k’n·n an fḕ l pu fèsn [cf. façon 8o], les f., c’est en paraissant ne pas s’y intéresser qu’on les domine le plus aisément (J Bois). Lé fan·n, s’ā kman les étyéyat [cf. écuellette 1o], tyin k’an·n an·n on fāt an s’an siə, les f., c’est comme les tasses, quand on en a besoin on s’en sert (J Épiq. S. jur. Ém. 1929, 237). Lè got ā fḕt po ḗtr bu, lè tchavin·n po ḗtr mindjiə, lé fan·n è lè nè po yi alḕ dchu, l’eau‑de‑vie est faite pour être bue, le chevaine pour être mangé, les f. et la neige pour aller dessus (J Épauv.). Oun karoufə lè fènə, è oun krīə kò·ntrə, pò kə léj tro ch’apèrchichan pā ky’oun lə lanmə, on caresse les f. et on en dit du mal, pour que les autres ne s’aperçoivent pas qu’on les aime (V Lens. Bull. Gl. IV, 31). È n’y é ran d’èch bé k’in·n nḕ chu l’āv, k’ïn tchvā ā sèn è p k’in·n fan·n ā yé, il n’y a rien d’aussi beau qu’un bateau sur l’eau, un cheval au pâturage et une f. au lit (J Saignelégier. S. jur. Ém. 1927, 108). Lé tra lndj pérmənad pərdjan lé djlin·n è lé fan·n, les trop longues promenades perdent les poules et les f. (J Bois). Fan·n ā dō è bō dbou, nyün n’an sḕ lè fouəch, f. sur le dos et bois debout, nul n’en sait la force (J Charm., var. Dev.); autre prov. sous chêne prov. Ïn pa d fan·n tir in·n béy, un cheveu de f. tire une bille de bois (J Bonf. S. jur. Ém. 1927, 101). Lé fènə è lou tsəvṓ nə svon pa yò l é l’òtó, les f. et les chevaux ne savent pas où est leur maison (V Torg. Gill. Vionnaz, 123; var. Vd Month.). Lè fnè è lou tsəvò nə svon pa yò l è lə səmətchīr, les f. et les chevaux ne savent pas où est le cimetière (V Champ.). 3. Dans son travail. Fó kə lé fné pyoryan sa ydzou lao tyurti pò k’on·n sé ouna bna vənḕdzə, litt. il faut que les f. pleurent sept fois leur jardin pour qu’on ait une bonne vendange (Vd Month.). Vó mī trè bœu in Tsəzīrə tyè fna in·n èmə, il vaut mieux être bœuf à Chesières que f. à Huémoz, à Ch. les terres à cultiver sont accessibles par des chemins carrossables, tandis qu’à Huémoz, on n’y arrive que par de mauvais sentiers (Vd Ollon Isabel). 4. Avec ses qualités et ses défauts. «La fèna la pye louâye lè ha k’on dévezè pâ», la f. la plus louée est celle dont on ne parle pas (F Broye. Aus allen Gauen, 66). In·n fan·n sè èdé kè répndr, une f. sait toujours quoi répondre (J Bois, var. Bonf.). fnè svon tódzò ké dré, les f. savent toujours que dire (V Véross.). «Lè fénnè le savan totè, et iéna per déssu», les f. les connaissent toutes (les malices), et une par‑dessus le marché (Vd Po recafâ, 407). Jmé gróch vra è viyə fna l an zon [ont eu] kòrèi pò ran, jamais grand vent et vieille f. n’ont couru pour rien (F Prez‑v.‑S., var. Vd‑N). S k’in·n fan·n é an lè tḗt, èll nə l é p ātr pḕ, ce qu’une f. a dans la tête, elle ne l’a pas ailleurs (J Épauv.; var. Aj. Pays Dim. 1898, 48). So k fan·n vœ, Duə l vœ, ce que f. veut, Dieu le veut (J Charm.). Lè fnè, sin kə n’an pā a la tta, l è tò pò rin [c’est tout pour rien], les f., ce qu’elles n’ont pas dans la tête, ça ne compte pas (Vd Rovr.; cf. Cont. 1907, 14). «Lè fenne sant tote de la mîma matâire, ma n’ant pas lè mîme manâire», les f. sont toutes de même matière, mais n’ont pas les mêmes manières (Vd Cont. 1906, 25). È fā pèr l’ouər kman k’èl tir, lə tan kman k’è vïn è lḗ fan·n pó só k’èl vayan, il faut prendre le vent (d’ouest) comme il souffle, le temps comme il vient et les f. pour ce qu’elles valent (J Ocourt, var. F Gr.‑de‑V.). Dé fan·n è dé tchvā | è n’an·n ā p sin défā, des f. et des chevaux, il n’y en a pas sans défaut (J Charm.). «Ne lâi a fénna, tsevau ne vatze | que n’ôsse quoque tatze [impr. tazte]», il n’y a f., cheval ni vache qui n’ait quelque tache (Vd Po recafâ, 406). Lé fnè son koumin lé tsévó, l è mólézi dé konyitrè lé bnè, les f. sont comme les chevaux, il est difficile de reconnaître les bonnes (Vd Vullier.). È·n fa·n s n’ā ran, də s’ā l mèrtchiə, tróə s’ā lè fār, kètr s’ā l dyḕl chu kètr rūə, sïnty s’ā sïnty mil dyḕl, une f. ce n’est rien, deux c’est le marché, trois c’est la foire, quatre c’est le diable sur quatre roues, cinq c’est cinq mille diables (J Dev. A. tr. p. XIII, 34). In·n fan·n s’ā l pèrèdi, douə l purgatèr, trouə l’anfyè, une f. c’est le paradis, deux le purgatoire, trois l’enfer (J Bois). In·n fan·n din in·n majon s’ā lè pḕ, də s’ā lè dyḗr, trōə lè pècht, une f. dans une maison, c’est la paix, deux c’est la guerre, trois c’est la peste (J St‑Br.). Fan·n tòt pè léə fè tò; də fin pṓ, e p trā ran, f. toute seule fait tout; deux font peu, et trois rien (J Courrend. A. tr. p. XII, 267). In·n fan·n fḕ to, douə pō, trouə ran, une f. fait tout, deux peu, trois rien (J Bois. S. jur. Ém. 1929, 216). Pu è y è d fan·n ā tché [cf. ches 6o], mən lè sòp ā bin·n, plus il y a de f. à la cuisine, moins la soupe est bonne (J Bois). È n fā p pu d gœl də fan·n din è·n mājon kə d gœl də fé, il ne faut pas plus de gueules de f. dans une maison que de gueules de four (J Aj. Va. 100). È n fṓ pā py d fnè dè è·n òtṓ k d fòrnè, il ne faut pas plus de f. dans une maison que de poêles (N Sav., var. Vd spor.). «Ne fau pa pllie dè fénne à sepâ | que de coumacllio à la tzemenâ», il ne faut pas plus de f. à souper que de crémaillères à la cheminée (Vd Po recafâ, 407). Di fènə dé na maizon, n’é fṓ pa mé kə də kəmaẓə, dans une maison, il ne faut pas plus de f. que de crémaillères (V Torg. Gill. Vionnaz, 122). fan·n s’ā kman léz ékouv, è n’an fā k’in·n pè tyœjin·n, les f., c’est comme les balais, il n’en faut qu’une par cuisine (J St‑Br.). In·n fan·n inmrè m ranbrèsiə l dyḕl dō lè kouə kə d dir kə sè vḕjïn·n ā in·n bin·n ménèdjiər, une f. préférerait embrasser le diable sous la queue plutôt que de reconnaître que sa voisine est une bonne ménagère (J Ocourt). Lè fan·n s’ā ïn foulta d djé è pə in·n indjat [cf. angette 1o] də n, la f. est un démon le jour et un ange la nuit (J Bois, var. Bonf.). «Lè fénnè san dâi saintè au prîdzo, à la tserrâire dâi z’andze, dévan la porta dâi z’agace, au courti dâi tchîvrè, à l’ottô dâi diabllio», les f. sont des saintes à l’église, dans la rue des anges, devant la porte des pies, au jardin des chèvres, à la maison des diables (Vd Po recafâ, 406). Lé fan·n sn déz indjat tchin s’ā k’n vè ā lōvr vyè lūə, les f. sont des anges quand on les courtise, litt. qu’on va à la veillée vers elles (J Bois). È y é tra souətch də bḗt k’an n sərè koundur: lé djrin·n, lé tchiəvr è p lé fan·n, il y a trois sortes d’animaux qu’on ne peut pas conduire: les poules, les chèvres et les f. (J Épiq.). Lè fnè é lè tsvrè, kan fan pā lə mó, lə mzon, les f. et les chèvres, quand elles ne font pas le mal, elles le pensent (V Vouv.). On vé py sova on pra sin rba k’ana métchant fna sin brba, on voit plus souvent un pré sans herbe qu’une méchante f. sans barbe (N Brév.). È n’an fā djmḕ tro fḕr nə é fan·n nə é fō, il ne faut jamais pousser à bout ni les f. ni les fous (J St‑Urs. S. jur. Ém. 1929, 231). Lè fnè s’é dè tchvrè é lè tchvrè s’é dè dybo, les f. sont des chèvres et les chèvres sont des diables (N Couvet). Mḗtchin·n fan·n, dyḕl è dmḗ, méchante f., diable et demi (J Bois). fan·n sn kman l dyḕl, èl s féran pètcho, les f. sont comme le diable, elles se fourrent partout (J Épauv.). Lé fa·n n ranbru·an [n’avalent] ran; è dyan tṓ, s’ā pò sòli k’è n’in p də grō kò [cf. cou 1, 5o], les f. ne gardent rien pour elles; elles disent tout, c’est pour cela qu’elles n’ont pas de goitre (J Dev. A. tr. p. XIII, 45). Lo tchègrïn tū l’an·n é nœrā lè fan·n, le chagrin tue l’homme et nourrit la f. (J Aj. Va.). «Lè fennès, tantou sè létsont, tantou sè medzont», les f., tantôt elles se lèchent, tantôt elles se mangent (Vd Cont. 1900, 41). Svò fò·n variə, baïn fāə kò s’i fiə, souvent f. varie, bien fou qui s’y fie (B Plagne). «Rein n’einnouïe et ne fâ dremî pllie rido | quemet lè fénnè, la pliodze et lè remido», rien n’ennuie et ne fait dormir plus vite que les f., la pluie et les remèdes (Vd Po recafâ, 407). To pran fïn, sāf lé fan·n é lé kə d bèsïn, tout prend fin, sauf les f. et les queues des grandes louches (J Aj. Va. 88, var. Delémont). «Lo tein, l’oûra, la fénna et la fortena viran coumein la lena», le temps, le vent, la f. et la fortune tournent comme la lune (Vd Po recafâ, 406). ‖ «Se lè z’hommo bévotan, lè fénnè cafotan», si les hommes sirotent, les f. boivent souvent du café (Vd Po recafâ, 406). Èna fna kə n sə bḗsrè pḗ pòr ramadjī on krutch, sə bḗsrè dò vydjo pòr on gran d kāfé, une f. qui ne se baisserait pas pour ramasser un kreutzer, se baisserait deux fois pour un grain de café (N Couvet). Lé fan·n də Slt inman m bèr din in·n étyḗyat kə din ïn vèr, péch k’an n vè p s k’è y é ddin, les f. de Seleute (commune de l’Ajoie) aiment mieux boire dans une tasse que dans un verre, parce qu’on ne voit pas ce qu’il y a dedans (J Épauv.). «Djeneuille que tchante | fèna que subye | fèna que s’nivre | ne méritan pas de vivre», poule qui chante, femme qui siffle, femme qui s’enivre ne méritent pas de vivre (N Cormondrèche. Pat. neuch. 29; var. spor. N, J Aj.). Djərè·n kə tchint | fa·n kə dins | prét kə s’an·nivr | nə son p diny də vivr, poule qui chante, f. qui danse, prêtre qui s’enivre ne sont pas dignes de vivre (J Dev. A. tr. p. XIII, 36). Dzənẓə kə tsantə | prarə kə danṣə | fna kə parlə latin | ne fan pa bna fin, litt. poule qui chante, prêtre qui danse, femme qui parle latin ne font pas bonne fin (V Champ., var. J Aj. Va.). È·n fè·n kə bé vè son ku a la livr, une f. qui boit se prostitue, litt. vend son cul à la livre (N Sav.). ‖ n fḕ pu ḕz pou fḕr è [à] djāzḕ lé fan·n kə pou lé fḕr è s kèziə, il est plus facile de faire parler les f. que de les faire taire (J Bois). «Se lè leinguès dè fennès bourlâvant, lo bou sarâi po rein [pour rien]», si les langues de f. brûlaient, le bois serait gratuit (Vd Cont. 1903, 46). A la bya é u fòr | lè fne mnon ly mòr, à la lessive et au four, les f. font marcher leur langue (Vd Villen.). Lò vètyon dèsanbr, lè fnè prdjè mè kə lèz trè dj, s’é lò ply kèr d l’an, le 21 décembre, les f. parlent moins que les autres jours, c’est le plus court de l’année (N Couvet). S’ā ā rəté dé djé [retour des jours] k lé fan·n djāzan l pu, c’est le jour du solstice d’été que les f. parlent le plus (J Bonf. S. jur. Ém. 1929, 229). ra kə dzlè, bijə kə dèdzlè è fna kə p dèvjè, chon trè tsjè gay rrè, vent du sud qui gèle, bise qui dégèle et f. qui parle peu sont trois choses fort rares (F Roche; var. Vd spor., V Lens, F spor., J Épauv.). Kan fna btsè dè parlā, l’ètèrèmè fó aprètā, quand f. s’arrête de parler, l’enterrement faut préparer (Vd Bière, var. Vd et F spor.). Intrə [cf. entre I, 4o 3] nò sait ə də, sò dyan lé fné, kan l’an tò də, entre nous soit dit, disent les f., quand elles ont tout dit (Vd Dum.; var. Vd spor., F Étr. frib. 1870). Nə tin pa a la fna kə, kəmin l’èkò, v adi avai lou dèrai mò, ne tiens pas à la f. qui, comme l’écho, veut toujours avoir le dernier mot (Vd Rovr.). Rót də fan·n, prouə d’ouəy, an n s’ō pu, troupe de f., troupeau d’oies, on ne s’entend plus (J Ocourt. A. tr. p. XLVI, 13). «A totè z’haurè | fénna plliorè», à toute heure, f. pleure (Vd Po recafâ, 406). 3o Par analogie. 1. En parlant d’un homme bavard: Pò chi, tchynta vīyə fna! celui‑là, quel bavard! litt. pour celui‑ci, quelle vieille f.! (F Roche, var. Gru.). 2. Loc. Frè la fna, faire les travaux de la femme dans le ménage (Vd Pailly, var. V Champ.). S’ā in·n [c’est une] fan·n, se dit d’un homme qui aime à faire les travaux de femme, se dit aussi d’un homme efféminé (J Mett.).

4o Femme mariée, épouse (SR; anc.). 1. Dans son aspect physique. T’a ona zòlya fna, tu as une jolie f. (V Lourt.). Dans des chansons: «Jé prai onna fenna | lé praissa dé né | le s’est trovaie naîre | naîre qu’on corbé | l’a les tsambés corbés | les dzénaux gotraux | la granta barba | les gë pekagnaux», j’ai pris une f., je l’ai prise de nuit, elle s’est révélée noire, noire comme un corbeau, elle a les jambes courbes, les genoux cagneux, une barbe abondante, les yeux chassieux (Vd Rec. Corbaz, 210). S y’èvō in·n fan·n | ... k’èyœch léz atchay | dəriə lé talon | lo nḕ to nityou | lo tyu to madjou | djəmè də mè fan·n | i n sərō djalou, si j’avais une f. qui eût les orteils derrière les talons, le nez tout morveux, le cul tout merdeux, jamais de ma f. je ne serais jaloux (J Charm.). Mè fan·n ā malèt | trā djo din lè snin·n | lo yündi, lo mḕdji | lo duəmin·n ā mḗdi, ma f. est malade trois jours dans la semaine, le lundi, le mardi, le dimanche à midi (ib.). ‖ La fna abiya chnplo fé pā d’inbara a chon·n mo, la f. habillée simplement ne cause pas d’embarras à son mari (V Maréc.). 2. En tant que compagne de l’homme. «Un fe [fief] ... et le tint Perrins diz Chastrous d’Avernier de part sa fema» (N vers 1280. Matile, 181). «Dame Catherine, fome de Richard de Morimont» (J Cœuve 1364. AAEB, cote B 239/71). «Apres lai mort de sai fome» (J Aj. 1373. Trouillat, II, 532). «Premierement bailliez a la fome de Johan Salerat pour les fenestres du poille [chambre] de notre maison, VIII solz» (J Porr. 1408. Arch. Bourg. cote VI/41, 333). I cha fna, sa f. (V Sav.). I fa a mè, ma f. (V Isér.). Mè fan·n, et plus souvent not [notre] fan·n, id. (J Charm.). I m pans k no i vlan alḕ no d lè fan·n [nous deux la femme], je pense que nous y irons, mon épouse et moi (J St‑Br.). La fna a Djan, la f. de Jean (V Ardon. Delaloye, 23). È mrta i [la] fna, sa f. est décédée (V Nend.). A intaró a [la] fna, il a enterré sa f. (V Châble). Loc. Dèfnta ma fna, feu ma f. (Vd Fren.). Pindan ky’avèi [pendant qu’il avait] la fna, du vivant de sa f. (V Vernam.). Du lə tin kə sé tsḕrts on·na fna! léiy a pòrtan pròou fémalə din lə mndo, depuis le temps qu’il cherche une épouse! il y a pourtant assez de f. dans le monde (Vd Blon.). «Ie tsertsé à se mariâ, ma te sâ que li ne vaou pâ onna féna dé sôdze, n’in vaou iena dé bou du», il (notre fils) cherche à se marier, mais tu sais qu’il ne veut pas une f. en bois de saule, il en veut une en bois dur (F Broye. Journ. Estav. 1899, 21). «Il at pris a fenna ... au Pont» (F 1710. Livre noir, XVIII. AC). Prindrə [prendre] fna, se marier (F Roche). Yó a‑t‑é prè fna? où a‑t‑il pris f.? (G Choul.). Prindrə ouna fna, se marier (V Champ.); autres ex. sous bonheur, corail 1o. Nə v p kə la fna stsè [cf. être 1 var. phon., Gl. VI, 866 a] tan dè plə viyə tyè l’mou, ce n’est pas bien que la f. soit de beaucoup l’aînée de son mari (F Gr.‑de‑V.). Dans un poème: Paijan kyə brëtchye fna | tan pli vto prn·ndrë a | ... keitchyë vò, fḗr ëntinchon | d’trè vyèlə fjon pā on [font pas long], paysans qui cherchez f., prenez‑la aussi vite que possible ... hâtez‑vous, faites attention, elles ne tardent pas à être vieilles (V Nend. Lautbibl. 62, 7). ‖ «Vo volia forci fenné et feillé | tua lou mari, massacra lé fameillé», vous vouliez violer f. et filles, tuer les maris, massacrer les familles (G XVIIIe s. Mussard, Rocati, p. 24); autre ex. ib. p. 25. ‖ Dans des trad. de l’Évangile: «I vo dyë que cli que répoudierer sa fenne ..., él l’éxpose à deveni adultère; é cli que maryerer enne fenne répoudiaîye kemé en adultère», je vous dis que celui qui répudiera sa f., il l’expose à devenir adultère et que celui qui épousera une f. répudiée commet un adultère (B Nods. Rollier, Év. Matth. V, 32). «Car, après la resurection lé z’omo n’éret ret de fennets, ne lé fennets d’omo», car, après la résurrection, les hommes n’auront point de f., ni les f. de maris (N Fleur. Jéquier, Év. Matth. XXII, 30). ‖ L a zòou [il a eu] duvə fnè, il s’est marié deux fois (Vd Blon.). La séknda [seconde] fna (Vd Leys.). Lə Fransa Dòrmon avè baa maizon fèrmāyə [donné maison fermée] a sa sèknda fna, F. D. avait légué sa maison et son mobilier à sa seconde f. (Vd Orm.). byè p d’inpyèyi [cf. employer 4o] cha fna, btson ti lèj an, il n’oublie pas de coucher avec sa f., ils baptisent chaque année (F Roche). Sa fna è grsa [grosse], sa f. est enceinte (Vd Orm.). Y’é a fna pā paə, ma f. est en couches, litt. j’ai la f. par la paille (V Isér.). Loc. Éi tin [tient] sa flyè, nin f sa fna, il couche avec sa fille, il en fait sa f. (Vd Blon. ms.). Fna du ló gtso [du côté gauche], concubine (Vd Leys.). 3. Dans son travail. Vèli in·n fan·n k sè tni mḗnèdj, voilà une f. qui sait tenir un ménage (J Bois). Fna byin mèinyadzré, bonne ménagère (Vd Vaul.). Fna dè dèvu [cf. dëvalk 2o], id. (V Isér.). Mtra [maîtresse] fna, id. (N Couvet). Fan·n d’ōtā [de maison], id. (J Épiq.). «Femme de sorte», id. (fr. rég. F Roche, var. Vd spor.). Ḥlya [cette] fna èt a pan [à pain], cette f. est bonne ménagère et économe (Vd Vaul.). S’ètè èna mtra fna ..., kə n travalyiv pé pòr té lò t, mé adé pòr l’èvnso, c’était une maîtresse f., qui ne travaillait pas pour tuer le temps, mais toujours pour avancer dans ses travaux (N Couvet. Groeger, Schweiz. Mund. 75). S’ḗtè in·n fan·n d’ōtā k’èvḕ rudman di tyzin d lu, c’était une bonne ménagère qui avait bien soin de lui (J Épiq.). Fna dè min·ndzou [de ménage], ménagère (F Villarg., var. spor. Vd et G‑J). I və bèyiə in·n fan·n də ménèdj, elle deviendra une ménagère (J Sépr.). On·na fna də min·nādzə n’a pā rin a frè kəmin grṓ dè dzin lə kryon, il est faux qu’une ménagère n’ait rien à faire comme bcp de gens le croient (Vd Orm.). San l è on·na krna fna dè min·ndzou, c’est une très bonne ménagère (F Gr.‑de‑V.). L a maryā na bna fna dè méndzo, il a épousé une bonne ménagère (Vd Vaug.). Stə fan·n tïn ïn rud [tient un rude] ménèdj, cette f. néglige son ménage (J Sépr.). Stə fan·n nə sḕ ran fèr [ne sait rien faire] (J Bonc.). Cha [sa] fna vadai pā grṓ [valait pas gros] pòr chavai təri parti də chin kə chò·n mo gany·è, cette f. était incapable de tirer parti de ce que son mari gagnait (Vd Étiv.). ‖ fna abilyə lëj infan, la mère de famille fait les habits des enfants (V Mase). Sé p yó ma fna prin tan dé lndzo pò férə tòtə lé sənan·nə la bya! je ne sais pas où ma f. prend tant de linge pour faire toutes les semaines la lessive! (Vd Blon.). I fna rèpondyè kyə, avə kyə l a·è tòtə fè [quand elle avait tout fait], batr a brrè, frè mta, a·a ën tsan ā tsè è prèpara a sn·na, l’a·è prou a frè, sa f. répondit que pour tout mener à bien, baratter, faire la tomme, mener brouter la vache et préparer le repas du soir, elle avait assez à faire (V Sav. A. tr. p. XXV, 37). La fna f tó lə travaly də la vnyə sè [soit] a la mēzon; y a bin·n a fr pè survèlyi tò lou travó, la f. fait entièrement le travail de la vigne et aussi celui du ménage à la maison; il y a bien à faire pour surveiller tous les travaux (G Jussy). Ma fna fóchèr ò kurti, ma f. laboure au jardin (Vd Chav.‑M.). ‖ Aplyéyi [atteler] sa fna, faire faire à sa f. des ouvrages d’hommes (Vd Blon.). Lé dzin dé Mourḥó dəzan kə léz mo dé Blyòné fasan dé lòou fénə déi tsavó, les gens de Montreux disaient que les hommes de Blonay faisaient de leurs f. des chevaux (ib.). «Sa fenna, que va ein dzornâ, ne l’a jamé revu», sa f., qui va travailler à la journée, ne l’a jamais revu, son mari (Vd Cont. 1894, 48). ‖ Fromdj də fan·n (J Ocourt Ke.), «fromage de femme» (fr. rég. N Mont.), fromage persillé fabriqué par les ménagères; cf. détails dans M. Schlup, Scènes gourmandes et croquis culinaires d’autrefois, Hauterive 1984, 68‑69. Kartouchə [cartouche] dè fna, paquet de chicorée (Vd Penth.). 4. Dans son rôle au sein du couple et de la famille. La fna dai konsélyé, aidyé é inkòradjé sou·n mou, l’mou dai aidyé a la fna a éléva léz infan, la f. doit conseiller, aider et encourager son mari, l’homme doit aider sa femme à élever les enfants (Vd Chenit). É s tò fr dy la mzon, sa fn  bé də la chans, il sait tout faire dans la maison, sa f. a bien de la chance (G Bern.). I fna l é tsardjy·é dé édoukachyon dij infan, la f. est chargée de l’éducation des enfants (V Sav.). S’é aïn drōl də maryèdj, pòr chur k s’é la fò·n k v pòrtḕ lé tchōs, c’est un drôle de mariage, pour sûr que c’est la f. qui portera la culotte (B Plagne). Dyin sla mzon, y è la fna k prt lé [les] kulòt, dans ce ménage, c’est la f. qui porte la culotte (G Collonge‑Bellerive). Ly è sa fna kə tin la pòtsə, c’est sa f. qui est maîtresse dans la maison, litt. qui tient la louche (F Rom.). Ḥla fna l è on jandrmo [gendarme] (V Ardon. Delaloye, 69). L è tan toutan kə n’zə rin férə sin sa fna, il est si faible de caractère qu’il n’ose rien faire sans l’assentiment de sa f. (Vd Blon.). I n vérō p də fan·n kə m rḕlœch èdé: icht! hot! hu! h! je ne voudrais pas de f. qui me crie sans cesse: à gauche! à droite! en avant! halte! (J Épauv.). La fna, léj infan, lo chèrvcho militro ..., tò chin fā dé li lo pṣə mijèrbẓo dij mo, la f., les enfants, le service militaire, tout cela fait de lui le plus misérable des hommes (Vd Étiv. Dial. suisses, 1, 11). Sl fò·n ò fé vaə ò sə·n òm! cette f. en fait voir à son mari! (B Plagne). Sé vòou p mé lési tiraniz pè sa fna, il ne veut plus se laisser tyranniser par sa f. (Vd Blon.). Plaisanterie. «La fenna n’est qu’on addition dè couzons, onna soustraction dè piésis, onna multiplicachon d’einfants et onna division dè tieû», la f. n’est qu’une addition de soucis, une soustraction de plaisirs, une multiplication d’enfants et une division des cœurs, parce que les hommes doivent partager le leur avec leur épouse (Vd Cont. 1902, 36). «Pense czot que sayot tan fol | qu’ona fena me geverne?», penses‑tu que je sois assez fou pour me laisser gouverner par une f.? (Vd Vevey vers 1520. Arch. rom. IV, 350). I va bïn mitnḕ | k s’i m’étō mèryḕ | d mè fan·n è m farḕ | bïn fḕr to lé vlantḕ, je vois bien maintenant que si je m’étais marié, de ma f. il me faudrait bien faire toutes les volontés (J Pleigne. Ke. Mundarttexte, 8). Lḗ fa·n də Lèdjou | fòtan yṓz a·n ā [au] djou, les f. de Lajoux mettent leurs hommes sous le joug (J Bourr. A. tr. p. VI, 164). Nə bè p tan, la fna té brutéré, ne bois pas tant, ta f. te grondera (F Grandv.). déslə tyé kan l a péirə dé sa fna, il ne dessoûle que lorsqu’il a peur de sa f. (Vd Blon.). «Se la féna tin du [cf. dur IV, 2o], l’homou l’a bi bare, l’osho resté drâ [droit]; ma se la féna balie dans lou travè, l’homou l’a bi fére, l’osho tsi», si la f. tient bon, l’homme a beau boire, la maison reste debout; mais si la f. donne dans ce travers, l’homme a beau faire, la maison tombe (F Broye. Journ. Estav. 1899, 13). ìl bvè min kan sa fna vivét ankò, il buvait moins quand sa f. vivait encore (N Ponts ALF). Di kyë  a përdu a fna, dèzëmpyṓrnə pā, depuis qu’il a perdu sa f., il ne désenivre pas (V Isér.). Din sé mainādzə la fna l a pā grā [gras] dè drè kkè tsza, dans ce ménage la f. n’a le droit de rien dire (V Praz‑de‑F.). Rooun·na la fna, grogner contre sa f. (V Hérém. Lav. 337). Irə mèchyin a la fna, il était méchant envers sa f. (ib. 286). «Lo bougro étâi crouïo po sa fenna», le bougre était méchant avec sa f. (Vd Cont. 1883, 39). Sla pra fna nèïn·n a yu dè ttè, cette pauvre f. en a vu de toutes les couleurs avec son mari (V Praz‑de‑F.). Sé son batu, l’mo é la fna, ils se sont battus, le mari et la f. (Vd Blon.). L’mou tpé sa fna, le mari bat sa f. (F Grolley). L é vənu b du lé damon tòt éspré pò balyi on·n étsèrpəny a sa fna, il est descendu des pâturages tout exprès pour donner une rossée à sa f. (Vd Blon.). Dans une chanson: S’èl œch lèbourḕ sé tchin | è sè fan·n è kṓ də pin | nòz èrïn viktār | tchu l’indjat [cf. angette 3o 3] nār, s’il (Adam) avait labouré ses champs, et sa f. à coups de poing, nous aurions remporté la victoire sur le diable (J Courrend. A. tr. p. III, 267). ‖ L è mon frrè kə dèmin·ndzè; nò nò sin partadzi è va tsi sa fna, c’est mon frère qui déménage; nous avons partagé notre héritage et il va habiter chez sa f. (Vd Rovr.). 5. Avec ses qualités et ses défauts. T’a na bna fna, konchrva la! tu as une excellente f., conserve‑la! (V Vernam.). Na brva é bna fna, une f. jolie et bonne (V Vouv.). La fna a Pyrou l è galja, la f. de Pierre est gentille (F Farvagny‑le‑Grd). T’a na chèrmnta fna, tu as une charmante f. (V Vernam.). «Ell’ arai fâ anna se djatia fanna!», elle aurait fait une si gentille épouse, d’une jeune fille (N Sagne. Pat. neuch. 56). Loc.  è dè sé bou kyë fan è bnë fnë, elle est de ce bois dont on fait les bonnes épouses (V Isér.). Èr a zu bin də la chansə dè tròvā na dzintya fna fasnta, bna min· nadjīrə, il a eu bien de la chance de trouver une gentille femme, active et adroite, économe (Vd Orm.). ‖ Sa fna l è méchnta, lou dispté ti lé dza, sa f. est méchante, elle le réprimande tous les jours (Vd Oron). Comparaison. Iṣrə kəmin la chèrvnta è la fna dou dyblyo, kə chè plyjon din lə dèjādr, être comme la servante et la f. du diable, qui se plaisent dans le désordre (F Gru.). Sa fna éṣ asə goulfra tyé li? sa f. est‑elle aussi gloutonne que lui? (Vd Blon.). Ma fna mè bin lèvṑ lou kdou [lever le coude], ma f. aime bien boire (F Ch.‑St‑D.). «L’è la fenn’ a Djan que taboussè | avoué sa leingua dè serpein», c’est la f. à Jean qui bavarde avec sa langue de serpent (Vd Jor. Favrat, Mél. 244). 6. Loc. et formules diverses. a) Da [cf. doigt 1o désignations] a lé fné, annulaire, litt. doigt aux f. (V Champ.). b) Plaisanteries. D’un véhicule qui grince parce qu’il a besoin d’être graissé, on dit que c’est la bèlta a ma fna, la brouette de ma f. (F Gru.). L’an·n è la fan·n kə potchan d lè miədj è vandr! l’homme et la f. qui portent de la merde à vendre! crient les enfants en voyant un couple porter le baquet domestique pour le vider dans le jardin (J Charm.). c) Interprétation du chant du hibou: H, h, ché tant u fou d’avè vindu ma fna pò on ch! hou, hou, j’ai été bien fou d’avoir vendu ma f. pour un sou! (V Maréc. Müller, 32); autre ex. sous changer 1o fin. d) Devinette. Nè fẓə, nè fna, nè putan, nè vva, ni fille, ni f., ni putain, ni veuve, qui est‑ce? — La fiancée (Vd Leys.). 7. Météorologie pop., croyances. Lə tœnyœrə du māi də mā, fna è éfan divon pẓòra, lə tœnyœrə du māi d’avri, fna è éfan divon sé rèdzòyé, tonnerre du mois de mars, f. et enfants doivent pleurer, tonnerre du mois d’avril, f. et enfants doivent se réjouir (V Torg. Gill. Vionnaz, 119). I fé cholek è dnè dè płzi, li dybło l rdè la fna, il fait soleil et il pleut, le diable bat sa f. (V Pins.); cf. nombreuses var. de ce dicton sous diable II, 6o. Kan kyrt [court] i tèniro, oun dët: i djbo bāt a fna, quand gronde le tonnerre, on dit: le diable bat sa f. (V Isér.). Fṓ pā ky’óna dzṓvna fna  ḕsə vyḕrə a sva famëlə a prëmīrə sënn·na apri è nóə, ātramè·n i mèindzo  ḕrè pā beïnṅ, il ne faut pas qu’une jeune épouse aille voir sa famille la première semaine après les noces, sinon le ménage n’ira pas bien (ib.). Nə pḗs djəmè l sya d lè poətch kə di piə gouətch s tə vœ t knvni dèvō tè fan·n, ne passe jamais le seuil de la porte que du pied gauche si tu veux t’entendre avec ta f. (J Bois). 5o Prov. et dictons (cf. Barras, Prov. index). 1. Dans son aspect physique. Ouna bla fna chòvè·n lì vā [elle vaut] rin·n kè pò l’aéitchyè, souvent, une belle f. n’est bonne qu’à être regardée (V Évol.). Fṓ jamyë dërə: y’é óna brva fna, dè bon veïnṅ, è d’ardzè·n rèvā, il ne faut jamais dire: j’ai une jolie f., du bon vin et de l’argent de côté (V Isér.). Kan l è k’on·n a galza fna, tò lò mndo è son kouzin, quand on a une jolie f., tout le monde est votre cousin (Vd Cugy). 2. En tant que compagne de l’homme. Malèvurou k’è fan·n, malèvurou k n’an è pn, malheureux celui qui a une f., malheureux celui qui n’en a point (J Bois). Po fìrə oun bon maryzo, rə falyou kə l’mo ouchə pa ai [entendu] e la fna pa klyèrya [vu, cf. clairer 6o], pour faire un bon mariage, il faudrait que l’homme n’ait pas d’ouïe et la f. pas de vue (V Hérém. Lav. 335). I fna è‑y‑ë tya sè srzon pā an tsandya, la f. et le tissu ne se choisissent pas à la chandelle (V Isér.). tchèza l’oə, lè tèl, è in·n fan·n k’an pyən djé, ne choisis l’or, la toile et une f. qu’en plein jour (J Bois). Də bon pyinton pyint tḗ tchṓ, də bin·n mér pran tè fan·n, de bons plants plante tes choux, de bonne mère prends ta f. (J Bonf. S. jur. Ém. 1927, 113). Fṓ prè·ndrə a fna di [dès] pri è‑y‑a sërv·nta di rlinṅ, il faut prendre sa f. dans la proximité et sa servante dans le lointain (V Isér.). Pè prandr na fna, fó pa pas la Drnfè, pour prendre f., il ne faut pas franchir la Dranse, rivière de Hte‑Sav. au‑delà de laquelle les femmes ont mauvaise réputation (G Herm.). L’mou a sèyi, la fna adi  bri, l’homme doit savoir faucher avant que sa future f. n’ait quitté le berceau, litt. l’homme à faucher, la f. encore au berceau (Vd Rovr.). Dzouvna fna, vlyè mézon, jamé tə n’ari on tsavon, jeune f., vieille maison, jamais tu ne seras en repos (Vd Pailly, var. Rovr.). Dzóvna fna a sërvéi, vīəz andirə a rèmèiryë,  è tódò·onṅ a rëkómeïnṅë, jeune épouse à servir, vieux bâtiments à rénover, c’est toujours à recommencer (V Isér.). Së kyè prè·n fna, prè·n mèizon; a a, tët èz òmè·n y ò anṅ, celui qui prend épouse, prend maison; la clef, tous les hommes l’ont (V Isér.). Fèmā dā brba, tët a rrdon, mò sè·n brba, fna prè·n grda! femme à barbe, tous la regardent, homme sans barbe, épouse prends garde! (ib.). On boutérai bin [bien] on tsapé a‑n‑on tsin kə tròvérai na fna, on mettrait un chapeau à un chien qu’il trouverait une f. (Vd Villen., var. Cont.). ‖ I è·nvèi fé l’mo è‑y‑a fna, le désir fait l’époux et l’épouse (V Isér.). Pran in·n pt fan·n; èl l v dmorḕ, prends une f. laide; elle le restera (J Bonf. S. jur. Ém. 1929, 215). «Lè fénnè, lè fau preindre pouetè. Quan san balè, vignan pouetè, quan san pouetè, restan pouetè», les f. il faut les prendre laides. Quand elles sont belles, elles deviennent laides, quand elles sont laides, elles restent laides (Vd Po recafâ, 401). Stu k pran in·n bèl fan·n an pran douə, celui qui épouse une belle f. en épouse deux, c.‑à‑d. l’actuelle et celle qui enlaidira en vieillissant (J Charm.; var. Vd Rovr., Dum.). Pta fna vó mé tyé la mityi də na bla, f. laide vaut davantage que la moitié d’une belle (F Botterens). Tyin an vè ā lōvr, è fā èdé krèr kə kman sè blond è y an·n é to pyin, e tyin an·n ā mèryḕ, è fā èdé krèr kə kman sè fan·n è n’y an·n é pu, quand on va à la veillée, il faut toujours croire que comme sa fiancée il y en a beaucoup, et quand on est marié, il faut toujours croire que comme sa f. il n’y en a plus (J Épauv.; var. dans S. jur. Ém. 1927, 84). Kan oun sè mryë, fṓ prè·ndrə mèizon fétə è fna a férə, quand on se marie, il faut prendre maison faite et f. à faire (V Isér.). ‖ Après l’amour, e n’y é ran è rmèchyḕ, dyḕ lè fan·n, y’an·n èvō èch fāt kə ta, il n’y a pas à dire merci disait la f., j’en avais aussi besoin que toi (J Saignelégier. S. jur. Ém. 1929, 237). È fā bèyiə l bonsè an sè fan·n, min nyan p lo bondjo, soli rün·n lè sintḕ, il faut donner le bonsoir à sa f., mais pas le bonjour, cela ruine la santé, il vaut mieux faire l’amour le soir que le matin (J Charm.). Më·ndzə ḕ sərzë o dzor, è‑y‑a fna o né, mange les cerises de jour et ta f. la nuit (V Isér., var. J spor.). È fā fétḕ karimantran dèvō sè fan·n e pœ Pḕty dèvō son tyuriə, il faut fêter carnaval avec sa f. et Pâques avec son curé (J Bonf. Surdez). I fna kyə pèt ou lè fè trə gran pləji: aèdzə choun vntro, ətsdè ó lè è blè a mo ó fla dou taba, la f. qui pète au lit cause trois grands plaisirs: elle soulage ses intestins, chauffe le lit et donne à son mari l’odeur du tabac (V Sav. Luyet, Dictons, no 158). Lé fan·n déz ātr son èdé tro véti, les f. des autres sont toujours trop vêtues (J St‑Urs. S. jur. Ém. 1929, 201). An min·n fét [mène fête] an lè fan·n, min an lè dékriə an son·n an·n, on courtise la f., mais on la décrie auprès de son mari (ib. 203). 3. Dans son travail. A la fna lou sin daou mènydzou é dèz infan, à la f. le soin du ménage et des enfants (Vd Chenit). A la fna la maizon, l’òtó é lò lndzo, à la f. la maison, la cuisine et le linge (Vd Penth.). Fna sadzə | rstè a son min·nādzə, f. sage reste à son ménage (Vd Orm.). «Quand la fenna manquè dein on mènadzo, tot manquè», quand l’épouse manque dans un ménage, tout manque (Vd Cont. 1888, 31). È vā mœ in·n fan·n ā pèy k’an lè dins, mieux vaut une f. dans la chambre, c.‑à‑d. qui fait son ménage, qu’à la danse (J Épauv.). Lè fan·n kə n sól pə èvins din sè bézin·ny, la f. qui ne se lasse pas avance dans sa besogne (J Épiq. S. jur. Ém. 1927, 92). La pta fraidə, la fna raidə é lou fò mṓ tsṓ | n’é pa aou mon·nai lou défó, la pâte froide, la f. raide, c.‑à‑d. qui ne travaille pas, et le four pas chaud, ce n’est pas du meunier les défauts (Vd Vill.‑M.). «La fortena d’onna fénna, l è du lo caudo ein dévan», litt. la fortune d’une f. est depuis le coude en avant, c.‑à‑d. dans sa capacité de travail (Vd Po recafâ, 406; var. V spor.). Lé fan·n s’ā dé sèrvint sin gèdj kə prātan sin‑l‑ïntérè, les f. sont des servantes sans gages qui prêtent sans intérêts (J Fches‑M. Surdez). La ḥlyòtsə dao marydzo ron lé bré ai fnè é lao ralndzé la lnga, la cloche du mariage rompt les bras aux f. et leur rallonge la langue, le mariage rend les f. paresseuses et bavardes (Vd Vullier.). 4. Dans son rôle au sein du couple et de la famille. Lè fan·n ā lè kolan·n də l’ōtā, la f. est la colonne du foyer (J Charm.). I fna  è i boun Djṓ dè mèizon; gran māœr s’è·nd è i dèmonṅ! l’épouse est le bon Dieu de la maison; grand malheur si elle en est le démon! (V Isér.). Mḗzon sin fna è sin ḥnma | mḗzon sin ma, maison sans f. et sans flamme, maison sans âme (F Broye spor.). Mèizon sè·n fna, kṑr sè·n rma, maison sans f., corps sans âme (V Isér.). In·n fan·n dè dmérḕ è l’ōtā kman lè rin·n din l bœsn, une f. doit rester à la maison comme la reine dans la ruche (J Bois). Lé fan·n din ḗtr kman lé fin·na, èdé è l’ōtā, les f. doivent être comme les poêles, toujours à la maison (J Épiq. S. jur. Ém. 1929, 237). Dévan la fna kə vrdé cha méjon, lə vórin achəbin rin òmdzo, à la f. qui garde sa maison, même le vaurien rend hommage (F Botterens). Lə péchon mé l’vé, l’òji mé l’ḕ, é la bna fna cha méjon, le poisson aime l’eau, l’oiseau aime l’air, et la brave f. sa maison (ib.). «Fénna bouna et sadze fâ adi bon ménadzo», f. bonne et sage fait toujours bon ménage (Vd Po recafâ, 400). In·n fan·n vœ an tot sḗzn | étr mḕtrās din sè māzn, une f. veut en toute saison être maîtresse dans sa maison (J Bois). S’ā an l’ōtā k lé fan·n son l pu bèl, c’est à la maison que les f. sont les plus belles (J Épauv., var. Aj. spor.). Chi kə l a na fna kə vayə, l a on trèj, celui qui possède une bonne épouse, possède un trésor (F Roche. Jèvié, Sagesse pays. 23). Fan·n də bïn vā ïn grō bïn, f. de bien vaut une grande propriété (J Épauv.). Bna fna, òmə rtso, bonne f., homme riche (Vd Leys.). «Se t’a na bouna fénna, crâi [crois] que fau l’acutâ», si tu as une bonne f., sois sûr qu’il faut l’écouter (Vd Po recafâ, 406). Fóou jamèi ch’ëngrëndjyè avèi a fna, ·n è obidjya dè kapóna, il ne faut jamais se fâcher contre sa f., on est forcé de céder (V Sav. Luyet). Lè bin·n fan·n fḕ l bon mḗnèdj, la bonne f. fait le bon ménage (J Charm.). È·n bè·n fè·n fā on bè·n òm, une bonne épouse fait un bon mari (N Sav.; var. V Sav., F Gruy. spor., J Aj. Pays Dim. 1898, 34). Chon è bonj mó kyə fan è bnè fnè, ce sont les bons maris qui font les bonnes épouses (V Sav. Luyet, Dictons, no 154; var. Vd Thierrens, J Damvant, Aj. Va.). «Tôla féna, tol’homou», telle épouse, tel mari (F Broye. Journ. Estav. 1902, 14). È·n bè·n fa·n, s’i n’èvḕ p lè tḗt, i sèrè bïn mayə, une bonne épouse, si elle n’avait pas de tête, serait bien meilleure (J Dev. A. tr. p. XIII, 35). L a fḕ lə marydzo dou tsənvo; la fna vṓ mé [plus] tyè lə mḥo, elle a fait le mariage du chanvre, la f. vaut mieux que le mari (F Roche. Jèvié, Sagesse pays. 13); cf. explications sous femelle I, 2o 2. Stu k’é è·n fan·n, ïn pichtolè è p è·n montr a bïn montḕ, celui qui a une f., un pistolet et une montre est bien équipé (J Damvant). Pou étr èvurou, è fā in·n bin·n fan·n, ïn bon mḕtr, in·n bin·n tyèr, d bon soulḕ, in·n bin·n pipḕ [pipée], l bon Duə è lè fïn d lè snin·n, pour être heureux, il faut une bonne f., un bon maître, une bonne terre, de bons souliers, une bonne pipe, le bon Dieu à la fin de la semaine (J Bois. S. jur. Ém. 1927, 103). L è mo kyə koumndè è i fna kyə ob·è, c’est le mari qui commande et la f. qui obéit (V Sav. Luyet). Fan·n kə rkrè ā mḕtrās di mḗnèdj, f. qui obéit est maîtresse du ménage (J Épauv.). Djmè fïn·n fan·n nə məré sin‑l‑èrtiə, jamais f. rusée ne mourut sans héritier (J Bois, var. V Isér.). Fna malna è dzënla kyè fé o kokon, fan gran trinṅ pḕ mèizon, épouse maligne et poule qui fait l’œuf font grand bruit à la maison (V Isér.). In·n malïn·n fan·n | bèy di sélri an son·n an·n, une f. avisée donne du céleri à son mari (J Ocourt. A. tr. p. XLVI, 4). Lèvé s’ā k lə dyḕl nə srè antrḕ, anviə yi tè fan·n, où le diable ne peut entrer, envoies‑y ta f. (J Bois). Fṓ k’i fna pasāsə dḗzṑ brī du mo, il faut que la f. soit soumise à son mari, litt. passe sous le bras de l’homme (V Lourt. Bjerrome, 165). ‖ Épza jayza, fna plyrza, mariée joyeuse, f. pleureuse (G Herm., var. Vd‑F spor.). Ëpja jyja, fna gravja, id. (V Sav. Luyet, Dictons, no 153). Èpuza è·n nda [en gaieté], fna agrujuza, id. (V Isér.). Ëpja ën jè, vëndrè kyə plourèrè, id., litt. épouse en joie, il arrivera qu’elle pleure (V Sav. Luyet, Dictons, no 153). Èpuja plœruja, fna dzœyuja, mariée triste, f. joyeuse (V Maréc., var. Sav.). An·n tchintou, fan·n puərouz, homme chanteur, f. pleureuse (J Épauv. S. jur. Ém. 1927, 99). Chì lì fyla lì chè kāch, ou·n p la tsanjyè, mā chì lì fna l è ouṅ jyblo, fó kan mmo la ardā, si la bouteille se casse, on peut la changer, mais si la f. est un diable, il faut quand même la garder (V Évol.). Fmḕ, pyœdj é fan·n sin réjon | tchœsan l’an·n d lè mājon, fumée, pluie et f. sans raison chassent l’homme de la maison (J Aj. Va. 89). Èvō fan·n è afin, djəmḕ (in·n) gòt də bon sin, avec f. et enfant, jamais (une) goutte de bon sang (J Charm.). Lay a pā də fna plyə mṓ tchósa kə la fna dao kòrdanyi, il n’y a pas de f. plus mal chaussée que la f. du cordonnier (Vd Dum., var. sous cordonnier 1o prov.). ṣrè komun lé fné i pòrtchi, tòdzòr lo dèri, être comme les f. des porchers, toujours le dernier (Vd Étiv.). I dzḕ sòvè·n è·ntr mo è fna, il gèle souvent entre époux et épouse (V Isér.). Lə vin f chòvin plyòr la fna a l’òṣó, vil lə kayon a l’éṣrblyo é tsant léz mo ou kabarè, le vin fait souvent pleurer la f. à la maison, crier le cochon à l’étable et chanter les maris à l’auberge (F Vill.‑s.‑M.). I fna kyə kntè tòt a mo plrè mèi kyè rrè, la f. qui raconte tout à son mari pleure plus qu’elle ne rit (V Sav. Luyet, Dictons, no 157; var. Hérém.). L’mo chdo rèïn la fna gòtra, l’homme débonnaire rend la f. grasse (V Lens. Bull. Gl. III, 23). On n’a rin pò rin, p pi ouna krouyə fna, on n’a rien sans rien, pas même une mauvaise f. (F Gru., var. Gruy. spor.). An fan·n māgrèsyouz, an·n chlāgou, à f. hargneuse, homme qui frappe (J Épauv.). Dḕvó lé fan·n è fā in·n riəm, avec les f. il faut un fouet (J Ocourt. S. jur. Ém. 1929, 201). Tə pœ tapḕ su tè fan·n dèvo in·n ékouv (var. rèmès), èl n’ā pn an tyèr də fin·na [terre de poêle], tu peux taper sur ta f. avec un balai, elle n’est pas en argile (J Bois). n dè skour sè fan·n kman s s’étè ïn bloouəchiə, on doit secouer sa f. comme si c’était un prunier (ib.). Sët kyë bat a fna  ū pā tā ā [la], celui qui bat sa f. ne veut pas la tuer (V Isér.). Pu t bètré tè fan·n, pu è fré mèyou è l’ōtā, plus tu battras ta f., plus il fera bon à la maison (J Bois). S tə bè tè fan·n lə mètïn, n rébiə pn, pou fèr d l’èvins [faire de l’avance], d rèkmansiə ā méd, si tu bats ta f. le matin, n’oublie pas, pour que cela soit efficace, de recommencer à midi (ib.). Batr a fna,  è batrə fsa mònya, battre sa f., c’est battre fausse monnaie (V Isér.). Stu k sè, sè, dyè stu k bètè sè fan·n èvō ïn sè, celui qui sait, sait, disait celui qui battait sa f. avec un sac, c.‑à‑d. il faut être au courant des détails pour comprendre (J Charm., var. Épauv.). Chè kyə ba a fna ba cha mətchya, celui qui bat sa f. bat sa moitié (V Sav. Luyet, Dictons, no 155). 5. Dans son rapport à l’argent, du point de vue de sa valeur économique ou autre. Lé pu bèl fan·n soun sé kə tchyan l m, les plus belles f. sont celles qui chient le mieux, c.‑à‑d. celles qui ont le plus de moyens (J Épiq.). Oun·n anmə atan óna fna kyë  a oun sakyè [cf. chak 2o] kyè yna kyë l a rè·n, on préfère une f. qui possède qch. à une qui n’a rien (V Isér.). «Bin de féna, bin de [feu]», fortune de f., fortune en péril (Vd Lien vaud. 1904, 13; var. Vd spor.). Chè kyə bātə chou  bën dā fna, bātə chou ’èivə, celui qui bâtit sur le bien de sa f., bâtit sur l’eau (V Sav. Luyet, Dictons, no 156). Ml a l’òm k la fna lòẓə, malheur au mari que sa f. loge (G Collonge‑Bellerive). On vi (var. d) avu la fna, p avu l’èrdzin, on vit (dort) avec la f., pas avec la fortune (F Roche). On·na fna rtsə rèpyèrè tò san, une f. riche compensera tout cela, disent les célibataires qui dépensent beaucoup (F Prez‑v.‑S.). Nə t fīə pn nə é fan·n nə é sou, ne te fie ni aux f. ni aux sous (J Bois). mo dè plyë pou dèma·nda fna d’ṑ [or], un homme sans fortune peut demander en mariage la f. la plus riche (V Évol.). Ïn·n an·n d’étrin vā in·n fan·n də fin, un homme de paille vaut une f. de foin (J Épauv.). Lé fmèl è p lé fa·n, s n’ā p dé mouby èrdjantou, les femelles et les f., ce ne sont pas des meubles qui rapportent de l’argent (J Dev. A. tr. p. XIII, 35). K’ïn rétch értiə fœch chi pœ k’ïn sindj, è trovré èdé è·n fan·n, qu’un riche héritier soit aussi laid qu’un singe, il trouvera toujours une f. (J Aj. Va. 102). Vṓ mi īṣrə pra fiyə tyè rtsə fna, il vaut mieux être fille pauvre que f. riche (F Roche. Jèvié, Sagesse pays. 25). I borsta byè·n plina fé a fna ëtórdèitə, porte‑monnaie plein fait l’épouse étourdie (V Isér.). Mi vó prətā sa fna tyè son tsəvó, mieux vaut prêter sa f. que son cheval (Vd Leys.). Muz pu è tè fan·n è pə è téz afin k’è té bḗt! pense plus à ta f. et à tes enfants qu’à ton bétail! (J Bois). Y’améré mi té préṣā ma fna tyé ma ppa, j’aimerais mieux te prêter ma f. que ma pipe (F Domp.). La ppa é la fna l é daiz zé [cf. aise I, 3o] kè sé prṣon p, la pipe et la f. sont des ustensiles qui ne se prêtent pas (ib.). La tsnbra pra | f la fna fla, la chambre pauvre fait la f. folle (Vd Blon., var. Vd spor.). «Lè fénnè fan aubin défan on ottô», les f. font ou bien défont une maison (Vd Po recafâ, 407; var. Ollon). Èna fna k bè a py vto vudi sə·n otā avè son foudḕr kə sə·n mo avé lo tchḕ é lo tchvā, une f. qui boit a plus vite vidé sa maison avec son tablier que son mari avec le char et le cheval (N Couvet). In·n fan·n potch pu f d l’ōtā din son dvintriə k’ïn·n an·n nə y èman·n èvō son tchiə, une f. emporte davantage hors de la maison dans son tablier qu’un homme n’y amène avec son char (J Charm.; var. Vd Leys., Aj. Jura Dim. 1898, 182). L’mo nə pu pā mənā aé katr tsəvó s kə la fna pu pòrtā vya d son fərdā, l’homme ne peut pas amener avec quatre chevaux ce que la f. peut emporter dans son tablier (Vd Leys.). È vā mœ k’in·n fan·n èpétch vouətch è sn·n an·n də pté‑z‑an pté kə d’y èpétchḕ to d’ïn kō brāman [cf. bravement 5o] è d lə ranpétchḕ to lé djé, il vaut mieux qu’une f. apporte qch. à son mari petit à petit plutôt que de lui apporter beaucoup en une fois et de le remporter tous les jours (J Bois). L’mo p pròk dona fra (var. chourtik) pè pounyè, kmé li fna pourtè pè fgdèré, l’homme peut bien dépenser par poignées, puisque la f. apporte par pleins tabliers (V Grim. Gill.). Dzna fna, bou vèr é pan tsṓ | fan la rna də l’òtṓ, jeune f., bois vert et pain chaud font la ruine de la maison (Vd Dum.; var. Vd spor., F Botterens). «Fèna [impr. ‑e] que tortèle, fèna que bouègnotèle, fèna que beurcèle, amîne à pauverta s’n hotau», f. qui fait des gâteaux, f. qui fait des beignets, f. qui fait des bricelets, appauvrit sa maison (N Cormondrèche. Pat. neuch. 29). Pu lè fan·n ravét sè fidyur, pu èll rün·n lè mājon, plus la f. se mire, plus elle ruine la maison (J Aj. Va. 86). Pò chavi chin kə l è tyè dè vivrə, fṓ avi jou dvè fnè, na tchvra è on fòrni dè fḕ, pour savoir ce que c’est que la vie, il faut avoir eu deux f., une chèvre et un poêle de fer, tous sont insatiables (F Roche. Jèvié, Sagesse pays. 21). ‖ M dè fna è ya dè tsavó | chon la tsèvanṣə də l’òṣó, mort de f. et vie de cheval sont la richesse de la maison (F Roche, var. Vd et F Gruy. spor.). «Mouâ dé fenna, ia dé tsavau | tinque lo bouneu dé l’oshau», ... voilà le bonheur de la maison (F Étr. frib. 1870). Mouə d fan·n è viə d tchəvā | rèmin·nan l pin an l’òtā, ... ramènent le pain à la maison (J Ocourt. A. tr. p. XLVI, 7). De là: «Mor dé fennès et vïa dè tsevau sont la coutema dè l’hotô», babil de f. et vie de cheval sont la coutume de la maison (Vd Cont. 1901, 29). Grnta mortalité də fènə | retséfə də pèrotsə, grande mortalité de f., richesse de paroisse (V Torg. Gill. Vionnaz, 122). Mòr dè fna, ritchsə d’mo, mort de f., richesse d’homme (V Viss. Bull. Gl. XIII, 69; var. V Sav., Grim.). «Fenna morta, tsapî nâovo», f. morte, chapeau neuf (Vd Cont. 1906, 45). Dou dzòr son bon è·n séi mndo: kan oun prè·n fna è kan oun ò ā è·ntḕrə, deux jours sont bons en ce monde: quand on prend f. et quand on l’enterre (V Isér.). ‖ I fna kyë  a è·ntèrā ou·n mo tè·n pā d’è·n è·ntèrā dou, la f. qui a enterré un mari ne tient pas à en enterrer deux (V Isér., var. J Bois).

6o Noms de lieux (choix; aire: Vd, V Liddes, Cham., Hér., F Enney, distr. Glâne, N Buttes, Brenets, B Romont, J Noirmont). La Femme de Lot Vd Orm.: la fna dè Lòt, monolithe; la Sierne es Fennex Vd Roug.: a la chḕrn i fe, pâturage, chalets; la Fena Mortaz Vd Arz., pré; es Poutés Fennes Vd St‑Cer.: é ptè fnè, prés, champs, bois; a la Croix aux Femmes Vd Bussy‑s.‑Morges, champs; au Poirier aux Femmes Vd Bercher, au Poirier es Fennes 1771: ao pèrè fné, prés, champs; le Champ aux Femmes Vd Oulens: ḕ tsḗfnè, champs, bois; à la Gentille Femme Vd Arn.: a la dzinti fna, vignes; au Pré aux Femmes Vd Corcelles‑s.‑Ch.: ao prā ḕ fnè, prés, bois; la Planche aux Femmes Vd Valeyres‑s.‑U., Planche es Femmes XVIIe s.: a la pyants ḕ fnè, champ; Ruelle des Femmes V Liddes: a la tsarairə di fènə, ruelle que prennent les f. au sortir de la messe; Plan di Fenne V Cham., partie d’un alpage; i fè·n V Hérém.; ó mayin dé fnè V Mase; Fennamaury V St‑Martin, Fenaz Morez (Sgf. 486, mal placé): fènamrè, prés, granges, écuries; la Côte es Femmes F Enney: la kṣa i fné, pâturage, marais; Praz es Fennes F Châtelard: ó pr è fnè, bâtiments, jardins, prés, champs; Prés aux Femmes N Buttes, champs; Vion. aux Femmes N Brenets; Planches de la Femme B Romont: é pyantch d la fò·n, champs; Saigne‑aux‑Femmes J Noirmont (CN 1124):  l seny é fan·n, bâtiments, jardins, prés, champs, forêts.

7o T. de jeu. Reine du jeu de cartes (J Épauv. Folkl. suisse, XLVII, 36*); synon. plus courant dame 7o.

Du lat. fēmĭna; FEW, III, 449 a; Duraffour, Gloss. no 3719. Pour l’évolution frprov. et franc‑comtoise ‑m’n‑ > ‑n‑, cf. Tabl. § 360; Hafner, Altfrprov. Lautlehre, 10, 91, 201‑202; Hasselrot, Ollon, 157; parallèles aloun, dna. Pour la valeur de la graphie ‑nn‑ dans les attestations anc., cf. Hafner, op. cit. 92. — Si femme signifie «épouse» dans toute la SR, les aires de femme et de femelle (voir ce mot, sens I), au sens de «femme, être de sexe féminin» sont complémentaires dans une grande partie de Vd‑F. Dans N‑J, où femelle (sens I, 1o‑2o de ce mot) est faiblement attesté, femme contient partout les deux aspects. Les principaux synon. de femme sont, outre femelle, bourgeoise 6o, dame 1o, dna 2o, drôle IV, 2o, épouse (sous époux 1o; rare dans le sens de femme mariée, désigne surtout la femme le jour de son mariage, cf. époux 2o et prov. sous femme 5o 4), marraine (V), patronne (spor.). L’expression ma femme est souvent remplacée par la femme (passim), notre femme (J Aj.) ou, plus simplement, par des pronoms, comme elle, celle‑ci, la mienne, la nôtre, même, même à nous, ainsi que par de nombreux termes ironiques ou facétieux. À consulter: A. Grisay, G. Lavis, M. Dubois‑Stasse, Les dénominations de la femme dans les anciens textes littéraires français, Liège, 1969, p. 5 ss.; B. Lhoest, Les dénominations de la femme en moyen fr., Approche lexicale et anthropologique, dans Z. f. rom. Phil. CVII, 343 ss.; Rohlfs, Lexikalische Differenzierung der rom. Sprachen, 1954, 79‑80; V. Favrat, dans La Revue, Lausanne, 29 février 1920; M. Delachaux, dans Le National suisse, La Chaux‑de‑Fonds, 19 avril 1920; Usteri, P. d’E.; Ga., dans Mél. Schüle, 195 ss. — Pour les aspects folkloriques ou sociologiques, on consultera égalt AFS I, 84‑85 et Comm. I, 469‑475 (travaux réservés aux hommes et aux femmes), 147 et Comm. 1263 (réunions entre femmes). Pour les jeux de la vieille femme et de change‑femme, cf. Folkl. suisse, XII, 4‑5 et XLIII, 40*. — Cf. belle‑ 2, comp. 2, bonne‑femme, époux 6o 1‑2, série fen‑, sage‑femme. Ga.

 

Pour citer cet article : FEMME (réd. Ga.), Glossaire des patois de la Suisse romande, fondé par L. Gauchat, J. Jeanjaquet et E. Tappolet, Genève, Droz, 1924-, Tome VII, p. 253.